La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

COMPIEGNEHISTORIQUE DESOCIÉTÉ
DKSCHIPTION
DES
.Tin
iJFOU '-V'
b'orct de Coiiipiègncdans laExécutées
ROUCYD li M. AlHEKT DELA DlUHCTlONSous
CAUCHEMÉV.Par
du Palais de CompiègneInspecteur
Historique de Compiègnede la SociÉTiiMembre TrruLAiRE
DEUXIÈME PARTIE
COMPUEN'A'IT :
la Carrière-du-Roi.i" Les Fouilles de
2" Gallo-Koinaines.Les Caves
^^
yr:\
COMPIÈGNE
PROGRÈS DE L'OISEPRIME RIE DU.M
PILHKL-SAUVA&E, I7RUE17,
U)02DEUXIEME PARTIE
FOUILLES DE LA CARR 1 LRK-DU-ROI
CAVES GALLO-ROMAINESLA CARRIÈRE-DU-ROILA CARRIÈRE-DU-ROI
La Station Gallo-Romaine du lieu dit la Carrière-du-Roi,
canton de la Garenne-du-Roi, forêt de Compiègne'.
Dans une notice lue, le mars31 1S75, à la réunion des Sociétés
Savantes, à. Paris, M. Albert de Roucy s'exprimait ainsi, au sujet de la
description d'une statue en pierre découverte, en 1871, dans les fouilles
de la Carrière-du-Roi
:
" Parmi tant d'emplacements antiques à signaler dans la forêt de
« Compiègne, un des plus importants, des plus riches en vestiges de toutes
« sortes, c'est sans contredit celui situé au canton de la Garenne-du-Roi,
« au bas du versant ouest du plateau où se trouve le petit hameau dit : le
« Four-d"En-Ilaut, sur la droite du chemin de grande communication
« conduisant de Compiègne à Villers-Cotterêts. Cet emplacement est
« traversé par la voie romaine qui parcourt la forêt depuis Saint-Etienne
« jusqu'à Champlieu, et tout indique une station de haltey sur cette
« grande voie.
« A ctroite et à gauche de celle-ci étaient venus se grouper des liabi-
« tations, des ateliers, quantité d'établissements dont les fondations et
substructions« ont été mises à jour par les fouilles relativement étendues
« que j'y ai dirigées. »
' Communication faite l'i la Société historique de Compiègne, dans sa séance du,^o février 1896.DESCRIPTION DES FOUILLESb4
pensée de compléter ces indications, par les relevés etC'est dans la
renseignements pris sur place au moment de l'exploration, que je viensles
aujourd'hui vous entretenir de cette station antique remontant environ au
siècle.troisième
Comme le démontre M. Albert de Roucy, ce village gallo-romain est
le cantonnement de la Cjarenne-du-Roi, au lieu dit la Carrière-situé dans
empierréeprès et à droite de la route allant de Saint-Jean-aux-du-Roi,
Four-d'En-Bois à Villers-Cotterêts, 11300 mètres de distance du liameau le
Saint-Nicolas-de-Courson et àllaut. à 000 mètres du poste forestier de
1.800 mètres du village de Saint-Jean-aux-Bois. (\'oir planche I).
d'habitations détruites, comme en partie toutesCette agglomération
cette époque, au moment de l'invasion des Francs,les auti'es stations de
vestiges, un intérêt réel, non seulement auoffre, par son ensemble et ses
son étendue, mais aussi par les découvertes qui ont étépoint de vue de y
direction si intelligente de M. de Roucy.faites sous la
partie explorée donne une surface de cinq hectares environ.ha
habitations mis à jour longent la voie romaineLes restes des
Brunehauti, sur un parcours de mètres. Ces constructions(chaussée 450
pierres et distancées souvent les unes des autres, n'offrentétablies en
alignement bien déterminé par rapport à la chaussée principale ;aucun
tantôt la maison bordait la voie antique et plus loin elle s'en trouvait
mètres. En général, chaque liahitation devait comprendreéloignée de à4 5
pièces, une cour entourée d'un mur et quelquefois un petit bâtimentdeux
dépendance, se trouvait adossé contre ce mur. Des restes deservant de
dallages en pierre brute, formant trottoirs, ont été rencontrés le long de
commun.chaussée ainsi que plusieurs puits devant servir à un usagela
(Voir le plan général, planche II.)
maçonnerie deQuoi qu'il en soit, ces habitations construites en
avec soinpierre posée régulièrement et par petits appareils taillés souvent
indiquentet couvertes en fortes tuiles avec couvre-joints en terre cuite,
par ses moeursune civilisation déjà avancée et prospère. Cette population,
souvent duet ses goûts simples, son industrie locale, se nourrissant
l'abride la chasse, devait être à de la gêne.produit
attiré particulièrement l'attention auUn groupe de substiaictions a
ensemble constructions semoment des travaux d'explorations. Cet de
Morienv.il, sur le versant Nord d unetrouve situé près du chemin de