Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le commerce en 1999 - Une croissance confirmée

De
4 pages
En 1999, le commerce a tiré parti de la bonne santé de l'économie. Sa forte croissance s'est traduite par une hausse de l'emploi importante. Le « commerce et réparation automobile » a maintenu son dynamisme : +6,0 % après +6,8 % en 1998. Le chiffre d'affaires du commerce de détail, déjà qualifié d'exceptionnel en 1998, a encore augmenté de 3,2 % en volume. La vigueur de la consommation a été propice aux grandes surfaces, alimentaires ou spécialisées, tandis que le petit commerce a stabilisé ses positions. Pour la troisième année, le commerce de gros est en très forte progression (+7,1 %), grâce notamment aux ventes de biens d'équipement.
Voir plus Voir moins
N° 708  AVRIL 2000 Prix : 15 F (2,29)
Le commerce en 1999 Une croissance confirmée
Catherine Berthier, Bruno Lutinier, Christiane Nivet et Sébastien Seguin, division Commerce, Insee
n 1999, le commerce a tiré parti deLa création d’emplois se poursuit : au cours de l’année 1999, les effectifs salariés se sont la bonne santé de l’économie. Sa ECette augmentation de 2,7 % entre fin 1998 accrus de 69 000 personnes(graphique 2). forte croissance s’est traduite par une hausse de l’emploi importante. Leet fin 1999, est égale à celle de l’ensemble de l’économie. Fin 1999, le commerce em « commerce et réparation automobile » a ployait 2 670 000 salariés et 450 000 maintenu son dynamisme : + 6,0 % après nonsa lariés.En outre, 220 000 personnes + 6,8 % en 1998. Le chiffre d’affaires dutravaillaient dans l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries et charcuteries). commerce de détail, déjà qualifié d’ex L estrois composantes du commerce ont ceptionnel en 1998, a encore augmenté de contribué à l’augmentation de l’emploi. Dans 3,2 % en volume. La vigueur de lale commerce de détail, la progression est ré gulière depuis trois ans (33 000 salariés sup consommation a été propice aux grandes plémentaires en 1999). Elle est renforcée surfaces, alimentaires ou spécialisées, par le fait que les emplois non salariés ont tandis que le petit commerce a stabilisécessé de diminuer en 1998. Le temps partiel s’y étend ; il concerne un salarié sur trois, et ses positions. Pour la troisième année, le revient à ce que chaque emploi représente commerce de gros est en très forte pro en moyenne 89 % d’un temps plein. Dans le gression (+ 7,1 %), grâce notamment auxcommerce de gros, la croissance de l’em ploi, essentiellement salarié et plus qualifié, ventes de biens d’équipement. a démarré plus tard. Mais elle est très nette : + 24 000 emplois en 1999 après + 15 000 Le commerce consolide sa croissance ene n1998. Dans le « commerce et réparation 1999. Les signes de renforcement sont mulautomobile », l’emploi salarié accompagne tiples, et touchent la production des troisl’évolution de l’activité, mais ses mouvements composantes du commerce(graphique 1). ontmoins d’ampleur ; après avoir un peu dimi nué en 1997, il s’est accru de près de 20 000 Évolution en volume de la production*postes en deux ans (+ 3,4 % en 1999). des trois composantes du commerce Indices base 100 en 1995 125Depuis 1995, l’emploi salarié dans le commerce ne cesse de progresser Gros Effectifs salariés* trimestriels en milliers 120 700
115
110
105
100
Détail
Automobile
95 1995 1996 1997 1998 1999 *Production = marge commerciale + services de réparation automobile. Source : comptes du commerce, Insee
600
500
400
300
200
* En nombre de postes. Données corrigées des variations saisonnières. NB : raccord de deux séries (en NAP jusqu’en 1993, en NAF depuis 1993). Source : division Emploi, Insee
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin