La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Pression atmosphérique et champ de charge

De
15 pages
Pression atmosphérique et champ de charge par Miles Mathis Résumé Je vais montrer que la pression atmosphérique est mal interprétée et que le poids atmosphérique est un mythe. J’utiliserai mon champ de charge pour expliquer pourquoi l’atmosphère ne pèse, en fait, rien. De plus, je montrerai pourquoi l’ionosphère existe en tant que couche séparée et plus précisément pourquoi elle est située au-dessus de la stratosphère. PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE J’ai montré dans beaucoup d’autres papiers comment le modèle standard a caché des problèmes exprès et j’en montrerai encore un exemple ici. On nous dit que la pression atmosphérique n’est pas seulement causée par le poids de l’atmosphère : c’est le poids de l’atmosphère. Une colonne d’air d’une section d’un mètre carré est dite peser plus de 100.000 newtons ou 10,2 tonnes métriques au niveau de la mer. N’importe quel enfant peut se demander comment le corps humain peut résister à un tel poids. Si nous faisons une recherche sur le web, nous trouvons justement 1une réponse pour les enfants sur le site d’information de la NASA : «Pourquoi toute cette pression ne m’écrase-t-elle pas? Souviens-toi que tu as aussi de l’air à l’intérieur de ton corps qui balance la pression à l’extérieur, et donc tu peux rester sain et sauf et ne pas être écrasé ». Cette réponse est tellement trompeuse que je pense que nous pouvons l’appe- ler purement et simplement un mensonge.
Voir plus Voir moins
Pression atmosphérique et champ de charge
parMiles Mathis
Résumé
Je vais montrer que la pression atmosphérique est mal interprétée et que le poids atmosphérique est un mythe. J’utiliserai mon champ de charge pour expliquer pourquoi l’atmosphère ne pèse, en fait, rien. De plus, je montrerai pourquoi l’ionosphère existe en tant que couche séparée et plus précisément pourquoi elle est située au-dessus de la stratosphère.
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
J’ai montré dans beaucoup d’autres papiers comment le modèle standard a caché des problèmes exprès et j’en montrerai encore un exemple ici. On nous dit que la pression atmosphérique n’est pas seulement causée par le poids de l’atmosphère : c’estle poids de l’atmosphère. Une colonne d’air d’une section d’un mètre carré est dite peser plus de 100.000 newtons ou 10,2 tonnes métriques au niveau de la mer. N’importe quel enfant peut se demander comment le corps humain peut résister à un tel poids. Si nous faisons une recherche sur le web, nous trouvons justement 1 une réponse pour les enfants sur le site d’information de la NASA:
«Pourquoi toute cette pression ne m’écrase-t-elle pas? Souviens-toi que tu as aussi de l’air à l’intérieur de ton corps qui balance la pression à l’extérieur, et donc tu peux rester sain et sauf et ne pas être écrasé».
Cette réponse est tellement trompeuse que je pense que nous pouvons l’appe-ler purement et simplement un mensonge. Le corps humain n’est pas rempli d’air, excepté en cas de réponse flatulente comme celle-ci. Le corps se compose d’envi-ron 62% d’eau, et donc l’eau doit pouvoir égaliser la plupart de la pression d’air existante. Le corps humain est fait de cellules, rappelez-vous, et les cellules ne sont pas remplies d’air. Les cellules peuvent contenir jusqu’à 90% d’eau. Oui, le corps contient de l’oxygène venu de l’air, mais cet oxygène est dissous dans le sang. Il ne persiste pas en tant qu’air et ne continue pas à avoir une pression une fois qu’il entre dans le flux sanguin. Vos poumons sont les seules choses «remplies d’air», et uniquement quand vous inspirez. Si l’air de vos poumons égalisaient plusieurs tonnes de pression, alors votre corps exploserait lors d’une expiration.
Allons sur une autre sorte de site web : le site de David Esker, qui est souvent informatif. David dit ce qui suit à propos de la pression atmosphérique :
2 « La surface d’une main d’un humain adulte est d’environ 0,0116 met donc il y a une force vers le bas d’environ 1.200 N (122 kg) sur une main adulte humaine moyenne. Étant donné que la pression est la même à l’intérieur et à l’extérieur de notre corps, le résultat net des forces est de zéro. Plutôt que de se faire sentir 2 comme un poids, cette force nous est indifférente ».
Nous pouvons rester indifférents à cette force, mais David ne devrait pas rester indifférent à la question posée ici. Si nous avons 122 kg de force vers le bas sur une main, pourquoi cette force ne s’enregistre-t-elle pas sur une balance normale ? Allez regarder la balance de votre salle de bains. L’atmosphère devrait exercer une pression vers le bas sur cette balance en cet instant. Pourquoi n’enregistre-elle 2 pas un nombre? Cette balance doit mesurer environ 0,1 m et donc elle devrait enregistrer environ une tonne. Pourquoi ne devons-nous pas recalibrer toutes nos
2
1.http ://kids.earth.nasa.gov/archive/air_pressure/index.html 2.http ://dinosaurtheory.com/thick_atmosphere.html
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
balances de salles de bains à 1 tonne ? Si nous le faisions, est-ce que ça ne voudrait pas dire qu’en réalité je pèse 1.080 kg?
À cet instant, la seule esquive restante pour le scientifique orthodoxe est de singer la feinte de la NASA et de proclamer que la balance est remplie d’air. «Pour que la balance puisse être comprimée, il faut qu’il y ait de l’espace en dessous de celle-ci, et cet espace est rempli d’air. La pression sous la balance égale la pression au-dessus de celle-ci, et donc elle n’enregistre aucun poids de l’air». Cet argument stupide est en réalité l’argument accepté partout ; je n’invente rien. Le problème, si vous ne l’avez pas déjà aperçu vous-même, est que ces scientifiques ont proclamé que le corps humain est également rempli de 1 atmosphère de pression, d’air ou d’autre chose; et si nous mesurons le poids de ce corps, il se tient sur une balance qui « flotte » aussi sur de l’air. Il s’ensuit que le corps humain ne devrait rien peser lui non plus sur la balance, selon cette logique. Si une colonne d’air pesant 11 tonnes peut se trouver en état de lévitation par la pression de l’air, pourquoi pas un homme de 80 kg? L’expert pourrait nous déclarer que c’est une question de densité, mais ni les équations de Newton, ni celles d’Einstein, ne contiennent une variable de densité. La force de gravitation est supposée être une fonction de la masse, pas de la densité. Si elle est une fonction de la densité, comment le champ sait-il que je suis plus dense que la colonne d’air? Madame Gravitation me regarde et regarde la colonne d’air : comment sait-elle que je possède une plus grande densité que la colonne d’air?
Ou bien, retournons à l’exemple de David Esker. Si je mets ma main à plat sur la table, il nous affirme qu’il y a 122 kg de force qui pousse sur ma main. Ma main agit comme une balance et elle « sent » 122 kg de poids. Mais, comme la balance, ma main est déjà pressurisée. Pourquoi ma main sent-elle le poids mais pas la balance? Si je lève ma main de quelques centimètres de la table, il y a maintenant de l’air sous elle. Ma main est-elle maintenant égalisée, comme la balance ?Est-ce que je ne sens plus de force de l’atmosphère? Si je ne sens plus de force de l’atmosphère, pourquoi ma main ne gonfle-t-elle pas au double de sa taille, comme un astronaute dans le vide de l’espace sans sa combinaison spatiale ?
Que se passe-t-il si je place ma main sur la balance? Suis-je sensé croire que ma main sent la force mais pas la balance? Un de ces scientifiques, dont je tairai le nom pour le protéger d’une réputation d’idiotie, me répondit que le haut de ma main égalise le poids de l’air de façon que celui-ci ne soit pas transféré à la balance. Le problème ici, si vous ne l’avez pas déjà deviné, est que si le haut de ma main résiste à 122 kg de force, le bas de ma main doit le faire aussi. Dans ce cas, la balance doit sentir cette force.
Ces scientifiques veulent nous faire croire que si nous enlevions l’atmosphère, nous pourrions porter des vaches pour chapeau sans être voûté et que nous pour-rions sauter jusqu’aux nuages juste par la force de nos muscles de veaux. Si mon bras tendu peut résister à 400 kg de poids atmosphérique, alors, sans atmosphère,
3
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
je devrais être capable de soulever 400 kg avec une seule main. Est-ce que vous croyez à ça? Moi pas. Pouvez-vous soulever 150 kg avec un bras tendu au sommet d’une haute montagne? Vous devriez en être capable, selon leurs mathématiques. Pouvez-vous seulement soulever un tiers supplémentaire du poids normal au som-met d’une montagne? Non, et ça n’a rien à voir avec la fait d’être de mauvaise humeur par manque d’oxygène.
La réponse à tout ceci est que la pression et le poids sont deux choses diffé-rentes. Certains scientifiques orthodoxes le savent et nous mentent dans le but de nous le cacher, et d’autres acceptent ce qu’on leur dit sans même se poser de question ou sans se rendre compte de la stupidité des réponses. L’atmosphère est un gaz. Vous ne pouvez pas mesurer le poids d’un gaz en mesurant sa pression. La pression est un vecteur qui va dans toutes les directions tandis que le poids est un vecteur dans une seule direction, le bas. La pression atmosphérique, comme son nom le suggère, est une mesure de la pression, pas d’un poids. Oui, au niveau de la mer nous avons une certaine quantité de pression atmosphérique. Mais, au ni-veau de la mer comme à tout niveau, l’atmosphère entière ne pèse rien. Elle a une masse, mais ne pèse rien. vous pouvez le vérifier avec n’importe quelle balance normale. Votre balance ne vous ment pas et l’absence de poids ne demande pas d’explication farfelue. La balance n’enregistre pas de poids parce qu’elle ne ressent aucun poids.
La source de cette confusion, pour la plupart des gens, y compris les scien-tifiques, est qu’un baromètre semble mesurer un vecteur vers le bas, et donc il semble que ce vecteur puisse être assimilé à un poids. Dès l’époque de Descartes e et Torricelli, au milieu du 17siècle, la plupart des baromètres étaient composés de colonnes de liquides, de l’eau ou du mercure. Même aujourd’hui le baromètre au mercure est celui que les gens visualisent lorsqu’ils pensent à la pression atmo-sphérique. Le baromètre anéroïde est de nos jours couramment utilisé mais son mécanisme n’est pas aussi explicite – il est circulaire et fermé, il n’est donc pas aussi facile de visualiser la façon dont il fonctionne. Lorsque des personnes ont répondu à mes attaques, elles ont fait mention de la colonne verticale de mercure ou d’eau, en insistant sur le fait que la force de l’atmosphère est clairement dirigée vers le bas.
4
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
Par exemple, dans un appareil de Goethe, l’eau est à l’air libre de façon à per-mettre la force venant d’en haut. Mais ce vecteur est un accident du mécanisme, non une suggestion de poids. Les baromètres à liquide sont placés verticalement, en opposition à la gravité, par facilité – cela empêche le liquide de couler hors du tube ou de la cuvette. Mais comme nous pouvons le voir avec le baromètre ané-roïde, nous pouvons tourner l’appareil dans n’importe quel sens. Le baromètre ané-roïde peut être utilisé verticalement comme horizontalement, donnant le même nombre, comme vous pouvez le voir sur ces photos.
Sur la seconde photo, nous avons un barographe, dans lequel cinq baromètres anéroïdes sont empilés. Ce sont les anneaux dorés. Vous pouvez constater qu’ils sont horizontaux tandis que le premier baromètre est vertical.
Le baromètre à mercure semble mesurer une force totale vers le bas, mais, en-core une fois, c’est du au fait que le réservoir est ouvert seulement vers le haut. Le mercure ne peut sentir de force d’une autre direction parce que les parois du conteneur sont rigides et non-poreuse – les forces ne peuvent arriver de ces direc-tions. La force totale vient d’en haut vers le bas mais ce n’est pas un vecteur vers le bas. C’est toujours de la pression. Elle donne le nombre correct pour la pression du fait que l’air entre en collision avec les parois du réservoir, rassemblant toutes les directions de pression vers la bas. La force est donc totalisée à la bonne valeur, donnant le même nombre qu’avec le baromètre anéroïde; mais la totalité du vec-teur seule est dirigée vers le bas, et uniquement à cause de l’ouverture au sommet. Le baromètre mesure une pression, pas un poids. Il n’existe pas de vecteur réel vers le bas.
Tout ceci est très clair je pense. Alors, pourquoi avons-nous été trompés? Nous avons été trompés par des scientifiques de haut niveau – qui savent parfaitement ce que je viens de vous expliquer : ils ne l’ignorent pas – parce que, selon le modèle courant de la gravitation, la colonne d’air devrait avoir un poids. Le modèle stan-dard a raison d’assumer que la colonne d’air devrait avoir un poids appréciable ; ils font donc quelques mathématiques et nous présentent un poids en espérant que nous allons oublier de regarder nos balances. Ils ne peuvent expliquer pourquoi l’atmosphère n’est pas enregistrée sur les balances, ils inventent donc une histoire absurde pour expliquer comment une chose possédant un poids ne pèse rien. Il leur manque une pièce géante du puzzle, et cette pièce manquante les empêche de pouvoir répondre à toute question de manière sensée. Ils sont donc forcés d’es-quiver la question ou de mentir de la façon la plus onctueuse, comme le pape avec ses ouailles.
La pièce manquante au puzzle est le champ de charge de la Terre. Les physi-ciens ne connaissent honnêtement rien du tout du champ de charge. Ils n’ont pas été capables dedérouler l’équation de Newton, de trouver le champ dans cette équation, et ils ont refusé de publier ou de lire mes papiers – certains d’entre eux sont vraiment ignorants et d’autres font exprès de rester ignorants.Le champ de
5
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
charge résoud ce problèmeproblèmes, car il nous donne un, comme bien d’autres champ réel de bombardement qui peut aisément expliquer les mouvements d’une façon mécanique. Le champ de charge de la Terre, tout comme le champ de charge quantique, est fait de photons. Il est à la base des champs électriques et magné-tiques, à tous les niveaux, mais n’est équivalent à aucun d’entre eux. Je l’ai appelé le champ fondamental électromagnétique (E/M), puisqu’il est la cause de tous les mouvements que nous avons attribués à l’électromagnétisme. Le vent de photons conduit les électrons et autres ions, et ces particules plus grandes, à leur tour, créent des mouvements atomiques et moléculaires mesurables. Dans certains cas, le vent photonique peut causer des mouvements mesurables lui-même, sans ions, mais habituellement, au niveau macroscopique, ce mouvement est caché, comme nous le verrons plus bas. Les photons dans le champ de charge possèdent à la fois une vitesse linéaire et un moment angulaire : les photons possèdent aussi un spin. Par conséquent, aussi bien le champ photonique que le champ ionique induit possèdent un moment angulaire. La vitesse linéaire photonique est la charge, la vi-tesse linéaire ionique est l’électricité, le moment angulaire photonique est laperte de symétrie ou conjugaison de charge(ainsi que le pseudo-champ neutrinique), et le moment angulaire ionique est le magnétisme.
Le champ de charge de la Terre est un champ réel d’émission de photons réels, 2 etj’ai montré, ou encore unequ’il possède une force de champ de 0,009545 m/s force de 0,01% de la gravité. Ce champ est déjà inclus dans l’équation de Newton, caché dans les variables de masse et dans G, comme je l’ai prouvé en grand détail dans une série de papiers précédents. En tant que vecteur, il est en opposition directe à la gravité, étant répulsif tandis que la gravité est pseudo-attractive.Ceci fait de l’équation de Newton une équation composée, et fait de sa force une force totale de deux champs séparés.
Je dois rappeler ici à mes lecteurs que le champ de charge a depuis longtemps dépassé le statut d’hypothèse naïve. Les nouveaux venus ne réalisent sans doute pas que je l’ai non seulement tiré directement de l’équation de Newton, à l’aide de simples mathématiques et postulats, mais je l’ai utilisé pour expliquer la différence entre lemagnéton de Bohret le moment magnétique de l’électron, pour expliquer la distance orbitale de Mercure, le manque demagnétosphère sur Vénus, et beau-coup d’autres mystères que le modèle standard ne peut approcher et dont il ne peut même pas admettre l’existence.
Le champ de charge explique l’absence de poids de l’atmosphère parce que la force de lévitation n’est pas une pression mais un bombardement. En d’autres termes, l’air est en état de lévitation directement par le champ de charge, par un bombardement de photons.
Laissez-moi vous expliquer ce que j’entends par «force de lévitation». La théo-rie courante essaye d’expliquer l’absence du poids de l’atmosphère sur les balances par une ou deux esquives. J’ai déjà ridiculisé une de ces échappatoires. L’autre
6
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
échappatoire consiste à dire que la basse atmosphère porte la haute atmosphère, par la pression de l’air. Chaque niveau est porté par le niveau inférieur. Le plus bas niveau de l’atmosphère est en équilibre, étant pris entre les plus hauts niveaux et la surface de la Terre. La pression d’air dans ce plus bas niveau pousse d’une façon égale contre la Terre et contre les niveaux supérieurs, et donc la force résultante est zéro. Les balances existent dans le plus bas niveau, donc elles n’enregistrent aucun poids ou force.
Je le répète une fois de plus, je n’invente rien. Beaucoup de gens, la plupart d’entre eux même, sont satisfaits avec ce genre de réponse, ce qui est inquiétant pour notre futur. Même quelqu’un avec l’intelligence de David Esker est satisfait de ce genre de réponse. Il ne voit aucune raison de la remettre en cause. En fait, PERSONNE, pour autant que je sache, ne remet en question ce type de «réponse ». Comme je l’ai montré dans mon livre, des centaines de questions transparentes sont posées ouvertement et des milliers de réponses détestables sont postées à ces simples questions – comme ci-dessus avec la NASA – et personne ne lève le petit doigt. Non seulement le surfer moyen sur l’internet ne sourcille pas, mais tous les Russell et les Feynman et les Gödel et les Hilbert et les Wiles sont passés à côté sans même s’arrêter – trop absorbés dans leurs mathématiques truquées pour remarquer que l’atmosphère ne s’enregistre pas sur les balances et des choses de ce genre.
Mais arrêtez-vous et analysez cette réponse pour un moment. Les gaz sont des choses difficiles à visualiser; remplaçons donc ce plus bas niveau de l’atmosphère par Atlas. Disons qu’Atlas porte l’atmosphère. Il pose une main sur la Terre et tient l’atmosphère en l’air avec son autre main. Tout comme le gaz, il crée ainsi une force égale et opposée dans chaque direction. Et comme le gaz également, nous pouvons additionner ces forces. Puisqu’elles sont de directions vectorielles opposées, les forces verticales donnent une somme nulle. Jusque là, tout va bien. Mais maintenant, plaçons une balance sous sa main sur la Terre. Selon la réponse donnée plus haut, la balance n’enregistrera rien, puisque les forces ont un total de zéro. Est-ce que vous croyez encore ça? Croyez-vous vraiment qu’une des mains d’Atlas pourrait soutenir le ciel sans créer la moindre pression sur cette balance avec l’autre main? Si vous parvenez à croire ça, vous devez croire au Père Noël aussi.
Non, nous avons un problème réel ici. Nous avons un problème inverse de celui de Chicken Little, puisque le modèle standard est incapable d’expliquer pourquoi le ciel ne tombe pas. Le ciel possède une masse, il doit donc avoir un poids, mais rien ne s’enregistre sur les balances. Comment est-ce possible? Comment une co-lonne d’air qui pèse 11 tonnes fait-elle pour ne pas tomber et ne rien peser sur une balance ?N’importe quoi d’autre pesant 11 tonnes tomberait et pèserait sur une balance. Si vous proposez que la pression de l’air soulève la colonne d’air, vous devez expliquer pourquoi cette même pression d’air ne soulève pas un éléphant. Si vous prétendez que c’est parce qu’il n’y a pas assez d’air sous l’éléphant pour
7
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
faire le boulot, vous impliquez que plus d’air ferait le boulot. Si nous transportons l’éléphant à une altitude de huit kilomètres, se mettra-t-il en lévitation là-haut? Sera-t-il en partie en lévitation?
Et ceci nous ramène à l’air dans la balance. Il a été prétendu plus haut que l’air dans ou sous la balance était suffisant pour faire léviter la colonne d’air de 11 tonnes. Si l’air sous la balance peut faire léviter une colonne d’air de 11 tonnes, pourquoi ne peut-il pas faire léviter un éléphant de 4 tonnes?
Le fait est que l’atmosphère ne pèse rien, et la raison en est que les forces vers le haut égalent les forces vers le bas. La force vers le bas est déterminée par la masse de gaz et la force vers le haut est déterminée par le champ de charge de la Terre. Mais même la force vers le bas n’est pas ce que nous pensons qu’elle est. Avant de vous montrer ce qu’est la force vers le haut, je dois vous montrer que la force vers le bas a été calculée erronément. Lorsque vous lisez que la colonne d’air pèse 11 tonnes par mètre carré, vous ne savez pas comment ce nombre est arrivé là. Vous pourriez penser que les scientifiques ont pesé une parcelle de gaz d’azote/oxygène au niveau de la mer, puis calculé le total, tenant compte de la perte de densité en haute altitude et du changement de composition du gaz. Ou vous pourriez penser qu’ils ont utilisé les poids moléculaires ou atomiques de l’azote et de l’oxygène et ainsi de suite, et calculé le total à partir de là. Mais ce n’est pas ainsi que ce nombre est arrivé là. Ce nombre est arrivé là en assumant que la pression – telle que mesurée dans un baromètre –estet en calculant le total d’après cela.le poids, Dans un article sur Suite101, Paul A. Heckert de la San Diego State University dit :
«La valeur de la pression atmosphérique au niveau de la mer, combinée avec la compréhension de la physique des poids et pressions, nous permet de répondre à cette question relativement facilement ... En multipliant la surface de la Terre par la pression atmosphérique au niveau de la mer, nous obtenons la force atmosphé-rique totale agissant sur la surface de la Terre. Cette force totale est le poids de l’atmosphère terrestre. Après calcul, nous obtenons le poids total de l’atmosphère 18 19 terrestre de 5,44 x 10kg ou 5,2 x 10newtons.. En divisant le poids en new-tons par l’accélération due à la gravité à la surface de la Terre, nous obtenons la 183 masse de l’atmosphère terrestre, 5,3 x 10kg».
Vous pouvez constater que le poids est calculé directement à partir de la pres-sion, comme si la pression et le poids étaient la même chose. Ceci signifie que le Doc. Heckert ne possède pas une réelle « compréhension de la physique des poids et mesures », puisqu’il croit que ce sont les mêmes choses. En dépit de cela, il a écrit sur bien des sujets concernant le poids, y compris des articles pour l’Astronomical Journalet laGale Encyclopedia of Science. Même si les modèles courants sur la gravité étaient complets et corrects, vous ne pourriez pas utiliser la
8
3.://phttpcs.shysi_faetrsha_mtsohpereetiu.101/mocitrae.clm/cfigwe_oht
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
pression atmosphérique pour obtenir le poids de l’atmosphère, pour la simple rai-son que la pression d’un gaz n’est pas son poids. Comme je l’ai déjà dit, et comme tout le monde devrait le savoir, le poids d’un gaz n’est pas déterminé par la mesure de sa pression. Je vous avais rappelé que l’équation de Newton n’inclus pas de va-riable de densité, mais elle n’inclut pas non plus de variable de pression. Vous ne pouvez pas substituer la pression pour la masse, comme suit :
GM P F=2 R
Mais c’est précisément ce que ces scientifiques orthodoxes font. Heckert divise la pression en newtons par l’accélération de la gravité pour obtenir la masse de l’at-mosphère. Si l’on met cette dernière phrase sous forme mathématique, l’équation est :
P =m g
Il a substitué la force de la gravité due au poids par la pression, pour calculer la masse de l’atmosphère. Cette équation est un trucage flagrant. La substitution est scandaleusement illégale. Si vous pouvez substituer la force de gravité par la pression, alors l’atmosphère devrait peser quelque chose sur une balance, par définition.
Nous ne pouvons tout simplement pas utiliser la pression mesurée pour trouver le poids, parce que ces variables sont indépendantes. Pour trouver un poids à l’air, nous devrions déterminer la masse par des moyens directs. Si cela est trop difficile, nous devrons la trouver à partir de l’autre direction, en découvrant la force vers le haut du champ de charge.
Nous avons deux problèmes à cet égard. J’ai calculé le champ de charge comme une accélération, pas comme une force. Mon nombre est un pourcentage de g, pas une force appliquée sur une surface donnée. Au-delà de ça, cette force n’équilibre pas la gravité dans les cas des solides et des liquides, il n’est donc pas clair à priori pourquoi elle devrait le faire avec les gaz. Comme je l’ai dit plus haut, mon champ de charge ne peut «léviter »qu’à peu près 0,1% d’un objet, relativement au champ de gravité seul. Mais pour expliquer le poids nul de l’atmosphère, il doit soulever 100% de chaque molécule de gaz. La force vers le haut doit être égale à la force vers le bas.
Comme premier pas vers une solution, je propose pour commencer que toute la masse de l’atmosphère n’est pas exprimée par un poids. En d’autres termes, je ne crois pas que la force vers le bas soit aussi importante que ce qu’on nous a dit. Même si nous totalisions correctement toutes les masses moléculaires indivi-duelles dans l’atmosphère, je ne crois pas que cette masse totale nous donnerait
9
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
la réelle force vers le bas. La raison en est que pour appliquer les lois de Newton à un gaz dans le but de trouver le poids de ce gaz, celui-ci devrait être totalement confiné. Mais l’atmosphère n’est pas confinée de cette façon. Elle est confinée com-plètement seulement tout en bas. Au sommet, elle est partiellement confinée par l’ionosphère puis par la magnétosphère. Sur les côtés, elle est partiellement confi-née du fait de la nature de l’enceinte. C’est-à-dire que le gaz ne peut s’échapper sur les côtés, mais il peux plus facilement être dévié vers les côtés, puisque c’est seulement un autre gaz qui lui résiste. Il n’y a pas de mur sur les côtés. Sauf si les gaz est très dense, le degré de liberté sur les côtés est presqu’infini (comme courbe gravitationnelle). Puisque l’atmosphère n’est pas très dense, nous pouvons imaginer que le gaz est presque libre « sur le côté », ce « côté » étant un plein 360°, quelque soit l’endroit dans le gaz où vous vous trouvez. De cette manière, le gaz est plus libre de se déplacer sur le côté que vers le haut ou vers le bas. Un effet secondaire évident sont les vents, qui le plus souvent se déplacent plutôt la-téralement que vers le haut ou le bas. Mais les molécules doivent aussi se mouvoir plus aisément sur le côté que vers le haut ou le bas, et cela doit dissiper une cer-taine masse effective du gaz vers le côté. Des molécules se mouvant latéralement ne vont pas être pesées tant qu’elles se meuvent latéralement, vous voyez, exacte-ment comme des oiseaux transportés dans un camion ne pèseront rien tant qu’ils 4 volent .Un gaz avec plus de liberté latérale que de liberté verticale doit appliquer une force vers le bas moindre, même si sa masse est constante.
Un critique pourrait dire : «Pourquoi ne pas laisser toute la masse se dissiper par ce mécanisme et oublier le champ de charge? ». Parce que ce mécanisme ne peut logiquement dissiper toute la masse effective. Obtenir un gaz de masse zéro par ce mécanisme demanderait un gaz qui serait infiniment libre latéralement et complètement contraint verticalement, et même alors le poids ne ferait qu’appro-cher zéro. Dans tout gaz réel, le poids ne pourrait pas être nul dans quelque champ gravitationnel que ce soit. Si le champ possède une quelconque accélération et le gaz une quelconque masse, certaines molécules doivent entrer en collision avec la surface inférieure ou avec des molécules en dessous d’elles, créant ainsi du poids.
La meilleure chose à faire est de chercher un poids total de l’atmosphère en tant que fraction de g. Ceci nous permettra de comparer ce nombre au nombre 2 que nous possédons déjà pour le champ de charge, 0,009545 m/s. Pour y arriver,
4. Oui,les oiseaux créeraient en fait des forces vers le bas en battant des ailes, mais les mo-lécules ne battent pas des ailes. De plus, le problème des oiseaux dans un camion n’est pas posé correctement. Le camion doit être très très grand de façon que les oiseaux puissent S’ÉLEVER. Des oiseaux qui s’élèvent n’ajouteraient rien au poids du camion puisqu’ils sont portés par l’air, pas par le camion. Certains vont dire que le camion doit porter l’air, mais j’ai prouvé le contraire dans cet article. Une colonne d’air de 100 km de haut ne pèse rien sur une balance, donc un peu d’air dans un camion ne pèse rien non plus, avec ou sans oiseau. Le camion ne porte pas l’air, le champ de charge porte l’air, ce qui veut dire que l’oiseau est aussi porté par le champ de charge. Un avion en train de voler au-dessus de nos têtes pèse-t-il sur notre balance? Non. Les chasseurs de mythes devraient installer une balance sur une piste de décollage, pour prouver aisément ce que je dis. Des oiseaux en train de s’élever ne pèsent rien : c’est d’ailleurs pourquoi ils s’élèvent!
10
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE ET CHAMP DE CHARGE
nous faisons quelques simples suppositions pour voir si nous pouvons arriver à des nombres même très approximatifs. Ces nombres peuvent nous emmener dans la bonne direction. Regardons d’abord le confinement du dessus. Comme premier pas, nous pouvons proposer une nouvelle théorie pour l’ionosphère. On pense aujourd’hui que l’ionosphère est créée presque entièrement par radiation solaire, mais le modèle courant ne peux expliquer pourquoi l’ionisation devrait commencer à une altitude d’environ 50 km. Pourquoi l’atmosphère entière n’est-elle pas ioni-sée ?Pourquoi l’ionosphère est-elle retenue à une certaine hauteur et, de même, pourquoi la magnétosphère se trouve-t-elle à une encore plus grande hauteur? En ce qui concerne la première question, la science orthodoxe pense que l’atmosphère elle-même bloque les radiations et les empêche de parvenir plus bas que 50 km, mais il n’existe aucune preuve ou même d’indication que l’atmosphère est capable de faire cela par elle-même. Pour la seconde question, il n’existe aucune théorie pouvant l’expliquer.
Évidemment, mon champ de charge apporte une mécanique capable de ré-pondre aux deux questions, sans avoir besoin de dynamo à l’intérieur de la Terre. Mon champ de charge est une sommation des champs de charge de tous les quanta dans la Terre; il n’y a pas besoin de dynamo.
Une grande partie de l’ionisation de l’ionosphère est réellement due à la radia-tion solaire, je pense, mais la situation de l’ionosphère n’est pas un accident ou le résultat de la radiation solaire et de l’atmosphère seules. Le champ de charge de la Terre transporte tous les ions au-dessus des molécules non-ionisées par un méca-nisme simple. Des ions sont créés à tous les niveaux de l’atmosphère, y compris à la surface, et ils sont transportés vers le haut par le procédé que j’ai déjà expliqué. Mais les ions possèdent un champ de charge propre.
Les ions sont chargés. Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela veut dire qu’ils irradient des photons. Les molécules n’irradient pas beaucoup de photons, et ce parce que les électrons dans l’atome bloquent la radiation du noyau. Les molécules sont en grande partie neutres, comme on le sait, et donc peu de photons s’échappent de la zone d’influence électron/proton. Mais avec les ions, ce n’est pas le cas. J’ai montré que les électrons aussi émettent un champ de charge, donc les ions négatifs créeront un champ de charge et pas seulement les ions positifs. Tous les ions, positifs comme négatifs, émettent un champ positif, réel, de bombardement de photons. Il s’ensuit que lorsque les ions rencontrent le champ de charge de la Terre, ils ressentent une plus grande répulsion que les molécules et doivent aller plus haut dans l’atmosphère. C’est pourquoi l’ionosphère existe au-dessus de la non-ionosphère. Le champ de charge de la Terre à la fois crée et limite l’ionosphère.
Donc, même si beaucoup de molécules existent au-dessus de 50 km, nous pou-vons affirmer que le gaz moléculaire, en gros, a une limite aux environs de 50 km. Du fait que le champ de charge pousse les ions au-dessus des non-ions, nous pou-vons retourner l’équation et dire que le champ de charge tire les non-ions en des-sous des ions. Le champ de charge établit une limite semi-poreuse aux alentours
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin