Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pêche - Aquaculture

De
2 pages
Pêche - Aquaculture17.3 La France est au quatrième rang de l’Union comme occasionnels et correspondent à une européenne avec près de 10 % des captures de durée d’embarquement de moins de trois mois. pêche communautaires. Premier et presque Près des deux tiers des marins sont employés seul producteur d’huîtres dans l’Union euro- pour la « petite pêche », c’est-à-dire quand les péenne, la France est le second producteur en navires ne s’absentent pas plus de 24 heures aquaculture après l’Espagne. du port ; 21 % d’entre eux sont dans le secteur de la conchyliculture. En 2008, le chiffre d’affaire des pêches maritimes françaises s’élève à 1,1 milliard La flotte française compte 7 389 navires d’euros dont 1,0 milliard en France métropoli- actifs fin 2008 dont 4 979 sont immatriculés taine. Après une période de progression, la en métropole et 2 410 dans les DOM. La plus valeur des ventes métropolitaines marque le grande partie de ces navires ont moins de pas depuis 2004. Elle est en net recul par 10 mètres. De 1995 à fin 2008, le nombre de rapport à 2007 car la faible hausse du prix navires métropolitains a diminué de 24 %. moyen n’a pas permis de compenser la diminu- tion des débarquements. En valeur, la baudroie, Plus des trois quarts des pêches des flottilles le thon, la sole, la coquille Saint-Jacques, la métropolitaines sont réalisées dans l’Atlan- langoustine, le merlu et le bar représentent les tique Nord-Est, dont les eaux bordent les côtes principales ventes.
Voir plus Voir moins
17.3Pêche  Aquaculture
Lcomme occasionnels et correspondent à unea France est au quatrième rang de l’Union européenne avec près de 10 % descaptures dedurée d’embarquement de moins de trois mois. pêchecommunautaires. Premier et presquePrès des deux tiers des marins sont employés seul producteur d’huîtres dans l’Union europour la « petite pêche », c’estàdire quand les péenne, la France est le second producteur ennavires ne s’absentent pas plus de 24 heures aquacultureaprès l’Espagne.du port ; 21 % d’entre eux sont dans le secteur de la conchyliculture. En 2008, le chiffre d’affaire des pêches maritimes françaises s’élève à 1,1 milliard La flotte française compte 7389 navires d’euros dont 1,0 milliard en France métropoli actifs fin 2008 dont 4 979 sont immatriculés taine. Après une période de progression, la en métropole et 2 410 dans les DOM. La plus valeur des ventes métropolitaines marque le grande partie de ces navires ont moins de pas depuis 2004. Elle est en net recul par 10 mètres. De 1995 à fin 2008, le nombre de rapport à 2007 car la faible hausse du prix navires métropolitains a diminué de 24 %. moyen n’a pas permis de compenser la diminu tion des débarquements. En valeur, la baudroie, Plus des trois quarts des pêches des flottilles le thon, la sole, la coquille SaintJacques, la métropolitaines sont réalisées dans l’Atlan langoustine, le merlu et le bar représentent les tique NordEst, dont les eaux bordent les côtes principales ventes. de l’Union européenne. Les deux tiers des dé barquements des navires métropolitains sont Globalement, le solde des échanges exté réalisés dans les ports français, majoritaire rieurs est en déficit de 2,6 milliards d’euros en ment localisés en Bretagne, en NordPasde 2008. Après les années 2005 et 2006 Calais et en BasseNormandie. Plus de 30% marquées par une forte hausse, le prix moyen des débarquements ont lieu dans un port d’un à l’importation des produits de la pêche est autre État membre de l’Union européenne ou resté stable en 2008 comme en 2007. Toutefois d’un pays tiers. le volume et la valeur des importations de chaque groupe d’espèces (poissons, crustacés, Dans le monde, les pêches de capture et coquillages,…) excèdent toujours ceux des l’aquaculture ont produit en 2008 environ exportations. 142 millions de tonnes de poissons, dont En 2008, plus de 24500 marins ont été37 %pour l’aquaculture. La Chine reste de employés sur des navires français. Le tempsloin le plus gros producteur avec uneproduc d’embarquement total est très variable, lestion halieutiquedéclarée de 47,5 millions de trois quarts de l’emploi correspondent à unetonnes en 2008 (14,8 et 32,7 millions de durée totale d’embarquement de six mois outonnes provenant respectivement des pêches plus et 15% des emplois sont considérésde capture et de l’aquaculture).Définitions Aquaculture :activité regroupant la pisciculture (élevage de poisson) marine et continentale, la conchyliculture (élevage de coquillages marins tels que huîtres, moules, palourdes, etc.) ainsi que l’élevage de crustacés. Captures :ensemble des débarquements des produits de la pêche (poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer) exprimés en poids vif ; en sont exclus les rejets en mer. Pisciculture :élevage de poissons. On distingue pisciculture marine ou continentale. Parfois, par extension, la pis ciculture désigne également l’élevage des crustacés. Production halieutique :exploitation des ressources vivantes aquatiques. Elle regroupe les différents modes d’ex ploitation et de gestion (pêche, aquaculture) des espèces vivantes (végétales ou animales) exercés dans tous les milieux aquatiques (mer et eau douce). Pêche, production des pêches maritimes :voir rubrique « définitions » en annexes.
Pour en savoir plus « Pêche et aquaculture, bilan annuel de production 2008 », FranceAgrimer, édition 2010. « Commerce extérieur des produits de la pêche et de l ’aquaculture, bilan annuel 2008 »,FranceAgrimer, édition 2010. « Les filières pêche et aquaculture en France »,les cahiers de FranceAgrimer, FranceAgrimer, avril 2010. « Statistiques sur la pêche – données 1995 à 2008 », Eurostat, février 2010. Retrouvez le TEF sur www.insee.fr, rubrique Publications et services\Collections nationales\Insee Références 162TEF, édition 2011
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin