//img.uscri.be/pth/5346cdacbf22db8685cf44dcb928bdcc06f4f980
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Message du Président

6 pages

Message du Président

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 142
Signaler un abus
Dans ce numéro Notre invité : Michael Broad L’APMC renouvelle son site web Des principes nationaux pour le maintient des compétences des pilotes Le saviez-vous? LeBaltic Dry Index Les pilotes du Saint-Laurent promeuvent la sécurité auprès des plaisanciers Un foyer pour les marins en escale à Halifax Les pirates : une menace bien présente
Message du Président
Faire les bons compromis entre la sécurité et la viabilité financière est l’un des exercices d’équilibre les plus difficiles au monde. Si les exigences de sécurité ne sont pas assez rigoureuses, le résultat peut être désastreux – voire fatal. D’un autre côté, le coût pour entreprendre les activités qui gardent notre économie en marche doit être acceptable, sans quoi notre standard et notre qualité de vie plongeraient à des niveaux inacceptables.
C’est ainsi que des analyses de risque sont effectuées, des options sont évaluées et des décisions sont prises quant au nombre d’équipement contre le feu requis dans les aéroports, le nombre d’inspecteurs qui devraient être engagés pour inspecter les usines d’emballage de la viande et quant à la quantité de redondance opérationnelle
nécessaire dans les centrales nucléaires. Le monde maritime fait face au même dilemme, qu’il s’agisse des normes pour la construction des navires, le besoin d’aides à la navigation ou les exigences pour la formation des officiers des navires. Il existe au moins un secteur dans le transport maritime où le Canada a trouvé le juste équilibre entre la sécurité et le coût. Personne ne sera surpris d’apprendre que j’ai en tête le système de pilotage maritime du pays, qui sert autant l’intérêt public que l’industrie maritime. Certains canadiens pourraient cependant être surpris par les faits qui appuient cette vision. La mesure de succès la plus importante du système de pilotage doit être le degré auquel il est capable d’assurer la navigation sécuritaire des navires. Les statistiques des quatre Administrations de pilotage du Canada montrent que le taux de navigation sans incident pour les navires pilotés s’élève de façon constante à 99,9%. Les quelques incidents qui se produisent malgré tout n’ont que de très faibles conséquences. Ce bilan de sécurité impressionnant s’est maintenu pendant de nombreuses années et ce, malgré le nombre grandissant et la taille croissante des navires utilisant les voies navigables.
VOLUME 1, NO. 2 PRINTEMPS 09
Au même moment, le tarif de pilotage exigé des utilisateurs est très bas, particulièrement si on le compare à celui d’autres juridictions autour du globe. Les coûts du pilotage représentent moins de deux pour cent des coûts d’opération totaux d’un navire. Les rapports de Statistique Canada indiquent que cette relation entre les coûts du pilotage et les coûts d’opération d’un navire n’a pas changé depuis plusieurs années.
Les pilotes maritimes canadiens sont dévoués à maintenir ce délicat équilibre entre la sécurité et les coûts. C’est pourquoi nous mettons autant l’accent sur le fait de collaborer avec l’industrie maritime et donner l’assurance que nous sommes aussi sensibles que possible à ses besoins. Ce numéro du Pilote canadiencomprend un message de Michael Broad, président de la Fédération maritime du Canada. Je souhaite la bienvenue à M. Broad dans les pages de notre bulletin, particulièrement parce qu’il s’agit d’un autre signe de la coopération toujours plus étroite entre les pilotes et l’industrie.
Michel Pouliot, C.M., F.N.I.