Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

MAQ NUTRIDOC 72:72

De
4 pages

MAQ NUTRIDOC 72:72

Publié par :
Ajouté le : 11 juillet 2011
Lecture(s) : 98
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Lettre d’information nutritionnelle réalisée à l'initiative du Centre de Recherche et d'Information Nutritionnelles
Nutrition et santé : les nouvelles mesures
Le Programme national nutrition santé (PNNS) 2006-2010 prévoit, outre la poursuite des actions déjà mises en œuvre, de nouvelles mesures qui entrent éga-lement dans le cadre du Plan « Santé des jeunes » et impliquent des acteurs socioéconomiques des secteurs de l’agroalimentaire, de la distribution et de la santé.
Les résultats du premier PNNS (20012005) sont plutôt positifs. En particulier, la préva lence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant s’est stabilisée (14,3 % de surpoids et 3,5 % d’obésité) et reste inférieure à la moyenne européenne (29 % de surpoidset 6,8 % d’obé sité), la consommation de fruits et légumes a progressé – le résultat dépassant même l’ob jectif –, et près des deux tiers des adultes par viennent à exercer une activité physique d’au moins 30 minutes par jour. En revanche, avec 16,9 % d’obésité et 32,4 % de surpoids, les résultats chez l’adulte sont loin d’être satis faisants, la consommation en produits sucrés ne diminue pas, et nombreux sont les enfants chez lesquels l’apport est élevé, celle en fécu lents et en fibres restant insuffisante.
Contre l’obésité : agir sur l’environnement Lors de sa conférence de presse du 4 février 2008, Roselyne BachelotNarquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports annon çait les quatre mesures mises en œuvre pour 2008 en matière de nutrition et obésité : 1 Les annonceurs s’engagent à supprimer la publicité de certains aliments pendant les pro grammes télévisés destinés aux enfants. Des mesures législatives seront envisagées en cas d’échec. En effet, depuis la loi du 9 août 2004, tout message publicitaire en faveur des bois sons, avec ajouts de sucre, de sel ou d’édulco rant de synthèse, et des produits alimentaires manufacturés est accompagné d’une informa
tion à caractère sanitaire : promotion de la consommation de 5 fruits et légumes par jour, incitation à l’activité physique, limitation du grignotage et de la consommation de produits trop gras, trop sucrés et trop salés. Cette mesure d’éducation nutritionnelle visant à sensibiliser le grand public, notamment les enfants, avait été bien accueillie mais nécessitait d’être renforcée. 2 Les enseignes de la grande distribution sont, pour leur part, incitées au retrait des confise ries et sucreries aux abords des caisses. 3 Afin d’améliorer la qualité nutritionnelle des repas des cantines scolaires et universi taires sans en augmenter le coût, un texte plus contraignant que la circulaire du 25 juin 2001, fondé sur les recommandations 2007 du Groupement d’études des marchés de restau ration collective et nutrition (GEMRCN) devrait être publié dès l’automne 2008. 4 La mise en place d’un Observatoire de la qualité alimentaire (OQALI) permettra de suivre l’évolution de l’offre alimentaire sur le plan nutritionnel et socioéconomique ainsi que les engagements des différents acteurs écono miques impliqués.
Anorexie et ivresse en ligne de mire Autres enjeux de santé publique concernant l’alimentation auxquels le Plan « Santé des jeunes » s’attaque : l’anorexie et l’usage pro blématique de l’alcool. L’apologie de la minceur, voire de la maigreur, érigée en modèle de beauté par la société peut
CENTRE DE RECHERCHE ET D'INFORMATION NUTRITIONNELLES
N °7 2– AV R I L2 0 0 8
entraîner des troubles du comportement ali mentaire chez les adolescents et les plus vul nérables et déboucher sur l’anorexie.Une charte d’engagement des acteurs concernés (mode, publicité, agences de mannequins…) prévoit de sensibiliser le public à l’acceptation de la diversité corporelle et de protéger la santé des mannequins en augmentant la fré quence des visites médicales et en fixant des critères sanitaires d’aptitude pour défiler en termes de poids et d’IMC. De plus, l’apologie de l’extrême maigreur conduisant à l’anorexie sera réprimée. Quant à la consommation d’alcool chez les jeunes et notamment les intoxications aiguës de type « binge drinking » signalées dès l’âge de 12 ans, la législation relative à la vente d’alcool devrait être modifiée afin de limiter l’offre aux mineurs de plus de 16 ans. Des consultations « jeunes consommateurs » seront développées, et une campagne de sensibilisa tion via les médias débutera prochainement.
Sport : pour une santé physique et mentale L’incitation des jeunes à la pratique sportive ne peut qu’avoir un impact positif sur leur santé physique (prévention de l’obésité, des problèmes de croissance…) et mentale (socia bilisation, estime de soi, bienêtre…). C’est pourquoi, en primaire, 4 heures par semaine seront consacrées au sport dès la rentrée 2008 et, dès la rentrée 2009, des activités physiques en plus seront proposées entre 16h00 et 18h00 à l’ensemble de la population scolaire.
Plusieurs réunions de concertation entre les différents acteurs (professionnels, consommateurs, représentants des pouvoirs publics et institutions concernées) ont lieu actuellement pour la mise en place de ces mesures.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin