Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

www.insee.fr/lorraine
°
112N Secteurs innovants et création d'entreprise
La création d’entreprises dans les secteurs innovants en Lorraine est
en forte augmentation depuis 2003. La sphère informatique y occupe
une place prépondérante, en direction d’une clientèle d’entreprises mais
également de particuliers. En 2006, les créateurs lorrains des entreprises
des secteurs innovants sont principalement des hommes, âgés de 30
à 40 ans, ayant majoritairement suivi une formation initiale technique.
Leur principale motivation est d’assurer leur emploi, la moitié étant
au chômage avant la création de leur entreprise. Lorsqu’ils évoquent
leur avenir professionnel, ils portent un regard optimiste, mais peu pensent
développer l’emploi salarié, dans un futur proche. Pour ces créateurs,
si “secteurs innovants” ne rime pas forcément avec innovation,
la technologie apparaît néanmoins comme le support de leur activité.
Entre 1996 et 2006, les créations d’éta- nombre de créations. En moyenne, près de
blissements dans les secteurs innovants ont 250 établissements “innovants” s’implantent
plus que doublé en Lorraine, passant de 141 à chaque année en Lorraine, contre près de
284 par an. Au cours de cette décennie, la dy- 12 900 sur l’ensemble du territoire national.
namique de création dans ces secteurs se sub-
Le rattrapage récent de la Lorrainedivise en plusieurs périodes. La première
période, qui va de 1996 à 2000, se caracté- Cette croissance s’inscrit également dans le
rise par une forte percée des secteurs inno- contexte d’un véritable décollage de la créa-
vants, et ce dans un contexte économique tion d’entreprises en Lorraine depuis 2003,
porteur. En 2000, plus de 200 établissements tous secteurs d’activités confondus. Mais cor-
“innovants” ont été créés en Lorraine, au plus respond également à une logique de rattra-
fort de la bulle Internet. L’éclatement qui s’en page de la Lorraine au cours de ces dernières
est suivi, ainsi qu’une conjoncture maussade, années. Depuis 10 ans, la part des établisse-
expliquent en bonne partie le repli des créations ments lorrains innovants dans l’ensemble na-
enregistrées entre 2000 et 2002. Depuis tional ne cesse de progresser, passant de
2003, le nombre de créations ne cesse d’aug- 1,7% en 1996 à 2,1% en 2006. Ces flux de
menter dans ces secteurs, à un rythme parti- créations s’ajoutent, année après année, aux
culièrement soutenu, notamment en 2003 entreprises déjà existantes et pérennes. En
(+21,6%) et 2004 (+22,6%). Cette dynamique 2006, la Lorraine compte près de 1 800 éta-
régionale est supérieure à celle constatée au ni- blissements appartenant au champ des sec-
veau national. Toutefois, il convient de relativi- teurs innovants, contre un peu plus de 1 300
ser ces taux de croissance au regard du en 1996. Cette hausse de près de 40% est
Vla résultante, au cours de la dé- plus de la moitié des établisse- Plus de la moitié des créateurs
cennie, de plus de 2 000 créa- mentslorrainsn’a paspassé ce ont suivi une formation initiale
tions d’établissements, et la cap. Toutefois, il serait hasardeux technique, validée par un diplôme
disparition, dans le même temps, de forger une hypothèse de cau- allant du CAP/BEP (18%)audi-
de quelque 1 500 établissements. salité entre secteurs innovants et plôme d’ingénieur (7%), les titulai-
pérennité des établissements. res d’un BTS/DUT (26%)étant lesEn 2006, ces établissements em-
D’autres facteurs influent sur la plus représentés. Les créateursploient près de 16 000 salariés,
longévité des établissements, diplômés d’une formation universi-soit près de 3,7% des effectifs
comme l’appartenance à un taire généraliste sont moitiésalariés lorrains du secteur mar-
groupe ou le degré d’exposition à moins nombreux (26%).chand. Avec 17 salariés par éta-
la concurrence ou les caractéris-blissement en moyenne, les La part des entreprises des sec-
tiques intrinsèques des créa-établissements des secteurs in- teurs innovants créées en 2006 en
teurs. Car qui sont-ils, cesnovants ont une taille sensible- Lorraine est de 3,7%. Bien que pa-
porteurs de projet qui créent leurment supérieure à la moyenne raissant relativement faible, cette
entreprise dans les secteurs inno-des établissements lorrains, pris proportion est plus élevée que celle
vants ? En quoi sont-ils sembla-dans leur ensemble. que l’on observe à l’échelon national
bles ou différents des autres (2,6%). La répartition en LorraineLe champ des secteurs innovants créateurs ? Quelles sont leurs n’est pas homogène : en 2006,inclut 42 secteurs liés aux tech- motivations à l’entrepreneuriat ? 45% des nouvelles entreprises senologies de l’information et de la
sont implantées en Moselle et 32%communication (TIC), aux produits
Créations autour en Meurthe-et-Moselle. Près d’unepharmaceutiques, aux biotechno-
nouvelle entreprise sur 5 s’est ins-du sillon lorrainlogies et aux nouveaux matériaux.
tallée dans les Vosges. La Meuse
Néanmoins, parmi tous ces sec- Dans les secteurs innovants, plus n’a attiré qu’une faible part des
teurs, trois appartenant à la de huit créateurs lorrains sur dix créations dans les secteurs inno-
sphère informatique, représen- sont des hommes. Cette propor- vants (5%).
tent à eux seuls plus de 70% des tion est plus élevée qu’au niveau
Ces entreprises sont surtout crééescréations et près de 40% du national (70%), et qu’en Lorraine
dans le sillon lorrain, montrant l’im-parc d’établissements innovants tous secteurs confondus (73%).
er portance de villes comme Nancy ouexistant en Lorraine au 1 janvier Dans la région, près de la moitié
Metz. D’ailleurs, la zone d’emploi de2006. Cette spécialisation des (45%) des créateurs d’entreprise
Nancy a accueilli en 2006 plus deactivités au sein des secteurs in- en 2006 ont entre 30 et 40 ans.
23% des créations dans les sec-novants se retrouve également au Ce qui correspond à la moyenne
teurs innovants, devant celle deniveau national. nationale. La région se distingue
Metz avec 17%.néanmoins du niveau national parLa prédominance des services in-
la surreprésentation des créa-formatiques, à destination princi- Prédominance deteurs de moins de 25 ans (9%palement des entreprises,
la sphère informatiquecontre 5% nationalement), et laconditionne en grande partie la lo-
moindre représentation des créa- En Lorraine, comme en France,calisation géographique des éta-
teurs âgés de40à45ans (6% 80% des entreprises sont crééesblissements des secteurs
contre 14%). dans le secteur des “activités in-technologiquement innovants.
Ces derniers s’implantent dans
des zones où l’appareil productif Forte évolution récente de la création en Lorraine
est dense : métropoles et zones
Évolution des créations d'établissements dans les secteurs innovantsfortement urbanisées. Ils s’im- entre 1996 et 2006
plantent plus rarement dans de
250 indice base 100 1996
petitescommunesurbainesou a
fortiori en milieu rural.
Lorraine (secteursL’appartenance aux secteurs in-
innovants)
200
novants est-il un gage de pérenni-
France (secteursté ? L’examen de données
innovants)
rétrospectives permet de ré-
150 Lorraine (touspondre positivement à cette ques-
secteurs)
tion. En effet, trois ans après leur
création, plus de 85% de ces éta-
blissements sont encore en activi- 100
té, tandis que ce taux n’est plus
que de 64%, tous secteurs
confondus. À 5 ans, plus de 70%
50
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
des établissements innovants
sont encore présents, tandis que Source : Insee - Sirene
2Pourcentage de création d'entreprises dans les secteurs innovants
formatiques”. Plus particulière- infrastructure, tels que la fabrica- comme une motivation forte pour
ment dans les domaines du tion de machines et d’équipements plus de 80% des créateurs d’entre-
soutien logiciel pour la gestion et électriques ou de radio et télévision prise. Cette attention portée à l’em-
la sauvegarde de données, dans sont peu présents en Lorraine. La ploi s’explique par le fait que près
celui de la maintenance matérielle très faible implantation de ces sec- d’un créateur sur deux (49%)était
et celui du conseil informatique. teurs n’est pas surprenante au re- au chômage avant la création alors
Loin derrière se place le secteur gard de l’investissement nécessaire que seulement un quart était salarié
despostesettélécommunica- en outillage, en personnel et en in- (23%).
tions avec 10% des créations, frastructure. La clientèle des entreprises lorrai-
domaine très voisin des “activités Les nouvelles entreprises des nes créées en 2006 est constituée
informatiques”. Il est suivi du sec- secteursditsinnovantssontsou- pour 56% d’autres entreprises,
teur du commerce de gros et des vent des créations pures qui, pour 38% de particuliers. Il s’agit
intermédiaires avec 4% de créa- pour la moitié d’entre elles, ne bé- donc majoritairement de services
tion d’entreprises spécialisées néficient pas d’aides publiques ou aux entreprises, même si cette pro-
dans le commerce de matériel in- d’exonération. De plus, les trois portion est inférieure à celle ob-
formatique. quarts de leurs créateurs en sont servée au niveau national.
Lessecteursinnovantssecaracté- à leur première création. La place non négligeable des parti-
risent par une formation initiale culiers dans la clientèle lorraine ex-
élevée du créateur, et un besoin en L'emploi du créateur : plique en partie que les entreprises
capital social initial relativement régionales aient un nombre plusune motivation majeure
faible. En Lorraine, 75% des entre- élevé de clients qu’au niveau natio-
prises créées dans les “activités in- Neuf entreprises sur dix n’emploient nal. Ainsi, 50% des entreprises
formatiques” en 2006 ont un pas de salariés. Près de 60% des lorraines affirment avoir plus de dix
capital social initial dont le montant créateurs lorrains souhaitent avant clients contre 37% France entière.
est inférieur à 8 000 euros. Tous tout assurer leur propre emploi, De manière surprenante, les en-
secteurs confondus, cette part mais près d’un quart envisagent de trepriseslorraines dessecteursin-
tombe à 48%. Les secteurs néces- développer leur entreprise et l’em- novants ne tirent pas parti de la
sitant de gros investissements en ploi salarié. Ainsi, l’emploi apparaît situation géographique de la Lor-
raine. Alors que la Lorraine est au
Le sillon lorrain dans les secteurs innovants en 2006 cœur de l’Europe, frontalière avec
la Belgique, le Luxembourg et l’Alle-
magne, seulement 10% des60
clients des entreprises lorraines
sont internationaux, contre 11% à
Épinal l’échelon national. L’origine géogra-
phique de la clientèle des entrepri-
50 ses lorraines est principalement
locale (50%)puisrégionale (20%)
Thionville et nationale (20%). Cette faible pré-
Commercy sence à l’international s’explique
Meuse du Nord
aussi sans doute par l’installation
40
récente de ces entreprises.
Bar-le-Duc
Saint-Dié
Jeunes créateurs
Metz Vosges de l'Ouest optimistes pour l'avenir
30
Remiremont-Gérardmer
Six mois en moyenne après leur
installation, les créateurs d’entre-
Sarrebourg
prises lorrains sont satisfaits par
Sarreguemines leur situation. Plus des neuf dixiè-
20
mes souhaitent rester de façon
Bassin Houiller durable à la tête de leur entre-
prise. D’ailleurs la majorité pose
un regard optimiste sur l’avenir.Nancy Toul
10 Plus de la moitié d’entre eux
Briey
(57%) pensent développer leur ac-
Longwy tivité, un quart (25%)pensent
maintenir l’équilibre et seulement
Lunéville
un dixième souhaitent redresser
0
Sillon lorrain Autres zones d'emploi une situation difficile. Sur le front
Source : Insee - Sirene 2006 de l’emploi, les perspectives à
3moyen terme sont les suivantes : importants en Recherche et Dé-Savoir plus :
seul un quart (27%) des créa- veloppement. Malgré tout, 48%
teurs d’entreprise lorrains en des créateurs lorrains pensent
- Créer son entreprise : assurer d’a-
2006 déclarent vouloir embau- proposer des produits ou des
bord son propre emploi - Roselyne
cher dans un proche avenir, services nouveaux, 19% d’entreKerjosse, division Administration du
répertoire Sirene et démographie contre plus de la moitié (51%)qui eux pensent avoir introduit de
des entreprises, Insee - Insee Pre- affirment ne pas l’envisager. nouveaux concepts de vente et
mière N°1167 - Déc. 2007 10% des méthodes ou procédés
- Regard sur les TPE-PME en Lor- de production innovants. Il y aEntreprises des secteurs
raine - Insee Lorraine, CRCI de Lor-
donc un lien réel entre secteursinnovants et innovationraine, CRMA de Lorraine, Conseil
dits innovants et innovation,Régional de Lorraine, CES de Lor- Le champ des secteurs innovants
raine - 52 p. - Déc. 2006 même s’il n’est pas systéma-
ne doit pas être confondu avec
tique. Il existe également un lien
- Sites internet : l’innovation. En effet, dans ce
entre secteurs innovants etwww.3ilorraine.fr champ figurent des entreprises
technologie. Trois quarts deswww.insee.fr qui n’innovent pas. À l’inverse,
créateurs considèrent que la
hors de ce champ se trouvent
Ministère de l’Économie, technologieest àlabasedeleur
des entreprises qui peuvent par-des Finances et de l'Emploi production ou de leurs services
faitement introduire de l’innova-Insee
et 15% la considèrent comme le
Institut National de la Statistique tion dans leur processus de
support de leur activité. Seulset des Études Économiques production ou de distribution.
10% considèrent que la techno-Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot La grande majorité des entrepri- logie intervient peu voire pas du
CS 54229 ses lorraines créées en 2006 tout dans leurs activités.
54042 NANCY CEDEX
sont de petites entreprises indi-
Tél :03 83 91 85 85 Yann KUBIAK
viduelles, incapables de se do-Fax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine Olivier SERREter, à court terme, de moyens
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee Définition des secteurs technologiquement innovants
COORDINATION RÉDACTIONNELLE Le périmètre retenu pour suivre les secteurs technologiquement innovants
Christian CALZADA s’inspire d’un ensemble de travaux d’analyse économique réalisés au sein de
Gérard MOREAU l’Insee, de la DGE et de l’OCDE. Il inclut les secteurs liés aux technologies de
Dominique SOURIS (3i Lorraine) l’information et de la communication (TIC), aux produits pharmaceutiques,
aux biotechnologies et aux nouveaux matériaux.
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
La détermination des secteurs liés aux TIC comprend :
RELATIONS MÉDIAS
- les secteurs producteurs de technologies de l’information - fabrication d’or-Jacqueline FINEL
dinateurs et de matériel informatique (NAF 300 A et C), de TV, radios (323Z)
RÉDACTRICE EN CHEF et téléphones (322 A et B), d’appareils d’instrumentation et de mesure (332
Agnès VERDIN A et B et 333Z), de connectique (313Z) et de composants (321 A, C et D) ;
- les secteurs distributeurs de technologies de l’information - commerce deSECRÉTARIAT DE FABRICATION
gros de matériel informatique, y compris les importateurs (NAF 518 G et H) ;MISE EN PAGE - COMPOSITION
Marie-Thérèse CAMPISTROUS - les secteurs des services de technologies de l’information - services de télécom-
Marie-Odile LAFONTAINE munications (NAF 642), services informatiques et location de matériel informa-
tique (NAF 72 et 713 E), s audiovisuels (921, 922 A, B, D, E et F).ISSN : 0293-9657
Les autres secteurs comprennent quelques sous-ensembles de la chimie© INSEE 2008
(gaz industriels, chimie organique et inorganique de base, matériel plastique)
ainsi que la pharmacie industrielle (NAF 241 A, E, G, L et 244 A et C).
3i Lorraine
Il s’agit de secteurs caractérisables par un degré significatif d’innovation technolo-
Initiative - Innovation -
gique tel que mesuré par leurs dépôts de brevets répartis par domaine technolo-
Intelligence économique
gique au sens de l’étude “Technologies clés pour l’industrie française à l’horizon
www.3ilorraine.fr
2000". Ces secteurs, dit innovants, sont définis à partir des activités exercées
Siège : par l’entreprise, en conséquence, certaines entreprises de ces secteurs peuvent
WTC Tour A ne pas être innovantes, et d’autres, hors de ces secteurs, peuvent l’être.
2 rue Augustin Fresnel
CP 78211
57082 METZ Cedex 3 Sources
Tél : 03 87 36 16 16
Enquête SINE (Système d’information sur les nouvelles entreprises) : systèmeFax : 03 87 36 90 20
permanent d’observation d’une génération de entreprises tous lesAntenne :
quatre ans. Il a pour objectif de suivre pendant cinq ans les e nées au10 viaduc J.F. Kennedy
54000 NANCY cours du premier semestre d’une année par le biais de trois interrogations par
Tél : 03 83 40 08 40 voie postale. Cette étude s’appuie principalement sur les résultats de la pre-
Fax : 03 83 94 06 84 mière interrogation réalisée en septembre 2006 auprès d’un échantillon de
47 000 entreprises créées ou reprises sans continuité au cours du premierJean-François LAIBE
semestre 2006 et, dans une moindre mesure, sur ceux de la première inter-Président de 3i Lorraine
rogation réalisée en septembre 2002 auprès d’un échantillon de 35 000 en-
Philippe LAMIRAND
treprises du premier semestre et s’appuyant sur la même définition.
Directeur de 3i Lorraine
4

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin