Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le résultat agricole stagne

De
3 pages
En 2000, l'augmentation du résultat agricole moyen par actif dans la région est modeste et se limite à 0,7% en termes réels. La valeur de la production est en hausse de 2,2%, en partie grâce à des rendements de maïs sans précédent. Les viticulteurs en revanche, ont freiné la production pour privilégier la qualité. La forte progression des charges d'exploitation (+3,3%) a pesé sur le résultat agricole. L'année aura été marquée aussi par la nouvelle crise de la vache folle qui a fortement touché les élevages en fin d'année et par l'application de l'agenda 2000, qui fixe les nouveaux objectifs de la Politique agricole commune.
Voir plus Voir moins

AGRICULTURE
Le résultat agricole stagne
des évolutions très positives, cette semble de la France, il n’en a pasEn 2000, l'augmentation
année la production viticole stagne été de même en Alsace où des prixdu résultat agricole moyen
principalement en raison d’une di- souvent orientés à la baisse n’ont
par actif dans la région
minution du volume. Hors viticul- pu annuler entièrement des rende-
est modeste et se limite à 0,7 % ture, la production agricole alsa- ments excellents.
en termes réels. cienne progresse de 3,1 %, en va-
leur, en 2000. Le taux de gel étant maintenu àLa valeur de la production
10 %, la surface globale en céréa-est en hausse de 2,2 %,
Les charges d’exploitation aug- les et en oléagineux est quasiment
en partie grâce à
mentent sensiblement (+3,3 %). La stable en Alsace avec 192 000 hec-
des rendements de maïs flambée des cours des produits pé- tares. Les parts respectives du blé
sans précédent. troliers et, dans une moindre me- et du maïs s’élèvent à 21 % et à
sure, la hausse des prix des ali- 72 %. Elles sont en légère progres-Les viticulteurs, en revanche,
ments pour animaux ont pesé sur sion au détriment de l’orge et, sur-ont freiné la production
les consommation intermédiaires. tout, du colza devenu moins attrac-
pour privilégier la qualité.
La progression du résultat agricole tif.
La forte progression des global est ainsi réduite à 1,2 %.
charges d’exploitation (+3,3 %) Les rendements des céréales,
a pesé sur le résultat agricole. ainsi que ceux des betteraves et duRendement record de maïs,
houblon, sont excellents. Une men-L’année aura été marquée mais prix en baisse sensible
tion particulière doit être faite pouraussi par la nouvelle crise
le maïs dont le rendement, déjà ex-Alors que la première année de
de la vache folle qui a mise en application de l’Agenda ceptionnel en 1999, progresse en-
fortement touché les élevages 2000 a eu des incidences contrai- core sensiblement en 2000, de
en fin d'année et par res sur le résultat des exploitations près de 7 points pour atteindre 110
de grandes cultures pour l’en- quintaux à l’hectare.l'application de l'Agenda 2000
qui fixe les nouveaux objectifs
de la Politique agricole
commune. Faible progression du résultat agricole par actif
200 000
En francs constants 2000
u niveau national, le compte
175 000Aprovisoire de l’agriculture fait Alsace
état, en 2000, d’une légère aug-
mentation du résultat agricole
150 000moyen par actif de 0,3 % en termes
réels. L’agriculture alsacienne fait
un peu mieux avec 0,7 %, mais la
125 000 Francecroissance qui était soutenue de-
puis 1996 s’est trouvée ralentie.
100 000
Alors que les années précéden-
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
tes, la viticulture donnait le ton avec
13
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Source : SCEES, comptes de l’AgricultureAGRICULTURE
Les productions céréalières bien orientées en Alsace
Alsace France
Variation (en %) Montant Variation (en %) Montant
(millions (millions
Volume Prix Valeur Volume Prix Valeurde francs) de francs)
0,6 1,2 1,8 6 792,4 -0,5 2,4 1,9 338 028,7Production (hors subventions)
dont : céréales 8,2 -5,4 2,3 1 246,6 2,8 -4,9 -2,2 44 989,8
vins AOC -1,9 2,1 0,2 2 954,3 -2,2 -0,7 -2,9 49 797,9
gros bovins -4,3 0,3 -4 275,7 0,9 -0,1 0,8 33 768,8
lait 1,8 2,8 4,6 661,2 0,6 2,5 3,2 49 006,9
Production (y. c. subventions) 0,6 1,6 2,2 7 365,1 -0,8 2,7 1,9 378 854,6
Consommations intermédiaires 0 3,8 3,8 2 554,8 -0,1 3,8 3,7 175 146,4
Valeur ajoutée brute 0,9 0,5 1,4 4 810,3 -1,4 1,7 0,3 203 708,2
À l'inverse, la situation est bien sur les viandes blanches en fin pas traduite par une baisse du ré-
moins favorable sur le front des d’année. Le redressement a été sultat chez les éleveurs bovins al-
prix. Le cours du maïs, en particu- beaucoup plus modéré pour l’éle- saciens. En effet, la crise est inter-
lier, diminue de 6,2 %. La progres- vage bovin, frappé par la grave venue après dix mois de conjonc-
sion de la production des exploita- crise de confiance vis-à-vis de la ture favorable. Après avoir été
tions de grandes cultures se trouve viande bovine à partir de la mi-oc- orientés à la baisse en 1999, les
ainsi ramenée en valeur à 1,8 %. tobre. Pourtant, la nouvelle crise de cours de la viande bovine s’étaient
Toutefois les producteurs ont béné- l’ESB de la fin de l’année ne s’est bien redressés depuis le début de
ficié d’une nette revalorisation du
montant de la prime sur les céréa-
les (+8,6 %), que ni la forte réduc-
Élevage bovin : 2000 cache 2001…tion de l’aide aux oléagineux, ni
même la réduction de 15 % du La forte diminution des abattages, et donc des livraisons de viande,
montant par hectare de l’aide à la n’a eu qu’un impact limité sur le niveau de la production bovine, car les
jachère n’ont pu totalement effacer. animaux non vendus font partie de la production de l’année et se re-
trouvent alors en stocks valorisés au prix moyen de l’année.De cette façon, le montant total des
aides versées aux exploitants aug-
De plus, la forte revalorisation des aides bovines (+27,1 %) dans le
mente de 2,2 % et participe ainsi à cadre de l’Agenda 2000 a été un autre élément favorable au maintien
la progression du résultat en gran- du résultat des élevages bovins. En comptant les subventions, leur
des cultures. production totale progresse, en valeur, de 2,6 % sur l’année.
Toutefois, ces bons résultats ne doivent pas masquer la réalité de laCrise en fin d’année
crise dont les effets ne pourront s’apprécier pleinement qu’en 2001.
dans l’élevage bovin En particulier, le prix moyen annuel des gros bovins devrait alors ac-
cuser une baisse sensible.
Les éleveurs, au contraire, ont
profité du redressement des prix Mais dès cette année, le décalage peut être grand entre le résultat et
la trésorerie des exploitations. Celle-ci s’est détériorée sensiblementdes productions animales. En par-
en raison de la chute des ventes de la fin de l’année, aggravée par leticulier, l’élevage hors sol a bénéfi-
fait qu’une grande partie des aides dues au titre de l’année 2000, et
cié de la sortie de la crise porcine donc enregistrées cette année, n’aura été versée en fait qu’en 2001.
et d’un report de la consommation
14
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Source : SCEES, Comptes de l'AgricultureAGRICULTURE
Les prix restent bien orientés et
Politique agricole commune : l’Agenda 2000 progressent de 2,1 %. Ils sont sou-
tenus par une demande forte,Dans le cadre de l’Agenda 2000, les nouveaux objectifs de la Politique
même si celle-ci a quelque peu fai-agricole commune mettent davantage l’accent qu’auparavant sur
l’ajustement des productions par les prix. Cela doit se traduire par une bli les quatre derniers mois de
baisse des prix d’intervention, compensée partiellement par un ac- l’année en comparaison avec la
croissement de certaines aides directes. période correspondante de l’année
précédente : le passage au nou-
Ce nouveau dispositif doit être mis en place progressivement dans les
veau millénaire n’a pas eu le mêmeannées à venir. Mais, dès 2000, un certain nombre de mesures ont été
effet entraînant que le passage àmises en œuvre. Parallèlement, la modulation des aides directes ver-
sées aux exploitants est entrée en application. Elle doit permettre de l’an 2000. Cette relative bonne
financer des actions spécifiques de développement rural et de protec- adéquation entre l’offre et la de-
tion de l’environnement. Mais cela n’a pas empêché le montant global mande contraste d’ailleurs avec la
des aides à la production d’augmenter de 7,5 %, grâce aux fortes reva-
situation sur le marché des autreslorisations des aides compensatoires pour les céréales et des aides
vins français d’appellation ; si l’onaux bovins. Contrairement à d’autres régions, la nette réduction de
l’aide aux oléagineux, qui doit être alignée progressivement sur les ai- excepte le champagne, une offre
des céréalières, a eu peu de conséquences en Alsace sur le niveau trop élevée a fait baisser les cours
des aides versées. (-2,1 %).
l’année et se plaçaient sur un Stagnation du revenu viticole
rythme de progression de 2à3% Jean VAUTRINaprès des années
en moyenne annuelle. L’effondre- Service régionalde croissance
ment des cours des deux derniers de statistique agricole
mois n’a fait que contrebalancer Dans la viticulture, la série de ré-
l’acquis de la plus grande partie de sultats largement positifs com-
l’année. Ainsi les prix moyens des mencée en 1996 s’est infléchie en
bovins en 2000 se maintiennent-ils 2000, où la production viticole alsa-
au niveau de 1999. D’autre part, la cienne ne fait que se maintenir en
forte revalorisation des aides à la valeur à son niveau de 1999
production bovine a eu des effets (+0,2 %). Toutefois la récolte 2000
bénéfiques sur l’évolution du résul- s’inscrit par sa qualité parmi les
tat en élevage bovin. meilleures de ces dernières an-
nées. Les viticulteurs ont choisi de
De leur côté, les élevages laitiers, privilégier la qualité en instituant de
également affectés par la crise, ont nouvelles règles de limitation de
bénéficié d’une hausse sensible du production par cépage. De nouvel-
prix du lait (+2,8 %), grâce à des les normes de production sont en-
accords interprofessionnels favo- trées en vigueur pour l’AOC Alsace
Grand Cru, après celles concer-rables. Dans le même temps, la
nant l’AOC Alsace en 1999. Le vo-collecte laitière augmentait de
lume de la récolte diminue donc de1,8 %. La production laitière aug-
mente ainsi en valeur de 4,6 %. 1,9 % en 2000.
15
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin