Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

DYNAMIQUES
CROISSANCECROISSANCE RÉGIONALE RÉGIONALE 2ÉCONOMIQUES
La Picardie se laisse distancer
Entre 1998 et 2003, le Produit Intérieur Brut
de la région progresse de 1,1 % par an
contre 2,3 % dans l'ensemble des régions.
L'économie picarde pâtit du poids important
de son agriculture et de son industrie,
activités moins dynamiques que le secteur
tertiaire. De plus, durant cette période,
les performances des industries
agroalimentaires, des industries de biens
d'équipement et de consommation
ont été moins bonnes dans la région
que dans le reste de la France.
Le PIB picard contribue à la richesse
nationale à hauteur de 2,5 %,
ce qui est moins que son poids
dans la population française (3,2 %).
En 2003, le produit intérieur brut (PIB) de la des actifs occupés vivant en Picardie, soit plus de
Picardie s’élève à 39,2 milliards d’euros. La ré- 100 000 personnes travaillent dans une région
gion contribue ainsi à 2,5% de la richesse natio- voisine et contribuent ainsi à la création de richesse
1 enale produite, ce qui la place au 14 rang des de ces régions. En 2002, le taux d’emploi picard
régions juste derrière la Haute-Normandie. La ré- (emploi offert dans la région divisé par la popula-
egion Nord - Pas-de-Calais arrive en 4 position
e(5,2%) et la région Champagne-Ardenne au 17 PIB par habitant, PIB par emploi :
rang (2,0%). La contribution de la Picardie n’est des indicateurs à utiliser avec précaution
pas à la hauteur de son poids dans la population
Les indicateurs élaborés à partir du PIB régional, à savoir
(3,2 %). En termes de richesse produite par habi- le PIB régional par habitant et le PIB régional par emploi,
etant, la Picardie se situe au 19 rang juste devant doivent être interprétés avec prudence. Si le PIB régional
les régions Languedoc-Roussillon, Corse et Nord - par emploi peut être un indicateur satisfaisant de la valeur
Pas-de-Calais. Cette position s’est dégradée au ajoutée créée au sein de la région, le PIB régional par habitant
e ne peut être considéré comme un bon "baromètre" de lafil des ans : en 1982 la Picardie occupait le 12
richesse créée. En effet, que sous-entend cet indicateur ?rang. Depuis cette date, la région est de plus en
Que les revenus générés par la production des biens etplus dépendante des bassins d’emplois extérieurs.
des services produits dans une région par la population occupéeEn effet, le nombre d’actifs a crû rapidement de-
de la région, profitent aux habitants de celle-ci. Or, cet indicateur
puis 20 ans sans que l’emploi offert dans la région ne prend pas en compte les migrations domicile-travail, qui
progresse à un rythme comparable. En 1999, 14 % sont notamment nombreuses entre la Picardie et la région
Île-de-France (22 % des actifs occupés de l'Oise travaillent1Dans ce chapitre, les données nationales correspondent à celles
en Île-de-France).de la France métropolitaine.
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
65DYNAMIQUESCROISSANCE RÉGIONALE2 ÉCONOMIQUES
tion) est le deuxième plus faible taux observé en Le PIB par emploi
eFrance (21 rang avec 35,7 emplois pour 100 ha- en bonne position
bitants derrière la région Languedoc-Roussillon).
eLa Picardie est mieux classée (8 rang) lorsqu’on
Classement des régions selon le PIB par emploi en 2003 rapporte le PIB régional à l’emploi. Cet indicateur,
qui donne une mesure de la productivité apparente
Rang Région PIB/emploi du travail s’élève à 58 641 euros en 2003. Il est
1 Île-de-France 83 625 légèrement supérieur à la moyenne de province
2 Provence Alpes-Côte-d'Azur 63 729 (58 634 euros) mais reste toutefois en dessous
3 Rhône-Alpes 61 892
de la moyenne nationale qui s’élève à 64 151
4 Alsace 60 968
euros.5 Aquitaine 60 410
6 Haute-Normandie 59 907
Une croissance7 Languedoc-Roussillon 58 861
8 Picardie 58 641 souvent déphasée
9 Champagne-Ardenne 58 456
De 1982 à 2003, la croissance annuelle moyenne10 Lorraine 58 054
11 Centre 57 949 du PIB picard atteint 1,8 % alors que cette hausse
12 Midi-Pyrénées 57 853 est de 2,1 % pour l’ensemble de la France. En
e13 Pays de la Loire 56 969 termes de croissance, la Picardie se trouve au 15
14 Franche-Comté 56 551 rang. Globalement, au cours de cette période, la
15 Nord - Pas-de-Calais 56 521 croissance picarde a suivi l’évolution nationale. Elle
16 Corse 55 984 s’est cependant démarquée par l’intensité des
17 Bourgogne 55 901
ruptures et des reprises.
18 Bretagne 55 771
19 Poitou-Charentes 55 727
Le début des années 80 est marqué, en Picardie,20 Basse-Normandie 54 544
par les difficultés qui touchent plusieurs industries21 Limousin 54 195
traditionnelles : textile, mécanique, chimie,22 Auvergne 54 077
agroalimentaire… En 1983, le PIB régional baisseUnité : euro Source : Insee, comptes régionaux
de 0,5% et la région perd dans le même temps









plus de 6 000 emplois. De 1985 à 1987, la crois-
: ;! sance retrouve un rythme comparable à celui de
la France. Cependant, si au niveau national, l’an-

née 1987 correspond à une année de reprise, la
Picardie enregistre une croissance quasiment nulle


cette année là, la reprise intervenant avec un re-


tard d’environ six mois. La croissance régionale

%4 tend alors à s’écarter de l’évolution nationale. Glo-
balement sur la période 1982-1990, le PIB picard
%4 a crû au rythme moyen de 2,2 % l’an (contre 2,5 %
pour la France). Dans le même temps, l’emploi a
= diminué régulièrement au rythme de 0,2 % l’an,
alors qu’il augmentait au niveau national (+0,3 %).

=
Sur la période 1990-1997, la Picardie a suivi la



tendance nationale. Le ralentissement de l’éco-
, 2 nomie nationale au début des années 90 a con-
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
66

DYNAMIQUES
CROISSANCECROISSANCE RÉGIONALE RÉGIONALE 2ÉCONOMIQUES
duit à la récession de 1993 qui s’est traduite dans










la région par la disparition d’environ 1,6 % des
emplois soit environ 10 000 postes cette année
là. Dans l’industrie automobile, l’année 1993 est %4
marquée par les vagues de licenciements à l’usine =
Chausson de Creil. La reprise de 1997 sera moins
nette qu’en France (+1,2 % en Picardie contre
+2,4 % en France) n’intervenant qu’au second
semestre. Contrairement à la croissance nationale
qui enregistre des taux d’évolutions annuels su-
périeurs à 3 % jusqu’en 2001, la croissance pi-
carde fléchit en 1999 (+1,8 % en 1999 contre
+3,3 % au niveau national).

, 2 L’évolution récente
marquée par des handicaps
persistants
La fin des années 90 constitue un tournant dans
l’économie picarde dont la croissance s’éloigne ’ 22<
de l’évolution nationale. Entre 1998 et 2003, la Pi-

cardie a accusé un déficit de croissance d’environ -( -( " "
6 6 6 61,2 point en moyenne par an. En raison de ces
moindres performances, l’emploi a progressé au
rythme annuel de 0,7 % l’an, soit une augmenta-
" "
tion inférieure de 0,6 point à l’évolution nationale. 6 6
Comparée aux autres régions, la Picardie a con- ’ , ’ , % % 6jugué entre 1998 et 2003, les deuxièmes plus fai- 6 6 6
bles augmentations du PIB et de l’emploi devant
la région Champagne-Ardenne.
2
La Picardie semble proposer une réponse plus
lente, plus tardive et de plus faible ampleur que
l’ensemble de la France aux évolutions conjonc-
turelles favorables. Les moins bonnes performan- en France). C’est en 2000 que le déficit de crois-
ces réalisées par l’économie picarde sont autant sance a été le plus important. La valeur ajoutée
la conséquence d’un handicap persistant attaché nationale a progressé cette année là de 6 % con-
à son portefeuille d’activités que d’un dynamisme tre 2,8 % en Picardie. L’essor en 2000 du secteur
insuffisant des activités localisées dans la région. tertiaire et plus particulièrement des nouvelles
technologies n’a pas eu le même impact en Picar-
Sur la période 1998-2003, même si la Picardie die. En raison de la proximité avec l’Île-de-France
avait réalisé, sur chacune de ses activités les per- et la forte ruralité du territoire, la Picardie est moins
formances de croissance en valeur du niveau na- présente sur les secteurs des services à haute
tional, elle aurait connu une progression de la valeur ajoutée. La part des services dans l’emploi
total a certes fortement progressé en 20 ans, pas-valeur ajoutée de son économie inférieure à la
croissance française (3,3 % par an contre 3,8 % sant de 44,2 % en 1989 à 54,8 % en 2003. Le poids
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
67








DYNAMIQUESCROISSANCE RÉGIONALE2 ÉCONOMIQUES
des services aux entreprises dans la valeur ajou-
tée n’est cependant que de 9,2 % contre 14,9 %
en France.
Le déficit de croissance observé sur la période
Comparaison de la structure des emplois et de la valeur ajoutée 1998-2003 s’explique également par des perfor-
par emploi entre la France et la région en 2003
mances inférieures à la moyenne française sur
France Picardie certaines activités bien représentées dans la ré-
gion : industries agroalimentaires, industries deStructure des VA par Structure des VA par
consommation et de biens d’équipement. Laemplois (en%) emploi emplois (en%) emploi
transformation de l’appareil productif et la diver-Agriculture 3,6 42 467 4,2 59 746
sification des activités ont permis une croissanceIndustrie 17,0 55 833 22,7 51 722
de la productivité apparente du travail compara-Construction 6,0 52 956 5,8 50 109
ble au niveau national jusqu’en 1998. Cette crois-Tertiaire 73,4 59 303 67,4 53 052
Ensemble 100,0 57 752 100,0 52 862 sance s’est nettement ralentie depuis 1998 en
Picardie. Ce déficit de croissance se retrouve surSource : Insee, estimations d'emploi et comptes régionaux
les niveaux de valeur ajoutée par emploi. Hor-
mis dans l’agriculture, la productivité de toutes
les activités picardes est inférieure à la moyenne
nationale.
Comparaison de la structure de la valeur ajoutée
par secteur en France et en Picardie en 2003
France Picardie
Structure Structure
de la Évolution de la Évolution
valeur 1998-2003 valeur 1998-2003
ajoutée ajoutée
Agricult., sylvicult., pêche 3,2 -0,6 5,8 -1,6
Ind. agricoles et aliment. 2,2 0,6 3,7 -1,2
Ind. des biens de consom. 3,0 1,8 3,9 -2,2
Industrie automobile 1,2 2,1 1,0 -2,0
Ind. des biens d'équip. 3,6 0,2 3,7 -0,9
Ind. des biens interméd. 6,4 0,0 11,9 0,0
Énergie 2,2 1,8 1,1 5,5
Construction 4,9 6,5 4,7 5,8
Commerce 10,7 3,5 11,0 1,9
Transports 4,2 4,1 5,1 3,4
Activités financières,
activités immobilières 16,8 4,9 13,2 4,0
Services aux entreprises 14,9 5,5 9,2 6,1
Services aux particuliers 5,1 6,1 3,3 6,1
Éducation, santé, action
sociale, administration 21,6 3,8 22,5 3,1
Valeur ajoutée totale 100,0 3,8 100,0 2,5
Source : Insee, comptes régionaux
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
68

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin