Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Numéro 88 : Mars 2006
Femmes et hommes inégaux
face à la dépendance
Deux fois plus de femmes 80 ans, un âge critique
que d'hommes touchés par la dépendance surtout pour les femmes
Répartition des effectifs estimés de personnes Taux de dépendance par sexe
dépendantes en Midi-Pyrénées en 2005 en Midi-Pyrénées en 2005
en % en %
50
90 ans et plus
40
85 à 89 ans
Femmes Hommes
Femmes
3080 à 84 ans
Hommes
75 à 79 ans 20
70 à 74 ans
10
60 à 69 ans
0
25 20 15 10 5 0 0 5 10 15 20 25 60 à 69 ans 70 à 74 ans 75 à 79 ans 80 à 84 ans 85 à 89 ans 90 ans et plus
Source : Insee, enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance 1998-1999, Omphale, Recensement 1999
En 2005, à partir de 60 ans, la dépendance touche
deux femmes pour un homme en Midi-Pyrénées.
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUETout en ayant une espérance de vie plus longue,
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION RÉGIONALE DE MIDI-PYRENEES
les femmes sont plus exposées à la perte
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Pontsd’autonomie que les hommes au-delà de 80 ans.
BP 94 217
31054 TOULOUSE CEDEX 4Elles endurent des dépendances plus sévères que Directrice de la publication : Magali Demotes-Mainard
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plaux
Maquettiste : Béatrice Réclyleurs homologues masculins et vivent plus souvent
Ce document est téléchargeable à partir du site internet
www .insee.fr/mp
à la rubrique « publications »seules ou en institution.
Imprimeur : Douladoure, 31650 Saint-Orens
Dépôt légal : mars 2006À l’horizon 2015, la population dépendante devrait ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG8876être plus nombreuse, plus âgée qu'en 2005 et
Prix : 2,5 €
Abonnement à l'ensemble des publicationstoujours très féminine.
pour l'année 2006 : France 90 €, Étranger 105 € © Insee - IGN 2005
Femmes et hommes inégaux
face à la dépendance
1vec 643 000 personnes âgées le taux de prévalence , augmente forte- tation parmi les seniors, les femmes sont
de 60 ans et plus en 2004, ment se situe aux environs de 80 ans. En deux fois plus nombreuses que lesA Midi-Pyrénées fait partie 2005, on estime que la dépendance hommes à être dépendantes dans notre
des régions les plus âgées de France. Les touche 3 % des seniors de Midi- région. En France métropolitaine, elles
seniors représentent près d’un quart Pyrénées qui n’ont pas atteint cet âge représentent 68 % de l’ensemble des
de la population régionale contre contre 21 % de ceux qui l’ont dépassé. dépendants. Elles sont en moyenne très
seulement 21 % en moyenne en France Les personnes dépendantes sont donc âgées. Plus de trois femmes dépendantes
métropolitaine. Avec seulement 18 % de majoritairement très âgées : deux sur sur dix ont déjà soufflé leurs 90 bougies.
seniors, la Haute-Garonne est le dépar- trois ont dépassé l’âge de 79 ans.
Outre l’âge et le sexe, le milieu socialtement le plus jeune de la région grâce
Le sexe joue également un rôle influe aussi sur le risque de dépendance.à la forte attractivité que l’agglomération
déterminant sur le risque de dépen- Les cadres et les professions intermé-toulousaine exerce sur les jeunes et les
dance. Si avant 80 ans, hommes et diaires ont un taux de prévalence de laactifs.
femmes rencontrent le même risque dépendance moins élevé que lesDans les autres départements de
(3 %), il n’en est pas de même ensuite. ouvriers, les employés et les agriculteurs.Midi-Pyrénées, la part de personnes de
En effet, à partir de 80 ans, à âge égal,60 ans et plus est élevée et oscille entre
les femmes sont beaucoup plus concer- Au total, 7,4 % des seniors de Midi-25 % et 30 %. Les départements les plus
nées par la perte d’autonomie que les Pyrénées sont dépendants en 2005. Ceruraux, Lot et Gers en tête, sont les plus
hommes. Près d’un quart d’entre elles taux est supérieur au taux moyenâgés en raison des nombreux départs de
sont dépendantes contre 16 % des observé en France (6,7 %) en raisonjeunes à l’âge des études supérieures et
hommes. Les femmes âgées rencontrent notamment de la part élevée dede la plus faible natalité.
plus souvent des problèmes de santé et personnes âgées de 80 ans et plus parmiLes seniors sont majoritairement des
sont de fait plus exposées aux problèmes les seniors de la région. Seule la Haute-femmes (57 % de femmes en 2004). La
de dépendance. Garonne (6,8 %) présente un tauxféminisation de la population s’accentue
proche du niveau national. Départementavec l’âge en raison de la plus grande
En raison de ce risque accru de perte le plus urbain de la région, la Haute-espérance de vie des femmes. En 2004,
d’autonomie et d’une forte sur-représen- Garonne compte plus d’anciens cadresune Française de 60 ans peut espérer
vivre encore 26,4 années en moyenne
contre 21,4 pour un Français du même
âge. Parmi les sexagénaires, les hommes Des seniors relativement âgés en Midi-pyrénées
Part des personnes de 80 ans et plus parmi les 60 ans et plussont presque aussi nombreux que les
femmes. Mais près de trois personnes
âgées de 90 ans et plus sur quatre sont
des femmes.
Les personnes dépen-
dantes sont surtout des
femmes très âgées
en %Le risque de devenir dépendant,
23 - 27
22 - 23 c’est-à-dire d’avoir besoin d’aide pour
20 - 22
19 - 20accomplir certains actes essentiels de la
16 - 19
vie quotidienne, augmente avec l’âge.
Le vieillissement ainsi que les maladies
sont à l’origine de la progression des
Source : Insee, estimations localisées de population 2004incapacités qui peuvent aboutir à un
état de dépendance.
1 Pour une classe d’âge donnée, le taux de prévalence de la dépendance est le rapport entre
L’âge critique à partir duquel la part le nombre de personnes âgées dépendantes et le nombre total de personnes dans cette
classe d’âge.de personnes dépendantes, mesurée par
2et professions intermédiaires, moins sentent ainsi 60 % des moyennement niveau national. À l’inverse, ils résident
d’anciens ouvriers, employés et agri- dépendants (gir 4) mais trois quarts des moins souvent seuls ou dans une
culteurs et surtout une part moins personnes les plus dépendantes (gir 1). institution.
importante de personnes âgées de 80 ans
et plus. Dans les autres départements de Des femmes Les femmes atteintes de dépen-
Midi-Pyrénées, la population âgée est plus souvent seules dance vivent plus souvent seules que
plus exposée à la dépendance qu’en ou en institution les hommes. En 2005, elles sont 16 %
moyenne en France métropolitaine : le à vivre ainsi contre seulement 7 % des
taux moyen de ces sept départements L’apparition d’une dépendance ne hommes dépendants. Ce mode de vie
s’élève ainsi à 7,7 %. nécessite pas systématiquement l’entrée s’explique en partie par le fait qu’elles
dans une structure spécialisée. Les sont plus souvent touchées par le veuvage.
Des dépendances politiques de maintien à domicile des En 2004, la part de veuves parmi les
plus sévères pour personnes âgées, comme par exemple femmes âgées est près de quatre fois plus
les femmes les mesures en faveur des services à la élevée que la part de veufs en raison de
personne, permettent aux seniors dépen- la surmortalité masculine et du fait que
En Midi-Pyrénées, 3 % des personnes dants de rester chez eux plus longtemps. l’âge des femmes est en moyenne
âgées de 60 ans et plus souffrent d’une Ainsi, le domicile reste le lieu de vie inférieur à celui de leurs époux de trois
perte d’autonomie mentale et/ou psychique privilégié pour les personnes en perte ans au-delà de 60 ans.
(groupes iso-ressources -gir- 1 et 2, voir d’autonomie. En 2005, on estime que
encadré) et 4 % ont conservé leur auto- deux personnes âgées dépendantes sur La proportion de personnes âgées
nomie mentale mais ont des difficultés trois de la région résident à domicile, dépendantes vivant seules progresse avec
motrices (gir 3 ou 4). Avec le poids des chez elles ou chez un de leurs proches. l’âge jusqu’à 90 ans, quel que soit leur
ans, la dépendance endurée devient de La plupart du temps, ces personnes sexe. Au-delà, le maintien à domicile
plus en plus sévère. Un tiers des sexagé- bénéficient d’une aide non profession- d’une personne dépendante devient plus
naires sont ainsi lour dement dépendants nelle qui repose presque toujours sur difficile en raison de l’aggravation des
(gir 1 ou 2) alors que c’est le cas de plus des membres de la famille et le plus incapacités. Les dépendants très âgés qui
de la moitié des personnes âgées de souvent sur des femmes. ne peuvent plus vivre seuls sont le plus
90 ans et plus. souvent pris en charge par leur entourage,
Malgré le phénomène de un enfant dans la majorité des cas.
Davantage touchées par la dépen- décohabitation intergénérationnelle, le
dance, les femmes connaissent des familialisme traditionnel du Sud-Ouest L’entrée dans une structure d’accueil
handicaps plus sévères que leurs homologues laisse encore son empreinte dans la région. collectif est motivée par la dégradation
masculins. D’une part, elles sont plus En 2005, les dépendants de Midi- de l’état de santé et du niveau d’inca-
nombreuses que les hommes dans chaque Pyrénées vivent plus souvent à domicile pacité qui se produit souvent aux grands
catégorie de dépendance. D’autre par t, la dans un ménage que l’ensemble des âges. Elle a lieu quand les moyens
proportion de femmes augmente avec le dépendants français. Ils sont 54 % à familiaux ne permettent plus le main-
niveau de dépendance. Les femmes repré- vivre ainsi soit 6 points de plus qu’au tien à domicile. En 2005, un tiers des
En institution, les hommes ne sont majoritairesLes femmes sont plus sévèrement
que parmi les sexagénaires handicapées que les hommes
Répartition par âge des personnes dépendantes hébergéesRépartition par gir des personnes dépendantes de Midi-Pyrénées en 2005
en institution, en Midi-Pyrénées en 2005 en %
100
Hommes Femmes
80
6 % 10 %
60
4031 % 30 %38 %
34 %
20
gir 1
26 % 025 % gir 2
90 et60 à 70 à 75 à 85 à 80 à gir 3 69 ans 74 ans 79 ans 89 ans84 ans plus
gir 4 femmeshommes
Source : Insee, enquête H-I-D 1998-1999, Omphale, Recensement 1999Source : Insee, enquête HID 1998-1999, Omphale, Recensement 1999
3Le domicile reste le lieu de vie dominant surtout pour les hommes
Répartition par lieu de vie des personnes dépendantes en Midi-Pyrénées en 2005 en %
HommesFemmes
100100
80 80
60 60
40 40
2020
00
90 et 90 et60 à 70 à 75 à 60 à 70 à 75 à 85 à 80 à 85 à 80 à
69 ans 74 ans 79 ans 69 ans 74 ans 79 ans 89 ans84 ans 89 ans plus 84 ans plus
vivant seul à domicile ne vivant pas seul à domicile en institution
Source : Insee, enquête H-I-D 1998-1999, Omphale, Recensement 1999
personnes dépendantes de Midi- résultent plus souvent de troubles infirmiers à domicile est la plus faible
Pyrénées résident dans une maison de psychiques qui ne peuvent être pris en de la région et le taux d’équipement en
retraite ou dans une unité de soins charge de façon adaptée qu’en institution. structure de personnes âgées inférieur à
longue durée d’un hôpital. la moyenne régionale, les dépendants
Dans ces types d’hébergement, les Le sexe, l’âge et l’isolement jouent vivent plus souvent seuls.
taux de prévalence de la dépendance un rôle déterminant dans le choix d’un
sont bien sûr plus élevés qu’à domicile. lieu de résidence. Mais ce choix est aussi Des dépendants plus
Près d’une personne âgée sur deux conditionné par l’offre de places en ins- nombreux et plus âgés
hébergée en institution est dépendante titution et par l’offre de ser vices en 2015
contre seulement une sur vingt à domicile. notamment de soins à domicile. En
Durant la décennie à venir, les se-Les cas de dépendance sévère y sont Ariège, où l’offre de places en institu-
niors devraient être de plus en plusbeaucoup plus fréquents. Les pension- tion est la plus faible, mais qui bénéficie
nombreux (+ 22 % à l’horizon 2015).naires résidant en collectivité sont aussi d’un taux d’équipement en services de
Ils pourraient représenter plus d’unlogiquement plus âgés. Plus d’un soins infirmiers à domicile élevé, près
quart de la population totale de Midi-dépendant sur deux a dépassé l’âge de de six dépendants sur dix vivent à
Pyrénées dès 2010 si la baisse de morta-84 ans. domicile dans un ménage et seulement
lité observée depuis 30 ans se poursuivaitun dépendant sur quatre réside en
(hypothèse tendancielle).Plus concernées par des incapacités collectivité. Près de quatre dépendants
sévères, les femmes dépendantes sont sur dix vivent en collectivité dans
La progression du nombre detrois fois plus nombreuses à vivre en l’Aveyron qui a le plus fort taux d’équi-
personnes âgées ne serait cependant pasinstitution que les hommes. Ces derniers pement que ce soit en institutions ou
uniforme pour toutes les classes d’âge.entrent plus tôt en structure d’accueil en services de soins à domicile. En
Le nombre de sexagénaires augmenteraitcollectif et ne sont majoritaires que Haute-Garonne, où l’offre de soins
parmi les sexagénaires. La tendance s’in-
En Midi-Pyrénées, les personnes dépendantes
verse nettement ensuite. Les femmes sont plus souvent chez elles et moins souvent seules (en %)
Évolutiondépendantes résidant en institution sont
Répartition des personnes dépendantes par lieu de vie en 2005 des personnes
donc nettement plus âgées que leurs vivant seul ennon seul dépendantes
homologues masculins. À partir de à domicile institution 2005-2015 à domicile
Ariège 16 59 25 + 6,875 ans, les femmes ont plus souvent
Aveyron 12 48 41 + 6,7recours à une institution que les hommes.
Haute-Garonne 15 56 29 + 19,5Plusieurs raisons sont évoquées pour
Gers 11 59 30 + 9,6
expliquer ce phénomène. Les femmes
Lot 13 52 35 + 11,4
se retrouvent plus souvent confrontées Hautes-Pyrénées 13 53 34 + 9,5
Tarn 11 51 37 + 12,6au veuvage. Elles acceptent plus facilement
Tarn-et-Garonne 12 55 33 + 12,2que les hommes l’aide dispensée par un
Midi-Pyrénées 13 54 33 + 12,9tiers. Enfin les incapacités dont souf-
France métropolitaine 16 48 35 + 15,9
frent les femmes sont plus sévères et Source : Insee, enquête HID 1998-1999, Omphale, Recensement 1999
4fortement avec l’arrivée dans cette classe raison de l’augmentation rapide du nombre personnes âgées. Ce département pour-
d’âge des enfants du « baby-boom ». de seniors âgés de plus de 80 ans, âge à rait ainsi compter 46 % des nouveaux
À l’horizon 2015, les sexagénaires partir duquel les incapacités deviennent dépendants si l’évolution tendancielle
seraient de 44 % plus nombreux qu’en plus fréquentes. Cependant, l’allongement de la mortalité et le maintien des com-
2005. Le nombre de personnes âgées de l’espérance de vie sans incapacité liée portements migratoires se vérifiaient.
de 80 ans et plus progresserait aussi aux avancées médicales et à la Dans les autres départements de la
sensiblement (+ 31 %) avec l’arrivée dans tertiarisation de l’économie permettrait région le nombre de personnes ayant
cette classe d’âge des cohortes nombreuses d’amortir la progression du nombre de besoin d’aide pour accomplir
nées entre les deux guerres mondiales personnes ayant perdu leur autonomie. certains actes essentiels de la vie quoti-
et l’allongement continu de la durée de Dans ces conditions, selon le scénario dienne progresserait moins fortement
vie, fruit des progrès réalisés en matière retenu (cf : encadré), en dix ans, les (de 6,7 % à 12,6 %) car l’augmenta-
de santé et de qualité de vie. En revanche, effectifs de personnes âgées dépendantes tion du nombre de personnes de 80 ans
les septuagénaires seraient moins nom- progresseraient de 13 % contre 31 % et plus serait moins marquée.
breux (- 7 % en dix ans) du fait des pour la population de 80 ans et plus.
déficits de naissance pendant la seconde La population dépendante, tou-
guerre mondiale. En Haute-Garonne, le nombre de jours largement féminine, serait de plus
personnes dépendantes progresserait en plus âgée. En effet, sous l’effet du
À l’horizon 2015, les personnes fortement (+ 19,5 %) en raison d’une vieillissement de la population, le nombre
dépendantes seraient plus nombreuses en augmentation importante du nombre de de dépendants reculerait pour les moins
Méthode d'estimation du nombre de personnes dépendantes utilisée dans cette
étude et divergences avec le nombre de bénéficiaires de l'Apa
L’estimation du nombre de personnes dépendantes de 60 ans et plus réalisée ici s’appuie sur les résultats de l’enquête nationale
Handicaps-incapacités-dépendance (HID) 1998-1999 menée auprès de 34 600 personnes vivant en ménage ou en institu-
tion. Cette enquête aborde différents thèmes : les maladies, les déficiences (pertes ou dysfonctionnement des diverses parties du
corps ou du cerveau), les incapacités (difficultés ou impossibilités dans la réalisation des actes élémentaires ou plus complexes)
et les difficultés ou impossibilités à remplir les rôles sociaux. Les questions sur les incapacités permettent de classer les person-
nes selon le degré de difficulté éprouvée pour chaque activité.
Les résultats de l’enquête permettent d’estimer des taux de dépendance nationaux par sexe, âge et lieu de vie (domicile seul,
domicile non seul, institution) qui sont ensuite appliqués aux populations départementales ou régionales, mesurées lors du
Recensement de 1999, également ventilées par sexe, âge et mode de vie.
Les projections de population départementale ou régionale sont obtenues grâce à un jeu d’hypothèses : une évolution tendancielle
de la mortalité et un maintien des comportements migratoires observés sur la période 1990-1999.
Les projections de populations dépendantes sont déduites en appliquant à la population totale projetée les taux de dépendance
projetés par sexe, âge et lieu de vie selon un scénario dit « central » retenu par la Drees pour ses projections nationales. Selon
ce scénario, le taux de prévalence de la dépendance reculerait chaque année de 0,13 an pour les hommes de 60 à 79 ans et de
0,11 an pour les âges suivants et respectivement de 0,14 et 0,13 pour les femmes. La répartition des personnes âgées par type
d’hébergement est déduite du recensement de 1999 et supposée constante sur la période de projection.
er janvier 2005 (47 300 personnes) se révèle sensiblement infé-L’estimation des populations dépendantes de la région au 1
rieure au nombre de bénéficiaires de l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) distribuée par les Conseils généraux au
31 décembre 2004 (55 800 bénéficiaires). Il existe plusieurs raisons à un tel écart. L’enquête HID est déclarative alors que
l’attribution de l’Apa est fondée sur une évaluation du degré d’autonomie de la personne réalisée par une équipe médico-
sociale. De plus, le classement des individus par niveau de handicap est établi à partir de l’enquête HID en fonction de leur
réponse à 17 questions. Ce classement s’avère sensible aux options prises pour reconstituer des groupes « équivalents-gir » (cf :
grille Aggir) à partir des questions posées. La méthodologie utilisée semble conduire à une sous-évaluation du nombre de
personnes dépendantes.
La méthode repose sur quelques hypothèses simplificatrices, consistant notamment à considérer l’évolution des taux de dépen-
dance uniformes sur le territoire, la répartition des personnes âgées par mode d’hébergement inchangée depuis 1999.
En conclusion, les effectifs des « équivalents-gir » calculés à partir de la méthode sont des effectifs théoriques. L’étude a plus
pour vocation de qualifier la population des personnes âgées dépendantes et leur mode d’hébergement que de la dénombrer
avec exactitude. Elle sert de plus à évaluer l’évolution à moyen terme que pourrait connaître cette population.
5de 80 ans alors qu’il progresserait passé
À l'horizon 2015, le nombre de personnes dépendantes
cet âge. En 2015, les personnes de progresserait fortement
80 ans et plus représenteraient près deProjection du nombre de personnes dépendantes en Midi-Pyrénées
140 71 % des dépendants contre 66 % en
2005. L’âge des personnes ayant perdu130
leur autonomie augmentant, il existe un
120 risque accru de dépendance plus lourde
nécessitant une prise en charge plus
110
importante. La demande de places en
100 institution risque donc de s’accroître
significativement.
90
80 L’augmentation du nombre et de
1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 l’âge des dépendants conduit à s’inter-2013 2015
roger sur les services dont ces personnesdépendants de moins de 80 ans dépendants de 80 ans et plus
auront besoin afin d’assurer leur maintienensemble des dépendants ensemble des personnes de 60 ans et plus
Source : Insee, enquête HID 1998-1999, Omphale, Recensement 1999 à domicile. L’aide informelle provenant
de leur entourage pourrait être amenée
La grille Autonomie gérontologique groupe à se réduire. Le nombre d’aidants
iso-ressources (Aggir) potentiels (enfants, conjoints) devrait en
effet diminuer en raison de l’éclatementMise en place en 1997, la grille Aggir sert à mesurer l’autonomie des personnes
géographique des familles, du phéno-de 60 ans et plus à travers l’observation par une équipe médico-sociale des activi-
mène de décohabitation et de l’augmen-tés qu’effectuent seules ces personnes. L’examen repose sur dix variables discrimi-
tation du taux d’activité des femmes. Lesnantes : la cohérence, l’orientation, la toilette, l’habillage, l’alimentation, l’hy-
personnes âgées dépendantes pourraientgiène de l’élimination, les transferts, le déplacement à l’intérieur du logement ou
donc avoir plus souvent recours à desde l’institution, le déplacement à l’extérieur et la communication à distance. À
partir de l’observation de ces dix activités, les personnes sont classées dans un des aidants professionnels qu’aujourd’hui.
six groupes iso-ressources (gir) :
- gir 1 : personnes confinées au lit ou au fauteuil sans aucune autonomie et qui Le vieillissement de la population
nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants. et la multiplication des situations de
dépendance devrait donc nécessiter des- gir 2 : personnes confinées au lit ou au fauteuil dont les fonctions mentales ne
évolutions de l’offre sociale : un recourssont pas complètement altérées nécessitant une prise en charge pour les activités
facilité à l’aide professionnelle et unede la vie courante ou celles dont les fonctions mentales sont altérées mais qui ont
augmentation de l’offre de places enconservé leurs capacités motrices.
institutions. Les besoins devraient encore- gir 3 : personnes ayant conservé leur autonomie mentale, partiellement leur
s’intensifier à partir de 2025, date à laquelleautonomie locomotrice mais ayant besoin d’aide pour leur autonomie corporelle
devrait intervenir une forte progression
- gir 4 : personnes aidées pour leur transfert, pour la toilette et l’habillage.
du nombre de dépendants avec l’entrée
- gir 5 et 6 : personnes très peu dépendantes et personnes autonomes. en âge de plus grande dépendance de la
Les personnes classées dans les gir 1 à 4 sont qualifiées de personnes dépendantes génération du baby-boom.
et peuvent percevoir l’Allocation personnalisée d’autonomie.
Pour en savoir plus
• « Les établissements accueillant des personnes âgées en 2003 en Midi-
Pyrénées », Drass Midi-Pyrénées, Flash info n°34, octobre 2005. Catherine SOURD
• « Les services de soins à domicile en Midi-Pyrénées », Drass Midi-Pyrénées,
Flash info n°31, mars 2005.
• « Les personnes âgées », Insee références, édition 2005.
• « Les personnes âgées dépendantes », Rapport de la Cour des Comptes au
Président de la République, novembre 2005.
• « Personnes âgées dépendantes et aidants potentiels : une projection à
l’horizon 2040 », Drees, Études et résultats n°160, février 2002.
6

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin