Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Lucien Merlet
Catalogue des livres de l'abbaye de Saint-Père de Chartres au
XIe siècle.
In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1854, tome 15. pp. 263-270.
Citer ce document / Cite this document :
Merlet Lucien. Catalogue des livres de l'abbaye de Saint-Père de Chartres au XIe siècle. In: Bibliothèque de l'école des chartes.
1854, tome 15. pp. 263-270.
doi : 10.3406/bec.1854.445199
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1854_num_15_1_445199CATALOGUE
DES LIVRES
DE L'ABBAYE DE SAINT-PÈRE DE CHARTRES,
AU XI« SIÈCLE.
L'abbaye de Saint-Père, l'une des plus anciennes et des plus riches
de France, fut en même temps l'une des plus célèbres par la science et
l'érudition de ses moines. Placée aux portes mêmes de Chartres, elle
devait en effet participer au grand mouvement littéraire dont cette ville
était le centre au onzième siècle. Dès les premiers temps de l'ère chré
tienne , les écoles de Chartres jouissaient d'une réputation telle, qu'au
septième siècle, saint Béthaire quittait Rome pour venir étudier la phi
losophie dans ces écoles qu'avait illustrées un siècle auparavant le prê
tre Chermir : mais ce fut surtout au commencement du onzième siècle,
sous la direction de Fulbert , que les études acquirent à Chartres tout
leur développement. Formé à Reims sous les yeux de Gerbert, Fulbert
vint apporter dans la cité chartraine ses connaissances spéciales dans
les lettres et dans la médecine , et lorsqu'il monta sur le siège episcopal
(1007), il ne perdit pas de vue les écoles qu'il avait si longtemps diri
gées et se choisit un digne successeur dans la personne de Sigou.
Les moines de Saint-Père ne restaient pas indifférents à ces travaux
de l'esprit, qu'ils regardaient aussi comme un des devoirs de leur ordre.
Aussi, malgré les pertes énormes que nous avons à déplorer, nous trou
vons encore des preuves convaincantes du zèle de nos bénédictins pour
les lettres et les sciences. — Ou conserve encore aujourd'hui à la bibli
othèque de Chartres un ms. (n° 93) dans lequel on lit cette inscription :
Hune librum dédit Alveus abba.s ' sanclo Petro apostolo Carnoten-
sis cenobii pro vita xterna : tant était grande alors la valeur d'un livre,
qu'il pesait dans la balance du Juge éternel ! Dans la première moitié
du onzième siècle, peu de temps après la mort de Fulbert, le moine
Paul écrivit le célèbre cartulaire nommé Aganon. Nous avons un cata
logue des manuscrits de Saint-Père à peu près contemporain de l'Ag;>-
1. L'abbé Auvieu mourut en dbï>. 264
non, et qui ne comprend pas moins de quatre-vingt-quatorze volumes,
chiffre considérable pour cette époque. Au reste, les moines tenaient à
honneur d'accroître leurs richesses littéraires et contribuaient de leurs
deniers à l'acquisition de nouveaux livres : ainsi , en tête d'un ms.
du onzième siècle (Bibl. de Chartres, n° 125), nous lisons cette inscrip
tion : Hic est liber sancti Pétri Carnotensis cenobii, quem fralres ca-
ritative de suis caritatibus emerunt a quodam Langobardo monacho-
— Ce que les moines faisaient ainsi spontanément, Eude de Levéville,
leur abbé, le régla en 1145 , par une ordonnance capitulaire : du con
sentement de tous, il soumit tous les obédienciers de l'abbaye à payer
une certaine somme entre les mains du bibliothécaire pour l'entre
tien et l'accroissement de la bibliothèque1. — Avec un pareil r
èglement, les trésors littéraires de Saint-Père devaient, augmenter rap
idement; et d'ailleurs le successeur d'Eude , Foucher, ne fut pas moins
zélé que son devancier. Il plaça les manuscrits dans une nouvelle salle
spéciale, et en même temps favorisa de tout son pouvoir les copistes
habiles : nous pouvons encore juger de la perfection qu'ils atteignaient,
сяг la bibliothèque de Chartres possède deux manuscrits (nos 137 et
158) exécutés par l'un d'eux, le frère Adam.
Plus tard nous voyons les moines travailler au catalogue détaillé âe
leur bibliothèque. Ce catalogue était écrit sur quatre rouleaux, et on y
inscrivait exactement chaque ouvrage nouveau dont s'enrichissait l'a
bbaye : Ad quatuor rotulos, per moduni repertorii sive inventant pri-
dem, diversis tamen temporibus , inde confectos. Ces détails nous sont
fournis par un ms. de la bibliothèque de Chartres (n° 51 de la seconde
série) intitulé : Apothecarius moralis monasterii sancti Pétri Carnot
ensis. C'est une espèce de compilation faite en 137 3, où se rencontrent
nombre de documents précieux, et entre autres un abrégé de cet inven
taire des livres de Saint-Père, composé en 1367 et où sont déjà compris
deux cent vingt et un volumes. On trouvera le texte de cet inventaire
dans le Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de la ville de
Chartres (Chartres, 1840, in- 8°), pag. 142 et suiv.
Le catalogue que nous publions aujourd'hui est du onzième siècle.
Nous l'avons tiré du ms. i>° 65 de la bibliothèque de Chartres. Nous i
ndiquons les mss. qu'on retrouve sur le catalogue de 1367, et ceux que
la bibliothèque de Chartres possède encore aujourd'hui. Pour certains
articles nous renvoyons aussi au catalogue des mss. de Saint-Père que
Montfaueon a donné dans le Bibliotheca bibliothecarum manuscripto-
rum.
X, Car lui. de Saint-Père, publié par M. Guérard, t. Il, 393. 2f>5
1. Ystoria tripartita. — Aujourd'hui n. 2t. Montfaucon cite
ce ms. comme étaut du neuvième siècle ; mais il n'est que du
dixième.
2. Priscianus. — N. 112 en 1367. N'est pas dans Mont-
faucon.
3. Juvenalis.
4. Vila sancti Germani, versifiée. — N. 65 en 1367.
5. Passio sanctorum, Marcellini et Pétri. — Aujourd'hui
n. 84. C'est un ms. du onzième siècle (dixième, suivant Mont-
l'aucon), où l'on trouve quelques neumes à l'avant-dernier
feuillet.
6. Exposilio Esdre prophète.
7. Diadema monachorum. — N. 63 en 1367.
8. Septem collaliones. — N. 71 en Fait aujourd'hui
partie dun. 28. Cems. est du commencement du onzième siècle;
le scribe qui l'a transcrit nous a conservé sou nom : « Droardus
quamvis indignus peccator scripsit. »
9. Cassiodorus super : « Domine exaudi. » — N. 180 en 1367.
Aujourd'huin. 27. Ms. du commencement du onzième siècle (neu
vième, suivant Montfaucon) ; on trouve à la dernière page quel
ques notes tironiennes.
10. Dionisius decelesti ierarchia. — N. 103 en 1367. Ce ms.
est indiqué comme perdu au quinzième siècle. La bibliothèque
de Chartres (n. 58) possède un exemplaire de cet ouvrage; mais
il paraît écrit au douzième siècle, et par conséquent est postérieur
à la rédaction du catalogue que nous publions.
1 1 . Expositio Jeronimi in Jeremiam.
12. Agustinus de Sancta Trinitate. — N. 17 en 1367. Aujour
d'hui n. 105.
13. Vita sancli Antonii. — Aujourd'hui n. 118. Ms. du
neuvième siècle, intitulé : « Vita sancti Antonii (le commence
ment manque) — beati Hilarionis — beati Malchi monachi. »
14. Expositio Rabani super Judith, et expositio Alberti super
Apocalypsin, in uno volumine. — Le catalogue de 1367 l'indique
ainsi sous le n. 159 : « Rabanus super Judith et Hester, et vila
sancti Juliani martvris; Secunda pars expositionis Ambrosii
Autberti in Apocalypsim ; in uno volumine. » Aujourd'hui u. 44.
Ms. du onzième siècle, dixième selon Montfaucon.
15. С oil alto abbaiis Moysi. — Fait aujourd'hui partie du
n. 28. 266
16. Jeronimus super Malheum et Abdiam. — N. 62 en 1367.
Aujourd'hui n. 24. Manuscrit du commencement du dixième
siècle, en tête duquel se trouvent huit feuillets, presque entièr
ement écrits en notes tironiennes.
17. Cassiodorus super psalterium usque ad: «Domine exaudi. »
— N. 180 en 1367. Aujourd'hui n. 86.
18. Rabanus super Regum. — Le catalogue de 1367 l'indique
ainsi : « Rabani Mauri expositio in quinque libros Regum. »
Aujourd'hui n. 78. Ms. delà fin du dixième siècle.
19. Jeronimus super J onam. — Aujourd'huin. 3. C'estundes
plus anciens mss. que possède la bibliothèque de Chartres. 11
paraît être du huitième siècle; le commencement manquait déjà
du temps de Montfaucon.
20. Josephus. — Sur le catalogue de 1367, n. 144, il est inti
tulé : « Libri Josephi de Antiquitatibus Judaicis. » Aujourd'hui
n. 70. Ms. du dixième siècle.
21. Moralia Job libri X — N. 55 et 56 en 1367.
22. Augustinus de Doctrina Christiana. — N. 4 en 1367. Au
jourd'hui n. 65. C'est à la suite de ce ms., copié à la lin du
dixième siècle par le frère Vital, que se trouve le catalogue que
nous publions. Montfaucon cite et le manuscrit de saint August
in et le catalogue ; mais il les fait remonter tous deux au neu
vième siècle ; ce qui nous semble une erreur.
23. Jeronimus super Leviticum. — Serait-ce le volume donné
par l'abbé Auvieu, qui figure maintenant au catalogue, sous le
n. 93, avec ce titre : « Origenis expositio in Leviticum?» Ce
qui pourrait autoriser cette conjecture, c'est que nous ne voyons
point le ms. de l'abbé Auvieu porté sous un autre numéro au
catalogue du onzième siècle.
24. Augustinus super psalterium, a : « Deus stat in synagoga, »
usque ad finem.
25. Expositio super Epištola sancti Pauli, romana scriptura.
26. Eocpositio Job, romana scriptura, a XXV usque
ad XXXV. — Le catalogue de 1367 (n. 187 ) ajoute cette remar
que : «Et videtur esse iste liber sancti BenedictiFloriacensis. »
C'est le manuscrit de saint Grégoire qui est aujourd'hui coté
n. 2. L'écriture paraît du commencement du septième siècle.
C'est une belle onciale, se rapprochant un peu de la minuscule
lombardique, que le moine du onzième siècle a sans doute voulu
désigner par les mots : « romana scriptura. » Au haut de la pre 267
mière feuille on a mis cette note : « Ce livre a été apporté de Saint-
Benoît sur Loire, et appartient dès le temps que Ragenfred remit
ici les moines, » c'est-à-dire vers 940.
27. Jeronimus in Isaiam. — N. 79 en 1367, aujourd'hui
n. 87.
28. Pastoralis episcopi Fulberti pro nostro. — Indiqué comme
perdu au quinzième siècle.
29. Augustinus super Johannem, rovnána scriptura. —
N. 26 en 1367.
30. Jeronimus contra Luciferianum N. 87 en 1367.
31. Beda super parabolas. — N. 183 en 1367.
32. Augustinus contra Felicianum. — Aujourd'hui n. 101.
33. Gregorius Turonensis super Gesta Francorum.
34. Miracuîa sancti Martini.
35. Sanctus Effrem. — N. 67 en 1367. Le ms. n. 128 de la
bibliothèque de Chartres, intitulé : « Sancti Ephrem de com-
punctione cordis libri septem, » n'est pas celui dont il est question
ici, car l'écriture ne remonte pas plus haut que le treizième
siècle.
36. Flores psalmorum Jeronimi.
37. Ystoria romana secundum Anneum Florum.
38. Augustinus de opere nwnachorum. — N. 11 en 1367.
39. Beda super Ystoriam Anglorum.
40.de Cura pro mortuis. — Fait maintenant partie
du n. 43.
41 et 42. Hubaldus ad Carolum, duobus voluminibus. — In
diqué comme perdu au quinzième siècle.
43. Liber de concordia regular um. — Fait aujourd'hui partie
dun. 76.
44. Liber legis ribuarie. — Perdu au quinzième siècle.
45. Epištole beali Pauli apostoli. — N. 147 en 1367. Aujour
d'hui n. 76. Beau ms. du commencement du onzième siècle, dans
les marges et les interlignes duquel on a, au treizième siècle,
ajouté beaucoup de gloses,
46. Beda super Esdram. — N. 183 en 1367.
47. Bedade Arte metrica.
48. Adelelmm de Virginitate.
49. Priscianus de Nomine. — N. 114 en 1367.
50 et 51. Duo volumina Prisciani de XIIe'"" versibus.
52 à 54. Franco et Saxo, in tribus voluminibus . 268
55. Departibus orationistractatus^scottisca liííera.
56. Arithmetica, et Boetius de Consolatione, et Prosperus, el
Avienus, in uno volumine . — N. lil en 1367. Il existe à la b
ibliothèque de Chartres plusieurs exemplaires de l'Arithmétique
de Boèce; mais ils viennent tous du chapitre de Chartres.
57. Boetius alter de Consolatione. — Aujourd'hui n. 91 . Ms. du
commencement du onzième siècle, avec beaucoup de gloses mar
ginales et iuterlinéaires, et au commencement duquel sont deux
feuillets pleins de notices sur Boèce.
58 et 59. Eœemplaria duo cartarum.
60. Introductio grammatice et aliarum artium. — Ce doit être
le manuscrit indiqué sous ce titre : « Artes libérales magni Au-
relii Cassiodori, » dans le catalogue des manuscrits de la bi
bliothèque de Chartres, n. 39.
61. Ysagoge Porphirii, et Cassiodorus de Instilutione rerum
humanarum, in uno volumine. — L'exemplaire de cet ouvrage
qui se trouve à la bibliothèque de Chartres (n. 92) provient du
chapitre de la cathédrale.
62. Boetius super Categorias Aristotelis. — Ce traité fuit partie
du ms. 92, dont nous venons de parlera l'article précédent.
63. Remigius super Donatum et super Catonem. — Perdu au
quinzième siècle.
64. Vitalis liber, qui ita vocalur propter vitas sanctorum. —
Perdu au quinzième siècle.
65. Régula sancti Benedicti cum glosis. — N. 119 en 1367. in
diqué comme perdu au quinzième siècle. La bibliothèque de
Chartres possède aujourd'hui deux exemplaires de la règle de
saint Benoit. Le premier est à la suite du livre de saint Éphrem
que nous avons mentionné à l'article 35; l'autre, incomplet, est
joint au martyrologe de Juziers(n. 54desmss. relatifs à l'histoire
locale).
66 et 67. Glosarii duo.
68. Beda de Nátura rerum. — N. 183 en 1367. Aujourd'hui
n. 90.
69. Prognostica Juliani Tolletani episcopi.
70. Fortunatus. — Perdu au quinzième siècle.
71. Ovidius.
72. Isidor us de Differentia inter Deum et hominem. — Fait
p.irtie du n. 118, que nous avons mentionné plus haut (art. 13). 269
73. Sane tus Ilarius Je sancta Trimtale, et Ambrosius de Fide,
inunovolumine. — N. 178 en 1367.
74. De illustribus sscclesiarum. — N. 138 en 1367.
75. Septem collationes alise.
76. Passionales 1II1, excepto magno volumine dialogorum.
77. Expositio Aimonis super epistolas Pauli. — N. 190 en
1367. Aujourd'hui n. 12. Beau ms, du* neuvième siècle.
78. Vir gi Hus.
79. Servius. — N. 121 en 1367.
80. Summum bonům, liber Isidoři. — N. 174 en 1367. Au~
jourďhui n. 35.
8 1 . Ordo ecclesiasticus.
82. Psalterium triplům. — N. 191 en 1367. Aujourd'hui
п. 30. Ms. du commencement du onzième siècle,
83. Omeliarius in quadragesima. — N. 184 en 1367. Peut
être les « Homeliae anonymi, » ms. du dixième siècle qui se trouve
à la suite du Raban Maur, que nous avons cité ( art. 14 ).
84. Augustinus, de Latrone cui dixit Dominus : « Hodie me-
cum eris in paradiso. » — N. 4 en 1367. Aujourd'hui n. 43.
Ms. du commencement du onzième siècle, exécuté par « Reinal-
dus. »
85. Marcianus.
86. Liber de muliere Cananea.
87. Expositiones Ambrosii in epistolis Pauli. — Ms. du
onzième siècle suivant Montfaucon.
88. Quaterniones de sancto Petro, quos Rotbertus fecit tran
scriber e.
89.de sancto Andrea.
90. Hi sancti libri 1I1I quos dominus Sigo dédit sancto Pe
tro. — Nous avons dit que Sigon succéda à Fulbert comme éco-
latre de la ville de Chartres. Ces évangiles, qu'il donna à Saint-
Père, sont peut-être ceux qui portent aujourd'hui le n. 32. Ce
dernier ms. est en effet antérieur à la rédaction de notre catalo
gue ; il est certainement des dernières années du dixième siècle.
Mais on aurait tort de le faire remonter plus haut. Ceux qui l'a
ttribuent à Alcuin ont mal compris la note dans laquelle Mabillon
dit que ce ms. a été copié sur l'exemplaire d'Alcuin.
91. Libri 1111 evangeliorum. — N. 40 en 1367. Aujourd'hui
n. 5. Ms. du neuvième siècle (huitième, suivant Montfaucon).
92. Liber de vita sancti Pauli et aliorum sanctorum. 270
93. De Civitate Dei. — N. 1 en 1367. Aujourd'hui ri. 64.
94. Quaterniones de sancto Marco et aliorum sanctorum.
95. Flores evangeliorum .
96. Versus de Karolo Magno.
97. Glosarii liber.
98. Lectionarius antiquus.
99. Item lectionarius novus.
100. Istoria Egesippi viri sanclissimi. — N. 137 en 1367. Au
jourd'hui n. 89. Beau ms. du commencement du douzième siè
cle, donné par le frère « Giraldus. »
Les six derniers numéros sont d'une écriture postérieure et ont été
ajoutés par une autre main.
La bibliothèque de Saint-Père possédait en outre, au onzième siècle,
un ms. de Stace. Les moines l'avaient prêté à Gérard, grammairien de
Blois, qui leur avait donné en gage un Saint Grégoire. Plus tard, le
Stace dut rentrer, et le Saint Grégoire fut rendu. C'est ее que nous ap
prend l'article suivant, qu'on a gratté, et qu'on a maintenant beaucoup
de peine à déchiffrer : Anthologia sine expositio Gregorii super Ma-
theum, in guadimonio pro Statio , guem Gerardus abet grammaticus
Blesensis.
Lucien MERLET .

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin