//img.uscri.be/pth/36e273b2f5f1928136628c39a914446195360c43
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le cap des trois millions d'Aquitains atteint en 2003

De
4 pages
Au 1er janvier 2004, la population de l'Aquitaine dépasse les 3 millions d'habitants. La croissance démographique moyenne s'établit à 0,7 % par an depuis 1998, alors qu'elle était de 0,4 % de 1990 à 1998. Elle est due à un fort excédent migratoire qui s'ajoute à un solde naturel légèrement positif. En 2002, l'excédent migratoire compte pour 93 % dans l'augmentation de population. Ce sont principalement des actifs de 30 à 39 ans, éventuellement avec leurs jeunes enfants, ainsi que des nouveaux retraités de 55 à 64 ans qui viennent s'installer dans notre région. Par contre, les jeunes de 20 à 24 ans ont tendance à quitter la région. Le mariage ne fait plus guère recette, tandis que le nombre de pacs s'accroît. Les divorces sont en progression.
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
LE CAP DES 3 MILLIONS
D’AQUITAINS ATTEINT EN 2003
erAu 1 janvier 2004,
la population de l’Aquitaine
positif, mais le solde migratoire est largementdépasse les 3 millions d’habitants.
excédentaire.La croissance démographique moyenne
s’établit à 0,7 % par an depuis 1998, Le nombre de naissances supérieur à celui des décès
depuis 1999 engendre un excédent naturel qui aalors qu’elle était de 0,4 % de 1990 à 1998.
culminé à plus de 3 000 personnes en l’an 2000. EnElle est due à un fort excédent migratoire
baisse régulière depuis cette date, il ne compte que
qui s’ajoute à un solde naturel
1 350 personnes en 2003. Aussi les mouvements
légèrement positif. migratoires constituent-ils le moteur de la croissance
En 2002, l’excédent migratoire de la population régionale. En 2002, l’excédent
migratoire est estimé à environ 20 000 personnescompte pour 93 % dans l’augmentation
pour un solde naturel de 1600. L’excédent migratoirede population.
compte pour 93 % dans l’accroissement de
Ce sont principalement des actifs
population.
de 30 à 39 ans, éventuellement
De janvier 1998 à janvier 2003, la populationavec leurs jeunes enfants,
régionale a progressé d’environ 100 000 habitants,
ainsi que des nouveaux retraités
soit à un rythme moyen de 0,7 % par an. De janvier
de 55 à 64 ans qui viennent s’installer 1990 à janvier 1998, la progression était plus
dans notre région. faible : 0,4 %.
Par contre, les jeunes de 20 à 24 ans
La plus forte progression dans les Landes
ont tendance à quitter la région.
2 002 2 003 Évol. (%) Part des
Le mariage ne fait plus guère recette, 03/02 départ.
tandis que le nombre de pacs s’accroît. Dordogne . . . . . . . . . 391,5 392,3 0,21 13,1
Gironde . . . . . . . . . . 1 319,7 1 330,7 0,83 44,5Les divorces sont en progression.
Landes . . . . . . . . . . . 336,6 341,3 1,37 11,4
Lot-et-Garonne . . . . . 308,2 310,0 0,58 10,4
Pyrénées-Atlantiques. 610,6 614,2 0,58 20,6
Aquitaine . . . . . . . . . 2 966,7 2 988,4 0,73 100,0
er
Au 1 janvier 2004, les Aquitains sont plus de trois
La population par département en 2002 et 2003
millions (3 009 000). Le cap des 3 millions
Source : Insee - ELP
d’habitants a été atteint au cours de l’année 2003.
Cette croissance démographique est le résultat Avec 23 % de jeunes de moins de 20 ans en 2003, la
combiné des deux phénomènes, le mouvement population régionale reste toujours plus âgée que
naturel - différence entre le nombre des naissances celle de la France (25 %). En 1990 en Aquitaine, cette
et celui des décès domiciliés - et le mouvement proportion était de 25 %, et de 28 % pour la France
migratoire - différence entre le nombre de personnes métropolitaine. A l’opposé, les personnes de 65 ans
venues résider en Aquitaine et celles ayant quitté la ou plus représentent maintenant 19 % de la
région pour résider ailleurs. Le solde naturel est juste population régionale (16 % en France). En 1990, laINSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 132
SEPTEMBRE 2004Un excédent migratoireproportion régionale était de 17 % population traditionnellement plus
en progression depuis 1998(14 % en France). En 1990, la structure installée donc potentiellement moins
par âge de la population de la région mobile.En Aquitaine, les mouvements
Aquitaine était identique à celle de la 1migratoires constituent l’élément
Au-delà de 60 ans, jusqu’à 75 ans, les
France métropolitaine d’aujourd’hui. moteur de la croissance démographique.
immigrants sont plus nombreux que les
De 1990 à début 2003, le niveau moyenLe phénomène régional de émigrants.
du solde migratoire évolue sensiblementvieillissement semble toutefois
A l’inverse les jeunes de 20 à 29 ansselon trois périodes. De janvier 1990 àdécélérer.
sont plus nombreux à quitter la région,janvier 1992, entre les arrivées et les
Vers une stabilisation de l'écart "jeunes soit pour poursuivre leurs études horsdéparts, environ 12 500 personnes de
et personnes âgées de 65 ans ou plus"
de l’Aquitaine, soit pour entrer dans laen Aquitaine plus par an s’installent en Aquitaine. De%
30
vie active dans une autre région. LeFrance 1993 à 1997, cet excédent migratoire
28
Aquitaine
déficit migratoire de cette tranche d’âgediminue et s’établit annuellement à26
Moins de 20 ans
24 freine la dynamique du mouvement10 400 personnes. Enfin, récemment, de
22
naturel.1998 à début 2003, l’excédent migratoire
20
est beaucoup plus important et estimé en18
65 ans ou plus
16 moyenne à 18 000 personnes par an.
Un déficit migratoire important
14
des aquitains de 20 à 24 ans
12
%Durant ces treize années, les1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 1,5
Part des personnes de 1,0comportements migratoires, différents
moins de 20 ans et de 65 ans ou plus
0,5selon les âges, restent cependant
Source : Insee - ELP
0,0
constants.
Moyenne 90-92-0,5
Le nombre de jeunes de moins de Moyenne 93-97
-1,0
Moyenne 98-0220 ans recommence à croître depuis
-1,5Un apport migratoire moyen
10 20 30 40 50 60 701998, grâce notamment aux arrivées de plus fort depuis 1998 Age
%
0,8 Quotients migratoires par tranche d'âgejeunes migrants accompagnant leurs
Source : Insee - ELP - État civil0,7
parents dans le département de la 0,6
0,5Gironde et dans une moindre mesure Le solde migratoire est variable selon
0,4
dans celui des Landes. La baisse de la
0,3 les départements et il n’est pas toujours
proportion de jeunes dans l’ensemble 0,2 proportionnel à leur population. Il1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003
(p)
de la population régionale est ainsi Quotients migratoires moyens annuels convient de souligner l’attractivité des
Source : Insee - ELP - État civilfreinée. De 1998 à 2003, le nombre de Landes qui représentent 11 % de la
jeunes aquitains s’est accru de 0,3 % population aquitaine. La GirondeLes arrivées, supérieures aux départs,
par an, alors que de 1990 à 1998 il a regroupe 35 % de l’apport migratoireconcernent majoritairement tous les
diminué en moyenne de 0,6 % par an. régional, les Landes et lesadultes de plus de trente ans et leurs
Pyrénées-Atlantiques contribuentenfants en âge scolaire. Les personnesLe nombre et la part des personnes de
respectivement pour 24 % et pourde 30 à 39 ans accompagnées65 ans ou plus continuent d’augmenter.
19 %. Viennent ensuite la Dordogneéventuellement de leurs enfants de 1 aCependant leur accroissement moyen
avec 12 % et le Lot-et-Garonne avec9 ans sont les catégories d’âge les plusannuel est ralenti. Il s’élève à + 1,2 %
10 %.attirées par la région. Sur la périodeentre 1998 et 2003, contre 1,9 % entre
1990 à 2002, ils représentent la moitié1990 et 1998. La natalité stagne,
de l’excédent migratoire total. mais la fécondité augmente
La classe d’âge intermédiaire, celle des
Les Aquitains âgés de 40 à 59 ans, soit En 2003, 32 302 bébés aquitains sont20 à 64 ans, est composée
deux générations, sont aussi des gens nés, c’est un peu mieux qu’en 2002majoritairement de personnes actives et
qui arrivent plus qu’ils ne quittent la (+ 0,2 %). Cette année là, on enregistraitreprésente 58 % de la population
région. Ils composent seulement le tiers une diminution de 1,5 % par rapport àaquitaine. Elle continue de croître à un
de l’excédent migratoire. Cela peut l’année précédente. Cette évolutionrythme constant de 0,6 % par an depuis
s’expliquer par la sédentarité d’une était conforme à la tendance nationale1990. Cette augmentation est
uniquement due à la hausse des effectifs
1
En l’absence d’informations sur les entrées et sorties de migrants, la mesure de migrations résidentielles annuelles ne
des 30-54 ans (+ 1,4 % par an).
peut s’évaluer que par le calcul du solde migratoire issu de l’accroissement de la population diminué du solde naturel.
Cette méthode ne peut donner, selon les zones étudiées, qu’une évaluation d’un excédent ou d’un déficit migratoire
occultant notamment les flux d’arrivées et de départs dans la zone.
oN 132
SEPTEMBRE 2004Hausse de la fécondité due aux femmes de 30 ans et plus tout en restant au-dessus de la moyenne
nationale. La mortalité infantile a2000 2001 2002 2003
Tranche d'âge légèrement diminué depuis 2001.Aquitaine France Aquitaine France Aquitaine France Aquitaine France
L’Aquitaine comptait 4,8 décès
15-24 ans . . . . 27,3 32,1 28,1 32,9 26,6 32,1 26,7 31,5
d’enfants de moins d’un an pour mille
25-29 ans . . . . 62,1 66,7 58,5 65,9 58,5 65,4 57,9 65,3
naissances vivantes en 2001 et 4,3 pour
30 à 49 ans. . . 81,3 89,2 82,9 90,0 83,7 90,6 85,9 92,6
mille en 2002. Dans le même temps la
15 à 49 ans. . . 170,7 188,0 169,5 188,8 168,8 188,1 170,5 189,4
France métropolitaine passait de 4,5 ‰
Fécondité selon l'âge, pour 100 femmes
à 4,1 ‰.
Source : Insee - État civil
Reflétant de manière plus synthétique
(- 1,2 %). Au niveau national, en 2003, Dans ce contexte, l’âge moyen à la les conditions de mortalité, l’espérance
la baisse de la natalité semble encore maternité continue de progresser : de vie à la naissance des Aquitains est
estimée en 2003 à 75,9 ans pour lesmarquer le pas avec 0,1 % de 29,6 ans en 2003 contre 29,4 ans en
diminution. 2000. hommes et 83,4 pour les femmes.
L’espérance de vie des français s’élève
Quasi - stabilité de la mortalitéLe taux de natalité aquitain est
aussi à 75,9 ans pour les hommes mais à
identique pour 2002 et 2003, il est de
En 2002, 30 630 personnes sont 82,9 ans pour les femmes. En Aquitaine
10,8 naissances pour mille habitants. Il
décédées en Aquitaine, soit un léger l’écart de longévité entre les deux sexes
reste inférieur à son niveau de 2000 et
recul par rapport à l’année 2001. La est toujours de 7,5 ans depuis l’an 2000.
2001 où il était remonté au-dessus de
baisse de 0,2 % correspondante est En France métropolitaine, il est de 7 ans
11 pour mille habitants. Il se situe
contraire à la tendance nationale où la
La canicule en août 2003toujours près de 2 points en dessous du
hausse atteint 0,5 %.
La canicule du mois d’août 2003 a accru la mor-taux de natalité national. Dans la
talité dans la plupart des régions. En Aquitaine,
Pour l’année 2003, malgré l’effet bienrégion, la Gironde, le département le
environ 740 décès supplémentaires ont été en-
réel de la canicule du mois d’août, leplus jeune, permet de limiter cet écart registrés pour le seul mois d’août, soit 33 % de
plus qu’au mois d’août 2002. Dans l’hexagone,avec le taux de natalité le plus élevé, nombre de décès s’élève à environ
la comparaison pour le même mois fait état de
soit environ 12 naissances pour mille 30 960, soit 1 % de plus que l’année 15 600 décès de plus soit une hausse de 40 %.
L’excédent des décès aquitains du mois d’aoûtprécédente. Au niveau national,habitants. La Dordogne avec une
2003 est atténué par une mortalité plus faible
l’augmentation est de 3 %. Toutefois, ilpopulation plutôt âgée, enregistre la durant le reste de l’année. Au final le nombre
annuel de décès ne s’est accru que d’environconvient d’insister sur le caractèrenatalité la plus faible avec seulement
1 % par rapport à 2002. Pour la France métro-
9 naissances pour mille habitants. provisoire des estimations du nombre
politaine, l’accroissement annuel du nombre de
de décès domiciliés en 2003. décès (3 %) correspond quasiment en à
Traditionnellement en deçà de la la hausse du mois d’août.
moyenne nationale, la fécondité de la L’écart entre les taux de mortalité de
Forte hausse du nombre de décèsrégion en baisse depuis deux ans l’Aquitaine et de la France s’est réduit, au mois d'août 2003
3 300
retrouve le niveau de l’an 2000. En passant de 1,5 points en 2001 à 1,1 en 3 100
2 9002003, pour 100 Aquitaines âgées de 15 2003 (10,3 ‰ pour l’Aquitaine contre
2 700
à 49 ans, on dénombre 171 naissances. 9,2 ‰ pour la France). C’est l’écart le 2 500
Pour 100 françaises du même âge, on 2 300plus faible depuis 1986.
moyenne 2000-2002
2 100dénombre 18 naissances de plus. 2003 (1) Mois
1 900
01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12
Dans la région, on retrouve à chaque
Nombre mensuel de décès en AquitaineLa fécondité est surtout le fait des
Source : Insee - État civilextrémité de l’échelle de la mortalité et (1) : Chiffres provisoires
femmes plus âgées, en particulier celles
du fait de la structure par âge des
ayant entre 30 et 35 ans. Ainsi en La surmortalité due à la vague de chaleurdépartements, d’une part la Gironde
concerne tous les départements aquitains. LeAquitaine, 1 000 femmes âgées de 30 à
avec le taux de mortalité le plus faible Lot-et-Garonne (+ 38 % de décès supplémen-
35 ans ont mis au monde 612 enfants en taires), la Gironde (+ 35 %) et la Dordognesoit 9 décès pour mille habitants,
(+ 34 %) sont les départements les plus touchés.2000 et 638 en 2003, soit une
d’autre part la Dordogne avec 13 décès Significative mais moins élevée, la surmortalité
progression de 4,2 %. Parallèlement, du mois d’août dans les Pyrénées-Atlantiquespour mille habitants.
(+ 30 %) et dans les Landes (+ 24 %) a été pro-1 000 femmes de moins de 30 ans ont
bablement atténuée par l’influence du climat à
mis au monde 894 enfants en 2000 et La mortalité infantile, en légère hausse
la fois océanique et montagnard aux températu-
846 en 2003, soit une baisse de 5,4 %. depuis 1999, recommence à diminuer res nocturnes plus clémentes qu’à l’intérieur du
pays.
oN 132
SEPTEMBRE 2004oN 132
SEPTEMBRE 2004
et s’est réduit de 5 mois depuis 2000, L'indice de fécondité le plus élevé en Lot-et-Garonne
grâce à un gain d’espérance de vie Moins 65 ans ICF Taux Taux Taux
de 20 ans ou plus natalité mortalité nuptialitémasculine plus rapide.
(%) (%) (‰) (p) (‰) (p) (‰)
Dordogne . . . . . . . . . . . . . 20,5 24,0 176 9,2 13,2 3,512 % des Pacs dissous
Gironde . . . . . . . . . . . . . . 24,0 16,3 165 11,7 9,0 4,3
Les résultats (provisoires) de 2003 ne font
Landes . . . . . . . . . . . . . . . 22,0 21,2 181 10,1 11,1 3,6
état que de 11 800 mariages en Aquitaine,
Lot-et-Garonne . . . . . . . . . 22,4 22,3 187 10,2 11,3 3,6
soit 4,3 % de moins qu’en 2002. Après la
Pyrénées-Atlantiques. . . . . 22,6 20,0 170 10,4 10,4 3,6
forte hausse enregistrée en 2000 où
Aquitaine . . . . . . . . . . . . . 22,8 19,2 171 10,8 10,3 3,9
13 234 mariages aquitains étaient célébrés,
France métropolitaine . . . 25,1 16,3 189 12,7 9,2 4,6
les unions de couples résidant dans la
Indicateurs démographiques en 2003région continuent de décroître:-2,2%en
Source : Insee - ELP - État civil2001, - 4,7 % en 2002.
Sur l’ensemble du territoire national, la 68 %. Sur l’ensemble des pacs pour la métropole). Cette forte hausse
baisse du nombre de mariages, bien contractés depuis leur entrée en explique l’accroissement du nombre de
réelle, semble se réduire (- 3,2 % en vigueur, 12 % de dissolutions ont été familles monoparentales:3%de
2001 et 2002, - 2,1 % en 2003). La enregistrées en Aquitaine et un peu plus hausse en 2003 selon les chiffres de la
réduction du nombre des mariages est de 10 % en France métropolitaine. CAF.
sans doute en partie compensée par la
Jean-Pierre DUBAN
La très forte progression des divorces enforte hausse du nombre de pactes civils
Aquitaine en 2003, où 7 856 désunionsde solidarité. En 2003, 2 240 pacs ont
POUR EN SAVOIR PLUS...
été signés, soit 63 % de plus qu’en 2002 de couples ont été prononcées, jamais
Site Internet : www.insee.fr :et le nombre des pacs représente près égalée depuis que la légalisation du
Rubrique “La France en faits et chiffres” -
d’un cinquième du nombre des divorce existe, atteint 16 % par rapport Thème Population
à l’année précédente (+ 7 % seulementmariages. En France, la hausse atteint Rubrique “Indices et séries statistiques” -
Thème Démographie
Site Internet : www.insee.fr/aquitaine
Définitions Rubrique “La région en faits et chiffres”,
Thème PopulationLe taux de natalité est le rapport des naissances d’une période sur la population moyenne de la pé-
riode. “Bilan démographique 2003 - Stabilité
des naissances, augmentation des dé-Le taux de mortalité est le rapport des décès d’une période sur la population moyenne de la période.
cès” - Insee Première n° 948-février 2004 -L’indice conjoncturel de fécondité (ICF) mesure le nombre total d’enfants d’une génération fictive
2,20€.dont les naissances seraient, à chaque âge, égales à celles observées durant l’année considérée.
Le taux de nuptialité est le rapport de mariages d’une période sur la population moyenne de la pé- “Bulletin mensuel de statistique”
riode. n° 2-février 2004 : Démographie, ta-
bleaux mensuels, trimestriels et autres ru-L’espérance de vie à la naissance est la durée de vie moyenne d’une génération fictive qui aurait à
briques.chaque âge de son existence les mêmes conditions de mortalité que les personnes du même âge de
l’année courante. “Panorama démographique Aquitain”
Le quotient migratoire moyen est égal au rapport du solde migratoire d’une période sur la population Le Dossier Insee Aquitaine n°47-no-
moyenne de la période. vembre 2003 - 10€.
Directeur de la publication : François Elissalt
Rédacteur en chef : Élisabeth Nadeau - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e
© INSEE 2004 - n° ISSN 1283-6036 - Dépôt légal 3 trimestre 2004
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA13208
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€