Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
SEPTEMBRE 1998Prix : 15 francs N°9P
Le niveau d’urbanisation apparaîtLe choix de l’implantation d’uneLes préférences comme très fortement discriminant,entreprise tient compte schématique-
avec une coupure marquée autour dement de trois grandes catégories de
100 000 habitants.facteurs. En premier lieu, il y a ceux
qui conditionnent sa production etde localisation Une nette préférence pour son écoulement. Les plus importants
la périphérie des grandessont la taille et l’accessibilité des
agglomérationsmarchés, la formation et les coûts
des entreprises de la main-d’œuvre, la présence de
Les sites les mieux classés sont générale-
sous-traitants, de donneurs d’ordre
ment localisés dans des agglomérations
et de fournisseurs de services. En de plus de 100 000 habitants. Parmi
second lieu, il y a l’offre de biens et les 300 sites ayant le meilleur classement
services publics fournis par l’État et moyen, 82% appartiennent à une unité
les collectivités locales, comme les urbaine de plus de 100 000 habitants
infrastructures, les formes d’organi-Raymond Bénard (Lille inclus), 15% à une unité urbaine
sation socio-économique, le système de moins de 100 000 habitants et 3%
Hubert Jayet de formation, les biens environne- sont en zone rurale. En revanche,
mentaux. En dernier lieu, se trouvent parmi les 300 sites les moins bien classésMission Enquête sur les
les aménités, c’est-à-dire un ensemble en moyenne, la proportion située en
préférences de localisation de caractéristiques avantageuses ou zone rurale s’élève à 23%.
préjudiciables n’ouvrant pas droit À l’intérieur des agglomérations, lesdes entreprises
à contrepartie, comme le climat, chefs d’entreprise privilégient les zones
la proximité de la mer ou de la périphériques. C’est le cas des deux tiers
montagne. Le classement de 1 000 des sites en zone urbaine parmi les 300
sites fictifs proposés à des chefs qui présentent le meilleur classement
d’entreprise révèle les préférences moyen.À l’opposé, parmi ceux des
300 sites les moins bien classés qui sepour chacun de ces critères.
Une nette prédilection pour la périphérie urbaine
Proportion de sites selon le degré d’urbanisation
%
80
Centre urbain
Périphérie
60
40L’enquête sur les préférences de localisation
des entreprises a bénéficié des programmes
d’aides européennes d’initiative nationale
Objectif 1 et Objectif 2.
20
Parmi les 1 000 sites Parmi les sites Parmi les sites
proposés les mieux notés les moins bien notés
Source : Insee - Enquête PLE
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00trouvent en zone urbaine, on retrouve une moindre mesure, du commerce de Le niveau d’urbanisa
une proportion plus importante de gros. Les établissements où l’on classe Proportion de sites selon le niveau d’urba
centres urbains (trois sites sur cinq). mieux qu’en moyenne les sites localisés
La fonction dominante de l’agglomé- en zone rurale appartiennent surtout Proportion
Localisation du site les 1 000 ration joue assez nettement.Dans aux industries agricoles et alimentaires
proposé
l’ensemble, les chefs d’entreprise ont une et aux industries de biens intermédiaires.
Zone rurale 12,9nette attirance pour les agglomérations Ces résultats sont conformes à la
Agglomération de 2 000 à 100 000 habitants 23,9
à dominante industrielle et une préférence logique de production des activités Agglomération de plus de 100 000 habitants 63,2
moins marquée pour les agglomérations concernées et cohérents avec la répar-
Source : Insee - Enquête PLE
à dominante commerciale. Les agglo- tition géographique de leurs localisations
mérations à dominante administrative actuelles. Accès aux autoroutes et dessertes
sont le mieux représentées dans le Proportion de sites selon l’accès aux infrastructur
peloton de fin de classement.En Ce sont les infrastructures
revanche, le type du site d’implantation autoroutières qui priment Proportion
les 1 000 Accessibilité du siteimporte peu. Les technopoles, les zones
proposé
industrielles, les zones tertiaires, les Les chefs d’entreprise sont majoritai-
Autoroute à moins de 5 minutes 40,4parcs d’activités ou les implantations rement sensibles à l’accessibilité des
Route nationale à moins de 10 minutes 66,1
isolées, sont citées dans les mêmes pro- infrastructures autoroutières, et à un Gare à moins de 15 minutes 53,0
portions parmi les sites privilégiés degré moindre de celles du ferroviaire Gare avec TGV 28,7
Accès direct ferroviaire 18,7comme parmi les autres. et des transports en commun. Plus de
Transports en commun à moins de 15 minutes 69,655 % des sites ayant le meilleur
Aéroport à moins de 30 minutes 31,1L’activité de l’établissement classement moyen sont à moins de
Source : Insee - Enquête PLEexplique les préférences 5 minutes d’un accès autoroutier,
pour le degré d’urbanisation contre moins de 25% de ceux les plus Les enquêtés sont sensibles à la structure p
mal classés en moyenne. Cette sensi- Proportion de sites selon la composition en termes de qualifi
Si la préférence va généralement aux bilité est négligeable pour les routes
grandes villes, on peut distinguer des nationales, les aéroports et les ports Proportion
les 1 000 groupes d’entreprises pour lesquels maritimes.
proposél’appréciation sur le niveau d’urbani- Le résultat pour les aéroports et les
au moins 7% de cadres 52,9sation à privilégier est plus nuancée. ports maritimes n’est pas surprenant.
au moins 8% d’agents administratifs 42,8
Ainsi, il existe un groupe qui classe Il l’est plus pour les routes nationales.
au moins 10% de techniciens 51,6
mieux que les autres des sites localisés Il est vraisemblable que, compte tenu au moins 14% d’employés 52,4
en zone rurale. À l’opposé, un autre de la densité du réseau routier dans au moins 40% d’ouvriers qualifiés 49,2
au moins 20% d’ouvriers non qualifiés 51,6exprime une préférence plus accentuée la région, celui-ci n’est pas perçu
encore pour les agglomérations. comme discriminant. Enfin, on remar- Source : Insee - Enquête PLE
L’activité principale exercée guide ces quera que la desserte d’une gare par
comportements.Les établissements où le TGV est un facteur au moins aussi Guide de lectur
l’on privilégie très nettement les important que le temps d’accès à la
Pour une caractéristique donnée, on fournit le pougrandes villes relèvent principalement gare. On notera également l’impor- pour l’ensemble des sites, parmi ceux d’entre eu
des services aux entreprises et, dans tance des accès directs ferroviaires. un classement intermédiaire et parmi les plus ma
renseigne sur l’importance que revêt aux yeux des
alors que 63,2% des sites proposés sont en agglo
Industries des biens intermédiaires et industries agroalimentaires classent mieux
trouve 81,7% parmi les mieux notés et seulement 4
les zones rurales que les autres secteurs d’activité ristique a donc plutôt conduit à placer le site en dé
ce fait une préférence.Classement moyen obtenu par les sites proposés selon l’activité économique
Industries des biens
intermédiaires Méthodologie du clen agglomération6,5
de plus de
Industries agroalimentaires 100 000 habitants
Par combinaison des modalités des critères de lo
en zone rurale constitué. Par tirage aléatoire, 10 sites ont été Industrie automobile
enquêtés. Ceux-ci ont eu à classer par ordre de
classement leur site actuel décrit dans une étapeTransport routier
Pour chacun des 1 000 sites, on a calculé un rang
Industries des biens des réponses recueillies. Celui-ci croît d’un minimu
de consommation sites ont été triés par niveau de classement moyen
sites ayant le meilleur rang moyen forment la preCommerce de gros
tranche, et ainsi de suite.
Industries des biens Les résultats présentés ci-dessous distinguent tro
d'équipement comprend les 300 sites les mieux classés en moy
Le second groupe est un groupe intermédiaire. Il Services aux entreprises
de 4,1 à 6,1. Enfin, le troisième groupe compren
dont le classement moyen va de 6,1 à 8,8. 4,5 5 5,5676,5 7,5
Source : Insee - Enquête PLE
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISment avec le rang de classementLes liaisons interindustrielles ation est déterminant
moyen, de 91% pour les 100 sitesanisation et le rang de classement moyen en amont influencent le choix
ayant le meilleur classement moyen àdu siteUnité : %
38% pour les 100 sites les plus malparmi Proportion parmi les sites de classement moyen situé entre
sites classés en moyenne. Il faut cependantLes enquêtés paraissent plus sensibles à1,7 et 4,1 4,1 et 6,1 6,1 et 8,8és
être extrêmement prudent dans l’inter-la proximité des établissements situés en
9 3,3 13,7 22,5 prétation de ces résultats car dès que amont de leur processus de production9 15,0 21,4 37,3
la taille de l’agglomération dépasse qu’à celle des établissements situés en2 81,7 64,9 40,2
un certain seuil, en général celui de aval. La présence des sous-traitants
50000 habitants, l’attribution de certainset, dans une moindre mesure, des
équipements lors du tirage des sites a étéfournisseurs, est plus forte parmi less ferroviaires : des atouts majeurs
systématique afin d’éviter des cas peures de transport et le rang de classement moyen 300 sites les mieux classés en moyenne
vraisemblables. Cette préférence pourque parmi les autres. Par contre, aucuneUnité : %
une catégorie donnée d’équipementsparmi Proportion parmi les sites de classement moyen situé entre différence sensible n’apparaît pour les
sites serait simplement la conséquence dedistances aux clients et aux donneurs1,7 et 4,1 4,1 et 6,1 6,1 et 8,8és
celle plus générale pour l’environne-d’ordre.
4 55,6 39,6 24,6 ment urbain.
70,6 61,9 67,1
L’attractivité d’une zone est très0 57,7 54,0 46,3
Recherche plutôt locaux 7 36,0 30,7 17,8 liée à la qualification de la
7 24,6 17,0 14,6 spacieux à louermain-d’œuvre locale
6 74,8 70,3 63,2
30,3 35,0 26,7
Les enquêtés préfèrent très nettementLes chefs d’établissement sont sensibles
louer qu’acheter. La proportion d’instal-à la structure de la main-d’œuvre locale
lations à louer parmi les 300 sites leset plus particulièrement à la présencear qualification de la main-d’œuvre locale
mieux classés est en moyenne de 63%.cation de la main-d’œuvre et le rang de classement moyen des catégories extrêmes. Ce sont les
Elle n’est plus que de 40% pour les 300catégories non ouvrières, en particulierUnité : %
sites les moins bien classés. Par contre,parmi Proportion parmi les sites de classement moyen situé entre les cadres et les agents administratifs,
sites ils semblent indifférents à l’anciennetéqui font l’attractivité d’une zone. À 1,7 et 4,1 4,1 et 6,1 6,1 et 8,8és
des locaux. La proportion de locauxl’opposé, la forte présence d’ouvriers
9 64,6 50,7 42,5 neufs reste quasiment la même quelnon qualifiés a un effet nettement
8 53,1 42,2 32,2
que soit le rang de classement. Lesrépulsif. Les résultats ne sont ambigus6 54,6 53,5 45,8
chefs d’entreprise ne paraissent pasque pour les ouvriers qualifiés. Une4 59,9 52,0 44,5
2 47,3 50,0 50,4 plus sensibles au délai de disponibilitéproportion importante d’actifs de cette
6 42,7 46,9 67,7 des locaux. catégorie sur le marché local n’a pas
Ils auraient tendance à déclasser lesdavantage amené à mieux classer qu’à
sites de taille au plus égale à la super-rejeter le site. Ce résultat est un peu
ficie qu’ils occupent actuellement. Unesurprenant venant d’entreprises ene des tableaux
2superficie de moins de 40 m par sala-large majorité industrielles. Par ailleurs,
urcentage de sites présentant cette caractéristique,
rié est un léger handicap. La difficulté àles sites les mieux classés ont beaucoupux qui sont les mieux notés, parmi ceux qui ont
al notés. La confrontation entre ces pourcentages dégager une tendance générale pourplus fréquemment une forte spécialisation
enquêtés la caractéristique étudiée. Par exemple, ce qui est des besoins en superficie nede la main-d’œuvre locale dans l’activitéomération de plus de 100 000 habitants, on en
40,2% parmi les moins bien notés. Cette caracté- doit pas étonner. Ces besoins varientspécifique à l’établissement, que les
ébut de liste dans les classements. Elle exprime de fortement d’un type d’activité à l’autre,sites les moins bien classés.
malgré la prise en compte de la taille
par le biais du nombre de salariés.Les équipements relatifs
L’influence des équipements propresà la formation, hôteliers ouassement des sites
aux sites n’est guère plus évidente.commerciaux sont des atouts
ocalisation, un échantillon de 1 000 sites a été C’est pour l’alimentation en gaz que les
soumis à l’appréciation de chacun des 1 251 résultats sont les plus nets. Les 300 sitesLes chefs d’entreprise sont sensibles àpréférence ces 10 sites, puis à insérer dans ce
précédente. la proximité des centres de formation et les mieux classés en moyenne en sont
g de classement moyen en fonction de l’ensemble de recherche. De même que, parmi les alimentés à 78%. Pour les 300 sites lesum de 1,7 à un maximum de 8,8. Puis ces 1 000
n décroissant et répartis en dix tranches. Les 100 équipements culturels, ils le sont pour moins bien classés, cette proportion
emière tranche, les 100 sites suivant la deuxième les bibliothèques, les cinémas et les baisse à 57%. Une station d’épuration
équipements sportifs. Ils semblent privi- et l’électricité à haute ou moyenne ten-is grands groupes de sites. Le premier groupe
yenne. Leur classement moyen va de 1,7 à 4,1. légier les sites avec un bon équipement sion sont également des arguments
comprend les sites dont le classement moyen va
commercial et un environnement hôte- favorables. Les 300 sites les mieux nd les 300 sites les plus mal classés en moyenne
classés sont un peu mieux équipés delier de qualité. La proportion de sites
avec hypermarché baisse régulière- ce point de vue que les autres.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Là encore, c’est sans doute la diversité En conclusion, si l’on revient sur le
des besoins qui prévaut. Pour ce qui est clivage entre la préférence pour les
de l’esthétique des locaux, elle n’a pas grandes villes et un classement plus
non plus d’effet observable. favorable aux zones rurales, on
s’aperçoit qu’il rend aussi compte
Des chefs d’entreprise prêts d’une série de préférences très liées
à en supporter les coûts au niveau d’urbanisation. Les établis- Comment les enquêtés classent-ils
sements qui classent les sites localisés leur site actuel ? convenable, mais...
dans les grandes villes plus fréquemmentLes effets des coûts d’acquisition ou de
en tête que les autres marquent aussi Un peu moins de la moitié des chefs d’entre-location, le taux de la taxe profession-
prise n’ont pas classé en tête le site surnelle, les coûts de main-d’œuvre n’ont leur préférence pour une main-d’œuvre
lequel ils sont installés. Et près d’un sur huit
qu’un faible impact. Quand il existe, locale avec une proportion importante ne l’a classé qu’entre la cinquième et la
de cadres et de techniciens et une onzième position. Les très mauvais classe-l’effet de ces coûts sur les préférences
ments sont très peu nombreux (36 établis-faible proportion d’ouvriers non qualifiés,des enquêtés reste faible.
sements entre la neuvième et la onzième
une accessibilité supérieure à laQue les locaux soient à acheter ou à position soit, après pondération, 3,2% des
moyenne, avec en particulier une fortelouer, qu’ils intègrent ou non des établissements), sans pour autant être négli-
geables. Il en ressort l’impression globalepréférence pour la desserte par le TGVbureaux, leur répartition par niveaux
que les établissements sont en général et des temps d’accès plus faibles auxde prix ne fait pas apparaître de préfé- plutôt satisfaits de leur environnement mais
rence entre les sites les mieux classés et transports en commun, aux nœuds que des améliorations sont encore possibles.
C’est aux deux extrêmes de la distributionles moins bien classés. Pour ce qui est autoroutiers et à la gare de voyageurs,
des niveaux d’urbanisation que l’on trouveune localisation en périphérie urbaine,de la taxe professionnelle, elle est un le plus de satisfaits. C’est en effet en zone
hors d’une aire à dominante administra-peu plus faible pour les sites les mieux rurale et dans les agglomérations de plus
de 100 000 habitants que le site actuel esttive et plutôt dans une aire à dominanteclassés. Cette différence, essentiellement
le plus fréquemment classé en tête. Le résultatcommerciale.imputable aux sites classés en premier,
des grandes agglomérations est cohérent
Les deux caractéristiques d’une zonereste faible entre les autres niveaux de avec la préférence pour les grandes villes.
géographique donnée, qui influencent Le résultat pour les zones rurales peut étonner.classement. Une faible sensibilité au
Il est sans doute la conséquence de la coût de la main-d’œuvre est également le plus le type d’établissement qu’elle
particularité des établissements qui y sont
constatée. L’absence d’effet systéma- est susceptible d’attirer, sont la structure implantés. Conformément à la préférence
de sa main-d’oeuvre et son niveau générale pour les périphéries urbaines, lestique des coûts peut surprendre. En fait,
établissements qui y sont localisés classentd’accessibilité. Les autres critères,ce résultat est logique sur le plan éco-
plus volontiers que la moyenne leur site en
comme le niveau d’équipement, lesnomique. Les coûts sont la contrepartie tête.
superficies disponibles, le type et des avantages que proposent les sites. L’examen des classements par tranche de
taille ne fait pas apparaître de distinctionsl’équipement des sites, les coûts, ontUne entreprise localisée sur un site aux
significatives entre grands et petits établis-des effets plus spécifiques et nettementcaractéristiques plus favorables accepte sements.
plus facilement des coûts plus élevés. moins importants.
Pour comprendre ces résultats : l’enquête Préférences de localisation des entreprises (PLE)
Étudier les préférences de localisation des entreprises, ce n’est pas seulement déterminer les facteurs pris en compte quand celles-ci se déplacent. C’est
déterminer l’environnement dont les entreprises ont besoin, afin d’éclairer les politiques des collectivités locales qui contribuent à façonner cet environne-
ment. C’est pourquoi la direction régionale de l’Insee Nord-Pas-de-Calais, en partenariat avec la Préfecture de région, le Conseil régional, la direction
régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement, la Chambre régionale de commerce et d’industrie, les communautés urbaines de Lille et
de Dunkerque et Nord-Pas-de-Calais Développement, a réalisé une enquête auprès de 1 251 responsables d’établissements de la région. L’objectif de cette
enquête était d’expliciter les préférences de localisation des établissements. L’utilisation des résultats de l’enquête permettra de déterminer comment compenser
les désavantages d’un site, par exemple sa faible accessibilité, par des avantages dans d’autres domaines. À cette fin, ont été collectées des informations
sur les préférences entre des sites décrits par leur accessibilité, leur environnement global, le niveau local d’équipements publics et d’aménités, l’offre locale
de services aux entreprises, les éléments caractérisant le site lui-même et son niveau d’équipement, l’offre locale de main-d’œuvre et enfin les taux de taxe
professionnelle et les coûts d’acquisition ou de location.
Chacun de ces éléments est traduit sous forme d’une batterie de critères, pour lesquels on a sélectionné un ensemble de modalités possibles à soumettre
aux enquêtés.
Pour en savoir plus
• Les préférences de localisation des entreprises - Insee - Les Dossiers de Profils n°51 - à paraître.
• Les transferts d’établissements contribuent au desserrement urbain - Insee - Économie et
Statistique n°311, 1998 - 1.
• La mobilité géographique des établissements - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n°11,
septembre 1997.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal septembre 1998 - © Insee 1998 - Code Sage PR0980920 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin