Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

N°123  2003 Les migrations résidentielles en Picardie du sud Attrait de la maison individuelle, brassages importants avec l’ÎledeFrance Au contact de l’ÎledeFrance, la moitié sud de la Picardie connaît d’intenses brassages de populations au travers de la mobilité résidentielle. Les flux d’arrivées et de départs s’opèrent d’abord avec la banlieue parisienne. Ceci tient toutefois au nombre élevé d’habitants de la banlieue. Si l’on exclut l’effet du poids démographique, le regard sur les mouvements migratoires se modifie : pour une personne donnée, les probabilités de migration sont bien plus fortes entre le sud de la Picardie et la couronne périurbaine francilienne, qui recouvre des espaces géographiquement plus éloignés de Paris. De même, hors effet du poids démographique, les échanges du sud de la Picardie sont plus intenses avec l’aire urbaine de Lille qu’avec Paris intramuros. Les nouveaux arrivants dans le sud de la Picardie recherchent avanttout une maison individuelle. Cet espace apparaît assez attractif pour les cadres, mais ceuxci y restent moins représentés qu’en moyenne nationale. a moitié sud de la Picardie estments migratoires sont d’autant plus imCette méthode révèle d’abord l’im ici définie comme le départementportants qu’ils concernent des territoiportance de la proximité. Au niveau des daLPicardie enregistre ses principauxns l’Aisne les zones d’emploi deles échanges hors de l’effet du poids de l’Oise, auxquelles s’ajoutentres à forte population. Pour apprécierflux directement observés, le sud de la ChâteauThierry et de Soissons. Cetdémographique des zones (effet deéchanges avec l’ÎledeFrance. Tou ensemble connaît des flux intensesmasse), les flux sont rapportés danstefois, lorsque l’on fait abstraction du d’arrivées et de départs. Entre 1990cette étude au poids démographiquepoids démographique des zones im et 1999, ces mouvements ont suivi desdes zones. Ainsi, pour un territoirepliquées, les échanges sont près de tendances analogues à l’ensemble dedonné, ses échanges avec le sud de latrois fois plus intenses avec le reste la région. Le solde migratoire (soldePicardie sont alors appréciés indépende la Picardie. Ils sont d’une ampleur des arrivées et des départs) est dedamment de son poids démographique.comparable avec la zone formée d’une venu légèrement déficitaire : la moitié sud de la Picardie conserve un excé dent visàvis de l’ÎledeFrance. EnAvec les espaces franciliens, des flux intenses et excédentaires revanche, elle présente un déficit visPrincipaux flux de migration définitives impliquant le sud de la Picardie de 1990à1999 àvis du reste de la Picardie et des Unité : nombreSource : Insee  Recensement de la population 1999 régions de province. Départs du sudArrivées dans le Solde bilatéral de la Picardiesud de la Picardie Des migrations intenses Reste de la Picardie17 23513 733 3 502 avec la proximité directe Lille (aire urbaine)18 5282 903 15 625 Près de 85% des arrivées comme9 074Paris (commune)3 84112 915 des départs de la zone s’opèrent avec Banlieue de Paris27 12958 76431 635 le reste de la Picardie, l’ÎledeFrance, Couronne périurbaine de Paris9 8039 32319 126 les autres régions du Bassin parisien Frange de 15 kms alentour17 96924 7046 735 ou le Nord  PasdeCalais. Les mouve
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin