Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Instructions relatives à l'étude anthropologique du système dentaire - article ; n°1 ; vol.2, pg 128-163

De
37 pages
Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1879 - Volume 2 - Numéro 1 - Pages 128-163
36 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Paul Broca
Instructions relatives à l'étude anthropologique du système
dentaire
In: Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, III° Série, tome 2, 1879. pp. 128-163.
Citer ce document / Cite this document :
Broca Paul. Instructions relatives à l'étude anthropologique du système dentaire. In: Bulletins de la Société d'anthropologie de
Paris, III° Série, tome 2, 1879. pp. 128-163.
doi : 10.3406/bmsap.1879.5212
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1879_num_2_1_5212128 SÉANCE DU 20 FÉVRIER 1879.
Instructions relatives à l'étude anthropologique
du système dentaire;
PAR M. BROC A.
Parmi les faits qui concernent l'étude des dents, il en est
quelques-uns dont la constatation peut être faite aisément par
les voyageurs, et qui doivent trouver place dans les rense
ignements descriptifs annexés à la feuille d'observation. Nous
en avons donné plus haut l'indication sommaire. Il sera
souvent difficile aux voyageurs d'aller au-delà de ce pr
ogramme très abrégé et très incomplet; mais l'étude an
thropologique du système dentaire et de son évolution com
porte un grand nombre de questions beaucoup plus spéciales,
dont la solution offre un très grand intérêt, et dont nous
croyons devoir tracer le programme à l'adresse des médecins
qui résident au milieu des races étrangères.
11 y a à considérer, dans l'étude des dents, la dentition et la
denture.
La dentition est une fonction de développement qui com
prend la formation des dents, leur éruption et l'évolution du
système dentaire. Elle commence pendant la vie embryonn
aire et se prolonge pendant la vie extra-utérine, jusque
vers la fin de la jeunesse. Elle se divise en deux séries de faits,
connus sous les noms de première et de seconde dpntition. Les
dents de la première dentition ne sont que provisoires Elles
ne doivent durer qu'un certain nombre d'années ; elles tom
bent régulièrement et naturellement à des termes fixés. Gelles
de la seconde dentition, au contraire, sont définitives; elles
peuvent tomber par accident ou par maladie, mais elles peu
vent rester en place jusque dans la vieillesse la plus avancée.
La denture est l'état du système dentaire tel qu'on peut le
constater au moment de l'observation ; on peut donc étudier
la denture à tout âge, sur les dents de la première dentition
comme sur celles de la seconde, mais en anthropologie les
caractères de la denture ne méritent d'être signalés que lors
qu'ils concernent les dents delà deuxième dentition. — Ces BROCA. — ÉTUDE DU SYSTÈME DENTAIRE. 129 P.
caractères sont relatifs au volume des dents, à leur direction,
à leur arrangement plus ou moins régulier, à leurs maladies,
à leur usure, à leur chute, etc.
\ ° Formule dentaire. — Les diverses espèces de dents sont
réparties de la même manière sur les deux mâchoires, et sur
les deux moitiés de chacune d'elles. La disposition des dents
se répète donc quatre fois, et il suffit de l'indiquer par rapport
à une demi-arcade, que celle-ci soit droite, gauche, supérieure
ou inférieure.
Il y a chez l'adulte quatre espèces de dents qui se succè
dent d'avant en arrière, sur la demi-arcade, de la manière
suivante : deux incisives, une canine, deux prémolaires et trois
molaires, soit huit dents pour la demi arcade, et trente-deux
en tout. Les dents de même espèce sont distinguées par des
numéros d'ordre qui vont en croissant à partir de la ligne
médiane ; ainsi la demi-arcade, lorsqu'elle est complète, com
mence sur la première incisive et finit sur la troisième molaire.
Les incisives sont tranchantes, la canine est conique ; la cou
ronne des prémolaires est surmontée de deux tubercules ou
cuspides (souvent réduites à une seule par suite de l'usure
de l'autre) ; les molaires, enfin, ont toujours plus de deux
tubercules, ordinairement quatre, souvent cinq, quelquefois
trois seulement. Les prémolaires s'appellent donc encore bi->
cuspidpes, et les molaires multicusp idées ; on les distingue
aussi sous jes noms moins communs et moins exacts de pe
tites et de grosses molaires. Cette dernière dénomination doit
être abandonnée.
Les dents de l'adulte, dont nous venons de parler, sont ap
pelées définitives, ou permanentes, ou de la seconde dentition,
par opposition aux dents temporaires ou dents de lait, qui con
stituent chez l'enfant la première dentition.
Les dents permanentes sont nommées très à tort dents de
remplacement. Ce nom ne convient qu'aux incisives, canines
et prémolaires ; mais les molaires ne remplacent rien, elles
se forment, au contraire, là où il n'y a pas eu de dents de lait.
Ce sont donc des dents nouvelles.
T II (3e séance du 20 FÉvniKn 1879. 180
La première dentition ne comprend que trois espèces de
dents, qui, lorsque l'éruption est achevée, se succèdent sur
la demi-arcade de la manière suivante : deux incisives, une
canine, deux molaires, total cinq dents sur la demi-arcade, et
vingt dents en tout. Il n'y a pas de prémolaires ; les molaires
de lait, qui sont multicuspidées, sont remplacées par des pré
molaires ou bicuspidées.
Les dents permanentes n'apparaissent que l'une après l'au
tre, à des intervalles parfois assez grands, et les périodes de
leur éruption s'entrecroisent, pendant plusieurs années, avec
celles de la chute très espacée des dents de lait. Le nombre
total des dents, et le nombre des dents de chaque espèce en
particulier, varient donc continuellement depuis le premier
âge jusqu'à l'adolescence et même plus tard, et il est néces
saire de recourir à un procédé de notation pour indiquer avec
précision l'état de la dentition aux divers âges.
En anatomie comparée, où le nombre et la nature des dents
varient beaucoup suivant les espèces, et où les deux arcades
dentaires présentent souvent, dans la même espèce, des
différences notables, on a adopté depuis Blainville, pour
caractériser la dentition, le procédé de la formule den
taire. Ce procédé consiste à inscrire, pour chaque espèce de
dents, en numérateur, deux chiffres indiquant le nombre de
dents de l'arcade supérieure, à droite et à gauche, et en déno
minateur le nombre des dents correspondants de la mâchoire
inférieure. Le premier chiffre, à partir de la gauche, se rap
porte à la demi-arcade droite, et le chiffre de droite se rap
porte à la gauche.
La formule dentaire de l'homme adulte s'inscrit donc de la
manière suivante :
2-2 I — I 8 — 8 3 — 3 : eau. - — r prtm. - — - mol. - — - = 32 Iuc- s — a m0 t î 2 •• s o ■"■— * o
Et celle de l'enfant de trois à quatre ans, qui a toutes ses
dents de lait et n'en a pas encore d'autres, s'inscrit :
Inc. — 2-2- can. — 1—1 - mol. .2—2 y- = 20 j BHOCA. — ÉÎODK DU SY8ÎÊMR DtMAIIU!. 1."i< P.
Ces formules des deux dentitions sont identiquement les
mêmes chez l'homme et chez tous les singes de l'ancien con
tinent. Il est clair dès lor» qu'elles ne sauraient varier à l'état
normal dans les races humaines, et qu'elles ne sauraient avoir
en anthropologie aucune signification de l'ordre zoologiquc.
On observe, il est vrai, assez souvent chez l'homme des excep
tions à la formule, soit qu'une ou plusieurs dents manquent
par de faut de formation, soit qu'une ou dents supplé
mentaires ou surnuméraires se soient ajoutées aux autres par
excès de formation; mais ces deux cas opposés constituent des
anomalies, et quoiqu'ils n'aient pas la même frequence dans
toutes les races humaines, quoiqu'ils soient dès lors très inté
ressants à noter, il n'y aurait aucun avantage à les indiquer
au moyen de la formule dentaire, car cette mention serait tout
à fait insuffisante, souvent obscure, et parfois même trom
peuse, si elle n'était accompagnée d'une description précise,
qui rend inutile l'emploi de la formule.
Mais la formule dentaire a en anthropologie une autre ap
plication toute différente qui concerne la constatation de l'état
de la dentition aux divers âges ; elle permet aux observateurs
de noter rapidement, clairement et sûrement les faits qu'ils
recueillent.
Prenons d'abord pour exemple un petit garçon chez lequel
les dents de lait sont encore en voie d'éruption : il a ses quatre
incisives ; il n'a pas de canines ; parmi ses molaires de
lait, les premières sont sorties toutes les quatre, mais les s
econdes n'ont pas encore paru, à l'exception de l'inférieure
gauche. Ces faits seront exprimés par la formule suivante :
, M , , 2 — 2 0—0 .1—1 <f, «8 mow. Inc. —-j can. ^-^ mol -— « 13
Prenons ensuite une fille, que nous supposerons parve
nue à l'âge où toutes les dents de lait sont remplacées et
où commence l'éruption des secondes molaires permanentes.
Elle a déjà ces dents à la mâchoire supérieure, mais elle ne
les a pas encore à la inférieure. Formule : 132 SÉANCE DO 20 FÉVRIER 1879.
2—2 1—1, 2—2 .2-2 Q, 13 ans. Inc - — - can. - — - prem. - — - mol. - — ■ «a 46
Le cas devient plus compliqué dans la période où existent
simultanément des dents appartenant aux deux dentitions. Il
faut alors avoir recours à une double formule que l'on dis
pose ainsi :
2 — 2 0-0 , 1 — 1 1 — 1 lue _. can. prem. — mol. — t T_ïï , îo ans 1/2. 21. 0—0 1 — l , 0 — 0 Inc can. mol.O_o 0—0 2—2
Ce qui veut dire : les incisives permanentes sont au comp
let ; les quatre premières molaires sont sorties ;
les deux canines supérieures de lait sont encore en place ;
les inférieures sont tombées, mais la gauche seule est
déjà remplacée. Les molaires de lait existent encore toutes
quatre à la mâchoire inférieure. A la mâchoire supérieure,
elles sont tombées toutes les quatre ; deux prémolaires ont pris
la place des deux premières, et les deux dernières ne sont pas
encore remplacées.
Cet exemple se rapporte à un fait qui est insolite à quel
ques égards, et qu'on serait obligé de décrire par conséquent
dans tous ses détails. La formule remplace très avantageuse
ment cette description, au double profit de l'observateur, qui
gagne du temps, et du lecteur, qui comprend au premier coup
d'œil. Elle facilite en outre singulièrement le classement des
observations et leur relevé.
On a proposé de se servir de la formule dentaire pour dé
terminer l'état de la denture des adultes au point de vue de la
perte des dents. Mais ce second emploi de la formule se con
fondrait sans cesse avec le premier, qui concerne la denti
tion, et qui en diffère essentiellement. D'ailleurs, la formule,
donnant en bloc le nombre des dents de chaque espèce, ne
ferait pas connaître le numéro des dents absentes ; elle serait
exactement la même si une demi-arcade avait perdu la pre
mière molaire, ou la seconde, ou la troisième, distinction im- BROC A. » ÉTUDE DU SYSTÈME DENTAIRE. 135 P.
portante à établir, comme on le verra plus loin à l'occasion
de la troisième molaire ou dent de sagesse. L'état de la den
ture doit donc être inscrit sur un tableau spécial de trente-
deux colonnes, où on laisse en blanc la case des dents pré
sentes, et où on marque d'un zéro les dents absentes.
2° Les deux dentitions. Epoque de l'éruption des dents. — II
y a à considérer, dans l'étude de la dentition, deux questions
dislinctes : l'ordre suivant lequel les diverses dents sortent
des mâchoires, et l'âge où chacune d'elles fait son éruption.
La première question paraît n'avoir jusqu'ici qu'une impor
tance secondaire. L'ordre habituel de l'éruption dans les
races d'Europe est indiqué sur le tableau ci-dessous; mais
cet ordre n'est pas absolument constant : il souffre d'assez
nombreuses exceptions, encequi concerne du moins l'appari
tion et la chute des dents de lait. Ainsi, quoique les dents de
la mâchoire inférieure soient en général un peu plus pré
coces que celles de la mâchoire supérieure, le contraire s'ob
serve assez souvent, sinon pour toutes les dents, du moins
pour quelques-unes. Ces petites anomalies existent très pro
bablement dans toutes les races. Sont-elles plus communes
dans certaines races? C'est possible, mais il ne semble pas
jusqu'ici que cette question ait beaucoup d'intérêt.
Il importe au contraire beaucoup de déterminer l'âge où
s'effectue l'éruption de chaque dent, car il existe certaine
ment sous ce rapport des différences ethniques. La plus
grande précocité de la dent de sagesse chez les nègres est
un fait déjà connu, quoique insuffisamment déterminé, et il
résulte de quelques autres renseignements que l'éruption db
plusieurs autres dents permanentes présente des différences
moindres, mais analogues.
L'étude de l'éruption des dents n'a été faite jusqu'ici que
dans les races d'Europe et seulement au point de vue physio
logique et médical. 11 importe beaucoup qu'elle soit faite
maintenant dans les autres races. Elle offre un grand
intérêt anthropologique, parce qu'elle constitue l'une des
meilleures sources d'information relativement à la question 8ÉA1NCE DU 20 FÉVRIEH 1879. 154
générale de la durée des périodes du développement dans les
diverses races.
Pour faciliter les observations de nos correspondants, nous
leur donnons, comme terme de comparaison, un petit tableau
chronologique d'après les recherches très étendues faites par
M. le docteur Magitot sur la population parisienne. Quelques-
unes des dates qui y sont indiquées pour les dents de lait dif
fèrent assez notablement de celles que donnent les traités
d'anatomie ; mais elles méritent toute confiance, parce qu'elles
reposent sur des statistiques régulières et qu'elles donnent les
moyennes d'un très grand nombre d'observations. Quant aux
dents de la seconde dentition, l'auteur, ne disposant pas tou
jours de matériaux suffisants, a quelquefois indiqué, au lieu de
la date moyenne, les deux limites les plus habituelles de l'âge
de l'éruption. Ainsi, l'âge moyen de l'éruption de la dent de
sagesse reste indéterminé. C'est une lacune sur laquelle nous
aurons l'occasion de revenir.
Les dents de même nom sortent ordinairement sur une
même mâchoire par paires, simultanément ou à très bref
délai. Le délai toutefois pouvant quelquefois être plus long,
c'est la plus précoce des deux dents qui fixe la date.
1* Oentt (h la première dentition.
Epoque
de
Ordre de l'éruption. l'éruption.
i inférieure 7e mois.
Pitmiè e wemv». j SUpérieure 10 mois>
Seconde , incudve. . . , . j 1 8upérieore inférieure 16 20 moi8. mois.
Première molaire k 24 mois.
de lai' J supérieure 28
Seconde molaire de i inférieure. 89 mois.
lait... l 30
P . \ inférieure i du 30e au
* j supérieure ) 33» mois.
2° Dents de la deuxième dentition.
Première _, ., rooUure. .. J inférieure J, „ . . de S à « «a. j 8upérieure j P. BROCA. — ÉTUDE DO SYSTÈME DEMAIKE. • 135
Epoque
Ordre de l'éruption. de
l'éruption»
Première _ ..... incisive. f < l supérieure inférieure ,. . . . J ) 7e „ année,
o , . .. I 7e année. Seconde incisive . l I su penenre 8 an» 1 \%t
Premier • prémol.
j ^^
Seconde Canine o a „ roisième ou . dent , . molaire.. prémol de molaire . , . sag. . jsupépieupe (inférieure. \ » ( < /supérieure 1 supérieure inférieure supérieure. ,., . • ..... ; ; ...). ; ; Jll- ) jde [de \ |dellàl2 ), ,. 9 12a ... année. a . 1* .„ 13 ., an..
ans.
Troisième molaire 1 inférieure 1, .„«». , { Jde 18 à 35 ans1. . ... 1
Les observateurs qui n'auraient pas le temps d'étudier
l'époque de l'éruption de chaque dent en particulier (ce qui
serait pourtant très désirable^, peuvent se borner à l'étude
des dents suivantes :
Dents de lait : 1° la première incisive; 28 la première mol
aire de lait; 3° la canine.
Dents permanentes : 1° première molaire ; â* première inci
sive ; 3° canine ; 4° seconde molaire ; 5» dent de sagesse.
Dans ces recherches abrégées, il ne sera pas indispensable
de distinguer les dents similaires des deux mâchoires. On
pourra se borner à inscrire l'âge où a paru la plus précoce
des quatre dents de même nom â.
3° Etude de la dent de sagesse. — La dent de sagesse, ou
troisième molaire des singes, est relativement beaucoup plus
précoce que celle de l'homme ; elle sort le plus souvent avant
1 Magitot, Traité d*« anomalies du système déniait» chez les tmmmifèru.
Paris, 1877, p. 200.
* Nous profitons de cette occasion pour corriger une grave faute d'im
pression qui s'est glissée à la page 132, ligne 33, de nos Instructions cra~
niologiques, au sujet de l'éruption des dents. Il y est dit que le huitième
stade est eoustitué par des quatre premières molaires perman
entes', il faut lire : les quatre incisives talé) aies. L'éruption des premières
molaires permanentes est déjà mentionnée deux lignes plus haut au
sixième stade. • , SÉANCE DU C2O FÉVIUEll 1 8~9. ISO
les canines, et lorsqu'elle naît après les canines, comme cela
a lieu chez certains anthropoïdes, elle les suit toujours d'assez
près. Elle est grande, forte, solide, et ne le cède en rien sous
ce rapport aux autres dents molaires.
Chez l'homme, au contraire, cette dent n'apparaît que
longtemps après toutes les autres ; elle est souvent moins
volumineuse et moins complète que les autres molaires ;
souvent aussi elle est moins solide et moins durable ; souvent
même elle manque tout à fait, soit que son follicule ne se
forme pas dans la mâchoire ou qu'il avorte avant la dentifi-
cation, ou qu'enfin la dent, faute de volume ou faute de
place, reste incluse pour toujours dans l'épaisseur des os.
Ces faits ont conduit M. Darwin à penser que la troisième
molaire est, chez 1 homme, un organe en décadence, en voie
d'atrophie et de disparition; opinion confirmée par les belles
recherches de M. Mantegazza. Le professeur de Florence a
constaté, en effet, par des observations recueillies sur de
grandes séries de crânes, que l'atrophie et l'absence de la
dent de sagesse sont beaucoup plus communes dans les races
supérieures que dans les races inférieures. Nous appelons
donc toute l'attention des observateurs sur l'évolution et la
constitution de la dent de sagesse dans les diverses races hu
maines.
dette étude se confond en partie avec celle des dentitions ;
mais, comme elle a une importance toute particulière et
comme elle soulève d'ailleurs plusieurs autres questions, il
sera bon de lui consacrer un registre spécial. Les questions à
étudier sont les suivantes :
(a). Date de f éruption. La date qu'il s'agit de fixer est celle
•où apparaît la première des quatre dents de sagesse, soit en
haut, soit en bas, soit à droite, soit à gauche. Il s'écoule sou
vent un intervalle assez long entre l'éruption delà première
et celle de la dernière dent de sagesse. Il sera utile d'indiquer
aussi, lorsqu'on le pourra, cette seconde date; mais c'est la
première qui est caractéristique.
La date de l'apparition de la première des dents de sagesse