Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La cachette de haches à talon de Noellet - article ; n°2 ; vol.22, pg 391-407

De
18 pages
Gallia préhistoire - Année 1979 - Volume 22 - Numéro 2 - Pages 391-407
17 pages
Voir plus Voir moins

Michel Gruet
Alain Braguier
La cachette de haches à talon de Noellet
In: Gallia préhistoire. Tome 22 fascicule 2, 1979. pp. 391-407.
Citer ce document / Cite this document :
Gruet Michel, Braguier Alain. La cachette de haches à talon de Noellet. In: Gallia préhistoire. Tome 22 fascicule 2, 1979. pp.
391-407.
doi : 10.3406/galip.1979.1627
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1979_num_22_2_1627LA CACHETTE DE HACHES A TALON DE NOELLET
par Michel GRUET1 et Alain BRAGUIER
Circonstances des trouvailles. dit actuellement 25 à 30. Son fils avance le
chiffre de 33. Le Dr Delestre de Combré est
Une découverte fortuite d'une cachette de formel : il y en avait 32. Elles étaient disposées
l'Age du Bronze fut faite, il y a environ 25 ans, « en rond comme dans un nid de poule » se
dans le nord-ouest du département de Maine- plaît à répéter le découvreur. Nous n'avons pu
et-Loire, sur la commune de Noellet, à 16 km lui faire préciser s'il s'agissait d'une disposition
à l'ouest de Segré. C'est à 375 m au sud de la rayonnante avec les tranchants convergents
ferme de La Bretonnaie, elle-même située à au centre. Une telle disposition permet en
1,4 km au sud du bourg, que se situe la grande effet le groupement d'une trentaine de haches
parcelle n° 5102 (fig. 1). Notre plan précise à sur la faible surface circulaire d'un « nid de
deux ou trois mètres près, l'emplacement de la poule». Les haches n'étaient pas, dit-il, super
trouvaille vers l'angle sud-ouest de ce champ posées. Ni poteries ni débris ligneux ne furent
qui présente une pente douce vers l'est. En ce remarqués. Les haches furent dispersées chez
point M. Louis Guérin, cultivateur à La Bre des parents et des amis de M. Guérin.
tonnaie, avait trouvé une première hache de
bronze en 1936. C'est sept à -huit ans après
Environnement. cette date que le plus gros de la cachette
apparut, à 30 cm de la surface, révélé par un Le sol argileux de Noellet, sur fond de
labour plus profond. La date reste imprécise schistes tendres briovériens, fut plus précoce
mais se situe néanmoins vers la fin de l'« occu ment défriché que la surface des synclinaux
pation » en 1943 ou 19443. Le butin se composait primaires voisins où domine le grès armoricain
uniquement de haches à talon. Un article de et qui ont encore un fort couvert forestier5.
journal, paru en 19684, parle d'une quarantaine Nous sommes là dans une région voisine des
de ces objets. L'inventeur, un peu imprécis, Marches bretonnes, près de l'Ille-et- Vilaine et
de la Loire-Atlantique, région angevine toutef
ois, qui apparaît pauvre en bronzes proto
historiques par comparaison avec le sud de 1. Voir Gallia Préhistoire, 18, 1975, p. 157. Complé la Loire : Mauges et Saumurois. ment à « l'Age du Bronze en Anjou », par Gérard
Très proches, un à deux kilomètres ou moins, Cordier et Michel Gruet.
2. Section G du cadastre rénové au 1250 millième. deux trouvailles sur la commune de Saint-
3. Une plaisanterie du curé du lieu parlant de Michel-et-Chanvaux sont à citer : un beau « dépôt d'armes clandestin » situe l'époque.
4. Le Courrier de V Ouest, du 18 mai 1968, sous le
titre : « Noellet révèle un « trésor » de l'Age du Bronze
trouvé il y a 25 ans ». 5. Carte géologique 80 000e, n° 91. Château-Gontier.
Gallia Préhistoire, Tome 22, 1979, 2. 392 M. GRUET ET A. BRAGUIER
1 Situation géographique et cadastrale du lieu de trouvaille.
bracelet de type Bignan6 qui peut donc être être postérieure. A 7 km au nord une hache à
de l'âge de notre cachette, une hache à talon talon « bretonne » à forte nervure à Chazé-
mais lourde, du type Rosnoen, qui doit lui Henry. A 14 km au sud, Gandé a fourni une
6. Une note inédite de O. Desmazières a permis autres objets cités infra, on pourra consulter : Gérard
de redonner un état civil à cet objet catalogué, tantôt Gordier et Michel Gruet, L'âge du bronze et le
comme sans provenance, tantôt comme de Champigné premier âge du Fer en Anjou, Gallia Préhistoire, 18,
par confusion avec un autre très semblable. Pour les 1975, fasc. 1. GACHETTE DE NOELLET 393
hache à rebords et une hache à ailerons lorsqu'elle ne modifie (en apparence) que la
massive, l'une antérieure et l'autre postérieure couleur de la surface sera appelée patine.
aux « haches bretonnes » qui sont peut-être Nous l'appellerons corrosion lorsqu'elle détruit
toutefois représentées dans les « haches indé ou déplace le métal. L'ensemble du lot de ces
terminées » de cette localité. A 16 km à l'est, haches apparaît assez sain. Il n'y a pas, en
Segré a donné une hache de forme bretonne, particulier, de ces dangereuses corrosions
mais à anneau et avec un décor de trident chlorurées poudreuses blanches. La cuprite
normand. Là aussi une cachette probable a apparaît sous la patine verte, sur la plupart
livré des haches à douille chronologiquement des ébréchures, sur la marge des astiquages et
postérieures. dans les premiers millimètres des perforations
A La Ferrière-de-Flée, à 20 km dans l'est- pour prélèvements destinés aux analyses.
nord-est, on a cité une « épée larnaudienne »
dans un dolmen sans rien de plus précis. Types généraux. A Vern, 21 km au sud-est, a été trouvée une
hache à talon de type normand à tranchant Pour éviter de fastidieuses redites dans la
étalé et décor en écusson. Au-delà, en appro description de chaque objet, nous allons
chant des vallées de la Maine et de la Loire, donner les caractéristiques générales des deux
les trouvailles deviennent plus denses, mais seuls types représentés ici : le type breton
nous éloignent de notre site. Nous ne pouvons strict et le type trapézoïdal dit Centre-Ouest.
retenir chronologiquement dans son voisinage Le type breton (sensu stricto, c'est-à-dire en
que le bracelet de Bignan (Saint-Michel-et- dehors des haches à talon de type Treboul et
Ghanvaux) et la hache à talon de Chazé- en dehors des haches massives du type Ros-
Henry. La cachette de Noellet en prend noen) a une forme élancée. A un tranchant
d'autant plus d'intérêt dans cette région étroit s'oppose un talon large et l'on passe de
jusqu'alors peu riche. l'un à l'autre par une constriction nette, mais
Après une longue enquête et bien des dépla légère et progressive, des flancs; étranglement
cements, nous avons pu retrouver et examiner dont le maximum se situe vers le tiers proximal
en détail 18 haches à talon sur les 32 admises7. de la lame. Le décor le plus fréquent est une
nervure axiale sur les plats de la lame.
Le type trapézoïdal Centre-Ouest a un talon
étroit parfois pincé vers sa pointe. A partir de Description.
ce talon l'évasement vers le tranchant relativ
Altérations et cassures. ement large et subrectiligne se fait par une
courbe unique et continue à grand rayon, Nous estimons inutile de décrire les diverses
parfois presque par une droite. Il s'agit ici du cassures puisque les haches sont figurées.
type Centre-Ouest tel qu'il est décrit dans la Notons simplement que les amputations des
Typologie de la Commission du Bronze8 et talons des numéros 4 et 5 montrant le métal
non des haches « à lames trapézoïdales » que sain paraissent récentes. Les autres cassures
J. Pautreau a donné comme un «sous type» même ravivées par des chocs récents présentent
du type Centre-Ouest9 mais qui apparaissent sur leur surface la couleur rouge de la cuprite
très proches du type de Haguenau. et sont estimées être anciennes. L'altération
7. Nous adressons de vifs remerciements aux
personnes qui ont bien voulu nous confier pour étude 8. J. Briard et G. Verron, Typologie des objets
les haches en leur possession : MM. Louis Bessière à de VAge du Bronze en France, fasc. III, Haches (I)
Pouancé, M. Chailloux à Vieille- Vigne, M. Chailloux S. P. F. Commission du Bronze, fiche 523 ; fiche 524
(Patrick) à Nantes, M. Delestre à Combré, M. l'abbé pour les haches « bretonnes », Paris, 1976.
Durand à Noellet, M. Guérin (Louis) père à Noellet, 9. J.-P. Pautreau, Les haches à talon du Musée
M. Guérin (Louis) fils à Noellet, M. Lebreton (André) de Guéret (Creuse), Mém. de la Soc. des Se. nat. et
à Segré. archéol. de la Creuse. Guéret, Lecante, 1976. 394 M. GRUET ET A. BRAGUIER
Descriptions individuelles (fig. 2 à 4). sur les flancs que sur les plats. Un décalage
transversal des valves a donné une dissymétrie N° 1. Hache «bretonne» élancée, à tran frontale et en coupe évidemment. Deux chant relativement large pour ce type. Talon soufflures abîment la pointe du talon. Des de plan légèrement ovalisé. Butée rectiligne concrétions en coquilles d'huître parsèment avec paroi de la gorge oblique. Sur les plats, la lame. nervure axiale large, assez mousse, se pro
N° 4. Type breton. Talon subovoïde. Butée longeant très loin vers le tranchant, 80 mm.
rectiligne à paroi abrupte. Le décor du plat Bords marginaux de la lame bien mis en valeur
de lame est moins une nervure qu'une arête par de larges cannelures qui les séparent de la
dièdre très marquée en toit à double pente. nervure axiale. Sur un des flancs subsiste, là
Les nervures de bord de lame sont fortement où la corrosion l'a respecté, un joli décor par
accusées et présentent un martelage puncti- martelage. Les facettes obtenues sont hexa
forme. Sur les flancs, la suture des valves est gonales, petites et allongées longitudinalement
marquée par des bavures encore bien nettes sur la ligne des bavures inter-valves, elles sont
encadrées d'un martelage à larges coups plus grandes et allongées transversalement de
obliques. A l'union de la lame et du talon un chaque côté de cette suture. Le martelage du
bourrelet en forme d'arc brisé a été déformé talon apparaît moins régulier. Il y a aussi
par un glissement longitudinal des valves. Un martelage de trois des quatre arêtes de la lame.
astiquage intempestif a redonné à cet objet Il y a un léger décalage transversal des valves
la couleur dorée du bronze neuf. Une patine du moule. La patine est lisse, vert foncé,
vert foncé subsiste en quelques points, avec bleutée par endroit (azurite possible). Quelques
quelques cupules corrodées. bourgeons en écaille d'huître abîment un des
plats. N° 5. Hache de type breton. Le talon de
plan légèrement trapézoïdal est large. La butée N° 2. Type breton. Talon de plan légèrement
est rectiligne, la paroi de gorge subverticale. ovalisé. La coulisse de ce talon porte des stries
Sur un des plats, une nervure médiane bien parallèles irrégulières d'emmanchement en
accentuée, se prolonge longuement en déviant force. La butée est arrondie avec paroi de
de l'axe de la pièce. gorge verticale. La nervure axiale décorative,
Les arêtes bordières, dont une seule a de section très anguleuse, est d'une netteté
conservé un martelage, sont bien dégagées par rare. Le bord de la lame est martelé par petits
de larges et peu profondes cannelures les sépaimpacts réguliers, parfaitement conservés sur
rant de la nervure médiane. Cette dernière est une des quatre arêtes, incertains sur les autres
beaucoup moins marquée sur l'autre plat. abîmées. Sur les flancs du talon, disparition
Latéralement les bavures inter-valves ont été quasi totale des bavures par polissage. Sur les
étalées par écrasement. Entre cette suture flancs de la lame, écrasement des bavures et
latérale et les bords se devine, par endroits, un martelage assez effacé de chaque côté de la
large martelage, masqué ailleurs par corrosion, ligne suturale. Corrosion assez forte.
martelage pratiqué avant l'écrasement des N° 3. Hache de type breton. Talon de plan bavures de coulée. Les flancs du talon sont subrectangulaire. Butée rectiligne avec paroi exempts de cette finition. La corrosion généde gorge oblique. Sur les plats, pas de nervure rale rugueuse, vert clair, respecte quelques axiale, au contraire une concavité légère met îlots lisses, durs, d'un vert sombre. en valeur l'angulation des bords. Sur les flancs,
N° 6. Type breton à tranchant relativement les bavures inter-valves sont écrasées et polies
au niveau du talon. Au niveau de la lame les large pour ce type. Talon de plan rectangulaire.
bavures ont été joliment martelées en une série Butée rectiligne en surface, plus courbe vers
de petits hexagones - s'emboîtant par leurs le fond de la gorge. Paroi de la gorge oblique.
côtés dans les allongés transversal Sur le plat de la lame très fine nervure axiale
ement qui les encadrent. Le tout est cerné par qui s'estompe très vite passant au dièdre en
une ligne de martelage des arêtes portant plus toit à double pente. Arêtes bordières de lame DE NOELLET 395 GACHETTE
2 1 à 6 : haches de type « breton » avec martelages.
bien nettes. Bavures inter-valves respectées abrupte. La gorge du talon est plus profonde
au talon. Sur les flancs de la lame deux martel sur l'une des faces. Des stries longitudinales
ages larges et alternés encadrent la suture d'emmanchement en force rayent le fond de
médiane, elle-même martelée plus finement. la gorge. Sur le plat la ligne axiale est une
A l'union de la lame et du talon, décor en arc arête dièdre en batière se prolongeant très loin
brisé. Décalage latéral des valves du moule. vers le tranchant. Les bords latéraux de la
Patine lisse vert jaunâtre. Astiquage récent lame ne sont pas accentués. Sur les flancs les
de la lame seule. bavures inter-valves sont, au talon, très
N° 7. Type breton. Talon de plan légèrement écrasées et lissées en un méplat sinueux, à la
ovoïde. Butée subrectiligne à paroi presque lame, elles sont, quasi totalement, arasées et 396 M. GRUET ET A. BRAGUIER
lissées. Les arêtes de la lame portent un flanc encore, à l'union lame-talon, un bourrelet
martelage décoratif régulier. La couleur est en demi-arc prolonge une des arêtes latérales
de bronze doré par astiquage, mais persistance mais n'a pas de symétrique : autre preuve de
de taches patinées d'un vert noirâtre. l'utilisation de valves dépareillées. Patine vert
clair rugueuse sur une face, lisse et vert foncé N° 8. Type breton. Talon légèrement ovalisé. sur l'autre, avec quelques boursouflures en Butée rectiligne à bord très étroit quasi tran coquille d'huître d'un vert plus clair. chant. Paroi de butée subverticale. Sur un des
plats de lame, nervure axiale très mousse N° 11. Hache de type breton. Talon cassé
encadrée de deux cannelures de faible profon de plan légèrement ovalisé. Gorge très pro
deur mettant en relief les arêtes latérales de fonde, butée rectiligne avec paroi oblique. Sur
bord de lame. L'autre plat est lisse et plan. le plat la nervure médiane est mousse, à peine
Donc deux valves différentes ont été utilisées. dégagée par les deux larges et peu profondes
Un martelage échelonné sur les rebords du gorges qui l'encadrent. Les rebords de lame
talon semble avoir provoqué des corrosions portent un martelage alterné très décoratif.
plus intenses aux points d'impact. Sur les Sur les flancs bavures inter-valves écrasées et
flancs les bavures inter-valves sont écrasées et lissées. La surface corrodée, très rugueuse
polies. Latéralement, à l'union lame-talon, presque partout, réserve des îlots marrons
bourrelet en accent circonflexe au lieu de l'arc moins altérés.
brisé plus habituel. Aspect brillant par ast N° 12. Hache de type breton. Talon de plan iquage poussé. rectangulaire ovalisé. Butée subrectiligne avec
N° 9. Type breton. Talon large, rectan paroi un peu oblique. Sur un des plats de lame,
gulaire, fissuré. Butée subrectiligne à paroi nervure axiale mousse encadrée de larges
légèrement oblique. Sur un des plats de lame gorges peu profondes, toutefois suffisantes
arête axiale en toiture dont les pentes mettent pour donner du relief aux arêtes bordières.
bien en évidence les arêtes bordières nettement Sur l'autre face, surface légèrement bombée
plus marquées que l'arête médiane. Martelage dont on peut penser, malgré sa corrosion,
régulier des rebords du talon sur une face qu'elle n'a pas été décorée. Sur les flancs traces
seulement. Sur les flancs les bavures de la de bavure inter-valves arasées et polies. Il y
suture ont été largement écrasées au talon. a eu un léger décalage des valves transversale
A la lame, elles ont presque disparu par ment. Sur le profil un décalage du relief des
butées semble confirmer l'union de valves polissage. La patine est lisse, d'un vert très
foncé, marquée de taches corrodées d'un vert dépareillées. Restes d'une belle patine lisse
clair. La teinte dorée apparaît aux points de vert foncé passant, par endroits, au métal sain
frottement. doré par l'intermédiaire d'une mince zone
rougeâtre (cuprite?). Sur un des plats, nomN° 10. Type breton. Talon de plan rectan breux chancres circulaires avec fonds d'un gulaire avec butée rectiligne. Paroi de butée joli vert (malachite). très oblique passant en arrondi au fond de la
coulisse. Sur un des plats de lame, nervure N° 13. Hache de type breton mais à anneau,
médiane fine et longue (65 mm), encadrée, non seule de ce type dans la série. Les cassures de
pas comme d'habitude par deux cannelures en l'anneau sont polies, intentionnellement ou
creux, mais au contraire par des convexités. par usage prolongé. Le talon est de plan
Les rebords de la lame sont toutefois nettement légèrement piriforme. La butée est très arrond
dégagés en relief. Sur l'autre face la nervure ie, sa paroi est à pic. La gorge est profonde.
médiane est une simple arête dièdre. Deux Les plats de la lame sont sans nervure et sa
valves différentes ont donc été utilisées pour section est rectangulaire. Un martelage fin et
cette fabrication. Les rebords de lame sont régulier décore les arêtes bordières de la lame.
martelés alternativement d'un côté et de Sur les flancs, au niveau de la lame, de larges
l'autre et ont pris une allure sinueuse. Les cannelures transversales espacées rendues à
bavures inter-valves ont été écrasées. Sur le peine perceptibles par leur faible profondeur GACHETTE DE NOELLET 397
3 7 à 12 : haches de type « breton » avec martelages. N° 11 : agrandissement des martelages sur arêtes.
sont les restes d'une action de martelage qui nervure axiale bien marquée mais courte
a fait disparaître toute trace des sutures de (30 mm) partant au niveau même du bord
valves. Des végétations en coquille d'huître supérieur de la butée. Sur les flancs, au talon,
parsèment un des flancs. large écrasement de la ligne suturale, sans
N° 14. Hache trapézoïdale Centre-Ouest. marques d'impacts, encadré de martèlements
Talon très étroit de plan trapézoïdal effilé. obliques parallèles. Sur un des flancs de lame,
Butée arrondie à paroi subverticale vers la martèlement à facettes de la suture, encadré
gorge qui est peu profonde. Sur les plats de larges impacts latéraux. Sur l'autre flanc 398 M. GRUET ET A. BRAGUIER
seules les bavures ont été martelées. Le net ou non, par un usage en herminette, ou plus
toyage a montré un bronze doré sur lequel probablement en ciseau, car la pointe du talon
subsistent des îlots vert sombre presque noir. a été écrasée par martèlement.
N° 15. Hache trapézoïdale Centre-Ouest. N° 17. Hache trapézoïdale Centre-Ouest.
Talon étroit dont la forme trapézoïdale a été Talon trapézoïdal très long, presque aussi long
atténuée par un martelage en bout qui a un que la lame. Gorge plus profonde sur une face
peu étalé cette extrémité : donc emploi comme que sur l'autre. Butée rectiligne subverticale
ciseau. Gorge peu profonde. Butée rectiligne du côté gorge, mais se continuant de l'autre
sur une face avec paroi verticale. Butée côté sans presque montrer de relief par rapport
arrondie sur l'autre face. Sur les plats nervure au plat de la lame qui ne porte aucun décor.
mousse coiffant une arête dièdre en toit à Latéralement bavures très écrasées au talon et
double pente. Les bords de la lame, sans arêtes, totalement disparues au niveau de la lame.
passent aux flancs par une surface courbe. Belle patine régulière, lisse, d'un vert jaunâtre.
Sur les flancs bavures largement écrasées. En La gorge du talon est occupée par des corrosions
coupe et en profil, on note le décalage des proliférantes.
valves transversalement et la non coïncidence N° 18. Hache trapézoïdale Centre-Ouest.
des butées, donc encore emploi de valves Talon étroit de plan trapézoïdal effilé avec
dépareillées. Patine lisse d'un vert sombre. rebords assez ébréchés. Butée rectiligne outre
N° 16. Hache trapézoïdale Centre-Ouest. passant la verticale (paroi oblique vers la lame).
Talon très étroit, trapézoïdal, effilé. Butée Le bord de la butée ne marque qu'un très
arrondie à paroi sub-abrupte dominant une faible relief par rapport aux plats de la lame.
gorge assez profonde. Sur le plat une nervure Ces derniers sont très légèrement bombés,
très large et mousse se rétrécit et s'évanouit sans décor. Sur les flancs les bavures sont très
rapidement laissant place à une surface plane écrasées au talon; au niveau de la lame, elles
sont lissées en un méplat axial encadré d'un donnant une section rectangulaire à la lame.
Les bords de celle-ci sont bien nets mais sans large martelage transversal très émoussé.
Belle patine vert foncé, assez corrodée de dégagement d'arêtes. Les flancs sont très polis,
aucune trace de suture des valves. Sur le profil, cupules d'un vert clair. Métal jaune or par
on voit que la lame est infléchie, volontairement nettoyage sur l'un des flancs.
Tabl. 1. Mesures des haches.
Numéro Type Longueur Longueur Largeur Largeur Épaisseur Poids
Male lame talon tranchant maxima
433 gr Br. 176 108 28 44 25,5
Br. 168 95 28 36,5 31,3 431
3 29,1 42 26,1 438 Br. 170 103
440 4 Br. 156 96,1 29,3 37 31
5 Br. 146 103 28,9 41 32,5 416
6 28,3 42 25,9 Br. 155 95,3
462 7 Br. 170 98,3 27,4 39,1 30
8 Br. 158 101 28 38,2 29
9 Br. 160 95 27 46 28,8
10 26,4 346 Br. 147 101 30,7 38,2
353 11 Br. 120 73,2 27,2 32
12 Br. 145 93 26 26,5 406 39,7
13 Br. à 413 163 96 23,2 4C,2 31
anneau
400 14 CO 167 98,5 23 50,5 27,1
15 CO 162 88 51 21,9 308 25,2
16 CO 163 363 95,5 22.1 48,2 29
411 17 CO 169,2 89 23,8 51,9 24
18 CO 158 92,8 47,2 27,2 350 23,1 GACHETTE DE NOELLET 399
4 13 : hache de type « breton » avec anneau et traces d'herbes. 14 à 18 : haches de type Centre-Ouest.
Ces longues descriptions ont montré le très sections des lames. Il n'y a pas deux haches
petit nombre des grands types rencontrés, pouvant sortir du même moule car malgré les
apparences de la figure les numéros 16 et 17 ne réduits à trois : haches « bretonnes » sans
anneau au nombre de 13, hache bretonne avec sont pas semblables car l'inclinaison de la butée une seule, haches Centre-Ouest (s. str.) est totalement différente chez l'une et l'autre.
cinq. Par contre ce même inventaire révèle Il apparaît aussi que six fois, on a assemblé des
une extrême variété dans le détail des formes valves dépareillées (nos 10, 5, 12, 8, 17, 15) que
moulées et des décors martelés. Ceci apparaît eu décalage latéral des valves six fois, il y a
d'emblée sur la figure 5 qui regroupe les , 11, 6, 12, 3, 15).