Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Quelques signes d'amélioration au premier trimestre 2002 (Flash d'Octant n° 73)

De
6 pages
Au début 2002, l'économie mondiale donne des signes de reprise. En France, l'activité qui avait décéléré en fin d'année 2001, se redresse. En Bretagne, les signes de reprise restent ténus. Dans l'agriculture, la production animale est dans l'ensemble en hausse au regard de l'année passée mais les cours sont en baisse. Le marché de la volaille de chair souffre de surproduction. Malgré une légère amélioration, l'activité industrielle reste inférieure à la normale. Dans le bâtiment, la décélération de l'activité se poursuit malgré la stabilité des carnets de commandes. Du côté des échanges commerciaux, les importations s'accroissent quelque peu mais les exportations fléchissent. Les dépenses de consommation des ménages ont progressé modérément en ce début d'année. Dans le commerce de détail, les ventes sont globalement inférieures à leur niveau moyen. Une légère baisse du chômage a été observée autorisant une réduction du taux de chômage de 0,1 point sur le trimestre. Fin mars 2002, le taux de chômage s'établit à 8,5 %. Au début de l'année, la croissance de l'emploi se poursuivait à un rythme modéré, après un léger rebond de l'emploi au dernier trimestre 2001.
Voir plus Voir moins

Octant
Numéro 73 - Juin 2002Synthèse
conjoncturelle
Quelques signes d’amélioration
au premier trimestre 2002
Au début 2002, l'économie mondiale donne des signes de reprise. En France, l'activité
qui avait décéléré en fin d'année 2001, se redresse. En Bretagne, les signes de reprise
restent ténus.
Dans l'agriculture, la production animale est dans l'ensemble en hausse au regard
de l'année passée mais les cours sont en baisse. Le marché de la volaille de chair souffre
de surproduction.
Malgré une légère amélioration, l'activité industrielle reste inférieure à la normale.
Dans le bâtiment, la décélération de l'activité se poursuit malgré la stabilité
des carnets de commandes.
Du côté des échanges commerciaux, les importations s'accroissent quelque peu
mais les exportations fléchissent.
Les dépenses de consommation des ménages ont progressé modérément en ce début
d'année. Dans le commerce de détail, les ventes sont globalement inférieures
à leur niveau moyen.
Une légère baisse du chômage a été observée autorisant une réduction du taux
de chômage de 0,1 point sur le trimestre. Fin mars 2002, le taux de chômage s'établit
à 8,5 %.
Au début de l'année, la croissance de l'emploi se poursuivait à un rythme modéré,
après un léger rebond de l'emploi au dernier trimestre 2001.
France entière, l'activité a augmenté au premier production industrielle, a progressé de 0,6 %. Elle s'est
trimestre. Le PIB a progressé de 0,4 % après un repli de accrue dans tous les secteurs hormis celui de l'énergie.
0,4 % au dernier trimestre 2001. La demande Le secteur des industries agricoles et alimentaires est le
intérieure hors stocks, contribue à la croissance du PIB plus dynamique : il progresse de 1,4 %.
comme le trimestre passé à hauteur de 0,3 point et les L'emploi salarié a augmenté de 0,2 % au cours du
variations de stocks à hauteur de 0,1 point après deux trimestre, ce qui représente 32 100 emplois
trimestres de contribution négative. Après le recul de supplémentaires. Seul le secteur tertiaire participe à
l'année 2001, les exportations se redressent ce cette progression (+ 0,5 %). L'emploi salarié a reculé
trimestre de 2,1 % et les importations de 2,3 % mais le dans l'industrie (- 0,5 %) et les effectifs de la
commerce extérieur ne participe pas à la croissance du construction se sont stabilisés.
PIB. Fin mars 2002, le nombre de demandeurs d'emploi de
L'investissement des entreprises progresse de 0,1 % catégorie 1 s'élevait à 2,231 millions (en données
après 0,3 % au dernier trimestre 2001. Celui des brutes), soit 7,1 % de plus sur douze mois. Le taux de
ménages augmente aussi de 0,1 % après s'être replié chômage au sens du BIT est de 9,1 % en mars 2002, il a
de 0,1 % le trimestre précédent. augmenté de 0,4 point en un an et de 0,1 point au cours
La production industrielle, mesurée par l'indice de la du premier trimestre 2002.
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH7364 - PRIX : 2,2€Agriculture : la reprise de la production
se confirme sur le marché bovin
Cours du porc charcutier breton - classe E ( euros / kilo)
2,00
1,90 Au premier trimestre 2002, les livraisons dernières années.
Série brute de lait sont en baisse de 2,1 % par Les abattages de gros bovins affichent
1,70 rapport à la même période de l'année une progression voisine de 27 % par
2001. Le prix du lait payé au producteur rapport au niveau bas du premier
1,50 s'élève en moyenne à 0,32€, inférieur trimestre 2001. Ils sont supérieurs de
de 3 % à celui de l'hiver dernier. 9,5 % au niveau moyen des cinq
1,30 dernières années. Bien qu'orientés à laLe cours de l'œuf s'est déprécié. Il subit
Série CVS
hausse, les cours des principalesune baisse de 5,5 % sur le trimestre et se
productions bovines restent dans1,10 retrouve au même niveau qu'un an plus
tôt. Sur le marché de la volaille de chair, l'ensemble inférieurs à ceux du début
2001. Sur cette période, seules lesles difficultés apparues au second0,90
1997 1998 1999 2000 2001 2002 cotations des jeunes bovins s'apprécientsemestre 2001 perdurent. La production
Source : SCEES - CVS : INSEE
nettement.de viandes de volailles est en repli de
Abattages de gros bovins 1,5 % par rapport à l'hiver 2001, Dans le secteur du veau de boucherie,(Tonnes)
conséquence de la baisse de production les abattages ont augmenté de plus de
14 % par rapport à la même période dede la filière dinde (- 4,8 % en un an).24 000
Série brute l'année passée. Ce trimestre, le cours duSur le marché du porc, la situation reste
veau de boucherie s'élève en moyenne àdans l'ensemble bien orientée malgré
4,31 €/Kg, soit 1,4 % de mieux qu'auune inflexion en fin de période. Les
19 000 abattages sont en hausse de 8 % par premier trimestre 2001.
rapport au début 2001. En baisse en
Série CVS
janvier, le cours du porc a amorcé en Au premier trimestre 2002, les quantités
14 000 février sa hausse saisonnière. Sur débarquées de poissons, crustacés et
l'ensemble du trimestre, le cours du porc mollusques dans les criées bretonnes
sont inférieures de 2,3 % à celles dus'établit en moyenne à 1,34€/kg. Il est
inférieur de 23 % au cours très élevé du premier trimestre 2001. Dans le même
9 000
1997 1998 1999 2000 2001 2002 premier trimestre 2001, mais est temps, le prix moyen est en
Source : SCEES - CVS : INSEE conforme à la moyenne des cinq augmentation de 3,9 %.
Industrie : un léger mieux au premier trimestre
et de bonnes perspectives
Selon l’opinion des industriels le niveau productions confondues) s'est infléchie
d’activité serait l’un des plus faibles de conformément aux anticipations. La
ces cinq dernières années. production dans le travail du grain et la
fabrication d'aliments pour animauxLa production de biens intermédiaires
s'est maintenue quasiment au niveauqui ne cessait de reculer depuis le début
de 2001, a amorcé un mouvement de enregistré précédemment. Après le recul
Tendance de la production industrielle reprise durant les premiers mois de observé fin 2001, l'activité de l'industrie(Soldes d’opinions)
laitière a retrouvé un niveau jugé40 2002. L'amélioration a été sensible dans
normal. La production des industriesles industries du bois et du papier, dansProduction observée
30 les industries du caoutchouc, des alimentaires diverses (industrie du
plastiques et de la chimie, dans les poisson, conserveries de fruits et
20 légumes, boulangeries, biscuiteries, etc)industries des produits minéraux ainsi
a progressé.que dans la métallurgie et la
10 transformation des métaux. La production de biens de
Dans les industries agroalimentaires, le consommation s'est tassée encore un
0
fléchissement d'activité, habituel en peu au début de 2002. L'activité a ralenti
Production prévue
début d'année, s'est avéré de faible dans tous les secteurs excepté dans
-10
l'industrie des équipements du foyerampleur au premier trimestre 2002.
L'activité dans l'industrie des viandes (meubles, appareils électro-ménagers,-20
1997 1998 1999 2000 2001 2002 (abattages et transformation, toutes appareils de réception et
Source : INSEE, enquêtes de conjoncture d'enregistrement, bijouterie, photo,
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 73 - Juin 2002État de la demande horlogerie, etc). d'année, devrait se renforcer au cours du
et niveau des stocks dans l’industrie (Soldes d’opinions) deuxième trimestre. Les carnets deL'embellie observée dans les biens
40 commandes restaient jugésd'équipement fin 2001 ne s'est pas
30 insuffisamment garnis mais avaientpoursuivie durant les premiers mois de
Niveau des stocks
2002. Un tassement d'activité a été cessé de se dégrader. Les responsables20
enregistré dans l'industrie des d'entreprise estimaient que la demande
10 devrait retrouver des couleurs à brèveéquipements électriques et
échéance. Les perspectives d'activité àélectroniques dont la téléphonie, mais0
l'horizon de trois mois étaient orientéesaussi dans l'industrie des équipements
-10
mécaniques ainsi que dans la à la hausse dans tous les secteurs. Par
ailleurs, les industriels bretons se-20 construction navale, aéronautique et
Carnets de commandes montraient confiants aussi en ce quiferroviaire.
-30
concerne le développement deSelon les chefs d'entreprise bretons
-40 interrogés début avril, le redressement l'industrie française dans son ensemble.
1997 1998 1999 2000 2001 2002
L'indicateur de climat général a retrouvéde leur activité encore timide en débutSource : INSEE, enquêtes de conjoncture
Construction :
activité en baisse, tensions en hausse
des difficultés de recrutement, contredes valeurs positives après trois
65,6 % en janvier 2002.trimestres consécutifs dans le rouge.Activité de l’ensemble du bâtiment (Soldes d’opinions)
Les tensions sur l'appareil de productionLes entrepreneurs du bâtiment estiment70
sont également plus élevées : 70 % desque leur activité est en baisse au premier
Activité observée chefs d'entreprise interrogés déclarenttrimestre 2002 par rapport au premier50
utiliser leur capacité de production au 2001. La légère croissance
30 maximum. Un an plus tôt, ils étaientobservée dans la construction de
68,2 % dans ce cas.logements neufs n'a pas suffi à
10 76 % des chefs d'entreprise déclarentcontrebalancer les replis enregistrés par
avoir réalisé des investissements enailleurs dans les secteurs de
-10 2001 contre 90 % en 2000. Lesl'amélioration-entretien et la
Activité prévue prévisions d'investissement pourconstruction non-résidentielle.
-30 l'année 2002 sont en baisse.Le recul de la production a été plus
fortement ressenti dans le gros-œuvre
-50 Avec 5 204 logements mis en chantier1997 1998 1999 2001 2002 que dans le second-œuvre. Dans le gros-2000
au cours de ce trimestre, l'activitéSource : INSEE, enquêtes de conjoncture œuvre, la baisse de la production a
construction de logements neufs estconcerné tous les segments d'activité.
restée conforme à celle du premierDans le second-œuvre, la croissance de
trimestre 2001, légèrement supérieure àla construction de logements neufs a
la moyenne de longue période. Ce bonpermis de limiter la baisse globale du
niveau de production résulte dusecteur.
dynamisme de la maison individuelle.Début avril, les chefs d'entreprise
En revanche, avec un peu moins de 930tablaient sur une légère amélioration de
logements commencés, la constructionleur activité pour le deuxième trimestre
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne de collectifs, se situe 30 % en-2002. Cette amélioration concernerait
3 000 dessous du niveau moyen des cinqtous les segments d'activité. En2000 2002
dernières années.2001 revanche, ils estimaient que l'activitéMoyenne 1993 - 2002
2 500 La demande de logements neufs restedans l'ensemble du secteur du bâtiment
bien orientée. Avec 5 492 nouveauxse dégraderait à nouveau.2 000
permis de construire déposés, laDébut avril, les entrepreneurs faisaient
demande est inférieure à celle des deuxétat de carnets de commandes bien1 500
trimestres passés mais reste supérieure àgarnis. Le niveau des carnets de
la demande habituellement observée àcommandes leur assure 4,5 mois de1 000
cette période de l'année. La demande detravail par salarié comme au trimestre
logements individuels s'est légèrementpassé.500
accrue par rapport à celle du premierLes professionnels du bâtiment estiment
trimestre 2001 (+ 4 %). La demande de0 que l'emploi a amorcé une légère
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août collectifs est conforme à celle de l'annéedécroissance au cours de ce trimestre. La
Source : DRE - Sitadel
passée à la même période, inférieure à laproportion de chefs d'entreprise
normale.Enquête réalisée avec l'aide de la éprouvant des difficultés de recrutement
La demande de bâtimentsest repartie à la hausse ce trimestre,
professionnels, se replie de 8,6 % paraprès trois trimestres consécutifs de
rapport à l'hiver 2001. Les fortes baissesbaisse. En avril 2002, 78,3 % des
de projets de construction de bâtimentsentrepreneurs déclaraient rencontrer
BRETAGNEFFB
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 73 - Juin 2002 3Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne Hôtellerie :
100
bon début d’année2000
2001
80 2002
progression par rapport aux deux annéesagricoles et publics (enseignement,
antérieures. En glissement annuel, laculture-loisirs) ne sont pas compensées60
fréquentation hôtelière en baisse enpar les reprises observées ailleurs.
janvier a nettement progressé en févrierSur les trois premiers mois de l'année,
40 et mars. Sur l'ensemble du trimestre, leprès de 925 000 nuitées ont été
taux d'occupation dépasse de 1,6 pointenregistrées dans les hôtels de la région,
20 celui de l'hiver 2001.ce qui représente une augmentation de
Sur le trimestre, la fréquentation de la7,5 % par rapport à la même période de
clientèle française progresse plus quel'année 2001 et également une0
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
Sources : Direction du Tourisme - INSEE Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
Commerce extérieur :
nouveau repli pour les exportations
Importations exportations en Bretagne biens de consommation progressent ce(Base 100 1er trim.1997) celle de la clientèle étrangère
230 (respectivement + 8,2 % et + 2,1 %). trimestre, et ce pour le deuxième
trimestre consécutif. Les exportations de
210
produits de l'industrie automobile,Après s'être redressées en fin d'année
190 restent toutefois inférieures à celles des2001, les exportations s'infléchissent à
deux années précédentes à la mêmenouveau au premier trimestre 2002. Sur170
Exportations période.le trimestre, elles affichent un repli
150 Les importations se sont redressées d'unproche de 5 % et sont inférieures de plus
peu plus de 2,2 % au premier trimestre,de 15 % à celles du premier trimestre130
Importations grâce à la progression des achats de2001. Sur le trimestre comme sur
110
l'année, les ventes de produits biens de consommation. En dépit de
90 cette timide amélioration, qui survientagroalimentaires, de biens
après toute une année de repli, les achatsd'équipement et de biens intermédiaires
70
à l'étranger restent inférieurs de 19 % à2001 2002 sont en baisse. Seules, les ventes de1997 1998 1999 2000
Source : DOUANES produits de l'industrie automobile et de ceux du premier trimestre 2001 et cette
Consommation-commerce :
début d’année frileux dans le commerce
indiquent que leurs ventes ont cessé debaisse concerne l'ensemble des secteurs
se dégrader en février-mars, mais sehormis celui des industries
agroalimentaires. stabilisent à un niveau inférieur à la
France entière, la consommation des moyenne de longue période. Cette
tendance est observée tant dans leménages augmente de 0,2 % au premier
commerce spécialisé que dans letrimestre après 0,3 % le trimestrece non spécialisé. Les intentionsprécédent.
de commandes pour les mois d'avril-maiLes négociants nationaux interrogés en
se replient légèrement mais restentmars, font état d'une conjoncture atone
supérieures à leur niveau moyen.en janvier-février. Selon eux, le rythmeImmatriculations de voitures neuves en Bretagne
En Bretagne, les enquêtes dedes ventes dans l'ensemble du(particulières et commerciales)
conjoncture réalisées par la Banque decommerce de gros est stable au regard11 000
(1)France indiquent : « Malgré un légerdes quatre mois précédents, à un niveau
Série brute
inférieur à sa moyenne de longue ralentissement constaté en comparaison
9 000 période. Le rythme des ventes décroît annuelle, l'activité commerciale a
pour les biens intermédiaires non légèrement progressé au cours des mois
de mars-avril 2002. Cette évolutionindustriels et les biens d'équipement
7 000 mais se redresse pour les biens de positive devrait se confirmer dans les
consommation alimentaire et les biens prochains mois.
intermédiaires destinés à l'industrie. Les Suite au ralentissement observé au coursSérie CVS
5 000 des deux premiers mois de l'année, ungrossistes n'envisagent pas
d'amélioration pour les mois de mars- regain d'activité est constaté dans les
avril. commerces de l'habillement et de la
3 000
1997 1998 1999 2000 2001 2002 Dans le commerce de détail, les chaussure. Les prix ont progressé de 3 à
Source : OST - CVS : INSEE détaillants nationaux interrogés en avril 5 % depuis janvier.
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 73 - Juin 20024En revanche, le secteur de l'ameublement a Les ventes de matériel de bricolage ont cependant inférieur à celui du premier
fortement augmenté. Les augmentationsconnu un recul saisonnier plus important trimestre 2001. 22 395 nouvelles voitures
tarifaires, reportées en avril en raison duqu'à l'accoutumée. Aussi les prévisions particulières et commerciales ont été
passage à l'euro, ont été effectuées.restent-elles prudentes dans la perspective immatriculées dans la région, ce qui
des prochaines échéances électorales. Dans l'horlogerie-bijouterie, le mauvais représente une baisse de 1,7 % par rapport à
Un repli significatif est également constaté début d'année a été en partie compensé ; ce la même période de l'année précédente
chez les distributeurs d'électroménager et qui n'est pas le cas de la librairie-papeterie
où le volume des ventes s'est avéréd'électronique grand public. Ceux-ci
médiocre. »espèrent néanmoins bénéficier des
Au premier trimestre 2002, le marché desretombées des fêtes à venir et de la Coupe du 1- Source : Banque de France, service des Affaires
monde de football. véhicules neufs est resté à un bon niveau,
Timide amélioration sur le marché du travail
Emploi : un léger rebond en fin d’année
que les industries des équipementscontre une baisse de 2,7 % au niveau
électriques et électroniques perdent desnational.
emplois. Ces baisses d'effectifs sont à Évolution trimestrielle de l’emploi salariéL'emploi salarié privé non agricole -
Secteur privé non agricole (intérim compris) (% - CVS)mettre en relation avec la dégradationintérim compris - a progressé de 2,4 %
1,4récente de l'activité manufacturière.au cours de l'année 2001. Cette
Après la progression record observée aucroissance reste très favorable, tout en se 1,2
cours de l'année 2000, les créationssituant en net repli par rapport à la
1,0d'emploi dans la construction seprogression exceptionnelle de l'an 2000
maintiennent à un niveau relativement(+ 4,6 %). C'est sans surprise dans le 0,8
élevé (+ 3,2 %).secteur tertiaire que les créations
0,6Dans le commerce, la croissance ded'emplois sont les plus élevées, et ce
3,6 % s'explique essentiellement par lemalgré le fort ralentissement de
0,4
développement du commerce de détail.l'intérim. A contrario, la baisse de
Dans les services, les transports, lel’emploi se fait ressentir dans l’industrie 0,2
conseil et assistance, et surtout leshors arsenaux (- 0,2 %). En 2001,
0services aux particuliers constituent les è è è e è è è ècomme les années antérieures, les deux 1 t.00 2 t.00 3 t.00 4 t.00 1 t.01 2 t.01 3 t.01 4 t.01
principaux secteurs créateurs d'emplois.activités industrielles en pointe restent, Source : INSEE - URSSAF
En revanche, le recours à l'emploi Lecture : l’emploi salarié privé non agricole, intérim compris, al'agroalimentaire et le secteur de la
progressé de 0,3 % au cours du troisième trimestre 2001 et de prèsintérimaire a fortement ralenti au cours« chimie, caoutchouc et plastiques ».
de l'année 2001 ; l'augmentation duPar contre, l'industrie automobile, la
nombre de missions en fin de moisconstruction navale, aéronautique et
ferroviaire, l'habillement et le cuir ainsi
Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1997)
110
Chômage : une légère baisse d’un trimestre à l’autre
100
Bretagne
Frances'établissait à 5,8 % contre 10,3 % au d'emploi dans la région soit 2 points de
90cours de l'année 2000. plus que fin mars 2001.
L'augmentation du chômage desFin mars 2002, 91 464 demandeurs
80d'emploi de catégorie 1 (en données femmes est un peu plus forte en Bretagne
(+ 3 % sur un an contre + 1,9 % Francebrutes) étaient inscrits à l'ANPE en
entière). Au 31 mars, 46 456 femmesBretagne. Sur un an, le nombre de 70
demandeurs d'emploi est en étaient à la recherche d'un emploi dans
augmentation de 8,3 % contre 7,1 % la région. 60
1997 1998 1999 2000 2001 2002France entière. Depuis le début de Le repli du chômage pour les chômeurs
Source : DRTEFPl'année 2002, une légère baisse du de longue durée s'est poursuivi au début
chômage a été observée en Bretagne. de l'année 2002 à un rythme de plus en Taux de chômage au sens du BIT (%)
France entière, la hausse du chômage plus modéré. Fin mars 2002, 25 983 13
tend à s'atténuer. En données corrigées demandeurs d'emploi étaient inscrits à
12des variations saisonnières, le nombre l'ANPE dans la région depuis plus d'un
France
de demandeurs d'emploi dans la région an. C'est 2,8 % de moins qu'un an plus
11a baissé de 1 % au cours de ce trimestre tôt, baisse identique à celle enregistrée
après avoir augmenté de 3,5 % le France entière. Au 31 mars 2002, la part
10trimestre précédent. des chômeurs de longue durée dans
A la fin du premier trimestre 2002, l'ensemble des chômeurs est de 28,4 %
9dans la région contre 29,4 % au niveau15 622 jeunes de moins de 25 ans
Bretagne
étaient à la recherche d'un emploi en national.
8
Bretagne, ce qui représente une
augmentation de 21,6 % en un an contre A la fin mars 2002, le taux de chômage
7
1997 1998 1999 2000 2001 200214,4 % au niveau national. Les jeunes en Bretagne s'établit à 8,5 %. Il a baissé
Source : INSEEreprésentent 17,1 % des demandeurs
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 73 - Juin 2002 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %Valeur au
e RégionIndicateurs trimestriels 1 trimestre France
2002 sur un ansur un trimestre sur un an
ACTIVITÉ
Chiffre d’affaires des entreprises Source : Impôts
… …Chiffre d’affaires total déclaré (en millions d’euros) (1)… …
…Chiffre d’affaires à l’export déclaré … …(1)…
Agriculture Source : DRAF
Livraisons de lait (en milliers d’hl) + 1,2 - 2,1 -11 482
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,32 - 8,6 - 3,0 - 1,2
Abattages de porcs (en tonnes) + 1,5 + 8,0278 120 + 5,1
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,34 - 3,6 - 23,4 - 23,4
Construction Source : DRE
- 7,8 + 3,2 - 3,1Logements autorisés 5 492
Logements commencés - 12,1 + 0,1 + 2,55 204
893 530 - 14,4 - 8,6 - 12,0Locaux à usage professionnel (nombre de m2 autorisés)
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
Nombre de nuitées (en milliers) - 12,2 + 7,5 - 12,2925
43,0 - 1,4 + 3,9 - 3,2Taux d’occupation moyen (en %)
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
Importations (en millions de euros) + 2,2 - 19,3 - 9,81 660
Exportations (en millions de euros) - 4,8 - 15,5 - 7,41 942
Immatriculations de véhicules neufs Source : OST
Voitures particulières et commerciales + 1,1 - 1,7 - 2,722 395
Indicateur d’investissements Source : Impôts
…… …TVA déductible sur immobilisations (en millions de euros) (1)…
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
Ensemble + 9,4 + 5,6 - 3,11 555
Industrie 109 + 5,8 + 0,9 - 6,2
Construction + 26,6 - 2,8 - 5,9276
Commerce 330 + 12,2 + 0,9 - 0,9
Services + 4,2 + 11,6 - 2,7840
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
Ensemble - 0,7 - 20,8 - 29,6293*
EMPLOI
Emploi salarié privé Source : INSEE-URSSAF
secteur marchand non agricole (données corrigées des variations saisonnières)
+ 0,6*** + 2,4***Ensemble 598 000** + 1,5***
183 100** - 0,2*** - 0,2*** - 0,2***Industrie
+ 0,8*** + 3,2*** + 2,0***Construction 60 000**
Commerce 126 000** + 1,2*** + 3,6*** + 2,2***
+ 0,7*** + 3,5*** + 2,1***Services 228 900**
MARCHÉ DU TRAVAIL
8,5 - 1,2 + 6,3 + 4,6Source : INSEETaux de chômage au sens du BIT (CVS)
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
+ 8,3 + 7,1de catégorie 1 91 464 ///
de moins de 25 ans /// + 21,6 + 14,415 622
de longue durée 25 982 /// - 2,8 - 2,8
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 31 mars 2002
Variation de janvier 2001 à décembre 2001 (en %) DEFM Taux deVariation
catégorie 1 chômage BITsur un an
Ensemble Industrie Construction Commerce Services (série brute) (CVS )(en %)
Côtes-d’Armor + 2,3 + 1,5 + 2,2 + 4,4 + 1,9 + 6,1 8,215 951
Finistère + 2,2 - 1,7 + 0,7 + 3,6 + 3,8 + 2,9 8,927 482
Ille-et-Vilaine + 2,5 + 0,4 + 4,1 + 3,2 + 4,3 + 18,5 7,826 317
+ 2,3 - 0,3 + 4,1 + 4,1 + 2,7 + 5,9 9,2Morbihan 21 714
Source : INSEE-URSSAF Source : DRTEFP - INSEE
e
* au 4 trimestre 2001 ** effectifs au 31 décembre 2001 en données brutes *** variation au 31 décembre 2001 en données CVS
(1) En raison d’un changement d’organisation par les services des impôts de la collecte des entreprises régionales, les données relatives au chiffre d’affaires et à la TVA ne sont pas disponibles.
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Jean-Paul MER
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2001 Dépôt légal : 2 trimestre 2002
6 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 73 - Juin 2002

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin