Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le recrutement social de l'élite scolaire en France. Evolution des inégalités de 1950 à 1990 - article ; n°3 ; vol.36, pg 403-438

De
39 pages
Revue française de sociologie - Année 1995 - Volume 36 - Numéro 3 - Pages 403-438
Michel Euriat, Claude Thelot : Social recruitment of a school elite in France. Evolution of inequality between 1950 and 1990.
The article aims to define the capacity of the Schools to have members of the popular and middle layers of the population become part of the school elite, based on the study of social recruitment of students, over a forty-year period, at the four famous French Schools : l'Ecole Polytechnique, l'Ecole Normale Supérieure, I'ENA, HEC. On the one hand, the general evolution of social inequality within the Schools is measured for the same period at three specific points in the educational system : college (secondary school), passing the baccalauréat, and higher education, and depending on which point is being studied, there can be seen stability or more often a decrease in inequality. On the other hand, it is shown that the proportion of youngsters of popular background (with a farmer, manual worker, office worker, craftsman, shopkeeper father) in the four French Schools listed above has greatly decreased over the last forty years : approximately 29% of the students were of popular origin in the first half of the 1950s, compared to 9% today. The evolution is very different to what it is at university where the proportion is more or less constant (50%) for the same period. This evolution must be viewed in relation to the social structure in France, in which case, it can be said that the four schools in question have not shut their doors to members of the popular layers of the population : rather, there is a slight opening up, but less than in the educational system as a whole, in particular universities.
Michel Euriat, Claude Thélot : Die soziale Herkunft der Schulelite in Frankreich. Die Entwicklung der Ungleichheiten von 1950 bis 1990.
Der Aufsatz möchte die Fähigkeit der Schule umreissen, den unteren und mittleren Bevölkerungsschichten den Zugang zur Schulelite zu schaffen. Hierzu wird die soziale Herkunftin den letzten vierzig Jahren der Schüler der vier grossen Prestigeschulen in Frankreich untersucht : Ecole Polytechnique, Ecole Normale Supérieure, ENA, HEC. Der Verfasser zeichnet einerseits die allgemeine Entwicklung der sozialen Ungleichheiten zum Schulzugang über den gleichen Zeitabschnitt auf, und misst sie an drei Stellen des Systems : Grundschule, Zugang zum Abitur und Hochschulstudien. Er zeigt fallweise zum Teil eine Stabilität, öfter jedoch einen Rückgang der Ungleichheiten.
Andererseits wird aufgezeight, dass das Verhältnis der Jugendlichen aus den unteren Volksschichten (deren Väter Bauern, Arbeiter, Angestellte, Handwerker, Händler sind) in den genannten vier Hochschulen seit vierzig Jahren stark zurückgegangen ist : ca. 29 % der Studenten kamen aus den unteren Volksschichten, in der ersten Hälfte der 50iger Jahre, gegenüber 9 % heute. Diese Entwicklung ist also sehr unterschiedlich zu der der Universität wo diese Proportion etwa über den gesamten Zeitraum die gleiche bleibt (ca. 50%). Diese Entwicklung muss in Zusammenhang gebracht werden mit der sozialen Struktur in Frankreich. Hieraus wird der Schluss gezogen, dass die vier geprüften Hochschulen den unteren Volksschichten nicht verschlossen sind : sie sind offenbar leicht geöffnet, jedoch weniger als das übrige Erziehungssystem, und besonders als die Universität.
Michel Euriat, Claude Thélot : El reclutamiento social de la élite escolar en Francia. La evolución de las desigualdades de 1950 a 1990.
El artículo trata de explicar la capacidad que tiene la escuela para hacer acceder a las clases populares y medias a la élite escolar, mediante el estudio del reclutamiento social desde hace cuarenta años y a traves de los alumnos de las cuatro más grandes y más prestigiosas escuelas : La Escuela Politécnica Nacional, la Escuela Normal Superior, la Escuela Nacional de Administración y la Escuela de Altos Estudios de Comercio. Se retraza en el mismo período la evolución general de las desiguladades sociales ante la Escuela, midiéndolos en tres niveles del sistema : colegio, acceso al bachillerato, estudios superiores ; y de acuerdo al caso se demuestra ; a veces una estabilidad, pero de manera mas consecuente una reducción de desigualdades.
Por otra parte, se demuestra también que ; lors jóvenes de origen popular (con padre campesino, obrero, empleado, artesano, o comerciante) en las cuatro grandes escuelas estudiadas, ha disminuído mucho desde hace cuarenta años : en la primera mitad de los años cincuenta aproximadamente el 29 % de los alumnos eran de extracción popular, 9 % hoy en día. En consecuencia la evolución es muy diferente, de lo que pasa en la universidad, en la que esta proporción es mas o menos constante sobre el mismo período (en el orden del 50%). Esta evolución tiene que ser puesta en relación con la estructura social en Francia. De lo que se concluye que : las cuatro grandes escuelas estudiadas, no se han cerrado a las clases populares, mas bien se han abierto ligeramente, aunque menos que el resto de nuestro sistema educativo y en particular el de la universidad.
L'article vise à cerner la capacité de l'Ecole à faire accéder les couches populaires et moyennes à l'élite scolaire, par l'étude du recrutement social, depuis quarante ans, des élèves de quatre grandes écoles prestigieuses : l'Ecole polytechnique, l'Ecole normale supérieure, 1'ENA, HEC. On retrace d'une part l'évolution générale des inégalités sociales devant l'Ecole dans la même période, en les mesurant à trois endroits du système : collège, accès au bac, études supérieures, et l'on montre selon le cas, parfois une stabilité, plus souvent une réduction des inégalités. On montre d'autre part que la proportion des jeunes d'origine «populaire» (père paysan, ouvrier, employé, artisan commerçant) dans les quatre grandes écoles retenues a beaucoup diminué depuis quarante ans : environ 29% des élèves étaient d'origine populaire dans la première moitié des années cinquante, 9% aujourd'hui. L'évolution est donc très différente de ce qu'elle est à l'université, où cette proportion est à peu près constante sur toute la période (de l'ordre de 50%). Cette évolution doit être mise en relation avec celle de la structure sociale en France. On conclut alors que les quatre grandes écoles étudiées ne se sont pas fermées aux couches populaires : elles se seraient plutôt légèrement ouvertes, mais moins que le reste de notre système éducatif, en particulier que l'université.
36 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Michel Euriat
Claude Thélot
Le recrutement social de l'élite scolaire en France. Evolution des
inégalités de 1950 à 1990
In: Revue française de sociologie. 1995, 36-3. pp. 403-438.
Citer ce document / Cite this document :
Euriat Michel, Thélot Claude. Le recrutement social de l'élite scolaire en France. Evolution des inégalités de 1950 à 1990. In:
Revue française de sociologie. 1995, 36-3. pp. 403-438.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1995_num_36_3_5065Abstract
Michel Euriat, Claude Thelot : Social recruitment of a school elite in France. Evolution of inequality
between 1950 and 1990.
The article aims to define the capacity of the "Schools" to have members of the popular and middle
layers of the population become part of the school elite, based on the study of social recruitment of
students, over a forty-year period, at the four famous French Schools : l'Ecole Polytechnique, l'Ecole
Normale Supérieure, I'ENA, HEC. On the one hand, the general evolution of social inequality within the
"Schools" is measured for the same period at three specific points in the educational system : college
(secondary school), passing the baccalauréat, and higher education, and depending on which point is
being studied, there can be seen stability or more often a decrease in inequality. On the other hand, it is
shown that the proportion of youngsters of "popular" background (with a farmer, manual worker, office
worker, craftsman, shopkeeper father) in the four French Schools listed above has greatly decreased
over the last forty years : approximately 29% of the students were of popular origin in the first half of the
1950s, compared to 9% today. The evolution is very different to what it is at university where the
proportion is more or less constant (50%) for the same period. This evolution must be viewed in relation
to the social structure in France, in which case, it can be said that the four schools in question have not
shut their doors to members of the popular layers of the population : rather, there is a slight opening up,
but less than in the educational system as a whole, in particular universities.
Zusammenfassung
Michel Euriat, Claude Thélot : Die soziale Herkunft der Schulelite in Frankreich. Die Entwicklung der
Ungleichheiten von 1950 bis 1990.
Der Aufsatz möchte die Fähigkeit der Schule umreissen, den unteren und mittleren
Bevölkerungsschichten den Zugang zur Schulelite zu schaffen. Hierzu wird die soziale Herkunftin den
letzten vierzig Jahren der Schüler der vier grossen Prestigeschulen in Frankreich untersucht : Ecole
Polytechnique, Ecole Normale Supérieure, ENA, HEC. Der Verfasser zeichnet einerseits die allgemeine
Entwicklung der sozialen Ungleichheiten zum Schulzugang über den gleichen Zeitabschnitt auf, und
misst sie an drei Stellen des Systems : Grundschule, Zugang zum Abitur und Hochschulstudien. Er
zeigt fallweise zum Teil eine Stabilität, öfter jedoch einen Rückgang der Ungleichheiten.
Andererseits wird aufgezeight, dass das Verhältnis der Jugendlichen aus den "unteren" Volksschichten
(deren Väter Bauern, Arbeiter, Angestellte, Handwerker, Händler sind) in den genannten vier
Hochschulen seit vierzig Jahren stark zurückgegangen ist : ca. 29 % der Studenten kamen aus den
unteren Volksschichten, in der ersten Hälfte der 50iger Jahre, gegenüber 9 % heute. Diese Entwicklung
ist also sehr unterschiedlich zu der der Universität wo diese Proportion etwa über den gesamten
Zeitraum die gleiche bleibt (ca. 50%). Diese Entwicklung muss in Zusammenhang gebracht werden mit
der sozialen Struktur in Frankreich. Hieraus wird der Schluss gezogen, dass die vier geprüften
Hochschulen den unteren Volksschichten nicht verschlossen sind : sie sind offenbar "leicht geöffnet",
jedoch weniger als das übrige Erziehungssystem, und besonders als die Universität.
Resumen
Michel Euriat, Claude Thélot : El reclutamiento social de la élite escolar en Francia. La evolución de las
desigualdades de 1950 a 1990.
El artículo trata de explicar la capacidad que tiene la escuela para hacer acceder a las clases populares
y medias a la élite escolar, mediante el estudio del reclutamiento social desde hace cuarenta años y a
traves de los alumnos de las cuatro más grandes y más prestigiosas escuelas : La Escuela Politécnica
Nacional, la Escuela Normal Superior, la Escuela Nacional de Administración y la Escuela de Altos
Estudios de Comercio. Se retraza en el mismo período la evolución general de las desiguladades
sociales ante la Escuela, midiéndolos en tres niveles del sistema : colegio, acceso al bachillerato,
estudios superiores ; y de acuerdo al caso se demuestra ; a veces una estabilidad, pero de manera
mas consecuente una reducción de desigualdades.
Por otra parte, se demuestra también que ; lors jóvenes de origen "popular" (con padre campesino,obrero, empleado, artesano, o comerciante) en las cuatro grandes escuelas estudiadas, ha disminuído
mucho desde hace cuarenta años : en la primera mitad de los años cincuenta aproximadamente el 29
% de los alumnos eran de extracción popular, 9 % hoy en día. En consecuencia la evolución es muy
diferente, de lo que pasa en la universidad, en la que esta proporción es mas o menos constante sobre
el mismo período (en el orden del 50%). Esta evolución tiene que ser puesta en relación con la
estructura social en Francia. De lo que se concluye que : las cuatro grandes escuelas estudiadas, no se
han cerrado a las clases populares, mas bien se han abierto ligeramente, aunque menos que el resto
de nuestro sistema educativo y en particular el de la universidad.
Résumé
L'article vise à cerner la capacité de l'Ecole à faire accéder les couches populaires et moyennes à l'élite
scolaire, par l'étude du recrutement social, depuis quarante ans, des élèves de quatre grandes écoles
prestigieuses : l'Ecole polytechnique, l'Ecole normale supérieure, 1'ENA, HEC. On retrace d'une part
l'évolution générale des inégalités sociales devant l'Ecole dans la même période, en les mesurant à
trois endroits du système : collège, accès au bac, études supérieures, et l'on montre selon le cas,
parfois une stabilité, plus souvent une réduction des inégalités. On montre d'autre part que la proportion
des jeunes d'origine «populaire» (père paysan, ouvrier, employé, artisan commerçant) dans les quatre
grandes écoles retenues a beaucoup diminué depuis quarante ans : environ 29% des élèves étaient
d'origine populaire dans la première moitié des années cinquante, 9% aujourd'hui. L'évolution est donc
très différente de ce qu'elle est à l'université, où cette proportion est à peu près constante sur toute la
période (de l'ordre de 50%). Cette évolution doit être mise en relation avec celle de la structure sociale
en France. On conclut alors que les quatre grandes écoles étudiées ne se sont pas fermées aux
couches populaires : elles se seraient plutôt légèrement ouvertes, mais moins que le reste de notre
système éducatif, en particulier que l'université.R. franc, sociol. XXXVI, 1995, 403-438
Michel EURIAT
Claude THÉLOT
Le recrutement social
de l'élite scolaire en France
Evolution des inégalités de 1950 à 1990
RÉSUMÉ
L'article vise à cerner la capacité de l'Ecole à faire accéder les couches populaires
et moyennes à l'élite scolaire, par l'étude du recrutement social, depuis quarante ans,
des élèves de quatre grandes écoles prestigieuses : l'Ecole polytechnique, l'Ecole nor
male supérieure, 1'ena, hec. On retrace d'une part l'évolution générale des inégalités
sociales devant l'Ecole dans la même période, en les mesurant à trois endroits du
système : collège, accès au bac, études supérieures, et l'on montre selon le cas, parfois
une stabilité, plus souvent une réduction des inégalités. On montre d'autre part que
la proportion des jeunes d'origine «populaire» (père paysan, ouvrier, employé, artisan
commerçant) dans les quatre grandes écoles retenues a beaucoup diminué depuis qua
rante ans : environ 29% des élèves étaient d'origine populaire dans la première moitié
des années cinquante, 9% aujourd'hui. L'évolution est donc très différente de ce
qu'elle est à l'université, où cette proportion est à peu près constante sur toute la
période (de l'ordre de 50%). Cette évolution doit être mise en relation avec celle de
la structure sociale en France. On conclut alors que les quatre grandes écoles étudiées
ne se sont pas fermées aux couches populaires : elles se seraient plutôt légèrement
ouvertes, mais moins que le reste de notre système éducatif, en particulier que l'uni
versité.
* Nous remercions vivement Christian participé à ce travail, tant sur le plan des
Baudelot (Ecole normale supérieure), Michèle données (disponibilité des données des en-
Hennuy (hec), Jean-François Kesler et Mi- quêtes fqp, et traitement général) que de la
chèle Reynaud (ena), Francine Masson réflexion de fond. Nous remercions enfin P.
(Ecole polytechnique) de nous avoir fourni, Esquieu, F. de Singly et L.-A. Vallet de la
avec l'accord des Directions de ces grandes lecture et des remarques très précieuses
écoles, les données nécessaires. Nous remer- qu'ils ont faites sur une première version de
cions vivement aussi Dominique Goux, ad- cet article,
ministrateur de I'insee, qui a étroitement
403 Revue française de sociologie
La réduction des inégalités devant l'éducation - inégalités entre enfants,
entre régions, entre classes sociales, etc. - a souvent été, en France, un
des objectifs de l'Ecole même si, dans le passé, différentes structures édu
catives plus ou moins étanches - pour le peuple le primaire, pour la bour
geoisie le secondaire - existaient de fait (Prost, 1968 ; Baudelot et Establet,
1971). Rappelons, par exemple, qu'au début des années cinquante, il y a
quarante ans, environ deux tiers d'une génération n'entraient pas en
sixième, et qu'au début des années soixante encore 45% n'y entraient pas
(Girard, Bastide et Pourcher, 1970). Depuis pratiquement deux décennies,
cette quasi-étanchéité entre primaire et secondaire a disparu au profit d'une
continuité entre les différents degrés de l'Ecole. En outre le souci de ré
duire les inégalités a pris des formes nouvelles. On attend aujourd'hui de
l'Ecole que tous les enfants non pas y soient traités de la même manière
mais aient la possibilité de se développer et de se former au maximum
de leurs potentialités, même si ceci suppose un traitement inégalitaire (1).
On souhaite que l'Ecole favorise la promotion sociale d'enfants de familles
populaires ou de niveau moyen, aidant ainsi au renouvellement ou, au
moins, à l'élargissement des élites. Cette dernière ambition, pour partie
idéal inaccessible, pour partie objectif atteint comme l'indiquent nombre
d'études de mobilité sociale (par exemple, Boudon, 1973; Thélot, 1982;
Goldthorpe, 1995), est plus marquée en France que dans d'autres pays.
Depuis que la société française a fait le pari d'un enseignement de
masse, l'Ecole permet-elle autant que par le passé aux couches moyennes
et populaires d'atteindre, par son intermédiaire, aux sommets? Y-a-t-il une
relation entre faire progresser dans le système éducatif la majorité d'une
génération - par exemple, lui faire atteindre le niveau du bac - et élargir
la base sociale de l'élite scolaire, les couches moyennes et populaires ayant
davantage accès à cette dernière ? L'Ecole de masse et la sélection de l'élite
scolaire sont-elles ainsi, en quelque sorte, proportionnelles : si le vivier
s'étend grâce aux choix de l'Ecole pour tous, doit-on s'attendre, comme
la métaphore sportive l'y invite, à ce que l'élite soit de meilleure qualité
et, en plus, provienne d'horizons sociaux au moins aussi divers, voire plus ?
A moins, au contraire, que la concurrence, accrue justement du fait même
de l'élargissement de la base, renforce l'avantage de ceux qui ont beaucoup
d'atouts, le recrutement social de l'élite scolaire devenant dans ce cas plus
fermé? Ces interrogations s'inscrivent dans la problématique générale des
inégalités sociales devant l'Ecole et de leur évolution (Œuvrard, 1979;
Prost, 1986; Duru-Bellat, 1988; inrp, 1990; Langouët, 1994). Elles ont
également trait au renouvellement des élites, question fréquemment évo-
(1) Sur l'idée d'un traitement inégalitaire «discrimination positive», avec la création
pour accroître l'équité, cf. dans un autre des Zones d'éducation prioritaire (zep), sont
contexte Euriat (1993). L'égalité de traite- tardives (notamment si on se réfère au
ment, pédagogique en particulier, a été re- Royaume-Uni) : elles datent du début des an-
connue comme inéquitable depuis longtemps nées 80. Sur une évaluation de la politique
(cf. Bourdieu et Passeron, 1964), mais la dé- des zep, on se reportera à dep (1992) et Меи-
finition et l'application d'une politique de ret (1994).
404 Michel Euriat et Claude Thélot
quée dans la société française et étudiée dans la sociologie [cf. par exemple
Aron (1960), Suleiman (1979) et, plus récemment, Busino (1992) et, à
propos des grands patrons, Bauer et Bertin-Mourot (1987)]. Cette réflexion
est en outre marquée aujourd'hui par deux caractéristiques importantes.
— D'abord, la capacité de l'Ecole à favoriser la mobilité sociale a
scendante ne dépend pas que d'elle : elle dépend aussi de la société, de
son fonctionnement, des postes et carrières qu'elle offre, de sa capacité à
intégrer les jeunes et à reconnaître les études qu'ils ont suivies et les d
iplômes qu'ils ont obtenus. Or, à tort ou à raison, devant l'ampleur du
chômage et l'allongement de la formation des jeunes, le doute s'est insinué
sur cette capacité.
— Ensuite, l'Ecole de masse - collège unique, lycée et lycée profes
sionnel que fréquentent aujourd'hui 65% d'une génération, enseignement
supérieur dont les effectifs ont pratiquement doublé depuis 1980 - où la
sélection n'est plus affichée explicitement comme jusqu'au début des an
nées soixante, a peut-être rendu plus opaques, et le paradoxe n'est qu'ap
parent, les voies de la réussite scolaire. (Cherkaoui, en 1979, avait déjà
mentionné que des règles explicites de fonctionnement et de sélection avan
tageaient les élèves issus des milieux défavorisés). Ainsi, on peut craindre
que l'Ecole d'aujourd'hui favorise plus qu'autrefois les familles qui
connaissent les règles du système, au premier chef celles d'enseignants et
de cadres, ceci ayant des conséquences d'autant plus fortes sur le recru
tement social de l'élite scolaire que l'enseignement supérieur, même dé
mocratisé, reste nettement hiérarchisé.
Pour cerner la capacité de l'Ecole à faire accéder les couches populaires
et moyennes à l'élite scolaire, cet article sera consacré à l'un des aspects
symboliquement et réellement les plus importants : l'évolution au cours
de ces dernières décennies du recrutement des élèves de quatre grandes
écoles parmi les plus prestigieuses : l'Ecole polytechnique, l'Ecole normale
supérieure, l'ENA, нес. Le de ces écoles et son évolution se
ront décrits pour eux-mêmes, mais aussi en relation avec l'évolution gé
nérale des inégalités devant l'Ecole, pour comparer, comme suggéré
ci-dessus, généralisation de l'Ecole et sélection de l'élite.
I. - L'évolution générale des inégalités sociales devant l'Ecole
C'est donc par une description de l'évolution générale des inégalités
sociales devant l'Ecole depuis quelques décennies que l'on commencera.
Et ceci, à partir des quelques éléments disponibles, de deux façons :
d'abord en mesurant, à trois endroits précis du système éducatif - collège,
accès au bac, études supérieures -, quelques évolutions partielles ; ensuite
en procédant à une analyse d'ensemble.
405 Revue française de sociologie
Les carrières scolaires au collège
Les au collège sont, aujourd'hui, beaucoup plus ho
mogènes entre enfants des différents milieux qu'il y a seulement dix ans.
La comparaison entre les proportions d'élèves arrivés en troisième sans
redoubler, ou arrivés en seconde générale ou technologique en quatre ans
(en ayant donc parcouru tout le collège sans redoubler, et en ayant intégré
le lycée général et technologique) est une bonne illustration de la réduction
des inégalités sociales de carrière scolaire au collège :
En %
Début des années 80 Début des années 90
Proportion d'enfants arrivés
en 3 e sans redoubler :
Enfants de cadres supérieurs 84,4 79,3 et professeurs
39,2 53,2 Enfants d'ouvriers
Illustration non autorisée à la diffusion Proportion d'enfants entrés
en seconde générale et tech
nologique sans redoubler :
Enfants de cadres supérieurs
et professeurs 65,6 74,7
Enfants d'ouvriers 19,6 31,5
Source : Panels d'élèves de 1980 et 1989, Direction de l'Evaluation et de la Prospective
(DEP). Les ouvriers ne comprennent pas les contremaîtres. Les proportions sont calculées
parmi les entrants en 6e.
Les carrières moyennes de ces collégiens issus de milieux différents ne
sont certes pas identiques ; elles sont néanmoins aujourd'hui plus proches
qu'autrefois car les carrières des enfants de cadres (et de professeurs) ont
peu changé, tandis que celles des d'ouvriers se sont beaucoup amél
iorées (2).
De façon plus précise, il est fréquent de mesurer l'évolution des iné
galités soit à l'aune de la différence entre proportions d'accès selon le
milieu social, soit à l'aune de leur rapport :
(2) Précisons que l'analyse serait analo au collège des élèves étrangers sont aujour
gue si l'on comparait élèves français et étran d'hui « meilleures », toutes choses égales par
gers, ce qui constitue un autre aspect de ailleurs, que celles des élèves français (Vallet
l'étude des inégalités (cf. Caille, 1993). et Caille, 1995).
D'une façon générale, les carrières scolaires
406 Michel Euriat et Claude Thélot
Différences entre proportions
parmi les enfants de cadres Rapports entre proportions supérieurs (et professeurs)
et parmi les enfants d'ouvriers
Années 80 Années 90 Années 80 Années 90
3e Sur sans le fait redoubler d'arriver en 40,1 31,2 2,0 1,6
Sur le fait d'arriver en
seconde générale et tech 46,0 43,2 3,3 2,4
nologique sans redoubler
Source : Différences et rapports entre les proportions du tableau précédent.
On est ici dans un cas favorable où ces deux façons de mesurer - additive
et multiplicative - permettent de conclure à une réduction des inégalités :
tant l'écart entre proportions que leur rapport sont plus faibles aujourd'hui
qu'il y a dix ans.
Malgré leur caractère d'évidence spontanée, ces deux façons de mesurer
l'évolution des inégalités sont parfois critiquées, et on peut leur adjoindre,
ou même leur préférer, une mesure, plus complexe, dite «logistique», qui,
contrairement aux mesures additive ou multiplicative, tient compte du fait
que ces proportions d'accès en 3e ou 2e générale sont, par définition,
comprises entre 0 et 1 (Annexe, p. 429). Cette troisième façon de mesurer
conduit à constater, elle aussi, que les inégalités de carrière scolaire au
collège se sont réduites, puisqu'elle amène au tableau et au raisonnement
suivants : quand on tirait au hasard, en 1980, deux jeunes de 6e, l'un
d'origine cadre supérieur (ou professeur), l'autre d'origine ouvrière, il y
avait environ, en arrondissant, 8 fois plus de chances d'avoir la configu
ration où le premier serait en seconde générale 4 ans après et le second
non que la configuration opposée; en 1990, ce n'est plus que 6 fois plus
de chances. Même conclusion qualitative si, au lieu de la seconde générale,
on s'arrête à la 3e :
Années 80 Années 90
Rapport de chances d'attein
dre la 3e sans redoubler 4,8 5,9
Rapport de chances d'entrer
en 2e générale et techno 7,8 6,4
logique sans redoubler
Parmi les explications de cette homogénéisation des carrières scolaires
au collège, il faut au premier chef citer la suppression du palier
d'orientation de fin de 5e - qui était socialement très sélectif - et la
407 Revue française de sociologie
diminution rapide de l'ampleur des redoublements jusqu'à ces deux der
nières années. La suppression du palier de fin de 5e, en particulier, fait
que le collège est parcouru réellement par tous les élèves - ou presque -
aujourd'hui. Il «fonctionne» donc différemment qu'il y a cinq ou six ans,
et les analyses portant sur les années 80 sont, même quand elles sont très
intéressantes, pour une part obsolètes (Duru-Bellat, Jarousse et Mingat,
1993 ; Léger, 1993, par exemple).
L'accès au baccalauréat
Le second exemple a trait au baccalauréat et, compte tenu des sources
disponibles, va malheureusement être borné aux années 80, c'est-à-dire
précisément avant que la suppression du palier de fin de 5e et l'entrée
dans l'ère du lycée de masse (qui datent de 1987-90) aient produit leurs
effets. La critique d'obsolescence partielle formulée à l'instant doit donc
rester présente à l'esprit.
Des années 60 aux années 80, la proportion de jeunes d'une génération
qui ont obtenu leur bac a évolué ainsi :
En %
Proportion de bacheliers parmi les enfants entrés en 6e
En 1980 En 1962 En 1973 Enfants de cadres
supérieurs et professeurs 54,6 66,3 74,1
Illustration non autorisée à la diffusion Enfants d'ouvriers 11,3 25,3 16,8
Sources : Panels d'élèves, ined pour le premier (Girard, 1973), Direction de l'Évaluation et
de la Prospective (dep) pour les deux autres. Ces éléments sont tirés de dep (1992), auquel
on a apporté, en 1962, une légère modification pour mesurer la proportion de bacheliers
parmi les enfants restés dans le système scolaire (en 6e ou non) à la fin du CM2. Ici, les
ouvriers comprennent les contremaîtres.
Les deux façons simples de mesurer l'évolution des inégalités condui
sent ici à des conclusions opposées : mesurer de façon additive en faisant
la différence entre taux d'accès au bac selon le milieu social conduit à
conclure à une augmentation de l'inégalité; mesurer de façon multiplicat
ive en faisant le rapport entre taux d'accès conduit à conclure à une d
iminution de l'inégalité.
Dans cette situation, fréquente lorsque l'on veut comparer plusieurs évo
lutions sociales dans le temps, et où aucune des façons de mesurer n'est
a priori préférable à l'autre, on peut : soit refuser de conclure, soit - ce
qui est plus riche - considérer qu'il y a peu de différence d'évolution
puisqu'elle n'est pas assez marquée pour être du même sens à travers les
deux façons de mesurer - auquel cas on sera tenté de conclure au maintien
408 Michel Euriat et Claude Thélot
des inégalités sociales -, soit enfin retenir la troisième façon de mesurer,
évoquée à propos des carrières scolaires au collège et qui, plus significat
ive, permettra de trancher.
Cette troisième façon de faire conduit au tableau et au raisonnement
suivants. Quand on tirait au hasard deux jeunes entrés en 6e en 1962, l'un
d'origine cadre et l'autre d'origine ouvrière, il y avait environ 9 fois plus
de chances d'avoir la configuration où le premier allait avoir son bac et
pas le second que la inverse. Pour les jeunes entrés en 6e en
1980, c'est proche, très légèrement moins, environ 8 fois plus de chances :
Années 60 Années 70 Années 80
9,4 9,7 8,4
On confirme ainsi l'hésitation résultant des conclusions divergentes des
deux façons de mesurer, additive et multiplicative : des années 60 aux an
nées 80, l'inégalité sociale d'accès au bac a peu diminué (en ayant peut-
être d'abord crû, puis décru). Encore doit-on s'interroger : a-t-on sous la
même dénomination («bac») quelque chose de suffisamment comparable
à dix ou vingt ans de distance pour que le rapprochement soit très perti
nent ? Oui et non. Oui, parce que le bac, quelle que soit sa diversification
actuelle, représente dans la société française quelque chose d'homogène,
continue d'avoir des fonctions bien précises (ouvrir les portes du supér
ieur,...) et ainsi la comparaison est donc correcte. Non, car la diversifi
cation elle-même exprime une hétérogénéité interne - il y a plus de
50 bacs différents -, qui pousserait à raisonner sur une seule série, par
exemple la série C. L'évolution de l'inégalité d'accès au bac pourrait alors
être différente.
Au total, avant le collège pour tous et le lycée de masse, les inégalités
sociales d'accès au bac ont assez peu évolué. Il faut maintenant attendre
quatre ou cinq ans pour apprécier pleinement les effets de cette double
mutation sur les chances d'être bachelier des enfants entrés en 6e en 1989.
Il est certain que l'accès au bac sera moins inégalitaire qu'au cours des
années 80 : aujourd'hui, selon des estimations approximatives, les enfants
de cadres supérieurs ou d'enseignants auraient environ deux fois plus de
chances d'obtenir le bac que les enfants d'ouvriers. Si l'on se limite au
bac С (ou scientifique), ils auraient en 1994 six fois plus de chances, mais
vers 1980 ils en avaient de l'ordre de quinze fois (Casabianca, Thaurel-
Richard et Esquieu, 1993).
L'origine sociale des étudiants
Le troisième exemple a trait aux chances de suivre un enseignement
supérieur à l'université. Les éléments disponibles sont malheureusement
imprécis.
409