Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Transferts d'établissements : Provence-Alpes-Côte d'Azur parmi les régions les plus attractives

De
4 pages
Entre 1996 et 2001, 31 900 établissements de l'industrie et du tertiaire marchand ont quitté une commune de la région ou s'y sont installés. Les établissements qui déménagent sont jeunes et de petite taille, dans la région plus souvent qu'ailleurs en France. Un transfert sur deux se fait au sein d'une même aire urbaine. Le regain d'attractivité de la région s'illustre par le bénéfice qu'elle tire de ses échanges avec l'Ile-de-France. A l'inverse, elle est déficitaire avec Languedoc-Roussillon.
Voir plus Voir moins
4SUD INSEE N° 72  juillet 200 l'essentiel Transferts d’établissements : ProvenceAlpesCôte dAzur parmi les régions les plus attractives
Entre 1996 et 2001, 31 900établis sements de lindustrie et du ter tiaire marchand ont quittéune commune de la région ou sy sont installés. Lesétablissements qui déménagent sont jeunes et de petite taille, dans la région plus souvent quailleurs en France. Un transfert sur deux se fait au sein dune même aire urbaine. Le regain dat tractivitéde la région sillustre par le bénéfice quelle tire de seséchan ges avec lIledeFrance. A linverse, elle est déficitaire avec Languedoc Roussillon.
En 1999, la région comptait 256 427 établissements dans les secteurs de l’in dustrie et du tertiaire marchand non fi nancier. Entre 1996 et 2001, 31905 établissements ont quitté ou se sont ins tallés dans une commune de Provence AlpesCôte d’Azur, soit un taux de mo bilité annuel de 18‰ (cf.encadré “Source et définitions”). Pour 23800 d’entre eux, la commune de départ et la commune d’arrivée sont à l’intérieur de la région.
Entre les périodes 19901995 et 1996 2001, le nombre de transferts a augmen té de 20 % dans la région. En lien avec l’embellie économique, le flux des
© INSEE 2004
transferts régionaux s’intensifie par rap port à l’ensemble des régions dans la fin des années 90.
Des établissements plus jeunes et de plus petite taille qu’ailleurs en France
Le poids important des mono établisse (1) ments sanssalarié dans le tissu local, spécificité régionale, se retrouve dans les transferts. Pour la période 19962001, 96 % des transferts concernent des éta blissements de moins de dix salariés (92 % au niveau national) et 62 % (54 % au niveau national) n’ont pas de salarié. Avec six établissements sur dix qui ont moins de trois années d’existence, les transferts régionaux concernent des éta blissements plus jeunes qu’au niveau national.
Comme ailleurs, les établissements qui déménagent se concentrent dans les sec teurs des services aux entreprises (2) (23 %), de l’éducation, de la santé et de l’action sociale (19 %) ainsi que dans la construction (14%). Rapportés au nombre d’établissements existants, les transferts sont plus fréquents dans les services aux entreprises et le secteur de l’éducation, santé et action sociale. A l’opposé le commerce de détail, les ser vices aux particuliers et les industries agricoles et alimentaires sont moins en clins à déménager. Pour ces secteurs, les
(1) Entreprise comprenant un seul établissement. (2) Lesservices aux entreprises comprennent les activi tés de conseil et assistance, de prestation de travailleurs temporaires, de gardiennage, de sécurité, de nettoyage...