Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Deux vieilles France en échauguette - article ; n°1 ; vol.5, pg 91-100

De
11 pages
Vingtième Siècle. Revue d'histoire - Année 1985 - Volume 5 - Numéro 1 - Pages 91-100
Two old Frances at watch towers. The wars of religion, Janine Garrisson.
From 1559 to about 1600, two Frances stood face to face. The most obvious break was the religious division and the confrontation between Catholics and Protes tants. But this Franco-French war can be interpreted as the continuation of older conflicts, those that opposed the North and the South, the inhabitants of cities and those of the countryside, the faithful supporters of royal power and the big feudal lords : two different political conceptions and two visions of society. This major conflict, which brought about 40 years of murders and plunder, seems to have been effaced from the collective memory of the French, which has retained only one event : the Saint Barthelemy day massacre. As if the horror of this massacre hid the very foundation of the wars of religion : the existence of several Frances, each refusing to listen to the other.
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Janine Garrisson
Deux vieilles France en échauguette
In: Vingtième Siècle. Revue d'histoire. N°5, janvier-mars 1985. pp. 91-100.
Abstract
Two old Frances at watch towers. The wars of religion, Janine Garrisson.
From 1559 to about 1600, two Frances stood face to face. The most obvious break was the religious division and the
confrontation between Catholics and Protes tants. But this Franco-French war can be interpreted as the continuation of older
conflicts, those that opposed the North and the South, the inhabitants of cities and those of the countryside, the faithful
supporters of royal power and the big feudal lords : two different political conceptions and two visions of society. This major
conflict, which brought about 40 years of murders and plunder, seems to have been effaced from the collective memory of the
French, which has retained only one event : the Saint Barthelemy day massacre. As if the horror of this massacre hid the very
foundation of the wars of religion : the existence of several Frances, each refusing to listen to the other.
Citer ce document / Cite this document :
Garrisson Janine. Deux vieilles France en échauguette. In: Vingtième Siècle. Revue d'histoire. N°5, janvier-mars 1985. pp. 91-
100.
doi : 10.3406/xxs.1985.1117
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1985_num_5_1_1117DEUX VIEILLES FRANCE
EN ÉCHAUGUETTE
LES GUERRES DE RELIGION
Janine Garrisson
Le tocsin de la Saint-Barthélémy de 1559, s'établit dans le royaume une
sonne encore dans la conscience natio église construite à la genevoise, suivant
nale. Mais, au-delà de cet événement la théologie de Calvin. Son organisation
qui a fait choc, quarante ans de guerres est relativement démocratique. La paroisse
civiles et de tueries sans nom du 16e de la base est dirigée par son ou ses
siècle ont été effacés de la mémoire pasteurs qu'assistent les anciens : quatre
collective et n'ont guère été attisés plus ou six fidèles cooptés chaque année et
tard par d'autres feux. Serait-ce, nous chargés de la gestion administrative ainsi
dit Janine Garrisson, parce qu'il fallait que de l'ordre moral de la communauté ;
bien oublier la funeste tentation des cette église locale possède donc une grande
deux France, Nord contre Sud, Roi autonomie. Représentée aux colloques,
contre Grands, villes campagnes ? aux synodes régionaux et lorsqu'elle est
Les guerres de religion nous auraient- prestigieuse et populeuse, aux synodes
elles vaccinés contre, disait Montaigne, nationaux, la communauté se situe donc
« ces humeurs peccantes qui dominent au cœur d'une structure fédérale dans
notre corps » ? laquelle pasteurs et laïcs se partagent
l'autorité. Même un simple fidèle devient
partie prenante de l'ensemble puisqu'il
Un fait, monolithique, indéniable : peut mettre son veto à l'installation d'un
de 1559 à environ 1600, deux ministre et s'opposer à la désignation
France antagonistes se dressent d'un ancien. Ce système ecclésiastique,
face à face ; leurs rapports sont agressifs tellement différent de celui pratiqué par
et violents. Mais les failles zigzagantes l'Eglise romaine, s'officialise dans une
dans la masse se trouvent être si nomb sorte de constitution appelée Discipline.
reuses, si différentes de nature, qu'il Celle-ci ainsi qu'une Confession de foi serait plus juste de parler d'un royaume ont été rédigées lors du premier synode
brisé comme peut se briser un miroir national tenu en 1559 à Paris. Ces deux
où apparaissent de gros éclats mais où textes dressent l'ossature d'une nouvelle la surface restante se fendille en multiples Eglise, d'un nouveau réseau de croyances,
lignes de cassure. d'une manière neuve de penser les rap
ports de Dieu et de l'homme. Ici, à ce L'opposition majeure, la plus évidente
point, surgit le conflit, l'antagonisme aussi, comme la partie visible d'un ice
franco-français. berg, est l'opposition religieuse. A partir
91 ARTICLES
O LE SIGNE DE LA FIN DU MONDE La Charité, à Lyon, à Gaillac, à Toulouse,
à Bordeaux... en 1572, lors des Saint-
Dans les mentalités frottées de millé- Barthélémy, qu'elles se déchaînent. La
narisme des gens du 16e siècle, cette liste n'est pas exhaustive, elle peut être
installation du protestantisme représente prolongée jusqu'en 1621 et 1622 avant
comme un traumatisme. Cette religion que le roi n'affirme sa volonté de maîtriser
vécue comme hérésie, proclamée telle par par les armes et par la loi la minorité
les autorités catholiques, ayant désormais et donc d'accomplir, aux yeux du popul
aire, son devoir de Très- Chrétien. pignon sur rue, pourrait bien être l'un
des signes désastreux, avant-coureurs du
désastre ultime : la fin du monde, le
O L'ETRANGE BALLET DES GRANDS Jugement dernier ! Le huguenot, dès lors,
devient pour le catholique banal comme
« Autres étaient les pensées des un pestiféré, porteur de germes conta
suprêmes dominateurs », écrit d'Aubigné, gieux, propagateur et adepte d'une doc
il est vrai ! Parmi ceux-là, les grandes trine subversive qui rompt l'équilibre du
familles au sang bleu : celles qui siègent monde temporel. N'oublions pas que
de droit au Conseil du roi, celles qui toute « novelleté », fût-elle mince, voire
détiennent aux armées les hauts commanddérisoire, atteint ainsi les individus au
ements et en province les fonctions de vif de leur compréhension du monde.
gouverneur, celles qui ont toujours l'un Réflexe provoqué par la peur que vient
d'entre elles porteur d'une mitre épis- sous-tendre l'inévitable réflexe de
copale dans l'un des diocèses du royaume. défense ! Les habitants des villes et des
Cette haute noblesse qu'ont tenue en bourgs, les paysans aussi, confrontés aux
lisière François 1er et Henri II, alors hommes de l'autre croyance s'efforceront
qu'elle était présente sur le front des de les détruire. Les détruisant, ils en
diminuent le nombre et donc reculent le batailles contre les Habsbourg, n'a rien
perdu de son appétit de puissance ! Freiné danger planant de la fin du monde. Les
par la personnalité du premier Valois détruisant, ils accomplissent une sorte de
d'Angoulême, son désir éclate de contrôljustice populaire relayant celle du roi,
er la machine monarchique au travers inefficace ou incompétente. Les détrui
du souverain. Car l'instant s'annonce sant, purifiant dès lors le royaume, ils
favorable pour ces gentilhommes aux offrent à Dieu le sacrifice expiatoire
dents longues. Henri II vient de mourir destiné à l'adoucir. Alors on assiste, au
sur le sable du tournoi, son fils long des années de troubles, à des sou
François II, adolescent souffreteux, lui daines et meurtrières pulsions : les catho
succède pour un an de 1559 à 1560. liques tuent les religionnaires, ils les
Après lui, l'héritier de la couronne, âgé brûlent, les traînent à la voierie, les
jettent à l'eau, retrouvant les gestes immé d'à peine dix ans, ne peut encore régner,
c'est donc sa mère Catherine de Médicis moriaux du grand nettoyage rituel. Vio
que l'on charge de la régence. Une femme, lences en chaîne, violences contagieuses,
un enfant, quelle aubaine pour ces derc'est à Meaux, à Limoux, à Sens, à
niers féodaux. Tours, à Toulouse, à Gaillac en 1562, à
Rouen, à Dieppe, à Orange en 1571, à C'est donc sous couvert de religion
(ou sous couvert de politique ?) que Paris, à Troyes, à Meaux, à Orléans, à
92 LES GUERRES DE RELIGION
de nobles de bon lignage. En Gascogne,
se situent leurs châteaux et leurs manoirs,
mais aussi en Languedoc, en Cévennes,
en Vivarais, en Dauphiné, en Poitou, en
Aunis et Saintonge ; leur présence existe
d'une manière moins massive en Nor
mandie, Champagne, Ile-de-France. Très
Rome près privilégié l'aura protestants. popularité. leurs et Or l'étrange également s'effectue dans afin de executive, de la d'influer affidés l'Empire, seigneureries sont compris, la haute ballet personne honneurs, autour divisée Les les en sur assurant noblesse armée, des Guise, champions Parisiens de suscitant sa physique entre d'un Grands. dans se profits puissance disposant capables dès trouver est adorent trône le catholiques incontestés une lors du et Il à royaume pouvoirs. législative s'agit, peu souverain de d'aligner au fragilisé étrange le terres près plus clan duc on de et tôt, dès 1559, se constituent deux partis
politico-religieux dont l'affrontement
constitue partiellement ce que l'histoire
nomme les guerres de religion. Leur
objectif, nous l'avons dit, est certes de
détenir le pouvoir politique au travers
de la puissance souveraine du roi, mais
encore de faire avancer leur cause con
François, ils adoreront le duc Henri, l'un fessionnelle. Il s'agit bien pour les catho
et l'autre sont identiquement et specta- liques d'éliminer les protestants, il s'agit
culairement balafrés. C'est autour d'Henri bien pour les protestants de se tailler
et de son frère, le cardinal de Lorraine, une place au soleil à l'ombre de la
que s'édifiera la Ligue, le parti ultra monarchie.
catholique, prêt à tous les excès pour
tuer le protestantisme. Les troupes du parti catholique, ce
Chez les protestants, les leaders incont sont ces millions de gens qui, du robin
estés sont les Bourbons. Antoine ne au brassier, demeurent persuadés que
franchit pas le Rubicon religieux et l'hérésie est invasion du corps social, au
demeure catholique mais sa femme, même titre que la peste ; la combattre,
vicomtesse en Béarn et reine en Navarre, c'est donc sauver le royaume et les bons
adopte la nouvelle croyance avec une chrétiens. Lorsque la Ligue leur offrira
fougue d'amazone. D'autant plus vive une structure organisée, ils viendront par
que cette conversion lui permettra de milliers signer, parfois d'une croix, leur
adhésion au programme simple qu'elle chasser hors de ses territoires le clergé
leur propose. Les troupes du parti proromain. Leur fils Henry de Navarre,
prince du sang par son père et symbole testant, au-delà des nobles déjà évoqués,
sont constituées par environ un million des religionnaires par sa mère, devient,
d'hommes et de femmes ; pas tellement en 1576, le chef historique des huguenots.
Les Condé, le père et le fils tous deux gens de la terre mais surtout gens des
prénommés Henri, frère et neveu d'Ant villes, appartenant à la fonction publique,
oine, figurent encore au sommet des à la boutique, à l'écritoire, à l'échoppe
calvinistes ainsi que les trois frères Châ- aussi. Minoritaires, ces troupes, mais
tillon. Le plus connu est bien sûr Gaspard dangereuses parce que groupées ; les trois
quarts des églises et des fidèles ralliés à de Coligny, grand Amiral, figure de
proue protestante, héros blanc ou héros Calvin sont plantés au Sud de la Loire
et plus étroitement se situent dans la noir selon le regard porté sur lui. Autour
zone écharpant le Massif Central de La de ces princes et de ces gentilhommes,
la huguenoterie compte un grand nombre Rochelle à Lyon.
93 ARTICLES
O LE CRIME DE LA SAINT-BARTHELEMY exceptionnelle de la Saint-Barthélémy
vient de ce que le peuple de Paris et
II n'a tenu qu'à un fil que la monarchie celui d'une dizaine de villes en province,
ne sombre dans un tel maelstrom. Cather se croyant enfin investis par le souverain
ine et ses fils, Charles IX et, à partir de la mission sacrée de purification, prend
de 1574, Henri III, naviguent à l'estime le relais de l'action des gouvernants. Plus
avec pour seule visée de ne point se tard, en 1588, Henri III, pressé par la
laisser submerger par un groupe ou par Ligue et humilié par les Guise, est expulsé
un autre. D'où une politique qui paraît de Paris ; il prend alors la décision de
d'abord incohérente. Tentatives de tolé faire assassiner à Blois le duc, son frère
rance : en 1561, c'est le fameux et infor le cardinal et quelques-uns de leurs amis.
tuné colloque de Poissy, mais c'est surtout Ces meurtres, pour restreints numéri
la promulgation du grand édit de quement qu'ils soient, sont de la même
janvier 1562, reconnaissance officielle de nature que le crime de palais commis
la liberté de conscience et de la liberté dans la nuit du 24 août 1572. Car ces
du culte pour les protestants. Pourtant, paroxysmes suggèrent combien forte est
la tolérance ne peut exister dans ce dans l'esprit des dirigeants l'idée que le
« royaume en proie » : les guerres de pouvoir, leur pouvoir ! est constitué d'une
religion explosent en 1562 ; le feu a été essence différente de celui convoité par
volontairement mis aux poudres par les les bandes rivales et féodales des Bour-
Guise mais il n'attendait qu'une allumette bons/Châtillon ou des Guise. Paradoxa
anonyme. Huit guerres entre 1562 et lement, la notion de transcendance de
1598 ; en fait, une longue et interminable l'Etat se trouve en gestation dans le sang
séquence de désordres, prises de villes et épandu au Louvre en 1572 comme à
de châteaux, émeutes antihuguenotes ou Blois en 1588.
anticatholiques, massacres, allers et venues
d'hommes d'armes, rapines et brutalités O DEUX CONCEPTIONS DE L'ÉTAT
de tous ordres. La royauté, s'alliant tantôt
avec un camp tantôt avec l'autre, tente Mais l'émergence d'une nouvelle rel
de surnager pour ne point s'engloutir. igion ne va pas, au 16e siècle surtout,
Dans cette désespérante immersion, par sans l'émergence de nouvelles conceptions
fois des actes inouïs de sauvagerie comme politiques. Certes, quelques leaders pro
en commettent les faibles qui n'ont plus testants, Condé, Coligny, possèdent, bien
d'issue. La Saint-Barthélémy du 24 août au chaud dans leur cerveau, la vieille
1572 se présente comme un crime poli notion féodale à savoir que le roi ne
tique : on élimine physiquement un peut régner sans son Conseil de pairs.
groupe de pression gênant pour le pouvoir Mais ailleurs, dans les villes tenues par
en place. Dans ce cas si tragique pour les huguenots, dans la tête de ces robins,
la mémoire collective des Français, l'ami de ces juristes, majoritairement gens du
ral de Coligny, porteur d'un projet de Sud, germe après la Saint-Barthélémy
politique extérieure susceptible de dés l'autre image de l'Etat. Celui de l'Ile-
tabiliser la carte religieuse de l'Europe, de-France, sauvage, meurtrier, sans foi,
était devenu un danger ; on l'a tué ainsi vient, comme l'avaient fait les antiques
que nombre de gentilhommes huguenots, tyrans et les despotes orientaux, d'ac
ses partisans. Cependant, la dimension complir le plus atroce des forfaits ;
94 LES GUERRES DE RELIGION
comment perdurer dans l'obéissance pas suffisamment pour que le spectre de
requise, dans la fidélité exigée ? La parole ces Provinces-Unies du midi ne cesse de
donnée n'existe plus dès lors qu'une des hanter les pensées du premier Bourbon,
parties rompt le contrat. Et voici que devenu roi, de Marie de Médicis régente,
dès 1573 tous les huguenots du midi de Louis XIII et de Richelieu. Curieu
s'assemblent, discutent, écrivent ; leur sement, sans qu'il y ait comme pour les
projet est étonnant : il s'agit de bâtir un Provinces-Unies du midi constitution
Etat indépendant, différent et séparé de écrite et fonctionnement réel, la Ligue
la royauté du Nord. aspire à un régime politique décentralisé
dans lequel communes et provinces jouiLe plus étonnant de l'affaire est que
raient de leurs anciennes prérogatives. cet Etat voit le jour et fonctionne tant
bien que mal durant vingt-cinq ans. Les guerres de religion réouvrent la
Géographiquement discontinu, il groupe vieille fracture de la France, l'antique
les villes, bourgs et provinces contrôlés opposition Nord-Sud. Grossissant les faits
par les huguenots, il laisse donc à l'écart, comme la géographie, nous dirons volont
dans le Sud, les lieux papistes et tout le iers que le Sud romanisé, de langue
Nord du royaume au-dessus d'une ligne occitane (sinon en Saintonge et Poitou),
approximative La Rochelle-Lyon. Pol de tradition municipale, s'est trouvé en
itiquement étrange, puisque il laisse en connivence avec l'éthique et la théologie
place tous les éléments d'autonomie de formulées par Calvin. C'est donc dans
la France traditionnelle : « libertés » des le midi que se trouve le plus grand
nombre de protestants et le plus villes et des provinces, c'est-à-dire auto
gestion des unes et assemblées représentde temples. La construction des
Provinces-Unies du midi représente l'aatives des autres ; la grande nouveauté
se situe au niveau suprême où la sou ffirmation politique de la différence cultu
veraineté est détenue par les Etats géné relle et religieuse, elle se dresse telle
raux. Ce sont les députés élus par les l'antithèse d'un Etat balbutiant dont on
provinces qui siègent, sinon que le pre a connu les prémices sous les premiers
mier ordre du clergé n'existe pas, les Valois et que maintiennent tant bien que
ministres figurant sur les bancs du Tiers. mal leurs successeurs. Est-ce un hasard
Représentation non pas tellement démoc si les morts de la Saint-Barthélémy sont
ratique - qui peut parler de démocratie pour grande part des gentilhommes venus
au 16e siècle ! - mais bien plutôt géo du Sud ? L'échec vient de ce qu'Henry
graphique : villes, pays et provinces pos de Navarre est biologiquement prince du
sèdent une voix au sein de ces Etats sang ; il s'éprouve comme près du trône
généraux. On y décide de la paix et de avant que d'être béarnais et huguenot.
la guerre, des levées fiscales ordinaires L'échec vient aussi des pesanteurs cultur
et extraordinaires, on nomme les membres elles d'un pays majoritairement et vi
de l'exécutif fédéral : un conseil peu scéralement catholique, d'où la violence
nombreux, on choisit un Protecteur moins du phénomène de rejet des protestants.
homme politique que chef de guerre, L'échec vient aussi de hasards géogra
Stathouder plus que grand Pensionnaire. phiques ; l'irrédentisme méridional ne
trouve pas d'écho chez les voisins espaA partir de 1576, ce Protecteur est Henry
gnols et italiens alors qu'il en trouve de Navarre, futur Henry IV ; aussi les
dés sont-ils très rapidement pipés mais chez les Anglais. Mais ces derniers sont
95 ARTICLES
les hommes au travail dominent aussi la
maisonnée, image en raccourci du roi à loin se construite que contrôle ; l'on la mer, par se plus de Richelieu souvienne facilement manière pour contradictoire, de que la isoler terre digue La :
la tête de la France. Ces élites vont
œuvrer pour que le religieux se sécularise
Rochelle de ses alliés anglais ! Lorsqu'au ou qu'il se rétracte afin que le champ
17e siècle se répand chez les bons esprits d'intervention des laïcs croisse et embell
l'image du Gascon ridicule, cela traduit isse. A l'Eglise comme au sacré, un
par le sarcasme la crainte éprouvée par domaine est réservé : le catéchisme est
la génération précédente d'une invasion obligatoire, les devoirs religieux sont
sudiste tout comme sous la Troisième contrôlés, la religion devenue extérieure,
République seront pastichés et épingles apprise, n'est plus l'expression du sacré
peuplant l'univers, elle devient tout juste les ministres méridionaux à l'accent rocail
leux et aux manières bon enfant. Mais, un compartiment dans l'esprit de l'hon
nête homme. Le protestantisme se trouve lors de la Révolution, lorsque se pose
aux Français pour la dernière fois la être largement porteur de cette éthique.
question : « Quel Etat ? », les Girondins Mais, confession minoritaire, il est cont
payent de la vie l'audace d'avoir repris raint, pour modeler ses troupes, d'agir
à leur compte l'utopie d'un régime décent vite, en gros traits. Aussi le fidèle se
ralisé. voit-il, par la pression du ministre et des
anciens du consistoire, engagé sur la voie
d'une morale. Celle-ci met en exergue O « CETTE ÉMOTION CHALEUREUSE QUI EST
les valeurs de la famille, du travail, de PARMI NOUS »
l'honnêteté, de la performance indivi
D'autres clivages apparaissent et non duelle, comme celles de la responsabilité
des moindres. Dans cette seconde moitié à l'égard de soi-même et du groupe sont
du 16e siècle, ils sont moins évidents que inculquées. Rapidement, le huguenot
les antagonismes politiques ou religieux autant pour afficher son appartenance que
mais n'en concourent pas moins à durcir pour obéir à l'encadrement et la sur
deux France. L'émergence d'une nouvelle veillance ecclésiastique apprend à se con
mentalité comme d'une nouvelle forme duire selon la norme calviniste et, en
de raisonnement différente de la scolas- cela, il devient différent, donc haïssable.
tique médiévale conduit les élites à regar D'où l'inévitable rejet populaire de ce
der différemment le monde et la société. voisin que l'on saisit désormais comme
Aussi un fossé se creuse-t-il entre une l'autre ; ce sentiment est bien sûr renforcé
masse rurale enfouie dans les fantasmes par la terreur millénariste à l'égard de
du merveilleux chrétien et une mince l'hérétique. Certes, les catholiques
frange urbaine en marche vers le ratio notables ou intellectuels peuvent aisément
nalisme. Ici, point de hiatus entre les comprendre les options et les projets qui
protestants et les catholiques, cette frange sous-tendent l'éthique calviniste, de fait
sociale possède les mêmes objectifs. La ils possèdent les mêmes sous un autre
passion de l'ordre, du rangement, de emballage mais n'en sont pas plus tolé
l'enrôlement l'anime, la volonté de domi rants pour autant. Car les religionnaires
ner pour clarifier aussi. Ces élites vont leur apparaissent détestables par le désé
construire la nouvelle famille, mettre la quilibre politico-religieux qu'ils introdui
femme au foyer, les enfants à l'école ; sent. On les trouve républicains,
96 LES GUERRES DE RELIGION
leur avarice, ou suivre la faveur des princes ;
de internationalistes, changement, de démolisseurs, « variations ». artisans Mont mais de ceux qui le font par vrai zèle envers
leur religion et sainte affection à maintenir aigne lui-même, aussi distant qu'il soit
la paix et l'état de leur patrie), de ceux-ci, à l'égard des péripéties humaines,
dis-je, il s'en voit plusieurs que la passion condamne les nouveautés et les transfor pousse hors les bornes de la raison, et leur
mations induites par le phénomène huguen fait parfois prendre des conseils injustes,
ot. Plus tard, sous Louis XIV, Bossuet, violents et encore téméraires. » (Livre II,
tête de file de Fintelligentzia de son chap. XIX).
temps, développe ce thème avec bonheur,
justifiant du coup la Révocation de l'Edit Pourtant, au long de ces interminables
de Nantes. Mais qu'auraient fait alors les troubles - plus guérillas ou actions de
protestants, s'ils avaient tenu l'Etat ? commandos que guerres classiques ou
C'est à des niveaux différents que les batailles rangées -, nombre de Français
contemporains vivent et jugent ces trouvent leur compte. Parmi ceux-là, tous
guerres. Beaucoup déplorent le « démemb ces hobereaux miteux ou ces roturiers
rement » de la France, la violence endé avides auxquels il a manqué les Amér
mique, la haine antagoniste des groupes. iques ; ils voient dans le désordre l'oc
Montaigne dénonce ces troubles tout au casion de piller et encore la joie de
bouger, chevaucher, se battre. En Gaslong des Essais ; ils mettent en cause,
constate-t-il, la sécurité de chacun : « Les cogne, en Rouergue, en Vivarais, en
guerres civiles ont cela de pire que les Provence et en Dauphiné, les cadets de
famille - nobles ou roturiers — vivent autres guerres de nous mettre chacun en
échauguette (sentinelle) en sa propre mai l'aventure violente au lieu de chercher
son » (Livre III, chap. IX). Mais surtout, mornement à s'établir chez un genti
regrette encore le maire de Bordeaux, les lhomme ou à la ville voisine. La longueur
troubles durcissent les individus qui sont des guerres civiles s'explique donc par
amenés à utiliser n'importe quel procédé cette frénésie du mouvement d'une géné
pour défendre leurs positions : « J'aperç ration jeune, nombreuse, élevée pour les
ois, en ces démembrements de la France armes (c'est le cas des nobles), élevée
et divisions où nous sommes tombés, dans le rêve (c'est le cas de ces fils de
chacun se travailler à défendre sa cause robins qui ont trop lu YAmadis des
mais jusqu'aux meilleurs avec déguisement Gaules). Que l'on y songe : en 1559,
et mensonge » (Livre III, chap. IX). Les est signé le traité de Cateau-Cambrésis
meilleurs même, ajoute Montaigne, se qui, renvoyant chacun à ses foyers, met
voient, à la faveur d'une ambiance sur- un terme à une longue période de luttes
voltée, malignement contraints de se con extérieures : d'abord les guerres d'Italie,
duire avec une passion déformante : puis celles contre Charles-Quint. Le phé
nomène de démobilisation joue, et avec
« En ce débat, par lequel la France est à lui l'ennui du quotidien. Mais l'évasion
présent agitée de guerres civiles, le meilleur qu'apportent les troubles ne fonctionne et le plus sain parti est sans doute celui qui pas seulement pour les gentilhommes, maintient et la religion et la police ancienne
elle apporte à d'autres le parfum d'avendu pays ; entre les gens de bien toutefois
tures et de vie noble dont ils rêvent. qui le suivent (car je ne parle point de ceux
Sinon pourquoi ce brave bourgeois de qui s'en servent de prétexte pour, ou exercer
leurs vengeances particulières, ou fournir à Blaye aurait-il d'un coup quitté ses affaires
97 ARTICLES
injuste entreprise d'offenser et quereller autrui
pour notre commodité » (Livre II, chap.
XXIII). région la pour ce Chasse-Messe « type, vraie s'intituler du les religion Sud-Ouest armées et répandre » vers huguenote catholiques ? Des 1562 par individus dans les capitaine et armes cette prode
O LE MASSACRE ET L'OUBLI
testantes en sont emplies, enrôlés qu'ils
Dans ce maelstrom de violence, qu'a sont par un Monluc ou par un Coligny,
plus tard par un Matignon ou par un retenu la mémoire collective ? Et d'abord
Navarre. Le plus grave, ce qui rend ces qu'a-t-elle oblitéré, ce qui revient presque
troubles haïssables aux yeux des civils au même ?
dont est Montaigne, c'est que lorsque On a oublié que les guerres de religion
est signé l'un de ces édits de pacification signifient, au-delà de l'antagonisme rel
mettant un terme aussi provisoire que igieux, la lutte entre deux conceptions de
formel aux guerres civiles, ces « capi l'Etat. La première, celle qui gagnera !
taines » d'occasion continuent avec leur est celle de la royauté absolutiste et
bande qu'il faut nourrir à mettre en centralisatrice, se tenant au-dessus des
coupe réglée le pays. Au fond, ils re partis, rouleau compresseur unificateur
ssemblent à ces hommes de la mer, tantôt où le politique devient la fin en soi. Au
pirates dans l'illégalité, tantôt corsaires travers de baroques épisodes, c'est Henri
dans le bon droit. Les autorités de l'une IV qui scellera dans l'histoire les fon
et l'autre confession s'efforcent de les dements flottants de ce pouvoir ; les
contenir ; parfois même on donne l'assaut derniers Valois et Catherine de Médicis
aux villages perchés que ces aventuriers ont eu tant de peine à les maintenir !
ont transformés en repaires et où s'en La seconde conception donne lieu à deux
tassent prisonniers à rançons, filles enle interprétations. L'archaïque, celle de la
vées, marchandises razziées, objets d'art Ligue, reproduit les modèles tradition
séquestrés... Il y a sans doute, dans la nels : un roi élu par les Etats généraux,
longueur de ces guerres et dans leur conseillé par les Grands, l'autonomie des
caractère ravageur, une cause fortuite : villes et des provinces, une seule religion
c'est la soif de mouvement et d'aventure enseignée par l'Eglise omniprésente et
de soldats récemment démobilisés ou de incarnée par un souverain rendu prêtre
jouvenceaux en quête de sensations fortes. par le sacre. Du côté des huguenots, on
Cela, Montaigne, vif observateur de son n'est pas moins traditionnel ; on ne parle
temps, le note avec force : pas de roi, mais de protecteur (même si
celui-ci est légitimé par sa qualité de
« II y en a plusieurs en ce temps qui prince du sang), mais la souveraineté
discourent de pareille façon, souhaitant que réside dans les Etats représentatifs et là
cette émotion chaleureuse qui est parmi nous, est l'élément révolutionnaire. De telle
se peut dériver à quelque guerre voisine, de sorte que les adversaires du projet reli-
peur que ces humeurs peccantes qui dominent gionnaire ont porté à son propos des
pour cette heure notre corps, si on ne les jugements sévères ; « crime de lèse- écoule ailleurs, maintiennent notre fièvre tou
Majesté », « dominations populaires et jours en force et apportent enfin notre entière
communautés », « une nouvelle espèce de mine : et de vrai, une guerre étrangère est
république », tels sont les termes acerbes un mal bien plus doux que la civile. Mais
décochés à ces Provinces-Unies du midi je ne crois pas que Dieu favorisera une si
98 GUERRES DE RELIGION LES
ment (et même en le confortant) le
phénomène de défense et donc de rejet. par Nord-Sud. bien conservé les la observateurs le mémoire souvenir contemporains. collective de cet antagonisme n'a Aussi guère
On reprend même à propos d'un phé
nomène isolé les thèmes qui ont nourri
ce rejet : internationalisme des huguenots, Dans la conscience d'un pays, la guerre
leur extériorité à l'esprit proprement francivile semble être une macule difficile à
çais, leur anticléricalisme et leur volonté effacer. Il semblerait que les troubles
destructrice des anciennes valeurs. religieux du 16e siècle se soient, dans la
Si les gloses sur la tragédie du 24 août mémoire historique, comme fondus pour
1572 ne sont pas toutes de cette farine, laisser la première place à un événement :
toutes, cependant, cherchent, comme la Saint-Barthélémy.
celles évoquées à l'instant, à minimiser Au travers de ce drame, chaque époque
en cherchant des responsables. D'une cherche à centrer la responsabilité sur un
manière générale, l'intervention populaire groupe ou un autre. C'est ainsi qu'au
est passée sous silence (sauf chez 17e siècle les populations catholiques
Michelet), ce qui réduit encore la dimensvivant en pays où les huguenots sont
ion fratricide de la Saint-Barthélémy. nombreux et puissants redoutent une
Ou bien lorsque l'extermination des proSaint-Barthélémy à l'envers ; l'agressivité
testants par la population est avancée, et l'intolérance se trouvent ainsi rejetées
l'on s'arrange pour en accuser l'Eglise du seul côté huguenot. Cette interpré
catholique et son clergé manipulateur. En tation du drame ne laisse pas de demeurer
fait, l'explication est là toute simple que jusqu'au 19e siècle. Un dimanche de
répètent à loisir historiographes et février 1841, le père Lacordaire parle en
commentateurs : la Saint-Barthélémy est ces termes de la Saint-Barthélémy aux
l'œuvre d'un pouvoir despotique capable fidèles assemblées à Notre-Dame :
des pires excès. Et ce pouvoir, par chance « Quant on sauve la nationalité d'un
pour les bons Français, se trouve aux peuple, quand on lui conserve sa foi,
mains de Catherine de Médicis, cette tous les crimes se perdent dans la gloire ».
femelle italienne perverse.
Un peu plus tard, le système scolaire Quarante ans de guerres civiles, de
de la Troisième République mis sur pied tueries, de pillages se trouvent dès lors
en grande partie par des ministres et des effacés de la mémoire collective des hauts fonctionnaires protestants diffuse Français ; l'événement-choc avec ses inter
dans la jeunesse les valeurs de travail et prétations diverses et limitées s'interpose de perfectionnement chères aux hugue et les dilue. Tout se passe comme si le nots ; c'est alors qu'un plumitif de l'Ac
phénomène de la Saint-Barthélémy occulttion française remarque avec acidité qu'il ait le fondement même des guerres de
y a là comme une revanche de la Saint- religion : l'existence de deux et même de Barthélémy. En transformant les reli-
plusieurs France dont chacune refuse gionnaires en agresseurs réels ou potentiels
d'écouter, sinon de comprendre, l'autre. lors de l'événement/miroir, on gomme les
autres responsables sans nier D
99

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin