Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Franche-Comté : toujours plus de départs que d'arrivées

De
4 pages
Entre 1990 et 1999, le déficit migratoire de la Franche-Comté avec les autres régions de France métropolitaine s'élève à 12 800 personnes. Ce déficit s'est réduit par rapport à la période 1982-1990, du fait d'une plus grande attractivité de la région. Il concerne plus particulièrement les jeunes. Les échanges avec les départements limitrophes sont particulièrement intenses. Le déficit est fort avec l'Alsace et les régions du sud ou du sud-est. En revanche, les échanges sont excédentaires avec les régions du nord de la France.
Voir plus Voir moins
Entre 1990 et 1999, le déficit migratoire de la Franche-Comté avec les autres régions de France métropolitaine sélève à 12 800 personnes. Ce déficit sest réduit par rapport à la période 1982-1990, du fait dune plus grande attractivité de la région. Il concerne plus particulièrement les jeunes. Les échanges avec les départements limitrophes sont particulièrement intenses. Le déficit est fort avec lAlsace et les régions du sud ou du sud-est. En revanche, les échanges sont excédentaires avec les régions du nord de la France.
Nº 42 - AVRiL 2001
Démographie
ntre les deux derniers recensements, 90600 personnes sont venues sinstaller en Franche-Comté depuis la France métro-politaine, croisant 103400 ex-Francs-Comtois. Au jeu des migrations, la Franche-Comté accuse donc un déficit net de 12 800 personnes avec le reste de la métropole. Ce déficit sest notablement réduit par rapport à la période précédente (1982-1990), puisquil sélevait alors à 21200 personnes. Une plus grande attractivité de la Franche-Comté explique cette réduction puisque dans le même temps le nombre démigrants a continué daugmenter. Ce mouvement migratoire ra-lentit donc la croissance démo-
graphique de la Franche-Comté et contribue aussi à son vieillis-sement. En effet, les migrations expliquent un quart des deux années daugmentation de lâge moyen entre 1990 et 1999. Lâge moyen des immigrants (29,7 ans) est cependant sensiblement égal à celui des émigrants (29,5 ans). Ces flux ont aussi fait bais-ser de près dun point la part des 20-29 ans.
Les jeunes sont plus mobiles
La région est en effet déficitaire dans ses échanges avec le reste de la métropole, exclusivement pour la population âgée de 18 à 35 ans. Cette population, cons-tituée détudiants ou de jeunes
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL42 Nº
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin