La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

N°7 - OCTOBRE 20042,3
Le Scot de l’Artois,
une terre de contrastes
Situé au centre de la région
Nord-Pas-de-Calais et sur la partie
occidentale de l’ancien gisementAu cours de la décennie 1990, la zone couverte
houiller, le territoire du Scot (cf. Pour
comprendre ces résultats) de l’Artoispar le Scot de l’Artois a perdu des habitants,la
regroupe les communautés de
communes d’Artois Flandres,ressource en main d’œuvre y a augmenté plus
d’Artois Lys, de Noeux et Environs
ainsi que la communauté
rapidement que le nombre d’emplois créés. Avec d’agglomération de l’Artois. Il s’étend
sur 99 communes et couvre une
l’allongement de la vie professionnelle et une superficie de 646 km². Ce territoire
très urbain, dont seule la partie
plus forte présence des quinquagénaires sur le septentrionale a conservé un
caractère plus rural, s’insère dans
marché du travail, les ressources de l’aire urbaine de Béthune. Grâce au
réseau routier, la plupart des
communes du Scot de l’Artois sontmain-d’œuvre du Scot de l’Artois pourraient
à moins de dix minutes de la ville de
plus de 10 000 habitants la plusaugmenter de 2,8% entre 1999 et 2015. La
fréquentée.
dynamique de l’emploi repose en partie sur une
Un espace urbain, densément peuplé…
capacité propre du territoire à renouveler l’emploi
Avec quelque 273 400 habitants, le
Scot de l’Artois représente 6,8% de la
et à en perdre moins qu’ailleurs. La situation population du Nord-Pas-de-Calais
lors du dernier recensement. 95% de
sociale du territoire, encore fragile, s’est sa population vit dans l’espace urbain.
Avec 429 hab./km², la densité du
améliorée entre 1994 et 2002. Scot de l’Artois, inférieure à celle de
l’arrondissement de Lens qui atteint
Ce document s’inscrit dans le cadre du diagnostic territorial mené par l’Insee et le 1 174 hab./km², dépasse toutefois
Smescota, sur le périmètre du schéma de cohérence territoriale de l’Artois. Il s’agit d’une
celle de la région qui se situe à 322synthèse du document plus complet disponible sur le site www.insee.fr. Ce travail
permet, au travers d’un ensemble de données socio-économiques, de dresser les hab./km². Les densités les plus
forces et les faiblesses de ce territoire.
fortes concernent les quatre
principales villes et leurs voisines. En
effet, Béthune, Bruay-la-Buissière,
Noeux-les-Mines et Auchel accueillent
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00
Évolution de la population entre 1990 et 1999 dans le Scot de l’Artois
chacune plus de 10 000 habitants et
regroupent un bon quart des
habitants du territoire. Le mode de
peuplement de l’ex-bassin minier
repose sur une juxtaposition de
villes moyennes.
… dont la population diminue entre
les deux recensements
Alors que la taille de la population
régionale augmente lentement et
régulièrement depuis 1962, le
nombre d’habitants du Scot de
l’Artois a diminué de 6,4% sur la
même période. Cette baisse
notamment sensible sur la période
1968-1982, est suivie d’une
croissance entre 1982 et 1990 qui
Le positionnement géographique du Scot de l’Artois
ne permet pas toutefois de
retrouver le niveau du début des
années soixante. Puis, les départs,
plus nombreux que les arrivées,
combinés à un moindre excès du
nombre des naissances sur les
décès, ont provoqué le retour d’une
nouvelle décroissance de la
population jusqu’en 1999. Les
pertes de population touchent plutôt
les communes de l’ouest du
territoire. Béthune est la seule des
quatre principales communes à
croître.
Entre 35 et 60 ans, les pyramides
des âges de la région et du Scot de
l’Artois sont assez proches.
Pyramides des âges en 1999
Scot de l'Artois par rapport à la région Nord-Pas-de-Calais
Pour comprendre ces résultats
Schéma de cohérence territoriale (Scot).
Ce document de planification territoriale, et dans une
démarche stratégique, définit pour les quinze ans à
venir les orientations générales d’aménagement et
d’urbanisme du territoire en matière d’habitat, de
développement économique, de déplacements,
d’équipements et d’environnement.Le Scot de l’Artois à l’horizon 2015 : moins d’habitants, plus de ménagesEn revanche, un déséquilibre
apparaît en bas et en haut de la
Si les tendances démographiques observées au cours de la dernière décennie sepyramide : moins de jeunes et plus
prolongeaient, la population régionale devrait se maintenir aux alentours de 4 millions
de femmes âgées. La part des d’habitants d’ici 2030 tandis que la population du Scot de l’Artois continuerait de baisser.
moins de 20 ans recule, un peu plus En effet, d’ici 2015, le territoire compterait 7 200 personnes de moins, soit une baisse de
2,6% et à l’horizon 2030, 19 100 habitants (-7,0%), dont plus de la moitié sur la partie sudvite qu’en région, pour se
du territoire. Le nombre d’habitants progresse légèrement dans l’est du territoire etrapprocher de plus en plus de celle
diminue légèrement dans le centre.des plus de 60 ans. Les plus de 75
ans atteignent 7,4% de la Pourtant, si les comportements familiaux se prolongeaient, le nombre de ménages
population du Scot de l’Artois pourrait augmenter d’environ 7,5% d’ici 2015 sur l’ensemble du Scot de l’Artois. Avec un
peu moins de 103 000 ménages en 1999, le nombre de ménages du Scot de l’Artois,contre 6,3% en région.
comme celui de la région, a progressé de 7,5% sur la décennie 1990. Ces ménages sont
moins souvent constitués de personnes seules, notamment du fait des jeunes adultes qui
Si les départs ont été plus nom-
vivent moins souvent seuls. L’augmentation projetée pour le territoire du Scot de l’Artois
breux que les arrivées sur le terri- serait inférieure de 3,5 points à celle que connaîtrait la région. En effet, en 1999, le Scot
toire du Scot de l’Artois entre 1990 de l’Artois comptait proportionnellement moins de ménages de personnes seules ou de
et 1999, le solde est positif avec la familles monoparentales que la moyenne régionale. Toutefois, le Scot de l’Artois ne
région devrait pas échapper à la progression du nombre de personnes vivant seules, conduisant
à l’augmentation du nombre de ménages.
Pendant la dernière période
intercensitaire, près de 38 000 habitants
Évolution des projections de population totale et de ménagesont quitté le Scot de l’Artois, quand,
dans le même temps, un peu moins de
32 000 personnes s’y installaient. Seul
l’est du territoire du Scot de l’Artois a
accueilli plus d’habitants qu’il n’en a
perdu. Les échanges sont
naturellement plus fréquents avec les
territoires voisins. Dans plus d’un cas
sur trois, ils se sont effectués avec les
aires urbaines de Lille et de
Douai-Lens. Le solde avec la région
Nord-Pas-de-Calais est positif
notamment grâce à un excédent
migratoire avec le département du
Nord. En revanche, le Scot de l’Artois
présente un déficit migratoire avec
Source : Insee - Omphaletoutes les autres régions françaises,
surtout avec l’Île-de-France.
Soldes migratoires par catégorie socioprofessionnelle et par âge entre 1990 et 1999
Arrivées - DépartsPopulation
des 15 ans ou plus 15 à 29 ans 30 à 39 ans 40 à 59 ans 60 ans ou plus Ensemble
Agriculteurs exploitants +9 -3 -17 0 -11
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise -28 +85 +68 0 +125
Cadres et professions intellectuelles supérieures -210 -235 -205 -5 -655
Professions intermédiaires -1 180 -96 +77 +11 -1 188
Employés -2 044 -404 +53 -2 399-4
Ouvriers qualifiés -333 +140 +40 -1 -154 non qualifiés -259 -22 -96 -8 -385
Ouvriers agricoles -23 -12 +12 -4 -27
Retraités 0 -8 +121 -255 -142
-991 -2 0 0 -993Étudiants et élèves
Autres inactifs -60 +166 +168 -301 -27
Ensemble -5 119 -391 +221 -567 -5 856
Source : Insee - Recensement de la population 1999 (exploitation complémentaire)
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Il existe des migrations de plus En effet, les populations nombreuses, cependant absorbé qu’une partie
longues distances, notamment enfants des baby-boomers, sont de l’évolution de la population
avec les régions Rhône-Alpes et venues remplacer sur le marché du active et n’a pas été suffisant pour
Provence-Alpes-Côte d’Azur (environ 2 700 travail des générations creuses nées éviter une hausse du chômage sur
départs). C’est surtout entre 20 et 34 avant-guerre. Mais, les évolutions de la période. Au 31 décembre 2003,
ans que les départs du Scot de comportements vis-à-vis du marché le taux de chômage (au sens du
l’Artois sont plus nombreux que les du travail ont également participé à BIT) est de 11,8% pour la zone
arrivées. D’ailleurs, cette l’augmentation du nombre d’actifs d‘emploi de Béthune-Bruay, taux
suprématie des départs sur les résidant dans le Scot de l’Artois. En inférieur à celui de la région
arrivées ne s’observe pas à tous les effet, le taux d’activité est en (12,4%).
âges. Les déficits sont moindres progression sur la période
aux âges plus élevés, et les soldes intercensitaire et atteint 61,3% en Cet écart entre emplois offerts sur
sont parfois même positifs sur 1999 contre 55,6% en 1990. Le taux place et ressources de main-d’œuvre
certaines tranches d’âge, comme régional se situe à 63,8%. La s’est ajusté en partie par les
celle des 35 à 39 ans. progression du taux d’activité est plus déplacements domicile - travail. Les
marquée dans le Scot de l’Artois que actifs sont plus nombreux à sortir du
Nette progression des taux d’activi- dans la région, respectivement Scot de l’Artois pour travailler : plus
té depuis 1990 +10,2% contre +6,3%. Cette hausse de 69% des actifs résidant dans le
du taux d’activité est surtout marquée Scot de l’Artois y travaillaient alors
Le Scot de l’Artois compte près de chez les femmes puisqu’il passe de qu’ils étaient près de 74% en 1990.
108 400 actifs en 1999, qu’ils aient 44,0% en 1990 à 51,4% en 1999. Les Mais les flux se sont intensifiés
ou non un emploi soit 11 700 actifs taux d’activité sont également plus également dans l’autre sens pendant
de plus qu’en 1990 ; ce qui élevés en 1999 qu’en 1990 chez les la période intercensitaire, puisqu’en
représente une progression de hommes de 30 à 59 ans. 1999, la part des personnes venant
12,0% contre 7,1% pour la région et travailler dans le Scot de l’Artois
7,6% pour l’arrondissement de Les déplacements domicile - travail avoisine 22% contre 19% en 1990.
Lens. Un tiers de la population s’intensifient entre 1990 et 1999
active se situe dans le sud et le Plus du quart des emplois dans l’in-
centre du territoire. Les migrations Tandis que la population active du dustrie
résidentielles ont limité la Scot de l’Artois progressait de
progression de la population active 12,0% sur la période, le nombre Au dernier recensement, près de
puisque les départs d’actifs ont été d’emplois n’augmentait que de 29% des emplois du territoire du
plus nombreux que les arrivées. 3,9% et s’élevait à environ 78 300 Scot de l’Artois dépendent de
en 1999. Cette augmentation est l’industrie contre 21% au niveau
Le seul fait du renouvellement des plus marquée qu’au niveau régional régional. Sur les 22 500 emplois
générations a eu pour conséquence sur la même période (+3,2%). Ce industriels, près de 10 000
d’augmenter le nombre d’actifs. dynamisme de l’emploi n’a concernent l’industrie des biens
Taux d'activité par sexe et tranche d'âge
Territoire du Scot de l’Artois Région Nord-Pas-de-Calais
1990 1999 1990 1999
Hommes de 15 à 64 ans 67,2 71,2 69,8 72,0
15à19ans 9,4 7,9 10,5 8,5
58,6 55,4 55,7 52,320à24ans
95,2 92,9 93,8 91,125à29ans
92,0 93,5 94,4 94,630à54ans
43,5 58,0 55,0 64,055à59ans
8,8 6,6 13,2 10,360à64ans
Femmes de 15 à 64 ans 44,0 51,4 50,3 55,6
8,2 4,7 9,0 5,015à19ans
20à24ans 63,1 51,5 59,2 47,1
69,4 75,1 74,7 77,225à29ans
54,9 65,6 62,9 71,330à54ans
55à59ans 21,4 33,2 32,2 42,1
6,7 7,3 10,6 9,560à64ans
Ensemble 55,6 61,3 60,0 63,8
(1)Hors militaires du contingent
Source : Insee - Recensements de la population 1982, 1990 (exploitation exhaustive) et 1999 (exploitation principale)Des ressources de main-d’œuvre plus importantes à horizon 2015 ? des foyers fiscaux ne sont pas
soumis à l’impôt, pour 55,7% en
Au niveau régional, en prolongeant les tendances du passé, les projections des
région. Alors que pour la région,ressources de main-d’œuvre évolueraient peu d’ici 2015 (+1,1%). Toutefois un
près de 67,5% des revenusmouvement de décroissance serait amorcé après 2006. Le Scot de l’Artois anticipe un
peu ce contexte régional : si en début de période, le nombre d’actifs continue à proviennent des salaires, cette part
augmenter, la tendance s’inverse rapidement. Les actifs seraient ainsi déjà en retrait de avoisine 65,0% dans le Scot de
4% en 2015. Mais des taux d’activité plus soutenus pourraient contrecarrer cette baisse. l’Artois. C’est la part des retraites
Un scénario tout à fait envisageable dans le contexte actuel de réforme des retraites, les
qui prend ici une place plusactifs prolongeant la durée de leur vie professionnelle. De même, les femmes, pourraient
se positionner plus souvent sur le marché du travail puisqu’un différentiel important avec importante et représente 26,5%
ce qu’on observe au niveau régional ou national existe lors du dernier recensement. La contre 23,2% pour l’ensemble du
forte remontée des taux d’activité sur le territoire du Scot de l’Artois, observée sur la Nord-Pas-de-Calais. Le passé
période intercensitaire, conforte ce scénario. Dans ce cas, la croissance de la population
minier du territoire explique ense maintiendrait jusqu’en 2007, s’amorcerait alors un lent déclin. En 2015, toutefois,
partie cette observation. De même,selon ce scénario le potentiel d’actifs se serait accru de 2,8% par rapport à l’observation
faite en 1999. la présence de la mine, combinée
aux nombreuses reconstructions
d’après la Première Guerre
intermédiaires, notamment les en région (Source : Insee - mondiale, se lit au travers de
activités « chimie, caoutchouc, Estimations d’emploi). Au niveau l’habitat, qui se révèle plus ancien
plastiques » et « métallurgie et des secteurs d’activité, si l’emploi que celui de la région ; 45% des
transformation des métaux ». dans l’industrie a progressé de logements datent d’avant 1949
L’automobile est le deuxième 5,6% dans la zone d’emploi de contre 40% dans la région.
secteur d’activité industriel du Scot Béthune-Bruay contre 0,7% en
Une situation sociale qui s’est amé-de l’Artois avec 8,0% de l’emploi région, l’emploi dans les services
liorée entre 1994 et 2002total contre 1,8% en région. La forte affiche une progression plus
présence de l’industrie soutenue avec +13,6% contre
Outre l’analyse des revenus,s’accompagne d’une proportion +9,7% pour la région. L’emploi du
plusieurs indicateurs ont étéd’emplois tertiaires relativement Scot de l’Artois est spatialement
analysés sur une longue périodefaible, seulement 62% des emplois concentré. En effet, cinq villes
pour appréhender la situationen 1999 contre 71% au niveau regroupent la moitié des emplois :
sociale du territoire. La synthèserégional. Le profil social de la Béthune (18 600 emplois),
des évolutions de ces indicateurs apopulation se caractérise donc par Bruay-la-Buissière (7 700
conduit à regrouper les zonesune plus forte proportion d’ouvriers Douvrin (6 400 emplois),
d’emploi en quatre grands groupes(36,6% contre 30,7% en région). Noeux-les-Mines (3 800 emplois) et
(cf. Profils Nord-Pas-de-CalaisIsbergues (3 700 emplois).
n° 11, février 2004). La zoneUne évolution récente positive de
l’emploi d’emploi de Béthune-Bruay, dansPoids important des retraites dans
les revenus des ménages laquelle se situe le Scot de l’Artois,
Toutefois, la tertiarisation de avec celles de Valenciennes, de
l’emploi s’affirme. De 1999 à 2002, En 2001, le revenu annuel par foyer Roubaix-Tourcoing, de Lens-Hénin
période de conjoncture favorable, fiscal imposé du Scot de l’Artois et du Calaisis se caractérise par
l’emploi dans la zone d’emploi de s’élève en moyenne à 20 264 une situation sociale moyenne en
Béthune-Bruay a été dynamique. Il euros. Il est inférieur de 6,5% à retrait par rapport à la moyenne
a progressé de 9,4% contre 6,6% celui de la région. Plus de 60,0% régionale. Elle s’associe toutefois à
(1)Hors militaires du contingent.
Source : Insee - Recensements de la population
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Indicateurs de chômage, taux d’échec au baccalauréat et part des ménagesune évolution de l’emploi provenant
non imposables
d’un dynamisme propre de son sur les périodes 1994-1998 et 1998-2002
appareil de production qui va
Zone d’emploi de Régionau-delà de ce que la structure
Béthune-Bruay Nord-Pas-de-Calais
d’activité du territoire pourrait
1994 - 1998 1998 - 2002 1994 - 1998 1998 - 2002laisser entendre. Cependant, une
amélioration se lit sur le plan social
Taux de chômage moyen 15,2 12,9 16,0 13,5
au cours des deux périodes. Le
Part des chômeurs de longue durée 36,6 40,2 35,8 37,6
taux de chômage de la zone
Part des non qualifiés 41,8 42,0 44,3 43,6
d’emploi de Béthune-Bruay a
Part des jeunes sans qualification 44,6 52,8 46,6 53,9
baissé de plus de trois points entre
Taux d’échec au bac 32,3 26,2 26,5 23,0
les périodes 1994-1998 et
Part des ménages non imposables 61,4 59,1 58,3 56,3
1998-2002. Elle reste sur cette
Source : - Taux de chômage au sens du BIT - Inseeseconde période moins touchée par
- Part des chômeurs non qualifiés parmi les chômeurs - ANPE - DEFM cat 1 + 6le chômage que la moyenne
- Part des jeunes sans qualification parmi les jeunes s’inscrivant au chômage -régionale avec 12,9%, contre
ANPE - DEFM cat 1 + 613,5% pour le Nord-Pas-de-Calais.
- Taux d’échec au baccalauréat général - RectoratConcernant la part des jeunes sans
qualification, Béthune-Bruay - Part des ménages non imposables - DGI (seules les années 1998 et 1999
sont disponibles pour la seconde période)connaît également une meilleure
situation que la région. Si en
matière de taux d’échec au
baccalauréat, les résultats sont
moins bons qu’au plan régional
(26,2% contre 23,0%), ils se sont
sensiblement améliorés, diminuant
ainsi de moitié le retard.
Si le niveau de formation est plus
faible qu’en région, les
non-diplômés y sont cependant
moins nombreux. Les actifs de de 40 ans du Scot de l’Artois
ont moins souvent poursuivi des
études au-delà du baccalauréat. Au
dernier recensement, leur part
atteint 25,1% contre 29,3% en
région. Concernant le niveau de
diplôme des actifs de moins de 40
ans, les « sans diplôme » se
rencontrent moins souvent dans le
Scot de l’Artois (14,8%) qu’en Pour en savoir plus
région (16,2%). Ainsi les actifs Le Scot de l'Artois - http://www.insee.fr/fr/insee_regions/nord-pas-de-ca-
détenant un CAP ou un BEP sont lais/home/home_page.asp
Du tissu productif à l'emploi - Insee - Les Dossiers de Profils n° 70, mars 2003.plus nombreux qu’en région (37,0%
Les dynamiques économiques et sociales à l'œuvre dans les territoires - Insee -contre 32,7%).
Profils Nord-Pas-de-Calais n° 11, février 2004.
@ http: //www.dgcl.interieur.gouv.fr
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administation des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-Luc VAN GHELUWE - Secrétaire de fabrication : Christian DE RUYCK Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F.
Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX -Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours ISSN 1269-0260- Dépôt légal février 2004
- © Insee 2004 - Code Sage PRO031120 - LA MONSOISE tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00