//img.uscri.be/pth/e2ec4967bd6e94dd298185032ae7ddf6c29a89c6
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Etude raunet

182 pages
IIISOMMAIREPagesINTRODUCTION...........................................................................................................3CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SUR LES MIGRATIONS DANS LEMONDE................................................................................................7I - LES MIGRATIONS, UN PHÉNOMÈNE MONDIAL..............................7II - L’ATTRAIT DES PAYS DE L’OCDE.........................................................8III - LA MIGRATION DES PERSONNES QUALIFIÉES ........................ 11A - LES RAISONS DE L’ÉMIGRATION DES PERSONNESQUALIFIÉES ................................................................................................111. Faire des études ........................................................112. Valorisation professionnelle...113. Raisons politiques....................................................114. Trouver du travail.....................125. Raisons socio-économiques ...................................................................126. Besoin de changement.............12B - AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE DE L’ÉMIGRATION DESPERSONNES QUALIFIÉES .....................................................................12C - LES EFFETS DE LA MIGRATION DES PERSONNESQUALIFIÉES SUR LES PAYS D’ACCUEIL........16D - LA MOBILITÉ EN QUESTION : LES MIGRATIONS « ENCASCADE » ..................................................................................................16E - LA COOPÉRATION DE SUBSTITUTION.......... ...
Voir plus Voir moins

III
SOMMAIRE
Pages
INTRODUCTION...........................................................................................................3
CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SUR LES MIGRATIONS DANS LE
MONDE................................................................................................7
I - LES MIGRATIONS, UN PHÉNOMÈNE MONDIAL..............................7
II - L’ATTRAIT DES PAYS DE L’OCDE.........................................................8
III - LA MIGRATION DES PERSONNES QUALIFIÉES ........................ 11
A - LES RAISONS DE L’ÉMIGRATION DES PERSONNES
QUALIFIÉES ................................................................................................11
1. Faire des études ........................................................11
2. Valorisation professionnelle...11
3. Raisons politiques....................................................11
4. Trouver du travail.....................12
5. Raisons socio-économiques ...................................................................12
6. Besoin de changement.............12
B - AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE DE L’ÉMIGRATION DES
PERSONNES QUALIFIÉES .....................................................................12
C - LES EFFETS DE LA MIGRATION DES PERSONNES
QUALIFIÉES SUR LES PAYS D’ACCUEIL........16
D - LA MOBILITÉ EN QUESTION : LES MIGRATIONS « EN
CASCADE » ..................................................................................................16
E - LA COOPÉRATION DE SUBSTITUTION...........17
CHAPITRE II LES PAYS DE DÉPART EN GÉNÉRAL ET
L’ÉMIGRATION VERS LA FRANCE EN
PARTICULIER .............................................................................. 19
I - GÉNÉRALITÉS ET PROBLÉMATIQUES DU DÉPART .................. 19
A - LES CAUSES DU DÉPART SONT MULTIPLES...............................20
1. Les études (formation).............................................................................20
2. La « gouvernance » et le marché de l’emploi......20
3. Les motivations à caractère privé..........................................................21
4. Les destinations choisies........................................22
5. Les migrations « forcées »......24
B - LE POIDS DE LA DIASPORA ................................26
1. Dans la famille élargie.............................................26
2. Sur l’épargne et le développement local..............................................26
3. Dans la question du retour des migrants au pays ...............................27
C - LA GESTION DES FLUX MIGRATOIRES..........28IV
1. Problématiques .........................................................................................28
2. Expériences antérieures ..........................................................................28
II - LES PRINCIPAUX PAYS D’ÉMIGRATION VERS LA
FRANCE...................................... 31
A - LE DIPÔLE AFRIQUE/EUROPE............................................................31
1. Les facteurs démographiques.................................31
2. Les facteurs économiques.......33
3. Les autres facteurs ...................................................................................38
B - LES PAYS DU MAGHREB......39
1. Données générales...................39
2. L’état de l’enseignement des sciences, de la technologie et de la
recherche en Afrique du Nord ...............................................................40
C - L’AFRIQUE NOIRE FRANCOPHONE.................41
1. Données socio-économiques générales................................................41
2. Etat général de la science et de la technologie....42
3. Données spécifiques à certains pays.....................44
D - LE RESTE DU MONDE............................................................................47
CHAPITRE III EN FRANCE, LES ÉTRANGERS EN GÉNÉRAL, LES
AFRICAINS FRANCOPHONES EN PARTICULIER....... 49
I - HISTORIQUE DES CONDITIONS D’ENTRÉE EN FRANCE......... 49
II - LES CONDITIONS ACTUELLES D’ENTRÉE ET DE SÉJOUR ... 52
III - DONNÉES RELATIVES À L’IMMIGRATION................................. 55
A - DÉFINITIONS.............................................................................................55
B - BREF HISTORIQUE DE L’IMMIGRATION .......................................56
C - NOMBRE D’ÉTRANGERS EN FRANCE ET DANS LES
AUTRES PAYS EUROPÉENS.................................58
D - FLUX D’IMMIGRATION ET SÉJOURS TEMPORAIRES ..............60
E - RAISONS DE L’IMMIGRATION...........................................................60
F - FRANÇAIS PAR ACQUISITION PAR LA NATIONALITÉ.............61
IV - LA FAMILLE EN FRANCE...................................................................... 63
A - TRANSMISSION FAMILIALE DES LANGUES63
B - NIVEAU D’ÉTUDES ET FORMATION...............................................63
V - ASPECTS FINANCIERS ET ÉCONOMIQUES... 64
A - REVENUS DES MÉNAGES ÉTRANGERS.........................................64
B - PATRIMOINE..............................................................................................64
C - TRANSFERTS D’ÉCONOMIES65V
VI - ASPECTS CULTURELS : LES MIGRANTS, VECTEURS DE
LA FRANCOPHONIE............................................................................. 65
VII - INTÉGRATION........................... 66
A - L’ÉCOLE.......................................................................................................67
B - LE TRAVAIL...............................68
C - LE LOGEMENT ..........................................................................................68
CHAPITRE IV LES AFRICAINS FRANCOPHONES ET LE MONDE
DU TRAVAIL EN FRANCE....................... 69
I - SITUATION DES ÉTRANGERS À LEUR ARRIVÉE EN
FRANCE...................................................................................................... 69
A - QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DES
TRAVAILLEURS........................................................................................69
B - ÉTUDIANTS : CARACTÉRISTIQUES, FORMATIONS
RECHERCHÉES, INSERTION PROFESSIONNELLE.......................70
1. Les caractéristiques statistiques ............................................................70
2. L’insertion professionnelle en France des étrangers titulaires de
diplômes ....................................................................74
C - LE REGROUPEMENT FAMILIAL........................................................80
D - LE DROIT D’ASILE...................................................................................80
II - ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE DE LA POPULATION
INSTALLÉE............................................................................................... 80
A - ÉTRANGERS ACTIFS SELON LA NATIONALITÉ.........................80
B - ÉTRANGERS ACTIFS SELON LA CATÉGORIE SOCIO-
PROFESSIONNELLE.................................................................................82
C - LE CHÔMAGE............................84
D - ETRANGERS ACTIFS SELON LE STATUT D’EMPLOI................84
E - SECTEURS D’ACTIVITÉS.......................................................................85
III - LE MARCHÉ DE L’EMPLOI DES CADRES..... 86
A - SENSIBILITÉ DU MARCHÉ DE L’EMPLOI......86
1. Facteurs explicatifs de l’inadéquation entre l’offre et la demande..88
2. Métiers non ouverts aux étrangers ........................................................90
B - SECTEURS D’ENCADREMENT SOIT « EXCÉDENTAIRES »,
SOIT « DÉFICITAIRES » (CONJONCTURELS).................................92
1. Situation actuelle et évolution prévisionnelle......92
2. Les métiers autorisés et ouverts aux étrangers....93
IV - LA QUESTION DU RETOUR DANS LE PAYS D’ORIGINE :
MYTHE ET RÉALITÉS......................................................................... 95VI
A - LES MOTIFS DU RETOUR.....................................................................96
B - LES MÉCANISMES FRANÇAIS AUJOURD’HUI.............................97
1. L’Aide Publique à la Réinsertion (APR)..............97
2. L’Invitation à Quitter la France (IQF) ..................................................98
3. Le Rapatriement Humanitaire (RH)......................99
4. Le Contrat de Réinsertion dans le Pays d’Origine (CRPO)..............99
5. Le « Programme Développement Local Migrations » (PDLM).......99
C - LES MÉCANISMES INTERNATIONAUX ........................................101
D - LES FLUX DES RETOURS....................................103
E - LES ALTERNATIVES MODERNES AU RETOUR PHYSIQUE
DÉFINITIF..................................................................103
CHAPITRE V VERS UNE GESTION INTÉGRÉE DES MIGRATIONS
EN FRANCE : UN CO-DEVELOPPEMENT ÉLARGI...107
I - LA PLACE DE L’INDIVIDU......................................................................108
II - LES ACTEURS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE.........108
A - LES ENTREPRISES.................................................................................109
B - LES SYNDICATS.....................110
C - LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES.........................................110
D - LES RÉSEAUX, LES ASSOCIATIONS ET LES ONG....................111
1. Les associations de la diaspora ............................................................111
2. Les autres organisations de solidarité internationale (OSI)............113
III - LE RÔLE DE L’ETAT..............................................................................114
A - L’ETAT EN TANT QU’EMPLOYEUR...............114
B - L’ÉTAT EN TANT QUE PUISSANCE PUBLIQUE.........................114
1. L’Etat face aux problématiques intérieures .......................................115
2. L’Etat et le recrutement extérieur........................................................115
3. L’Etat, la coopération bilatérale et la solidarité internationale.......117
4. L’articulation entre le recrutement extérieur et l’aide publique
au développement..................................................................................119
5. Le co-développement à la française : une expérimentation qui
mérite d’être poursuivie........119
6. La Francophonie et l’expansion économique....................................120
C - APPROCHE SYSTÉMIQUE : L’INDISPENSABLE
INTÉGRATION DES SERVICES DE L’ETAT ET LE
PARTENARIAT AVEC LA SOCIÉTÉ CIVILE..................................122
IV - LES AUTRES ACTEURS EXTÉRIEURS À LA FRANCE............123
A - LES GOUVERNEMENTS DES ETATS AFRICAINS......................124
B - LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ................................126VII
C - APPROCHE SYSTÉMIQUE : L’INDISPENSABLE
INTÉGRATION DE L’ACTION DE LA FRANCE ET DE SES
PARTENAIRES EXTÉRIEURS .............................................................127
V - VERS UNE POLITIQUE EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE
MIGRATIONS.........................................................129
A - LES ÉTAPES ANTÉRIEURES À 2001................................................130
B - LES CHANGEMENTS D’ORIENTATION.........132
1. Vers une politique communautaire en matière d’immigration.......132
2. Une politique de développement actualisée ......................................136
3. Vers un partenariat équitable UE/ACP?.............136
CONCLUSION............................................................................139
ANNEXES....................................................141
Annexe 1 : Flux d’entrée en France (1999)...............................143
Annexe 2 : Entrée des cadres et ingénieurs permanents par nationalité et secteur
d’activité ..................................................................................................144
Annexe 2 (Suite)............145
Annexe 3 : Tableau récapitulatif des conditions de nationalité pour exercer les
emplois du secteur privé.......147
Annexe 3 (suite) : Tableau récapitulatif sur la situation de l’emploi des étrangers
dans les grandes entreprises publiques...............................................149
Annexe 3 (suite) : Tableau récapitulatif des restrictions législatives et
réglementaires à modifier en vue de l’ouverture des emplois fermés
aux étrangers dans le secteur privé......................................................150
Annexe 3 (Suite) : Liste des corps et emplois ouverts aux ressortissants de
l’Union européenne et susceptibles d’être ouverts aux étrangers
communautaires......................................................154
Annexe 4 : Bilan des formations organisées, dans le cadre du Contrat de
réinsertion dans le pays d’origine (CRPO), au Mali........................159
Annexe 5 : Programme développement local migrations (PDLM) : Etat des
dossiers financés ....................................................................................160
Annexe 6 : Dossiers financés par secteur d’activité (années 1998 – 1999 – 2000)161
Annexe 7 : L’aide publique au développement (apd)..............162
Annexe 8 : Accord de Cotonou...................163
Annexe 9 : Résultat du vote en section .....................................................................165
Annexe 10 : Liste des personnalités rencontrées .....................................................166
LISTE DES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES.....171
LISTE DES ILLUSTRATIONS .............................................................................1771
Le 9 mai 2000, le Bureau du Conseil économique et social a confié à la
section des Relations extérieures la préparation d’une étude sur « L’exode des
compétences du Tiers-monde vers les pays développés : le cas des africains
francophones et de la France ».
La section a désigné Mme Mireille Raunet comme rapporteur.
Pour son information, la section a procédé à l’audition de :
- M. Jean-Pierre Garson, expert de l’OCDE,
- M. Charles M’Ba, Président de Diallo-Telli,
- M. Amadou Ngom, consultant,
- Mme N’dioro N’diaye, directeur général adjoint de l’organisation
internationale pour les migrations,
- M. Christian Vulliez, directeur général adjoint, chargé de la formation
à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris,
- M. Patrick Weil, président de la Commission de rédaction du rapport
au Premier ministre « Pour une politique de l’immigration juste et
efficace » (juillet 1997).
1Toutes les personnalités françaises et étrangères qui par leurs travaux, la
communication d’informations ou leurs entretiens ont contribué à la préparation
de ce rapport voudront bien trouver ici l’expression des remerciements du
rapporteur.

1 Voir à la fin de cette étude la liste des personnalités rencontrées.23
INTRODUCTION
Les pays en développement forment, chez eux ou à l’étranger, plus de
cadres qu’ils ne peuvent en employer. Un certain nombre de cadres de ces pays
soit restent dans les pays développés où ils sont venus en formation soit y
émigrent à plus ou moins longue échéance après la fin de leurs études, faute
d’avoir pu entamer ou développer une carrière satisfaisante chez eux. Ces flux
migratoires particuliers participent à ce qu’il est convenu d’appeler la « fuite des
cerveaux » mais qu’il serait plus juste de qualifier d’« exode des compétences ».
Notre pays accueille principalement - mais pas exclusivement - des ressortissants
des anciennes colonies françaises, mandats, protectorats ou anciens départements
français.
Ce constat suscite un certain nombre d’idées reçues que la présente étude
se propose de resituer.
L’étude est conduite en gardant à l’esprit une triple préoccupation :
1rechercher le bien-être du migrant et de sa famille , inventorier les avantages
multiples tant économiques que culturels et diplomatiques pour le pays d’accueil,
et mettre en valeur les aspects positifs sciemment induits par une telle démarche
sur le pays d’origine par le biais d’une coopération principalement basée sur la
mobilité des compétences.
2Tous les métiers font appel à des compétences professionnelles . Mais
l’étude portera, plus particulièrement, sur les cadres, ingénieurs et techniciens
et pour ce qui concerne les statistiques de l’INSEE et de l’OMI qui sont utilisées,
celles classées dans la nomenclature des catégories socio-professionnelles
comme : professions libérales, cadres de la fonction publique, cadres
d’entreprises, professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la
fonction publique et assimilés, professions intermédiaires administratives et
commerciales des entreprises.
Le mot exode est un terme d’usage qui exprime une migration d’un pays
(dit d’origine) vers un autre (dit d’accueil) avec la connotation d’effet de masse.
Autres termes utilisés dans le domaine des migrations de personnels
qualifiés : en français, « fuite des cerveaux », « exode et retour des
compétences », en anglais brain drain (la connotation est celle de pays ou
d’opérateurs économiques qui vont extraire les compétences d’un autre pays où
cela est considéré comme une perte de ressources humaines), brain gain (il s’agit
du même phénomène vu du pays d’accueil où l’immigration est considérée
comme un bénéfice : ce qui est la perte de l’un est le bénéfice de l’autre).

1 L’approche peut-être appréciée en termes de libertés publiques.
2 Le champ des compétences s’adresse à toute personne ayant une très bonne qualification
professionnelle.4
Les pays d’origine et les pays d’accueil constituent des couples
émigration/immigration. En général, les premiers sont des pays « en voie de
développement » et les seconds des pays « riches », développés et très souvent
fortement industrialisés.
Les objectifs de l’étude sont de :
• faire un état des lieux à travers une analyse de ces migrations
économiques particulières en France, analyse qui porte à la fois sur les
causes et les motivations du départ, sur les aspects politiques,
sociologiques et administratifs et sur les statistiques disponibles les
concernant ;
• voir comment ces migrants s’intègrent sur le marché du travail français
et en particulier sur les segments où la France a une offre d’emplois
difficile à satisfaire ;
• analyser le système français actuel en termes d’acteurs (l’individu, les
associations, les syndicats, les collectivités territoriales, les entreprises
et l’Etat) et en termes de relations fonctionnelles pour répondre à des
besoins conjoncturels du marché du travail ;
• analyser comment les acteurs français publics et privés pourraient
conjuguer leurs efforts pour établir et gérer des relations contractuelles
avec les partenaires nationaux (puissance publique d’un part et les
différents acteurs de la société civile d’autre part) des pays
potentiellement fournisseurs de la main d’œuvre qualifiée, recherchée
sur le court et le moyen terme.
La plupart de ces constats pourront s’appliquer à la majorité des pays en
voie de développement que certains qualifient de « fournisseurs de main
d’œuvre » et aux pays développés parfois appelés « utilisateurs de main d’œuvre
extérieure ». Cependant l’étude se limitera au cas d’espèce que constituent les
pays africains francophones et la France. Il s’agit des pays de forte émigration
vers la France qui se situent au Nord du continent africain (Algérie, Maroc et
Tunisie) mais également au Sud du Sahara, où le partage de la langue française
constitue un facteur important de choix de destinations pour les cadres candidats
à l’émigration. Tous ces pays ont, en plus des liens linguistiques, des liens
historiques, culturels, voire affectifs, économiques et commerciaux forts avec la
France qui sont autant de critères de décision.
En conséquence, cette étude s’articulera autour de cinq grand axes :
• Première partie : des généralités sur les migrations dans le monde.
• Deuxième partie : les pays de départ en général et l’émigration vers la
France en particulier: (avec les problématiques, les causes du départ et
le rôle de la diaspora).
• Troisième partie : en France, les étrangers en général, les africains
francophones en particulier.
• Quatrième partie : les africains francophones et le monde du travail en
France.5
• Cinquième partie : vers une gestion intégrée des migrations en France :
un co-développement élargi ? (nous expliquerons comment les
institutions françaises et les mécanismes actuels qui préexistent dans
notre pays peuvent s’articuler pour aboutir à des migrations plus
adaptées à la satisfaction mutuelle des besoins des pays d’accueil, de
ceux des pays d’origine et de ceux des migrants eux-mêmes).