Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'enquête 2004 du recensement en Nord-Pas-de-Calais : migrations inter-régionales et population

De
6 pages
L'enquête 2004 du recensement montre une augmentation des mouvements migratoires en début de vie active : de plus en plus de jeunes viennent s'installer dans la région ou font le choix de la quitter. Les plus âgés, quant à eux, restent autant attachés au Nord-Pas-de-Calais qu'auparavant. Les grandes évolutions démographiques observées France entière, comme le vieillissement de la population et les phénomènes de décohabitation, se confirment pour la région. Le Nord-Pas-de-Calais garde cependant ses spécificités : les jeunes y sont plus nombreux qu'ailleurs, et la taille des ménages y est plus élevée. Le taux de chômage régional, en recul par rapport à 1999, reste l'un des plus élevés en France.
Voir plus Voir moins

L’enquête 2004 du recensement en Nord-Pas-de-Calais :
migrations inter-régionales et population
Publiés en début d’année, les premiers
résultats de l’enquête 2004 du recen-
sement de la population ont confirméL’enquête 2004 du recensement montre
la croissance modeste mais continue de
la population du Nord-Pas-de-Calais,une augmentation des mouvements migratoires
désormais au-dessus de la barre des
4 millions d’habitants. Une exploitationen début de vie active : de plus en plus de jeunes
approfondie de cette première collecte
2004 permet d’ores et déjà de mieuxviennent s’installer dans la région ou font le choix
comprendre les dynamiques en œuvre
derrière l’évolution démographique, et
de la quitter. Les plus âgés, quant à eux, restent d’analyser les comportements migra-
toires comme les caractéristiques
autant attachés au Nord-Pas-de-Calais socio-démographiques des habitants
du Nord-Pas-de-Calais.
qu'auparavant. Les grandes évolutions
DES MOUVEMENTS
démographiques observées France entière, comme MIGRATOIRES À L’INTENSITÉ
CROISSANTE
le vieillissement de la population et les phénomènes
Les mouvements migratoires entre les
de décohabitation, se confirment pour la région. régions de France métropolitaine se
sont notablement accrus entre 1999 et
Le Nord-Pas-de-Calais garde cependant ses 2004, par rapport aux déplacements
observés entre 1990 et 1999. Le
Nord-Pas-de-Calais participe à cesspécificités : les jeunes y sont plus nombreux
échanges régionaux plus intenses.
Ainsi, pour 1 000 habitants, le nombre dequ’ailleurs, et la taille des ménages y est plus élevée.
départs de notre région s’élève à plus
de 12 par an depuis 1999, contre 10 surLe taux de chômage régional, en recul par rapport à
la décennie précédente. Le nombre
d’entrées s’est aussi accrû, mais dans1999, reste l’un des plus élevés en France.
une moindre proportion, passant de 7,0 à
7,7 pour 1 000 habitants. L’excédent
des départs sur les entrées correspond,
pour 1 000 habitants, à un déficit
migratoire interne d’environ 4,5
personnes par an sur la période
1999-2004, contre 3,0 personnes par
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00an sur la décennie précédente. En territoires où les départs des jeunes À l’opposé, les régions qui profitent d’un
volume, cela correspond à près de sont réputés être peu nombreux, excès des entrées sur les sorties de
98 000 entrants et 180 000 sortants l’augmentation des déplacements est jeunes sont l’Île-de-France (+116 500
sur les cinq dernières années. Afin de d’une même ampleur qu’en personnes), Rhône-Alpes (+13 000
mesurer les migrations totales, il serait Nord-Pas-de-Calais : en Alsace et en Midi-Pyrénées (+12 000
nécessaire d’ajouter à ces mouve- Rhône-Alpes, le taux annuel de sortie personnes) et Provence-Alpes-
ments entre régions les échanges s’accroît de 10 points, et de 7 points Côte-d’Azur (+10 900 personnes).
avec l’étranger. Ces derniers ne sont en Île-de-France.
cependant connus que France entière, L’intensité des échanges migratoires en
et ne peuvent être aisément régiona- En contrepoint de ces départs plus Nord-Pas-de-Calais est plus faible
lisés (cf. Champ de l’étude). nombreux, le Nord-Pas-de-Calais lorsque l’âge de la population concernée
devient une région plus attractive est plus élevé (cf. graphique 1). Dans
La région ne garde un solde migratoire pour les jeunes des autres régions : la tranche d’âge des 30-39 ans, le taux
positif qu’avec ses voisins immédiats : sur 1 000 jeunes âgés de 20 à 29 ans, de sortie s’élève à près de 18‰ par
la Picardie et la Champagne-Ardenne. on compte près de 18 entrées par an an entre 1999 et 2004. Il est inférieur
C’est avec l’Île-de-France, Rhône-Alpes entre 1999 et 2004, contre 12 entrées à 8‰ pour les personnes âgées de
et Provence-Alpes-Côte-d’Azur que les par an sur la période 1990-1999. 40 à 59 ans, et avoisine les 4‰ pour
échanges de population sont les plus les personnes de plus de 59 ans. Le
déficitaires, avec un solde proche de Cette croissance des entrées est nombre de ces sorties n’a guère
-14 000 habitants avec chacune de toutefois moindre que celle des augmenté par rapport à la période
ces régions. Le Nord-Pas-de-Calais départs, accentuant le déficit migratoire 1990-1999. Ce phénomène illustre
illustre ainsi la logique migratoire qui des jeunes, avec une perte nette l’ancrage de la population à son terri-
partage la France en deux territoires : d’environ 27 000 personnes âgées de toire, à la différence d’une région de
toutes les régions au nord d’une ligne 20 à 29 ans au profit des autres régions brassage comme l’Île-de-France, où
reliant le Mont-Saint-Michel à Genève entre 1999 et 2004 (cf. carte 1). Le le taux annuel de sortie pour les
ont un solde migratoire négatif, au profit Nord-Pas-de-Calais reste ainsi la personnes de plus de 59 ans
des régions du sud, et plus particulière- région la plus déficitaire, avec les dépasse les 16‰.
ment des régions méditerranéennes. Pays de la Loire (-17 000 personnes)
et la Bourgogne (-13 900 personnes).
MOBILITÉ ACCRUE DES PLUS Carte 1 : TAUX ANNUEL MOYEN DE MIGRATION NETTE
JEUNES, ATTACHEMENT DES JEUNES DE 20 À 29 ANS ENTRE 1999 ET 2004
MAINTENU DES PLUS ÂGÉS
Parmi ces migrations internes, près
du tiers concernent des personnes
âgées de 20 à 29 ans. Le
Nord-Pas-de-Calais est toutefois la
région de France métropolitaine où
les départs de cette population sont
les moins nombreux, avec moins de
29 départs pour 1 000 jeunes en
moyenne par an sur la période
1999-2004. La relative faiblesse de
ces départs tient en partie à la diversité
de l’enseignement supérieur régional,
qui parvient à répondre à la majorité
des besoins de formation. La capacité
de la région à retenir ses jeunes s’est
toutefois réduite au cours de la dernière
décennie : entre 1990 et 1999, seule-
ment 19 départs étaient enregistrés
en moyenne chaque année pour
1 000 jeunes.
Le Nord-Pas-de-Calais suit sur ce
point une tendance générale : tandis
qu’entre 1990 et 1999, le taux annuel
de sortie des jeunes était inférieur à
35‰ dans quinze régions, seules
quatre régions sont encore dans ce
cas entre 1999 et 2004. Dans tous les Source : Insee - Enquête annuelle de recensement de 2004marqué qu’ailleurs, de 1,0 point depuis
Graphique 1 : TAUX ANNUELS DE MIGRATIONS INTER-RÉGIONALES 1999, contre 0,8 point en France
SELON L'ÂGE
métropolitaine.
À l’inverse, le nombre des personnes
âgées de 75 ans ou plus augmente
dans la région de 17,5% entre 1999 et
2004, suivant en cela le vieillissement
général de la population française. Les
seniors de plus de 75 ans représentent
aujourd’hui 6,7% des habitants du
Nord-Pas-de-Calais, contre 8,7% des
habitants en France métropolitaine.
La part des personnes âgées de 60 à
74 ans décroît de près d’un point entre
1999 et 2004, passant de 12,4% à
11,4% de la population régionale :
c’est là, la conséquence des classes
creuses nées pendant la seconde
guerre mondiale. Du fait d’un déficit
des naissances alors plus prononcé
en Nord-Pas-de-Calais, l’ampleur du
phénomène y apparaît deux fois plus
marquée que dans l’ensemble de la
France métropolitaine, où cette part
passe de 13,6% à 13,1%. Dès 2005
cependant, les générations nombreuses
du baby-boom commenceront à franchir
Source : Insee - Enquête annuelle de recensement 2004 - Recensement de la population 1999
les 60 ans, enrichissant à l’avenir cette
classe d’âge.Les personnes de 18 ans ou plusLE NOMBRE D’ÉTRANGERS
devenues françaises par acquisitionEN LÉGER RECUL
Au total, le rapport entre le nombre desont elles aussi moins nombreuses.
jeunes de moins de 20 ans et deAvec près de 5 300 personnes enLe nombre d’étrangers tel qu’il est mesuré
personnes de plus de 60 ans atteintmoins entre 1999 et 2004, les Françaisavec le recensement de la population
1,6, niveau le plus élevé des régionspar acquisition représentent 2,45%(cf. Définitions) comptabilise toutes les
de France métropolitaine avecdes habitants du Nord-Pas-de-Calais,personnes qui n’ont pas la nationalité
l’Île-de-France et la Picardie. Cecontre 2,60% en 1999. Ce phénomènefrançaise mais qui résident en France
rapport est le plus faible dans lecontraste avec la hausse de 15% quepour une durée de six mois au moins. Il
Limousin, en Corse, en Auvergne et encette population avait enregistré sur lainclut donc les étrangers installés sur
Poitou-Charentes, où il s’établit entrepériode 1990-1999.notre sol depuis de nombreuses années
0,7 et 0,9.comme les étudiants étrangers effec-
Ces évolutions démographiques tien-tuant en France une année scolaire.
Globalement, cet indicateur fait appa-nent principalement au vieillissement
raître, comme en 1999, une Francedes populations concernées : dans laDans le Nord-Pas-de-Calais, le nombre
plus jeune dans le Nord et l’Est du terri-région, en 1999, près de 28 000 étran-d’étrangers âgés de 18 ans ou plus a
toire, par rapport aux régions de lagers et 42 000 Français par acquisitiondiminué de près de 5 600 personnes
façade atlantique, du centre et duétaient âgés de 60 ans ou plus.en cinq ans et représente 2,6% des
pourtour méditerranéen, où le poids
habitants de la région en 2004, contre
des personnes âgées dépasse ou2,8% en 1999. Cette évolution PLUS DE JEUNES
approche celui des personnes deprolonge les tendances observées sur QU’AILLEURS, MAIS LA moins de 20 ans (cf. carte 2).
la précédente décennie, où le nombre DIFFÉRENCE S’ESTOMPE
d’étrangers était en recul de près de
20%. L’exploitation de la seule Le Nord-Pas-de-Calais reste la plus
enquête 2004 du recensement ne jeune des régions de France métropo-
permet pas encore de ventiler avec litaine : en 2004, près de 28,2% des
une fiabilité suffisante les données habitants ont moins de 20 ans, une
selon la nationalité : il faudra pour ce proportion de 4,5 points supérieure à la
faire attendre le cumul de plusieurs moyenne nationale. Cette part connaît
enquêtes. cependant un recul légèrement plus
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00DES MÉNAGES PLUS PETITSCarte 2 : RAPPORT DU NOMBRE DE PERSONNES DE MOINS DE 20 ANS
SUR LE NOMBRE DE PERSONNES DE 60 ANS OU PLUS ET DES LOGEMENTS PLUS
GRANDS
À l’instar des personnes seules, la
part des ménages de deux person-
nes augmente également, passant
de 29,5% à 31,0%. Les ménages se
composant de trois membres restent
aussi nombreux qu’en 1999. Par
contre, le poids des ménages de
quatre membres ou plus est en net
recul, ne regroupant plus que 24%
des ménages en 2004 contre 27% en
1999.
Ces tendances contribuent à la
réduction du nombre moyen de
personnes par ménage, de 2,6 en 1999
à 2,5 en 2004 en Nord-Pas-de-Calais.
La taille des ménages dans la région
demeure cependant plus élevée que
dans l’ensemble de la France métro-
politaine, où un ménage regroupe en
moyenne 2,3 personnes (cf. tableau 1).
Les phénomènes de décohabitation,
à la source de ces évolutions, condui-
sent aussi à une multiplication du
nombre des ménages. L’enquête
2004 du recensement de la popula-
tion permet d’estimer à près deSource : Insee - Enquête annuelle de recensement de 2004
1 570 000 le nombre de ménages
dans la région, contre 1 492 000 enCette évolution est légèrement plusPLUS DE PERSONNES
1999. Pour répondre à cet essor derapide que celle observée en FranceVIVENT SEULES
5,2% sur cinq ans du nombre demétropolitaine (31,0% en 1999 et 32,8%
ménages, la croissance du parc deen 2004), et tient principalement auLe vieillissement de la population et
logements a également été soutenue,vieillissement de la population : dansla poursuite de la décohabitation
proche de +4,4%, soit près de 14 400la région, près de 97 000 personnesconduisent à une croissance du
logements en plus chaque année.de plus de 75 ans vivaient seules ennombre de personnes vivant seules.
Elle est cependant restée insuffisante1999 ; elles étaient 115 000 dans ceEn 2004, près de 455 000 personnes
pour éviter les tensions sur le parccas en 2004. Le Nord-Pas-de-Calaisvivent seules en Nord-Pas-de-Calais :
immobilier : en témoigne le recul de lareste cependant une des régions dela solitude gagne du terrain en
part des logements vacants (de 5,6% àFrance métropolitaine où la solitudetouchant 57 000 personnes de plus
5,2%) et des résidences secondairesest la moins prégnante.qu’en 1999. La part des ménages
ou occasionnelles (de 3,5% à 3,1%)composés d’une seule personne
au profit des principales.passe ainsi de 26,6% en 1999 à
29,0% en 2004.
Tableau 1 : INDICATEUR DE TAILLE ET DE PEUPLEMENT DES RÉSIDENCES PRINCIPALES
Unité : nombre
Nord-Pas-de-Calais France métropolitaine
1999 2004 Variation 1999/2004 1999 2004 Variation 1999/2004
Nombre moyen de pièces par logement 4,26 4,44 +0,18 3,86 3,99 +0,13
Nombre moyen de personnes par logement 2,64 2,51 -0,13 2,40 2,32 -0,08
Nombre moyen de par pièce 0,62 0,56 -0,06 0,62 0,58 -0,04
Source : Insee - Enquête annuelle de recensement 2004 - Recensement de la population 1999Dans le même temps, les logements
Carte 3 : TAUX DE CHÔMAGE DES PERSONNES ÂGÉES DE 14 À 64 ANS EN 2004
sont en moyenne légèrement plus
grands : le nombre de pièces s’établit
à 4,44 en 2004 contre 4,24 en 1999,
hausse plus importante que sur l’en-
semble de la France métropolitaine.
Le rapport entre le nombre d’occu-
pants et le nombre de pièces d’un
logement est ainsi en recul continu, et
s’établit à 0,56 personne par pièce en
Nord-Pas-de-Calais, une situation
comparable à la moyenne nationale.
LE NOMBRE D’ACTIFS
EN HAUSSE
Le nombre d’actifs de la région, qui
regroupe les personnes ayant un emploi
et les chômeurs, est estimé à près de
1 735 000 personnes selon l’enquête
2004 du recensement de la population.
Sur l’ensemble des personnes âgées
de 25 à 54 ans, cela représente une
croissance totale supérieure à 3,5%
entre 1999 et 2004. Cette évolution est
conforme aux projections de l’Insee : la
population active du Nord-Pas-de-Calais
ne devrait diminuer que dans quelques
années.
La croissance du nombre d’actifs
Source : Insee - Enquête annuelle de recensement de 2004résulte principalement d’une hausse du
taux d’activité féminine : sur l’ensemble
des femmes âgées de 25 à 54 ans, ce Dans la région, le niveau du chômage Suite aux effets de la reprise écono-
taux est passé de 72,2% à 75,4% au au sens du recensement est compa- mique entre 1999 et 2001, et malgré
cours des cinq dernières années. Il rable à celui observé dans le pourtour une remontée dans un passé très
reste cependant, comme en 1999, méditerranéen (Languedoc-Roussillon, récent, le taux de chômage dans la
inférieur de 8 points au taux observé sur Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Corse), région en 2004 est de 2 points inférieur
l’ensemble de la France métropo- et supérieur de près de 3 points à celui à son niveau de 1999. France entière,
litaine : le Nord-Pas-de-Calais demeure, observé dans les autres régions du le recul du chômage a été d’une
avec la Corse, la région où l’activité Nord (Picardie, Haute-Normandie, moindre ampleur, avec une baisse
féminine est la moins répandue. Champagne-Ardenne) (cf. carte 3). d’environ 1 point par rapport au niveau
de 1999.
UN CHÔMAGE ÉLEVÉ Comme partout ailleurs, les femmes
sont plus touchées que les hommes : enDANS LES RÉGIONS
Nord-Pas-de-Calais, le taux de chômageDU NORD ET DU SUD-EST
des femmes est estimé à 17,4%,
contre 13,9% pour les hommes. LesLe Nord-Pas-de-Calais reste une région
jeunes surtout ont des difficultés àparticulièrement touchée par le chômage
trouver un emploi : parmi les personnesen 2004. Sur les personnes âgées de
de moins de 25 ans sur le marché du15 à 64 ans, le taux de chômage, tel
travail, près de 30,5% se déclarentqu’il est défini dans le recensement de
chômeurs, soit une proportion de 8la population (cf. Définitions), atteint
points plus élevée que la moyenne15,5%. Comme dans toutes les régions
nationale.françaises, ce chômage déclaratif est
plus élevé que le taux de chômage au
sens du Bureau international du travail,
proche de 13% en Nord-Pas-de-Calais
pour l’année 2004.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS
Source
Ces résultats sont issus de l’exploitation de l’enquête de recensement 2004, première du nouveau dispositif de recensement
instauré par la loi du 27 février 2002. La nouvelle méthode de recensement substitue au comptage traditionnel organisé tous les
huit ou neuf ans une technique d’enquêtes annuelles. Les premières populations légales de chaque circonscription administrative
seront ainsi déterminées au terme de cinq collectes, c’est-à-dire fin 2008. D’ici là, les premières enquêtes de recensement, à
l’instar de la collecte 2004, permettent d’estimer les principales caractéristiques socio-démographiques aux niveaux régional et
national.
Champ de l’étude
Ménages et communautés : l’étude porte sur le seul champ des ménages. Sont donc exclues les populations des commu-
nautés (cités universitaires, maisons de retraite, etc.) dont la collecte est trop partielle à l’issue de la seule vague d’enquête
2004.
Migrations internes : les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sur la population des personnes de cinq
ans et plus qui résidaient en France métropolitaine en 1999 et 2004. Les échanges avec les DOM et avec l’étranger ne sont
pas intégrés.
Le solde migratoire interne d’une région est estimé par différence entre les arrivants et les sortants de la région, il ne concerne
que les échanges entre régions de France métropolitaine. Le taux annuel de migration nette est le rapport de ce solde annuel
à la population moyenne (moyenne de la population de la région présente en 1999 et en 2004).
Migrations multiples : entre 1999 et 2004, des migrants ont pu successivement quitter puis revenir dans la région, ou réci-
proquement. On parle alors de migrations multiples. Ces dernières n’affectent cependant pas le solde migratoire mesuré
entre 1999 et 2004. Elles ne sont ainsi pas incluses dans le nombre d’entrants et de sortants calculés sur l’ensemble des cinq
années d’observation. Par contre, les taux annuels d’entrée et de sortie sont estimés en prenant en compte ces migrations
multiples. L’intensité des échanges, calculée année par année, apparaît ainsi supérieure au total des échanges mesurés sur
les cinq années d’observation.
Définitions
Étrangers et Français par acquisition : est étrangère toute personne résidant en France qui n’a pas la nationalité française.
Parmi les étrangers se trouvant en France au moment du recensement, seuls sont recensés ceux qui résident sur le territoire
national pour une durée d’au moins six mois. De la sorte, les touristes ne sont pas recensés. Les Français par acquisition sont
toutes les personnes devenues françaises par naturalisation, mariage ou déclaration à leur majorité.
Taux de chômage : dans l’enquête du recensement de la population, sont classées comme chômeurs les personnes qui se
sont déclarées comme telles et à la recherche d’un emploi, qu’elles soient inscrites ou non à l’ANPE. Il s’agit donc d’un
chômage déclaratif, qui diffère de la définition du Bureau international du travail.
Toutes les définitions sont disponibles sur www.insee.fr dans la rubrique « Nomenclatures - définitions - méthodes ».
Pour en savoir plus
L’enquête 2004 du recensement de la population : premiers résultats pour le Nord-Pas-de-Calais - Insee -
Profils Nord-Pas-de-Calais n° 12, janvier 2005.
Enquêtes annuelles de recensement : premiers résultats de la collecte 2004 - Principales caractéristiques de la population
et des logements - Insee - Insee Première n° 1001, janvier 2005.
Quelles ressources de main-d’œuvre à l’horizon 2015 ? - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 8, octobre 2003.
Sites Internet :
Pour plus d’informations sur le recensement, voir www.insee.fr, rubrique « recensement ».
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administration des Ressources : Brigitte RABIN -
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-Luc VAN GHELUWE - Maquettistes : Fabrice CARLIER, Annick CEUGNIEZ, Laurent DELESALLE -
Responsable de fabrication : Christian DE RUYCK - Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F. Kennedy -
BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours - ISSN en cours - Dépôt légal juillet 2005 -
© Insee 2005 - Code Sage PRO050820 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin