Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La sépulture chalcolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme) - article ; n°1 ; vol.4, pg 192-205

De
15 pages
Gallia préhistoire - Année 1961 - Volume 4 - Numéro 1 - Pages 192-205
14 pages
Voir plus Voir moins

Jean Courtin
La sépulture chalcolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme)
In: Gallia préhistoire. Tome 4, 1961. pp. 192-205.
Citer ce document / Cite this document :
Courtin Jean. La sépulture chalcolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme). In: Gallia préhistoire. Tome 4, 1961. pp. 192-205.
doi : 10.3406/galip.1961.1190
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1961_num_4_1_1190192 NOTES
ici beaucoup moins de probabilités qu'en sur
face, malgré le voisinage d'un gisement proto- Pour la première fois, un ensemble pur de magdalénien. Attirent également l'attention : ce « Pressignien », récolté sans vergogne en quelques petits nucleus, un macro-microburin surface depuis un siècle, est recueilli en place et, surtout, un curieux cas de fracture volontet atteint le stade de document utilisable pour aire, en coup de microburin, de l'extrémité l'étude. « Pressignien », le matériel lithique l'est d'une très belle pièce. Ces détails donnent dans l'acception la plus adéquate qui puisse l'impression de voir transparaître dans cette être donnée à ce terme. Il l'est par la matière, industrie des réminiscences de celles qui l'ont qui a permis l'allongement et l'épanouissement précédée sur le sol du terroir. des formes et par la technique de la livre de Au point de vue céramique, il faut retenir la beurre, dont la lame n° 15 représente un pro présence de poteries hémisphériques ou de duit des plus caractéristiques. La typologie des gobelets arrondis, comparables à des vases de outils est aussi pleinement dans la note. La l'ossuaire du Bec-des-Deux-Eaux2. L'associascie à encoche est assez abondante ; c'est un tion de ce type céramique à un ensemble lithtrait déjà observé, en particulier, sur les sta ique « pressignien » constitue déjà une constata
tions de l'Épargne et du Petit Paulmy. Nous tion importante. Mais les tessons de ce genre ne retrouvons les grands pics à une face plane, ou dominent pas dans dans le matériel recueilli. tirés de livres de beurre, que nous avons déjà Il faudra de nouvelles découvertes, exploitables signalés, avec leur usure caractéristique, dans dans de meilleures conditions, pour être renles matériaux de la Chatière, de la Falanderie seigné sur les types à pâte grossière, qui sont et du Petit-Paulmy1. Par contre il est permis susceptibles d'ouvrir d'autres horizons au de regretter l'absence de quelques tranchets et point de vue culturel et chronologique. pointes de flèches ; pour les premiers, ce n'est En attendant, la découverte des Réaux sans doute qu'une question de malchance ; constitue un élément de départ pour la nécesles secondes restent rares sur la plupart des saire reconstruction de la Préhistoire pressi-
stations pressigniennes. gnienne dans de plus saines perspectives que A titre de caractères secondaires, les burins celles du passé. méritent d'être notés ; l'hypothèse du mélange
de quelques pièces paléolithiques a évidemment Gérard Cordier.
La sépulture chalcolithioue du Perpétairi a Mollans (Drôme)
Au Nord du département de Vaucluse, en des plus importantes du Midi de la France.
contrebas des dernières avancées septentrio La publication des fouilles [7] n'est malheureu
nales du Mont Ventoux, s'étale la vallée de sement accompagnée d'aucune illustration.
l'Ouvèze, riche en habitats préhistoriques. Nous avons jugé utile de republier ce splendide
C'est près du confluent de l'Ouvèze et du Tou- ensemble, conservé au Museum d'Histoire
lourenc, petit torrent descendu des Baronnies, Naturelle d'Avignon, en le replaçant dans le
qu'en 1914 deux chercheurs du Buis, les frères contexte du Chalcolithique méridional.
Auguste et Louis Gatelan, fouillèrent une tombe La colline du Perpétairi est un mamelon peu
du type hypogée, dont le mobilier en fait une boisé constitué par du « safre » ou molasse
burdigalienne, roche excessivement meuble.
La sépulture creusée dans le flanc méridional (1) La station du Petit-Paulmy, commune d'Abilly,
dans Bulletin des Amis du Musée préhistorique du
Grand-Pressigny, n° 6, 1955, p. 28-40 ; Les ateliers de (2) R. Riquet et G. Cordier, L'ossuaire néolithique
la Chatière-la Falanderie, Abilly, dans Congrès préhis du Bec-des-Deux-Eaux, commune de Ports, I.-et-L., dans
torique de France, Poitiers, 1956, p. 107-115. l'Anthropologie, LXI, 1957, p. 28-44. SÉPULTURE GHALCOLITHIQUE DU PERPÉTAIRI 193 LA
de la colline est une sorte d'abri quadrangulaire : beaucoup de grandes lames brisées, un grand
comme l'avaient remarqué les frères Gatelan, racloir ovale craquelé au feu et un poinçon en
os. Pas de poterie. » il s'agit d'un abri artificiel, aménagé à coups de
pics en silex, dont plusieurs ont été retrouvés B. 30 centimètres... « Immédiatement au-des
dans la tombe. L'abri mesure 7 mètres de sus et laissant également un chemin de ronde
entre cette seconde incinération et les parois,
30 centimètres de débris tout aussi fragmentés,
mais non plus carbonisés, plutôt calcinés et
réduits à l'état de poudre blanche très velout
ée... Ni silex ni poterie. De fortes dalles,
excessivement friables, la surmontent. Ces
Fig. 1. - — 1 et 3, pointes sur grandes lames ; 2 et 4, Fig. 2. — 1 et 2, poignards à face plane sur grandes
grattoirs longs sur bout de lame retouchée. Silex lames, avec polissage partiel ; 3, poignard denticulé à
lacustre rubané. soie sur grande lame, avec polissage de la face plane.
Silex lacustre rubané.
largeur sur 6 mètres 50 de profondeur. La paroi dalles, détachées de la voûte, sont mal assemb
du fond, légèrement rentrante, a 3 mètres de lées. La flamme les a rougies sur 25 centimèt
hauteur ; le surplomb avance de 1 m. 50 seule res, soit la moitié de leur épaisseur. »
ment. G. ,« La couche suivante, de beaucoup la plus
Au cours de leurs fouilles, les frères Catelan importante, entoure les deux précédentes, les
disent avoir rencontré quatre couches, de bas recouvre, et par les interstices des grandes
en haut : dalles, pénètre la couche B. Nous sommes aux
A. 15 centimètres d'ossements humains carbo inhumations. Les ossements sont fragmentés
nisés : « ...parois rubéfiées ; le sol de l'aire est comme à plaisir... Plus de 4.000 dents.. Une
presque vitrifié à certains endroits. Les débris petite et mince plaquette de cuivre... La couche
humains ont été ramenés au centre, aplanis et C est recouverte de 75 centimètres de cendre et
recouverts de petites dalles plates, brûlées pro de sable, contenant quelques os brisés, 250
venant de l'Helvétien voisin. Comme mobilier, dents... » 194 NOTES
Fig. 3. — 1 et 3, grattoirs longs sur bout de lames retouchées ; 2 grande lame retouchée, en silex lacustre
rubané ; 4, pointe de flèche pédonculée; 5 à 8, flèches amygdaloïdes ; 9, nucleus à lamelles; 10, 11, 12,
perçoirs d'axe et perçoir déjeté. Silex blond du Ventoux. ■
LA SÉPULTURE CHALGOLITHIQUE DU PERPÉTAIRI 195
D. « C'est une sorte d'éboulis de terre sablon mations sont postérieures aux incinérations.
L'absence quasi totale de mobilier dans les neuse. Elle contient des cailloux de grès, de
gros galets... Deux calottes crâniennes d'en niveaux inférieurs ne permet que des suppos
itions quant à l'âge de ces couches à incinéfant»... «Le déblaiement complet de l'aire
permet de voir 7 trous creusés dans la molasse. rations. Il est certain en tout cas que ces diffé
Ce sont des cuvettes accouplées de 20 à 25 cen- rents niveaux sont peu éloignés dans le temps.
1
Fig. 6. — 1, pointe biface ; 2, talon de hache plate Fig. 4. — 1, grande lame à retouches couvrantes, de
section ogivale ; 2, poignard à face plane, sur lame. en Bronze ; 3 et 4, grands racloirs du type « Chalcoli-
Silex lacustre rubané. thique de l'Hérault ». Silex blond du Ventoux.
timètres de profondeur et 20 à 50 centimètres On pourrait penser que les couches A et B ont
de diamètre. Parmi les débris de molasse, une été constituées à peu d'intervalle. Par contre,
pierre de 20 centimètres de hauteur x 15 cm. x l'important niveau G leur est certainement de
8 centimètres porte des traces très nettes de beaucoup postérieur, puisque de fortes dalles
sculpture. Ce sont, à la partie supérieure, des éboulées de la voûte surmontent le niveau B.
traits allant en oblique de droite à gauche, Le monument était donc déjà dégradé et en
partagés par une sorte de bandeau ; en dessous partie effondré quand on a inhumé les gens de
et à gauche, deux traits moins penchés et parall la couche G. Le très riche mobilier associé à ces
èles. Cet objet a été trouvé au sommet de l'abri, inhumations, s'opposant à la pauvreté des
presque en surface... » incinérations correspond peut-être à un rite
II est intéressant de noter que les inhu- réservé à une caste. 196 NOTES
pointes de flèches foliacées à retouches partielles : le n° 3 est denticulé. 8. — grand éclat retouché, en silex du Ventoux. Fig.
Fig. 7. — gros outils bifaces, en silex du Ventoux.
Fig. 10. — 1, vase globulaire, à mamelon double
perforé horizontalement ; ce vase est intact. 2, petit Fig. 9. — poterie non décorée : I, petit vase à galbe
vase portant 6 mamelons coniques près du bord, caliciforme ; 2 et 3, vases à bords droits, à mamelons
aux 3/4 intact. coniques et allongés. ■

198 NOTES
lames à retouches margin
ales partielles 14 dont 8 lustrées
(12 à 25 cm.)
lames à retouches termi
nales 00 dont 1 lustrée
(19 et 20 cm. 5)
lames à retouches semi-
abruptes ou tarières. ... 2,14 et 15 cm.
poignards sur lame :
à soie, denticulé, face plane polie (brisé) . . 1
à soie, traces de polissage sur l'arête 1
pédoncule, traces de polissage 1
à retouches plates, monoface 1
Pointes de flèches :
foliacées 36 à base semi-losangique 9
foliacées à bords denticulés 9
losangiques ou sub-losangiques 8
à coches basilaires 9
lancéolées ou pistillif ormes 5
à pédoncule et ailerons 5
à 3
amygdaloïde 1
Divers :
petits amygdaloïdes bifaces 30
grattoirs courts sur éclat 15
perçoirs dégagés sur éclat 11
éclats lamellaires denticulés 7
racloirs sur grands éclats plats 5 Fig.ll. — l, vase hémisphérique (fragments) ; 2, grand
nucleus à lamelles 1 vase à cordon horizontal et perforations à cru
(fragments). lamelle sans retouche 1
pics ou hachereaux bifaces 10
Inventaire du mobilier : Parure:
Silex brûlé: perles olivaires en pierre verte dure 11
lames sans retouches 80 dont 15 lustrées biconiques en os 2 à margi rondelles minuscules en steatite 3
nales partielles 77 dont 16 lustrées anneaux en os [2] et en [7] 9
lames à retouches plates.... 21 dont 3 petits galets perforés, couleur turquoise
grattoirs en bout de lame . 2 (C allais) 3
lames à retouches cou petit galet plat perforé 1
pendeloque en forme de griffe, en steatite vrantes et inverses 1
racloirs sur large- éclat verte 1
ovale 2 Mêlai:
Silex non brûlé, en majorité silex lacustre une petite plaquette de cuivre très mince ;
rubané : un talon de hache plate à faibles rebords : ce
lames sans retouches 33 dont 3 lustrées fragment n'est pas mentionné par les Gatelan,
aussi le citons-nous sous toutes réserves. (11 à 19 cm.) SÉPULTURE GHALGOLITHIQUE DU PERPÉTAIRI 199 LA
Fig. 12. — poterie ornée, de style campaniforme ; aucun tesson n'a permis de reconstitution. 200 NOTES
Fig. 13. — poignards, grattoir, lame retouchée, en silex lacustre (cf. fig. 1 et 2).