Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La compétence relationnelle : maîtrise de l'interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs - article ; n°1 ; vol.43, pg 47-72

De
29 pages
Revue française de sociologie - Année 2002 - Volume 43 - Numéro 1 - Pages 47-72
Philip Milburn : La competencia relacional : dominio de la interactión y legitimidad profesional. Abogados y mediadores.
El artículo examina la estructuración de la relación entre un interveniente y un usuario, inter-rogándole a la vez en sus dimensiones de interacción social de actividad profesional y ubicándose en consecuencia en la intersección de esos dos dominios de la teoría sociológica. Dos actividades han sido observadas en esta perspectiva, a la vez próximas en su contenido y diferentes en su marco social : la defensa penal por los abogados y la mediación para-judicial. Las esperanzas del usuario en relación de la intervención obligan al practicante a negociar con éste una definición del marco relacional, delimitando así el contenido de su estatuto y de su intervención. Este marco se caracteriza por una diligencia de cooperación con el fin de alcanzar el objetivo asignado a la relación : la defensa judicial о la resolución del conflicto. Estes resultan en definitiva así, de un compromiso entre practicante y usuario, siendo este último el autor de las soluciones irrevocables. Determinando este régimen relacional, el practicante ejerce una forma de competencia, apoyado sobre un registro ético al mismo tiempo que experto. Esta competencia constituye también el conductor de la legitimación de su intervención y del deseo de su profesionalidad que no se resumen a un estatuto о a un conocimiento, si no que supone una definición práctica de la autoridad y de la independencia profesionales.
Philip Milburn : The relational competence : control of interaction and professional legitimacy. Barristers and mediators.
The paper looks at the structural process defining the relationship between a practitioner and a client, exploring it both in terms of social interaction and as a professional performance, thus locating the analysis at the turnstile of these two domains of sociological theory. Two activities are scanned in this perspective, both close in their content and different in their context of exercise : the criminal defence by barristers and para-judicial forms of mediation. The expectations of the client concerning the professional performance compel the practitioner to negotiate a definition of the relational frame with him, thus defining the contents of his status and his achievement. The frame consists in a co-operative behaviour towards the purpose assigned to the relationship : the judicial defence or the resolution of the dispute. They proceed from a compromise between practitioner and layman, the latter being the author of the chosen solutions. In determining this relational regime, the practitioner shows a kind of competence underpinned by ethics as much as expertise. Besides, this process contributes to the legitimacy of the performance and hence of professionalism, which cannot be restricted to status or knowledge but implies an empirical definition of professional authority and independence. and hence of professionalism, which cannot be restricted to status or knowledge but implies an empirical definition of professional authority and independence.
Philip Milburn : Die relationale Zuständigkeit : Interaktionsbeherrschung und professionelle Legitimität. Rechtsanwälte und Vermittler.
Der Aufsatz untersucht die Strukturierung der Beziehung zwischen einem beruflich Eingreifenden und einem Benutzer, und stellt gleichzeitig die Frage nach ihren Dimensionen der sozialen Interaction und der professionellen Aktivität, womit er sich an die Kreuzung dieser beiden Domänen der soziologischen Theorie stellt. Zwei Aktivitäten sind in dieser Perspektive beobachtet worden, gleichzeitig nah in ihrem Inhalt und verschieden in ihrem sozialen Rahmen : die Strafverteidigung durch die Rechtsanwälte und die parajuristische Vermittlung. Die Erwartungen des Benutzers an den beruflich Eingreifenden zwingen den Praktiker, mit diesem eine Definition des relationalen Rahmens auszuhandeln, womit der Inhalt seines Status und seines Eingriffs abgegrenzt wird. Dieser Rahmen zeichnet sich durch ein Vorgehen der Zusammenarbeit aus, um das gewünschte Ziel der Beziehung zu erreichen : die gerichtliche Verteidigung oder die Entschliessung des Konfliktes. Diese ergeben sich schliesslich aus einem Kompromiss zwischen Praktiker und Benutzer, wobei der Benutzter der Autor der festgelegten Lösungen ist. Durch die Festlegung dieses relationalen Regimes übt der Praktiker eine Zuständigkeitsform aus, die sich sowohl auf ein Ethiker- als auch Expertenregister stützt. Diese Zuständigkeit ist ausserdem der Legitimierungsvektor seines Eingriffs und damit auch seiner Professionalität, die sich nicht auf einen Status oder ein Wissen reduzieren lassen, sondera eine praktische Definition der beruflichen Autorität und Unabhängigkeit voraussetzen. tungen des Benutzers an den beruflich Eingreifenden zwingen den Praktiker, mit diesem eine Definition des relationalen Rahmens auszuhandeln, womit der Inhalt seines Status und seines Eingriffs abgegrenzt wird. Dieser Rahmen zeichnet sich durch ein Vorgehen der Zusammenarbeit aus, um das gewünschte Ziel der Beziehung zu erreichen : die gerichtliche Verteidigung oder die Entschliessung des Konfliktes. Diese ergeben sich schliesslich aus einem Kompromiss zwischen Praktiker und Benutzer, wobei der Benutzter der Autor der festgelegten Lösungen ist. Durch die Festlegung dieses relationalen Regimes übt der Praktiker eine Zuständigkeitsform aus, die sich sowohl auf ein Ethiker- als auch Expertenregister stützt. Diese Zuständigkeit ist ausserdem der Legitimierungsvektor seines Eingriffs und damit auch seiner Professionalität, die sich nicht auf einen Status oder ein Wissen reduzieren lassen, sondera eine praktische Definition der beruflichen Autorität und Unabhängigkeit voraussetzen.
L'article examine la structuration de la relation entre un intervenant et un usager, l'interrogeant à la fois dans ses dimensions d'interaction sociale et d'activité professionnelle et se situant par conséquent à l'intersection de ces deux domaines de la théorie sociologique. Deux activités ont été observées dans cette perspective, à la fois proches dans leur contenu et différentes dans leur cadre social : la défense pénale par les avocats et la médiation para-judiciaire. Les attentes de l'usager vis-à-vis de l'intervention obligent le praticien à négocier avec celui-ci une définition du cadre relationnel, délimitant ainsi la teneur de son statut et de son intervention. Ce cadre se caractérise par une démarche de coopération en vue d'atteindre l'objectif assigné à la relation : la défense judiciaire ou la résolution du conflit. Ainsi ceux-ci résultent, en définitive, d'un compromis entre praticien et usager, ce dernier étant l'auteur des solutions arrêtées. En déterminant ce régime relationnel, le praticien exerce une forme de compétence, qui s'appuie sur un registre éthique autant qu'expert. Cette compétence constitue en outre le vecteur de légitimation de son intervention et partant de la professionnalité, qui ne se résume pas à un statut ou un savoir, mais suppose une définition pratique de l'autorité et de l'indépendance professionnelles.
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Philip Milburn
La compétence relationnelle : maîtrise de l'interaction et
légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs
In: Revue française de sociologie. 2002, 43-1. pp. 47-72.
Citer ce document / Cite this document :
Milburn Philip. La compétence relationnelle : maîtrise de l'interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs. In:
Revue française de sociologie. 2002, 43-1. pp. 47-72.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_2002_num_43_1_5473Resumen
Philip Milburn : La competencia relacional : dominio de la interactión y legitimidad profesional.
Abogados y mediadores.
El artículo examina la estructuración de la relación entre un interveniente y un usuario, inter-rogándole
a la vez en sus dimensiones de interacción social de actividad profesional y ubicándose en
consecuencia en la intersección de esos dos dominios de la teoría sociológica. Dos actividades han
sido observadas en esta perspectiva, a la vez próximas en su contenido y diferentes en su marco social
: la defensa penal por los abogados y la mediación para-judicial. Las esperanzas del usuario en
relación de la intervención obligan al practicante a negociar con éste una definición del marco
relacional, delimitando así el contenido de su estatuto y de su intervención. Este marco se caracteriza
por una diligencia de cooperación con el fin de alcanzar el objetivo asignado a la relación : la defensa
judicial о la resolución del conflicto. Estes resultan en definitiva así, de un compromiso entre practicante
y usuario, siendo este último el autor de las soluciones irrevocables. Determinando este régimen
relacional, el practicante ejerce una forma de competencia, apoyado sobre un registro ético al mismo
tiempo que experto. Esta competencia constituye también el conductor de la legitimación de su
intervención y del deseo de su profesionalidad que no se resumen a un estatuto о a un conocimiento, si
no que supone una definición práctica de la autoridad y de la independencia profesionales.
Abstract
Philip Milburn : The relational competence : control of interaction and professional legitimacy. Barristers
and mediators.
The paper looks at the structural process defining the relationship between a practitioner and a client,
exploring it both in terms of social interaction and as a professional performance, thus locating the
analysis at the turnstile of these two domains of sociological theory. Two activities are scanned in this
perspective, both close in their content and different in their context of exercise : the criminal defence by
barristers and para-judicial forms of mediation. The expectations of the client concerning the
professional performance compel the practitioner to negotiate a definition of the relational frame with
him, thus defining the contents of his status and his achievement. The frame consists in a co-operative
behaviour towards the purpose assigned to the relationship : the judicial defence or the resolution of the
dispute. They proceed from a compromise between practitioner and layman, the latter being the author
of the chosen solutions. In determining this relational regime, the practitioner shows a kind of
competence underpinned by ethics as much as expertise. Besides, this process contributes to the
legitimacy of the performance and hence of professionalism, which cannot be restricted to status or
knowledge but implies an empirical definition of professional authority and independence. and hence of
professionalism, which cannot be restricted to status or knowledge but implies an empirical definition of
professional authority and independence.
Zusammenfassung
Philip Milburn : Die relationale Zuständigkeit : Interaktionsbeherrschung und professionelle Legitimität.
Rechtsanwälte und Vermittler.
Der Aufsatz untersucht die Strukturierung der Beziehung zwischen einem beruflich Eingreifenden und
einem Benutzer, und stellt gleichzeitig die Frage nach ihren Dimensionen der sozialen Interaction und
der professionellen Aktivität, womit er sich an die Kreuzung dieser beiden Domänen der soziologischen
Theorie stellt. Zwei Aktivitäten sind in dieser Perspektive beobachtet worden, gleichzeitig nah in ihrem
Inhalt und verschieden in ihrem sozialen Rahmen : die Strafverteidigung durch die Rechtsanwälte und
die parajuristische Vermittlung. Die Erwartungen des Benutzers an den beruflich Eingreifenden zwingen
den Praktiker, mit diesem eine Definition des relationalen Rahmens auszuhandeln, womit der Inhalt
seines Status und seines Eingriffs abgegrenzt wird. Dieser Rahmen zeichnet sich durch ein Vorgehen
der Zusammenarbeit aus, um das gewünschte Ziel der Beziehung zu erreichen : die gerichtliche
Verteidigung oder die Entschliessung des Konfliktes. Diese ergeben sich schliesslich aus einem
Kompromiss zwischen Praktiker und Benutzer, wobei der Benutzter der Autor der festgelegtenLösungen ist. Durch die Festlegung dieses relationalen Regimes übt der Praktiker eine
Zuständigkeitsform aus, die sich sowohl auf ein Ethiker- als auch Expertenregister stützt. Diese
Zuständigkeit ist ausserdem der Legitimierungsvektor seines Eingriffs und damit auch seiner
Professionalität, die sich nicht auf einen Status oder ein Wissen reduzieren lassen, sondera eine
praktische Definition der beruflichen Autorität und Unabhängigkeit voraussetzen. tungen des Benutzers
an den beruflich Eingreifenden zwingen den Praktiker, mit diesem eine Definition des relationalen
Rahmens auszuhandeln, womit der Inhalt seines Status und seines Eingriffs abgegrenzt wird. Dieser
Rahmen zeichnet sich durch ein Vorgehen der Zusammenarbeit aus, um das gewünschte Ziel der
Beziehung zu erreichen : die gerichtliche Verteidigung oder die Entschliessung des Konfliktes. Diese
ergeben sich schliesslich aus einem Kompromiss zwischen Praktiker und Benutzer, wobei der
Benutzter der Autor der festgelegten Lösungen ist. Durch die Festlegung dieses relationalen Regimes
übt der Praktiker eine Zuständigkeitsform aus, die sich sowohl auf ein Ethiker- als auch
Expertenregister stützt. Diese Zuständigkeit ist ausserdem der Legitimierungsvektor seines Eingriffs
und damit auch seiner Professionalität, die sich nicht auf einen Status oder ein Wissen reduzieren
lassen, sondera eine praktische Definition der beruflichen Autorität und Unabhängigkeit voraussetzen.
Résumé
L'article examine la structuration de la relation entre un intervenant et un usager, l'interrogeant à la fois
dans ses dimensions d'interaction sociale et d'activité professionnelle et se situant par conséquent à
l'intersection de ces deux domaines de la théorie sociologique. Deux activités ont été observées dans
cette perspective, à la fois proches dans leur contenu et différentes dans leur cadre social : la défense
pénale par les avocats et la médiation para-judiciaire. Les attentes de l'usager vis-à-vis de l'intervention
obligent le praticien à négocier avec celui-ci une définition du cadre relationnel, délimitant ainsi la teneur
de son statut et de son intervention. Ce cadre se caractérise par une démarche de coopération en vue
d'atteindre l'objectif assigné à la relation : la défense judiciaire ou la résolution du conflit. Ainsi ceux-ci
résultent, en définitive, d'un compromis entre praticien et usager, ce dernier étant l'auteur des solutions
arrêtées. En déterminant ce régime relationnel, le praticien exerce une forme de compétence, qui
s'appuie sur un registre éthique autant qu'expert. Cette compétence constitue en outre le vecteur de
légitimation de son intervention et partant de la professionnalité, qui ne se résume pas à un statut ou un
savoir, mais suppose une définition pratique de l'autorité et de l'indépendance professionnelles.R. franc, sociol, 43-1, 2002, 47-72
Philip MILBURN
La compétence relationnelle : maîtrise
de l'interaction et légitimité professionnelle
Avocats et médiateurs
RÉSUMÉ
L'article examine la structuration de la relation entre un intervenant et un usager, l'inte
rrogeant à la fois dans ses dimensions d'interaction sociale et d'activité professionnelle et se
situant par conséquent à l'intersection de ces deux domaines de la théorie sociologique.
Deux activités ont été observées dans cette perspective, à la fois proches dans leur contenu
et différentes dans leur cadre social : la défense pénale par les avocats et la médiation
para-judiciaire. Les attentes de l'usager vis-à-vis de l'intervention obligent le praticien à
négocier avec celui-ci une définition du cadre relationnel, délimitant ainsi la teneur de son
statut et de son intervention. Ce cadre se caractérise par une démarche de coopération en
vue d'atteindre l'objectif assigné à la relation : la défense judiciaire ou la résolution du conf
lit. Ainsi ceux-ci résultent, en définitive, d'un compromis entre praticien et usager, ce der
nier étant l'auteur des solutions arrêtées. En déterminant ce régime relationnel, le praticien
exerce une forme de compétence, qui s'appuie sur un registre éthique autant qu'expert.
Cette compétence constitue en outre le vecteur de légitimation de son intervention et partant
de la professionnalité, qui ne se résume pas à un statut ou un savoir, mais suppose une défi
nition pratique de l'autorité et de l'indépendance professionnelles.
Depuis plusieurs années, la sociologie s'est abondamment penchée sur la
relation de service sous de multiples formes. Cependant, rares sont les travaux
de recherche, en France en particulier, qui considèrent la relation comme un
élément central de la définition de la professionnalité. Or pour de multiples
activités professionnelles dont le contact personnalisé avec le public constitue
un aspect essentiel pour l'accomplissement de leurs objectifs, la maîtrise de
l'interaction apparaît comme le creuset de la compétence. La perspective que
nous proposons d'adopter ici se situe à la croisée de deux domaines d'investi
gation : la sociologie de l'interaction sociale et la sociologie des professions.
L'analyse des interactions sociales, si elle est largement développée dans la
recherche contemporaine, ne s'est pas intéressée de manière approfondie aux
spécificités de la relation entre professionnel et profane. Ce type de situation
suppose à la fois une implication des protagonistes dans la relation autour
47 Revue française de sociologie
d'un enjeu commun (l'objectif de l'intervention professionnelle) et le maint
ien d'une distance statutaire que nécessite la posture professionnelle.
Quant à la sociologie des professions, désormais bien implantée en France
(Dubar et Tripier, 1998), elle s'est principalement interrogée sur les caracté
ristiques sociologiques du groupe professionnel, plutôt que sur la dimension
professionnelle de son activité. Pourtant, Eliott Freidson, l'un des principaux
théoriciens de la sociologie américaine des professions, nous avertit que
« l'analyse de la pratique et de l'organisation du travail est un problème
essentiel pour la des professions » et, par ailleurs, que « le contrôle
de l'intervention professionnelle constitue l'enjeu principal pour l'analyse du
travail» (Freidson, 1970, p. 88) (1). Dans cette optique, la compétence ne
représente pas simplement un ensemble de savoirs que chaque professionnel
mettrait à la disposition des usagers mais un processus d'intervention tech
nique, adapté au problème qui lui est soumis, fondé à la fois sur son statut, ses
connaissances, son expérience et la capacité de mobiliser les ressources
auquel l'usager lui donne accès (2). Ainsi définie, la compétence n'est pas
exclusive aux professions - quel que soit le sens que l'on donne à cette
notion —, toute activité sociale et toute interaction sociale faisant appel, peu
ou prou, à une forme de compétence, ainsi que le note A. Giddens (3). Se pose
alors la question de la définition du caractère proprement professionnel de la
compétence et partant de la définition, très problématique, de la notion de
« profession ».
Le débat taxinomique a suffisamment occupé la littérature spécialisée pour
que nous n'y revenions pas. Sa relative stérilité en terrain français ne justifie
toutefois pas l'abandon définitif de sa pertinence heuristique (4). Il nous
semble en effet que le statut professionnel offre des particularités en termes
de légitimité de l'intervention. Cet article présente les résultats de travaux de
recherche qui se sont employés à approfondir l'hypothèse de Freidson selon
laquelle le processus de contrôle de l'interaction par le professionnel est
(1) Cet ouvrage de Freidson n'ayant pas été (3) «Tous les membres compétents d'une
traduit en français, les extraits cités dans cet société font preuve d'une grande habileté dans
article sont traduits par nos soins. Dans la l'accomplissement concret des activités
phrase : « The central issue in the analysis of sociales : ce sont, pour ainsi dire, des "socio-
work is control of performance.», la notion de logues experts". » (Giddens, 1987, p. 75).
« performance » pose un problème de traduction, (4) Pour mémoire, on peut rappeler que la
le terme français « d'activité » étant trop général notion de « profession », aux États-Unis et dans
pour lui correspondre. Celui « d'intervention » nombre de pays anglophones, renvoie à des
lui a donc été préféré en l'occurrence. groupes professionnels particuliers et
(2) Freidson écrit à ce sujet : « La compé- dominants (médecins, avocats, architectes)
tence n'est pas une simple connaissance, c'est dotés d'un statut juridique spécifique. Elle se
l'application pratique du savoir socialement distingue alors de la notion de « métiers »
organisé et utilisé comme ressource pour (« occupations »), privés de ce statut qui
l'implication du professionnel dans sa confère des prérogatives particulières,
pratique. » (Freidson, 1970, p. 159). La notion notamment le monopole d'un secteur d'activité
d'implication correspond en anglais à celle de (Dubar et Tripier, 1998). Aucune opposition
« commitment », notion essentielle dans les semblable n'existant en France, la notion de
théories interactionnistes, où Freidson puise profession y perdrait ainsi sa pertinence heuris-
une grande partie de son inspiration. tique en sociologie.
48 Milburn Philip
essentiel à la compréhension de l'activité professionnelle. À partir des cadres
théoriques et empiriques posés par Freidson et les sociologues américains de
l'interaction sociale, ces recherches ont entrepris de mettre en relief le
processus de définition de la légitimité de l'intervention professionnelle dans
la relation avec l'usager, dans le contexte de la société française où la nature
sociologique de la professionnalité est sensiblement différente de celle des
pays anglophones. Il s'est agi par conséquent de décliner les logiques propres
à une compétence relationnelle, en les mettant à l'épreuve empirique de deux
activités à la fois proches par leur domaine d'intervention et différentes par
leur organisation.
Eliott Freidson s'est appuyé sur les travaux qu'il a menés sur la profession
médicale, et sur l'interaction entre médecin et patient. Nous avons entrepris
pour notre part d'exploiter cette piste théorique dans un secteur différent :
celui de la justice. Deux activités liées à la justice pénale ont fait l'objet
d'investigations spécifiquement conduites sur la dimension de la compétence
relationnelle : celle d'avocat et celle de médiateur. Dans ce secteur, la relation
sociale est principalement caractérisée par l'exercice de la coercition et de
l'autorité institutionnelles. Or, précisément, nos travaux révèlent que avocat
et médiateur s'appuient plutôt sur la négociation que sur l'autorité prétorienne
pour atteindre les objectifs de leur intervention. Si ces deux ensembles de
praticiens adoptent des méthodes semblables dans un même univers péri-insti-
tutionnel, ils recèlent pourtant une différence notable : les avocats constituent
un groupe hautement professionnalisé cependant que les médiateurs, à
l'inverse, tantôt bénévoles, tantôt salariés, ne forment pas un corps profes
sionnel constitué. Au surplus, par son histoire, ses prérogatives et son statut,
la profession d'avocat a acquis un haut degré d'indépendance et de prestige ;
elle dispose du monopole de la défense judiciaire (Karpik, 1995).
Ces deux types de praticiens se trouvent face à des justiciables aux prises
avec l'institution judiciaire, le plus souvent par contrainte que par choix. Le
premier terrain de recherche a porté sur l'examen du travail des avocats en
matière de défense pénale, en particulier quant à la nature de la relation avec
leurs clients incriminés pour des infractions, afin d'évaluer la place qu'elle
occupe dans la préparation d'une stratégie de défense devant le tribunal. À
cette fin, une série importante d'avocats aux profils diversifiés a été inter
rogée et observée dans leur démarche de préparation de la défense pénale,
dans une pluralité de types de dossiers (5). La médiation, qui constitue le
second terrain, a fait l'objet d'une approche homologue d'analyse empirique
des modes relationnels entre médiateurs et usagers de la médiation dans la
perspective de mettre au jour les ressorts de la compétence mobilisés afin de
régler un différend entre deux justiciables. L'activité de étant
(5) Ce travail de recherche a été réalisé d'avocats spécialisés peu ou prou dans la
dans le cadre d'une thèse, complété par des défense pénale ont été interrogés spécifi-
observations postérieures et conforté par des quement sur leur relation avec leurs clients au
résultats concordants d'autres chercheurs (voir pénal, et une série importante d'observations
Sarat et Felstiner, 1995). Une quarantaine réalisée. Voir Milburn (1991).
49 Revue française de sociologie
distincte selon le domaine dans lequel elle intervient, la recherche a entrepris
de comparer, sur cette question, les trois domaines que sont la médiation
pénale (faisant suite à une plainte devant le procureur), la médiation sociale
(faisant suite à une plainte devant une autre institution) (6) et la
familiale qui règle les conflits de couple préalables à un divorce. Ces
domaines ont montré une forte concomitance dans la compétence relationnelle
constituée pour réaliser les médiations (7). L'analyse comparative entre
avocats et médiateurs, réalisée dans le cadre de cet article sur la base
d'enquêtes et de données homologues, permet de poser les fondations d'une
approche théorique de la notion de compétence relationnelle. La comparaison
oppose à l'intérieur d'un même secteur - l'intervention non institutionnelle
auprès des justiciables -, une profession dotée de fortes prérogatives et d'un
domaine d'expertise - le droit - hautement qualifié et une activité qui, à
l'inverse, ne dispose d'aucune de ces propriétés. Un tel contraste permettra en
dernier ressort d'articuler la question de la compétence relationnelle avec
celle de la professionnalité.
Du point de vue de son économie générale, l'article propose non pas
d'envisager successivement les deux activités mais de comparer plusieurs
aspects des modalités de leur intervention auprès de leurs usagers. Ainsi, la
première partie s'attache à rendre compte du processus progressif de défini
tion de l'ordre négocié de la relation (Strauss, 1992a), qui contribue à en déli
miter le sens. Dans un second temps sera examiné le cadre de référence
éthique et expert qui permet d'asseoir la relation professionnelle et partant,
qui oriente la compétence en la matière. En effet, si la relation professionnelle
doit répondre à des exigences de forme, elle ne peut pas, toutefois, s'appuyer
sur des règles de procédure établies : une éthique de la relation constitue alors
le principal guide de l'action et de l'interaction.
La définition de la situation relationnelle comme compétence
La notion de situation relationnelle permet de donner un premier cadre à
notre objet, qui ne se réduit pas à une interaction simple mais ne constitue pas
non plus une relation interpersonnelle durable, comme il peut en exister entre
amis ou entre collègues. La relation entre défenseur ou médiateur et justi
ciable, qu'elle soit brève ou soutenue, se construit et se module dans le temps,
et quand cela se justifie, par une série d'échanges et d'entretiens formels, à
intervalles non moins importants. Dans le cas des avocats, apparaît une palette
très diversifiée de cas de figure, liés à la nature du dossier et à l'expérience
judiciaire du prévenu. Certaines affaires peu complexes nécessitent une seule
rencontre avec le client peu de temps avant l'audience. Pour d'autres cas, en
(6) II s'agit pour l'essentiel, et selon les ainsi observées et une quarantaine de média-
expériences locales, de la police, des municipa- teurs interrogés. Ce travail de recherche a été
lités ou des offices HLM. réalisé grâce au soutien de la Mission de
(7) Onze instances de médiations ont été recherche « Droit et justice ».
50 Milburn Philip
revanche, l'existence d'une instruction judiciaire appelle plusieurs échanges
réguliers afin d'examiner l'ensemble des éléments du dossier et leur évolut
ion. Certains prévenus se trouvent en détention préventive, d'autre en
liberté ; certains sont des novices de la justice pénale, d'autres des récidivistes
accomplis. Toutefois, l'analyse générale de toutes ces situations présente une
même trame d'ensemble, posée par la nécessaire coopération entre praticien
et défendeur pour la détermination d'une stratégie de défense efficace devant
le tribunal, objectif principal qui qualifie la relation professionnelle (8).
Il en va de même pour la médiation : elle prend des formes différentes
selon les domaines d'intervention et parfois selon les instances de médiation,
notamment dans la durée et le nombre de séances nécessaires. Certaines
médiations pénales sont réalisées en moins d'une heure, mais la norme est de
deux séances : une rencontre avec chaque partie en conflit durant une
demi-heure environ, puis une séance de confrontation et de négociation entre
elles d'une heure ou parfois plus. Le même principe prévaut en médiation
sociale. En médiation familiale, en revanche, la plupart des médiateurs
prévoient cinq à six séances de rencontres entre les conjoints pour régler
toutes les dimensions du différend et de la préparation de la séparation conjug
ale.
Premiers échanges : stabilisation d'un régime interactionnel
Comme Eliott Freidson Га souligné pour l'activité médicale (Freidson,
1970), il existe lors du premier contact un écart considérable entre l'urgence
ressentie par l'usager et la réponse détachée et technique que le praticien est
amené à lui apporter. La relation s'installe donc sur une discordance qui n'en
constitue pas la limite, mais au contraire la base d'un ajustement des rôles
mutuels (9). Il en va de même pour les avocats dont la notoriété et le prestige
du statut ne suffisent pas à définir spontanément les modalités relationnelles
avec les clients : ce constat est fait par l'ensemble de nos informateurs,
confrontés à une clientèle de particuliers. Si les prévenus récidivistes savent
bien quoi attendre de leur avocat et ont parfois une stratégie relationnelle à
son égard, le tout-venant des clients ignore le fonctionnement du système
judiciaire. Dans ce cas, ils ont une vision erronée du rôle et des capacités de
l'avocat, qui va de l'excès de confiance à la méfiance absolue. Certains
prévenus pensent que leur avocat pourra obtenir très facilement leur élargisse
ment, voire leur relaxe, cependant que d'autres, accédant à la défense par la
commission d'office d'un avocat, ne distinguent pas nettement son rôle de
celui des magistrats.
(8) Pour une analyse détaillée des diffé- de la réponse possible rendrait l'interaction
rentes situations de défense, voir Milburn professionnelle très problématique, comme
(1991). dans le cas d'un médecin consultant l'un de ses
(9) Freidson va même jusqu'à suggérer que confrères en tant que patient. Voir Freidson
la proximité entre la nature de l'attente et celle (1970, p. 101 sq.).
51 Revue française de sociologie
Cette méconnaissance préalable est encore plus fréquente en matière de
médiation. Les personnes qui ont déposé une plainte ou qui en sont l'objet se
voient renvoyées par la police ou la justice devant une instance de médiation
dont ils ne connaissent ni les fonctions, ni les prérogatives. Les médiateurs ne
disposent pas de la notoriété et du prestige associés au statut d'avocat. Pire,
leurs prérogatives sont très faibles : ils ne peuvent nullement contraindre
l'une ou l'autre partie de s'engager dans la médiation (10). Certes, elle const
itue une alternative au tribunal, à laquelle les deux parties sont susceptibles
d'avoir intérêt. Ceci reste une ressource d'allocation et ne fournit au médiat
eur aucune ressource d'autorité (Giddens, 1987).
Expliciter les rôles, formuler les objectifs
II appartient à l'avocat de réduire la distance cognitive initiale, selon
l'expression de Freidson, et de définir quel type de relation le client pourra
avoir avec lui, compte tenu du rôle que chacun est amené à jouer. La défense
ne dépend pas des seuls arguments juridiques ou judiciaires que l'avocat
pourrait présenter devant la cour : elle repose largement sur des informations
que le client livre à son avocat et sur l'attitude qu'il adopte face au tribunal,
au cours des diverses étapes de la procédure d'accusation. Les échanges entre
avocat et client constituent un élément-clé de la préparation de la défense : les
conditions du déroulement de cet échange n'en sont que plus importantes. Il
appartient dès lors à l'avocat de les déterminer (11).
Dans un premier temps, le praticien est appelé à expliquer la défense, son
rôle et ses possibilités (12). Mais cette présentation est inséparable d'une
prise de connaissance des demandes du client. Celles-ci sont souvent excess
ives, mais le praticien se garde de les décevoir de manière trop abrupte, ce
qui pourrait installer la suspicion chez le client. En revanche, il s'appuie sur
elles pour les faire évoluer vers une position qu'ils considèrent plus « raison
nable » (13). Plus largement, lors de la première rencontre, l'avocat présente
le dispositif judiciaire par lequel le prévenu va passer et le rôle que chacun est
amené à y jouer. Ce faisant, il indique son rôle sur la scène judiciaire mais,
dans un même mouvement, en vient à définir le rôle que son client, pour sa
part, devra jouer, et qui correspond aux limites de l'intervention judiciaire de
la défense. Cette définition parallèle du rôle que chacun va occuper contribue
à fixer les termes de la relation professionnelle : c'est de l'échange que naîtra
le système de défense le plus efficace. Le « système de défense », dans la
(10) Concernant les prérequis juridiques, l'interaction. Cette opération de réduction
institutionnels et sociologiques de la médiation, aplanit d'évidentes pluralités de pratiques sur
voir Milburn (2000). lesquelles nous reviendrons. Toutefois, les
(11) Ce constat, que nous avons fait pour la principes fondamentaux de définition de la
défense pénale, est tout aussi effectif pour les situation interactionnelle présentés ici sont
affaires de divorce. Voir Schuman (1985), transversaux.
Sarat et Felstiner (1995). (13) Les guillemets renvoient ici, comme
(12) L'utilisation du singulier vise à mettre dans la suite du texte, aux propos des personnes
en scène le schéma idéal-typique de interviewées.
52 Milburn Philip
bouche de nos informateurs, ne se réduit pas aux arguments de l'avocat : il
inclut le comportement du prévenu devant les magistrats (déclarations,
présentation de soi, respect de la cour, etc.)- L'avocat doit disposer d'informat
ions pour construire son argumentaire et le prévenu doit apprendre à
connaître les comportements les plus appropriés à sa défense. Le premier
entretien, lorsqu'il est couronné de succès, arrête ce régime de la relation, qui
suppose l'adhésion du client à une démarche partagée (14).
C'est un processus semblable que l'on observe du côté de la médiation. Il
existe une proximité quant aux raisons qui amènent les justiciables devant un
avocat ou devant une instance de médiation : l'implication dans une affaire
judiciaire. Dans chaque cas, le recours au praticien est à la fois contraint et
libre. Le recours à la médiation fait suite à une orientation de la part d'une
institution, le plus souvent de la justice (procureur, juge des affaires famil
iales), mais reste facultatif, chacune des parties devant en accepter le principe
et adhérer au processus de conciliation (15). Or ces derniers restent fort énig-
matiques pour les personnes que l'on y envoie et leur explicitation s'avère un
préalable indispensable. Elle est entreprise dès l'envoi d'un courrier de
convocation à une première rencontre avec le médiateur, qui constitue l'occa
sion d'en préciser les conditions : libre choix, rencontre avec la partie
adverse, rôle du médiateur, etc. Puis elle est renouvelée lors des premiers
entretiens réalisés séparément avec chacune des deux parties impliquées.
« Premièrement, nous leur expliquons comment ça fonctionne et deuxième
ment nous leur faisons exposer les faits, puis nous leur expliquons l'intérêt
qu'ils ont à trouver une solution entre eux plutôt qu'une solution devant un
tribunal. » (médiateur, Paris). L'intervention du médiateur au cours de cette
première rencontre consiste ainsi à convertir les attentes des justiciables
vis-à-vis de la justice qu'ils ont sollicitée ou qui les a interpellés vers une
adhésion et, plus, une participation au processus de la médiation. Il s'agit bien
d'un renversement dans la mesure où la justice est vue comme une instance
d'autorité et de décision (voire de sanction) à laquelle ils s'en remettent pour
faire prévaloir leurs intérêts, cependant que la médiation ne connaît pas
d'autre source décisionnelle que la volonté des parties de sortir du différend.
C'est précisément cet aspect essentiel que le médiateur est appelé à faire
admettre à ses interlocuteurs. Aussi, dans le cas des avocats comme dans celui
de la médiation, l'adhésion à la relation ne se résume-t-elle pas au consente
ment de l'usager, mais suppose de déterminer les conditions de son implica
tion dans un rôle qui lui donne une capacité d'initiative mais qui est délimité
par l'intervenant. Ce rôle est toutefois différent dans les deux cas : la défense
(14) II s'agit bien sûr d'un idéal. S'il n'est ciable est le renvoi de son affaire devant les
pas toujours atteint, il reste le cadre de tribunaux et de se voir alors condamner, le refus
référence des avocats, qui n'auront de cesse de de la médiation ne portant pas légalement à
poursuivre cet idéal, d'imposer ce régime conséquence. Ce risque n'est guère dissuasif si
relationnel et d'en refuser tout autre. l'on sait qu'une faible proportion de médiations
(15) En médiation pénale, le refus de la refusées sont renvoyées au tribunal. Voir
médiation ne constitue pas une infraction Bonafé-Schmitt (1998).
quelconque. Le seul risque qu'encourt le justi-
53

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin