La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
Agriculture
Sale temps pour les fruits et le vin en 2008
Les intempéries du printemps et de l'été perturbent les campagnes fruitière et viticole. La baisse des prix des céréales et des oléagineux n'est pas compensée par la bonne récolte. Le marché des bovins maigres reste sous la pression de la fièvre catarrhale ovine. Celui des bovins finis se maintient. Prix et volume du lait augmentent fortement mais la tendance s'inverse au dernier trimestre.
n 2008, gel, pluie, orage, grêle et vent mettent à E La production de vin en chute libre mal les productions fruitières, à l'exception de la pomme. La qualité des fruits s'en ressent et en Millions Évolution de la production de vin en Rhône-Alpes conséquence ils sont boudés par les consommateurs toute d'hectolitres la saison. La récolte d'abricots (42 000 tonnes) recule de 4,0 plus d'un tiers par rapport à celle de 2007, déjà déficitaire. La campagne de cerises (9 000 tonnes) est catastrophique. 3,5 Les pêches et les poires représentent une demirécolte, entraînant des prix nettement supérieurs à ceux de la 3,0 saison précédente. La production de pommes (120 000 tonnes) s'avère normale. Cependant, une demande frileuse freine sa commercialisation. Les noyers, épargnés par les 2,5 aléas climatiques, ont des rendements supérieurs d'un tiers à ceux de l'an dernier. Les ventes de noix sèches, 2,0 plus lentes sur le marché intérieur qu'à l'exportation, se maintiennent à un niveau satisfaisant (surtout en AOC noix Source : Agreste, données 2008 provisoires de Grenoble) malgré l'abondance de petits calibres. Les vendanges 2008 sont très faibles mais le millésime est intéressant malgré une météo hostile. Avec les La production rhônalpine de céréales s'élève à pluies, le mildiou se développe et nécessite de fréquents 2,4 millions de tonnes, soit 9 % de plus qu'en 2007 et traitements. Autre fléau, la grêle qui cause des dégâts 14 % audessus de la moyenne quinquennale 2003 importants dans la quasitotalité des vignobles. En 2007. Cette hausse résulte de l'augmentation des Beaujolais le quart des vignes sont touchées. L'arrivée rendements et de la surface consacrée aux céréales bénéfique d'un froid sec et du soleil à la miseptembre, un (sole). La progression de cette dernière est la tri sévère et une vinification soignée conduisent toutefois conséquence conjuguée de la suppression de la jachère à un millésime satisfaisant. La récolte s'élève à 2,2 millions obligatoire et de cours attractifs de la dernière campagne. d'hectolitres contre 2,7 en 2007, et s'avère l'une des plus faibles depuis soixante ans, induite aussi par une baisse Pour les céréales à paille, la récolte croît de 7,3 % par sensible des surfaces. Les arrachages s'intensifient avec rapport à la campagne antérieure. La production de maïs les aides financières européennes. grain dépasse de 19 % la moyenne 20032007. Celle Sur la campagne 20072008, le marché des AOC diminue d'oléagineux est en hausse de 3,5 % malgré une baisse en volume. Les prix progressent en Côtes du Rhône mais de 14 % des surfaces. reculent encore en Beaujolais. Les ventes de la nouvelle Depuis 2004, la récolte de protéagineux est beaucoup campagne 20082009 sont en net repli par rapport à celles moins importante d'année en année. Elle diminue de de fin décembre 2007, en appellations comme en vins de moitié par rapport à 2007. La sole est au plus bas et a été pays. En revanche, les prix augmentent mais la hausse divisée par quatre en trois ans. était espérée plus forte, vu la très faible récolte. 32L’année économique et sociale 2008  Dossier n° 154
zAgreste Rhône-Alpes -la conjoncture du mois (mensuel). zLe site Internet du SSP :www.agreste.agriculture.gouv.fr accueil > conjoncture > panoramas (la note) >bilan conjoncturel de l'année 2008 zLe site Internet de la DRAAF RhôneAlpes : www.draaf.rhonealpes.agriculture.gouv.frPublications > Statistiques
L’année économique et sociale 2008  Dossier n° 154
33
1 Les cours locaux de céréales sont exprimés soit en ''départ organismes stockeurs'' (coopérative ou négoce en grains), soit en ''rendu'', c'estàdire en intégrant les frais de transport jusqu'à la ville de destination. Pour le blé, le ''rendu Rouen'' fait autorité en France. 2 Maladie virale qui affecte les ovins et les bovins
Euros/ 1 000 litres 410 390 370 350 330 310 290 270
6,8 2,3 17,1 8,3 25,8 2,0 -13,7 -45,1
Agriculture
Plus de céréales, moins d'oléagineux
Évolution des surfaces
Lait : un bon niveau de prix jusqu'à l'automne
10,0 3,6 10,6 6,4 0,5 16,0 -11,6 -71,1
117 450 45 330 129 850 338 650 18 130 18 460 38 700 1 705
Blé tendre Orgeescourgeon Maïsgrain Total céréales Colza Tournesol Total oléagineux Total protéagineux
Pour en savoir plus
2 La fièvre catarrhale ovinepénalise les ventes de bovins maigres. Cette situation se retrouve au niveau national comme européen. Les cours des broutards charolais perdent 3 % par rapport à 2007 (5 % en moyenne nationale). Ils chutent dès le printemps, l'Italie ayant fermé ses frontières aux broutards non vaccinés. En fin d'année, la vaccination massive désengorge les marchés et limite la baisse saisonnière des prix.
La forte revalorisation du prix du lait relance la production laitière. Avec 14,4 millions d'hectolitres, elle gagne 2 % par rapport à 2007. Le prix du lait bondit au cours des neufs premiers mois. Puis la tendance s'inverse : sous l'effet de l'effondrement du prix, les livraisons reculent à partir du dernier trimestre.
Source : Agreste
Évolution 2008/moyenne (20032007) %
Évolution 20082007 %
2006
Source : Agreste
Évolution du prix du lait 2008 2007
En hectare 2008
Les prix des céréales accusent une forte baisse. La reprise simultanée des productions française, européenne et mondiale fait chuter le prix des grandes cultures après leur flambée durant la campagne 20072008. En France, 1 le cours du blé tendre rendu Rouens'affaisse d'un tiers au second semestre par rapport à la même période de 2007. Celui de l'orge recule de 39 %. En maïs, la hausse du disponible européen (la récolte passe de 48,6 millions de tonnes en 2007 à 63,5 en 2008) constitue le facteur de baisse des cours (31 %). Le prix du tournesol perd 25 %.
Les viandes affichent des prix en hausse, à l'exception des veaux. Les prix des gros bovins remontent à leur niveau de 2006. La cotation des génisses gagne 1 % et celle des vaches 3 % par rapport à 2007. Au niveau national, la hausse globale est de 2,3 %. Le cours du veau de boucherie chute de 7 %, conséquence du désintérêt des consommateurs pour cette viande qui était devenue trop onéreuse. Le prix de l'agneau grimpe de 7 % dans un contexte de réduction de l'offre. Le cours du porc se redresse de 11 % après la crise sans précédent de 2007. La production avicole 2008 se stabilise, les prix poursuivent leur progression initiée en 2007 mais freinent la consommation. Cependant, pour les producteurs, l'envolée du prix des aliments du bétail (+ 15 %) rogne fortement ces gains.
Pôle conjoncture SERSIP Direction régionale de l'Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt