Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Parcours de formation et autoconstruction professionnelle des enseignants débutants du premier degré, Training way and professional self-learning for beginner teachers in primary school

De
377 pages
Sous la direction de Pierre-André Dupuis
Thèse soutenue le 06 décembre 2007: Nancy 2
La recherche questionne et analyse ce que représente, pour les professeurs des écoles débutants, l’expérience de l’entrée dans le métier. Privilégiant une démarche compréhensive, nous avons suivi huit maîtres d’école depuis leur prise de fonction jusqu’à la fin de leur seconde année d’enseignement. Confrontant l’objet d’étude à la théorie tripolaire de l’autoformation (Pineau, 1989), cette thèse vise à rendre intelligibles les voies par lesquelles la professionnalité des jeunes enseignants se construit et se consolide progressivement.
-Autoformation
-Développement professionnel
-Professeur des écoles
-Enseignant débutant
The research consists in an investigation into and analysis of what the experience of going into the job involves for primary school teachers, as beginners. Favouring a comprehensive approach, we have watched the course of eight school teachers from the taking up of their post to the end of their second year of teaching. Comparing the subject matter of the study to Pineau’s 1989 three-lined theory of self-training, this thesis aims at making the ways and means through which the teachers’s professionality is progressively structuring and strenghtening intelligible.
Source: http://www.theses.fr/2007NAN21026/document
Voir plus Voir moins

UNIVERSITE NANCY 2
UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE CONNAISSANCE DE L’HOMME
DEPARTEMENT DE SCIENCES DE L’EDUCATION

THESE DE DOCTORAT
EN SCIENCES DE L’EDUCATION

Présentée par
Christophe HOFF
le 6 décembre 2007



PARCOURS DE FORMATION ET AUTOCONSTRUCTION
PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DEBUTANTS
DU PREMIER DEGRE


VOLUME 1



Directeur de thèse : M. Pierre-André DUPUIS, Professeur de Sciences de l’Education,
Université Nancy 2


JURY

Mme Françoise CLERC, Professeur émérite de Sciences de l’Education, Université Louis
Lumière-Lyon 2

M. Dominique DEVITERNE, Maître de Conférences en Psychologie, IUFM de Lorraine

M. Pierre-André DUPUIS, Professeur de Sciences de l’Education, Université Nancy 2

M. Richard ETIENNE, Professeur de Sciences de l’Education, Université Montpellier 3

M. Gérard FATH, Professeur émérite de Sciences de l’Education, Université Nancy 2

Mme Patricia REMOUSSENARD, Professeur de Sciences de l’Education, Université Lille
3


REMERCIEMENTS


Je remercie Monsieur Pierre-André Dupuis d’avoir accepté, après mon D.E.A., de diriger
cette recherche.
Sa gentillesse, ses encouragements et ses conseils éclairants m’ont permis de mener ce
travail à son terme.
Qu’il trouve ici un témoignage sincère de ma profonde reconnaissance.

Je remercie également les huit enseignants qui ont contribué à la réalisation de cette
recherche en donnant de leur temps et en acceptant de partager leurs expériences.





















1 SOMMAIRE VOLUME 1



REMERCIEMENTS 1

SOMMAIRE VOLUME 1 2

INTRODUCTION 5

8 PARTIE I : L’ENTREE DANS LE METIER DE PROFESSEUR DES
ECOLES : CADRE DE LA RECHERCHE

CHAPITRE 1 : L’ENTREE DANS LE METIER DE PROFESSEUR DES ECOLES 8
ET L’ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNEL INSTITUTIONNEL

I L’entrée dans le métier et l’insertion professionnelle des enseignants 8

II L’accompagnement institutionnel de l’entrée dans le métier des enseignants du 21
premier degré

CHAPITRE 2 : LE PROCESSUS DE PROFESSIONNALISATION DES 38
ENSEIGNANTS

I Eclairage théorique 38

II La professionnalisation des enseignants 42

CHAPITRE 3 : L’AUTOCONSTRUCTION PROFESSIONNELLE : 63
PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE

I La construction identitaire 64

II Une professionnalité en mouvement 65

III L’autoconstruction professionnelle des enseignants débutants 78

CHAPITRE 4 : METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE 92

I Nos choix méthodologiques 92

II Le recueil des données 94

III Le traitement des données 122

IV La population étudiée 126

V Limites de la recherche 135
2 139 PARTIE II : PARCOURS DE FORMATION DES MAITRES DURANT
LES DEUX PREMIERES ANNEES D’ENSEIGNEMENT : ANALYSE
DES DONNEES REFEREES AUX QUESTIONS DE RECHERCHE

CHAPITRE 1 : RAPPORT AU METIER DURANT LA PREMIERE ANNEE 139
D’ENSEIGNEMENT

I Avant la première rentrée 139

II L’exercice du métier d’enseignant 150

CHAPITRE 2 : PROFESSIONNALITE ET AUTOFORMATION DURANT LA 177
PREMIERE ANNEE D’ENSEIGNEMENT

I Une professionnalité en mouvement 177

II L’autoconstruction professionnelle des enseignants débutants 194

III Rapport à la formation institutionnelle 209

CHAPITRE 3 : RAPPORT AU METIER DURANT LA SECONDE ANNEE 245
D’ENSEIGNEMENT

I A l’aube d’une nouvelle rentrée 245

II L’exercice du métier d’enseignant 249

CHAPITRE 4 : PROFESSIONNALITE ET AUTOFORMATION DURANT LA 274
SECONDE ANNEE D’ENSEIGNEMENT

I Les éléments d’évolution identifiés 274

II Les sources et les ressources de l’évolution professionnelle 290

CHAPITRE 5 : AUTOFORMATION PROFESSIONNELLE ET EXPERIENCES 311
DE VIE

I Les études universitaires 311

II Des expériences extra-professionnelles 314

318 PARTIE III : PARCOURS DE FORMATION ET
AUTOCONSTRUCTION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS
DEBUTANTS : INTERPRETATION DES RESULTATS

I La première année d’enseignement 319

II La seconde année d’enseignement 325
3 III L’autoconstruction professionnelle 330

CONCLUSION 348

BIBLIOGRAPHIE 353

TABLE DES MATIERES 369

Les annexes sont présentées dans le volume 2.





















4 INTRODUCTION


L’objet de cette étude est lié à notre champ professionnel. Exerçant depuis plusieurs
années les fonctions de conseiller pédagogique dans une circonscription de l’est mosellan,
notre tâche essentielle est constituée du suivi des professeurs des écoles débutants durant
les deux premières années de leur insertion professionnelle.
En France, la question de l’entrée dans le métier d’enseignant, bien présente sur le terrain
et dans le vécu des personnes concernées, n’était guère appréhendée par les instituts ou les
acteurs de la formation. En 1992, une recherche relative à la prise de fonction des
instituteurs, menée par l’Institut National de Recherche Pédagogique, mettait en évidence
la grande difficulté des débuts dans l’enseignement, et affirmait que, pour la plupart des
praticiens novices, « l’expérience première est, en un mot, celle de la souffrance »
(Louvet, Baillauquès, 1992, 87). Dans notre propre pratique professionnelle, il nous
arrive régulièrement d’accompagner des maîtres novices pour lesquels l’exercice
quotidien du métier entraîne d’importantes difficultés. Parfois, certains débutants ne
parviennent pas à surmonter les obstacles qui se dressent sur leur chemin. Ils sont alors
"sortis" de leur classe et poursuivent l’année scolaire sur des postes moins exposés.
Lorsqu’on prend connaissance des travaux antérieurs portant sur cette première phase de
la carrière, on trouve surtout des résultats de recherches assez anciennes. La plupart
d’entre elles abordent la question essentiellement sous l’angle des difficultés rencontrées
par les enseignants novices. Plus récemment, des travaux ont porté sur l’ensemble du
parcours de formation initiale des maîtres et sur les tout débuts de l’expérience
d’enseignement (Guillot, 1998, Gondrand, Pierrard, 2001, Wentzel, 2004).
Au Canada, Lamarre (2003) a étudié l’expérience de la première année d’enseignement
avec cinq jeunes personnes. Mais nous n’avons trouvé aucune étude longitudinale récente
investiguant l’entrée dans le métier au-delà de la première année professionnelle.

Notre recherche tente, dans une première étape, d’établir et de comprendre ce qui est vécu
1par les jeunes maîtres au cours des deux premières années d’enseignement. Quelles sont

1 A l’exception de certains passages où nous privilégions les termes féminins d’enseignante ou de maîtresse
d’école lorsqu’il est question directement de personnes ayant participé à cette recherche, nous utiliserons
toujours les termes d’enseignant ou de maître dans un sens générique.
5 leurs satisfactions ? Leurs difficultés ? Comment procèdent-ils pour tenter de surmonter
les écueils qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur profession ?
Depuis quelques années maintenant, les réflexions portant sur l’insertion professionnelle
des professeurs novices font apparaître la nécessité de porter une attention toute
particulière aux personnes qui débutent dans le métier d’enseignant. Fort de ce constat, le
ministère de l’Education Nationale envoyait, au mois de septembre 2001, une circulaire
(Bulletin Officiel de l’Education Nationale, 2001, 32) à tous les recteurs d’académie qui
institutionnalisait, en France, un plan d’accompagnement de l’entrée dans le métier
d’enseignant. Plus récemment, le nouveau « Cahier des charges de la formation des
maîtres » (Bulletin Officiel de l’Education Nationale, 2007, 1) renforce le dispositif d’aide
à la prise de fonction en augmentant très sensiblement le temps de formation accordé aux
praticiens débutants pendant les deux premières années d’enseignement. A partir de la
rentrée scolaire 2007/08, le volume horaire attribué à l’accompagnement professionnel
est quasiment doublé par rapport aux années précédentes.
Mais qu’en est-il des effets de ces actions de formation sur le développement
professionnel des jeunes maîtres ? Peut-on identifier une réelle influence formative de ces
situations d’accompagnement sur la pratique de classe des enseignants débutants ?
La visée essentielle de notre réflexion est de rendre intelligible la manière dont la
professionnalité des jeunes enseignants se constitue depuis la sortie de l’IUFM,
d’identifier les voies par lesquelles celle-ci se consolide progressivement. En quel sens et
jusqu’à quel point pouvons-nous parler d’autoconstruction professionnelle ?

L’exposé de notre travail comprend trois parties.
La première dresse le cadre de la recherche en proposant une synthèse des études menées
sur l’insertion professionnelle des enseignants (partie I, chap.1). Puis, nous présentons le
plan d’accompagnement de l’entrée dans le métier en France et sa déclinaison mosellane
(partie I, chap.2). Le chapitre suivant illustre le cheminement intellectuel qui a prévalu à
la construction de l’objet d’étude et pose les questions essentielles qui ont orienté la
recherche (partie I, chap.3).
Afin de pouvoir répondre à ce questionnement, nous avons privilégié une méthodologie
d’inspiration compréhensive en suivant, depuis leur prise de fonction jusqu’à la fin de leur
seconde année d’enseignement, huit professeurs des écoles débutants que nous avons
6 questionnés à deux ou trois reprises chacun. Le quatrième chapitre présente les outils mis
en œuvre pour le recueil et l’analyse des données.
La seconde partie de l’étude décrit le rapport au métier et les dynamiques individuelles et
collectives que mobilisent les praticiens novices pour construire et faire évoluer leur
professionnalité.
La dernière partie de la réflexion met en lumière certaines similitudes que nous avons
identifiées dans les expériences des maîtres, dans leur manière de vivre le métier et de
développer leurs compétences professionnelles. Nous présentons également certains
points d’articulation qui nous semblent essentiels dans le processus de développement
professionnel des enseignants débutants (partie III).
La conclusion de cette recherche, qui a nécessité trois années de travail et que nous avons
menée tout en exerçant pleinement notre activité professionnelle, présente les enjeux
possibles de cette étude en termes de formation et d’accompagnement professionnel des
maîtres novices.



















7 PARTIE I

L’AUTOCONSTRUCTION PROFESSIONNELLE
DES PROFESSEURS DES ECOLES
DEBUTANTS : CADRE DE LA RECHERCHE

CHAPITRE 1

L’ENTREE DANS LE METIER DE PROFESSEUR DES
ECOLES ET L’ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNEL
INSTITUTIONNEL

Ce travail vise à décrire et à comprendre la manière dont s’élabore la professionnalité des
maîtres débutants durant leurs deux premières années d’enseignement à l’école primaire.
Ces limites temporelles que nous avons posées ne signifie nullement que tout s’élabore à
ce moment-là. Simplement, dans la définition de notre objet de recherche, et pour des
raisons de faisabilité, nous avons limité notre étude à cette période précise.
Dans la première partie de ce chapitre, nous présenterons l’état de la recherche concernant
l’entrée dans le métier des enseignants et les manières dont se réalise leur insertion
professionnelle.
Dans une seconde partie, nous observerons le plan national d’accompagnement
professionnel à l’entrée dans le métier et nous analyserons le dispositif mis en œuvre
dans le département de la Moselle à l’intention des maîtres novices.

I L’entrée dans le métier et l’insertion professionnelle des enseignants

Jusque dans les années 1980, peu de personnes ou d’institutions s’interrogeaient sur
8 les conditions de l’insertion professionnelle des jeunes enseignants. Les difficultés que
pouvaient rencontrer ces débutants et les ressources qu’ils mobilisaient pour les surmonter
ne semblaient guère constituer un sujet d’intérêt.
En 1985, est lancée en France la première recherche (Louvet, Baillauquès, INRP, 1992)
relative à la prise de fonction des instituteurs. Cette étude avait deux objectifs essentiels.
Dans un premier temps, elle se proposait d’analyser le processus de prise de fonction afin
de comprendre comment se passait, pour les maîtres débutants interrogés, la première
année d’enseignement. Cette recherche se voulait également pragmatique, ses auteurs
souhaitaient pouvoir proposer des éléments d’amélioration pour le début de carrière afin
de faciliter l’insertion professionnelle des professeurs débutants. Si cette recherche a
effectivement pu produire quelques recommandations, en terme notamment de formation,
les chercheurs se sont rendu compte qu’il n’était guère évident d’élaborer un canevas
pertinent, cohérent, d’initiatives et de modalités d’aide à mettre en œuvre. La raison
première de cette situation réside dans le fait que chaque individu construit sa formation
et vit son entrée dans le métier de manière singulière et unique, si bien qu’il est difficile
d’aboutir à un schéma d’ensemble de propositions facilitant les débuts car « la prise de
fonction reste un acte individuel et en cela unique » (Louvet, 1992, 40-41).

Cette question relative au début de carrière et à l’insertion professionnelle des enseignants
est maintenant posée aux Etats-Unis, en Europe et au Québec où elle intéresse les
chercheurs et les praticiens du monde de l’éducation et de la formation.
Elle est essentiellement appréhendée selon trois pistes principales, les difficultés
rencontrées par les enseignants débutants, le développement professionnel des maîtres
entendu comme une succession d’étapes ou de stades et enfin les procédures
d’accompagnement et de soutien mises en œuvre pour les professeurs novices.

Attardons-nous d’abord quelque peu sur cette notion d’insertion professionnelle.

1. L’insertion professionnelle

La plupart des chercheurs considèrent l’insertion professionnelle comme une étape
transitoire entre les formations initiale et continue (Zeichner et Gore, 1990, Desgagné,
1995). Après avoir suivi une formation de base lui apportant les savoirs et les
9

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin