La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Conditions de vie
et Société
1. Emploi du temps
2. Garde des jeunes enfants
3. Déplacements domicile-travail
4. Personnes seules
5. Participation à la vie politique
6. Pratique sportive
7. Condamnations judiciaires
8. Violences
Les Femmes en Alsace85Conditions de vie et Société
1. Emploi du temps
L a journée des individus est rythmée par quatre temps : le
temps personnel, le temps professionnel, le temps domestique
Définitions : et le temps libre.
- Temps personnel : temps consacré au La moitié de la journée est consacrée au temps personnel.
sommeil, aux repas, à la toilette et aux
Les différences entre les hommes et les femmes sont faibles.soins.
Cependant, les femmes ayant une activité professionnelle dor-
- Temps professionnel : il comprend le ment quelques minutes de plus que leurs homologues mascu-
travail professionnel, la formation, les étu-
lins, alors que la situation est inversée pour les chômeurs et lesdes et les trajets domicile-travail.
retraités. Au sein de ces catégories, ce sont les femmes qui
- Temps domestique : outre les tâches
dorment quelques minutes de moins.ménagères (ménage, cuisine, linge, cour-
ses…), il inclut l’éducation des enfants, le Globalement, le temps de travail des hommes est supérieur à
jardinage ou le bricolage.
celui des femmes. Celles-ci sont moins nombreuses à occuper
- Temps libre : il regroupe le temps de loi- un emploi et travaillent plus fréquemment à temps partiel. En
sirs et le temps de sociabilité (conversa-
moyenne journalière, les femmes salariées travaillent une heuretions, visites…).
de moins que les hommes. Mais c’est surtout le temps passé
aux tâches domestiques qui différencie les hommes et les fem-
mes. En moyenne, les femmes y consacrent 2 heures de plus
que les hommes (4h23 contre 2h24). Les tâches ménagères,
les soins et l’éducation des enfants sont des activités principa-
lement dévolues aux femmes. Elles y passent trois fois plus de
temps que les hommes. En revanche, les hommes bricolent et
jardinent trois fois plus que les femmes.
Les hommes vivant seuls prennent, bien sûr, en charge leurs
tâches ménagères, mais ils y consacrent moins de temps que
les femmes seules : deux tiers du temps passé par ces derniè-
res. En étant en couple, les hommes réduisent leur temps de
travail ménager au tiers du temps de leurs compagnes, que cel-
les-ci exercent ou non une activité professionnelle. Dans un
couple où les deux conjoints travaillent, la somme du temps des
activités professionnelles et domestiques des femmes dépasse
Voir aussi : celle des hommes de trois quarts d’heure.
Entre 1986 et 1999, le temps passé aux tâches ménagères a- "Dans les couples de salariés, la réparti-
tion du travail domestique reste inégale", légèrement diminué pour les femmes : une demi-heure en
Insee, Données Sociales, édition 2006.
moins pour les inactives et sept minutes en moins pour celles
- "Enquête emploi du temps 1998-1999. qui exercent une activité professionnelle. La participation des
Description des activités quotidiennes", hommes est restée stable.
Insee Résultats - Consommation Modes
de Vie, n°101-102, janvier 2000. Le temps de loisirs des femmes est inférieur de quarante mi-
nutes à celui des hommes. La télévision, qui est l’activité de loi-- "En 13 ans, moins de temps contraint et
plus de loisirs", Insee Première, n°675, sir la plus largement répandue, est légèrement moins regardée
octobre 1999. par les femmes (dix minutes en moins). Mais la différence du
temps passé devant la télévision entre les hommes et les fem-
mes dépasse vingt minutes au sein de la catégorie des salariés
et une demi-heure au sein de celles des chômeurs et des retrai-
tés. Les hommes consacrent deux fois plus de temps aux jeux
et aux sports. C’est particulièrement le cas des étudiants. La
lecture est le seul loisir que les femmes pratiquent à temps égal
avec les hommes.
Les Femmes en Alsace 86Une journée moyenne en France métropolitaine en 1999 (en heures et minutes)
Femmes
Étudiants,
Salariés Indépendants Chômeurs au Retraités Ensemble
lycéeens foyer
HF HF HF HF H F H F
Temps personnel 12h03 12h22 11h23 11h36 11h13 11h21 12h24 12h27 12h20 12h59 12h55 11h56 12h11
9h21 9h27 8h25 8h38 8h15 8h23 9h21 9h13 9h14 9h45 9h38 8h55 9h09dont sommeil
38 53 42 49 40 44 45 53 50 50 55 44 51toilette, soins
repas 2h04 2h03 2h16 2h08 2h19 2h13 2h16 2h20 2h16 2h24 2h12 2h17 2h11
Temps professionnel 4h58 4h46 6h02 4h57 8h16 5h35 29 19 4 6 1 4h12 2h38
et de formation
dont travail professionnel 19 12 5h20 4h23 7h46 5h19 21 9 2 5 1 3h14 1h53
trajets domicile-travail 30 26 39 31 28 15 2 2 0 1 0 25 15
4h04 4h00 1010010 0 0 31 28études
Temps domestique 53 1h37 2h07 3h46 1h15 4h04 3h31 5h33 6h27 3h49 5h05 2h24 4h23
dont ménages, cuisine, 38 1h23 1h08 3h04 45 3h20 2h18 4h26 5h10 1h51 4h24 1h18 3h37
linge, courses etc.
3 6 11 28 7 21 13 42 55 5 12 9 26soins aux enfants
et aux adultes
9 4 32 4 13 8 37 7 5 51 5 33 5bricolage
jardinage, 4 4 15 10 10 15 23 18 17 1h01 25 25 15
soins aux animaux
Temps de loisir 4h08 3h19 3h04 2h22 2h18 1h50 5h09 3h36 3h32 5h33 4h44 3h55 3h17
1h58 1h52 1h51 1h27 1h22 59 2h55 2h18 2h19 3h21 2h49 2h12 2h02dont télévision
15 17 16 18 16 16 26 24 25 51 43 25 25lecture
promenade 18 20 15 14 9 11 30 18 20 39 25 22 18
jeux 40 16 14 6 3 6 28 11 10 25 19 20 11
25 10 10 5 9 6 14 6 5 11 2 12 5sport
Temps de sociabilité 1h17 1h14 49 44 35 36 1h35 1h14 57 1h00 1h00 57 56
dont conversations 18 26 14 16 9 14 24 28 19 19 19 16 19
téléphone, courrier
visites, réceptions 53 47 27 22 17 17 57 38 30 22 27 31 28
40 42 35 34 24 34 51 52 39 33 25 35 35transport (hors trajets
domicile-travail)
Total 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h 24h
Champ : personnes de 15 ans et plus.
Lecture : les femmes salariées ont un temps de travail moyen journalier (sur 7 jours) de 4h57 dont 31 mn de transport et 4h23 de travail.
Durée moyenne en France métropolitaine des activités dans un couple
dont les deux conjoints sont salariés en 1999 (en heures et minutes)
En moyenne, calculée sur 7 jours
Femmes 4:51 4:08 Temps professionnel
Temps domestique
Hommes 5:56 2:20
0:00 2:00 4:00 6:00 8:00 10:00
En moyenne, du lundi au vendredi En moyenne, le samedi et le dimanche
F 1:11 4:586:25 3:46 F
H 1:05 3:15H 7:53 1:57
0:00 2:00 4:00 6:00 8:00 10:00 12:00 0:00 2:00 4:00 6:00 8:00
Champ : couples dont les 2 conjoints sont salariés.
Lecture : les femmes salariées ont un temps professionnel journalier (du lundi au vendredi) de 6h25
et un temps domestique journalier de 3h46.
Les Femmes en Alsace87
Source : Insee, enquête Emploi du temps 1998-1999
Source : Insee, enquête Emploi du temps 1998-1999Conditions de vie et Société
2. Garde des jeunes enfants
erAu1 janvier 2005, l’Alsace compte 132 000 enfants de moins
de 6 ans et 65 000 de moins de trois ans. Les parents n’ont pas
Définitions : toujours la possibilité de garder eux-mêmes leurs enfants et
l’augmentation du taux d’activité féminine accroît ce phéno-- L’accueil collectif permet de recevoir
pendant la journée de façon régulière ou mène. Pour concilier vie professionnelle et vie familiale, les pa-
occasionnelle des enfants de moins de 6
rents peuvent recourir à un mode d'accueil individuel, collectifans.
ou bien à une crèche familiale. Les structures d’accueil diffèrentIl comprend :
- les crèches collectives (crèches de quar- en fonction de l’âge de l’enfant et, l’accueil peut être régulier ou
tiers, de personnel implantées sur le lieu
occasionnel.de travail ou parentales). Elles sont
conçues pour recevoir collectivement et de
L’emploi direct par les parents d’une assistante maternelle estfaçon régulière des enfants de moins de 3
le mode d’accueil le plus fréquent. En 2005, en Alsace, environans.
- les haltes-garderies qui accueillent ponc- 26 000 places sont disponibles chez des assistantes maternel-
tuellement les enfants de moins de 6 ans.
les. Avec 40 places pour 100 enfants de moins de trois ans, l’offre- les jardins d’enfants qui sont des établis-
sements d’accueil réguliers pour les en- régionale est supérieure à la moyenne française (30 places).
fantsde3à6ans.Ce sont des alternati-
ves à l’école maternelle et doivent Les enfants peuvent également être accueillis au sein de
assurer le développement des capacités structures collectives (crèches collectives, haltes-garderies, jar-
physiques et mentales des enfants.
dins d’enfants et établissements multi-accueil). Au total, ces éta-- les établissements multi-accueil. Ils re-
groupent plusieurs modes de garde dans blissements offrent 8 600 places aux enfants alsaciens de
un même lieu. moins de 6 ans.
- L’accueil familial est assuré par des as- Les jardins d’enfants accueillent de façon régulière les enfants
sistantes maternelles dans la cadre d'une
de 3 à 6 ans. Ces structures sont particulièrement dévelop-crèche familiale. Elles sont encadrées par
une collectivité publique ou une associa- pées dans la région : avec 27 établissements, elles représen-
tion.
tent 14 % des établissements du territoire métropolitain.
- Dans le cadre de l’accueil individuel, En ce qui concerne l'accueil collectif pour les enfants de moins
les assistantes maternelles sont directe-
de 3 ans, la capacité (hors jardins d’enfants) est de 10 placesment employées par des particuliers.
pour 100 enfants, contre 11 places en moyenne métropolitaine.
Cependant, la moyenne nationale masque d’importantes dis-
parités régionales.
Le service d’accueil familial est un mode de garde alternatif à
l’accueil collectif. Il s’agit des crèches familiales où travaillentVoir aussi :
des assistantes maternelles agréées. Elles offrent 1 900 places
- "L’accueil collectif et en crèches familia- en Alsace. Ainsi, pour 100 enfants de moins de 3 ans, il y a en
les des enfants de moins de 6 ans en
moyenne 3 places en crèches familiales, offre équivalente au2005", DREES, Document de travail, Série
Statistiques, n°111, mai 2007. niveau métropolitain. Cependant, les crèches familiales sont
très inégalement réparties sur la région : elles sont plutôt si-- "L’accueil collectif et en crèches familia-
tuées dans le Bas-Rhin.les des enfants de moins de 6 ans en
2005", DREES, Études et résultats, n°548,
Au total, l’offre de garde des enfants de moins de 3 ans enjanvier 2007.
Alsace (accueil collectif, crèches familiales, assistantes mater-
- "L’accueil du jeune enfant en 2005", don-
nelles) est supérieure à la moyenne : 53 places pour 100 en-nées statistiques, Caisse nationale des al-
locations familiales, novembre 2006. fants de moins de 3 ans, contre 44 pour l’ensemble du territoire.
Les Femmes en Alsace 88Nombre d’établissements en accueil collectif et en crèches familiales en 2005
France Part
Nombre d’établissements Alsace
métropolitaine de l’Alsace (%)
Total accueil collectif 256 8 846 3
58 2 276 3Crèches collectives en établissements mono-accueil
Haltes-garderies en établissements mono-accueil 74 2 468 3
Jardins d’enfants en établissements mono-accueil 27 187 14
Établissements multi-accueil 97 3 915 2
Crèches familiales en établissements mono-accueil 21 848 2
Nombre de places selon le type d’accueil en 2005
France Part de l’Alsace
Nombre de places Alsace métropolitaine (%)
Accueil individuel auprès d’assistantes maternelles* 26 000 689 000 4
Accueil collectif 8 562 256 748 3
Crèches familiales en établissements mono et multi-accueil 1 854 62 110 3
Total 36 416 1 007 858 4
* estimations DREES
Nombre de places pour 100 enfants de moins de trois ans selon le type d’accueil en 2005
Alsace France métropolitaine
Accueil individuel auprès d’assistantes maternelles* 40 30
Accueil collectif (hors jardins d’enfants) 10 11
Crèches familiales en établissements mono et multi-accueil 3 3
Total 53 44
* estimations DREES
Les Femmes en Alsace89
Sources : Drees, enquête PMI 2005
Sources : Drees,
Sources : Drees,
enquête PMI 2005
enquête PMI 2005Conditions de vie et Société
3. Déplacements domicile-travail
En Alsace, les femmes ayant un emploi se déplacent moins
loin pour se rendre à leur travail que les hommes. Selon le recen-
Définitions : sement de 1999, 58 % des femmes, mais seulement 49 % des
hommes, travaillent dans leur bassin de vie de résidence. Cet- Bassins de vie (BV) : ils constituent la
plus petite maille territoriale sur laquelle écart est confirmé par les données annuelles de données socia-
s’organise la vie quotidienne des habi-
les de 2004. Cependant, ces données plus récentes, rensei-tants. Leur délimitation prend en compte
gnées par tous les employeurs français du secteur privé et desl’accès à l’emploi et à quatre catégories
de services à la population : les services collectivités locales, ne permettent pas de prendre en compte les
concurrentiels (hypermarchés, banques, li-
frontaliers. Or en Alsace, le travail frontalier concerne 9 % desbrairies…), les services non concurrentiels
(services publics ou assimilés), les équipe- femmes et 12 % des hommes.
ments de santé (médecins, infirmiers,
Ce sont les habitants des grandes agglomérations, hommespharmacies…) et les équipements d’édu-
cation (collèges, lycées). ou femmes, qui travaillent le plus souvent à proximité de leur do-
1 916 bassins de vie ont été définis sur le
micile, le volume d’emplois le leur permettant. L’écart entre lesterritoire métropolitain : 1 745 bassins de
vie centrés sur des bourgs ou petites vil- hommes et les femmes est en général du même ordre que pour
les (53 en Alsace) et 171 grandes agglo- l’ensemble de la région (moins de 10 points).À Strasbourg, 82 %
mérations (5 en Alsace).
des femmes et 74 % des hommes travaillent dans l’aggloméra-
- Travailleur frontalier : personne qui ré- tion. À Mulhouse, les proportions sont de 74 % et de 65 %. À Col-
side dans un pays, travaille dans un autre mar, l’écart est plus important : les habitantes sont nombreuses
et qui rejoint son domicile au moins une
fois par semaine. à travailler dans l’agglomération (67 %) alors que la part des
hommes est seulement de 54 %. En particulier, les hommes ca-
dres résidant dans l’agglomération colmarienne y travaillent peu
fréquemment.
Dans les bassins de vie des bourgs et petites villes, les rési-
dants qui travaillent dans leur propre bassin de vie sont minoritai-
res : 46 % des femmes et 38 % des hommes. C’est particulière-
ment le cas des bassins de vie frontaliers comme ceux de Seltz,
de Soufflenheim ou de Sierentz mais aussi de ceux situés à la
périphérie des grandes agglomérations comme ceux de Truch-
tersheim, Hochfelden ou Burnhaupt.En revanche, certains bas-
sins de vie de l’Alsace bossue ou des vallées vosgiennes, ayant
connu une longue histoire industrielle, permettent encore àVoir aussi :
leurs résidants et particulièrement aux femmes, de travailler
- "Bassins de vie alsaciens : autonomie et près de leur domicile.
dynamisme", Insee, Chiffres pour l’Alsace
Revue, n°35, novembre 2006. Les cadres et les professions intermédiaires résidant dans les
bassins de vie des bourgs et petites villes sont particulièrement
- "Travailler de l’autre côté de la frontière",
peu nombreux à y travailler et l’écart entre les hommes et les fem-Insee, Chiffres pour l’Alsace Revue, n°10,
septembre 2002. mes est faible pour ces catégories (30 % des et 35 % des
femmes). Près de 40 % d’entre eux doivent se rendre dans une
des 5 grandes agglomérations alsaciennes, la plupart des em-
plois correspondant à ces qualifications y étant situés.
Contrairement aux professions les plus qualifiées, les ouvrières
habitant dans un bassin de vie des bourgs et petites villes y travail-
lent nettement plus souvent que les ouvriers : 47 % contre 35 %.
Les hommes se rendent en grand nombre vers les aggloméra-
tions (23 % d’entre eux contre 15 % pour les ouvrières) mais
également vers l’Allemagne et la Suisse (17 % contre 13 % des
ouvrières).
Les Femmes en Alsace 90Lieux de travail selon le lieu de résidence, la catégorie sociale et le sexe en Alsace en 1999 (en %)
Professions
Ensemble Cadres Employés Ouvriers
intermédiaires
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
Résidant en Alsace
dont travaillant
dans le BV de résidence 49 58 47 56 45 53 56 60 44 52
47 50 58 63 54 57 58 51 40 34dans une des 5 agglo.
12 9 8 5 10 7 7 8 16 15comme frontalier
Résidant dans une des 5 agglo.
dont travaillant
63 71 60 68 62 70 72 75 58 61dans le BV de résidence
71 77 71 77 71 78 79 80 65 65dans une des 5 agglo.
comme frontalier 12 10 9 5 11 8 8 10 16 19
Résidant dans un BV de bourgs
ou petites villes
dont travaillant
dans le BV de résidence 38 46 31 35 30 36 40 48 35 47
28 27 42 38 38 37 37 28 23 15dans une des 5 agglo.
comme frontalier 12 8659657 17 13
Lecture : 68 % des femmes cadres résidant dans un bassin de vie d’une des 5 agglomérations travaillent dans leur bassin de vie de résidence.
Part des femmes travaillant dans leur bassin de vie de résidence en Alsace en 1999
Sarre-Union
Haguenau
Saverne
Part des femmes travaillant
Strasbourg dans le BV de résidence (en %)
60 et plus
Schirmeck de 40 à moins de 60
de 30 à moins de 40
moins de 30
Sainte-Marie-
Bassins de vieaux-Mines
Ribeauviillé des grandes agglomérations
Colmar
Munster
Saint-
Amarin
Thann-
Cernay Mulhouse
Saint-
Louis
Les Femmes en Alsace91
© IGN - Insee
Source : Insee, recensement de la population 1999
Source : Insee, recensement de la population 1999Conditions de vie et Société
4. Personnes seules
erAu1 janvier 2005, 220 000 alsaciens vivent seuls dans leur
logement, soit deux fois plus qu’en 1990. Les personnes seules
Définitions : représentent près de 30 % des ménages en 2005. Elles sont
toutefois moins présentes qu’au niveau métropolitain où la pro-- Un ménage est défini comme l’ensemble
des occupants d’un même logement, à portion est de 33 %.
titre de résidence principale. Dans le cas
d’un unique occupant, on parle de "per- Les femmes sont plus nombreuses à vivre seules : elles sont
sonne seule". Il ne s’agit pas forcément 128 000 contre 92 000 pour les hommes. Cependant, les hom-
de célibataires. Les personnes vivant en
mes prennent une part croissante au sein des personnes seu-institution (maisons de retraite, commu-
nautés religieuses…) ne sont pas compta- les : en 2005, ils en constituaient 42 %, contre 37 % en 1990.
bilisées dans la population des ménages.
La proportion de personnes vivant seules dépend fortement
- Le statut d’occupation définit les si- de l’âge. La solitude concerne relativement peu de jeunes : 9 %
tuations juridiques des ménages concer-
des 15-24 ans vivent seuls. Ce sont plus fréquemment des fem-nant l’occupation de leur résidence prin-
cipale. mes, car elles quittent le domicile familial plus tôt. Entre 25 et
50 ans, une personne sur huit vit seule. À ces âges, les hom-
mes sont davantage concernés par la solitude : 15 % d’entre
eux vivent seuls, contre 9,5 % pour les femmes. Après 50 ans,
la solitude est beaucoup plus fréquente et s’intensifie avec
l’âge : elle concerne une personne sur cinq de plus de 50 ans,
et une personne sur trois pour les plus de 70 ans. Aux âges éle-
vés, les personnes seules sont principalement des femmes car
elles survivent plus souvent à leur conjoint.
La situation matrimoniale des personnes seules illustre bien
les différences entres les femmes et les hommes. Parmi les
femmes seules, près de la moitié sont veuves, plutôt âgées. Sur
dix hommes qui vivent seuls, six sont célibataires, relativement
jeunes, et un seul est veuf.
Du fait de l’âge des personnes seules, la moitié des femmes
seules sont retraitées, contre 22 % pour les hommes. Celles qui
ont entre 15 et 59 ans occupent plus fréquemment un emploi : 71 %
d’entre elles travaillent contre 63 % pour l’ensemble des Alsacien-
Voir aussi :
nes du même âge. La différence est nettement moins marquée
pour les hommes : 76 % contre 74 %. Pour les femmes d’âge- "Davantage de personnes seules et de pa-
rents isolés", Insee, Chiffres pour l’Alsace actif, plus la catégorie sociale est élevée, plus la probabilité de
Revue, n°6, décembre 2001.
vivre seule augmente. Ainsi, près d’une femme cadre sur cinq
- "Enquêtes annuelles de recensement de vit seule, contre une sur dix pour les employées. Ce sont les
2004 à 2006 - Seul un tiers des ménages agriculteurs, hommes ou femmes, qui connaissent le moins la
compte plus de deux personnes", Insee
solitude : environ 6 % d’entre eux vivent seuls.Première, n°1153, juillet 2007.
Les personnes seules habitent le plus souvent dans un appar-- "7,4 millions de personnes seules en
1999", Insee Première, n°788, juillet 2001. tement. Toutefois, le tiers des femmes seules résident dans une
maison, contre seulement un quart pour les hommes. Le statut
- "Vivre seul, un sentiment de solitude et
d’occupation des personnes seules diffère également selon leisolement relationnel", Insee Première,
n°678, octobre 1999. sexe. Si, parmi les femmes, on dénombre pratiquement
autant de propriétaires que de locataires, les hommes seuls
sont plus souvent locataires de leur logement que propriétaires
(60 % contre 35 %).
Les Femmes en Alsace 92Évolution du nombre de personnes seules en Alsace
1990 1999 2005 Évolution
du nombre
de personnesPopulation Personnes Part Population Personnes Part Population Personnes Part
des ménages seules (%) des ménages seules (%) des ménages seules (%) seules 1990-2005
(%)
Femmes 813 004 95 516 11,7 864 226 111 799 12,9 902 094 128 261 14,2 34,3
Hommes 775 532 55 228 7,1 827 809 76 101 9,2 861 123 91 758 10,7 66,1
Ensemble 1 588 536 150 744 9,5 1 692 035 187 900 11,1 1 763 217 220 019 12,5 46,0
Proportion de personnes seules selon l'âge et le sexe en Alsace en 2005
80
%
70
60
50
40
30
20
10
Âge
0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95
Femmes Hommes
Champ : population des ménages.
Lecture : 12 % des femmes âgées de 30 ans vivent seules en Alsace.
État matrimonial des personnes seules de 15 à 95 ans selon l'âge et le sexe en Alsace en 2005
4 000
Effectifs
3 000
Femmes
2 000
1 000
0
1 000
2 000
Hommes
Âge3 000
6515 20 25 30 35 40 45 50 55 60 70 75 80 85 90 95
Divorcés Mariés
Veufs Célibataires
Les Femmes en Alsace93
Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement 2004-2005-2006
Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement 2004-2005-2006
Source : Insee, recensements
de la population, enquêtes annuelles
de recensement 2004-2005-2006Conditions de vie et Société
5. Participation à la vie politique
En 1944, les femmes obtenaient le droit de vote et d’éligibili-
té. Malgré ce droit, les femmes élues sont restées, jusqu’à la loi
Définitions : de juin 2000 "sur la parité", largement minoritaires au sein des
assemblées locales et nationales.- La loi du 6 juin 2000 (dite"surlapari-
té") favorise l’égal accès des femmes et
Entre 1945 et 1997, la part des femmes élues députés estdes hommes aux mandats électoraux et
aux fonctions électives. restée très faible et ce n’est que depuis 1997 qu’elle dépasse
Elle pénalise financièrement les partis 10 %. Depuis l’application de la loi, le nombre de femmes dé-
qui ne respectent pas le principe de la pa-
putés augmente mais la parité est encore loin d’être atteinte :rité lors de la désignation des candidats
aux élections législatives. 18,5 % des députés sont des femmes en 2007. En Alsace, la
part des femmes députés est encore plus faible et n’a pas évo-Pour les élections se déroulant au scrutin
lué depuis 1997. Ainsi, sur les 16 députés de la région, on déde liste à un tour à la proportionnelle (eu- -
ropéennes ou sénatoriales), la loi prévoit nombre une seule femme en 2007 (6 %).
la parité alternée.
Pour les élections se déroulant au scrutin Le Sénat reste également peu féminisé : 17 % des sénateurs
de liste à deux tours (municipales des
sont des femmes après les élections de 2004. Toutefois, si lescommunes de plus de 3 500 habitants et
régionales), la loi sur la parité contraint femmes restent minoritaires, les effets de la loi sont perceptibles :
les partis politiques à la parité par moins de 6 % des sénateurs étaient des femmes en 1998. En
tranche de six.
Alsace, les femmes sont assez bien représentées : 4 des 9 re-
La loi ne s’applique pas aux élections présentants alsaciens qui siègent au Sénat sont des femmes.
cantonales (conseillers généraux), aux
élections sénatoriales au scrutin majori- Sur l’ensemble des conseillers régionaux alsaciens élus en
taire, et aux élections municipales pour 2004, 47 % sont des femmes, contre seulement 23 % en 1998. En
les communes de moins de 3 500 habitants.
moyenne nationale, la proportion est également proche de la pari-
té avec 48 %. La part des femmes au sein des conseils munici-
paux est moins importante, la loi ne concernant que les com-
munes de plus de 3 500 habitants. Ainsi, 30 % des conseillers
municipaux sont des femmes en Alsace (33 % en moyenne).
Les femmes maires sont peu nombreuses : seul un maire sur
dix est une femme depuis les élections de 2001. Et l’Alsace,
avec 6 % de femmes maires, est la région la moins féminisée de
France.
Avant même la mise en œuvre de la loi, les élections des dé-
Voir aussi :
putés européens étaient plutôt favorables aux femmes. En
1999, la part des femmes s’élevait déjà à 40 %. Et avec 35 dé-- "En 2002, l’électeur alsacien peu assi-
du", Insee, Chiffres pour l’Alsace Revue, putés sur 87, la proportion est de 44 % en 2004. La France est
n°15, juin 2003.
ainsi un des pays comptant le plus de femmes parmi ses dépu-
- "La participation électorale au printemps tés européens. La loi ne s’applique pas à toutes les élections, et
2004, un électeur inscrit sur quatre s’est notamment pas aux élections cantonales. À celles de 2004,
abstenu à tous les scrutins", Insee Pre-
seuls 8,3 % des élus alsaciens sont des conseillères générales,mière, n°997, décembre 2004.
c’est un peu moins qu’en moyenne française (10,9 %).
- "Parité et modes de scrutin : conforter
l’égalité", Observatoire de la parité entre Concernant la participation électorale, l’Alsace fait partie des
les femmes et les hommes, juin 2004. régions les moins assidues de France et l’abstention est forte :
seuls 46 % des électeurs ont voté à tous les tours de scrutins- "La participation électorale au printemps
2002 : de plus en plus de votants intermit- des élections présidentielles et législatives de 2002. Le
tents", Insee Première, n°877, janvier comportement électoral des femmes est similaire à celui des2003.
hommes. Lors des élections présidentielles de 2002, 70 % des
inscrits, hommes ou femmes, avaient voté aux deux tours.
Cependant, si la participation électorale des femmes était
restée relativement stable par rapport à 1995, celle des
hommes avait diminué de 5 points.
Les Femmes en Alsace 94