Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Étude de la céramique - article ; n°1 ; vol.31, pg 127-137

De
12 pages
Gallia préhistoire - Année 1989 - Volume 31 - Numéro 1 - Pages 127-137
Although having some clear Michelsberg characteristics, the ceramic material of Mairy seems somewhat different from what is found in the Rhénan area, and some of its features call to mind some more western sites related to this culture in Belgium and northern France. Within the ceramic corpus one can observe some specific elements evoking the northern Chasséen or the Noyen culture. Certain post-Rössen characters, whose precise nature and importance have yet to be clarified, are likewise perceptible.
The datation of Mairy by means of J. Lïning's chronology (1968) might well be ancient Michelsberg and, with some reservations, might even stretch to beginning of recent Michelsberg. Parallels established with other cultural areas would seem to confirm an ancient date. However, due to the specific nature of the Mairy ceramic and to the relative isolation of the site, we must for the time being at least consider these hypotheses as unconfirmed.
La céramique de Mairy, bien que possédant des caractéristiques Michelsberg prononcées, semble devoir se démarquer du domaine rhénan et se rapproche par certains aspects de sites plus occidentaux rattachés à cette culture en Belgique et dans le Nord de la France. On dénote dans le corpus céramique des éléments ponctuels évoquant le Chasséen septentrional ou le groupe de Noyen. Des caractéristiques post-Rössen, dont la nature et l'importance exactes restent à préciser, sont également sensibles.
La datation de Mairy, par l'intermédiaire de la chronologie de J. Lüning (1968), semble s'orienter vers un Michelsberg ancien, avec sous toutes réserves des prolongements au début du Michelsberg récent. Les rapprochements effectués avec d'autres aires culturelles tendraient à confirmer une datation ancienne. La spécificité de la céramique de Mairy et le relatif isolement du site laissent pour le moment ces évaluations sujettes à caution.
11 pages
Voir plus Voir moins

Christophe Laurelut
III. Étude de la céramique
In: Gallia préhistoire. Tome 31, 1989. pp. 127-137.
Abstract
Although having some clear Michelsberg characteristics, the ceramic material of Mairy seems somewhat different from what is
found in the Rhénan area, and some of its features call to mind some more western sites related to this culture in Belgium and
northern France. Within the ceramic corpus one can observe some specific elements evoking the northern Chasséen or the
Noyen culture. Certain post-Rössen characters, whose precise nature and importance have yet to be clarified, are likewise
perceptible.
The datation of Mairy by means of J. Lïning's chronology (1968) might well be ancient Michelsberg and, with some reservations,
might even stretch to beginning of recent Michelsberg. Parallels established with other cultural areas would seem to confirm an
ancient date. However, due to the specific nature of the Mairy ceramic and to the relative isolation of the site, we must for the
time being at least consider these hypotheses as unconfirmed.
Résumé
La céramique de Mairy, bien que possédant des caractéristiques Michelsberg prononcées, semble devoir se démarquer du
domaine rhénan et se rapproche par certains aspects de sites plus occidentaux rattachés à cette culture en Belgique et dans le
Nord de la France. On dénote dans le corpus céramique des éléments ponctuels évoquant le Chasséen septentrional ou le
groupe de Noyen. Des caractéristiques post-Rössen, dont la nature et l'importance exactes restent à préciser, sont également
sensibles.
La datation de Mairy, par l'intermédiaire de la chronologie de J. Lüning (1968), semble s'orienter vers un Michelsberg ancien,
avec sous toutes réserves des prolongements au début du Michelsberg récent. Les rapprochements effectués avec d'autres
aires culturelles tendraient à confirmer une datation ancienne. La spécificité de la céramique de Mairy et le relatif isolement du
site laissent pour le moment ces évaluations sujettes à caution.
Citer ce document / Cite this document :
Laurelut Christophe. III. Étude de la céramique. In: Gallia préhistoire. Tome 31, 1989. pp. 127-137.
doi : 10.3406/galip.1989.2269
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1989_num_31_1_2269Ill
ÉTUDE DE LA CÉRAMIQUE
par Christophe LAURELUT
Résumé
La céramique de Mairy, bien que possédant des caractéristiques Michelsberg prononcées, semble devoir se
démarquer du domaine rhénan et se rapproche par certains aspects de sites plus occidentaux rattachés à cette
culture en Belgique et dans le Nord de la France. On dénote dans le corpus céramique des éléments ponctuels
évoquant le Chasséen septentrional ou le groupe de Noyen. Des caractéristiques post-Rôssen, dont la nature et
l'importance exactes restent à préciser, sont également sensibles.
La datation de Mairy, par l'intermédiaire de la chronologie de J. Lùning (1968), semble s'orienter vers un
Michelsberg ancien, avec sous toutes réserves des prolongements au début du Michelsberg récent. Les
rapprochements effectués avec d'autres aires culturelles tendraient à confirmer une datation ancienne. La
spécificité de la céramique de Mairy et le relatif isolement du site laissent pour le moment ces évaluations
sujettes à caution.
Abstract
Although having some clear Michelsberg characteristics, the ceramic material of Mairy seems somewhat different
from what is found in the Rhénan area, and some of its features call to mind some more western sites related to this
culture in Belgium and northern France. Within the ceramic corpus one can observe some specific elements evoking the
northern Chasséen or the Noyen culture. Certain posl-Rossen characters, whose precise nature and importance have
yet to be clarified, are likewise perceptible.
The datation of Mairy by means of J. Luning's chronology (1968) might well be ancient Michelsberg and, with
some reservations, might even stretch to beginning of recent Michelsberg. Parallels established with other cultural areas
would seem to confirm an ancient dale. However, due to the specific nature ol the Mairy ceramic and to the relative
isolation of the site, we must for the time being at least consider these hypotheses as unconfirmed.
LE MATERIAU On se limitera ici à une présentation ordonnée
du matériel céramique, destinée autant que possible
Une simple détermination à vue n'apporte que à situer Mairy dans son contexte chronologique et
culturel. Cette ébauche préliminaire laisse de côté un peu de renseignements directement exploitables. On
nombre important de formes, actuellement en cours se bornera à quelques remarques générales.
de remontage. Les données technologiques et l'ana La quasi-totalité des formes reconstituables
lyse interne au site (association de matériel, rapports semble avoir été dégraissée au coquillage plus ou
aux types de structures ...), qui demanderont une moins pilé, fréquemment dissous de par la nature du
sédiment. Les vases dégraissés à la chamotte, au étude approfondie, sont ici peu prises en compte. 128 CHRISTOPHE LAURELUT
quartz ou au silex, parfois de manière mixte avec le — gobelets à col bien éversé, fond hémisphérique
coquillage, ne semblent pas se rattacher à un ou des et paroi rejoignant le col de manière verticale ou
subverticale (fig. 26, n° 5). Ils s'intègrent au type 12 types de formes particuliers.
La qualité de la pâte est très inégale selon les variante 1 (M.K. III);
- gobelets à col très peu éversé et profil pièces, allant du très friable à Tassez dur. Ce critère
ne semble pas en relation avec la conservation ou la faiblement galbé. Ils trouvent certains parallèles
dans le type 13 variante 3 (M.K. III-V), mais leur disparition du dégraissant. La couleur de la pâte est
forme est plus basse (fig. 26, n° 7). elle aussi variable, généralement de teinte grise à
noire au cœur, devenant souvent brun-rouge, parfois
ocre, sur une certaine épaisseur au contact des Les gobelets en forme de bouteille
surfaces, elles-mêmes étant souvent de teinte plus Leur profil est galbé, le resserrement à la base sombre, brune ou brique foncé, plus rarement gris-
du col est assez net et le diamètre à l'ouverture noir. Les coups de feu sont fréquents.
sensiblement équivalent ou légèrement inférieur à Même sur les exemplaires corrodés des restes de
celui de la panse. On peut rattacher ces formes au traitement de surface demeurent visibles, notam
type 17, plus spécialement aux formes anciennes ment un lissage soigné. Il est également possible que
(M.K. II) (fig. 26, n° 6). certains vases aient subi un enfumage (volontaire?)
en fin de cuisson.
Les gobelets ironconiques Certains individus relèvent visiblement de pro
cédés de fabrication différents, mais ils demeurent Ils sont bien évasés, à paroi légèrement concave
exceptionnels. Quelques-uns de ces aspects seront et fond à tendance aplatie (fig. 26, n° 8) et se
développés plus loin. rattachent mieux aux coupes coniques du type 6
(M.K. III) qu'aux gobelets.
LES FORMES
Les vases à provisions
Dans la mesure où elles se rapportent au
Les vases à col éversé, épaulement plus ou Michelsberg rhénan, les formes céramiques sont
moins marqué et fond allongé (fig. 27, n° 1); leur rattachées à la typologie et à la chronologie de
profil adouci trouve de meilleurs parallèles dans la J. Lûning (1968). Ces données n'ont toutefois qu'une
valeur relative et devront notamment être étayées province du Hainaut (Belgique), à Spiennes (Lûning,
1968) et à Thieusies (Vermeersch et Walter, 1980) par l'étude des associations de matériel, les données
chronologiques semblant parfois contradictoires au que sur le Rhin même. On peut néanmoins les
rattacher au type 1 (M.K. II-III). sein d'un même ensemble (bâtiment, fosse-silo...).
Les vases à col éversé, assez bien dissocié de la
panse globulaire (fig. 27, n° 2). Le diamètre maxLes gobelets
imum peut se trouver à l'embouchure ou à la panse.
Les vases à col légèrement éversé, séparé par un Les gobelets tulipiformes
petit décrochement de la panse ovoïde (fig. 27, n° 3). — à panse légèrement allongée et col court Dans un cas (fig. 27, n° 4), la lèvre rabattue porte un éversé (fig. 26, n° 1). Bien que le passage col-panse se décor d'impressions. Cette forme s'intègre sans fasse sans rupture brutale, ils peuvent être rattachés difficulté au type 2 (M.K. II-III). au type 1 variante 2 (M.K. II); Les vases à ouverture étroite. Le col peut être — à profil galbé et col haut bien éversé. L'un distinct de la panse (fig. 27, n° 5) ou se fondre avec (fig. 26, n° 2) semble s'intégrer au type 6 (M.K. III), elle (fig. 28, n° 1). Les formes à col démarqué
l'autre (fig. 26, n° 3) à partie inférieure basse, se peuvent être rapprochées du type 8 (M.K. II). Un rapproche du type 7 (M.K. II-III); exemplaire à col court éversé bien individualisé — à profil en S bien marqué et panse globulaire (fig. 28, n° 2) pourrait trouver un bon parallèle à légèrement écrasée (fig. 26, n° 4). Il se rattache assez Noyen, Seine-et-Marne (fosses fd ; Mordant, 1984). bien au type 5 (M.K. III). Le vase à ouverture légèrement éversée, paroi
concave pour la moitié supérieure se raccordant sans Les gobelets en forme de sac
rupture à un fond hémisphérique (fig. 28, n° 3). Il se
On peut les diviser grossièrement en deux rattache difficilement au type 3 variante (M.K. IV-
catégories : V), mais pourrait trouver des parallèles dans le HAUTES CHANVIÈRES 129
•10cm
■=._fâ$S
Fig. 26 — Céramique des fosses-silos : 1, St. 2146; 2, St. 701 ; 3, St. 31 ; 4, St. 3; 5, St. 668; 6, St. 1856 — Céramique des bâtiments
7, bât. 1 ; 8, bât. 12. CHRISTOPHE LAURELUT 130
Aîi'i-Î'i*/'»»'-^^''^
20cm
Fig. 27 — Céramique des fosses-silos : 1, St. 3009; 2, St. 3005; 3, St. 481 ; 4, St. 1856; 5, St. 1213. CHANVIÈRES 131 HAUTES
//
Fig. 28 — Céramique des fosses : 1, St. Q ; 2, St. 1012; 5, St. 2254 — Céramique des bâtiments : 3, St. 745 — Céramique des fosses-
silos : 4, St. R.
loch, 1982 et Bazoches-sur-Vesles ; Dubouloz et Michelsberg de Cuiry-lès-Chaudardes, Aisne (Lebol-
Lasserre, 1984) où elles sont considérées comme loch, 1984) ou dans le post-Rôssen de Chatenay-sur-
issues d'un fonds post-Rôssen. Seine, Seine-et-Marne (fosse P8; Mordant, 1984).
Les petites marmites Les marmites
On peut les diviser en deux catégories : Le col, plus ou moins éversé, se détache
nettement de la panse ellipsoïdale débordante Les gobelets-marmites (fig. 28, nos 4 et 5). Ces formes, qu'on ne retrouve pas
dans le corpus Michelsberg classique, se rapprochent La forme de base, assez basse et de taille réduite
de vases trouvés en Lorraine (Arnaville, Meurthe-et- (fig. 29, n° 1), comporte de multiples variantes,
Moselle ; Blouet et Guillaume, 1984) ou dans la vallée ouvertes ou à tendance fermée, à bord éversé
de l'Aisne (Cuiry-lès-Chaudardes ; Lasserre et Lebol- individualisé ou non. Le profil marque généralement 132 CHRISTOPHE LAURELUT
10cm
Fig. 29 — Céramique des fosses-silos : 1, St. 1624; 3, St. 1999; 4, St. 709; 5, St. 707 — Céramique des autres fosses : 2, St. 140; 6,
St. 2124.
un resserrement de la panse à la base d'un bord plus Des récipients de même module se retrouvent à
ou moins haut, le fond est écrasé plus qu'aplati. la fois dans le post-Rôssen et dans le Chasséen, et on
A noter deux exemplaires dont la facture sort de retrouve des formes apparentées dans la céramique
l'ordinaire : de Bazoches-sur-Vesles13. L'importante disparité de
cette catégorie nécessitera une analyse plus poussée. une petite marmite à lèvre roulée, dégraissée au
silex, à pâte brun-noir (fig. 29, n° 2) ; la surface a
Les marmites à couronne de mamelons perforés reçu un lissage très soigné. Cette forme semble la
réplique exacte de marmites du groupe de Noyen On n'en connaît que deux exemplaires. L'em
(Mordant, 1984); bouchure assez fermée est surmontée dans un cas
une petite marmite à paroi subverticale et col d'un petit bord éversé (fig. 29, n° 5), la panse
très éversé. La pâte est très dure, de teinte gris-noir elliptique étant garnie de cinq paires de mamelons homogène (fig. 29, n° 3). Le dégraissant disparu allongés à perforation horizontale au diamètre maxi
semble avoir été, au moins pour partie, organique ; la mum. L'autre porte sept mamelons situés un peu
surface montre en effet de petites traces hémicylin plus bas sur la panse (fig. 29, n° 4). Le dégraissant et
driques irrégulières et pourrait s'apparenter au le traitement de surface de la première s'apparentent
dégraissant reconnu sur la céramique post-Rôssen de à ceux de la petite marmite à lèvre roulée. La petite
Berry-au-Bac dans l'Aisne (Dubouloz, Ilett et Las- lèvre éversée évoque les gobelets-marmites à pré
serre, 1980), de Catenoy dans l'Oise (Courtois et hensions prismatiques de Noyen (Mordant, 1984). La
Constantin, 1984)12 et la céramique Michelsberg de seconde pourrait avoir une forme apparentée à
Blicquy dans la province du Hainaut (Constantin, Iggelheim en Allemagne (Rhénanie-Palatinat)
Lebolloch et Demarez, 1984). La forme elle-même (Lùning, 1968) rangée dans le type 1 des bouteilles
montre des traits post-Rôssen et pourrait trouver des (M.K. II) et placée dans l'étape I de la chronologie
parallèles dans le groupe d'Entzheim (Jeunesse, synthétique.
1982 a). Un petit vase, à lèvre amincie distincte de la
panse sphérique portant deux mamelons (fig. 29,
12. Cette observation, faite sur un vase particulièrement n° 6), peut être joint à ces formes. Ce type se
bien conservé, demandera à être approfondie et étendue à
d'autres formes où la surface érodée ne permet pas une
13. Communication U.R.A. n° 12 du C.N.R.S. identification aussi évidente. HAUTES CHANVIÈRES 133
11
Fig. 30 — Céramique des fosses-silos : 1 , 6, St. 1856 ; 5, St. 887 ; 7, 1 1 , St. R ; 8, St. 714 ; 9, St. 323 — Céramique des autres fosses
10, St. 2022 — Céramique des bâtiments : 2, 3, bât. 1 ; 4, bât. 14. 134 CHRISTOPHE LAURELUT
On trouve également des exemplaires très petits retrouve à Mayen (M.K. II; Lùning, 1968). Un
récipient similaire existe aussi à Molay (Yonne), dans de bouteilles simples de type 5 (M.K. Ill) (fig. 30,
le groupe de Noyen (Mordant, Pellet et Thevenot, n°9).
1984). Certaines petites bouteilles à panse globulaire
ou piriforme portant une paire de mamelons allongés
à perforation horizontale ne se rattachent pas au
Les écuelles carénées Michelsberg rhénan : les exemplaires piriformes à
petit bord éversé (fig. 30, n° 10) ont de bons points de - Écuelle à bord éversé, épaulement et fond comparaison à Noyen (Mordant, 1984). Un exempplat (sur des formes en cours de remontage). Le col laire subsphérique (fig. 30, n° 11) se rapproche peut être haut, faiblement éversé et l'épaulement des formes des sépultures 1 et 3 de Noyen, où elles peu net, ou court à épaulement bien marqué (fig. 30, sont rattachées à la tradition chasséenne (C. et n° 1). Cette dernière forme trouve un assez bon D. Mordant, 1978). parallèle à Boisfort, province du Brabant (Lûning,
1968). Ces vases semblent se rattacher au type 4
variante 2 (M.K. III-IV). Les bouteilles triconiques
- Écuelle nettement carénée à col concave
éversé (fig. 30, n° 2). Cette forme relativement basse Ce sont des vases à col peu éversé, panse carénée
pourrait s'intégrer au type 2 variante la (M.K. III- et fond plat, parfois légèrement rentrant. Ils portent
deux petites oreilles à perforation horizontale à la V). On trouve un parallèle assez proche à Spiennes,
jonction du col et de la panse (fig. 31, n° 1). Cette province du Hainaut (Lûning, 1968), mais il semble
forme fréquente à Mairy ne trouve apparemment de plus juste de la mettre en parallèle avec des formes
du Chasséen septentrional, du Fort-Harrouard (So- parallèle ni dans le Michelsberg, ni dans le Ghasséen ;
les rapprochements pourraient s'orienter vers les rel-Moussel, Eure-et-Loir) par exemple (Bailloud,
1964). groupes épi-Rôssen allemands de Schwieberdingen,
- Écuelle carénée à profil en Z (fîg. 30, n° 3). où des formes apparentées mais plus galbées sont
connues (Lùning, 1969), et surtout Aichbùhl ou la Cette forme se rapporte sans ambiguïté au Chasséen
culture de Baalberge où existent des formes réellseptentrional, où elle apparaît à la période II,
ement segmentées (Lichardus, 1976). A signaler qu'un parallélisée avec le Michelsberg ancien (M.K. II)
vase très proche a été découvert en 1909 à Gugnet- (Lombardo, Martinez et Verret, 1984). Elle s'en
sous-Vaudémont (Lorraine) dans un contexte mal distingue malgré tout par un fond aplati.
défini14. Il était associé à un petit vase en pierre à
fond rond se raccordant de manière adoucie à un col Les écuelles simples vertical légèrement concave.
La taille est très variable, la forme de base est
hémisphérique (fig. 30, n° 4), le fond peut être à Les cruches tendance aplatie et les bords sont parfois légèrement
éversés (fig. 30, n° 5). Cette forme est relativement rare à Mairy.
A part la cruche biconique du type 3 variante 3
Les bouteilles (M.K. III), trouvée dans le secteur I (Marolle, 1984),
on ne connaît que de petits exemplaires à fond plat,
Le col est généralement éversé ; le passage à la panse ovoïde et col éversé. L'anse en ruban peut être
panse, elliptique sur les exemplaires où elle est placée sous la panse (fig. 31, n° 2) ou à partir du
conservée, se fait de manière adoucie. Certaines passage panse-col. De petits cruchons apparentés
formes pouvaient posséder une panse globulaire. Un sont classés dans le type 2 variante 3. Ces formes
exemplaire à couronne de mamelons perforés sous le semblent néanmoins se démarquer de la tradition
diamètre maximum (fig. 30, n° 6) se rattache au rhénane, notamment par la position des anses
type 1 variante 2 (M.K. II). On trouve une forme (Marolle, 1984).
très proche à Furfooz, province de Namur (Lùning,
1968). Pour les autres exemplaires (fig. 30, nos 7 et 8),
le rattachement aux bouteilles simples du type 7
(M.K. III-V) peut poser problème, certains vases
ayant pu comporter des éléments de préhension dans
14. Renseignement Vincent Blouet, D.R.A.P. Lorraine. leur partie inférieure. HAUTES CHANVIÈRES 135
Fig. 31 — Céramique des fosses-silos : 2, St. R ; 3, St. 256 ; 4, St. 2825 — Céramique des autres fosses : 6, St. 1604 — Céramique des
bâtiments : 1, bât. 2; 5, bât. 7; 7, bât. 6.
Les puisoirs Les formes nettement Michelsberg de Mairy
semblent, dans plusieurs cas, trouver de meilleurs
Bien qu'on en connaisse de nombreux fragments parallèles dans le Michelsberg déjà périphérique des
aisément identifiables, le site n'en a livré aucun sites belges qu'avec la région rhénane : bouteilles à
archéologiquement complet. Les formes sont de petit col éversé raccordé sans rupture à la panse
taille et de profondeur variables ; la queue possède en elliptique ou sphérique de Thieusies ou Furfooz,
général une double perforation et son orientation vases à provisions épaulés à profil doux de Spiennes.
semble infléchie par rapport à la paroi à laquelle elle Les quelques sites connus dans le Nord de la France
se rattache (fig. 31, nos 3 et 4). Un exemplaire n'offrent que peu matière à comparaison, quoiqu'une
possède un fond aplati. partie de leur mobilier trouve de bons points
d'attache à Mairy : bouteille d'Estrun, tulipiforme à
Les plats à pain col court et profil segmenté adouci, petite marmite
de Lumbres (Pas-de-Calais).
Leur pâte est en général de très mauvaise Vers le Sud-Ouest, certains rapports peuvent
qualité. La surface ainsi que le bord sont irréguliers, être établis avec le Chasséen septentrional : la
bien qu'on puisse noter une tendance au bord bouteille globulaire à paire d'anses tunnelées, une
épaissi; il peut être lisse (fig. 31, n° 5) ou décoré partie des écuelles carénées s'y rattache assez
d'impressions parfois peu nettes (fig. 31, n° 6). Leur clairement. Néanmoins, certaines de ces formes ont
dimension, pour les exemplaires restituables, montre pu subir une réinterprétation locale (fond plat de
une certaine homogénéité, entre 20 et 25 cm de l'écuelle à profil en Z). De la même manière, on peut
diamètre. Un exemplaire possède des perforations rapprocher certaines formes de Mairy à des équiva
sur le pourtour (fig. 31, n° 7). lents dans le groupe de Noyen : vase à provisions à
col court éversé bien démarqué, petite marmite à
lèvre roulée. D'autres formes évoquent Noyen sans y ESSAI DE SYNTHÈSE
trouver de répondant exact; ce sont les bouteilles
La majeure partie du matériel de Mairy s'intè piriformes à petit bord éversé et anses tunneliformes
gre sans conteste au corpus Michelsberg. Ce fait ainsi que la marmite à couronne de mamelons et
demande malgré tout à être précisé et nuancé. petit bord éversé.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin