La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Poètes et poésies

De
344 pages
=^ POÈTES ET POÉSIES COULOMMIERS. — TYPOG. PAUL BRODARO POÈTES ET POÉSIES PAR PAUL ALBERT • PARIS LIBRAIRIE HACHETTE ET C'« BOULEVARD SAINT-GERMAIN,79, 79 1881 ijjji. % f^ S3608?. ^Rf ^ PREFACE Quelques avant sa mort, mon père, se croyantjours moins malade qu'il n était, commençait à écrire l'histoire de la XIX^ siècle. Lepremier des cinqlittératurefrançaiseau volumes comptait achevé :qu'il publier devait être rapidement tous les mtes réunies pourmatériaux étaient prêts. Les les cours de la salle Saint-André Collège de France,et du notes très nombreuses trouveret très complètes, allaient enfin leur emploi maisdéfinitif; des pages entièrement rédigées, éparses, allaient être le tra-reliées les unes aux autres : l'ail de la composition Montrer au sièclecommençait. à son déclin le une époquesiècle à son aurore, ressusciter aussi en révolutions littéraires qu'en bouleverse-féconde mentspolitiques, en écrivains en livres immortelsqu'en héros, quen mémorables, telle Tœuvre à laquelle monfaits était père^ se consacrerconfiant dans un avenir paisible, voulait tout entier, Vœuvre que les amis connus et inconnus, fidèles -^à ses cours, voyaient se préparer lentement. VI PREFACE La mort a tout interrompu, tout brisé. C'est au moment où le choix du Collège de France venait de lui donner la dernière et laplus douce joie qu'il ait eue dans sa vie depro- fesseur^ que mon père a été enlevé à safamille^ à ses amis, à ses travaux.
Voir plus Voir moins

=^
POÈTES
ET
POÉSIESCOULOMMIERS. — TYPOG. PAUL BRODAROPOÈTES
ET
POÉSIES
PAR
PAUL ALBERT
• PARIS
LIBRAIRIE HACHETTE ET C'«
BOULEVARD SAINT-GERMAIN,79, 79
1881ijjji.
%
f^
S3608?.^Rf
^
PREFACE
Quelques avant sa mort, mon père, se croyantjours
moins malade qu'il n était, commençait à écrire l'histoire
de la XIX^ siècle. Lepremier des cinqlittératurefrançaiseau
volumes comptait achevé :qu'il publier devait être rapidement
tous les mtes réunies pourmatériaux étaient prêts. Les
les cours de la salle Saint-André Collège de France,et du
notes très nombreuses trouveret très complètes, allaient enfin
leur emploi maisdéfinitif; des pages entièrement rédigées,
éparses, allaient être le tra-reliées les unes aux autres :
l'ail de la composition Montrer au sièclecommençait.
à son déclin le une époquesiècle à son aurore, ressusciter
aussi en révolutions littéraires qu'en bouleverse-féconde
mentspolitiques, en écrivains en livres immortelsqu'en héros,
quen mémorables, telle Tœuvre à laquelle monfaits était
père^ se consacrerconfiant dans un avenir paisible, voulait
tout entier, Vœuvre que les amis connus et inconnus, fidèles
-^à ses cours, voyaient se préparer lentement.VI PREFACE
La mort a tout interrompu, tout brisé. C'est au moment
où le choix du Collège de France venait de lui donner la
dernière et laplus douce joie qu'il ait eue dans sa vie depro-
fesseur^ que mon père a été enlevé à safamille^ à ses amis,
à ses travaux. Ces études sur le XIX^ Siècle, quil était
heureux de pouvoir poursuivreenfin à son gré, demeureront
à jamais inachevées : mais doivent-elles rester inconnues ?
Faut-il que tant de travail n'ait récompense et pourpour
résultat que des succès obtenus en chaire? Succès flatteurs,
il est vrai, mais auxquels mon père n'a jamais borné son
ambition. Faut-il que tant de leçons si préparées ne laissent
que des souvenirs destinés eux-mêmes à s'effacer , si des
notes imprimées ne les fixent aujourd'hui? Les amis de
voulu.mon père ne l'ont pas pensé; lui-même ne l'a pas
comprendre et aimer lesIl s'était senti utile en faisant
libres écrivains qui par leurs œuvres ont travaillé à inau-
société nouvelle; aussi réclama-t-il la publi-gurer une
de ses études sur le Romantisme, ses pré-cation posthume
écrivait-ses représentants, ses disciples. « laisse,curseurs, Je
qui étaientson testament, des notes asse'^^ détaillées,il dans
littérature françaisedestinées à devenir une histoire de la
deux volumes, queau XIX^ siècle. Mon en pourra tirerfils
»auprès du public:mes livres précédents recommanderont
tracées ces lignes. Depuis cetteCest en 1878 quêtaient
multipliées, etse sont encore complétées,époque, les notes
aujour-matériaux réunis et coordonnésformeraienttous les

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin