Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Rhône vieillit, Lyon rajeunit

De
8 pages
En mars 1999, le département du Rhône compte près de 1,6 million d'habitants. Alors que la population du département a tendance à vieillir, celle de Lyon rajeunit. A cette date, le taux de chômage est de 11 %. Il est particulièrement élevé à l'est et au sud de l'agglomération lyonnaise. Les déplacements domicile-travail se développent à l'intérieur du département et le Rhône attire quotidiennement de plus en plus d'actifs venant des départements voisins. Le parc des résidences principales s'est accru de 65 000 logements entre 1990 et 1999. Le développement de la propriété individuelle s'est ralenti.
Voir plus Voir moins

Insee Rhône-Alpes
Résultats
Numéro 69-70
RECENSEMENT DE LA POPULATION 1999Octobre 2000
RHONE Le Rhône vieillit, Lyon rajeunit
Premiers chiffres
de l'exploitation
En mars 1999, le département du Rhône compte près de 1,6 million d'habi-principale
tants. Alors que la population du département a tendance à vieillir, celle
de Lyon rajeunit.
A cette date, le taux de chômage est de 11 %. Il est particulièrement élevé
à l'est et au sud de l'agglomération lyonnaise.
Les déplacements domicile-travail se développent à l'intérieur du départe-
ment et le Rhône attire quotidiennement de plus en plus d'actifs venant
des départements voisins.
Le parc des résidences principales s'est accru de 65 000 logements entre
1990 et 1999. Le développement de la propriété individuelle s'est ralenti.
Robert Reynard
Les personnes âgées de 60 ans et plus
Saône-et-Loire
En % de la population
moins de 15,2
de 15,2 à 17,2
de 17,2 à 19,9
de 19,9 à 23,1
23,1 ou plus
Ain
Caluire-et-Cuire
VVVVVV illeurbanneVVV
LLLyonyonyonLoire LLLyonyonyonLLLyonyonyon
Vénissieux
Saint-Priest
Isère
Source : INSEE - recensement de 1999
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990Population par âge et sexe en 1990 et 1999Le nombre
des plus de soixante ans 1990 1999
Age*augmente dans le Rhône
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
mais diminue à Lyon
De 0 à 24 ans 269 135 264 068 533 203 261 200 259 242 520 442
De 25 à 39 ans 172 286 176 545 348 831 179 380 183 059 362 439
De 40 à 59 ans 179 674 181 081 360 755 193 876 203 149 397 025
De 60 à 74 ans 77 873 95 163 173 036 88 441 105 324 193 765
75 ans et plus 30 141 63 249 93 390 35 956 68 796 104 752
Total 729 109 780 106 1 509 215 758 853 819 570 1 578 423
* L’âge «0» ne comprend que les enfants nés entre le 1er janvier et la date du recensement
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
Au recensement de 1999, le départe- glomération lyonnaise attractive pour
ment du Rhône compte près de les jeunes qui poursuivent leurs étu-
1,6 million d'habitants. Depuis 1990, des ou recherchent du travail.
la population a augmenté de 4,6 %,
soit environ 70 000 personnes sup- La ville de Lyon, qui concentre 28 %
plémentaires. de la population du département, pré-
sente d'ailleurs des spécificités fortes
Les évolutions sont très différentes dans ses évolutions démographiques.
selon les classes d'âge. L'augmenta- Alors que sa population totale a aug-
tion de population concerne en pre- menté de près de 30 000 habitants, le
mier lieu les personnes de plus de nombre de personnes âgées de plus
40 ans, dont l'effectif s'est accru de de 60 ans a diminué : il est passé de
11 %. Les générations nombreuses, 89 000 à 86 000 entre les deux recen-
nées durant le baby-boom de l'après- sements. Cette évolution traduit à la
guerre, ont désormais dépassé cet âge. fois une inflexion par rapport à la pré-
De plus, l'allongement de l'espérance cédente période intercensitaire, où le
de vie explique la progression du nom- nombre de personnes âgées avait aug-
bre de seniors : le Rhône compte, en menté, et une exception en Rhône-Al-
1999, 105 000 personnes de 75 ans pes : Lyon est, dans la région, la seule
ou plus, contre 93 000 au précédent commune de plus de 20 000 habitants
recensement. où le nombre de personnes âgées di-
minue.
Le nombre de personnes de moins de
40 ans est resté globalement stable, En 9 ans, la structure par âge de la
mais leur part se réduit dans l'ensem- capitale régionale connaît donc des
ble de la population : elle est passée évolutions inverses de celles que l'on
de 58 % à 56 %. Cependant, le Rhône observe dans le reste du département.
est le département de la région Rhône- On assiste à un rajeunissement de la
Alpes où la diminution de la part des population lyonnaise : la part des
moins de 40 ans est la plus faible. La moins de 40 ans augmente de
présence de formations universitaires 2 points, passant de 56 % à 58 %.
diversifiées et le dynamisme économi- Cette augmentation concerne princi-
que du bassin d'emploi de Lyon sont palement les jeunes adultes de 20 à
autant de facteurs qui rendent l'ag- 35 ans.
Structure de la population par âge en 1990 et 1999 en milliers
* ** 1990 1999
Age Age
100100
9595
9090
8585
8080
7575
7070
6565
60 60
5555
5050
Hommes Femmes Hommes 4545 Femmes
4040
3535
3030
25 25
2020
1515
1010
5 5
00
14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 00 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0 14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0 0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0
* Au 5 mars 1990 ; âge au 1er janvier 1990 ** Au 8 mars 1999 ; âge au 1er janvier 1999
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
2après 65 ans et deux fois plus de fem-Dans l'ensemble du département du
mes que d'hommes après 80 ans, duRhône, on compte 108 femmes pour
fait de la surmortalité masculine. La100 hommes. Jusqu'à l'âge de 18 ans,
présence des femmes est encore plusles hommes sont plus nombreux que
importante à Lyon, où l'on dénombreles femmes. Au-delà de cet âge, le rap-
110 femmes pour 100 hommes chezport s'inverse et les femmes devien-
les personnes ayant entre 20 etnent majoritaires. Plus on avance dans
59 ans.l'âge, plus l'écart est important : il y a
quatorze femmes pour dix hommes
16 % de nouveaux Entre 1990 et 1999, il y a eu 24 000 Nouveaux arrivants* par âge
départs de plus que d'arrivées dans learrivants dans le Rhône,
1 Age Nombre %département du Rhône : le solde mi-
38 % à Lyon gratoire est donc négatif. La croissance
De 0 à 24 ans 108 324 41,8
démographique s'explique unique- De 25 à 39 ans 97 744 37,8
ment par l'excédent des naissances De 40 à 59 ans 40 143 15,5
De 60 à 74 ans 7 782 3,0sur les décès.
75 ans et plus 4 910 1,9
Environ 259 000 résidents du Rhône Total 258 903 100
n'habitaient pas dans le département * Voir définition page 8
en 1990. Ils représentent 16 % de la Source : Insee - recensement de 1999
population. Ces nouveaux arrivants
contribuent donc à rajeunir la popu-sont principalement des jeunes : près
de 80 % d'entre eux sont âgés de moins lation rhodanienne.
de 40 ans en 1999. Outre le fait que En ce qui concerne les mouvements
les jeunes ont une plus forte propen- migratoires, la ville de Lyon se distin-
sion à se déplacer, ceci traduit une gue à nouveau : depuis 1990, son
solde migratoire s'est redressé,attraction du département sur les étu-
diants et les jeunes actifs. En effet, le redevenant positif. La proportion des
solde migratoire est nettement positif nouveaux arrivants est sensiblement
pour les jeunes ayant entre 18 et plus élevée que dans le reste du dé-
26 ans en 1999 : les arrivées excèdent partement : 38 % des habitants vien-
nent d'une autre commune. Un Lyon-les départs d'environ 36 000 person-
nes. Au-delà de cet âge, les flux mi- nais sur quatre n'habitait pas dans le
gratoires s'inversent et le solde devient Rhône en 1990. Parmi les jeunes de
très négatif pour les personnes en âge 20 à 29 ans, la proportion atteint
de partir à la retraite. Les migrations même un sur deux.
Dans le Rhône, comme dans le reste219 000 personnes
du territoire français, la taille desvivent seules, ménages se réduit : 39 % de la popu-
dont 61 % de femmes lation vit dans un ménage d'une ou
deux personnes. Les personnes qui
vivent seules sont de plus en plus
nombreuses : 219 000 en 1999, dont
61 % de femmes.
Le nombre moyen d'occupants par
résidence principale poursuit sa dimi-
nution : il passe de 2,5 à 2,4 person-
nes. Cette réduction de la taille des
ménages est imputable au vieillisse-
en milliersment de la population, à la baisse de Répartition des ménages par
la natalité et à la décohabitation. taille en 1990 et 1999 en milliers
Les ménages d'une seule personne
250
représentent 34 % de l'ensemble, con- 1990
tre 30 % en 1990. La part des ména- 1999
200
ges de deux personnes progresse lé-
gèrement. En revanche, la proportion
150de ménages de trois personnes ou plus
diminue. A Lyon, la taille des ména-
100ges est encore plus faible : il y a, en
moyenne, à peine deux habitants par
logement et près de la moitié des lo- 50
gements sont occupés par une seule
personne. En revanche, dans les com- 0
munes de banlieue et les zones péri- 1 2 3 4 5 et plus
Nombre de personnes du ménageurbaines, les familles avec enfants
sont plus nombreuses et la taille des Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
ménages est plus élevée.
1 On ne peut connaître avec précision les mouvements que vers les autres départements français. Ces données seront disponibles après publication des
résultats de l'ensemble des départements.
3

Les trois quarts des actifs Taux d'activité par sexe et âge en 1990 et 1999
ont entre 30 et 59 ans Hommes Femmes
100 100
1990
1999
80 80
1990
60 60
40 40
20 1999 20
0 0
15/19 25/29 35/39 55/5945/49 15/19 25/29 35/39 45/49 55/59
20/24 30/34 40/44 50/54 60/64 20/24 30/34 40/44 50/54 60/64
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
Entre 1990 et 1999, la population ac- par le développement de l'activité fé-
minine. Dans cette tranche d'âge, huittive du Rhône a augmenté de 25 000
femmes sur dix sont actives en 1999.personnes, soit une progression de
3,6 %, inférieure à celle de la popula- En revanche les taux d'activité dimi-
tion totale. Cette augmentation con- nuent avant 25 ans et à partir de
cerne exclusivement la population fé- 60 ans, aussi bien pour les hommes
que pour les femmes.minine. Le nombre d'hommes actifs a
même légèrement diminué depuis
1990. La part des femmes parmi les
actifs passe ainsi de 45 % à 47 %.
Comme la population totale, la popu-
lation active du département tend à
vieillir : en 1999, les plus de 40 ans
représentent 49 % des actifs contre
46 % neuf ans plus tôt.
Le nombre d'actifs de moins de 25 ans
diminue nettement : il passe de 89 000
à 61 000. Ceci s'explique à la fois par
la diminution de ces classes d'âge dans
la population totale et par l'allonge-
ment de la scolarité qui conduit de plus
en plus de jeunes à poursuivre des étu-
des longues. Le nombre d'actifs de plus
de 60 ans diminue également, du fait
de l'avancée des départs à la retraite.
Désormais, les trois quarts des actifs
ont entre 30 et 59 ans.
Le taux d'activité global de la popula-
tion de 25 à 59 ans a progressé. Cette
augmentation s'explique uniquement
Actifs et inactifs en 1990 et 1999 en %
19991990Type d'activité
des 15 ans et plus
Nombre % Nombre %
Actifs 704 295 100 729 623 100
dont ayant un emploi 637 047 90,5 644 615 88,3
chômeurs* 61 458 8,7 83 278 11,4
militaires du contingent 5 790 0,8 1 730 0,2
Inactifs 514 612 557 165
Total 1 218 907 1 286 788
* Au sens du recensement (voir définition page 8) Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
4

Si la population active totale progresse de chômage féminin (12,5 %).Progression du chômage
de 25 000 personnes, le nombre d’ac- Le taux de chômage est particulière-en banlieue
tifs ayant un emploi n’augmente que ment élevé dans les communes de
de 7 500. En effet le nombre de chô- banlieue situées à l’est et au sud de
meurs s’est accru de 36 % entre 1990 l’agglomération lyonnaise : Vaulx-en-
et 1999. Le taux de chômage s’élève Velin, Vénissieux, Saint-Fons ... De-
1ainsi à 11,4 %, contre 8,7 % en 1990 . puis 1990, il a progressé à un rythme
La progression du nombre de chô- plus important dans ces communes
meurs est particulièrement forte chez que dans le reste du département. A
les hommes : il passe de 26 000 à Vaulx-en-Velin, le taux de chômage est
41 000. Le taux de chômage mascu- ainsi passé de 16 % à 23 % entre 1990
lin (10,5 %) se rapproche ainsi du taux et 1999.
Le chômage
Saône-et-Loire
En % des actifs
moins de 5,1
de 5,1 à 6,3
de 6,3 à 7,1
de 7,1 à 8,7
8,7 ou plus
Ain
Caluire-et-Cuire
V illeurbanneV
Loire LLyyononL
V éénissieux
Saint-PriestSaint-PriestSaint-Priest
Isère
Source : INSEE - recensement de 1999
En 1999, 63 % des actifs occupés du La proportion d'actifs qui travaillentDe plus en plus d'actifs
Rhône ne travaillent pas dans la com- dans la commune où ils résident esten provenance mune où ils résident. Cette propor- forte à Lyon (62 %) ainsi que dans les
des départements voisins tion n'était que de 57 % en 1990. communes rurales du nord du dépar-
On assiste donc à un développement tement, où l'emploi agricole reste im-
sensible des déplacements domicile- portant. En revanche, dans les com-
travail. La part des actifs du Rhône munes périurbaines, les déplacements
qui changent de département pour domicile-travail concernent une pro-
travailler est également en augmen- portion élevée d'actifs.
tation, mais reste faible : elle passe
de 5 % à 6 %. Parmi les 645 000 actifs ayant un
emploi, on dénombre, comme au re-
En revanche, le Rhône attire quoti- censement précédent, 89 % de sala-
diennement de plus en plus d'actifs riés. Le nombre de titulaires d'un con-
des départements voisins. Les flux en trat de travail à durée déterminée et
provenance de l'Isère sont en nette les formes particulières d'emploi (in-
augmentation (ils passent de 31 000 térim, emplois aidés, etc.) sont en aug-
à 40 000), de même que ceux en pro- mentation. L'effectif des non-salariés
venance de l'Ain (de 24 000 à 32 000) est à peu près stable, bien que le nom-
et de la Loire (de 12 000 à 16 000). bre d'aides familiaux diminue.
1 La définition du chômage a changé entre 1990 et 1999 (voir page 8).
5
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990Actifs travaillant et résidant dans la même commune
Saône-et-Loire
En % des actifs occupés
moins de16
de 16 à 21,3
de 21,3 à 27,7
de 27,7 à 36
36 ou plus
Ain
Caluire-et-Cuire
VilleurbanneLyonLLoire
VVVVVVéééééénissieuxnissieuxnissieuxnissieuxnissieuxnissieuxVVVééénissieuxnissieuxnissieux
Saint-Priest
Isère
Source : INSEE - recensement de 1999
Le Rhône compte, en 1999, 728 000Le nombre
logements, soit environ 75 000 de plusde résidences principales
qu'en 1990, ce qui correspond à une
augmente de 11 % augmentation de 11 %. L'augmenta-
tion relative du nombre de résiden-
ces principales est identique. Leur
part reste donc stable : elles repré-
sentent 89 % des logements.
Les autres catégories de logements
évoluent de façon différente. Le nom-
bre de logements vacants augmente
sensiblement, tandis que le nombre
de résidences secondaires et surtout
de logements occasionnels diminue.
Les résidences secondaires sont sur-
tout localisées dans les communes
rurales des Monts du Beaujolais et du
Lyonnais. A l'inverse, la part des lo-
gements vacants est plus élevée dans
les grandes villes : à Lyon, ils repré-
sentent plus d'un logement sur dix.
Logements par catégorie en 1990 et 1999
19991990
Catégorie de logement
Nombre % Nombre %
Résidences principales 581 221 89,0 646 619 88,7
Logements occasionnels 12 328 1,9 8 562 1,2
Résidences secondaires 15 301 2,3 14 220 2,0
Logements vacants 44 566 6,8 58 726 8,1
Ensemble 653 416 100 728 127 100
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
6
6
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990Les résidences secondaires
Saône-et-Loire
En % de l'ensemble
des logements
moins de 1,5
de 1,5 à 3,6
de 3,6 à 8,1
de 8,1 à 14,5
14,5 ou plus
Ain
Caluire-et-Cuire
V illeurbanneVLLLyonyonyonLLLLLLyonyonyonyonyonyonLoire
VVVééénissieuxnissieuxnissieuxVVVVVVéééééénissieuxnissieuxnissieuxnissieuxnissieuxnissieux
Saint-Priest
Isère
Source : INSEE - recensement de 1999
La part des ménages propriétaires de environ un logement sur deux à Vé-Le développement de
leur résidence principale atteint 46 %. nissieux, Rillieux-la-Pape et Vaulx-en-la propriété individuelle
Depuis 1990, elle poursuit son aug- Velin et moins d'un sur cinq à Lyon,
se ralentit mentation, mais à un rythme moins Caluire-et-Cuire et Oullins.
soutenu qu'au cours de la décennie
précédente. La proportion de loge- L'attrait pour la maison individuelle
ments HLM est en augmentation : elle est confirmé : leur part augmente, pas-
passe de 18 % à 20 % des résidences sant de 28 % à 30 %. Mais les loge-
principales sur l'ensemble du dépar- ments en immeuble collectif restent
tement. Cependant, des différences largement majoritaires.
importantes subsistent entre les gran-
des communes de l'agglomération
lyonnaise : le parc HLM représente
Résidences principales en 1990 et 1999
1990 1999
Statut d'occupation et type
Nombre % Nombre %
Statut d’occupation
Propriétaire 258 382 44,4 299 213 46,3
Locataire 295 040 50,8 324 140 50,1
- d’un logement loué vide non HLM 182 245 31,4 181 312 28,1
- d’un logement loué vide HLM 104 846 18,0 128 283 19,8
- d’un meublé ou d’une chambre d’hôtel 7 949 1,4 14 545 2,2
Logé gratuitement 27 799 4,8 23 266 3,6
Type
Maison individuelle ou ferme 163 321 28,1 193 044 29,9
Logement dans un immeuble collectif 395 173 68,0 438 745 67,8
Autres* 22 727 3,9 14 830 2,3
Ensemble 581 221 100 646 619 100
* Logement-foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de fortune etc,
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
77
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990DéfinitionsMéthodologie
- Population active : La popula-Etudiants : les étudiants sont
tion active est composée de la po-comptabilisés dans la commune où
pulation active ayant un emploi, desils résident pour suivre leurs étu-
chômeurs et des militaires du con-des, qu’ils vivent dans un logement
tingent.ordinaire ou dans une collectivité
. Les actifs ayant un emploi sont(foyer ou cité universitaire).
les personnes qui exerçent une pro-Cette règle n’a pas changé entre
fession au moment du recensement.1990 et 1999, mais on peut suppo-
Les personnes qui déclarent aiderser qu’au recensement de 1990,
un membre de leur famille dans soncertains étudiants avaient été
travail y sont également comptabi-comptabilisés à tort au domicile fa-
lisées si la personne aidée n’est pasmilial.
salariée (exploitant agricole, artisan,En 1999, des procédures spécifi-
commerçant, profession libérale,ques mises en oeuvre au moment
etc.).de la collecte ont permis de mieux
. En 1999, sont considéréescontrôler la domiciliation des étu-
comme chômeurs au sens du recen-diants. Il est vraisemblable que
sement les personnes qui n’ont pasl’amélioration de qualité qui en ré-
d’emploi, en recherchent un et quisulte a eu pour conséquence une
se sont explicitement déclarées chô-diminution du nombre d’étudiants
meurs.(donc des jeunes de 18 à 24 ans)
Cette définition diffère légèrementdans les départements n’ayant pas
de celle utilisée en 1990 : les per-d’implantation universitaire, mais
sonnes sans emploi et à la recher-cet effet n’a pour l’instant pas été
che d’un emploi mais qui ne se dé-quantifié.
claraient pas chômeurs étaient alors
comptabilisées comme chômeurs.
Elles sont désormais comptabilisées
parmi les inactifs.Pour en savoir plus La comparaison entre 1990 et 1999
des données relatives au chômage,
- Se reporter à La Lettre de l’Insee à la population active et au taux
Rhône-Alpes sur les résultats du dé- d’activité est donc légèrement biai-
compte provisoire 1999 : sée.
. «Toujours plus de Rhônalpins à . Le taux d’activité est le rapport
l’est», n° 63, juillet 1999, de la population active à la popula-
. Numéros spéciaux (un par dé- tion totale.
partement de la région), juillet-août . Le taux de chômage est le rap-
1999. port du nombre de chômeurs à la
-- Consulter le site Internet : population active.
www.Insee.fr/rhone-alpes - Nouveaux arrivants : ce sont les
Au chapitre «Recensement de 1999», personnes arrivées dans le dépar-
des informations sont disponibles tement depuis le 1er janvier 1990.
sur : Les enfants nés après le
. le calendrier de diffusion des ré- 01/01/1990 sont considérés
sultats, comme migrants si la personne de
. les documents (fascicules, cd- référence du ménage l’est.
roms) parus ou à paraître. - Catégories de logements : elles
sont au nombre de quatre.
. les résidences principales, cons-
tituées des logements occupés la
majeure partie de l’année,
. les résidences secondaires, uti-
lisées pour les week-ends, les loi-
sirs et les vacances,
. les logements occasionnels, uti-
lisés une partie de l’année pour rai-
sons professionnelles,
. les logements vacants, qui com-
prennent à la fois les logements dis-
ponibles pour la vente ou la loca-
tion, et les logements neufs ache-
vés mais non encore occupés.
- Ménages : un ménage est consti-
tué des personnes occupant une ré-
sidence principale.
Pour tout renseignement :
INSEE - Rhône-Alpes - Diffusion
165 rue Garibaldi - 69401 Lyon
Tél 04 78 63 22 02
Fax 04 78 63 25 25
Directeur de publication : E. Traynard
Rédacteur en chef : P. Reydet
Prix :
- au numéro, 30 F (4,57 €)
- sur abonnement, 140 F (21,34 €).
N°ISSN 1254-7093
8

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin