//img.uscri.be/pth/1e3741e2da28ecfc15ead5841fa12f159f565b89
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Qualité des eaux côtières du Sud du Golfe de Gascogne par télédétection spatiale : méthodologie de détermination et de quantification de substances particulaires et dissoutes

De
409 pages
Sous la direction de Jean-Marie Froidefond
Thèse soutenue le 18 décembre 2009: Bordeaux 1
Les eaux côtières du Sud du Golfe de Gascogne sont soumises à l’expulsion d’un panache fluvial au niveau de l’estuaire de l’Adour. Ces eaux douces peuvent entrainer de fortes variations des concentrations en matières minérales en suspension (MSM, en mg,l-1), en chlorophylle- a (Chla, en mg,m-3) et en matière organiques dissoutes colorées (MODC, en mg,l-1) contenues dans les eaux côtières. En modifiant la transparence de l’eau et en charriant des nutriments et des bactéries, elles peuvent affecter la productivité biologique et avoir un impact significatif sur la santé humaine. Notre étude a pour but de développer des algorithmes empiriques et de tester l’efficacité des images MODIS-Aqua pour la cartographie des substances particulaires et dissoutes contenues dans les eaux côtières soumises à l'influence du panache de l'Adour. Dans cet objectif, deux missions océanographiques ont été réalisées afin de mesurer simultanément les MSM, la turbidité (en NTU), la Chla et les MODC et la réflectance de télédétection de l’eau in-situ. Deux algorithmes empiriques opérationnels pour la quantification des matières minérales en suspension et de la turbidité ont été développés. Une automatisation du traitement des images MODIS-Aqua déjà corrigées des effets atmosphériques et à la résolution de 250 mètres (produit MYD09GQ) a été réalisée. Ce système opérationnel a permis de cartographier les concentrations en sédiments en suspension contenus dans le panache sur 246 jours, entre 2006 et 2009. La première étude à grande échelle spatiale et temporelle de la dynamique hydro-sédimentaire du panache de l'Adour a ainsi pu être réalisée. Finalement, plusieurs algorithmes ont été proposés pour la quantification des concentrations en chlorophylle-a dans le sud du Golfe de Gascogne. Ces relations empiriques devront être testées sur de nouvelles mesures in-situ afin de préciser leurs limites de validité. Notre étude montre l’apport de l’imagerie satellitaire MODIS pour la surveillance du panache de l'Adour. A plus long terme, un système efficace de surveillance de la qualité des eaux côtières de la côte Aquitaine pourrait être envisagé.
-Télédétection
-Qualité des eaux côtières
-Matières organiques dissoutes colorées
-Matières en suspension minérales
-Adour
The southern Bay of Biscay coastal waters are under the direct influence of the freshwater plume from the Adour estuary. The river outflow leads to a strong variability in the concentration of mineral suspended matters (MSM in mg l-1), chlorophyll-a (Chla, mg, m-3) and colored dissolved organic matters (CDOM in mg l-1) contained in coastal waters. By changing the transparency of the water and carrying nutrients and bacteria, they may affect biological productivity and have a significant impact on human health. Our study aims to develop empirical algorithms and test the efficiency of MODIS-Aqua imagery to map particulate and dissolved substances contained in coastal waters under the influence of the Adour plume. In this aim, two oceanographic missions were carried out to measure simultaneously the MSM, turbidity, Chla and CDOM and the remote sensing reflectance of water. Two empirical operational algorithms for quantification of suspended mineral matters and turbidity have been developed. An automated processing of atmospherically-corrected MODIS-Aqua-250m product (MYD09GQ product) was performed. This operating system has been used to map the concentrations of suspended sediment content in the plume at 246 days between 2006 and 2009. Thus, the first study at large spatial and temporal scale of the Adour plume dynamics has been achieved. Finally, several algorithms have been proposed in order to quantify the concentrations of chlorophyll-a in the southern Bay of Biscay. These empirical relations must be tested on new in-situ measurements to clarify their validity limits. Our study shows the contribution of the MODIS satellite imagery to monitor the Adour plume. In future, an effective monitoring system of Aquitaine coastal water quality could be considered.
-Remote sensing
-Coastal waters quality
-Dissolved organic matters
-Mineral suspended matters
-Adour
Source: http://www.theses.fr/2009BOR13943/document
Voir plus Voir moins

N° d'ordre : 3943

THÈSE

Présentée à

L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I

École Doctorale des Sciences et Environnements

ellePar M Caroline PETUS

Pour obtenir le grade de

DOCTEUR

Spécialité : PHYSIQUE DE L'ENVIRONNEMENT


QUALITE DES EAUX COTIERES DU SUD DU GOLFE DE
GASCOGNE PAR TELEDETECTION SPATIALE
Méthodologie de détermination et de quantification de substances
particulaires et dissoutes


Soutenue le 18 décembre 2009

Après avis de :

M. Jean Paul Deroin, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne Rapporteur
M. Sylvain Ouillon, Directeur de recherche IRD, LEGOS Toulouse Rapporteur

Devant la commission d’examen formée de :

M. Gérard Blanc, Professeur, Université Bordeaux 1 Examinateur
M. Guillem Chust, Chercheur, AZTI Sukarrieta Examinateur
M. Christian Germain, Professeur, ENITAB Examinateur
M. Daniel Villessot, Directeur scientifique, Lyonnaise des Eaux Examinateur
meM Séverine Jacquet, Chercheur, Lyonnaise des eaux Directeur de thèse
M. Jean-Marie Froidefond, Chargé de recherche CNRS, Université bordeaux 1 Directeur de thèse

− 2009 -




























La thèse, c'est un peu comme un long périple en bateau, cap vers l'inconnu. Le voyage
commence avec motivation et excitation, puis il y a les vagues, les creux et les premières
tempêtes où le navire prend l'eau... On se prend parfois les pieds dans les filets, on doute, on
se trompe de direction... Au détour d'une route, on fait souvent de belles rencontres et parfois
aussi nos chemins croisent quelques «pirates» de la science! Malgré tout, nombreux sont les
rayons de soleil éclairant le parcours, et finalement, lorsqu'on touche enfin au but et que l'on
se retourne sur les trois années passées, on en ressort grandi et la tête pleine de beaux
souvenirs! Je viens d'accoster en terre ferme et je tiens à remercier l'ensemble des personnes
qui m'ont permis, de près ou de loin, de mener ma barque jusqu'au bout!
Mes remerciements vont dans un premier temps à mes encadrants : Séverine Jacquet et
Jean-Marie Froidefond. Cette thèse n'aurait pas pu voir le jour sans les moyens qu'ils m'ont
accordés, leur confiance et la totale liberté qu'ils m'ont laissé au cours de ces trois ans. Un
grand merci également à l'ensemble des membres de mon Jury, pour leurs remarques, leurs
conseils, leur intérêt et leur dynamisme au cours de la soutenance. Merci à Sylvain Ouillon et
Jean-Paul DEROIN d'avoir accepté d'être rapporteurs de ces travaux, à Gérard Blanc,
directeur de ce Jury, et à Guillem Chust, Daniel Villessot et Christian Germain qui ont
rapporté cette thèse.
Mes premières ébauches scientifiques ont eu lieu entre Paris et la Colombie, au cours de
mon stage de Master 2. Je tiens sincèrement à remercier Yves-François Thomas de m'avoir
permis de réaliser cette belle expérience qui m'a profondément marquée. Un énorme merci
pour votre gentillesse, votre disponibilité et les conseils que vous avez su me donner tout en
me laissant une grande liberté. J'ai pu, grâce à vous, découvrir la science «que j'aime», une
science appliquée à des problématiques concrètes, utiles et sans se prendre au sérieux. Un
grand merci également à Carolina pour son accueil et pour m'avoir fait découvrir son pays et
également à tous ceux que j'ai pu croiser à INVEMAR pour leur gentillesse et leur bonne
rhumeur! Tous mes remerciements également à M Castaing qui m'a pris sous son aile lors de
mon retour en France et qui m'a permis de terminer mon travail dans les meilleures
conditions. Merci pour votre aide, vos conseils et votre franchise, tout au long de mes années
d'études à Bordeaux.
Je souhaite également remercier les membres de mon comité de thèse pour leur soutien et
leur disponibilité au cours de ces trois ans. Tout d'abord, un très grand merci à Francis Gohin
qui a toujours été intéressé et enthousiaste au sujet de mes travaux, qui m'a fait confiance et
grâce à qui j'ai maintenant un CDD à l'Ifremer. Merci à Guillem Chust de m'avoir initiée aux
statistiques, pour sa gentillesse et pour les missions en mer partagées. Enfin, merci à Denis
Morichon pour son aide tant scientifique qu'humaine.
Merci également à tous ceux que j'ai pu croiser au détour d'une conférence ou d'une mission
en mer. Tout d'abord David Doxaran, qui a eu la gentillesse de participer à mon article et
sans qui je serais toujours en train de relire mon «bad english», Virginie Lafon qui m'a aidée
et conseillée sur l'utilisation des images satellites ainsi que Mathilde Montperrus, David Amouroux, Damien Dailloux , Stefani Novoa et tous ceux avec qui j'ai pu partager de beaux
moments en mer et quelques bières!
Passons maintenant au laboratoire EPOC. Pour commencer, le petit Domi!! Ah là là, que
cela va me manquer tes petites boutades du matin (toujours fines et subtiles), plus
particulièrement sur mon léger excès de cigarette et sur ma délicate voix de «Roger le
Camionneur» !! Tu es quelqu'un d'adorable, merci de m'avoir écoutée quand j'en avais gros
sur la patate et pour ton grand sourire qui fait du bien au moral! Et viva «la vaca libre»!. Un
grand merci également à Bruno Malaizé (une touche de douceur dans ce monde de brutes), à
Nadia Sénéchal, Aldo Sottolochio, Frédérique Eynaud, Sébastien Zaragosi, Jacques
Giraudeau, Pierre Anschutz, le fameux «comité des fêtes» (Gérard, Bernard et Joël),
Kathy, Jean-Michel Escalier et tous ceux que j'oublie!

Cette thèse aura avant tout été une belle expérience humaine et je tiens à remercier de tout
mon cœur mes amis et ma famille.
Et pour commencer, une dédicace toute particulière aux membres du Bureau Caraïbes, alias
«Rafoufou et les Rafoufounettes», pour les beaux moments partagés au cours de ces trois
ans de cohabitation (avant que Raf ne nous abandonne lâchement!) Difficile de résumer en
quelques mots tout ce qu'on a pu vivre ensemble : galères/délires/dérives
alcooliques...Aurélia, tu es quelqu'un de formidable avec un cœur gros comme ÇA, et plus
encore! (prend bien garde à ton genou!), Aurélie, perchée la haut sur ta planète (en
compagnie des extraterrestres, d'Antoine et de la jolie petite Irène), tu veilles sur nous avec ta
grande sagesse et ton extrême gentillesse, et Rafoufou, tes blagues décalées et ton petit côté
maladroit font tout ton charme : ne change surtout pas! Vous avez toujours été là pour moi
dans les bons et les mauvais moments, dans les fêtes (nombreuses) et les fous rires! Vous êtes
(ainsi que Marilou et Francky!) de Vrais amis et pour longtemps, j'en suis persuadée! Merci
pour tout et belle route à vous 3!
Il y a aussi la petite Elo qui m'a recueillie telle un oisillon tombé du nid lors de mon arrivée
à Brest! Je ne saurais te remercier assez pour tout ce que tu as fait pour moi ces derniers mois
et également pour toutes les conversations, tout le soutien et tous les beaux moments... Notre
aventure se poursuit en Bretagne miss MarcheZ et ça va envoyer du lourd dans les pubs de
Brest!!! Des énormes bisous également au ptit Nico touffe (la seule personne qui convertisse
les prix en équivalent «pinte» et un vrai bon copain comme je les aime!! Merci également
pour ton aide avec Matlab [faut quand même avoir un pète pour aimer le code!]), à Delphine
(notre fée des temps modernes), à la bande des Castors Juniors : Marion (j'ai toute
confiance en toi, tu vas tout déchirer!!), Loïc (t'es vraiment top comme mec, surtout ne
change pas!) et François (mini morveux qui me fais bien marrer! A bientôt sur Brest!). Je
pense aussi très fort à Romain (alias Mister Chachagne, artiste mystique aux sens sur-
développés qui manie l'appareil photo telle une baguette magique et repousse les assaillants à
coup de chaussette à 3 pieds de Nimpo Taijitsu!), Émilie (je suis réellement contente d'avoir appris à te connaitre! Courage pour la suite), Sam et Marine (Sami le roi du dance-floor et la
Joconde!), Virginie (profites bien de ta liberté!), Matthieu (félicitations!), Florian (et son
fameux vin de pissenlit!), Florent (grand cœur breton), Anna, Jo, la petite Aurélie, Pierre,
Samuel et tous les petits nouveaux.
Un énorme merci aux «anciens» et plus particulièrement à Vincent Marieu (pour ton aide
précieuse sous Matlab [je n'y serais jamais arrivée sans toi], pour tes conseils, pour le temps
que tu as passé à me remonter le moral et puis surtout parce que tu es drôle, gentil et que tu
me fais vraiment marrer! Biz à toi et à ta petite famille), Manue (un grand cœur passionné et
toujours là pour les autres. Tu es quelqu'un de très attachant avec tes histoires de piaf, de
canoë et je peux te dire qu'il n'y en a pas 2 comme toi! Pleins de belles choses pour la suite),
Bruno (Merci pour tout et Viva la familla Castelle! A bientôt j'espère!) et aussi Aurélie,
Vincent Hanquiez, Sylvain ... Une pensée également aux anciens du Master Envohl et de la
fac, compagnons de délires et de fêtes : Momo (tes sorties de cours en rampant, ta joyeuse
folie, tes histoires abracadabrantes...), Marie et Seb (le couple le plus écolo-rigolo de la
Bretagne!), ma ptite Natou (qui me manque beaucoup...), Aurélie (Morue), Laurène (vive
Soulac et le Dahu des sables), Mayi, Nico Chat, Yannou et Didinne (+ Diego : vive la
Bretagne!), Marie la Barcelonaise, Toutoune, Clément et tous les autres...
J'ai également eu la chance de grandir avec une sacrée bande de copains et je voudrais leur
dire à tous un énorme merci, en espérant que l'on puisse se voir plus souvent dans les années à
venir. Un énorme bisou à ma Clémouille (alias «mon Chamallow qui fond au soleil!»),
Laurie (mon aventurière préférée! J'attends de te revoir avec impatience pour combattre de
nouveau le terrible Dinosaure) ainsi qu'à la bande des joyeux Soulacais (ou Saoûl-acais) et
plus particulièrement Doud et Milou et ma cousine Sandra (déjà près de 25 ans... du château
de sable à la vie adulte...), et Mehdinou et Nadia (Je vous revois tout petits!). Ah... la mer, les
crêpes à Judici, la glandouille sur la plage, les parties de Beatch-Volley et les Vodka-
Tagada...Soulac, c'est toute une partie de moi et vous aussi!
Enfin, je terminerai par ma famille qui a toujours été pour moi une source d'équilibre et de
bonheur. Un énorme merci à mes parents (Pepette ou maitre Togué et Ninie), pour m'avoir
permis de grandir dans un milieu simple et stable et pour m'avoir toujours soutenue, aidée,
supportée (non, je ne suis pas bordélique, je suis même très organisée!) dans toutes les
situations et à tout moment. Merci à ma sœur (Natou) et à sa petite famille (Nico [ou Gros
Boubou], Thibault [ou Titounet, le plus mignon de tous les petits bonshommes] et la petite
Chloé [ou Titounette la crevette]. Merci à mes tontons Michdule (le poisson qui fait des
Bulles) et Bernard (+ Françoise et toute la famille), à mes mamies Charlotte (86 ans et le
caractère et la forme d'une jeune fille!) et Simone ainsi qu'à la famille de Juju, qui m'accueille
comme leur fille, depuis le début.
Juju, tu partage ma vie depuis 5 ans déjà... Sans toi je n'y serai jamais arrivée, tu le sais...
Merci d'être ce que tu es, entier et sincère, et merci de faire de ma vie une belle aventure, qui
je l'espère durera longtemps, en Australie, en France ou ailleurs! CMJ Et comme le dit le célèbre dicton Médocain :





Alors, bon vent à tous et à bientôt !!



A mon papy Peyo SOMMAIRE
SOMMAIRE .............................................................................................................................. 1
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX .................................................................................. 9
INTRODUCTION .................................................................................................................. 19
PROBLEMATIQUES ET MOTIVATIONS ..................................................................... 20
OBJECTIFS ET ORGANISATION DU MEMOIRE ........................................................ 28
ère1 PARTIE: CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL ET SCIENTIFIQUE DE
L’ETUDE ................................................................................................................................ 31
CHAPITRE I : CARACTERISTIQUES GENERALES DU GOLFE DE GASCOGNE
ET DE LA ZONE D’ETUDE ................................................................................................ 32
1. CARACTERISTIQUES GEOGRAPHIQUES ET PHYSIOGRAPHIQUES.... 32
1.1. Le Golfe de Gascogne ........................................................................................ 32
1.2. L’estuaire de l’Adour et sa zone côtière ............................................................. 33
2. CARACTERISTIQUES HYDRODYNAMIQUES DU GOLFE DE
GASCOGNE…….. .................................................................................................................. 35
2.1. Masses d’eau modales ........................................................................................ 35
2.2. Le Golfe de Gascogne dans l’Atlantique Nord .................................................. 36
2.3. Circulation générale dans le Golfe de Gascogne ............................................... 37
2.3.1. Plaine abyssale ................................................................................................... 37
2.3.2. Talus continental ................................................................................................ 37
2.3.3. Plateau continental ............................................................................................. 39
2.3.3.1. Les courants de marée ........................................................................................ 39
2.3.3.2. Les courants liés au vent .................................................................................... 39
2.3.3.3. Les courants de densité ...................................................................................... 40
3. FORÇAGES ET CIRCULATION SUR LE PLATEAU CONTINENTAL
BASQUE………… .................................................................................................................. 40
3.1. Marées et courants induits .................................................................................. 40
3.1.1. Caractéristiques de la marée ............................................................................... 40
3.1.2. Circulation induite par la marée ......................................................................... 41
3.2. Vent et courants induits ...................................................................................... 41
3.2.1. Caractéristiques du vent ..................................................................................... 41
3.2.2. Circulation induite par le vent ............................................................................ 42
3.3. Le panache côtier de l’Adour ............................................................................. 43
3.3.1. Rappels théoriques sur les panaches de rivière .................................................. 43
3.3.1.1. Processus contrôlant l’expulsion des eaux de rivière dans le milieu marin ....... 43
3.3.1.2. Comportement en profondeur au niveau du plateau continental ........................ 44
3.3.1.3. Dynamique des panaches de rivière ................................................................... 44
3.3.2. L’Adour et son panache côtier ........................................................................... 46
3.3.2.1. Débit à l’embouchure de l’Adour ....................................................................... 46
3.3.2.2. Flux de matières particulaires et dissoutes transférés aux eaux marines ........... 46
3.3.2.3. Fronts verticaux et horizontaux de salinité ........................................................ 48
1 3.3.2.3.1.Intrusion saline au sein de l’estuaire ................................................................. 48
3.3.2.3.2.Front de salinité dans la zone côtière ................................................................ 50
3.3.2.4. Dynamique du panache de l’Adour .................................................................... 50
3.3.2.4.1.Zone d’influence du panache ............................................................................. 51
3.3.2.4.2.Influence du débit ............................................................................................... 52
3.3.2.4.3.Influence du vent ................................................................................................ 52
3.3.2.4.4.Influence de la marée ......................................................................................... 54
CHAPITRE II: TELEDETECTION OPTIQUE DANS LE VISIBLE ET LE PROCHE
INFRAROUGE – APPLICATION AU SUIVI DES PANACHES CÔTIERS ................. 55
1. PRINCIPES DE BASE DE LA TELEDETECTION PASSIVE ....................... 55
1.1. Trajet d’un rayonnement lumineux .................................................................... 55
1.2. Substances optiquement actives et effet du fond ............................................... 58
1.2.1. Le phytoplancton ................................................................................................ 58
1.2.2. Les matières minérales en suspension (MSM) ................................................... 59
1.2.3. Les matières organiques dissoutes colorées (MODC) ou substances jaunes ..... 59
1.2.4. Effet du fond ....................................................................................................... 59
2. QUANTITES SPECTRORADIOMETRIQUES ............................................... 60
2.1. La luminance ...................................................................................................... 61
2.2. L’éclairement ..................................................................................................... 62
3. PROPRIETES OPTIQUES INHERENTES ET APPARENTES DE L’EAU DE
MER……………. .................................................................................................................... 63
3.1. Propriétés optiques inhérentes des eaux naturelles ............................................ 64
3.2. Propriétés optiques apparentes des eaux naturelles ............................................ 68
4. CLASSIFICATION DES EAUX OCEANIQUES ............................................ 69
5. CAPTEURS SATELLITES DANS LE VISIBLE ET LE PIR .......................... 71
6. CORRECTIONS ATMOSPHERIQUES DANS LES EAUX DU CAS 1 ET DU
CAS 2…………… ................................................................................................................... 73
7. LES DIFFERENTES APPROCHES POUR L’INTERPRETATION DE LA
COULEUR DE L’EAU ............................................................................................................ 74
7.1. Approche semi-analytique .................................................................................. 75
7.1.1. Réflectance et IOPs ............................................................................................ 75
7.1.1.1. Réflectance d’éclairement et IOPs ..................................................................... 75
7.1.1.2. Réflectance de télédétection (Rrs()) et IOPs .................................................... 76
7.1.2. Paramétrisation des coefficients d’absorption et de rétrodiffusion .................... 77
7.1.2.1. Eau de mer pure .................................................................................................. 77
7.1.2.1.1.Coefficient d’absorption : a () ......................................................................... 77w
7.1.2.1.2.Coefficient de diffusion et de rétrodiffusion: b () et b w() ............................ 78w b
7.1.2.2. Matières organiques dissoutes colorées ............................................................. 79
7.1.2.2.1.Coefficient d’absorption a () ............................................................................ 79y
7.1.2.3. Phytoplancton ..................................................................................................... 80
7.1.2.3.1.Coefficient d’absorption en fonction de la concentration: a () ...................... 81ph
7.1.2.3.2.Coefficient de rétrodiffusion b () ................................................................... 82bph
7.1.2.4. Matières minérales en suspension ...................................................................... 83
7.1.2.4.1.Coefficient d’absorption : a () .......................................................................... 83s
7.1.2.4.2.Coefficient de rétrodiffusion : b () .................................................................. 84bs
7.1.2.5. Exemple d’une approche semi-empirique opérationnelle .................................. 85
2 7.2. Approche empirique ........................................................................................... 86
7.2.1. Matières minérales en suspension ...................................................................... 86
7.2.2. Transparence de l’eau : coefficient d’atténuation diffuse et turbidité ................ 88
7.2.3. Phytoplancton ..................................................................................................... 89
7.2.4. MODC ................................................................................................................ 93
7.3. Avantages et inconvénients des deux méthodes ................................................ 95
7.3.1. Approche semi-empirique .................................................................................. 95
7.3.2. Approche empirique ........................................................................................... 95
8. APPLICATION DE LA TELEDETECTION PASSIVE A L’ETUDE DES
PANACHES CÔTIERS ........................................................................................................... 96
eme2 PARTIE : METHODOLOGIE ET MATERIEL MIS EN OEUVRE ....................... 99
CHAPITRE I : METHODOLOGIE DEVELOPPEE ...................................................... 100
1. APPROCHE CHOISIE ET CAPTEURS SATELLITES SELECTIONNES
POUR NOTRE ETUDE ......................................................................................................... 100
1.1. Approche choisie .............................................................................................. 100
1.2. Sélection des capteurs satellites ....................................................................... 100
1.2.1. Critères de choix ............................................................................................... 100
1.2.2. Capteurs satellites sélectionnés ........................................................................ 101
1.2.2.1. Le capteur MODIS ........................................................................................... 101
1.2.2.2. Le capteur SPOT .............................................................................................. 105
2. DESCRIPTION DE LA METHODOLOGIE .................................................. 106
2.1. Compilation de données hydroclimatiques et satellites ................................... 106
2.2. Mesures en mer : création d’une base de données optiques et géochimiques
mesurées in-situ… .................................................................................................................. 106
2.3. Développement des algorithmes empiriques .................................................... 107
2.4. Calibration d’images satellites et validation des algorithmes mis en place ..... 109
2.5. Automatisation de la méthode : cartographies à grande échelle temporelle .... 110
2.6. Automatisation de la méthode : indices caractérisant le panache .................... 110
CHAPITRE II: DONNEES, MATERIELS ET TECHNIQUES EMPLOYES....... 112
1. COMPILATION DES DONNEES HYDROCLIMATIQUES ET
SATELLITES……………………………………………………………………………… 112
1.1. Données hydroclimatiques ............................................................................... 112
1.1.1. Débit à l’embouchure de l’Adour ..................................................................... 112
1.1.2. Caractéristiques du vent ................................................................................... 113
1.1.3. Caractéristiques de la marée ............................................................................. 115
1.2. Cartes de matières minérales en suspension fournies par l’IFREMER ........... 116
2. MESURES EN MER : CREATION D’UNE BASE DE DONNEES OPTIQUES
ET GEOCHIMIQUES MESUREES IN-SITU ...................................................................... 117
2.1. Matériel, protocoles et traitements ................................................................... 117
2.1.1. Bouteille de prélèvement, sondes et filtration .................................................. 117
2.1.2. Spectroradiomètre et mini-catamaran .............................................................. 119
2.1.3. Mesures CTD ................................................................................................... 121
3