Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les familles monoparentales dans l'Union européenne : un phénomène qui prend de l'ampleur

De
4 pages
En 1996, dans l'Union européenne (à l'exclusion du Danemark et de la Suède), sept millions de familles étaient monoparentales, soit 14 % du total des familles avec enfants à charge. Cette proportion est la plus élevée au Royaume-Uni (23 %), et la moins forte en Grèce et en Espagne (respectivement 7 % et 8 %) ; la France se retrouve dans la moyenne communautaire avec 14 %. Entre 1983 et 1996, leur nombre a augmenté en moyenne de 58 % dans les huit États membres pour lesquels les données sont disponibles. Plus de huit parents isolés sur dix sont des femmes. Comparés aux autres chefs de famille avec enfants à charge, ils exercent moins fréquemment une activité professionnelle, sont beaucoup plus sévèrement touchés par le chômage et ont un niveau d'instruction moins élevé. Leurs revenus sont inférieurs de près d'un quart, davantage encore en Irlande et au Royaume-Uni.
Voir plus Voir moins

N° 620 DÉCEMBRE 1998
PRIX : 15 F
Les familles monoparentales
dans l’Union européenne :
un phénomène qui prend de l’ampleur
Peter Whitten, Direction des statistiques sociales et régionales, Eurostat
les. Ces deux phénomènes se sont considé n 1996, dans l’Union européenne (à
rablement développés depuis le début des
l’exclusion du Danemark et de la années soixante dix et constituent uneESuède), sept millions de familles explication possible des différences entre
États membres. Ainsi, le Royaume Uni, paysétaient monoparentales, soit 14 % du total
où la proportion de parents isolés est la plus
des familles avec enfants à charge. Cette forte, affiche également le rapport divorces
proportion est la plus élevée au Royaume sur mariages le plus élevé de l’Union et un
nombre important d’enfants nés hors mariage.Uni (23 %), et la moins forte en Grèce et en
Cette étude se centre sur les parents vivant
Espagne (respectivement 7 % et 8 %) ; laseuls avec leur(s) enfant(s) à charge
France se retrouve dans la moyenne com (cf. Pour comprendre ces résultats ). Ne sont
donc pas concernés les parents célibatai munautaire avec 14 %. Entre 1983 et 1996,
res : a) habitant encore avec leurs propres
leur nombre a augmenté en moyenne de parents, ou b) entre temps mariés ou vivant
58 % dans les huit États membres pour les en concubinage (depuis la naissance de
leur enfant), ou c) dont les enfants exercentquels les données sont disponibles. Plus
une activité professionnelle à titre principal
de huit parents isolés sur dix sont des fem et ne sont donc plus considérés à charge.
mes. Comparés aux autres chefs de famille
Les familles monoparentalesavec enfants à charge, ils exercent moins
représentent 14 % de l’ensemble desfréquemment une activité professionnelle,
familles ayant des enfants à charge
sont beaucoup plus sévèrement touchés
La part de familles monoparentales a aug par le chômage et ont un niveau d’instruc
menté régulièrement ces quinze dernières
tion moins élevé. Leurs revenus sont infé années dans tous les États membres. En
rieurs de près d’un quart, davantage encore 1996, on dénombrait 6,8 millions de parents
isolés avec des enfants à charge dansen Irlande et au Royaume Uni.
l’Union européenne ( tableau 1). Les
familles monoparentales représentent près
La rupture d’une relation et la naissance de 5 % de l’ensemble des familles, et 14 %
d’un enfant hors mariage sont le plus sou de l’ensemble des familles ayant des
vent à l’origine des familles monoparenta enfants à charge contre seulement 9 % en
Poids des familles monoparentales
Part dans le total
Nombre de parents isolés Augmentation
des familles ayant des enfants
en 1996 (en milliers) entre 1983 et 1996 (en %)
à charge (en %)
Union européenne (13) 6 768 14 58
Allemagne 1 368 13 ...
Autriche 137 14 ...
Belgique 214 15 75
Espagne 467 8 ...
Finlande 101 17 ...
France 1 231 15 48
Grèce 101 7 33
Irlande 65 13 100
Italie 877 11 32
Luxembourg 7 11 58
Pays Bas 219 11 5
Portugal 165 12 ...
Royaume Uni 1 815 23 94
Source : Eurostat, Enquêtes sur les forces de travail
˚
INSEE
PREMIERE1983. La hausse a surtout été forte encharge de moins de 16 ans, c’est à dire 5 ans, 5,9 millions ont entre 5 et 15 ans
Belgique, dans le Royaume Uni et en n’ayant pas terminé l’enseignement et 3 millions, entre 16 et 24 ans, soit
Irlande. obligatoire. Dans les États membres 10 %, 13 % et 14 % de leur classe
du Sud, où les jeunes t endent à rester d’âge respective.
plus longtemps chez leurs parents, lesCinq fois plus de mères
chiffres sont inférieurs et varient de Plus rarement en activité,que de pères
49 % en Espagne à 60 % en Italie. 30 % plus souvent au chômage
Plus de huit parents seuls avec des parents isolés ont à leur charge au
enfants à charge sur dix sont des fem moins deux enfants de moins de 16 ans, Généralement, les femmes sont moins
mes (84 %). Cette proportion est com et 8 %, trois ou plus. susceptibles d’exercer une activité
parable dans presque tous les pays. En moyenne, un parent isolé sur cinq professionnelle que les hommes, ris
Du fait du mariage et de la paternité a au moins un enfant à charge en quent davantage d’être au chômage et
plus tardifs des hommes, les pères dessous de l’âge préscolaire (moins travaillent plus souvent à temps par
sont généralement plus âgés que les de 5 ans). Les taux sont nettement tiel. Il en va de même lorsqu’on com
mères dans la même situation : la moi plus élevés en Finlande (26 %) et au pare les parents seuls (principalement
tié ont plus de 44 ans contre 38 ans Royaume Uni (29 %) mais ne dépas des femmes) et les autres chefs de
pour les femmes. Ainsi, plus de 16 % sent pas les 10 % en Grèce, en Espa famille ayant des enfants à charge
des pères seuls sont âgés de 55 ans gne et au Portugal. Au niveau de (principalement des hommes).
ou plus contre 6 % des mères. Le l’Union, 4 % des familles monoparen En moyenne, 68 % des mères isolées
Royaume-Uni a un nombre relative tales ont au moins deux enfants dans âgées de 15 à 64 ans exerçaient une
ment important de jeunes parents ce groupe d’âge. activité professionnelle en 1996,
isolés : la moitié a moins de 35 ans, contre 84 % chez les pères dans le
alors qu’en Grèce, en Espagne, en même cas et 93 % chez les autresUn enfant sur huit
Italie et au Portugal, le nombre de chefs de famille avec enfants àvit avec un seul parent
parents isolés âgés d’au moins 55 ans charge. C’est en France qu’elles
est supérieur à la moyenne. En 1996, près de 10,7 millions d’en étaient le plus souvent actives. L’écart
fants à charge vivaient au sein d’une entre les taux d’activité des mères
famille monoparentale dans l’Union, seules et ceux des autres chefs deUn peu plus de 10 % des
soit 13 % de l’ensemble des enfants àfamille est fortement marqué dansparents isolés ont au moins
charge (graphique 1). Les pourcenta tous les États membres, en particulier3 enfants à charge
ges varient de 6 % en Grèce et 7 % en au Royaume Uni (51 % contre 93 %).
Dans l’ensemble de l’Union, 58 % des Espagne à 23 % au Royaume Uni. LesEn revanche, il est relativement
parents isolés ont seulement un enfanttaux ont augmenté régulièrement resserré en Autriche, en France et en
à charge, 30 % en ont deux et les 12 depuis 1983 dans tous les pays % pour Finlande.
restants en ont plus de deux. En lesquels des données sont disponi Dans l’ensemble, les mères isolées
Irlande, cette dernière proportion est bles et ont plus que doublé en Irlandesont davantage susceptibles de parti
le double. En 1996, 75 % des parentset au Royaume Uni. Sur le total de ciper au marché du travail que les
seuls avaient au moins un enfant à 10,7 millions, 1,8 million ont moins de autres mères avec enfants à charge
(68 % contre 61 %). Ce phénomène
est particulièrement net en Grèce, en
Espagne, en Italie et au Luxembourg.Part des enfants à charge vivant dans des familles
En revanche au Royaume Uni, propor monoparentales en 1983 et 1996
tionnellement moins de mères seules
exercent une activité professionnelle
(51 %) que les autres mères (70 %).
Globalement dans l’Union, il ne sem
ble pas y avoir de lien entre la partici
pation au marché du travail des chefs
de famille et le nombre d’enfants à
charge du foyer. La situation est diffé
rente pour les mères seules. Les taux
d’activité des mères isolées décrois
sent au fur et à mesure que le nombre
d’enfants augmente, passant de 72 %
pour les mères avec un enfant à 50 %
pour celles ayant plus de deux enfants
(tableau 2). Les taux d’activité des
autres mères diminuent également
(tandis que le nombre d’enfants a peu
d’influence sur ceux des pères seuls).
Cette relation entre les taux d’activité
Source : Eurostat, Enquêtes sur les forces de travail
?plus souvent à temps partiel que lesTaux d’activité des mères isolées (15 64 ans) selon le nombre d’enfants
autres chefs de famille avec enfants àà charge en 1996
charge. En moyenne, 33 % des mères
En %
isolées en activité en 1996 étaient
Un enfant Deux enfants Trois enfants ou plus concernées, contre seulement 6 %
des pères dans le même cas et 3 %Union européenne (13) 72 66 50
des autres chefs de famille ayant desAllemagne 80 72 51
enfants à charge. Elles travaillent
Autriche 828468
cependant moins souvent à temps par
Belgique 73 77 67
tiel que les autres mères avec enfants
Espagne 61 72 65
à charge (40 %). Globalement dans
Finlande 80 80 62
l’Union, leur proportion augmente
France 87 86 71 avec le nombre d’enfants à charge :
Grèce 677061 29 % avec un enfant, 37 % avec deux
Irlande 53 51 39 enfants et 46 % avec plus de deux
Italie 66 64 52 enfants.
Luxembourg 76 67 57 En 1996, plus d’une mère seule sur
cinq en moyenne (soit 22 %) travaillaitPays Bas 60 56 46
à temps partiel à défaut de trouver unPortugal 78 75 75
emploi à temps complet. À titre deRoyaume Uni 59 49 35
comparaison, plus d’un tiers (36 %)
Source : Eurostat, Enquête sur les forces de travail des autres chefs de famille avec
enfants à charge était dans ce cas de
temps partiel involontaire.des mères seules et le nombre d’en bres du Sud où l’écart est minime - ce
fants est particulièrement nette en taux est nettement plus élevé que pour
L’influence de l’éducationAllemagne et au Royaume Uni, mais les autres mères ayant des enfants à
négligeable en Belgique, en Grèce, en charge (11 %). En outre, il était large et de la formation
Espagne et au Portugal. Les écarts ment supérieur chez les mères que
De même que pour les autres salariés,entre les pays traduisent peut être leschez les pères seuls (10 %) et que
les perspectives d’emploi et de salairedifférences au niveau de l’offre de ser chez les autres chefs de famille avec
des parents isolés sont largementvices de garde d’enfants, du soutien enfants à charge (6 %).
déterminées par le niveau de forma apporté par la famille au sens large,
tion. En moyenne en 1996, 49 % desdes possibilités de travail à temps par Un tiers des mères isolées
mères seules âgées de 25 à 64 anstiel, de la législation fiscale, des aides travaille à temps partiel
avaient un niveau d’enseignementsociales, etc.
secondaire supérieur ou détenaient unLe travail à temps partiel est reconnuEn 1996, le taux de chômage des
diplôme universitaire contre 52 % descomme une solution permettant demères isolées de l’Union se situait à
pères et 55 % des autres chefs deconcilier vie professionnelle et vie17 % (graphique 2). Dans tous les
famille avec enfants à charge. Cesfamiliale. Les mères seules travaillentpays à l’exception des États mem
écarts dans les niveaux d’instruction
touchent la majorité des États mem Taux de chômage des mères seules et des autres chefs de famille
bres et sont plus fortement marquésavec enfants à charge en 1996
au Royaume Uni où seulement 36 %
des mères isolées avaient achevé au
minimum un enseignement secon
daire supérieur contre 55 % pour les
autres chefs de famille. En Italie et au
Portugal, les mères seules étaient
légèrement mieux qualifiées que les
autres chefs de famille ayant des
enfants à charge.
Les parents isolés ont des
revenus plutôt inférieurs
Dans l’ensemble de l’Union (à l’exclu
sion de la Suède et de la Finlande) le
revenu monétaire net ajusté des
parents isolés était de 9 212 SPA
(standards de pouvoir d’achat) en
1994 (soit 65 746 francs) contre
Source : Eurostat, Enquêtes sur les forces de travail
¸`11 978 SPA (soit 85 487 francs) pour Revenus (1) des parents isolés et des autres familles
les autres familles avec enfants à avec enfants à charge en 1994
charge (graphique 3). Autrement dit,
le revenu ajusté des parents isolés
représentait 77 % de celui des autres
familles avec enfants à charge. Les
différences les plus nettes sont obser
vées en Irlande et au Royaume Uni où
les chiffres correspondants étaient
respectivement de 59 % et de 64 %.
Pour comprendre
ces résultats
Définitions
Par « familles », on entend les couples
mariés ou vivant en concubinage et ayant
des enfants à charge. Les parents isolés sont
1. Revenus monétaires nets ajustés (voir Pour comprendre ces résultats )les parents vivant seuls avec leurs enfants à
2. Standards de pouvoir d’achat (voir Pour coes résultats )
charge. Ils sont comparés aux autres chefs 3. Données à interpréter avec prudence compte tenu de la taille réduite de l’échantillon
de famille avec enfants à charge (personnes
Source : Eurostat, Panel communautaire des ménages, vague 2, 1995de référence de l’enquête sur les forces de
travail) et aux autres mères avec enfants à
charge. Seule la population âgée de 15 à 64
ans est prise en considération.
Sont considérés « à charge » les enfants de les et les impôts déduits à la source. Le Sources
moins de 25 ans, sans activité profession revenu ajusté facilite les comparaisons entre Les données sont tirées en grande partie de
nelle ou au chômage (c’est à dire étant, à les revenus des ménages. L’ajustement du l’Enquête communautaire sur les Forces de
titre principal, à l’école ou en formation) et revenu total du ménage tient compte de la taille Travail (1983, 1987, 1992 et 1996). Pour le
vivant avec au moins l’un des parents. variable des ménages et de sa composition. Danemark et pour la Suède, aucune don
La population active correspond au total des La parité de pouvoir d’achat est un taux née comparable sur les ménages n’est dis
personnes ayant un emploi et des chômeurs. de conversion sur la base des prix d’une ponible à partir de l’EFT. Les données pour
Le revenu monétaire net total d’un sélection de produits comparables et tient l’Union européenne excluent donc ces deux
ménage couvre tous les revenus du travail ainsi compte du pouvoir d’achat réel de la pays. Les données du revenu sont tirées du
e(salaires, revenus d’activité indépendante) monnaie. Les montants obtenus en applica Panel Communautaire des Ménages (2
plus tous les transferts sociaux tels que lestion de ce taux sont appelés standards de vague, 1995) et couvrent tous les États
pensions ainsi que les revenus du capital etpouvoir d’achat (SPA). En 1994, 1 SPA membres, à l’exception de la Finlande et de
de la propriété, moins les cotisations socia valait 7,137 francs français. la Suède.
Pour en savoir plus
Cet Insee première reprend l’étude publiée par Eurostat dans Statistiques en bref , série Population et conditions sociales, n° 98 12.
Private lives and public responses : lone parenthood and future policy , Dr Reuben Ford, Joseph Rowntree Foundation, 1997.
« Les familles monoparentales », France, portrait social , édition 1997 1998, Insee.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : Martine Legrand
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
Code Sage IP98620
Date : _______________________________ Sgnaturei ISSN 0997 3192
© INSEE 1998
q´qq