Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le logement locatif en Haute-Normandie : Plus de logements HLM en Seine-Maritime que dans l'Eure

De
3 pages

La Haute-Normandie compte proportionnellement plus de logements locatifs HLM que l'ensemble de la France. Ils sont souvent plus récents et plus grands que ceux du parc privé et sont principalement occupés par des ouvriers et des employés.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Signaler un abus
N° 22  Février 2003
DÉCLASSEMENTS
Que le déclassement entre le niveau de di p l ô m ee tl aq u a l i f i c a t i o nd el ’ e m p l o i occupé soit mesuré par une analyse pré cise des qualifications, par un niveau de ré munération ou encore par une apprécia tion subjective du salarié, le fait est que le phénomène prend de l’ampleur. On a par fois pensé, en période de fort chômage, que le marché du travail expliquait tout : pourquoi, disaient certains, ne pas recruter à un niveau plus élevé, puisque cela ne coûte pas plus cher ? Le raisonnement n’est pas entièrement faux mais il est un peu trop simple. En effet, à ce déclassement catégoriel s’ajou tent les décalages sectoriels. L’enquête «in ser tionprofessionnelle et sociale des jeunes hautnormands» réalisée en 1997* montrait que de très nombreux jeunes exerçaient, cinq ans après leur sortie de l’école, une activité sans grand rapport avec leur formation. Ainsi, 20% seulement des jeunes formés à la comptabilité travail laient dans la gestion et l’administration. On sait, par ailleurs, que l’origine sociale, ainsi que le sexe, ont aussi une influence sur la rapidité et la qualité de l’insertion. Tout ceci invite à s’interroger sur la signifi cation du diplôme ; estce la preuve d’une qualification, le signe d’un potentiel de l’individu, la marque d’une bonne intégra tion sociale ? Laissons réfléchir les sociologues et les pédagogues…
Jean LEMATTRE Chef du service des études et de la diffusion
* lire Aval n° 82  3e trimestre 1998
S O M M A I R E
SOCIÉTÉ LE LOGEMENT LOCATIF EN HAUTENORMANDIE Plus de logements HLM en SeineMaritime que dans l’eure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
EMPLOI NIVEAU DE DIPLÔME ET QUALIFICATION DE L’EMPLOI La déqualification varie selon les domaines professionnels . . . . . . . . . . 4
ANALYSES CONJONCTURELLES LA SAISON TOURISTIQUE 2002 Une meilleure saison pour les hôtels hautnormands. . . . . . . . . . . . . . 7
Lettre statistique et économique de HauteNormandie
LE LOGEMENT LOCATIF EN HAUTENORMANDIE Plus de logements HLM en SeineMaritime que dans l’Eure
MarieClaude COLLET
La HauteNormandie compte La région a toujours eu une propor proportionnellement plus de tion de propriétaires inférieure à celle de la France mais l’écart diminue au fil du logements locatifs HLM que temps (1 point aujourd’hui contre 6 il y a l’ensemble de la France. Ils sont 40 ans). souvent plus récents et plus Dans le même temps, le nombre des grands que ceux du parc privélocataires n’a augmenté que de 35%, mais ceuxci ont bénéficié en grande et sont principalement occupés partie au secteur HLM, dans la région par des ouvriers et des comme dans l’ensemble de la métropole. employés. Au cours des vingt dernières années, la proportion de HLM dans l’ensemble du u cours des quarante dernièresparc locatif est passé de 45% dans la ré A années, le nombre de propriégion à 54% (respectivement 34 et 41% taires en HauteNormandie a très fortepour la France). ment augmenté (+151%), beaucoup PART DES LOCATAIRES DANS L’ENSEMBLE plus que l’évolution globale du nombre DES RÉSIDENCES PRINCIPALES 55 de résidences principales (+65%). De HauteNormandie 35% de propriétaires en 1962, on est 50 désormais à 54%. 45
LE LOGEMENT SOCIAL
Si la politique du logement social a pour ob jectif d’offrir à tous des conditions décentes d’habitat, la définition même du logement social évolue avec le temps et ne peut être ex haustive. Il s’agit généralement d’un loge ment qui bénéficie d’une aide publique et qui est destiné à favoriser le logement des famil les selon des critères de ressources. Souvent assimilé au logement HLM, il recouvre en fait une gamme plus vaste d’habitat et des réali tés fort différentes (copropriétés, logements privés, accession sociale à la propriété, etc.), rendant son recensement et son approche difficiles. Dans le présent article, qui s’appuie sur les données des recensements de la population, on ne prend en compte que les logements HLM (Habitation à Loyer Modéré) et non l’en semble du logement social. Au regard des dif ficultés, décrites plus haut, pour définir le logement social, les résultats des recense ments distinguent uniquement le parc locatif HLM, non HLM et les « meublés ». Cette der nière catégorie ne comprend pas de loge ments HLM et sa part est très faible. Par défaut donc, la part des HLM dans le parc lo catif se calcule par rapport aux logements loués vides.
40
35
France
30 1962 19681975 19821990 1999 Source : INSEE  Recensement de la population 1999Unité : %
L’espace urbain concentre plus des trois quarts du parc locatif. Ainsi, on compte plus de huit logements HLM sur dix dans les communes appartenant à un pôle urbain.
PLUS DE LOGEMENTS HLM EN HAUTENORMANDIE
En 1999, globalement, la part de lo gements HLM est plus élevée dans la ré gion qu’au niveau national (22,6 contre 16%). C’est à partir de 1949 que la pro portion de ce type de logements devient importante.