La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
Agriculture
Des récoltes abondantes mais des prix trop bas. Des cotations animales en hausse pour des effectifs en diminution
En 2004, les productions végétales bénéficient de rendements exceptionnels. Les marchés sont saturés par une production abondante et les prix chutent. Les productions animales connaissent une conjoncture meilleure avec des cours en nette amélioration pour les animaux de boucherie. Le marché du lait et des produits avicoles apparaît très déprimé.
ne bonne année pour les céréales. Les surfaces U Une production fruitière abondante en 2004 en céréales augmentent, les rendements explosent principalement celui du maïs. Alors qu'en 2003, le gel et Récolte de fruitsUnité : tonne la sécheresse avaient fortement amputé les productions végétales, les conditions climatiques sont très favorables2004 Evolution/Evolution 2003 moyenne/ aux céréales en 2004 et les récoltes sont abondantes et (en %)19992003 de qualité. La superficie ensemencée en céréales regagne en % du terrain et dépasse la moyenne des cinq dernières Abricot 91200 +11725 années de 2 %. Cerise 21000 +1105 Les rendements sont excellents. Le maïs bat des records Pêche 101100 +15211 avec un rendement moyen exceptionnel de 97q/ha. Le bléPoire 4719700 +132 Pomme 149100 +14834 tendre et l'orge affichent aussi d'excellents scores, Noix 12300 +16511 supérieurs à la moyenne quinquennale 19992003, mais restent légèrement en dessous des records établis en Source : Agreste  Statistique agricole annuelle provisoire 2004 2002. En conséquence, la récolte globale de céréales progresse de 64 % par rapport à celle catastrophique de enregistrées. En France, comme dans nombre de pays 2003. Comparée à la moyenne, la hausse atteint 11 %. de l'Union européenne, la moisson s'avère également Avec 2,5 millions de tonnes, elle se place au troisième abondante, voire excédentaire. Ces fortes disponibilités rang, après celles de 2002 et 1998, des récoltes jamais pèsent sur les cours et annulent le bénéfice espéré de cette importante récolte. Rappelons que l'année 2004 a été marquée par la prise en compte des récoltes Les rendements de céréales retrouvent d'excellents niveauxcéréalières des Pays d'Europe Centrale et Orientale et des premières difficultés rencontrées pour absorber les Unité : Evolution du rendement des céréales excédents de maïs hongrois et de blé polonais. En Rhône quintaux/ hectarede 1989 à 2004 Alpes, malgré une baisse de surfaces, la production 100 d'oléagineux augmente de 9 % suite à la hausse des 9 0Maïs grain rendements. Le rendement du colza frôle les sommets avec 32q/ha. 8 0 7 0Une récolte de fruits abondante … en manque de débouchés.Après la récolte 2003 très déficitaire, la 6 0 production de fruits d'été se redresse mais la Blé tendre 5 0commercialisation est difficile et les prix bas. Avec 91 200 tonnes, la productiond'abricots retrouve un bon Orge, escourgeon 4 0 niveau après la demirécolte de l'an dernier mais les cours 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 restent en deçà de ceux des années antérieures. En Source : Agreste  Statistique agricole annuelle provisoire 2004 44L’année économique et sociale 2004  Dossier n° 149
Agriculture
pêches, la récolte est correcte et de bonne qualité Une récolte satisfaisante gustative mais les conditions commerciales sont également médiocres à partir du mois d'août. Pour certains Récolte de vins (en millions d’hectolitres) producteurs, la situation est critique après plusieurs 19992003 2004 campagnes difficiles tant au plan économique que Total vinsTotal vins phytosanitaire. La récolte de poires est importante et de dont AOCdont AOC qualité. Par contre, le marché est morose et les prix sont bas. Pour les pommes, la production est abondante. Les fruits sont de bonne qualité et les calibres corrects. Le marché est meilleur que pour la poire. La récolte de noix reste fort modeste. La forte pluviométrie d'août est Rhône 3,20 3,15 Alpes responsable du faible remplissage des fruits mais les2,31 2,31 calibres sont bons. La commercialisation de la noix fraîche puis sèche est bien timide et les cours, eux aussi, sont plus bas que l'an dernier. 55,5 24,659,6 France27,1 La campagne légumière est mauvaise. La production Source : Agreste  Statistique agricole annuelle provisoire 2004 est abondante mais la demande est très faible. Une consommation freinée par un été maussade et la concurrence internationale pèsent sur les cours qui, mis des génisses de 8,3 %. Au niveau national, la hausse est à part la pomme de terre, sont bien inférieurs à 2003. La moins forte avec respectivement +6 et +4,3 %. Le prix du salade a été particulièrement touchée et un certain nombre veau de boucherie se maintient à un niveau élevé tout au de maraîchers se trouvent en difficultés en fin d'année. long de l'année. La moyenne annuelle est supérieure de La récolte régionale de vin est en hausse de 28 %% à 2003 et de 6,7 % à celle des années 19992003.sur 4,6 celle, exceptionnellement faible, de l'an dernier. Elle seFrance entière, elle progresse de 5 %. Cette hausse est situe dans la moyenne des cinq dernières années. Franceégalement stimulée à la fois par une production intérieure entière, elle est supérieure à la normale avec une hausseinsuffisante et une demande en recul, mais plus modérée. de 23 % par rapport au bas niveau de 2003. Les viticulteurs Le marché du porc se rétablit mais reste fragile. Les rhônalpins effectuantgénéralement des tris manuels sur cours sont soumis à d'incessantes variations tout au long les raisins affectés par le botrytis, la qualité finale est de l'année. Le cours moyen annuel augmente de 6,4 % satisfaisante.Le marché reste une très forte préoccupation. par rapport à 2003. Il reste en retrait de 2,5 % par rapport La mévente est due au manque de dynamisme du marché à la moyenne quinquennale. France entière, l'évolution est face à un niveau des stocks redevenu normal après la quasi similaire. petite vendange 2003.Les sorties de chais du millésime La cotation des ovins est en hausse de 4,6 % par rapport 2004 sont faibles suite à une consommation intérieure en à 2003 et 6,7 % par rapport à la moyenne des cinq baisse et une concurrence de plus en plus vive à l'export. Le marché est lourd et les cours stagnent. Suite à une année 2003 de pénurie, la production fourragère est très bonne. Les prairies connaissent Des cours bien orientés pour les animaux de boucherie d'excellents rendements. Foins et regains sont de très bonne qualité et, atout supplémentaire, la pâture s'estEvolution de la cotation des animaux de boucherie prolongée jusqu'à fin novembre. 6 2003 Les productions animales ont tendance, 5 moyenne19992003 contrairement aux végétales, à baisser en volume2004 et à augmenter en prix.Après trois années de crise, la 4 filière bovine se redresse malgré une baisse de la 3 consommation d'environ 2 % par rapport à l'an passé. Le déficit de production favorise la progression des cours à 2 l'exception de ceux des jeunes bovins. Le prix des femelles 1 se situe à un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis la fin de l'année 2000. Comparé à la moyenne des cinq dernières 0 années, le prix des vaches progresse de 10,5 %, celui Porc GénisseVache JeuneVeau Agneau bovin rosécouvert Source : OFIVALSNM L’année économique et sociale 2004  Dossier n° 14945
dernières années. Elle dépasse de 19 % le niveau moyen de 2000, année antérieure à l'épidémie de fièvre aphteuse au RoyaumeUni qui avait fortement et durablement désorganisé le marché européen de la viande ovine.
La production laitière recule de même que son prix. Les livraisons de lait, en baisse depuis le mois de mars, sont restées faibles durant tout l'été et n'ont redémarré significativement qu'en novembre. La livraison annuelle régionale atteint 14 millions d'hectolitres. Il faut remonter à 1999 pour trouver une livraison inférieure. Le taux de matière grasse est élevé et dépasse 40,50 grammes par litre. Le prix moyen régional payé au producteur s'élève en 2004 à 339 euros pour 1 000 litres contre 343 l'an passé. La fabrication de produits laitiers est moins dynamique qu'en 2003 : elle diminue de 3 % pour les yaourts et desserts et de 1,7 % pour les fromages. Dans le secteur avicole, le marché reste déprimé. Les cours sont relativement bas pour les produits standard ; ils sont meilleurs pour les produits de haut de gamme. La surproduction d'œufs sepoursuit e tles cours plongent.
46
Bernadette Josserand Direction régionale de l’Agriculture et de la forêt
Agriculture
Pour comprendre les résultats
Les cotations animales source : OFIVALsont exprimées en euro/kilo net, au stade " entréeabattoir " pour les bœufs, veaux, ovins  source SNM: en euro/kilo de carcasse pour les porcs.
Pour en savoir plus
zAgreste RhôneAlpesCoup d'œil n° 80  avril 2005  L'année agri cole 2004. zAgreste RhôneAlpes  La conjoncture du mois (mensuel). zAgreste Primeur n°156  décembre 2004  Les comptes prévi sionnels par catégorie d'exploitations pour 2004 : baisse du revenu moyen malgré de bonnes récoltes. zAgreste Numérique  Statistique agricole annuelle 1989 à 2001  séries révisées. Et aussi: zLe site Internet du SCEES : www.agreste.agriculture.gouv.fr rubrique résultats de travaux  Productions, cheptels, superficies et rendements 2004.
L’année économique et sociale 2004  Dossier n° 149