Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les créations d'établissements contribuent à l'attractivité économique des Pays de la Loire

De
4 pages
Les créations d'établissements et d'emplois représentent une certaine forme d'attractivité économique des territoires. Ainsi, l'attractivité de la région se manifeste notamment par les implantations d'établissements, et surtout d'établissements secondaires. En effet, les Pays de la Loire se situent en quatrième position des régions françaises pour la création de tels établissements. Les zones d'emploi de Nantes, Saint-Nazaire, Le Mans, Vendée-Ouest et Angers sont les plus attractives. Elles disposent d'atouts en termes de revenus, d'accès haut débit ou de main-d'oeuvre qualifiée qui favorisent l'installation de nouveaux établissements.
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 43. Février 2006
Les créations d’établissements
contribuent à l’attractivité
économique
des Pays de la Loire
Les créations N 2004, 8 750 entreprises se l’implantation d’établissements secondaires.
d’établissements et sont installées dans les Pays de Le taux annuel moyen de création d’éta-
d’emplois représentent une la Loire, ce qui représente blissements secondaires, entre 1997 etEcertaine forme d’attractivité 3,9 % des créations d’entrepri- 2001, est de 1,9 % pour la région (1,8 %
économique des territoires. ses en France. Les implantations d’en- France métropolitaine). Pourtant, la part
Ainsi, l’attractivité de la treprises ont progressé de 15 % entre des salariés ligériens dépendant d’un
région se manifeste 2003 et 2004. Le développement d’acti- centre de décision non régional est rela-
notamment par les vités nouvelles, au même titre que la tivement faible. En 2000, 41 % des sala-
implantations sauvegarde des productions locales, riés de la région sont concernés, contre
d’établissements, et surtout est un enjeu pour le développement 43 % en moyenne en France (hors Île-
d’établissements secondaires. économique des territoires. Bien que le de-France).
En effet, les Pays de la Loire concept d’attractivité économique soit Concernant la création d’établissements
se situent en quatrième large, une approche possible consiste secondaires, les Pays de la Loire se placent
position des régions à le définir comme la capacité d’un ter- en quatrième position des régions fran-
françaises pour la création ritoire à attirer l’implantation de nou- çaises dans l’industrie et en deuxième
de tels établissements. veaux établissements et à créer des position dans l’ensemble des secteurs
Les zones d’emploi de emplois. Les emplois créés peuvent exposés à la concurrence internationale,
Nantes, Saint-Nazaire, être générés soit par les établisse- c’est-à-dire les secteurs regroupant les
Le Mans, Vendée-Ouest ments récemment implantés, soit par activités productives qui peuvent être
et Angers sont les plus les établissements en croissance. (voir délocalisées ou dont l’installation se fait
attractives. Elles disposent encadré) sur des critères de comparaisons natio-
d’atouts en termes de nales. L’industrie agroalimentaire et le
revenus, d’accès haut débit De nombreuses créations commerce de gros notamment en font
ou de main-d’œuvre qualifiée d’établissements secondaires partie. Ce sont des secteurs bien ancrés
qui favorisent l’installation de dans la région qui emploient 14 % desDans le secteur marchand non agricole
nouveaux établissements. salariés ligériens en 2000.hors activités financières, les Pays de
la Loire font partie des régions attracti- Si on élargit aux établissements sièges,Christelle BELKACEM
ves. Comme l’Aquitaine et le Nord-Pas- les Pays de la Loire se positionnent au
de-Calais, les Pays de la Loire se huitième rang des régions françaises.
distinguent par leur capacité à attirer Le taux annuel moyen de créationattractivité économique
à l’attractivité économiqueà
Les créations d’établissements contribuent
Les Pays de la Loire sont la région les potentialités de chaque zone d’emploi. d’établissements et la création d’emplois,
la plus attractive du Grand Ouest La densité économique (nombre d’em- Nantes est toujours classée en première
plois par km²), et le niveau de revenu des position régionale. Son taux annuel
ménages (mesuré par le revenu moyen de création d’établissements,
fiscal médian) sont des déterminants de entre 1997 et 2001, est de 13,5 %
l’attractivité. contre 10,8 % pour la région. La zone
d’emploi de Nantes concentre un ensem-
Outre ces facteurs d’attractivité identi-
ble de facteurs favorables pour attirer
fiés, les Pays de la Loire témoignent
des nouveaux établissements. Elle béné-
d’une attractivité particulière qui favorise
ficie d’une très forte densité économique,
la création d’établissements. Cet effet ré-
c’est-à-dire un nombre d’emplois par km²
gional positif traduit l’impact d’un certain
important (54 emplois par km²). C’est
nombre de facteurs comme la démogra-
aussi la seule zone régionale où le revenu
phie, le tourisme, le contexte géographi-
médian est supérieur à la moyenne natio-
que… Un tel effet positif se manifeste© IGN - Insee 2006
Source : Insee nale. En 2001, dans la zone d’emploi de
également dans les régions du sud de la
Nantes, le revenu fiscal médian est ainsiTrès attractiveIndicateur synthétique (Champ ICS) France.Attractive
calculé sur la période 1997-2001 de 15 140 euros par unité de consom-
Moyennement attractive
Peu attractive mation contre 14 930 pour l’ensembleDans les Pays de la Loire, les zonesTrès peu attractive
d’emploi les plus attractives, qui « tirent de la métropole. Or, les entreprises de
la région vers le haut », sont les quatre commerce ou de services aux particu-d’établissements sièges, entre 1997 et
pôles économiques ligériens : Nantes, liers sont sensibles à l’importance des2001, est de 11 % contre 14 % à 15 %
revenus de la population locale.Saint-Nazaire, Le Mans et Angers. À l’op-pour les régions les plus attractives
posé, les zones d’emploi à dominante rura-(Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Languedoc-
La densité économique, unle où le secteur industriel est devenuRoussillon et Île-de-France).
prédominant, sont les moins attractives. atout important, lié à d’autres
En termes de créations d’emplois dans La structure sectorielle de ces zones facteurs d’attractivité
les nouveaux établissements, les Pays accentue ces différences d’attractivité.
Dans l’industrie et les secteurs exposésde la Loire ne se situent qu’au neuvième
Nantes fait partie des trente premières à la concurrence internationale, la zonerang, derrière d’autres régions attractives
zones d’emploi les plus attractives de d’emploi de Nantes perd sa suprématiecomme Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes.
France. Plus précisément, ce sont dans au profit de celle de Saint-Nazaire, qui dé-Si on élargit aux établissements en
les créations d’établissements secon- tient alors la première place pour la créa-croissance, les Pays de la Loire se situent
daires que les Pays de la Loire se distin- tion d’établissements. La forte densitéau dixième rang et ils ne sont plus la
guent. Nantes, Vendée-Ouest, Saint- économique est un avantage pour cetterégion de l’Ouest la plus attractive, étant
Nazaire et le Mans se placent alors parmi zone. En effet, les entreprises peuventlargement devancée par la Bretagne
les cinquante premières zones d’emploi. décider de s’installer près de leurs four-(sixième rang des régions françaises).
nisseurs ou de leurs clients pour créer
La zone d’emploi de Nantes des liens de proximité. Elles peuvent éga-Un contexte régional positif
lement développer des relations de sous-dispose d’un grand nombre
Il existe des caractéristiques territoria- traitance dans leur environnementde facteurs d’attractivité
les qui rendent une zone plus attrayante proche. La zone d’emploi de Saint-Nazaire,
qu’une autre pour la création d’établis- Tous secteurs confondus, la zone d’em- comme celle de Nantes, du Mans et d’Angers,
sements. Ces facteurs d’attractivité ploi la plus attractive des Pays de la Loire concentre une forte densité d’emplois. La
permettent d’identifier les faiblesses et est celle de Nantes. Pour la création densité économique est fortement liée à
Nombreuses créations d’établissements secondaires dans les Pays de la Loire
Taux de création d’établissements secondaires des dix régions les plus attractives (en %)
Champ des secteurs exposés à la concurrence internationaleChamp ICS
Provence-Alpes-Côte-d'Azur Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Languedoc-Roussillon Pays de la Loire
Aquitaine Languedoc-Roussillon
Pays de la Loire Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais Nord-Pas-de-Calais
Champagne-Ardennes Aquitaine
Île-de-France Bretagne
Midi-Pyrénées Île-de-France
Lorraine Haute-Normandie
France métropolitaine France métropolitaine
Rhônes-Alpes Rhônes-Alpes
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,01,6 1,7 1,8 1,9 2,0 2,1
2 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LES CRÉATIONS D’ÉTABLISSEMENTS CONTRIBUENT À L’ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DES PAYS DE LA LOIRE - FÉVRIER 2006é économiqueà
Attractivité des zones d’emploi ligériennes d’emploi d’Angers est le deuxième pôle
universitaire de la région après Nantes.
En 1999, Angers comporte 19 % de
diplômés du supérieur contre seulement
Mayenne-Nord-et-Est
14 % pour l’ensemble de la région. À l’op-
posé, les zones d’emploi de Mayenne
Laval Sarthe-Le Mans Nord-et-Est et de Sarthe-Sud possèdent
Nord
une part importante de personnes sans
Segréen- diplôme (respectivement 51 % et 49 %,
Sud-Mayenne
Sarthe-Sud contre 39 % pour la région).
Châteaubriant
La zone d’emploi de Laval se distingue
Angers
surtout dans la création d’établisse-Saumur-Saint-Nazaire
Baugé ments secondaires. Elle est en troisième
Nantes
position dans le secteur industriel. L’élar-
Choletais
gissement de l’horizon géographique
entre un établissement et son centre de
Vendée-
décision va renforcer le rôle des infras-Ouest Vendée- Indicateur synthétique (Champ ICS)
Est calculé sur la période 1997-2001 tructures immatérielles. Le haut débitLa Roche-
sur-Yon Très attractive
Attractive
Moyennement attractiveVendée-Sud
Peu attractive Le champ d’étude
© IGN - Insee 2006 Très peu attractive
Source : Insee
Les quatre indicateurs sont calculés
sur trois champs sectoriels différents :
d’autres déterminants de l’attractivité ments quel que soit le secteur. La part - Le champ « ICS » regroupe
comme la part des diplômés du supé- l’Industrie, le Commerce et lesimportante des diplômés du supérieur
Services (hors activités financières).rieur, le nombre d’étudiants et le taux de est un atout pour cette zone. Le niveau
couverture du territoire en accès haut de qualification de la population est un - Le champ « Industrie » comporte
débit. l’ensemble des activités de l’industriefacteur d’attractivité auprès des entrepri-
manufacturière hors énergie. Dans les
ses ayant besoin d’une proportion impor-La zone d’emploi d’Angers est en troisiè- industries agroalimentaires, les
me position pour la création d’établisse- tante de main-d’œuvre qualifiée. La zone activités d’artisanat commercial
comme la boulangerie sont exclues
car l’implantation de ces activités
Déterminants de l’attractivité pour la création d’établissements (champ ICS) correspond à des logiques de
proximité.
Densité Part des taux de
économique diplômés du NombreRevenu médian couverture en - Le champ « secteurs exposés à la(€) (1) (emplois/km²) supérieur (%) d'étudiants (5)service ADSL
(2) (3) (%) (4) concurrence internationale » est
identifié grâce à la part du chiffre Nantes 15 139 55 20 54 51 079
d’affaires exporté et aux taux
Saint-Nazaire 14 085 31 13 54 1 288 d’exposition à la concurrence
Zones les plus Angers 14 262 31 19 42 32 082 internationale. Les secteurs retenus sont : attractives
Le Mans 14 829 39 15 48 10 806 - L’industrie agro-alimentaire (hors
artisanat commercial) Vendée-Ouest 13 910 20 10 38 314
- L’industrie des biens de Vendée-Est 13 350 23 10 30 445
consommation (hors imprimerie –
Segréen 12 480 10 9 23 228 presse – édition) Sud-Mayenne Zones les moins
attractives - L’industrie automobile Vendée-Sud 12 547 10 9 18 461
- Les industries des biens d’équipement Mayenne 12 654 8 9 23 323
Nord-et-Est (hors réparations)
régionale 14 056 22 14 33 104 370 - L’industrie des biens intermédiaires
(hors matériau de construction) Moyennes provinciale173 18 15 31 1 592 218
- Le commerce de gros, nationale 14 929 23 18 32 2 187 445
intermédiaires
- Les transports (sélection du transport
(1) Revenus fiscaux localisés - 2001 L’indicateur synthétique par eau, aérien, spatial et de
(2) DADS - 2000 l’organisation du transport de fret)
L’indicateur synthétique d’attractivité(3) Recensement de la population - 1999 - Les services de Conseil etd’une zone est le résultat d’une Analyse
(4) Observatoire régional des télécommunications d’Assistance aux entreprises (sélectionen Composantes Principales (ACP)
- 2003 des activités Informatiques, de publicitésur les quatre indicateurs. Il porte sur
(5) Ministère de l’éducation nationale, et études de Marché et Ingénierie,le champs ICS et résume en quelquesde l’enseignement supérieur études techniques).
sortes l’information fournie par ceset de la recherche - 2003
quatre indicateurs.
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LES CRÉATIONS D’ÉTABLISSEMENTS CONTRIBUENT À L’ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DES PAYS DE LA LOIRE - FÉVRIER 2006à l’attractivité économique
Les créations d’établissements contribuent
facilite les échanges d’informations contre plus de 55 % dans les zones d’emploide la moitié des salariés dépendants sont
nécessaires à la vie des entreprises dans rattachés à un centre de décision situé les moins attractives de la région (Sarthe-
les délais les plus courts possibles. La en Île-de-France. Nord, Vendée-Est, Segréen, Sud-Mayenne
région est dotée d’un taux de couverture et Mayenne Nord-et-Est). Or, les taux de
en accès haut débit supérieur à la moyenne Une attractivité des
création d’établissements sont plus faiblesterritoires liée à la structurenationale, ce qui constitue un atout pour
dans l’industrie.la zone d’emploi de Laval. Dans cette des activités économiques
zone, comme à Nantes et Saint-Nazaire, Saumur-Baugé et La Roche-sur-Yon sontLa zone d’emploi de Vendée-Ouest est
le taux de couverture en services haut moyennement attractives. L’attractivitéégalement une zone attractive. Elle se
débit dépasse 50 % en 2003. distingue surtout par la création d’établis- de La Roche-sur-Yon réside surtout dans
La zone d’emploi du Mans crée beaucoup sements secondaires, ce qui la place en la capacité de cette zone à attirer l’im
d’emplois dans les nouveaux établisse- deuxième position après celle de Nantes. plantation d’établissements secondaires.
ments et les établissements en croissance. Le niveau de qualification a moins d’impor- L’attractivité de Saumur-Baugé se carac-
Elle attire en priorité l’installation d’établis- tance pour l’implantation de ce type d’éta-
térise essentiellement par les emplois créés
sements secondaires, principalement blissements car la main- d’œuvre qualifiée
dans les établissements industriels en
dans les secteurs exposés à la concur- y est moins nombreuse. La zone de Vendée-
croissance.■rence internationale. En effet, le Mans est Ouest doit surtout son bon classement à
une zone d’emploi très dépendante des la structure de ses activités économi-
ques. Dans cette zone, le poids de l’indus-centres de décision extérieurs. Son taux
de dépendance avoisine les 61 % et plus trie est très faible : en 2000, il est de 32 %
Définitions
L’établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l’entreprise.
Les établissements secondaires sont des établissements non sièges qui dépendent donc d’un établissement centre de décision.
Les indicateurs d’attractivité
L’attractivité est étudiée à partir de quatre indicateurs qui sont des taux annuels moyens calculés sur la période 1997 à 2001 :
1- Le taux de création d’établissements est défini comme la moyenne annuelle des nombres d’ établissements créés entre 1997
eret 2001, rapportée au stock d’établissements du 1 janvier 1997.
1()Créations d'établissements
5 1997 à 2001taux de création d’établissements =
Stocks d'établissements1 / 1 / 1997
2- Le taux de création d’établissements secondaires est défini comme la moyenne
annuelle des établissements secondaires créés entre 1997 et 2001, rapportée au
erstock d’établissements du 1 janvier 1997.
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
1 Pierre MULLER()Créations d' établissements secondairestaux de création
5 1997 à 2001 RÉDACTRICE EN CHEFd’établissements secondaires = Emmanuelle WALRAETStocks d' établissements1/1/1997
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Gabrielle BRIZARD
3- Le taux d’emplois créés est défini comme la moyenne annuelle des emplois créés MISE EN PAGE
Jean Marc CHÉNÉdans les créations d’établissements entre 1997 et 2001, rapportée à l’emploi moyen.
er er IMPRIMEURL’emploi moyen est mesuré sur l’ensemble de la période du 1 janvier 1997 au 1
La Contemporaine - Sainte-Luce-sur-Loirejanvier 2002, alors que l’emploi dans les créations est mesuré au terme de l’année
Prix : 2,30 €de la création de l’établissement.
Photos : INSEE
erDépôt légal 1 trimestre 2006 - ISSN 1633-62831()Emplois dans les créations d' établissements CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU04344
5 © INSEE Pays de la Loire - Février 20061997 à 2001Taux d’emplois créés =
Emploi Moyen Abonnement annuel complet :
Études (mensuel) + Dossiers : 63 €
Abonnement annuel Études : 21 €4- Le taux de croissance de l’emploi est la moyenne annuelle de l’accroissement de
l’emploi dans les établissements existants et dans les établissements créés entre
1997 et 2001, rapportée à l’emploi moyen.
INSEE Pays de la Loire
105, rue des Français LibresEmploi dans les créations
1 BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2+ accroissement éventuel de l'emploi
5 1997 à 2001 Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39 dans les autres établissements Taux de croissance de l’emploi = Informations statistiques au 0825 889 452
Emploi Moyen
(0,15 € la minute)
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LES CRÉATIONS D’ÉTABLISSEMENTS CONTRIBUENT À L’ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DES PAYS DE LA LOIRE - FÉVRIER 2006