Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95ACTIVITÉS
75 75
25 25
5 5
0 0Chute de la production viticole
viticulture, la valeur de la production la production de blé a diminué trèsEn 2003,
est stable par rapport à 2002, la nette fortement (-27 %).les conditions climatiques
remontée des prix compensant la
défavorables,
baisse des volumes. Ce phénomène Heureusement, la situation est en
notamment l’exceptionnelle de compensation a d’ailleurs égale- général bien plus favorable pour les
sécheresse de l’été, ment joué au niveau national, où le ré- autres cultures. C’est en particulier
sultat n’est qu’en léger repli, seul le le cas pour le maïs. La diminutionont occasionné d’importantes
revenu des viticulteurs d’appellation de la récolte n’en est pas moins im-pertes de récolte.
diminuant nettement. portante (-19 %), et le rendement
La production viticole
de maïs perd 15 quintaux à l’hec-
a été très réduite (-18 %). tare par rapport à la moyenne desFaibles récoltes,
Cette chute des volumes cinq dernières années. La situationmais forte hausse des prix
varie d’ailleurs beaucoup suivantn’est pas propre à la viticulture,
Toutes les récoltes ont fortement que les parcelles ont été irriguéesmais, contrairement au vin,
ou non, l’irrigation permettant d’évi-diminué en 2003 en raison des ge-les autres produits végétaux
ter des pertes de récolte significati-lées d’avril, de la sécheresse et de
ont bénéficié de fortes la canicule estivales. Il faut remon- ves, alors qu’au contraire, certains
hausses de prix, ter loin en arrière pour trouver des maïs non irrigués ont séché sur
rendements aussi bas. En particu- pied. Par ailleurs, pour pallier le dé-qui ont compensé
lier, la récolte de blé a chuté de ficit de fourrage des élevages, envi-la faiblesse des récoltes.
34 %, sous l’effet conjugué d’un re- ron 6 % des surfaces de maïs, ini-
cul important des surfaces (-15 %) tialement prévues pour le grain, ont
et d’un très faible rendement. Ce été converties en maïs fourrage.
’agriculture alsacienne, for- dernier n’est plus que de 57 quin- Mais, dans ce contexte de pénurie,
le prix du maïs progresse fortementL tement tributaire de la viticul- taux par hectare, soit 17 quintaux
(+23 %), ce qui permet de compen-ture pour son revenu, a pâti en 2003 de moins qu’en 2002. C’est le ren-
ser la chute des volumes.du net fléchissement de la produc- dement le plus bas depuis quinze
tion de vins. Le recul du résultat agri- ans. Si le prix du blé, soutenu par
cole est très marqué (-13 %). En l’offre limitée, a augmenté de 11 %, Certaines productions augmen-
réalité, cette baisse ne concerne il est loin de pouvoir contrebalancer tent même en valeur. Il en est ainsi
que les exploitations viticoles. Hors le recul des quantités : la valeur de pour les fruits et les légumes, dont
la fermeté des prix, en hausse res-
pectivement de +15 % et de +11 %,
Baisse du revenu de l'agriculture alsacienne en 2003 a été plus que suffisante pour com-
Évolution du résultat agricole par actif (en termes réels) penser des baisses de volumes li-
160
mitées à 10 % et 6 %. Mais laIndices 1990 = 100
hausse la plus spectaculaire vient
Alsace
140 des pommes de terre, dont les
prix ont progressé de 80 %. Cette
flambée des prix a assuré une forte120
progression de la valeur de la pro-
100 France métropolitaine 100
duction (+44 %).
100
95 95
75 75
80
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
25 2518
5 5
0 0Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 6 · L'année économique et sociale 2003 · juillet 2004
1ACTIVITES bis.ps
R:\Publications\BILAN\ACTIVITES.vp
mercredi 7 juillet 2004 15:08:13
Source : comptes de l'agricultureProfil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95ACTIVITÉS
75 75
25 25
5 5
0 0
Au total, la valeur des productions pour tous les cépages, avec des rai- d’élevage. Les éleveurs ont, en ef-
végétales, hors viticulture, se main- sins très riches en sucre. fet, dû faire face à un important défi-
tient à son niveau de l’année précé- cit fourrager. Mais les coûts
dente. Cette stabilité s’est accom- Mais les cours des vins obéissant supplémentaires qui en ont résulté
pagnée d’une réduction des princi- à d’autres lois que ceux des autres en achats d’aliments ont pu être
paux coûts de production pour les produits agricoles, il n’y a pas eu de plus réduits en Alsace que dans
cultures (-6 %). La diminution des flambée des prix. Bien plus, ils ont d’autres régions. Pour une bonne
achats de produits phytosanitaires même été globalement orientés à la part d’entre eux, les éleveurs ont
et d’engrais est particulièrement baisse, ce qui ne s’était pas produit converti une partie de leurs surfa-
forte (-10 %). La succession d’inci- depuis 1994. Cette diminution des ces de maïs grain en maïs fourrage.
dents climatiques tout au long de cours est restée limitée (-1 %) et re- Ceux de la montagne, qui n’avaient
l’année a limité les besoins de joint la tendance à la baisse ou à la pas cette possibilité, ont acheté en
traitement. stagnation, observée ces dernières plaine du maïs initialement prévu
années pour la plupart des prix des pour le grain et l’ont ensilé, rédui-
vins d’appellation.Pour ces raisons, sant au minimum les coûts deLa plus faible récolte de vins
la réduction du revenu de la viticul- transport.De plus, un important dis-depuis 1985
ture alsacienne est très nette en positif d’aides exceptionnelles a été
Comme les autres cultures, la viti- 2003, après sept années de hausse mis en place pour permettre aux
culture a souffert des conditions cli- ininterrompue. Ce recul n’est d’ail- éleveurs de pourvoir à ces dépen-
leurs pas propre à l’Alsace ; tous les ses supplémentaires. Les élevagesmatiques exceptionnelles en 2003.
vignobles ont été affectés en 2003 bovins ont bénéficié en outre d’uneLes gelées printanières et quelques
orages de grêle, en été, ont causé par les calamités, et le repli de la nouvelle hausse (+5 %) des prix de
des dégâts dans certains secteurs. production est général. Pour l’en- la viande, après celle de 10 % en
Mais surtout, la canicule et la sé- semble de la viticulture d’appellation, 2002. À l’inverse, le prix du lait est
cheresse ont produit un millésime la baisse du résultat est estimée à toujours mal orienté : il a diminué de
très précoce, mais très peu abon- 32 %. 1 %, après avoir baissé de 3 %
dant. Le volume de récolte dépasse l’année précédente.
tout juste le million d’hectolitres, et Hausse des cours des bovins,
est en baisse de 18 % par rapport à mais baisse du prix du lait
la moyenne des années précéden- Jean VAUTRIN
tes. C’est la plus faible récolte de La sécheresse et les fortes cha- Service régional
vins d’Alsace depuis 1985. En re- leurs ont eu aussi des conséquen- de Statistique agricole
vanche, le millésime est de qualité ces négatives pour les exploitations
Forte baisse de la valeur des productions viticoles
Évolution 2002-2003 (en %)
Alsace France métropolitaine
Volume Prix Valeur Volume Prix Valeur
Production (hors subventions) -12,5 6,3 -7,0 -8,7 7,6 -1,8
dont : Maïs -18,7 23,3 0,3 -27,6 27,0 -8,1
Vins d’appellation d’origine -18,0 -1,1 -19,0 -17,2 0,6 -16,7
Lait 0,7 -1,2 -0,5 -2,7 -0,9 -3,6
100 100
Subventions sur les produits /// /// -0,2 /// /// 0,6
95 Subventions d’exploitation 95/// /// 39,4 /// /// 35,6
Total des aides directes /// /// 6,3 /// /// 8,1
75 75
Résultat agricole par actif en termes réels /// /// -13,3 /// /// -1,2
25 2519
5 5
0 0Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 6 · L'année économique et sociale 2003 · juillet 2004
2ACTIVITES bis.ps
R:\Publications\BILAN\ACTIVITES.vp
mercredi 7 juillet 2004 15:08:20
Source : comptes de l’agriculture

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin