La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

CONV
FRANÇAIS
P4,S-SVPAÎJ?.-
2117
W¥Ei^'-rï
P34
fîTbe Xoiiôon ipbonetic IRcaOers.
CONVERSATIONS FRANÇAISESIReaDers.Zbc Xon^on ipbonctic
Edited by Daniel Jones.
Arm-An English Phonctic Reader. By L. E.
STRONG. {In préparation.)
By Paul Passy.A French Phonetic Reader.
2s. 6d. net.
By A. Egan.A Gcrman Phonetic Reader.
3s. 6d. net.
By A. Camilli.An Itaiian Phonetic Reader.
By T. NavarroA Spanish
(/« préparation.)
Reader. By D. JonesA Cantonese Phonetic
Tong Woo. 5s.and KwiNG
Phonetic Reader. By T. GrahameA Panjabi
net.Bailey. 2s.
Frinta.Phonetic Reader. By A.A Czech
rationInprepa .( )
Arend-Phonctic Reader. By Z. M.A Polish
Choinsky.
and S. T.Sechuana Reader. By D. JonesA
Plaatje. 3s. 6d. net.
By Paul Passy.Conversations Françaises.
4s. 6d. net.
Symbols are used in ail theInternational Phonetic
above Readers.pbonetlc 'Readerë.Zbe %oni)On
CONVERSATIONS
FRANÇAISES
EN TRANSCRIPTION PHONETIQUE AVEC
TRADUCTIONS ANGLAISES i
PAR
PAUL PASSY
Directeur adjoint à l'École <ies Hautes Études, Paris
kW^^
LONDON
UNIVERSITY OF PRESS, LTD.
i8 WARWICK SQUARE, LONDON, E.C. 4.
1920\,^
lin
!HPREFACE
L'UTIMTÉ des textes phonétiques est aujourd'hui trop
généralement reconnue pour qu'il soit nécessaire de justifier
la publication d'un nouveau recueil. Celui-ci diffère de la
plupart des autres en ce que son but n'est ni la première
étude de la langue par des commençants, ni l'étude littéraire
par étudiants avancés. Il est destinédes à des jeunes gens
connaissant assez bien les élémentsdéjà du français, et
désireux de se familiariser fond leà avec langage de la
conversation courante. Il a paru que la manière la plus
naturelle leurde faire connaître ce langage était par une
série de textes portant sur des sujets usuels, et réunis en
une série figurant le voyage d'un étudiant anglais en France.
De cette manière on fait un peu connaître du même coup
divers côtés de la vie française intime.
La plupart de ces textes sont, en tout ou en partie, des
dialogues.1 Vu leur but spécial, on ne s'étonnera pas que
le langage en soit un peu plus contracté, plus rapide, que
^ Quelques-uns ont déjà paru, sous une forme un peu difiérente,
" "dans les Franzôsische Unterrichtsbriefe de Michaelis-Passy,
publiés chez Haberland (Leipzig). C'est moi qui les avais rédigés à
cette époque.vi PRÉFACE
celui représenté dans, la plupart de mes transcriptions
scolaires. Cependant j'ai tenu à ne pas aller trop loin
dans cette voie, sachant par expérience combien elle peut
être dangereuse pour des étrangers insuffisamment guidés
par l'instinct linguistique. En fait, la prononciation
"représentée ne diffère pas beaucoup de cette prononcia-
"tion familière ralentie que je tiens pour spécialement
convenable à l'enseignement. Des formes propres à un
parler plus rapide sont indiquées en note. Sans doute
celles-ci pourront surprendre, choquer même, plus d'un
lecteur. Je n'entreprendrai pas de les justifier. J'affirme
simplement qu'il n'y en a pas une qui ne soit bien française
et courante et si je ne recommande pas aux étrangers de;
les employer eux-mêmes, je crois très utile pour eux de
savoir les comprendre.
Voici maintenant une question qui demande quelques
explications. On remarquera premiersde suite que les six
morceaux ne sont pas imprimés comme les suivants. Pour
ceux-ci, on a conservé la division traditionnelle en mots. Les
premiers morceaux, au contraire, sont divisés en groupes.
Quels groupes ? Essentiellement des groupes de sens ;
c'est à dire, des groupes où sont réunis, s'ilscomme ne
formaient qu'un seul mot, les mots étroitement unis par
le sens. Bien que basée sur des considérations logiques,
cotte division est beaucoup plus phonétique que la division
en mots car, dans entre; un parler lent, on peut s'arrêter
chaque groupe et, dans un parler rapide, les diverses
;
parties du groupe sont pourtant reliées par un accent, soit
force,de soit de ton.