Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

“La Route du Chocolat”

5 pages

“La Route du Chocolat”

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 141
Signaler un abus
Diplomatic World présente:
Tantôt noir, blanc ou au lait, tantôt bio, sans sucre ou débordant de saveurs fines et particulières, le chocolat a ce don infini de surprendre les amateurs de plaisirs gustatifs. Cependant, avant de se présenter sous forme de tablettes, de plaquettes, de gâteaux ou encore de pralines, le chocolat a connu bien d’autres usages.
Cet aliment « volte face » aux vertus mul-tiples et aux plaisirs singulièrement pluriels, désire aujourd’hui vous raconter son histoire À travers les âges…
Les origines maya et aztèques… Les origines de la fève de cacao remontent À plus de 4000 ans, lorsque les peuples maya et aztèque occupaient la forêt tropicale de l’Amé-rique centrale. Les Mayas cultivaient le cacaoyer et imaginaient que c’était leur dieu Quetza Coatl qui leur avait apporté l’arbre À cacao.
" Lifeis like a box of chocolates... You never know what you're gonna get" Forrest Gump
“La Routedu Chocolat”
Un millier d’outils, statuettes, ustensiles il-lustrent la saga du cacao, dont la sève servait de monnaie d'échange aux Aztèques voici 4000 ans !
à cette époque, les indiens la consom-maient sous forme de breuvage amère intitulé le Xocoatl : le cacao était mélangé À du maïs, de l’eau chaude et des piments. La boisson était déjÀ reconnue pour son caractère nour-rissant, fortifiant et aphrodisiaque. Tantôt utilisées également lors de trocs, les fèves de chocolat servaient également À effectuer di-verses transactions monétaires.
Le chocolat en Europe… Malgré les origines lointaines du cacao, son histoire européenne ne débutera qu’au 16ème siècle, lors du 4ème voyage de Christophe Colomb en Amérique. Il serait le premier Européen À avoir bu du Xocoatl. La légende rapporte qu'il ne l'avait guère appré-cié. Cependant, contrairement À l’idée reçue, ce ne fut pas Christophe Colomb qui permit aux européens de découvrir le chocolat, mais bien un autre conquérant dénommé Hernan Cortez : sa rencontre avec la fève permit au cacao de voyager vers les contrées européen-nes, dont l’Espagne en tête de liste. En effet, le Royaume Espagnol accueillit la fève en 1528 après que le Roi Aztèque Montezuma
ait offert une grande plantation de cacaoyers À Hernan Cortez.
Au départ, les Européens ne furent pas séduits par la boisson À base de cacao qu’ils jugeaient par trop épicée. Cependant, agré-menté de sucre de canne en lieu et place d’épices diverses, le chocolat éveilla enfin les papilles gustatives des colons, lesquels l’ont érigé comme leur boisson préférée une fois épuisées leur réserve de bières et de vin.
En 1580, l’ensemble des espagnols adhé-rèrent officiellement au chocolat. Une pre-mière chocolaterie fut créée et l’importation de cacao commença véritablement. Les ordres religieux ont ensuite joué un rôle important dans le succès du chocolat en Europe. Il sera d’abord considéré comme un médicament: puissant fortifiant, il serait capable de réchauf-fer l’estomac et d’estomper les douleurs au ventre. Le chocolat continuera son chemin en Europe, d’abord en Italie, puis en Angleterre pour atteindre enfin la France et la Belgique.
Le péché mignon des Reines d’Europe… Le chocolat fit ses premiers pas À la cour du Roi de France en 1615 grâce À Anne d’Autriche, fille du Roi Philippe II d’Espagne, lorsqu’elle épousa le Roi louis XIII. La généra-
tion suivante avec Louis XII et Marie-ThérèseVersailles son propre chocolatier, qui prit alors d’Autriche, elle aussi d’origine espagnole,le titre très officiel de «Chocolatier de la assit encore davantage le chocolat. La nouvelleReine ». Son artisan y inventa de nouvelles re-Reine en consommait À longueur de journée,cettes, mêlant le chocolat À la fleur d’oranger noir avec de la cannelle et des épices. Ses ap-ou À l’amande douce. Le chocolat fait alors partements sentaient le chocolat À tel pointfureur dans toute la cour. à cette époque ce qu'on murmurait À son sujet : «le Roi et lemet gourmand et rare était réservé À la-chocolat sont ses deux passions». Le premierblesse et la haute bourgeoisie: une livr chocolatier français, David Chaillou, vit le jourcelui-ci équivalait À quinze pains, de sorte en 1659 au Pays basque. Ce dernier reçutseuls les groupes sociaux privilégiés pure l’approbation royale de vendre et débiter unel'offrir. production nommée le Chocolat. Au 18ème siècle, les favorites de Louis XV, dont MadameLes îles britanniques furent convertie du Barry, ne se privèrent guère de ce cock-chocolat lorsqu’un Français s’y établit ave tail exotique, notamment apprécié pour sespropres recettes. La première empreint vertus aphrodisiaques. A la même époque,chocolat en Belgique date de 1630 dan les premières machines destinées À fabriquerenvirons de Gand où il aurait fait l’objet le chocolat voient le jour et plusieurs atelierscadeau offert par l’Abbé de Baudeloo. spécialisés s’installent À Paris. Une chose est certaine: le chocola serait pas ce qu’il est aujourd’hui san "Prenez du chocolat impulsions répétées des Reines d’Europ afin que les méchantesl'ont À chaque fois introduit auprès de cours au 18ème et 19ème siècles. compagnies vous paraissent La grande histoire du chocolat… bonnes"La grande époque du chocolat en Eu commence au 18ème siècle lorsqu’il bén Madame de Sévigné petit À petit de toute l’inventivité des cho En 1770, lorsque Marie-Antoinette épousetiers, toutes nationalités confondues. Si le Louis XVI, elle amène avec elle À la Cour depagnols furent les précurseurs en matièr
chocolat et les premiers À le consommer sous forme solide, la tendance s’inversé petit À petit pour laisser place aux leaderships Suisse, Français et Belge. De grands centres de pro-duction ont ainsi vu le jour dans les grandes villes de notre plat pays.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin