La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Fonctions spatiales de la vue. Vision binoculaire. Perceptions et illusions. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 615-623

De
10 pages
L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 615-623
9 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

c) Fonctions spatiales de la vue. Vision binoculaire. Perceptions
et illusions.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 615-623.
Citer ce document / Cite this document :
c) Fonctions spatiales de la vue. Vision binoculaire. Perceptions et illusions. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 615-
623.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5456MOTRICITE OCULAIRE 615 VISION
Fonctions spatiales de la vue
Vision binoculaire Perceptions et illusions
1046 WILGOX An interpretation of the relation bet
ween visual acuity and light intensity Une interprétation de la
relation entre Vacuité visuelle et intensité lumineuse of
gen Ps. XV 1936 405-434
est soucié il critique König ce sujet de maintenir
constantes les dimensions du test-objet pour faire varier seulement
largeur de la lacune distinguer Cette lacune blanche ou noire
sépare toujours raies de 22/ de largeur apparente et 20 de hau
teur sur fond de 70 20 Toutes les expériences sont faites en
ision monoculaire limitée la fovea et avec pupille artificielle
carrée de mm2
Deux expériences déjà publiées sont rappelées avec raies
brillantes sur fond noir on obtient une courbe acuité en fonction
de intensité où celle-ci un optimum vers photons pour le sujet C.
pour W. avec raires noires sur fond lumineux acuité croît
constamment avec intensité ou bien optimum vers 15 photons
pour C. seul sujet)
répond Kravkov et Hecht qui ont essayé interpréter
ces résultats Il reproche au premier avoir mesuré irradiation
1933 analyse 1239 avec des surfaces plus grandes que celles de ses
tests acuité Aux critiques de Hecht concernant expérience
il oppose les résultats de nouvelles expériences
et son sujet ont observé un élargissement apparent des raies
aussi bien aux faibles intensités aux fortes qui produisent irra
diation la courbe suggérait alors hypothèse que ces variations
de largeur apparente sont la cause immédiate de la variation de
acuité avec intensité optimum correspondant la largeur
apparente minimum soit intervalle maximum Pour mesurer les
largeurs apparentes employé la méthode de Volkmann le sujet
égalise intervalle et la somme des largeurs des raies égalisation
coïncide avec égalité physique pour une certaine intensité La
correction on en déduit permet obtenir des courbes théoriques
assez voisines de et de
Dans une nouvelle expérience les raies brillantes furent pré
sentées sur un fond de 34 photons acuité croît rapidement avec
log passe par un maximum puis présente un point inflexion
la courbe calculée la même allure Trois autres expériences sont
aussi favorables hypothèse de raies de 34 photons sur
fond plus lumineux croissance continue de acuité raies moins
lumineuses que le fond de 49 photons décroissance continue avec
des raies raies de 49 photons sur fond moins lumineux maximum
vers 15 photons pour le fond)
Discutant les résultats montre que influence de intensité
lumineuse sur la largeur apparente est pas seulement déterminée
par la diffusion physique sur la rétine qui peut être accrue physio-
logiquement) mais que cette diffusion est efficace un degré qui 616 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
varie selon facteurs agissant en sens inverse le contraste simultané
et le seuil différentiel Par le contraste jouant seul un accroissement
intensité diminuerait la dimension apparente un objet lumineux
sur fond noir conclut un effet de résultante hypothèse de
Hering) qui peut expliquer allure des courbes
1047 CURT BERGER Weitere Untersuchungen über die
Unterschiedsempfindlichkeit Auflösungsvermögen des emmetro-
pen Auges Nouvelles recherches sur la sensibilité différentielle
pouvoir résolutif de emmétrope Sk fur Ph.
LXXIV 1936 27-61
Recherche du seuil de discrimination de deux carrés lumineux
une grandeur donnée constante de 05 mm de côté après
angle écartement celui-ci étant réglable distances variables
25 m.) en procédant soit écart fixe après la distance
soit distance fixe après écart
Or le seuil de discrimination bien correspondu dans tous les
cas une valeur angulaire constante de écart la grandeur apparente
des carrés étant montrée sans influence la différence des carrés
noirs sur fonds blancs Quant la grandeur réelle des carrés avec
des surfaces allant de 324 son est restée minime aug
mentation du pouvoir résolutif ne dépassant pas suivant les cas
36 )
Incidemment auteur relaté ses observations sur les phéno
mènes de variabilité individuelle et de fluctuation journalière marge
de les effets de la fatigue et les progrès initiaux par appren
tissage
1048 ROSS comparison of the regional gradients of
fusion frequency and visual acuity Vn comparaison des
régionaux de la fréquence de fusion et acuité visuelle Ps Mon.
XLVII 1936 306-310
étudié les gradients de acuité visuelle et de la fréquence
de fusion sur 11 sujets avec appareil décrit dans Thé fusion
frequency in different areas of visual field of Gen Ps. sous
presse.
La comparaison des gradients de la fréquence de fusion avec
les mesures établies auparavant par Ps Bul. XXI 1934 710-
711 et des gradients de acuité visuelle avec ceux de Wertheim
Ps. 1894 172-189 montre que chaque type de gradient
est caractéristique
La comparaison autre part des deux gradients entre eux
démontre une grande similitude due principalement élément
commun la diminution de la densité effective des cônes
1049 CAN ELLA Quelques recherches sur la vision mono
culaire CXXII 1936 1221-1224
tude comparée du comportement animaux jouissant de la
vision binoculaire et de vertébrés borgnes
Or rendus borgnes des poissons variés des amphibiens des
lézards et caméléons divers oiseaux des souris de jeunes chats VISION MOTRICIT OCULAIRE 617
se comportent de la même manière que ceux qui ont leurs deux
appareils oculaires
La perception de la profondeur et du relief ne paraît pas altérée
tout effet de la suppression un il serait celui de la réduction du
champ visuel total est-à-dire autant moindre que le champ
binoculaire par chevauchement est plus grand
Le coup de langue du caméléon borgne se montrerait encore
infaillible
1050 RARD Untersuchungen über Grössenempfindun-
gen bei binokularen und monokularen Sehen Recherches sur
les sensations de grandeurs en vision binoculaire et monoculaire)
für Sin. LXVII 1936 80-90
On admis que les objets en vision monoculaire étaient vus
plus petits en vision binoculaire
auteur sur les directives de Bruckner examiné ce point sur
21 sujets avec un dispositif simple recherche des dimensions que
doivent avoir pour être jugés égaux deux disques placés 90
dont un est vu par les deux yeux et autre par un seul il le
droit ou le gauche par interposition convenable un écran)
Or tous les cas se sont rencontrés Chez sujets effectivement
le disque binoculaire toujours été vu plus grand par une sorte
effet de sommation
Chez un grand nombre il eu des résultats différents suivant
que était il droit ou il gauche qui avait image monoculaire
le disque binoculaire est plus grand que le gauche égal au droit
sujets) ou plus petit que le gauche et égal au droit sujet) ce
qui explique par une prédominance de il droit avec inégalité
des images rétiniennes des yeux ou il est égal au gauche et plus
petit que le droit sujet) par prédominance de il ou
il est plus grand que le gauche et plus petit que le droit sujets
ou plus petit que le et plus grand que le sujets)
ce qui tient inégalité des images des deux yeux sans prédominance
une grandeur moyenne correspondant la vision binoculaire enfin
égalité est complète chez sujets et chez le disque binoculaire
est toujours plus petit que le monoculaire ce qui explique proba
blement selon G. par des variations de convergence accommo
dation dont on sait elles commandent des variations de grandeur
apparente accroissement de grandeur du simple fait du jeu
de la vision binoculaire apparaît donc en réalité comme plutôt
exceptionnel cas sur 21 avec cas où il égalité complète en
absence de toute anomalie
1051 J.I KURTZ The reliability and variability of the tests
used to measure the accommodative response at the near point
La fidélité et la variabilité des tests employés pour mesurer la
réponse accommodative au proximum of gen Ps. XV
1936 349-367
On comparé sur les yeux de 26 sujets les tests de skiascopie
dynamique de la lentille et du cylindre cross cylinder) dont le 618 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
1er seul est objectif Voici les variations moyennes en après
26 séances de 22 épreuves par sujet) en vision monoculaire puis
binoculaire 1083 et 1151 1er test) 2051 et 2971 2e) 7606 et
6406 3e met en doute la validité du 3e test emploi courant
qui ne paraît pas mesurer la même fonction que les autres il
conseille le choix du 1er test
Les tests accordent pour montrer que accommodation mono
culaire au proximum est plus grande que la binoculaire de 025
050 dioptries
1052 BURIAN et SCHUBERT Das Wesen der Naheein-
stellungs-Reaktion der Pupillen La nature de lu réaction pupillaire
la vision proche Ar für 0. CXXXVI 1936 377-386
Des expériences avec haploscope montrent que la réponse
pupillaire ne dépend pas de accommodation mais est liée une
fa on absolue la convergence une de sujet S.
ou 12 sujet B. aucun effet sur la pupille quand les lignes
du regard sont parallèles On comparé sur un sujet amplitude
des effets de profondeur provoqués par des disparations soit avec
vision parallèle pupille de mm.) soit avec convergence de 10
pupille de mm.) pour une même accommodation de On
conclut en considérant aussi la marche des rayons lumineux que
la signification fonctionnelle de la réaction pupillaire étudiée est
dans la réalisation avec contribution de accommodation un
pouvoir séparateur optimal des yeux donnant sans doute une
acuité stéréoscopique optimale
1053 ROY SMITH Spatial and binocular effects in human
intensity discrimination Effets spatiaux et binoculaires dans la
discrimination intensité chez homme of gen Ps. XIV
1936 318-345
effet spatial concerne influence de angle visuel que forment
les plages comparer On donné cet angle valeurs allant
de l5/ Les résultats des mesures monoculaires effectuées
sur sujets sont donnés par les courbes de en fonction de log
Les courbes étagent distinctement dans ordre croissant des
angles croît donc régulièrement avec angle des plages
quelle que soit la brillance qui variait de 0002 350 bougies/cm2)
On répété expérience sur sujets en projetant chaque
plage sur un il différent de fa on en vision binoculaire les
plages apparaissent presque contiguës est intermédiaire entre
les valeurs trouvées pour 5/ et 8/30/ en vision monoculaire sauf
pour les faibles intensités où dépasse légèrement la courbe
de 30 On peut en conclure il pas de différence significa
tive entre les comparaisons monoculaires et binoculaires
Ces résultats sont rapprochés de la théorie de Hecht dont la
formule applique bien chacune des courbes
On constate alors que le coefficient de Hecht croît avec écart
angulaire des plages VISION MOTRICIT OCULAIRE 619
1054 SCHILDER et WECHSLER The illusion of the
oblique intercept Lillusion de la coupure oblique of exp
Ps. XIX 1936 747-757
Description une illusion optico-géométrique en partie nouvelle
mais on retrouve au fond dans certaines illusions bien connues
comme celles de Poggendorf un réseau dense de parallèles
est coupé par une oblique ou interrompu par une bande oblique
blanche on observe toute une série de déformations portant la fois
sur les parallèles et sur oblique au voisinage de leur intersection
Elles expliqueraient par une sorte attraction exercée par les par
ties voisines les unes sur les autres Il faut joindre ce principe
celui des directions privilégiées de espace La loi souvent alléguée
de la sous-estimation des angles aigus serait une conséquence parti
culière du premier de ces principes
1055 CLARKE The effect of interfixation distance on
binocular fixation movements effet de la distance entre les points
fixés sur les mouvements binoculaires de fixation of exp
Ps. XIX 1936 505-512
Quand les yeux passent un point un autre enregistrement
photographique révèle deux sortes de mouvements Dans le mouve
ment principal il convergence et élévation des yeux dans
un mouvement secondaire ajustement il une part divergence
pour corriger excès de et autre mouvement
parallèle horizontal ou vertical pour achever la fixation exacte
Ces mouvements de correction sont en général autant plus amples
que la distance des deux objets fixés mots ou groupes de points
est plus grande Ils peuvent atteindre dans les deux directions
ou degrés ils sont très brefs surtout le sens vertical Pour
réduire ces mouvements dans la lecture on recommande employer
des lignes courtes dans impression des livres
1056 NEUHAUS Experimentelle Untersuchungen über
das Sehen mit beiden Augen Recherches expérimentales sur la
vision avec les deux yeux) Ps.CXXXVII 1936 87-108
veut montrer il pas de véritable fusion des images
binoculaires dans le champ cérébral Il présente au stéréoscope de
petits cercles de couleurs différentes il droit et il gauche
Il jamais contrairement ce affirmait Hering de véritable
fusion de couleurs on per oit la couleur la plus claire sans change
ment ou comme couverte une ombre ou un lustre Si on couvre
une des figures avec un verre fumé on rend autre prépondérante
mais on obtient jamais dans ces conditions de véritable mélange
des couleurs
Si on réalise la vision stéréoscopique de deux petites fenêtres de
couleurs différentes découpées dans un carton on peut en obtenir une
image consécutive Si ce moment on ferme tantôt un il tantôt
autre on image consécutive de il ouvert avec sa couleur
propre Les deux images restent donc separables
Sherrington montré que si on fait voir un il les secteurs
blancs un disque tandis on présente en même temps autre 620 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
les secteurs noirs il pas de modification de la fréquence critique
de fusion Chaque il travaille pour son propre compte
1057 BEASLEY et PECKHAM An objective
Study cyclotorsion Une étude objective de la cyclotorsion
Am Ps Ass 34e M. Ps Bul. XXXIII 1936 741-742
Recherche de la rotation limite images stéréoscopiques au seuil
de la diplopie provoquée chez sujets cette limite de tolérance été
de 10 de rotation angulaire autour des méridiens verticaux de
autour des méridiens horizontaux sans il ait été possible obser
ver une torsion réelle dans les globes oculaires
après les auteurs la vision stéréoscopique dépendrait uniquement
de la disparation horizontale non de la verticale
1058 SPIEGEL Ueber den Einfluss des Zwischenfeldes
auf gesehene Abstände Sur influence du champ intermédiaire
sur les distances per ues par la vue Ps For. XXI 1936
327-383
Un espace divisé paraît plus grand un espace égal non divisé
Cette illusion est présentée sous diverses formes et étudiée par la
méthode de compensation et égalité subjective On fait varier les
longueurs comparées et le nombre des divisions Il une valeur
de la subdivision qui donne le maximum illusion Dans autres
expériences on fait varier éclairage on compare effet de traits
blancs sur fond noir et celui de traits noirs sur fond éclairé En géné
ral espace non divisé sur fond obscur limité par deux traits blancs
paraît autant plus court que les traits limites sont plus lumineux
On peut admettre existence une force attractive entre les traits
qui limitent la figure vide Le remplissage de la figure tend produire
un effet de sens contraire il développe une force analogue une force
élastique expansion Le résultat est un équilibre entre ces deux
forces effet un champ divisé est pas allonger la figure mais
seulement de compenser incomplètement effet de la force attractive
des contours Le maximum correspond sans doute une compensa
tion presque parfaite Mais quand le nombre de divisions devient
trop grand intervalle ne paraît plus divisé mais rayé ombré
est ce changement de fonction qui expliquerait existence du
maximum Enfin dans une autre série expériences compare
au moyen de haploscope un intervalle vu binoculairement et un
intervalle dont les limites sont vues chacune par un il différent Le
résultat montre que le champ cortical obéit pas tout fait aux
mêmes lois que le champ rétinien
1059 SAMSONOWA Einfluss der Objektform auf das
Stereoskopische Sehen Influence de la forme de objet sur la
vision stéréoscopique Ar für 0. CXXXV Janv 1936
30-48
On comparé 22 formes figures simples noires ou bordées
de noir) polygones étoiles variés etc. sur 25 sujets Le seuil de
vision stéréoscopique moyenne des valeurs individuelles en secondes VISION MOTRICIT OCULAIRE 621
décroît linéairement en fonction du périmètre de objet du moins
pour des objets de petites dimensions comparés diamètre apparent
égal Ce résultat peut être expliqué par les variations locales exci
tation rétinienne dues instabilité oculaire
Le seuil de vision stéréoscopique est autant plus petit que
le rapport de la hauteur de objet sa largeur est grand Le
seuil ne élève guère quand ce rapport varie de 15 mais il
passe de quand le rapport varie de 007 Enfin toujours
dimensions angulaires égales les formes comparées donnent le
même seuil quel que soit le nombre de sommets de la figure et aire
elle limite
1060 BURIAN Studien über zweiäugiges Tiefensehen
bei örtlicher Abblendung tudes sur la vision binoculaire en
profondeur par obscuration locale Ar für O. CXXXVI
1936 172-214
repris et largement étendu les expériences de Donders
van der Meulen et van Dooremaal 1873 sur la vision en profondeur
par jeu successif des yeux alternativement demi obscures durant
la chute une boule impression stéréoscopique correspond tou
jours la composante latérale de la disparation quel que soit écart
vertical Mais horoptère est plus incurvé que pour des sources
durables du fait même de la brièveté exposition au-dessous de
800 comme Tschermak-Seysenegg qui dirigé la présente
recherche montré en général
Les expériences de montrent que non seulement une trajectoire
de chute mais aussi une raie durable observée en vision monoculaire
alternée fournit une impression stéréoscopique Par exemple avec
un appareil en éventail analogue celui de Tschermak-S. le sujet
toujours A. observe les lignes par les moitiés supérieure de il
gauche el inférieure du droit combinaison la plus efficace action
combinée des impressions monoculaires partielles des lignes produit
un effet stéréoscopique aussi bien par bi-partition de toutes les
lignes présentées que par une obscuration alternée portant sur une
seule ligne La limitation spatiale modifie donc horoptère comme
la limitation temporelle Cela tient une dissymétrie des demi-rétines
nasale et temporale et aussi des moitiés supérieure et inférieure
le quadrant nasal inférieur faisant prévaloir des valeurs supérieures
pour la profondeur
1061 SUMNER et WATTS Rivalry between
uniocular after-images and the vision of the other eye Rivalité
entre les images consécutives négatives monoculaires et la vision
de Vautre il Am of Ps. XLVIII 1936 109-116
Dans les expériences faites en éclairage diurne et en éclairage
diurne artificiel le sujet devait fixer des carrés de 381 mm en
papier blanc noir rouge vert bleu et jaune collés sur des fonds
en carton 152 178 mm. noirs blancs et gris une distance de
61 pendant 30 sec dans la dernière série expériences le
temps exposition était de 60 sec 622 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
On pu constater que la rivalité une image consécutive néga
tive monoculaire avec le champ de projection de autre il dépend
de la couleur de objet de la durée et du fond de fixation et du
champ de projection Le phénomène se montre avec toutes les
couleurs de fixation si le fond est noir et le champ de projection
blanc ou si la durée de fixation est de 60 sec Plus la période de
latence est longue plus courte est la durée du phénomène image
consécutive négative dans le phénomène de rivalité est plus petite
et moins distincte que image consécutive négative ordinaire mono
culaire ou binoculaire
1062 PECKHAM Eye-movements during retinal
rivalry Mouvement des yeux pendant la lutte rétinienne à)
Am of Ps. XLVIII 1936 43-63
Après une série investigations préliminaires effectuées avec le
stéréoscope de Brewster on fait des recherches avec le télestéréos-
cope modifié de Helmhoitz double miroir qui pouvait être facilement
changé en pseudoscope Des télescopes permettaient observation
des mouvements des yeux Un polygraphe plumes enregistrait
les observations du sujet de expérimentateur et la fin de chaque
série
On tracé une ligne verticale dans une des images stéréosco-
piques la lutte rétinienne faisait disparaître une partie de la ligne
et devint plus prononcée quand on tra une ligne correspondante
dans autre image stéréoscopique
En faisant exécuter des dessins stéréoscopiques au sujet on
trouvé il avait une augmentation de la lutte rétinienne avec
une diminution dans la fréquence des mouvements des yeux Les
résultats stéréoscopiques et pseudoscopiques ont démontré que ac
tivité kinesthésique de la main été plus efficace pour la réduction
des mouvements des yeux que la représentation visuelle du même
mouvement
1063 PECKHAM An objective study oî binocular vision
Une étude objective de la vision binoculaire Am of Ps.
XLVIII 1936 474-479
entreprend une série de recherches vérificatives de la théorie
de Helmhoitz selon laquelle la fusion binoculaire résulte de la stimu
lation de points correspondants dans les deux yeux
est servi dans ses expériences faites sur 103 sujets du téles-
téréoscope de Helmhoitz modifié Des télescopes mesuraient les
mouvements des yeux
Pour réaliser la fusion des images stéréoscopiques il fallu
trouver une certaine position équilibre Ensuite en faisant mouvoir
horizontalement une des images autre restant fixe on pu
constater que la fusion se maintenait 10 de déplacement
Ces résultats constants pour le même individu variaient un
individu autre
La fusion binoculaire est donc possible avec une stimulation
de points rétiniens non-correspondants MOTRICIT OCULAIRE 623 VISION
1064 BURIAN Ueber optokinetische Auslösung von
Vertikalablenkung Sur un effet optocinétique de déviation de la
verticale Ar für 0. CXXXVI 1936 215-228
Le sujet A. ayant devant les yeux prismes inclinés en sens
contraire ou un seul prisme un il devait abord vaincre la
déviation primaire pour faire fusionner la verticale il observait
ensuite systèmes de stries horizontales défilant en sens contraire
un pour chaque il) ce qui provoque une nouvelle déviation
secondaire des verticales monoculaires Cet effet optocinétique
pu être constaté par vision double de la verticale sans la réalisation
préalable une déviation primaire compensée
expérience est surtout nette quand on provoque une déviation
secondaire en sens inverse de la première Plus rarement est obtenu
effet inverse qui apparaît au plus comme un renforcement passager
du phénomène primaire effet cesse toujours pour une vitesse des
stries provoquant leur fusion
Des tableaux donnent les résultats numériques pour angles du
prisme et divers sens du prisme et du mouvement des sys
tèmes de stries conclut un système particulier innervation
pour la divergence verticale ayant pour rôle biologique selon
Tschermak-Seysenegg de participer la compensation des hété-
rophories
1065 YVES LE GRAND Vision binoculaire travers des
polariseurs croisés R. CCIII 1936 889
On peut avec les filtres polariseurs actuellement construits
constituer une paire de lunettes telle que la lumière atteignant un
il ait un plan de polarisation vertical et pour autre un plan
horizontal
Dans ces conditions les surfaces qui polarisent la lumière elles
réfléchissent nappes liquides feuilles mouillées toits ardoise)
présentent un aspect en quelque sorte irréel et paraissent parfois
flotter plus près de observateur effet analogue au lustre est dû
inégalité éclairement des deux yeux par la lumière polarisée
qui les atteint apparence miroitante tend localiser plus près les
objets car le lustre ne peut apparaître nécessitant des différences
parallactiques que pour des objets assez proches
1066 PIKLER Ueber Umkehrung der Licht- und Schatten
verteilung durch die Vorstellung des Sehenden dass er sich
umkehrt Sur Vinversion de la distribution de la lumière et de
ombre quand on se représente qu on se retourne Ps.
CXXXIX 1936 371-372
Dans une courte note rapporte une curieuse illusion Il regarde
deux cartons placés dans angle une salle et diversement orientés
un exposé la lumière directe autre dans ombre Si restant
objectivement immobile il se représente alors il se retourne le
premier carton paraît être dans une ombre le second fait effet un
carton de couleur plus sombre qui serait directement éclairé