//img.uscri.be/pth/295672d1b1873d599bdc301e2eb8aaf00441ac68
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La morphogenèse villafranchienne - article ; n°2 ; vol.20, pg 85-94

De
12 pages
Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Année 1983 - Volume 20 - Numéro 2 - Pages 85-94
Les formes façonnées par la morphogenèse villafranchienne occupent dans les paysages des situations diverses et couvrent des surfaces très dissemblables suivant les reliefs hérités de l'évolution tertiaire dans lesquels elles se sont inscrites. Si, dans quelques cas, les formations corrélatives du façonnement villafranchien paraissent monogéniques, le plus souvent, formes et dépôts témoignent d'une morphogenèse polyphasée. De l'analyse des communications, il se dégage quelques tendances majeures de l'activité morphogénétique villafranchienne : — Le Villafranchien est caractérisé par une mutation bio-climatique qui s'accompagne d'une déstabilisation des versants et d'une ablation des sols et des altérites à l'origine d'accumulations détritiques rouges sur les piedmonts et dans les bassins. — Au pied des versants, sur les piedmonts, les écoulements chargés se divisaient en chenaux divagants et élaboraient des cônes, des glacis, voire des pediments. Il en résulte un grand développement des niveaux plans. Cependant, cette morphogenèse, qui survient après une phase « biostasique » pliocène généralisée et se manifeste par une rupture de type « rhexistasique », n'apparaît pas synchrone dans les différentes régions et y engendre des modelés diversifiés en fonction d'une inégale intensité de l'aridité et du froid. Ainsi, s'esquisse la marqueterie régionalisée des milieux méditerranéens actuels.
Landforms shaped by villafranchian morphogenesis occur in mediterranean landscapes in various situations and occupy very unequal areas according to relief features inherited from tertiary evolution in which they have been worked. If, in some cases, correlative formations of villafranchian moulding appear monogenetic, most frequently, landforms and depositions indicate polygenetic morphogenesis. Some characteristics of morphogemc activity can be pointed out : — Villafranchian period agrees with a bio-climatic change which leads to an accelerated erosion of slopes and removal of soils and weathered debris. This explains red detrital deposits on piedmonts and in basins. — At slope base and on piedmonts, loaded running waters swept and divagated and built alluvial fans and shaped pediments. This process is responsible for the great development of planed surfaces. Following a generalized biostasic phase of Pliocene age, the villafranchian morphogenesis occurs as a rhexistasic crisis. Yet, that breaking is not synchronical in all parts of the mediterranean regions and generates varied landforms according to unequal aridity and coldness. Thus, the regional mosaic of present mediterranean lands is outlined.
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

G Beaudet
La morphogenèse villafranchienne
In: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 20 - Numéro 2-3 - 1983. pp. 85-94.
Citer ce document / Cite this document :
Beaudet G. La morphogenèse villafranchienne. In: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 20 -
Numéro 2-3 - 1983. pp. 85-94.
doi : 10.3406/quate.1983.1454
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quate_0004-5500_1983_num_20_2_1454Résumé
Les formes façonnées par la morphogenèse villafranchienne occupent dans les paysages des
situations diverses et couvrent des surfaces très dissemblables suivant les reliefs hérités de l'évolution
tertiaire dans lesquels elles se sont inscrites. Si, dans quelques cas, les formations corrélatives du
façonnement villafranchien paraissent monogéniques, le plus souvent, formes et dépôts témoignent
d'une morphogenèse polyphasée. De l'analyse des communications, il se dégage quelques tendances
majeures de l'activité morphogénétique villafranchienne : — Le Villafranchien est caractérisé par une
mutation bio-climatique qui s'accompagne d'une déstabilisation des versants et d'une ablation des sols
et des altérites à l'origine d'accumulations détritiques rouges sur les piedmonts et dans les bassins. —
Au pied des versants, sur les piedmonts, les écoulements chargés se divisaient en chenaux divagants
et élaboraient des cônes, des glacis, voire des pediments. Il en résulte un grand développement des
niveaux plans. Cependant, cette morphogenèse, qui survient après une phase « biostasique » pliocène
généralisée et se manifeste par une rupture de type « rhexistasique », n'apparaît pas synchrone dans
les différentes régions et y engendre des modelés diversifiés en fonction d'une inégale intensité de
l'aridité et du froid. Ainsi, s'esquisse la marqueterie régionalisée des milieux méditerranéens actuels.
Abstract
Landforms shaped by villafranchian morphogenesis occur in mediterranean landscapes in various
situations and occupy very unequal areas according to relief features inherited from tertiary evolution in
which they have been worked. If, in some cases, correlative formations of villafranchian moulding
appear monogenetic, most frequently, landforms and depositions indicate polygenetic morphogenesis.
Some characteristics of morphogemc activity can be pointed out : — Villafranchian period agrees with a
bio-climatic change which leads to an accelerated erosion of slopes and removal of soils and weathered
debris. This explains red detrital deposits on piedmonts and in basins. — At slope base and on
piedmonts, loaded running waters swept and divagated and built alluvial fans and shaped pediments.
This process is responsible for the great development of planed surfaces. Following a generalized
"biostasic" phase of Pliocene age, the villafranchian morphogenesis occurs as a "rhexistasic" crisis. Yet,
that breaking is not synchronical in all parts of the mediterranean regions and generates varied
landforms according to unequal aridity and coldness. Thus, the regional mosaic of present
mediterranean lands is outlined.Thème III
Morphogenèse et pédogenèse
pour Bulletin l'étude de l'Association du Quaternaire française 1983-2/3, pages 85-94
LA MORPHOGENÈSE VILLAFRANCHIENNE
par G. BEAUDET *
RÉSUMÉ
Les formes façonnées par la morphogenèse villafranchienne occupent dans les paysages des situations diverses et couvrent des
surfaces très dissemblables suivant les reliefs hérités de l'évolution tertiaire dans lesquels elles se sont inscrites. Si, dans quelques cas, les
formations corrélatives du façonnement villafranchien paraissent monogéniques, le plus souvent, formes et dépôts témoignent d'une
morphogenèse polyphasée. De l'analyse des communications, il se dégage quelques tendances majeures de l'activité morphogénétique
villafranchienne :
— Le Villafranchien est caractérisé par une mutation bio-climatique qui s'accompagne d'une déstabilisation des versants et d'une
ablation des sols et des altérites à l'origine d'accumulations détritiques rouges sur les piedmonts et dans les bassins.
— Au pied des versants, sur les piedmonts, les écoulements chargés se divisaient en chenaux divagants et élaboraient des cônes,
des glacis, voire des pediments. Il en résulte un grand développement des niveaux plans.
Cependant, cette morphogenèse, qui survient après une phase « biostasique » pliocène généralisée et se manifeste par une rupture
de type « rhexistasique », n'apparaît pas synchrone dans les différentes régions et y engendre des modelés diversifiés en fonction d'une
inégale intensité de l'aridité et du froid. Ainsi, s'esquisse la marqueterie régionalisée des milieux méditerranéens actuels.
Mots clés : Villafranchien, Plio-Pléistocène, Méditerranée, Morphogenèse.
ABSTRACT
THE VILLAFRANCHIAN MORPHOGENESIS.
Landforms shaped by villafranchian morphogenesis occur in mediterranean landscapes in various situations and occupy very
unequal areas according to relief features inherited from tertiary evolution in which they have been worked. If, m some cases, correlative
formations of villafranchian moulding appear monogenetic, most frequently, landforms and depositions indicate polygenetic morphog
enesis. Some characteristics of morphogemc activity can be pointed out :
— Villafranchian period agrees with a bio-climatic change which leads to an accelerated erosion of slopes and removal of soils
and weathered debris. This explains red detntal deposits on piedmonts and in basins.
— At slope base and on piedmonts, loaded running waters swept and divagated and built alluvial fans and shaped pediments. This
process is responsible for the great development of planed surfaces.
Following a generalized "biostasic" phase of Pliocene age, the villafranchian morphogenesis occurs as a "rhexistasic" crisis. Yet,
that breaking is not synchronical in all parts of the mediterranean regions and generates varied landforms according to unequal aridity
and coldness. Thus, the regional mosaic of present lands is outlined.
Key words : Villafranchian, Pho-Pleistocene, Mediterranean lands, Morphogenesis.
Université de Pans I, Institut de Géographie, 191 rue St Jacques 75005 Paris (France). 86
Dresser un tableau de la morphogenèse villafran- culminantes, ou même aplanissement d'importance
chienne autour de la Méditerranée est une entreprise régionale. En effet, l'évolution tertiaire des ensemb
les morphostructuraux dans lesquels se sont inscridifficile.
tes ces formes a pu différer considérablement. Dans D'une part, les études régionales contenues dans
les unités soulevées de manière relativement précoce, les contributions à ce Colloque n'assurent qu'une
le creusement des vallées était déjà avancé et les couverture partielle de l'ensemble des pays méditer
niveaux villafranchiens ont pris place dans un cadre ranéens. Si le Maghreb, l'Espagne et, dans une
topographique généralement resserré. Au contraire, certains mesure, la France méridionale ont été l'objet
dans les régions présentant au Néogène une faible de recherches fournies, peu de travaux concernent
énergie de relief ou a fortiori dans les grands bassins les rivages nord de la Méditerranée, à l'exception de
tectoniques, les dépôts villafranchiens se sont installa Grèce; quant à l'Asie mineure et au Proche-
lés dans un cadre topographique beaucoup plus Orient, nulle mention n'en est faite. Malheureuse
ample et subsistent aujourd'hui sous forme d'hériment, les études antérieures sont bien loin de comb
tage de grande taille. Enfin, au contact des chaînes ler les lacunes.
déjà volumineuses et des bas-pays voisins, la morPar ailleurs, les formes et les dépôts sont rarement phogenèse villafranchienne a nécessairement créé datés — au sens précis du terme — mais beaucoup des systèmes de piedmont. Quelles que soient l'acplus généralement attribués à des entités « stratigra- tivité et l'originalité des processus morphogénétiques phiques » trop vagues, telles que « Villafranchien », villafranchiens, la situation, le format, et, dans une « Plio-Villafranchien », « Villafranchien supérieur » certaine mesure, la nature des héritages de cette ou « Villafranchien terminal »... dont, d'ailleurs, la période dépendent, avant tout, des étapes de l'évolusignification chronologique peut varier d'un auteur tion morphotectonique antérieure. à l'autre. Cette impression, liée principalement à la
Les formes villafranchiennes les plus réduites se nature continentale des formations, rend naturell
trouvent dans les massifs où le creusement des ement aléatoire toute tentative de corrélation des
vallées avait débuté beaucoup plus tôt durant le épisodes morphogénétiques d'une région à l'autre.
Tertiaire. Un bon exemple en est fourni dans les Enfin, si les coupes stratigraphiques sont généra Préalpes de Digne, (M. Jorda) sous forme de hautes lement précises, la définition des formes et des nappes alluviales faites de galets hétérométriques et processus qui les ont engendrées demeure le plus bien émoussés qui remblaient sur de fortes épaissouvent assez sommaire. Bien sûr, accumulation, seurs un modelé de ravinement antérieur. Il en est glacis et pediments sont distingués, mais les préci à peu près de même dans le Haut-Atlas calcaire (G. sions topographiques manquent, et les études sédi- Couvreur) où les vallées sont bordées de deux mentologiques font trop souvent défaut. Et qui systèmes de replats étages : cônes et terrasses du pourrait dire, par exemple, que les « coulées boueus Plio-villafranchien, glacis du Moulouyen (= Villes », les « ruissellements chargés » et les « épanda- afranchien supérieur). ges » dont font mention différents auteurs sont
Des formes beaucoup plus étendues existent géné- réellement des agents de transport dissemblables ou
' ralement dans les bassins tectoniques néogènes où la bien au contraire les diverses appellations de la
morphogenèse villafranchienne a succédé à la sédmême réalité ?
imentation lacustre ou marine du Pliocène. C'est le L'imprécision du vocabulaire rend encore plus cas des piedmonts côtiers plio-villafranchiens de la hypothétique la reconstitution des paléomilieux qui façade ionienne de la Grèce et du S du Péloponnèse, ont conditionné le façonnement des formes. ensembles de cônes-deltas à racines torrentielles qui
Ces difficultés d'ailleurs communes à toutes les progradent l'accumulation marine pliocène en a
études géomorphologiques comparatives, ne peuvent ccompagnant son retrait vers le large (B. Bousquet,
cependant masquer la richesse de la moisson docu J.J. Dufaure, L. Faugères et P. Y. Péchoux). Il en va
mentaire et empêcher d'en tirer des aperçus géné de même dans le Bas Languedoc central où les
raux sur la morphogenèse villafranchienne des ré pediments et glacis du Villafranchien succèdent à la
gions méditerranéennes. sédimentation de faciès astien (P. Ambert). Dans la
même situation, les nappes d'accumulation du pied-
mont Sud-Ouest de la Sierra Morena se superposent
1. Situation et extension des formes villafranchien- aux sables marins du Pliocène moyen (J.L. Chaput);
nes : le rôle de révolution antérieure bien qu'en partie démantelées, ces formes villafra
nchiennes s'étendent encore sur 30 km du N au S et
50 km d'W en E entre Huelva et la basse vallée du Les restes des niveaux villafranchiens occupent
Guadalquivir. dans les paysages géomorphologiques des situations
et des surfaces très dissemblables : étroites banquett Dans le domaine continental, les formes et les
es au flanc des vallées, grandes lanières de plateau dépôts du Villafranchien surmontent fréquemment ■
87
des assises lacustres néogènes et sont souvent alors de énergie du Néogène (M. Icole). Il en va de même
grande taille. Un bel exemple en est fourni par le dans la chaîne côtière catalane où existe une seule
bassin de Teruel, en Espagne, où les formations génération d'éventails alluviaux dont les galets,
rouges puis les dépôts de glacis du Villafranchien d'une grande variété pétrographique, sont comparab
inférieur se superposent aux couches lacustres des les aux ranas de l'Espagne centrale et occidentale
derniers lacs endoréiques de la phase mio-pliocène (M. Sala). De même, les rasas de la côte asturienne,
(E. Moissenet). Ce cas devient très fréquent en façonnées par la mer du Pliocène inférieur, sont
Afrique du Nord, non seulement dans les hautes couvertes de formations villafranchiennes uniques;
plaines du domaine atlasique, mais encore dans les il s'agit d'éboulis d'origine peut-être cryonivale
bassins tectoniques du domaine tellien (J.J. Barathon, provenant des falaises mortes d'amont et étalés en
A. Laouina, G. Maurer et J.P. Tihay). Dans ce même avant sous forme de glacis d'ennoyage constitués de
domaine, les grandes accumulations villafranchien- lits mis en place par le ruissellement chargé dans une
nes du Rif central et occidental occupent une position ambiance méditerranéenne à formation végétale
originale au pied des crêtes de grès numidien, elles claire (G. Mary Fig. 1). Enfin, sur le piedmont
tapissent la large topographie d'érosion pontienne Sud-Ouest de la Sierra Morena, le Villafranchien est
déployée sur les roches tendres. représenté par une nappe d'accumulation de sables
rouges et de galets de quartz, pouvant atteindre 50 m Enfin, dans quelques régions, les formes villa-
d'épaisseur; les sables, fréquemment cariés, ont été franchiennes s'étalent sur de très grandes étendues
mis en place par des cours d'eau divagants et et sont alors à la mesure des surfaces d'aplanisse-
proviennent du remaniement de sols rouges dévement tertiaire. C'est le cas sur le piedmont Nord de
loppés durant le Pliocène supérieur, après le retrait l'Aurès (J.L. Ballais). De manière plus spectaculaire
de la mer du moyen (J.L. Chaput). encore, les dépôts villafranchiens recouvrent tous les
L'unicité de ces formations amène à se poser plateaux de la Basse-Meseta atlantique marocaine,
quelques questions. La durée du dépôt a-t-elle été très jusqu'à parfois plus de 100km du littoral; dans ce
longue ? Ce qui reviendrait à dire que les mêmes cas, une grande stabilité tectonique néogène a fait
conditions morphogénétiques ont régionalement réque les épandages villafranchiens n'ont que très peu
gné durant une grande partie du Villafranchien. Ou retrouché la surface d'érosion miocène supportant
bien au contraire des périodes d'ablation ne laissant des placages marins du Pliocène et du Calabrien
aucun dépôt, ont-elles occupé une grande partie de probables.
la durée villafranchienne, alors que la sédimentation
de la formation unique ne représentait qu'une frac
tion de cette durée ? Ou encore, des analyses sédi-
mentologiques plus fines ne discerneraient-elles pas 2. Une morphogenèse diversifiée et le plus souvent
plusieurs dépôts successifs « accordants » dans l'appolyphasée
parente homogénéité de ces formations ?
Beaucoup plus généralement les auteurs décrivent Selon les auteurs et les échelles chronostratigra-
des formes et des dépôts multiples. phiques utilisées, la durée des temps villafranchiens
En Grèce, où pourtant les conditions tectoniques varie de 1 à 2 millions d'années environ. Durant ce
et sédimentaires du Pliocène se sont souvent lolaps de temps de toute manière plus long que le reste
nguement maintenues, les phases morphogénétiques du Quaternaire, il est évident que les conditions de
sont variées (B. Bousquet et al). Sur la façade la morphogenèse se sont modifiées dans la plupart
ionienne, aux cônes-deltas du littoral, mis en place des régions méditerranéennes. Aux secousses tecto
au Calabrien, correspondent à l'intérieur, au pied niques responsables de la modification des systèmes
des blocs soulevés, des piedmonts construits passant de pentes répondaient les variations des environne
à l'amont a des banquettes d'aplanissement, à des ments bioclimatiques commandant la météorisation,
embayments coalescents ou à des vallées mûres. la pédogenèse et les processus de transport de
Dans la dorsale, des plaines de corrosion karstique débris. Aussi, le plus souvent, les héritages villafran
et des glacis ont d'abord été élaborés, auxquels chiens sont-ils complexes : il n'est pas rare que dans
succèdent, dans les cuvettes de Macédoine occidentune même région s'étagent ou se superposent plu
ale, une nouvelle phase lacustre responsable du sieurs niveaux villafranchiens caractérisés par des
dépôt d'argiles kaoliniques; dans une partie du dépôts ou des altérations bien différenciés, témoins
domaine externe des brèches d'origine probablement de systèmes morphogénétiques dissemblables. Tout
tectonique envahissent la plus grande partie du efois, quelques auteurs décrivent des formes et des
Villafranchien, constituant des piedmonts détritiformations villafranchiennes uniques, en quelque sorte
ques. En Grèce centrale, des séries jaunâtres s'accumonogéniques. Ce serait le cas des grands cônes
mulent dans les dépressions tectoniques. A peu près alluviaux du Lannemezan, sédiments de très haute
partout, une crise froide succède enfin à ces évolu- énergie succédant au dépôt des molasses de faible 88
1 km
Coupe gêné rale.
Gene ral section .
2m A.Rio Rican te
B. Rio Cabo
1 . Cambrien -série des cabos.
2. Galets marins.
C. La Gilera . 3. Formation à cailloux.
1. Cambrian: Series of the capes,
2- Marine pebbles .
3-Formation with flints.
Fig. 1. — Détails de la formation de piémont (Rasas de la côte asturienne), d'après G. Mary.
Fig. 1. — Details of the of piedmont (Rasas of the asturian coast), from G. Mary. 89
tions différenciées, provoquant l'abaissement des formes et de formations villafranchiennes, même si,
limites forestières, le décapage des reliefs et l'acc compte tenu de la rareté des datations paléontologi-
umulation corrélative au pied des escarpements des ques et radiométriques, les corrélations demeurent
brèches « climatiques ». Ces conditions « rhexistasi- incertaines.
ques » fini-villafranchiennes seraient à rapporter au Dans le domaine tellien (J.J. Barathon et al.), le
Gûnz. Villafranchien inférieur (daté par des coulées in
Dans le Bas-Languedoc central, P. Ambert met en terstratifiées de 1 ± 0,2 M. A., dans le Rif oriental;
évidence l'existence d'un assèchement climatique voir fig. 3) est représenté par des marnes et des
datant de 3 M. A. environ, qui accompagne le retrait calcaires lacustres dans les bassins subsidents; en
de la mer pliocène. Trois générations de formes montagne, apparaissent des dépôts à blocs et galets
planes étagées vont alors être façonnées : pediments de grès-quartzite emballés dans une matrice rouge
sur les calcaires mésozoïques de l'encadrement provenant du remaniement de sols antérieurs de
montagneux passant à des glacis sur les dépôts caractère tropical. Un tel remaniement suppose alors
tendres du bassin pliocène. Ces formes ont été en l'existence d'une couverture végétale claire permett
partie scellées par des laves dont l'âge s'échelonne ant le ruissellement. Au Villafranchien supérieur,
l'ampleur de la crise se confirme et le stock pédode 2,3 à 1,4 M. A., l'entaille fluviale des plans les plus
récents ayant déjà débuté vers 1,8 M. A.. Doit-on logique hérité du Néogène est liquidé, ainsi qu'une
attribuer l'étagement de ces plans à des secousses tranche de roche fraîche. En montagne, cônes tor
tectoniques intermédiaires ou bien à des variations rentiels et coulées boueuses construisent des glacis
d'accumulation d'épaisseur décamétrique contenant morphoclimatiques répétées ? On ne sait, car les
parfois des blocs énormes, indices d'un climat dépôts corrélatifs sont très rares, si bien que les
humide et peut-être déjà frais. Dans les bassins plus conditions de l'élaboration de ces glacis-pédiments
demeurent mystérieuses. secs, le ruissellement étalé accumule des fractions
plus fines. Enfin, au Villafranchien terminal, proEn Espagne centre-orientale, dans la région de
bablement après un ressaut tectonique et l'installaTeruel, E. Moissenet décrit trois ensembles de formes
tion définitive du réseau hydrographique, des glacis et de dépôts relevant du Villafranchien inférieur
d'ablation sont façonnés, qui portent généralement ( = Pliocène supérieur du point de vue des faunes de
une croûte calcaire caractéristique. Dans le Maghreb Mammifères) et antérieur à 1,8 ou 1,6 M. A. (Fig. 2).
oriental, il s'agit de la croûte saumon à Hélicidés et Sur les marno-calcaires inférieurs représentant l'ex-
dans le Rif oriental une croûte vraisemblablement trême-fin de la sédimentation lacustre néogène, appar
contemporaine a été datée de 1 à 0,8 M.A. par les aissent des formations détritiques comportant des
coulées basaltiques qui « l'encadrent » stratigraphi- argiles rouges accompagnées de passées ligniteuses,
quement. Les traits fondamentaux du climat médide lits marneux et de sables et grès jaunes. Latérale
terranéen paraissent désormais acquis. ment, ces dépôts de bassin passent à des brèches de
Dans le domaine atlasique calcaire du Maroc, le type « mortadelle » et à de vastes cônes de piedmont
« Plio- Villafranchien » connaît la mise en place de se prolongeant par des pediments bordiers qui enta
cônes et de terrasses fluviatiles dont le matériel porte ment les reliefs structuraux encadrants (mais sont en
les traces d'un émoussé chimique sans doute contemfait, peu différents des aplanissements partiels déve
porain d'altérations rouges qui se développent dans loppés durant le Néogène tout entier). Cette phase
les montagnes fraîches (G. Couvreur). Au Villafranmorphogénétique, peut-être assimilable au Prétiglien
(2,5 à 2 M.A. ?), a connu à la fois la première ou chien supérieur (Moulouyen), des glacis couverts
verture exoréique des bassins jusqu'alors fermés, sont façonnés, dont les dépôts ont des caractères
cryonivaux au-dessus de 2 000 m d'altitude. Une l'assèchement des marais et, vraisemblablement, un
forte croûte calcaire scelle ces formes. La succession certain rafraîchissement s'accompagnant d'une aridi-
fication dont témoignent quelques dépôts éoliens au des phases est à peu près comparable dans l'Aurès,
où J.L. Ballais note que le Villafranchien supérieur sommet de la formation rouge ; ce cadre nouveau était
favorable à la pédimentation des bordures préparée est représenté par une famille de formes encroûtées
par la karstification superficielle antérieure dont les comportant des terrasses, des cônes, des glacis d'abla
tion couverts et des coulées boueuses, selon les terra rossa et les têtes de lapiés, remaniées, allaient
positions géomorphologiques. Là encore est évoquée nourrir les brèches. Postérieurement, en fonction
l'apparition d'un climat méditerranéen comportant d'un réseau hydrographique exoréique déjà bien
organisé, un glacis terminal est façonné, dont la des phases semi-arides et des périodes plus humides
déjà froides en montagne. couverture contient des galets roulés d'apport loin
tain (ranas), mais aussi des gélifracts d'origine plus Il en va différemment sur la Basse-Meseta ma
locale. rocaine, ouverte aux influences atlantiques. A
proximité de Rabat, des grès littoraux d'âge Les nombreuses observations faites en Afrique du
peut-être calabrien ont été couverts de dépôts fluvia- Nord montrent toutes une succession complexe de .
|
:
90
El Coscoja
ESCORIHUELA
B
Alto de lot Celada
SW NNW
MUE LA de TERUEL , SAN BLAS , CON CUD
LA PUEBLA de VALVERDE
Fig. 2. — Les formations détritiques villafranchiennes de la région de Teruel, d'après E. Moissenet
A : Le Villafranchien inférieur du moyen Alfambra — 1 : Pliocène moyen argiles rouges et conglomérats — 2 : Villafranchien inférieur
sur les marnocalcaires — 3 : Villafranchien inférieur II : a) lignite gypseux, b) sables jaunes, c) calcaires et marnes blanches — 4 :
Villafranchien inférieur III : cailloutis encroûtés.
B : Les dépôts villafranchiens du fossé de Teruel — 1 : Argiles rouges — 2 : Turohen moyen : calcaires — 3 Gypses — 4 : Passage
mio-phocène : argiles rouges — 5 : Ruscinien inférieur et moyen . calcaires de Celadas — 6 : Villafranchien inférieur I : calcaires de la
Muela, de San Bias et de Concud — 7 : Villafranchien inférieur II : formations rouges de San Bias — 8 : Villafranchien inférieur III :
Glacis de Gea — 9 . Quaternaire.
C : Les formations villafranchiennes de Sarnôn
D : Les formations villafranchiennes de La Puebla de Valverde — 1 : Jurassique — 2 . Miocène supérieur du Mijares — 3 • Villafranchien
inférieur II : brèches, sables et argiles rouges — 4 : Villafranchien inférieur III cailloutis de la Puebla, d'Albentosa et d'Aldehuela —
5 : Alluvions.
Fig. 2. — The villafranchien detritic formations of the Teruel region, from E Moissenet
A : The lower Villafranchian of the mid-Alfambra valley, B • The villafranchian deposits' of Teruel basin, C : The villafranchian formations
of Sarnôn, D . The villafranchian formations of La Puebla de Valverde I
I
I
DCS TROIS
91
'o.
A. LE N.E. DU MAROC
N.E. OF MOROCCO
glacis moulouyen encroûte
moulouyan pediment with calcrete
cone torrentiel 300m v,Haf. HL torrential fan ZEBRA B - LE VILLAFRANCHIEN DE LA PLAINE DU
THE VILLAFRANCHIAN DEPOSITS IN THE ZEBRA PLAIN hmons villaf H si It
_ I _ calcaire et marne villaf I 1 — 1 limestone and marl
NW
basalte illaf I basait
conglomérat villaf. I conglomerate
conglomérat pliocène pliocemc conglomerate
substratum miocène
miocenic substratum 200m
calcaire du jurassique G. LE VILLAFRANCHIEN DE AIN ZORA
jurossic limestone THE VILLAFRANCHIAN DEPOSITS OF AIN
-300m
100
Ër=T profil de r 0
4 3km
croûte calcaire moulouyenne ® moulouyan calcrete coupe située en A
3H
limons <3) silt
2- U!-J *■ .•. w n i entaille moulouyenne © moulouyan score
1- paleosol
® paleosoil
limons V1||afran<:r),en Oj s, It
6 m
D- VILLAFRANCHIEN ET MOULOUYEN AU NORD DES KEBDANA
VILLAFRANCHIAN AND MOULOUYAN DEPOSITS NORTH OF THE KEBDANA MOUNTAIN
Fig. 3. — Le Villafranchien du Nord-Est du Maroc, d'après J J. Barathon.
Fig. 5. — The VUlafranckian of N.E. of Morocco, from J J 92
tiles bien roulés et homométriques contenant une mutation se marque par l'activité accrue des trans
industrie de Pebble Culture (= Pré-Acheuléen) ports, aussi bien sur les versants que le long des
archaïque. Après une phase majeure d'altération cours d'eau. Dans ces conditions, les altérites, les
d'affinité encore tropicale, le Villafranchien supé sols et une partie des régolites hérités du Pliocène
rieur connut un épandage généralisé de dépôts sont pris en charge puis déposés sur les piedmonts
uniquement siliceux à matrice de sols remaniés mis et dans les bassins. C'est là l'origine des nombreuses
en place par des écoulements divagants; alternant formations rouges ou roses décrites dans les coupes
avec ces phases d'apport, des conditions semi-dé du Villafranchien.
sertiques provoquaient l'éolisation des sables et un Cette phase d'accumulation détritique de sols et
revêtement de patine sombre sur les galets. Peut-on d'altérations remaniés ne semble cependant pas
imaginer que cette phase très sèche soit contempor synchrone dans les différentes régions étudiées. En
aine des encroûtements quasi-généralisés du Vill Espagne, dans la région de Teruel, elle se place à
afranchien supérieur ou terminal du domaine pro coup sûr au Villafranchien inférieur, vers 2,5 à
prement méditerranéen ? 2 M.A. si elle est bien contemporaine du Prétiglien
(E. Moissenet). Dans le Rif occidental et central,
G. Maurer observe qu'elle débute au Villafranchien
inférieur mais qu'elle connaît son plein développe3. Les caractères majeurs de la morphogenèse villa-
ment au Villafranchien supérieur, sous forme de franchienne méditerranéenne
grands glacis d'accumulation. A l'autre extrémité du
Tell, en Tunisie septentrionale, sur la bordure nord La revue qui précède des observations régionales
de la Garet Ichkeul, l'épaisse formation argilo-sa- montre qu'il est bien sûr encore trop tôt pour dresser
bleuse et conglomératique rouge succède immédiaun tableau complet et cohérent de la morphogenèse
tement aux argiles pliocenes et doit donc être villafranchienne autour de la Méditerranée. Non
rapportée à un Villafranchien ancien (A. Miossec). seulement les études présentent de grosses lacunes
Par contre, des dépôts comparables n'apparaissent géographiques — particulièrement dans les îles et la
Méditerranée orientale — mais encore les échelles que vers 1 M.A. dans le Rif oriental (J.J. Barathon)
et sur la Basse Meseta marocaine, la grande phase chronostratigraphiques (ou les simples attributions
de remaniement des altérations antérieures, dans une « rituelles ») utilisées par les chercheurs sont trop
ambiance semi-désertique, prend place au sommet différentes pour autoriser des corrélations sérieuses.
des formations villafranchiennes, tout juste avant le Cependant, au-delà de ces incertitudes, la moisson
creusement des vallées. des faits est assez riche pour que l'on puisse dès
maintenant indiquer quelques tendances majeures Pour rendre compte de tels décalages chronologi
de l'activité morphogénétique villafranchienne qui ques, on peut, bien sûr, envisager que les conditions
font de cette période de passage Pliocène-Quatern « rhexistasiques » méditerranéennes ne sont pas
aire, une phase souvent cruciale de l'élaboration apparues partout au même moment. Mais alors
des modelés méditerranéens. comment comprendre la distribution géographique
des datations proposées ? Peut-on imaginer sur le
plan paléoclimatique que l'Espagne moyenne et le 3.1. Une charnière morphoclimatique : de la « biosta- Rif central aient été plus précocement méditerrasie » pliocène à la « rhexistasie » villafranchienne
néens que le Rif oriental notoirement plus sec de nos
La plupart des contributions font état d'une jours ?
ambiance pliocène permettant à la fois une altéra Peut-être y eut-il en réalité une longue alternance
tion profonde des versants et une sédimentation de phases humides et de périodes plus « rhexistasigéochimique corrélative dans les bassins. Sans aller ques » s'étendant sur la plus grande partie du
jusqu'à reconstituer un environnement réellement Villafranchien. En fonction de l'évolution morphot
tropical, il convient néanmoins d'imaginer l'exi ectonique propre à chacune des régions, les altérastence autour de la Méditerranée de milieux peu tions et des dépôts de remaniement des différentes différenciés, assez chauds et humides pour connaître alternances ne se seraient pas partout intégralement une végétation dense. Par contraste, le Villafran conservés. Ainsi, autour de Teruel, le creusement chien est caractérisé par une mutation bioclimatique décisif des vallées commence à la fin du Villafran
généralement interprétée comme l'apparition des chien inférieur et rien ne nous renseigne sur les
conditions méditerranéennes. La saison sèche qui conditions morphoclimatiques du Villafranchien
s'affirme et le renforcement du froid en altitude ont supérieur. Plus qu'une rupture brutale entre la
comme conséquence l'éclaircissement de la végéta « biostasie » pliocène et la « rhexistasie » quatertion, particulièrement dans les bassins et en montag naire, le Villafranchien n'est peut-être qu'une longue
ne. transition ponctuée de récurrences entre ces deux
En ce qui concerne la morphogenèse, cette pôles de la morphogenèse.