Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bilan économique 2004 - Agriculture : une année satisfaisante

De
2 pages
Après la sécheresse de 2003, l'année 2004 a retrouvé les conditions climatiques habituelles dans la région. Pour toutes les cultures, les rendements sont supérieurs à la moyenne des cinq dernières années. Les exportations de Champagne continuent leur progression et dépassent les 300 millions de bouteilles. Les résultats de l'année 2004 sont appréciés par rapport à la moyenne 1999-2003 car les conditions exceptionnelles de 2003 avaient fait chuter les rendements.
Voir plus Voir moins
6
près la sécheresse de 2003, l'année 2004 a retrouvé les conditions climati-lLdeeatexesdpm2réoo0étpr0syaa3uetslnistAaoanetvnenastsi1dled9enees9t9l3fCaa0n2hit0n0ac0émmh3epiulc2latiea0ogrrn0nlle4ssseesdcocreoonentbntnoiddaunieptutmpieeroinelénltncestislseée..xsucrpeapprrtioarogrnpenpseoslriltons ques habituelles dans la région. Pour toutes les cultures, les rendements sont supérieurs à la moyenne des cinq dernières années. Les
Céréales : très bons rendements
En 2004, les surfaces en céréales progressent de 2% et le rendement régional moyen de 9% par rapport à la moyenne 1999-2003. Les ensemencements se sont dérou-lés dans de bonnes conditions et la levée a été excellente. La moisson des céréales d'hiver a retrouvé en 2004 un ca-lendrier normal : la récolte d'orge et d'escourgeon s'est achevée vers le 10 juillet et celle de blé au 15 août. La sur-face en blé d'hiver a augmenté de 3% et le rendement a progressé de 12% par rapport à 1999-2003. Pour l'orge et l'escourgeon d'hiver, le rendement s'est situé sept quin-taux au-dessus de la moyenne descinq années précéden-tes. Contrairement à 2003, une importante partie de la récolte d'orge a été dirigée vers le secteur de la malterie du fait d'un taux de protéines adéquat. En 2004, les surfaces en orge de printemps se maitiennent. En 2003, elle avait connu une forte augmentation de 43 000 hectares due à la nécessité de réensemencer en cul-ture de printemps après le gel hivernal. Les surfaces en maïs grain ont progressé cette année de 14% et il n'y a pas eu comme en 2003 de transfert vers le maïs fourrage.
INSEE DOSSIER ChampagneArdenne n°19
Après une progression exceptionnelle à la fin de l'année 2003, les cours des céréales ont baissé dès le début de l'année 2004. Les cours moyens du blé et de l'orge ont res-pectivement reculé de 13/ tonneet de 21d/tonne. Ce flé-chissement est dû à la baisse de la demande intérieure et des marchés extérieurs. Du fait des bonnes conditions climatiques, le rendement du colza d'hiver est en hausse de 19% par rapport à 1999-2003. Les surfaces en colza de printemps reviennent à leur niveau habituel après une multiplication par quatre en 2003, dûe aux gels hivernaux. Les superficies consa-crées au colza non alimentaire (destiné essentiellement à la production de diester) ont fortement diminué, passant de 43 000 ha en 2003 à 39 140 ha en 2004. Cette culture peut être ensemencée sur des terres déclarées en jachère : le taux de jachère est passé de 10% à 5% en 2004, ce qui explique cette baisse. La culture du tournesol poursuit sa progression et aug-mente son emblavement dans la région. Pour les protéagi-neux, les surfaces cultivées sont stables et les rendements sont à la hausse.
Betteraves : Les planteurs inquiets de la réforme de la PAC
La campagne betteravière s'est déroulée de mi-septembre à mi-décembre. Les conditions climatiques ont permis une bonne richesse en sucre. Les rendements sont restés supé-rieurs à la moyenne descinq dernières années. Mais ces bons résultats ne suffisent pas à dissiper l'inquiétude des planteurs devant les projets de réforme de la politique agri-cole commune : le projet prévoit de réduire d'un tiers sur trois ans le prix de la tonne de sucre. Les quotas seraient réduits de 2,8 millions de tonnes sur quatre ans pour at-teindre 14,6 millions de tonnes en 2008-2009. Cela de-vrait permettre de concentrer cette production dans les régions naturelles, essentiellement en France, Allemagne et Pologne. Les surfaces de pommes de terre destinées à la féculerie augmentent de 8% et les rendements progressent de 7% par rapport à la moyenne. La richesse en fécule est supé-rieure à 20%, grâce à l'ensoleillement du mois d'octobre.