La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

N° 971 - JUIN 2004
PRIX : 2,20€
La qualité des logements
L’humidité est le défaut le plus fréquent
Hélène Chesnel, direction régionale de Nord - Pas-de-Calais, Insee
uand ils sont interrogés sur les urbains a, par ailleurs, dégagé un certain
nombre de critères permettant de définir undéfauts de leur logement, les mé-
logement décent. Ces critères peuvent être,Qnages signalent le plus souvent
dans une large mesure, rapprochés des ques-
l’humidité et les infiltrations d’eau. Les
tions posées lors de l’enquête Logement (cf.
équipements sanitaires ou électriques encadré 1). Une nouvelle approche de la qualité
défaillants et les problèmes structurels des logements peut ainsi être proposée.
sont plus rares. Quant aux défauts occa-
sionnels, 8 % des ménages en subissent L’humidité est le défaut
un au cours d’une année. le plus fréquent
En moyenne, les ménages signalent da-
Un quart des ménages ont déclaré que des
vantage de difficultés dans les logements
signes d’humidité apparaissaient sur certains
en location du secteur privé. Les plus jeu- murs de leur logement. Ce souci vient très net-
nes ménages sont dans une situation net- tement en tête (graphique 1). Toutefois, dans
tement plus défavorable que leurs aînés. plus de la moitié des cas, il ne se cumule pas
avec d’autres problèmes. Même si la fré-Les ménages les plus modestes décla-
quence de cet indicateur provient dans unerent également plus de défauts dans leur
certaine mesure de sa définition assez large,
logement.
l’humidité constitue un type de difficulté à part
entière.
L’enquête Logement fournit des données Si la qualité d’une habitation devait être remise
détaillées sur les conditions de logement des en cause dès que l’un des critères issus de
ménages. Ceux-ci sont interviewés sur des l’enquête n’est pas vérifié, il faudrait en con-
incidents ponctuels, comme les pannes de clure que quatre logements français sur dix se
chauffage, mais aussi sur des difficultés plus trouvent dans cette situation. Cependant,
structurelles comme l’absence d’équipement parmi eux, nombreux sont ceux qui n’ont finale-
sanitaire. Le décret du 30 janvier 2002 de la loi ment que peu de défauts : dans 65% des loge-
relative à la solidarité et au renouvellement ments ayant des défauts, seul un problème
Part des logements concernés pour chaque difficulté
Signes d'humidité
Infiltrations d'eau
Exposition médiocre du logement
Problèmes d'évacuation des W-C
Fils électriques non protégés
Installation insuffisante de chauffage
Absence de prise de terre
Fuites d'eau dans la plomberie
Panne de l'installation de chauffage
Manque d'installation sanitaire (salle de bain)
Fissures dans le plancher
Manque d'installation sanitaire (W-C)
Façade extérieure très dégradée
Absence d'installation cuisine
Absence d'eau courante
0 5 10 15 20 25
En %
Lecture : des problèmes d'infiltration d'eau sont signalés dans 6,3 % des logements.
Source : Enquête Logement 2002, Insee
INSEE
PREMIEREapparaît et 12% seulement présentent 7% des ménages signalent une installa- difficulté occasionnelle. Au contraire, les
au moins trois difficultés. L’inconfort peut tion électrique mal protégée ou habitations où les ménages ont signalé
ainsi être considéré comme une accumu- l’absence d’installation sanitaire. Cette des équipements sanitaires ou électri-
lation de problèmes, plus rare, mais sans catégorie regroupe, tout en étant plus ques défaillants ou des problèmes struc-
doute révélatrice d’une dégradation plus large, presque tous les logements consi- turels sont plus souvent concernées par
importante du logement. dérés comme inconfortables au regard d’autres difficultés. Un tiers cumule-
de la notion de confort sanitaire habituel- raient même au moins trois difficultés
lement utilisée par l’Insee (présence de (graphique 2).
Défauts structurels, toilettes et d’une salle d’eau ou d’une
manques d’équipement, salle de bains).
Les régions du nordLes difficultés structurelles et les man-défauts occasionnels
ques d’équipement se recouvrent par- plus touchées
En dehors des signes d’humidité, les fois, mais le plus souvent ne concernent
autres défauts ont été répartis en trois pas les mêmes logements. Les régions du nord sont celles où les
catégories : défauts structurels, manques Le dernier type de défauts correspond à ménages déclarent le plus de défauts de
d’équipement, défauts occasionnels (cf. des difficultés occasionnelles : impor- qualité, avec 42% des ménages en
encadré 2). Parmi les défauts structurels, tantes fuites d’eau provenant de la déclarant au moins un (carte).Unaxe
sol fissuré et façade dégradée caractéri- plomberie, problème d’évacuation de allant de la région Poitou-Charentes au
sent un bâti défectueux ; des infiltrations W.-C., panne de chauffage. Ils sont nord du pays regroupe les zones où les
d’eau peuvent en être une conséquence. assez communs, puisque 8% des logements présentent le plus de diffi-
L’absence de chauffage est un autre ménages signalent un incident de ce cultés. Les ménages signalent le
exemple important de ce type de difficul- type au cours des douze mois précé- moins souvent de défauts dans les
tés. L’absence d’alimentation en eau dant l’enquête. régions du sud et de l’est de la France,
courante et celle d’un « coin cuisine » Si ces problèmes ponctuels sont sou- ainsi qu’en Bretagne et dans les
apparaissent aussi comme deux autres vent indépendants des problèmes Pays-de-la-Loire.
défauts structurels, mais ils sont rares, structurels ou des manques d’équipe-
avec moins de 1% des logements ment, ils sont néanmoins plus nom-
Davantage de défautsconcernés. breux lorsque ces derniers sont
Le problème des infiltrations d’eau vient également présents. signalés dans les
nettement en tête : 6,3% des logements logements anciens
sont concernés. Ce défaut est d’ailleurs,
après les signes d’humidité, celui que Défauts structurels Globalement, plus le logement est
les ménages indiquent le plus souvent. ancien, plus les ménages y habitant sontet manques d’équipement
Cela confirme que l’humidité est un nombreux à signaler des défauts derévélateurs
défaut majeur de qualité d’une fraction qualité, notamment en terme d’équipe-
de l’état du logement
importante des logements en France, ment. Ainsi, la moitié des logements
conclusion que l’on retrouve dans construits avant 1948 présentent au
d’autres études. Lorsqu’un seul défaut est déclaré dans moins un défaut. Moins d’un quart sont
Les manques d’équipement sont une un logement, il s’agit le plus souvent dans ce cas quand la date de construc-
autre forme de défaut de qualité. Ainsi, d’un problème d’humidité ou d’une tion est postérieure à 1990.
Répartition des ménages selon le nombre de difficultés associées pour Part des logements ayant au moins
chaque type de défaut un défaut par région
En %
60
50
40
30
Nature du défaut
En %
Signes d'humidité20 42 - 47
Difficultés occasionnelles 40 - 42
10 36 - 40Problèmes structurels
26 - 36
Manques d'équipement0
0 1 2 4 et plus3
nombre de difficultés associées
Lecture : dans 55 % des logements où les ménages ont déclaré des signes d'humidité seule cette difficulté a pu être repérée ;
dans 28% des cas elle se cumule avec une seconde difficulté, dans 11% avec deux autres.
Source : Enquête Logement 2002, Insee Source : Enquête Logement 2002, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERELe niveau de qualité d’un logement est Dans l’ensemble, les ménages habitant dans les meublés ou les chambres
également lié au type d’occupation. une maison individuelle ont moins sou- d’hôtel en location.
Deux tiers des ménages propriétaires de vent déclaré des défauts que ceux dont Au contraire, les difficultés sont moins
leur logement ne signalent aucun le logement fait partie d’un immeuble fréquentes dans les logements loués en
défaut, alors que cette proportion collectif. Cependant, pour chaque statut secteur social, ce qui s’explique princi-
dépasse à peine la moitié pour ceux qui d’occupation, les ménages indiquent en palement par le fait qu’ils ont été pour la
le louent. Ceci est vrai quelle que soit moyenne plus de défauts dans les mai- majorité construits plus récemment. Les
l’ancienneté du logement. Le partage sons individuelles que dans les apparte- défauts d’équipement y sont nettement
des responsabilités et rôles entre le ments. La qualité des habitations serait moins cités : seulement 5% des ména-
locataire occupant et le propriétaire bail- ainsi autant liée au mode d’occupation ges locataires en secteur social parlent
leur pourrait avoir un impact à long par le ménage qu’au type du logement de ce type de difficultés.
terme sur l’entretien du logement. Parmi lui-même.
les propriétaires, les accédants, Concernant les logements en location,
Les ménages modestesc’est-à-dire ceux qui ont un emprunt en les ménages signalent en moyenne
cours, déclarent plus souvent des davantage de difficultés dans le secteur signalent davantage
défauts occasionnels et plus rarement des privé : la moitié d’entre eux citent au de défauts
défauts d’équipement. Ceci est en partie moins un défaut, et plus de 20% en
lié au fait que les accédants habitent plus déclarent plusieurs. Ces ménages sont La part des ménages habitant un loge-
fréquemment dans des logements nettement plus nombreux à déclarer des ment de qualité incertaine est plus
récents, lesquels présentent en moyenne signes d’humidité. Les problèmes struc- élevée parmi les populations qui sont
moins de défauts d’équipement. turels sont quant à eux plus nombreux dans une situation socio-économique
Encadré 1
Les critères retenus
Le décret n°2002-120 du 30 janvier 2002 pris en application de la loi n°2000-1208 relative à la solidarité et au renouvellement urbains
donne la définition d’un logement décent. Les critères retenus sont présentés dans le tableau ci-dessous et rapprochés d’indicateurs
issus de l’enquête Logement.
Critères retenus dans le décret Indicateurs issus de l'enquête Logement
Le logement assure le clos et le couvert. Le gros œuvre est en bon état. Présence d'infiltration d'eau au cours des douze derniers mois provenant de
er
1 point L'intérieur est protégé contre les infiltrations d'eau et les inondations. l'extérieur du logement, due à un problème d'étanchéité ou d'isolation.
ème Les dispositifs de retenue des personnes sont conformes à leur usage. Pas d'indicateur.2 point
Présence d'inondation dans le logement au cours des douze derniers mois à
cause de fuites d'eau dans la plomberie du logement.
La nature et l'état des matériaux de construction, des canalisations et des
Fissures ouvertes ou trous dans les planchers (dans lesquels quelqu’un pourrait
ème revêtements ne présentent pas de risque pour la santé et la sécurité des3 point trébucher).
habitants.
État du revêtement et aspect extérieur de la façade extérieure : mauvais
(immeuble insalubre ou menaçant de tomber en ruines).
Panne de l'installation de chauffage qui a causé un froid dans le logement de plus
Les réseaux et branchements d'électricité et de gaz et les équipements de de 24 heures au cours des douze derniers mois.
ème chauffage et de production d'eau chaude sont conformes aux normes de sécurité4 point Une partie des fils électriques ne sont pas protégés par des baguettes.
et en bon état d'usage et de fonctionnement.
Absence d'équipement en prise de terre.
ème Les dispositifs d'ouverture et de ventilation sont suffisants. Présence de signe d'humidité sur certains murs.5 point
L'éclairement naturel des pièces principales est suffisant. Elles bénéficient d'un
ème Exposition du logement médiocre selon l'opinion du ménage.6 point ouvrant donnant à l'air libre ou sur un volume vitré donnant à l'air libre.
Une installation permet un chauffage suffisant et l'évacuation des produits de Installation de chauffage insuffisante qui a causé un froid dans le logement de
er
1 point combustion. plus de 24 heures au cours des douze derniers mois.
Le logement est muni d'une installation d'alimentation en eau potable avec
ème Absence d’eau courante.2 point pression et débit suffisants.
Le logement est muni d'installations d'évacuation des eaux ménagères et des
Problème de W.-C. au cours des trois derniers mois dus à un problème
ème eaux-vannes empêchant le refoulement des odeurs et des effluents et munies de3 point d'évacuation.
siphon.
Le logement est muni d'une cuisine ou d'un coin cuisine aménagé avec un évier
ème raccordé à une installation d'alimentation en eau chaude et froide et à une Pas de cuisine ni d'installation pour faire la cuisine.4 point
évacuation des eaux usées.
Installation sanitaire intérieure au logement comprenant un W.-C. séparé des Dans un logement de plus d'une pièce, absence de W.-C. à l'intérieur du
cuisine et pièce où sont pris les repas, et un équipement pour la toilette corporelle logement, ou dans un logement d'une pièce, pas de W.-C. du tout.
ème (une baignoire ou une douche) alimenté en eau chaude et froide et muni d'une5 point
Dans un logement de plus d'une pièce, absence de salle d'eau, ou dans unévacuation des eaux usées. Pour les logements d'une seule pièce : seulement un
logement d'une pièce pas d'eau chaude.W.-C. extérieur et l'eau chaude et froide.
Le réseau électrique permet un éclairage suffisant et le fonctionnement des
ème Pas d'indicateur.6 point appareils ménagers indispensables.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Article 3 Article 2
INSEE
PREMIERE Les personnes au chômage sont Les familles monoparentales et Encadré 2
celles qui rencontrent le plus de nombreuses déclarent plus La constitution
difficultés dans leur logement souvent des défauts de qualité
des quatre groupes
En % En % d’indicateurs
Part des ménages Part des ména-
Les 15 critères de qualité retenus (cf. gra-Occupation principale
ayant déclaré au ges ayant
Composition du ménagede la personne de référence phique 1) se cumulent plus ou moins entre
moins un défaut déclaré au
eux et certains se retrouvent assez natu-moins un défaut
Actif ayant un emploi 40 rellement associés dans les mêmes loge-
Personne seule 38
ments. Les rassembler par nature permetChômeur 54
Famille monoparentale 50
d’étudier séparément des groupes d’indi-
Etudiant 42 Couple sans enfant 32
cateurs plus homogènes entre eux. Pour
Couple avec un enfant 39Retraité 30 former ces groupes, une analyse de don-
Couple avec deux enfants 40Retiré des affaires 36 nées a été menée, sous la forme d’une
Couple avec trois enfants ou plus 43 analyse des correspondances multiplesAu foyer 44
Ménage composé de personnes sur l’ensemble des critères, suivie d’une
Autre inactif 41 sans lien familial 44 classification ascendante hiérarchique
sur les axes les plus significatifs. Elle aLecture : 40% des ménages dont la personne de référence a Lecture : 38% des personnes seules ont signalé au moins un
un emploi ont signalé au moins un défaut de qualité. défaut de qualité, contre 50% des familles monoparentales. permis de faire ressortir les critères qui
Source : Enquête Logement 2002, Insee Source : Enquête Logement 2002, Insee font défaut le plus souvent dans les mê-
mes logements. Une étude de leur fonc-
tion de répartition a ensuite amené àdélicate. Ce sont les plus démunis qui ménages déclarant au moins une diffi-
établir des regroupements selon leur dis-
déclarent le plus de difficultés. L’acti- culté, ce qui est sans doute à relier à leur
tribution et leur propension à se cumuler.
vité est discriminante. A l’exception niveau de vie plus faible (tableau 2).
Les regroupements ont été affinés de fa-
des retraités, dans une situation De plus, les défauts de qualité sont légè-
çon pragmatique. Un indicateur concer-
assez favorable, les personnes sans rement plus souvent signalés lorsque le nant l’exposition du logement, par
emploi sont les plus nombreuses à logement est surpeuplé : la moitié de ces exemple, qui se retrouve le plus souvent
habiter un logement de qualité logements n’ayant pas suffisamment de dans les logements concernés par des
médiocre : les chômeurs d’abord qui pièces au vu de la composition du problèmes structurels, a été écarté à
cause de sa dimension trop subjective.déclarent plus d’une fois sur deux des ménage présentent au moins une diffi-
Cette analyse a abouti aux quatre typesdifficultés, mais aussi les personnes culté, alors qu’un tiers seulement est
de difficultés décrits dans le texte.au foyer, les étudiants et autres inac- dans ce cas parmi les habitations offrant
tifs (tableau 1). Parmi les personnes un espace au moins suffisant par per-
ayant un emploi, ce sont les ouvriers sonne.
comme les foyers, casernes ou internats, de
et les employés qui rencontrent le plus Ces différences se retrouvent pour tous même que les habitations mobiles.
souvent des problèmes. les types de défaut, sauf les difficultés
occasionnelles qui touchent à peu près
Bibliographie
de la même manière tous les types de
Parmi les moins bien logés : ménages et de logements.
souvent des familles Journal officiel, n° 26 du 31 janvier 2002,
page 2090.Sourcenombreuses et des familles
« Une approche de la qualité des loge-
monoparentales
ments », Insee, Profil Nord-Pas-de-Calais
L’enquête Logement est réalisée par n° 11, décembre 2002.
l’Insee tous les quatre ou cinq ans. La der- « Le cadre de vie des ménages les plusLes plus jeunes sont dans une situation
nière s’est déroulée entre décembre 2001 et pauvres », Insee première n° 926, octobrenettement plus défavorable que leurs
février 2002. Elle porte sur un échantillon de 2003.
aînés, notamment les plus de 50 ans.
45 000 logements. Le champ de l’enquête « Les conditions de logement des ménages
Les familles nombreuses et monoparen- est constitué par des logements ordinaires. à bas revenus », Insee première n° 950, fé-
tales sont sur-représentées parmi les Sont donc exclus les collectifs vier 2004.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2004 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : L. Jean
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP04971
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2004
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE