Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Exposition Universelle de 1900. Catalogue de l'exposition de la Société d'Anthropologie de Paris - article ; n°1 ; vol.1, pg 254-294

De
42 pages
Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1900 - Volume 1 - Numéro 1 - Pages 254-294
41 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Adrien De Mortillet
Exposition Universelle de 1900. Catalogue de l'exposition de la
Société d'Anthropologie de Paris
In: Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, V° Série, tome 1, 1900. pp. 254-294.
Citer ce document / Cite this document :
De Mortillet Adrien. Exposition Universelle de 1900. Catalogue de l'exposition de la Société d'Anthropologie de Paris. In:
Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, V° Série, tome 1, 1900. pp. 254-294.
doi : 10.3406/bmsap.1900.5910
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1900_num_1_1_5910CATALOGUE
EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1900
CATALOGUE DE L'EXPOSITION DE LA SOCIÉTÉ D'ANTHROPOLOGIE DE PARIS
La Société d'Anthropologie de Paris aurait vivement désiré organiser,
cette année, une exposition beaucoup plus importante, pouvant donner au
public une idée aussi exacte que complète des progrès considérables réa
lisés depuis sa fondation dans les diverses branches de la science dont
elle s'occupe. Mais, l'espace fort limité dont elle a disposé ne lui a pas
permis de mettre son désir à exécution.
Il est éminemment regrettable que M. Picard, commissaire général de
l'Exposition de 1900, n'ait pas compris comme ses prédécesseurs de 1867,
1878 et 1889 l'intérêt que peuvent présenter des séries de documents
anthropologiques classés avec méthode. Un choix judicieusement fait
parmi les échantillons les plus précieux, les plus caractéristiques que
renferment les collections palethnologiques et ethnographiques, aujour
d'hui si nombreuses et pour la plupart connues seulement des spécialistes,
aurait constitué pour une grande exhibition industrielle et artistique
comme celle de 1900 la plus curieuse, la plus instructive des préfaces.
Rien, en effet, ne peut donner une plus juste idée du chemin parcouru
que la vue des premières et timides manifestations de l'intelligence hu
maine, nous reportant au point de départ et nous faisant assister aux
débuts de la longue évolution qui, à la suite de lents et innombrables
perfectionnements, a abouti à notre merveilleuse civilisation moderne.
Les démarches réitérées faites par le Bureau de la Société auprès de
M, Picard n'ayant donné aucun résultat satisfaisant, nous avons dû
accepter à la dernière heure l'hospitalité qui nous a été gracieusement
offerte par l'Administration des Beaux-Arts, et contenter d'un empla
cement très restreint, situé dans la partie de la galerie extérieure du
premier étage du Palais du Trocadéro mise à la disposition de la Sous-
Commission des Monuments mégalithiques. Ce rattachement aux Monu
ments historiques, nous a mis dans l'obligation d'écarter tout ce qui ne
touchait pas plus ou moins directement à l'archéologie.
Bien que très réduite et absolument improvisée, car nous ne sommes
entrés en possession du local qui nous était réservé qu'après la date de
l'ouverture, notre exposition aura, nous l'espérons, pu intéresser tout au
moins les palethnologues français et étrangers qui l'ont visitée.
Dans l'impossibilité de faire entrer dans les vitrines les nombreuses
séries qui nous ont été confiées, il a fallu faire parmi elles une sélection et
éliminer bien des pièces ne manquant certainement pas de valeur. Des
offres même n'ont pu, à notre grand regret, être acceptées. DE L EXPOSITION DE LA SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS 255
Nous nous sommes attachés a suivre, dans le classement des objets, un
ordre chronologique aussi rigoureux que possible et à représenter au
moins par quelques échantillons typiques les stations classiques qui ont
donné leur nom aux diverses époques préhistoriques.
Que les membres de la Société qui ont bien voulu se séparer pendant
plusieurs mois d'une partie de leurs collections, et les collectionneurs ne
faisant pas partie de la Société qui, en nous prêtant leur gracieux
concours, nous ont permis de compléter certaines séries, soient assurés
de toute notre reconnaissance.
Des remerciements doivent être adressés à M. Henry Roujon, directeur
des Beaux-Arts, h M. Lucien Pâté, chef du bureau des monuments histo
riques, à M. Berr de Turique, chargé de l'organisation de l'exposition des
monuments historiques, et à M. Perrault-Rabot, archiviste des monu
ments à l'obligeante intervention desquels nous devons
d'avoir obtenu un emplacement; ainsi qu'à M.Armand Landrin, administ
rateur du Palais du ïrocadéro, à M.-E. Hamy, conservateur du Musée
d'ethnographie, et à M. E. Minier, secrétaire de l'administration du
Palais du Trocadéro, qui nous ont fait le plus aimable accueil et n'ont
rien épargné pour nous faciliter la besogne.
Il serait injuste, enfin, de ne pas remercier aussi le personnel de la
Société, MM. Félix Flandinette et Lerouge, qui ont pris une part aussi
active qu'intelligente à l'organisation matérielle de notre exposition.
Le présent catalogue aurait évidemment gagné à être plus étendu, plus
détaillé et surtout à être abondamment illustré. Malheureusement, le
budget de la Société ne nous a pas permis de lui donner plus de déve
loppement. Tel qu'il est, il ne saurait avoir d'autres prétentions que de
conserver un souvenir fidèle de la participation de la Société d'Anthropol
ogie à l'Exposition de 1900.
A. DE MORTILLET,
Conservateur des collections de la Société. 256 GATALOauE
TEMP AGES PÉRIODES ÉPOQUfcS
Mérovingien WABENIEN
CHAMPDOLIEN
Romain
LUGDUNIEN
Fer
BEUVRAYSIEN
Galatien MARNIEN
Quaternai
HALLSTATTIEN
LARNAUDIEN
Tsiganien Bronza
M0RG1EN
ROBENHAUSIEN
Néolithique
TARDENOISIEN
TOURASSIEN
MAGDALÉNIEN
SOLUTRÉEN
Pierre Paléolithique câ a MOUSTÉRIEN u
a p AGHEULÉEN a
GHELLÉEN
PUYCOURNIEN
Eolithiqtie? Tert
THENAYSIEN
Tableau de la classification palethnologiqii» de G. deMortillet, suivie dans le
classement des objjet*. exposés. DE L EXPOSITION DE LA SOCIÉTÉ D ANTHROPOLOGIE DE PARIS .257
TERTIAIRE.
I. — ÉPOQUE THENAYSIENNE (Miocène inférieur).
Thenay (Loir-et-Cher), marnes aquitaniennes : silex éclatés et craquelés
par le feu. [Emile: Gollin et A. de Mortillet]. — Moulages de deux éclats
portant des retouches intentionnelles. [F. Flandinette].
II. — ÉPOQUE PUYCOURNIENNE (Miocène supérieur)
Puy-Courny, près Aurillac (Cantal), graviers quartzeux tortoniens : silex
dont quelques-uns portent des caractères incontestables de taille par per
cussion. [À. de Mortillet].
Otta, bassin du Tage (Portugal), grès tortoniens : éclats de silex et de
quartzite taillés par percussion, moulages. [F. Flandinette].
QUATERNAIRE ANCIEN.
I. — EpoqueChelléenne.
Chelles (Seine-et-Marne), sablières : nombreuse série de coups de poing
en silex très varié, de dimensions diverses, mais surtout moyennes. Ils sont
généralement épais et a tranchants sinueux. Quelques pièces portent des
traces de calcin ; une d'elles est même entièrement enveloppée dé gangue
calcaire. [Emile Collin, André Bonnet, A. de Mortillet et Louis Girauxj.
IL — Epoque Acheuléenne.
Saint-Acheul, a Amiens (Somme), sablières : coups de poing en silex
de formes et de dimensions différentes, avec patines variées. Quelques
spécimens conservent encore en guise de poignée des portions de la croule
des rognons dans lesquels ils ont été taillés. Les pièces sont en général
plus délicatement travaillées, à tranchants plus droits et de formes plus
régulières qu'à Chelles. [C. Boulanger, Emile Collin, André Bonnet et,
A. de Mortillet].
Le Havre (Seine-Inférieure), station sous-marine de la plage: belle série
de coups de poing, pièces fort grossières qui semblent être des ébauches
de de un nucleus d'où ont été détachés quelques grands
éclats, un très grand et large éclat, une grosse lame large et épaisse, deux
grands racloirs. Quelques pièces portent des traces de leur séjour dans la
mer : il en est de plus ou moins roulées, d'autres sont recouvertes de
balanes, serpules et bryozoaires. [G. Romain].
Département de la Haute-Garonne. — Montrabe et Balma : coups de poing ■
,
:
i
CATALOGUE 258
taillés dans des cailloux roulés de quartz et de quartzite. [A. de Mortillet] .
Département des Landes. — Eyres., .Misolle, Classun, Saint-Sever, Le
Bellocq, Poyartin, Sicot : coups de poing en quartzite. — Montsoué,
Vieller, Montant, Loustesse, Glermont : coups de poings en silex de qual
ité inférieure. Dubalkn"1. — Saubusse (Landes): coup de poing en silex
■A. de Mortillet].
Dordofjm, environs de Bergerac: coups de poing de formes variées.
Un d'eux n'a que 5 centimètres de longueur, A. de Mortillet].
Saint-Pierre -d'Irube (lîasses-Pyrénées) : coup de poing en silex. [A.
dk Mortillet"1.
Petit-Parc (Lot-et-Garonne) : coups de poing. Ce gisement donne
des pièces fortement cacholonnees, généralement de dimensions peu consi
dérables et parfois taillées sur une seule face. [Louis Giraux et Emile
CoLLfNl.
Pezou (Loir-et-Cher) : grand coup de poing se rapprochant de la forme
triangulaire. De Saint-Venant !.
Yonne : coups de poing. [E. Rivière et A. de Mortillet].
La Celle-sous-Moret ■'(Seine-et-Marne) : coup de poing recueilli dans la
partie supérieure du dépôt tuff eux, [E. Collijn].
Sartrouville (Seine-et-Oise) : coup de poing provenant d'une sablière.
[_E. Collin].
Bosny : coups de poing des sablières et des briqueteries.
Graff"! .
Rolleboisu (Seine-et-Oise) : coups de poing recueillis dans la terre à
briques, dont un fort allongé. [Graff].
Calenoij (Oise) : coup de poing très cacholonné, taillé autour d'une
cavité naturelle du silex. [A. de Mortillet].
En (Seine-Inférieure) : gros et épais coup de poing. [Louis Giraux].
Le Havre : coup de poing de la briqueterie de
La .Mare-aux-Clercs. [A. Dubusj.
Somme: coups de poing. [L. Giraux et A. Bonnet],
Yauih'icourt (Pas-de-Calais) : coup de poing. [A. Bonnet].
Sainl-Julien-de-Ia-Liègue (Eure) : gisement paléolithique remarquable par
la petitesse des instruments qu'il a fournis, représenté par de nombreux
échantillons. Ces sont divisés en trois catégories: 1° coups
de poing et disques taillés sur les deux faces; 2° coups de poing et disques
ave»; une face bombée et l'autre plate plus ou moins retouchée; 3° coups
de poing, pointes à main et pièces diverses taillées sur une seule face.
[Léon Coutil].
Combe-Capelle (Dordogne) : gisement ayant donné une industrie assez
semblable à celle de Saint-Julien-de-la-Liègue : petits coups de poing de
formes variées parfois plus ou moins triangulaires, disques, éclats retou
chés au pourtour, pointes à main et racloirs. Silex profondément patiné
en blanc. [A. Bonnet].
Saint-Hélen (Gôtes-du-Nord), station ou atelier du Bois-du-Rocher : coups .

'
.
.
■■
,

.

DE L EXPOSITION DE LA SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS 259
de poing et disques en quartzite, en général de petites dimensions.
[A. de Mortillet].
Les Rocholtes, à Lizines et Sognolles (Seine-et-Marne) : coup de poing,
éclats avec retouches, large lame et racloirs en silex. [Albeut Doigneau;.
La Micoque (Dordogne) : échantillon de la brèche empâtant les silex et
les ossements, nucleus, petits coups de poing, pointes à main, racloirs et
éclats en silex fortement altéré. [E. RivièreJ.
Disques en silex. Grands: Dordogne [L. GiRAUxet A. de Mortillet]. Sainl-
AcheulfA. dk Mortillet}. Grotte du Loup, a Buoux, Vaucluse | A. Bonnet;.
— Moyens: La Hutte, Eure-et-Loir [A. de Mortillet]. Pérouse, Italie
[G. Bhxlucci]. Méru, Oise [A. Bonnet]. — Petits : Dordogne et Yonne [A. de
Mortillet].
Coups de poing de forme triangulaire : Yonne [A. de Mortillet',. Envi
rons de Bergerac. [A. de Mortillet]. Dordogne [Gh. Blin et A. Bonnet j.
Coussay-les-Bois, Vienne [E. Gollin].
Montières, près Amiens (Somme), sablières : grands éclats de silex du
type Levallois, formes et patines diverses ; coup de poing taillé dans un
de ces éclats. ["A. de Mortillet].
Grands éclats type Levallois: Environs de Bergerac, Dordogne [A. de
Mortillet]. Le Pecq, Seine-et-Oise [L. GirauxJ. Hargicourt, Aisne [A. de
Mortillet}. .. .. ,-.
— Epoque Moustérienne. III.
Le Moustier,.A Peyzac (Dordogne), grotte: quelques coups de poing et
disques de petites dimensions, nombreuses pointes à main et nombreux
racloirs, quelques rares grattoirs de formes très variables. [E. Gollin, A.
Bonnet et A. de Mortillet].
Instruments mousteriens de provenances diverses. Large lame : Rolle-
boise, Seine-et-Oise [Graff]. — Eclats de forme triangulaire : briqueterie
de Critot, Seine-Inférieure [L. Quenouille]. — Pointes à main : Villejuif,
Seine, belle pièce longue de 16 centimètres [E. Gollin]. LePerreux, Seine,
deux pièces analogues à la précédente, longues d'environ 14 centimètres
[E. Gollin]. Rolleboise [Graff]. Montivilliers, Seine-Inférieure [A. de
Mortillet]. Busigny, Nord [A, de Mortillet]. Yonne [E. Rivière]. Grotte
de l'Hermitage à Lussac-les-Châteaux, Vienne [A. de Mortillet]. LaQuina
et Montgaudier, Charente [A. de Dordogne [E. GollinJ. Bas-
Luisant, Eure-et-Loir [A. de Mortillet]. — Racloirs : Busigny, Nord, et
LaQuina, Charente [A. de Environs de Bergerac, Dordogne
■[E. Gollin et A. de Mortillet]. Grotte de l'Hermitage, Vienne [A. de
Mortillet]. Villejuif, Seine [E. Gollin].
IV. — Epoque Solutréenne.
Solutré (Saône-et-Loire) : pointe en feuille de laurier et fragments,
grattoirs simples et doubles, pereoirs, burins et instruments divers en
silex. [E. .-Gollin].. ■■ .•■-.■•■.'■.■•■■ ■■.■■■. ■:■ --•.,■„■ ;.
La Balutie, à Montignac (Dordogne) : grattoirs simples- et doubles, 260 CATALOGUE
lames avec retouches sur les bords et petites lames à un tranchant
abattu. [M. Féaux],
Jean-Blanc, à Bourniquel (Dordogne) : belles pointes en feuille de lau
rier de dimensions différentes, pointes en Feuille de gaule retaillées pour
la plupart sur une seule face, à cran, perçoirs, grattoirs simples
et doubles. [M. Féaux].
Badegoule, à Beauregard-de-Terrasson (Dordogne) : belle série de pointes
en feuille de laurier et à cran, nucleus, lames, perçoirs., grattoirs simples
et doubles en silex, grattoir en cristal de roche. [M. Féaux et Pitard].
Le Fourneau du Diable, à Bourdeilles (Dordogne) : pointes, en feuille de
aurier de dimensions diverses, dont une longue de 20 centimètres, pointes
à cran, lames, perçoirs, burins'* grattoirs. [M. Féaux].
Instruments solutréens de provenances diverses. [E. Collin et A. de
Mortillet]. Lames: Le Placard (Charente), Laugerie-Haute et La Balutie
(Dordogne). — Grattoirs simples et doubles : Pierrefîtte (Allier), Le Placard,
Laugerie-Haute, etc. — Pointes en feuille de laurier : Gargas (Vaucluse), Les Eyzies. — Pointes à cran : Saint-Benoît-sur-Vanne
(Aube), Le Placard, Les Eyzies. — Perçoirs, etc. : Laugerie-Haute,
Le Placard, Gargas.
Grattoirs ou racloirs de forme ovale, type se rencontrant dans le solu
tréen et le magdalénien : Les Roches et Laugerie-Haute (Dordogne),
Ls Placard (Charente), Montières (Somme). [A. de Mortillet].
Cro-Magnon, à Tayac (Dordogne) : beaux grattoirs simples et doubles,
formes allongées avec retouches sur les côtés, grattoir-perçoir. [A. de
Mortillet].
V. — Epoque Magdalénienne.
La Madeleine, à Tursac (Dordogne): lames, burins, becs de perroquet,
grattoirs simples et doubles, perçoirs. [A. de Mortillet].
Gravure sur os d'oiseau représentant des capridés et un équidé. Grotte
d'Arudy (Basses-Pyrénées). [A. de Mortillet].
Pointes de sagaies et de harpons en corne de renne, types divers (moul
ages) : 1° pointes de sagaies aplaties, à base fendue; 2° pointe de sagaie
arrondie, à base en double biseau; 3° pointe de sagaie arrondie, à base
pointue ; 4° pointe de harpon arrondie, à une rangée de barbelures ;
5° pointes de harpons arrondies, à deux rangées de barbelures.
Instruments magdaléniens en silex (lames, petites lames à un tran
chant abattu, becs de perroquet, burins, grattoirs -burins, grattoirs
doubles, grattoirs simples, perçoirs) de piovenances diverses: Laugerie-
Basse, la Madeleine (Dordogne), Le Placard, Monlgaudier (Charente)., etc.
[A. de Mortillet].
Beauregard, près Nemours (Seine-et-Marne), station magdalénienne.
G. Fouju y a reconnu deux niv jaux, dont le plus ancien semble se rap
procher du solutréen. Le niveau inférieur donne des silex à patine
blanche : nucleus, racloirs, lames finement retouchées sur tous les côtés,
grattoirs simples et doubles, grattoirs concaves, perçoirs, grossiers bu- L EXPOSITION DE LA SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS 281 DE
rins. Le niveau supérieur, dont les silex ne sont presque pas patines,
renferme des nucleus, des lames, des grattoirs, des burins plus délicats,
des burins-grattoirs, des becs de perroquet, des petites lames à un tran
chant abattu. [G. Fouju].
Département du Gard, grottes magdaléniennes des communes du Garn
et d'Aisuèze : lames et couteaux. Poinles triangulaires k encoches,
■petites lames a tranchant abattu, pièces diverses. Grattoirs simples et
doubles, burins, grattoirs -burins, perçoirs. Lames de petites dimens
ions. Instruments en silex avec retouches sur les bords et parfois sur
les deux faces, poinçons en os, coquillages percés. [Paul Raymond].
Sarliève (Puy-de-Dôme) : lames, lames à tranchant abattu, grattoirs
allongés, burins simples et doubles, en roches diverses (plusieurs variétés
de silex, calcédoine, jaspe jaune à points noirs). Ces pièces charriées dans
des alluvions sableuses ont pris un brillant vernis. Elles sont en partie
roulées. [F. Pommerol].
Soucy, près Lalinde (Dordogne), abris sous roche. Nombreuse série
d'instruments en silex et en calcédoine : grattoirs simples et doubles,
grattoirs-burins, burins simples et doubles, becs de perroquet, perçoirs,
petites lames à tranchant abattu. Plusieurs lots de longues et belles lames
en silex s'imbriquant les unes sur les autres. Aiguilles en os avec chas.
Bâton de commandement, pointes de sagaies à base en double biseau et
pointes de harpons à double rangée de barbelures en corne de renne.
Dents et coquilles percées. ("F. Gh. Pitard] .
LesEyzies (Dordogne), grotte: baguette d'os, percée à une de ses extré
mités, portant des zigzags gravés. [F. Ch. Pitard].
La Croze de Tayac (Dordogne) : nucleus, lames, pointes,, lames retou
chées, grattoirs simples et doubles, burins en silex. [E. Rivière].
Monconfort, à Saint-Martory (Haute-Garonne), abri sous roche : grat
toirs et burins en silex, os gravé, objets en os et corne de renne, dents
percées. [L. Darbas].
VI. — Epoque Tourassienne.
La Tourasse, à Saint-Martory (Haute-Garonne), abri sous roche : lames
et grattoirs en silex, plaquettes en os à bord coupant, poinçons en os,
poiates de harpons plates en corne de cerf trouées à la base avec barbe
lures d'un côté ou des deux côtés, coquillages marins. [L. Darbas et
F. Régnault].
Les Eyzies (Dordogne) : harpon plat en corne de cerf a un rang de
barbelures. [F. Gh. Pitard j.
QUATERNAIRE ACTUEL
I. — Epoque Tardenoisiknne.
Fère-en-Tardenois (Aisne), gisements de Coincy- l'Abbaye : nucleus,
lames, grattoirs, petites pièces retouchées de formes géométriques (trian- ■
CATALOGUE 262
gles, trapèzes, segments de cercle), le tout de très petites dimensions.
[E. Taté],
Mont de Berru. près Reims (Marne). Petite industrie : nucleus, lames,
grattoirs, perçoirs, silex de formes géométriques et deux pièces finement
retouchées en forme de hameçon. [Boste aux- Paris].
Sorde (Landes), grotte des Roches du Pasteur : silex délicatement
retouchés en segments de cercle. [A. de Mortillet].
Gard, station des Ghâteigniers à Baron et station de la Bastide-d'Engras.
Petite industrie : lames, parfois retouchées sur une face ou sur les deux
faces, grattoirs, grattoirs concaves, perçoirs, scies, tranchets, formes
géométriques trapézoïdales, pointes de flèches de formes diverses (trian
gulaires, ovales, amygdaloïdes, à pédoncule et barbelures), hachettes
polies en roches diverses [P. Raymond et .de Saint-Venant].
Petits silex de formes géométriques de provenances diverses : Hédou-
ville (Seine-et-Oise), Creysse (Dordogne), Uchaux (Vaucluse). [A. de
Mortillet].
Kizil-Koba (Grimée) : nucleus, lames, grattoirs, instruments en forme
de trapèze, le tout de petites dimensions. [A. de MortilletJ.
Inde (Asie) : nucleus, lames, très petites pièces de formes géométriques
(triangles, trapèzes, segments de cercle) en silex, jaspe, calcédoine et
agate. [A. de Mortillet].
Aumale (Algérie). Petites pièces en silex : lames, grattoirs concaves,
formes géométriques, récoltes A. Debruge. [Paul Pallary .
Petites pièces de formes géométriques du nord de l'Afrique : Hélouan
(Egypte), Tiaret (Algérie), Eckmûhl (Algérie), Oued-Rir (Sahara). [A. de
Mortillet].
II. — Epoque Robenhau&ienjse.
V.illiers-sous-Grez (Seine-et-Marne), atelier de la Vignette : percuteur,
grosses pointes et surlout pièces en forme de rabot, le tout en grès dur.
[G. Fodju, E. GoLLmet A. de Mortillet].
Pics et instruments grossiers en silex, de provenances diverses : Gisors,
Mouflaines, Feuguerolles, Mesnil-Verclives, Mantelle, St-Julien de la
Liègue, Mesnil Bellanguet, Villers-sur-Andely, Pitres, Cléry, Les Andelys,
etc. (Eure) [Léon Coutil] ; environs de Dammartin (Seine-et-Marne)
[E LemariéJ; Amiens (Somme) et Spiennes (Belgique) [A. de Mortillet].
Retouchoirs en silex de provenances diverses : Aisne [A. Vielle],
Seine-et-Oise ['Graff], Somme, Seine, Yonne, Dordogne, Landes [A. de
Mortillet].
Percuteurs en roches diverses: — Ebauches de percuteurs et percuteurs
en silex d'eau douce et silex marin, Dordogne. — Percuteur en grès,
Braisne (Aisne). — Caillou roulé de quartz ayant servi comme percuteur,,
Dordogne. — Percuteurs en saussurite et autres roches non siliceuse-,
habitations lacustres de la Suisse. [A du Mortillet].
Nucleus, formes et roches variées :— Grand nucleus en silex, Abilly
(Indre-et-Loire). — Divers nucleus en silex, Dordogne. — - Eclat- pris-

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin