Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Méthodologies pour la création de connaissances relatives au marché chinois dans une démarche d'Intelligence Économique : application dans le domaine des biotechnologies agricoles, Methodologies for building knowledge about the Chinese market in a business intelligence approach : application in the field of agricultural biotechnologies

De
350 pages
Sous la direction de Clément Paoli
Thèse soutenue le 02 juillet 2009: Paris Est
Le décloisonnement des économies et l’accélération mondiale des échanges commerciaux ont, en une décennie à peine, transformés l’environnement concurrentiel des entreprises. La zone d’activités s’est élargie en ouvrant des nouveaux marchés à potentiels très attrayants. Ainsi en est-il des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). De ces quatre pays, impressionnants par la superficie, la population et le potentiel économique qu’ils représentent, la Chine est le moins accessible et le plus hermétique à notre compréhension de par un système linguistique distinct des langues indo-européennes d’une part et du fait d’une culture et d’un système de pensée aux antipodes de ceux de l’occident d’autre part. Pourtant, pour une entreprise de taille internationale, qui souhaite étendre son influence ou simplement conserver sa position sur son propre marché, il est aujourd’hui absolument indispensable d’être présent sur le marché chinois. Comment une entreprise occidentale aborde-t-elle un marché qui de par son altérité, apparaît tout d’abord comme complexe et foncièrement énigmatique ? Six années d’observation en Chine, nous ont permis de constater les écueils dans l’accès à l’information concernant le marché chinois. Comme sur de nombreux marchés extérieurs, nos entreprises sont soumises à des déstabilisations parfois inimaginables. L’incapacité à « lire » la Chine et à comprendre les enjeux qui s’y déroulent malgré des effets soutenus, les erreurs tactiques qui découlent d’une mauvaise appréciation du marché ou d’une compréhension biaisée des jeux d’acteurs nous ont incités à réfléchir à une méthodologie de décryptage plus fine de l’environnement d’affaire qui puisse offrir aux entreprises françaises une approche de la Chine en tant que marché. Les méthodes de l’Intelligence Economique (IE) se sont alors imposées comme étant les plus propices pour plusieurs raisons : le but de l’IE est de trouver l’action juste à mener, la spécificité du contexte dans lequel évolue l’organisation est prise en compte et l’analyse se fait en temps réel. Si une approche culturelle est faite d’interactions humaines et de subtilités, une approche « marché » est dorénavant possible par le traitement automatique de l’information et de la modélisation qui s’en suit. En effet, dans toute démarche d’Intelligence Economique accompagnant l’implantation d’une activité à l’étranger, une grande part de l’information à portée stratégique vient de l’analyse du jeu des acteurs opérants dans le même secteur d’activité. Une telle automatisation de la création de connaissance constitue, en sus de l’approche humaine « sur le terrain », une réelle valeur ajoutée pour la compréhension des interactions entre les acteurs car elle apporte un ensemble de connaissances qui, prenant en compte des entités plus larges, revêtent un caractère global, insaisissable par ailleurs. La Chine ayant fortement développé les technologies liées à l’économie de la connaissance, il est dorénavant possible d’explorer les sources d’information scientifiques et techniques chinoises. Nous sommes en outre convaincus que l’information chinoise prendra au fil du temps une importance de plus en plus cruciale. Il devient donc urgent pour les organisations de se doter de dispositifs permettant non seulement d’accéder à cette information mais également d’être en mesure de traiter les masses d’informations issues de ces sources. Notre travail consiste principalement à adapter les outils et méthodes issues de la recherche française à l’analyse de l’information chinoise en vue de la création de connaissances élaborées. L’outil MATHEO, apportera par des traitements bibliométriques une vision mondiale de la stratégie chinoise. TETRALOGIE, outil dédié au data-mining, sera adapté à l’environnement linguistique et structurel des bases de données scientifiques chinoises. En outre, nous participons au développement d’un outil d’information retreival (MEVA) qui intègre les données récentes des sciences cognitives et oeuvrons à son application dans la recherche de l’information chinoise, pertinente et adéquate. Cette thèse étant réalisée dans le cadre d’un contrat CIFRE avec le Groupe Limagrain, une application contextualisée de notre démarche sera mise en œuvre dans le domaine des biotechnologies agricoles et plus particulièrement autour des enjeux actuels de la recherche sur les techniques d’hybridation du blé. L’analyse de ce secteur de pointe, qui est à la fois une domaine de recherche fondamentale, expérimentale et appliquée donne actuellement lieu à des prises de brevets et à la mise sur le marché de produits commerciaux et représente donc une thématique très actuelle. La Chine est-elle réellement, comme nous le supposons, un nouveau territoire mondial de la recherche scientifique du 21e siècle ? Les méthodes de l’IE peuvent-elles s’adapter au marché chinois ? Après avoir fourni les éléments de réponses à ces questions dans es deux premières parties de notre étude, nous poserons en troisième partie, le contexte des biotechnologies agricoles et les enjeux mondiaux en terme de puissance économico-financière mais également géopolitique de la recherche sur l’hybridation du blé. Puis nous verrons en dernière partie comment mettre en œuvre une recherche d’information sur le marché chinois ainsi que l’intérêt majeur en terme de valeur ajoutée que représente l’analyse de l’information chinoise
-Intelligence économique (IE)
-Informations scientifique et technique (IST)
-Veille stratégique et concurrentielle
-Indexation mémorielle
-Contextualisation
-Profil de veille
-Extraction d’information multilingue
-Analyse relationnelle
-Création de connaissances
-Bases de données
-Chine
The rise of globalization, including technological innovations and the dismantling of trade barriers, has spurred the steady acceleration of global trade and, in barely a decade, has transformed the competitive environment of enterprises. The area of activity has been expanded by the emergence of new markets with very attractive potential. So are the BRIC (Brazil, Russia, India and China). Among the four of them, all impressive by their size, population and economic potential they represent, China is the least accessible and the more closed to our understanding because of a linguistic system radically different from the Indo-European languages on the one hand and of the fact of a culture and a thought system at odds with those of Western countries. Yet for a company of international size, which wants to extend its influence or simply to maintain its market position, including its own market, it is now essential to be present on the Chinese market. How does a western company operate on a market that appears at first as inherently complex and enigmatic because of its otherness? During six years of observation in China, we have found out the pitfalls in access to information about the Chinese market. As on many markets, our companies are subject to some unimaginable destabilization. The inability to “read” China and understand the issues that take place in spite of sustained efforts, the tactical errors that arise from a misjudgement of the market or a biased understanding of the game players led us to consider a methodology that could provide French companies an approach to China as a market. The methodologies of Business Intelligence (BI) came out to be the most suitable for several reasons: the goal of BI is to find out the right action to realise, the specificity of the context in which the organization is evolving is taken into consideration and the analysis is done just in time. If a cultural approach is made of human interactions and subtleties, a market approach is now possible by the automatic processing of information and its modelling. In any process of economic intelligence accompanying the establishment of a foreign operation, a large part of the strategic information comes from analysis of the game players operating in the same sector of activity. Such an automation of knowledge creation is, in addition to the human approach on the field, a real high value added to help the understanding of the interactions between the players. It provides a set of knowledge, which taking into account more large entities, are more comprehensive. They are more elusive anywhere else. Because has highly developed technologies linked to the knowledge economy, it is now possible to explore the scientific and technological sources of information science in China. We are also convinced that Chinese sources of information will take a more and more crucial importance in any global watch. It is therefore an urgent need for organizations to get solutions that not only allow the access to this information but also are able to handle the masses of information from these sources. The aim of this thesis is mainly to adapt the tools and the methods invented by French university research to the analysis of Chinese information in order to create useful knowledge. Matheo software will provide some bibliometrical treatments that will give a global vision of the Chinese strategy. Tetralogy software, a tool dedicated to data-mining, will be tailored to the linguistic environment and to the structure of the Chinese scientific databases. In addition, we participate in the development of a method for the information retrieval (MEVA) which integrates the data of recent discoveries in cognitive science. We develop this method to the research of the relevant and appropriate information among the Chinese datas. As this thesis is conduced under a contract university /enterprise with Limagrain, an application of our approach will be implemented in the field of agricultural biotechnology and in particular around issues of research on techniques for hybridization of wheat. The analysis of this sector, which is an area of fundamental research, experimental and applied is a very current topic as it gives rise to the acquisition of patents and to the marketing of commercial products. Is China really, as we suppose to, a new territory Global Scientific Research of the 21st century? Can the methods of BI be adapted to the Chinese market? After providing some answers to these questions in the first two parts of our study, the third part will describe the global context of agricultural biotechnologies and its issues in terms of economic and financial power but also geopolitical. Then we will focus on the problematic of research on hybridization wheat. Then we will see in the fourth and last part how to implement a search for information on the Chinese market and the major interest in terms of added value of information analysis in China
-Business intelligence
-Scientific and technical information
-Strategic and competitive watch
-Memory indexation
-Contextualisation
-Watch profile
-Multilingual information retrieval
-Network analysis
-Knowledge building
-Data warehouse
-China
Source: http://www.theses.fr/2009PEST1003/document
Voir plus Voir moins



ECOLE DOCTORALE IMCS, LABORATOIRE S3IS I, I I




Méthodologies pour  
la création de connaissances  
relatives au marché chinois 
dans une démarche d’Intelligence Economique ;  
  
application dans le domaine  
des biotechnologies agricoles.



Thèse présentée et soutenue publiquement le 2 juillet 2009
Pour l’obtention du grade de Docteur en Sciences de l’Information et Communication

par
Nadège Guénec





COMPOSITION DU JURY :  
 
Directeur:   M. PAOLI Clément, Professeur des Universités, CNU 71, Université Paris‐Est, S3IS. 
 
Rapporteurs:   M. DAVID Amos, Professeur des Universités, CNU 71, Université Nancy II, LORIA. 
     M. DELAMOTTE Eric,  des  CNU 71,  de Lille 3, IDIST. 
M. DOUSSET Bernard, Professeur des Universités, CNU 27, Université Paul Sabatier, IRIT. 
 
Examinateurs:   M. SOLBERG SÖILEN Klauss, Assistant Professeur , School of management, Blekinge Institute                 
 of Technology, Sweden. 
M. DOU Henri, Professeur des Universités, CNU 71, Université Paul Cézanne, CRRM. 
      M. KRUMEICH Christian, Directeur scientifique, société MAAG. 
   
‐ 2 ‐ 







A Sébastien




    ‐ 3 ‐  


‐ 4 ‐ Remerciements
 
 
Le travail de thèse, s’il est un chemin ardu, se révèle aussi être une authentique 
aventure  au  travers  de  laquelle  s’ouvrent  des  espaces  nouveaux ;  géographiques, 
intellectuels et avant tout profondément humains. 
 
C’est ainsi que j’adresse mes premiers remerciements à mon directeur de thèse 
Monsieur le professeur Clément Paoli qui, outre ses conseils dans l’avancement des travaux, 
m’a apporté un soutien considérable, non seulement intellectuel, mais également moral. 
C’est toujours pour moi un plaisir de partager avec Monsieur le professeur Henri Dou, 
voyageur  insatiable,  nos  visions  personnelles  de  la  Chine  et  des  chinois.  N’étant  pas 
sinologue  mais  ayant  une  grande  expérience  des  relations  internationales,  son 
appréhension de la Chine est d’une richesse éminente puisqu’elle intègre la multiplicité des 
cultures et des comportements humains. Nos voyages à travers les provinces de Chine nous 
ont permit de longues discussions qui furent autant d’étapes importantes tant dans le 
travail de thèse que dans ma compréhension de la Chine et des enjeux qui s’y déroulent. 

Après six années passées en Chine, le retour en France et la réintégration au sein 
d’un laboratoire de recherche universitaire n’étaient pas gagnés d’avance. L’adaptation 
culturelle, ayant été faite pour aller vers l’altérité, le retour à soi et à sa culture propre est 
assez déstabilisant. Pourtant, cette transition s’est faite de manière tout à fait agréable, 
particulièrement grâce aux collaborateurs qui m’ont accueillie. 
 
C’est tout d’abord une rencontre intellectuelle passionnante en la personne de M. 
Krumeich. Rares sont les chercheurs aussi férus de leur objet de recherche. Après une 
longue plongée dans un univers linguistique hétéroclite (français / chinois / anglais mélangés 
en permanence), il est fascinant de prendre du recul par rapport à tout système linguistique 
et, les extériorisant quant à soi même, de les observer de ce nouveau point de vue. Je lui 
dois un nouveau regard sur le langage et sur la pensée, ceux de tout individu comme des 
miens propres. 
    ‐ 5 ‐  Bernard Dousset s’est révélé, à son insu sûrement, être la personne qui m’a donné 
confiance  en  mon  projet  en  me  montrant  de  manière  très  concrète  l’intérêt  de  mes 
recherches. Notre rencontre fut le parfait déclic à un moment où je doutais fortement de 
l’effectivité mon travail. Notre collaboration m’a permit de retrouver une énergie nouvelle 
pour continuer à avancer. Je lui en suis véritablement reconnaissante.
 
J’ai trouvé auprès d’Elisabeth Scarbonchi, Ilhème Ghallamalah et Eloise Loubier une 
complicité et une amitié qui m’ont été bénéfiques dans les moments où l’esprit s’embrouille. 
Plus largement, l’esprit de partage et de travail en équipe qui domine les relations entre les 
différents participants du programme de recherches en IE du CNRS, mettant en avant la 
transversalité des recherches et la volonté de tracer des voies nouvelles d’explorations 
intellectuelles en sciences de l’information et de la communication est une atmosphère de 
travail rare et précieuse. Ne pouvant pas citer chaque nom, je remercie chacun, y compris 
ceux avec qui l’occasion de mieux se connaitre ou de travailler plus étroitement ne s’est pas 
encore présentée mais qui, par leur présence, contribuent à faire des séances de travail des 
lieux d’échanges autant humains qu’intellectuels. 
 
Enfin, j’adresse ma gratitude au Groupe Limagrain, au sein duquel ce travail a été 
initialisé. Pour les nouilles sautées du déjeuner partagées chaque jour dans la bonne humeur 
mes pensées vont à Tina, Anny, Richard, Jacky, Jamie et Bertrand, mes collègues de la co‐
entreprise franco‐chinoise Shanxi Limagrain Special crops basée à Pékin. Pour la direction 
des opérations, la bonne marche des missions et l’organisation, j’ai beaucoup appris de mes 
supérieurs hiérarchiques du Groupe Limagrain : M. Bonjean, M. Lacaze,  M. Debrand, Mme 
Martin et Mme Darpoux. 
 
Je n’oublie pas M. Colas sans qui, rien de tout cela ne serait arrivé. Il m’a initié à l’IE et 
m’a fortement incitée à me lancer dans ce travail de thèse. Je lui dois une fière chandelle. 
 
Mes plus vives salutations sont pour mes amis de Pékin : chinois Han, Ouïgours, 
Tibétains,  Miao  et  Zhuang ;  mes  amis  français,  l’association  des  bretons  de  Pékin ;  les 
chanteurs, les voyageurs, les photographes, les amoureux, les rêveurs,….  
 
‐ 6 ‐ 








    ‐ 7 ‐  Résumé en français 


Le  décloisonnement  des  économies  et  l’accélération  mondiale  des échanges 
commerciaux ont, en une décennie à peine, transformés l’environnement concurrentiel 
des  entreprises.  La  zone  d’activité  s’est  élargie  en  ouvrant  des  nouveaux  marchés  à 
potentiels très attrayants. Ainsi en est‐il des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). De ces 
quatre pays, impressionnants par la superficie, la population et le potentiel économique 
qu’ils  représentent,  la  Chine  est  le  moins  accessible  et  le  plus  hermétique  à  notre 
compréhension  de  par  un  système  linguistique  distinct  des  langues  indo‐européennes 
d’une part et du fait d’une culture et d’un système de pensée aux antipodes de ceux de 
l’occident d’autre part. Pourtant, pour  une  entreprise de  taille  internationale,  qui 
souhaite étendre son influence ou simplement conserver sa position  sur  son  propre 
marché, il est aujourd’hui absolument indispensable d’être présent sur le marché chinois.  
 
Comment  une  entreprise  occidentale  aborde‐t‐elle  un  marché  qui  de par son 
altérité,  apparait  tout  d’abord  comme  complexe  et  foncièrement  énigmatique ?  Six 
années d’observation en Chine, nous ont permis de constater les écueils dans l’accès à 
l’information  concernant  le  marché  chinois.  Comme  sur  de  nombreux  marchés 
extérieurs,  nos  entreprises  sont  soumises  à  des  déstabilisations  parfois  inimaginables. 
L’incapacité à « lire » la Chine et à comprendre les enjeux qui s’y déroulent malgré des 
efforts  soutenus,  les  erreurs  tactiques  qui  découlent  d’une  mauvaise  appréciation  du 
marché ou d’une compréhension biaisée des jeux d’acteurs nous ont incités à réfléchir à 
une méthodologie de décryptage plus fine de l’environnement d’affaire qui puisse offrir 
aux entreprises françaises une approche de la Chine en tant que marché. Les méthodes 
de l’Intelligence Economique (IE) se sont alors imposées comme étant les plus propices 
pour plusieurs raisons : le but de l’IE est de trouver l’action juste à mener, la spécificité 
du contexte dans lequel évolue l’organisation est prise en compte et l’analyse se fait en 
temps réel. 
 
Si une approche culturelle est faite d’interactions humaines et de subtilités, une 
approche « marché », est dorénavant  possible par le  traitement  automatique  de 
l’information  et  la  modélisation  qui  s’en  suit.  En  effet,  dans  toute  démarche 
d’Intelligence Economique accompagnant l’implantation d’une activité à l’étranger, une 
grande part de l’information à portée stratégique vient de l’analyse du jeu des acteurs 
opérants  dans  le  même  secteur  d’activité.  Une  telle  automatisation de la création de 
connaissance constitue, en sus de l’approche humaine « sur le terrain », une réelle valeur 
ajoutée  pour  la  compréhension  des  interactions  entre  les  acteurs car elle apporte un 
ensemble de connaissances qui, prenant en compte des entités plus larges, revêtent un 
caractère plus global, insaisissable par ailleurs. La Chine ayant fortement développé les 
technologies liées à l’économie de la connaissance, il est dorénavant possible d’explorer 
les sources d’information scientifiques et techniques chinoises. Nous sommes en outre 
convaincus que l’information chinoise prendra au fil du temps une importance de plus 
en plus cruciale. Il devient donc urgent pour les organisations de se doter de dispositifs 
permettant  non  seulement  d’accéder  à  cette  information  mais  également  d’être  en 
mesure de traiter les masses d’informations issues de ces sources. 
 
Notre travail consiste principalement à adapter les outils et méthodes issues de 
la recherche française à l’analyse de l’information chinoise en vue de la création de 
‐ 8 ‐ connaissances  élaborées.  L’outil  MATHEO,  apportera  par  des  traitements 
bibliométrique  une  vision  mondiale  de  la  stratégie  chinoise.  TETRALOGIE,  outil  dédié 
au  data‐mining,  sera  adapté  à  l’environnement  linguistique  et  structurel  des  bases  de 
données  scientifiques  chinoises.  En  outre,  nous  participons  au  développement  d’un 
outil  d’information  retreival  (MEVA) qui intègre les données récentes  des  sciences 
cognitives  et  œuvrons  à  son  application  dans  la  recherche  de  l’information  chinoise, 
pertinente et adéquate. 
 
Cette  thèse  étant  réalisée  dans  le  cadre  d’un  contrat  CIFRE  avec  le  Groupe 
Limagrain, une application contextualisée de notre démarche sera mise en œuvre dans 
le domaine des biotechnologies agricoles  et  plus  particulièrement  autour  des  enjeux 
actuels de la recherche sur les techniques d’hybridation du blé. L’analyse de ce secteur 
de pointe, qui est à la fois un domaine de recherche fondamentale,  expérimentale  et 
appliquée donne actuellement lieu à des prises de brevets et à la mise sur le marché de 
produits commerciaux et représente donc une thématique très actuelle. 
 
La Chine est‐elle réellement, comme nous le supposons, un nouveau  territoire 
mondial de la recherche scientifique du 21è siècle ? Les méthodes de l’IE peuvent‐elles 
s’adapter  au  marché  chinois ?  Après  avoir  fournit  les  éléments  de réponse à ces 
questions dans les deux premières parties de notre étude, nous poserons en troisième 
partie  le  contexte  des  biotechnologies  agricoles  et  les  enjeux mondiaux en termes de 
puissance  économico‐financière  mais  également  géopolitique  de  la  recherche  sur 
l’hybridation du blé. Puis nous verrons en dernière partie comment  mettre  en  œuvre 
une recherche d’information sur le marché chinois ainsi que l’intérêt majeur en termes 
de valeur ajoutée que représente l’analyse de l’information chinoise. 

 
 
 
Mots clefs  



Intelligence  Economique  (IE),  information  scientifique  et  technique  (IST),  veille 
stratégique  et  concurrentielle,  indexation  mémorielle,  contextualisation,  profil  de 
veille,  extraction  d’information  multilingue,  analyse  relationnelle,  création  de 
connaissances, bases de données, Chine. 
    ‐ 9 ‐  
English abstract 


The  rise  of  globalization  –  including  technological  innovations and the 
dismantling of trade barriers – has spurred the steady acceleration of global trade and, 
in  barely  a  decade,  has  transformed  the  competitive  environment  of  enterprises.  The 
area of  activity has been expanded  by the emergence of  new  markets  with  very 
attractive potential. So are the BRIC (Brazil, Russia, India and China).  Among the four of 
them,  all  impressive  by  their  size,  population  and  economic  potential  they  represent, 
China  is  the  least  accessible  and  the  more  closed  to  our  understanding  because  of  a 
linguistic system radically different from the Indo‐European languages on the one hand 
and of the fact of a culture and a thought system at odds with those of Western countries. 
Yet for a company of international size, which wants to extend its influence or simply to 
maintain its market position, including its own market, it is now essential to be present 
on the Chinese market. 
 
How  does a western company operate on  a  market that  appears  at  first  as 
inherently  complex  and  enigmatic  because  of  its  otherness?  During  six  years  of 
observation in China, we have found out the pitfalls in access to information about the 
Chinese market. As on many markets, our companies are subject to some unimaginable 
destabilization. The inability to "read" China and understand the issues that take place in 
spite  of sustained efforts, the tactical  errors that  arise  from  a  misjudgement  of  the 
market or a biased understanding of the game players led us to consider a methodology 
that could provide French companies an approach to China as a market. 
 
The methodologies of Business Intelligence (BI) came out to be the most suitable 
for several reasons: the goal of BI is to find out the right action to realise, the specificity 
of the context in which the organization is evolving is taken into consideration and the 
analysis is done just in time.  
 
If a cultural approach is made of human interactions and subtleties,  a  market 
approach is now possible by the automatic processing of information and its modelling. 
In  any  process  of  economic  intelligence  accompanying  the  establishment  of  a  foreign 
operation, a large part of the strategic information comes from analysis of the game 
players  operating  in  the  same  sector  of  activity.  Such  an  automation  of  knowledge 
creation is, in addition to the human approach on the field, a  real high value added to 
help the understanding of the interactions between the players. It provides a set of 
knowledge, which taking into account more large entities, are more  comprehensive. 
They are more elusive anywhere else. Because China has highly developed technologies 
linked  to  the  knowledge  economy,  it  is  now  possible  to  explore  the  scientific  and 
technological  sources  of  information  science  in  China.  We  are  also  convinced  that 
Chinese  sources  of  information  will  take  a  more  and  more  crucial  importance  in  any 
global watch. It is therefore an urgent need for organizations  to get  solutions  that  not 
only allow the access to this information but also are able to  handle  the  masses  of 
information from these sources. 
 
 
 
‐ 10 ‐ 

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin