Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Etude paléoclimatique en Languedoc oriental d'après les niveaux paléolithiques de la Grotte du Salpêtre de Pompignan (Pompignan, Gard) - article ; n°3 ; vol.18, pg 129-147

De
20 pages
Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Année 1981 - Volume 18 - Numéro 3 - Pages 129-147
L'étude du remplissage de la grotte du Salpêtre de Pompignan permet, en comparaison avec les sites würmiens déjà étudiés de la région, d'établir une paléoclimatologie et une séquence stratigraphique, appuyées sur diverses méthodes sédimentologiques, palynologiques et micropaléontologiques. Ce travail participe à l'établissement d'une stratigraphie régionale cohérente, préliminaire à un programme de datation absolue pour cette période.
Results of stratigraphy, sedimentology, palynology and micropaleontology, from filling of cave « Salpêtre de Pompignan », compared with wurmien sites studied in the country, show more precise paleoclimatology. This work contribute of set up a coherent local stratigraphy, in first to a programm of absolue datation for this period.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

S Farbos-Texier
Jean Claude Miskovsky
Jean Claude Marquet
Liliane Meignen
J Coularou
Etude paléoclimatique en Languedoc oriental d'après les
niveaux paléolithiques de la Grotte du Salpêtre de Pompignan
(Pompignan, Gard)
In: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 18 - Numéro 3-4 - 1981. pp. 129-147.
Résumé
L'étude du remplissage de la grotte du Salpêtre de Pompignan permet, en comparaison avec les sites würmiens déjà étudiés de
la région, d'établir une paléoclimatologie et une séquence stratigraphique, appuyées sur diverses méthodes sédimentologiques,
palynologiques et micropaléontologiques. Ce travail participe à l'établissement d'une stratigraphie régionale cohérente,
préliminaire à un programme de datation absolue pour cette période.
Abstract
Results of stratigraphy, sedimentology, palynology and micropaleontology, from filling of cave « Salpêtre de Pompignan »,
compared with wurmien sites studied in the country, show more precise paleoclimatology. This work contribute of set up a
coherent local stratigraphy, in first to a programm of absolue datation for this period.
Citer ce document / Cite this document :
Farbos-Texier S, Miskovsky Jean Claude, Marquet Jean Claude, Meignen Liliane, Coularou J. Etude paléoclimatique en
Languedoc oriental d'après les niveaux paléolithiques de la Grotte du Salpêtre de Pompignan (Pompignan, Gard). In: Bulletin
de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 18 - Numéro 3-4 - 1981. pp. 129-147.
doi : 10.3406/quate.1981.2094
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quate_0004-5500_1981_num_18_3_2094Bulletin 1981-3-4 - pages 129-147 de l'Association française pour l'Étude du Quaternaire
ÉTUDE PALÉOCLIMATIQUE
EN LANGUEDOC ORIENTAL
D'APRÈS LES NIVEAUX PALÉOLITHIQUES
DE LA GROTTE DU SALPÊTRE
DE POMPIGNAN
(Pompignan, Gard)
par J. -Cl. S. MARQUET***, FARBOS-TEXIER*, L. MEIGNEN* J.-Cl. MISKOVSKY**, et J. COULAROU****
RÉSUMÉ
L'étude du remplissage de la grotte du Salpêtre de Pompignan permet, en comparaison avec les sites wurmiens déjà étudiés
de la région, d'établir une paleochmatologie et une séquence stratigraphique, appuyées sur diverses méthodes sédimentologiques,
palynologiques et micropaléontologiques Ce travail participe a l'établissement d'une stratigraphie régionale cohérente, préliminaire
a un programme de datation absolue pour cette période
ABSTRACT
PALEOCLIMATIC STUDY IN EASTERN LANGUEDOC, FROM PALEOLITHIC LEVELS OF THE CAVE SALPETRE DE
POMPIGNAN (POMPIGNAN, GARD)
Results of stratigraphy, sedimentology, palynology and micropaleontology, from filling of cave « Salpêtre de Pompignan »,
compared with wurmien sites studied in the country, show more precise paleochmatology. This work contribute of set up a
coherent local in first to a programm of absolue datation for this period.
De façon générale, les séquences stratigra- Les remplissages épais du Wurm ancien sont
également peu fréquents; là encore, pour cette phiques importantes, comportant des restes archéo
période, les études paléoclimatiques régionales logiques du Paléolithique moyen et du Paléoli
manquent. Seuls les niveaux du fossé de l'Hortus thique supérieur sont rares en Languedoc (grotte
(Hérault) et de la grotte de la Calmette (Gard) ont du Figuier, abri des pêcheurs, grottes de Bize, de
été étudiés par les méthodes sédimentologiques, pal'Esquicho-Grapaou et du Salpêtre de Pompignan);
lynologiques et paléontologiques par H. de Lumley de plus, elles n'ont pas fait l'objet, jusqu'alors,
d'études paléoclimatiques détaillées (sinon partiell et ses collaborateurs. Il est donc apparu nécessaire
es). C'est donc le problème du passage du Wurm de multiplier les exemples régionaux afin de re
ancien au Wurm récent qui peut ainsi être posé, cueillir un maximum de données locales et faciliter
abordé par différentes méthodes (études des sédi ainsi le passage aux comparaisons à plus grande
ments, des pollens et des charbons de bois, des échelle; c'est dans ce but que les travaux réalisés
faunes et des microfaunes). dans cette grotte ont été effectués.
** * L A 184 Museum National d'Histoire Naturelle et et Laboratoire C R A Sophia de Stratigraphie, Antipolis, 06560 Université Valbonne Pierre et Marie Curie. Tour
16, 4e étage, *** Laboratoire 4, place Jussieu, de Préhistoire 75230 Pans et Paleoecologie Cedex 05 du Quaternaire de l'E P H E , Institut des Sciences de la Terre, 6 bd Gabriel,
21000 Dijon ##*# Saint et 43, Hippolyte rue Georget. du Fort, 37000 30170 Tours 130
Grotte du Salpêtre de Pom £/ gnon Dautre part, il nous a paru intéressant de faire le
Coupe Est- Ouest même type de recherche (mise en évidence de pha
Sondage 2 bord N ses climatiques) sur deux sites très voisins, tous
deux creusés dans une même formation géologique
(calcaires du Valanginien supérieur), partant donc
des mêmes éléments de base pour l'étude du remp
lissage. Les grottes de l'Hortus et du Salpêtre de
Pompignan répondent à ces conditions, puisque
distantes d'une dizaine de kilomètres environ, la
première s'ouvre sur le flanc Sud du Causse, la
seconde sur le bord Nord. La comparaison des
résultats obtenus permet la mise en évidence de
Ch 2 à différences microclimatiques encore sensibles ac
tuellement.
PRÉSENTATION DU GISEMENT
Située à une trentaine de kilomètres à vol d'oi
seau au Nord de Montpellier, la grotte du Salpêtre
de Pompignan s'ouvre sur la bordure Nord du
Causse de l'Hortus, au pied de la falaise de la crête Ch 7 de Taillade, à une altitude de 380 m. Elle domine
de 150 m environ une petite vallée où s'écoule le
ruisseau de Groussane. Un porche d'entrée de 5 m
de hauteur sur 2 m de largeur découvre un étroit
couloir qui suit sur 80 m un axe de diaclase sens
iblement Nord-Sud, creusé dans les calcaires mar
Ch 8 neux néritiques du Valanginien supérieur.
Connue depuis fort longtemps dans la littérature
(A. Jeanjean, 1868, 1870, 1871 ; J. Audibert, 1962),
elle fut l'objet, en 1969, d'un sondage superficiel
dans les niveaux néolithiques remaniés, effectué
par S. Cours et J. L. Roudil. Un second sondage a Ch 9a
été entrepris la même année par J. Coularou et S.
Cours, à une dizaine de mètres de l'entrée, contre la
paroi Ouest, qui a permis de mettre en évidence des
niveaux en place comportant des éléments du Pa Ch 9b
léolithique moyen et du Paléolithique supérieur. Ce
sondage avait été stoppé à 3 m de profondeur, sans
avoir atteint le sol rocheux. M. Escalon de Fonton
y réalisa également deux petits sondages dans les Ch 9c
niveaux du Paléolithique supérieur, à l'entrée de la
grotte.
Des fouilles ont été entreprises par deux d'entre
nous (L.M. et J.C.) en 1978, deux mètres en avant Ch 10 du sondage N° 2, qui ne concernent que les n
iveaux du Paléolithique supérieur. S. Farbos-Texier
a effectué une colonne palynologique dans la coupe
Nord du sondage; J.C. Miskovsky a prélevé en
1980 des échantillons sédimentologiques dans la Fig. 1. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard).
même coupe; l'étude des Rongeurs a été réalisée Coupe stratigraphique du sondage II.
fïg. L - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Stratigraphy of par J.C. Marquet. Ce sont les résultats de ces tr
the second bore. avaux qui sont exposés ici. 131
- couche 9 (70 à 80 cm) : STRATIGRAPHIE (Fig 1)
Ensemble brun jaunâtre, plus limoneux, comp
Au niveau du sondage n° 2, la stratigraphie ob ortant 3 sous-couches : Niveau 9a (10 à 30 cm)
servée concerne principalement les niveaux du Pa qui est constitué d'un sédiment limoneux avec
léolithique moyen et Paléolithique supérieur, ces rares cailloutis; niveau 9b (15 à 35 cm); moins
derniers étant plus épais au fur et à mesure que l'on compact que le 9a, ce sédiment limoneux
s'éloigne de l'entrée de la grotte ; ils sont recouverts comprend de nombreux cailloutis et blocs de 10-
par des terres noires remaniées (couche 1). 1 5 cm ; cette couche est très riche en faune ; niveau
La coupe Est-Ouest, visible dans le sondage n° 2, 9c (20 à 30 cm) composé d'un sédiment limoneux,
montre donc, sous des terres noires pulvérulentes très compact, présentant de rares blocs.
(couche 1 , peu épaisses à cet endroit, contenant des - couche 10 : base non atteinte.
éléments néolithiques et chalcolithiques remaniés) : Elle se présente sous la forme d'un niveau l
- un ensemble supérieur géologiquement assez imono-sableux, plus rouge, contenant des cailloutis
homogène, correspondant aux couches 2 et 3 de la et de très gros blocs (30-40 cm) empêchant la pours
fouille, dites 2 à 6 du sondage : ces couches étaient uite du sondage. Les concrétions contenant des
souvent constituées de petites lentilles argileuses ou oxydes de fer et de manganèse et les fragments de
cendreuses, limitées dans l'espace. Lors de la formations stalagmitiques sont nombreuses. Le s
fouille, par contre, sur plusieurs mètres carrés, édiment peut être localement bréchifié ; la fouille du
nous n'avons distingué que deux grands niveaux sondage a été bloquée à ce niveau.
continus : L'ensemble des couches, inférieures surtout, - couche 2 : constituée de petits cailloutis emb montre une légère pente vers le Sud, c'est-à-dire
allés dans un sédiments limono-sableux brun à vers l'intérieur de la grotte. Entre les deux grands
jaune brunâtre (7,5 YR 5/6 à 10 YR 6/6), ensembles, a pu être mise en évidence dans la - couche 3 : niveau jaune bru coupe, une érosion faiblement marquée simple
nâtre, présentant localement de gros blocs d'effo ment visible à la partie supérieure de la couche 7. Il
ndrement de la paroi, gélifractés et se décomposant y a une rupture nette dans le type de sédimentat
sur place. A la partie supérieure de ce niveau se ion; les cailloutis de la base de l'ensemble supé
trouvait un petit foyer dont les charbons de bois rieur semblent être orientés selon la forme de cette
ont permis une datation Cl 4 (âge 28 500 ± cuvette.
1 000 BP, MC 2 240, Y. et J. Thommeret).
La limite entre ces deux couches, géologique
ment peu différentes, visible à la fouille, n'a pas pu ÉTUDE SÉDIMENTOLOGIQUE être retrouvée au niveau de la coupe du sondage
n° 2 (où l'ensemble supérieur est homogène) : elle
(J.C. Miskovsky) n'a donc pas été reportée sur les coupes et sur les
diagrammes. La couche 2 est de toute façon peu
La plus grande partie du remplissage, essentiellépaisse et sa limite inférieure se situe, à la fouille à
ement constitué par des cailloutis emballés dans une 1 20 cm au-dessous du plan de référence de la
matrice sableuse brun jaune, présente un aspect grotte. Ces niveaux ont livré un matériel archéolo
général assez constant. Une première série d'analygique que l'on peut rattacher au Paléolithique supé
ses a été réalisée en 1978 uniquement sur les sédrieur (Magdalénien pour la couche 2).
iments fins, prélevés sur la coupe du sondage. L'im- couche 7 (10 à 40 cm d'épaisseur) : portance des sédiments grossiers (taille supérieure à Elle est constituée d'un sédiment limono-sableux 2 mm) nous a conduits à effectuer une seconde beige, compact, à nombreuses petites concrétions campagne de prélèvements (avril 1980) pour perblanches calcaires farineuses, de l'ordre du cm ; les mettre d'étudier le sédiment dans sa totalité. pierres sont très altérées; ce niveau contient quel Cinq phases climatiques ont été ainsi repérées ques gros blocs et des fragments de calcite. Aucun dans le remplissage, de la base vers le sommet : élément de datation sûre n'a été trouvé dans ce
niveau (quelques éclats de taille). PHASE A: couches 10, 9c et 9b inférieure,
- couche 8 (40 à 50 cm) : situées entre les cotes 330 et 285 cm.
C'est un niveau limono-sableux, brun paraissant Trois épisodes Al, A2, A3, ont été individualisés
rougeâtre, contenant de nombreux petits cailloutis d'après la composition du sédiment.
calcaires, fragments de plancher stalagmitique, cal
cite et pierres très corrodées. A la partie supérieure Sous-phase inférieure Al : (couche 10)
de cette couche se trouvent quelques gros blocs. Ce
niveau a livré une faune et divers objets lithiques La couche 10 est constituée par un limon sa
appartenant au Paléolithique moyen. bleux contenant 30% de concrétions jaunâtres de 2 132
SALPETRE DE POMPIGNAN
100
Fig. 2. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Composition granulométrique des sédiments.
Fig. 2. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Granulometric composition of sediments.
L'ensemble de ces résultats évoque, pendant le à 4 cm de longueur, 1 à 2 cm de largeur, que nous
dépôt de la couche 10, un climat froid et humide. n'avons retrouvées qu'exceptionnellement dans les
autres couches du remplissage (fig. 2). Le pourcent
age de pierres est peu élevé (1096) et les granules
représentent environ 3096 de l'ensemble du sédi Sous-phase moyenne A2 : (couche 9c base)
ment. Les pierres sont de grande taille (6 à 7 cm) et
sont constituées surtout de plaquettes minces (50 96 )
Le sédiment est essentiellement constitué de granon corrodées (fig. 4). Les sédiments fins représen
nules, avec très peu de pierres (5 96) qui sont de tent environ 25 96 du sédiment total (fig. 2) et sont
petite taille (entre 3 et 5 cm) et non corrodées. Les caractérisés par une dominance d'argile (17 96)
argiles et les grains de quartz émoussés luisants contenant Illite-chlonte-kaolinite et smectites, avec
sont moins abondants que dans la couche 10 un rapport 17/10 À, faible. Les fractions sableuses
(fig. 5). sont fines, mal classées, peu calcaires, et contien
Cette sous-phase serait donc moins froide et nent une assez grande quantité de grains de quartz
moins humide que la précédente. émoussés luisants (35 96) (fig 5). |
133
SALPETRE DE POMPIGNAN
polyèdres ploquettes minces plaquettes minces prismes | géhves + gë lives plaquettes épaisses
Fig. 3. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Étude des formes des pierres.
Fig. 3. - Le de Study of the aspect of stones.
L'ensemble de ces résultats évoque un retour à
Sous-phase supérieure A3 : (sommet de 9c et base de un climat plus froid et plus humide.
9b)
PHASE B (couches 9b supérieure et 9a, entre les
cotes 275-245 cm) Les pierres sont de plus grande taille (entre 6 et
10 cm) et plus nombreuses (30%) que dans les Comme dans l'ensemble A sous-jacent, les don
sédiments sous-jacents. Les plaquettes minces aug nées sédimentologiques mettent en évidence une
mentent régulièrement de la base vers le sommet constitution du sédiment variant régulièrement de
ainsi que la corrosion (fig. 3 et 4). Les sédiments la base vers le sommet (fig. 2). En particulier, nous
observons une diminution très nette du pourcentfins sont en quantité constante (moins de 25%)
avec une dominance d'argile (12%). Les sables sont age d'éléments grossiers (de 85 à 5096), surtout
fins (médiane = 0,1 mm), mal classés et contiennent des pierres (moins de 1 0 % au sommet) qui sont de
un pourcentage assez fort de grains de quartz plus en plus petites de la base (médiane = 7-8 cm)
vers le sommet (médiane = 2-3 cm). Les prismes émoussés luisants (35%) (fig. 5). Les grandes famil
les des minéraux des fractions argileuses sont tou dominent et les plaquettes minces, bien que peu
jours représentées; le rapport 17/10 À est de plus représentées, augmentent légèrement de la base
en plus élevé, de la base vers le sommet. vers le sommet (fig. 3). Il semble bien que le climat 134
Leur taille moyenne est comprise entre 4 et 5 cm. ayant conditionné le dépôt de ces sédiments soit
La corrosion augmente régulièrement de la base devenu de moins en moins froid par rapport à celui
vers le sommet (fig. 4). Les plaquettes minces et de la phase A. L'étude des éléments fins montre
gélives sont peu abondantes mais augmentent ceune augmentation très nette des argiles et des l
pendant de la base vers le sommet où quelques imons (42% au total) vers le sommet (fig. 2). On
plaquettes gélives sont présentes. constate également une forte quantité de quartz
émoussés luisants (40 % ) correspondant sans doute Les sédiments fins comportent une fraction argi
à une humidité plus importante que dans l'ensem leuse dominante (fig. 2); les sables bien classés
(fig. 5), montrent un pourcentage moins élevé de ble A.
grains émoussés luisants (30-40%) que dans les
PHASE C (couche 8, située entre les cotes 245- niveaux sous-jacents. Le calcaire est en proportion
210 cm) toujours importante (20 % ). Les minéraux argileux
présentent une dominance d'illite et de chlorite. Le Les sédiments grossiers deviennent de nouveau
rapport 17/10 À diminue régulièrement de la base plus abondants (80-90%) avec une légère diminut
vers le sommet. Les interstratifiés irréguliers ne ion au milieu de la couche (fig. 2). La répartition
granulométrique des pierres est assez uniforme. sont présents qu'à l'état de traces.
SALPETRE DE POMPIGNAN
C H RO NOLOGIE A DIAGRAMME CUMULATIF GLOBAL B PIERRES CORRODÉES
+ TRÈS CORRODÉES E£O n°n u*ée* ^—^ foiblemtnt corrodées
1» » «| usées corrodées
très corrodées
110
125
(T.
140 UJ
o 155
160
195
220-
235 LJ
250- OC 9a
o 260
9b 270
100
Fig. 4. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Étude de la corrosion des pierres.
Fig. 4. - Le de Study of the stones corrosion. ~hL
135
L'ensemble de ces données traduit un climat Elles forment un ensemble assez homogène, dis
plus froid et moins humide que dans l'ensemble tinct des sédiments sous-jacents. L'examen des pier
sous-jacent. res montre que les plaquettes épaisses sont de plus
en plus abondantes de la base vers le sommet, que PHASE D : (couche 7, située entre les cotes 200- les plaquettes minces sont en pourcentage assez 160 cm) élevé (25 96) à la base de cet ensemble (prélève
Les éléments grossiers sont moins abondants que ments 140-155 et 155-165 cm). Les plaquettes géli-
dans l'ensemble inférieur. Les pierres, en particul ves, bien qu'en faible pourcentage (moins de 5 96 ),
ier, diminuent de la base (35 96) vers le sommet sont présentes dans chaque prélèvement. La corro
(15 96). Leur taille est petite (de 1 à 3 cm), sauf au sion est élevée à la base (indice voisin de 30 96) et
milieu de la couche où elle atteint 8 cm. diminue légèrement vers le sommet (fig. 4).
Les plaquettes minces, moins abondantes à la Les sédiments fins sont peu abondants (10 à base et au milieu (12 96) sont plus nombreuses au 15 % en moyenne), avec une dominance des lsommet (35 96) (fig. 3). La corrosion, importante à imons (fig. 2). Les fractions sableuses sont fines et la base, diminue régulièrement vers le haut (fig. 4). bien classées (médiane voisine de 0,080 mm) le
Les sediments fins montrent une dominance pourcentage de calcaire est élevé (20 96 ). Les grains
d'argile (entre 25 et 30 96), la plus forte de l'ensem de quartz peu nombreux, sont surtout représentés
ble du remplissage. Les grains de quartz émoussés par des grains ronds mats (fig. 5). L'illite (domin
luisants sont également abondants (20-25 96) (fig. ante), la chlorite, la kaolinite, les smectites et des
5). Les minéraux argileux contiennent toujours : traces d'interstratifiés irréguliers au sommet cons
illite, chlorite, kaolinite, smectite, et le rapport 17/ tituent la fraction argileuse. L'abondance des séd
10 Â, faible, diminue de la base vers le sommet. iments grossiers (pierres), la présence de pierres géli-
L'ensemble de ces résultats montre que le dépôt ves, et de grains de quartz ronds mats, le pourcent
de la couche 7 s'est effectué au cours d'une phase age élevé de calcaire, la corrosion assez marquée
froide, humide à la base, plus sèche vers le somm montrent que cet ensemble s'est déposé sous un
et. climat froid et sec, avec un maximum dans le
milieu (prélèvements 125-140 et 110-125). PHASE E : (couches 6 à 2 (sondage) = couches
2 et 3 (fouilles)).
SALPÊTRE DE POMPIGNAN
CHRONOLOGIE A. SABLES NON DÉCALCIFIÉS 0-MORPHOSCOPIE OES GRAINS DE QUARTZ
Ronds Mots Non Usés 03 Md
\
\
\
\
0 2 mm O 25 SOO
Fig. 5. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Étude des fractions sableuses.
Fig. 5. - Le Salpêtre de Pompignan (Gard). Study of sands. Paléolithique supérieur Moustérien
Os
«*o
K)
Grotte du Salpetre-de-Pompignan (Gard)
Fig. 6. Fig. - 6. Le - Salpêtre Le Salpêtre de Pompignan de Pompignan (Gard). (Gard). Diagramme Palynology. pollinique. Paléolithique supérieur Moustérien
ON
rC
•o
K>
2 S ! S iSi 3 S S S S S s I S S » g S S S S S S 2 S S g S
Grotte du Salpetre-de-Pompignan (Gard)
Fig. 6. Fig. - 6. Le Salpêtre - Le Salpêtre de Pompignan de Pompignan (Gard). (Gard). Diagramme Palynology. pollinique.