Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Au second semestre 2005, la croissance française a été erratique, le troisième trimestre ayant été plus dynamique que le quatrième. Dans les Pays de la Loire, l’emploi salarié a poursuivi sa lente progression et le taux de chômage a reculé. Toutefois, dans l’industrie, l’activité s’est stabilisée alors qu’elle s’est accélérée dans le bâtiment.
Aline CLÉMOT Christelle RIEG
N° 46. Mai 2006
www.insee.fr/paysdelaloire
Une croissance erratique fin 2005
PRÈSUNPREMIERSEMESTRE2005 secAond semestre a été chaotique. Le pro marqué par un ralentissement de la croissance en France, le duit intérieur brut a en effet rebondi au troi sième trimestre, progressant de 0,7% pour ensuite ralentir en fin d’année (+ 0,4 % au quatrième trimestre). Sur l’en semble de l’année 2005, la croissance française a été modérée, le PIB augmen tant de 1,4 % après 2,1 % en 2004.
Bien que confronté à des prix énergétiques encore élevés, l’environnement international est resté favorable. Toutefois, les exporta tions françaises n’ont pas profité pleine ment du dynamisme de la demande mondiale. Alors que les exportations avaient fortement rebondi au troisième tri mestre, du fait notamment de la déprécia tion de l’euro rendant les produits français plus compétitifs, leur croissance s’est affaiblie en fin d’année. Les importations ont, quant à elles, progressé tout au long du second semestre à un rythme soutenu pour répondre à la demande vigoureuse adressée par les entreprises comme par les ménages. Du fait de ces évolutions, le solde du commerce extérieur a con tribué négativement à l’évolution du pro duit intérieur brut.
Après le ralentissement enregistré au deuxième trimestre 2005, les dépenses de consommation des ménages sont reparties à la hausse au troisième trimestre et sont restées soutenues en fin d’année. Ce dynamisme au second semestre reflète le rebond du pouvoir d’achat. Quant aux dépenses de consommation des adminis trations publiques, elles ont également accéléré au troisième trimestre mais leur rythme de croissance s’est affaibli au dernier trimestre.
Après l’évolution chaotique du début d’an née, l’investissement des entreprises a progressé régulièrement tout au long du second semestre 2005. La hausse a résulté essentiellement de celle des dépenses en produits manufacturés. Sur l’ensemble de l’année, l’investissement des entreprises a progressé plus fortement en 2005 qu’en 2004. Du côté des ménages comme des administrations publiques, l’investissement a été un peu moins dynamique au second semestre qu’il ne l’avait été au début de l’année.
Après un premier semestre de croissance molle, la production est repartie à la hausse au troisième trimestre 2005. Le commerce et les services aux particuliers ont en effet bénéficié de la forte augmentation des
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin