Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales - article ; n°2 ; vol.40, pg 385-414

De
33 pages
Revue française de sociologie - Année 1999 - Volume 40 - Numéro 2 - Pages 385-414
Dominique Vinck : Los objetos intermediarios en las redes de cooperación científica. La contribución a la participación de los objetos en las dinámicas sociales.
Este artículo trata del papel que desempeñan, los objetos intermediarios en el interior de las actividades humanas coordinadas. La pregunta trata de determinar lo que son y como funcionan las redes de cooperación científica. El artículo se propone mostrar la presencia de esos sujetos y de evaluar su importancia. Preguntándose sobre el hecho de conocer si se los puede reducir a conceptos sociológicos (regla, convención, significación, organización, poder etc.). Demuestrando que la coordinación al interior de estas redes no puede reducirse a estos conceptos. Sugiere que hay tratarlos como intermediarios que influyen en las modalidades de coordinación. También utiliza los resultados obtenidos de una investigación que trata sobre las redes de cooperación científica iniciados en el cuadro del programa europeo de investigación y desarrollo en materia de ciencias médicas y de salud pública. Se trata de examinar el lugar y el papel de los objetos intermediarios en la constitución y en la dinámica de esas redes.
Dominique Vinck : Die Zwischenobjekte in den wissenschaftlichen Kooperationsnetzen. Beitrag zur Berücksichtigung der Objekte in der sozialen Dynamik.
Dieser Aufsatz beschäftigt sich mit der Rolle der Zwischenobjekte innerhalb der koordinierten menschlichen Aktivitäten. Die Frage stellte sich, was die wissenschaftlichen Kooperationsnetze sind und was sie tun. Der Aufsatz möchte die Gegenwart dieser Zwischenobjekte aufzeigen und ihre Bedeutung bewerten. Er fragt sich danach, ob sie auf soziologische Konzepte reduziert werden können (Regel, Vereinbarung, Bedeutung, Organisation, Macht, usw.). Er zeigt, dass die Koordination innerhalb der Netze nicht auf diese Konzepte reduziert werden kann. Er schlägt vor, sie als Vermittler zu behandeln, die die Koordinationsmodalitäten beeinflussen. Der Artikel stützt sich auf die Ergebnisse einer Untersuchung zu den wissenschaftlichen Kooperationsnetzen, die im Rahmen des Europäischen Forschungs- und Entwicklungsprogramms für medizinische Wissenschaften und öffentliche Gesundheit angeregt wurden. Es geht hier darum, den Platz und die Rolle der Zwischenobjekte in der Entstehung und der Dynamik dieser Netze zu untersuchen.
Dominique Vinck : Intermediate objects in the scientific cooperation network. Contribution to include these objects in social dynamics.
This article deals with the role of intermediate objects within coordinated human activity. The main question is to define what scientific cooperation networks are and what their active role is. The article indicates the presence of these objects and evaluates their importance. It wonders whether these objects can be reduced to sociological concepts (regulation, convention, meaning, organisation, power, etc.). It shows that the coordination within the networks cannot be reduced to such concepts and suggests treating them as mediators providing coordination modalities. The article uses results from a research study on scientific cooperation networks as part of the European research and development programme in medical sciences and public health. In this case, it is a question of examining the position and role of intermediate objects in the development and dynamics of these networks.
Cet article traite du rôle des objets intermédiaires au sein des activités humaines coordonnées. La question se posait de déterminer ce que sont et ce que font les réseaux de coopération scientifique. L'article propose de montrer la présence de ces objets et d'en évaluer l'importance. Il s'interroge sur le fait de savoir s'ils peuvent être réduits à des concepts sociologiques (règle, convention, signification, organisation, pouvoir, etc.). Il démontre que la coordination au sein des réseaux ne peut être réduite à ces concepts. Il suggère de les traiter comme des médiateurs affectant les modalités de coordination. L'article utilise des résultats issus d'une recherche portant sur les réseaux de coopération scientifique initiés dans le cadre du programme européen de recherche et développement en matière de sciences médicales et de santé publique. Il s'agit ici d'examiner la place et le rôle des objets intermédiaires dans la constitution et la dynamique de ces réseaux.
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Dominique Vinck
Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération
scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans
les dynamiques sociales
In: Revue française de sociologie. 1999, 40-2. pp. 385-414.
Citer ce document / Cite this document :
Vinck Dominique. Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des
objets dans les dynamiques sociales. In: Revue française de sociologie. 1999, 40-2. pp. 385-414.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1999_num_40_2_5173Resumen
Dominique Vinck : Los objetos intermediarios en las redes de cooperación científica. La contribución a
la participación de los en las dinámicas sociales.
Este artículo trata del papel que desempeñan, los objetos intermediarios en el interior de las
actividades humanas coordinadas. La pregunta trata de determinar lo que son y como funcionan las
redes de cooperación científica. El artículo se propone mostrar la presencia de esos sujetos y de
evaluar su importancia. Preguntándose sobre el hecho de conocer si se los puede reducir a conceptos
sociológicos (regla, convención, significación, organización, poder etc.). Demuestrando que la
coordinación al interior de estas redes no puede reducirse a estos conceptos. Sugiere que hay tratarlos
como intermediarios que influyen en las modalidades de coordinación. También utiliza los resultados
obtenidos de una investigación que trata sobre las redes de cooperación científica iniciados en el
cuadro del programa europeo de investigación y desarrollo en materia de ciencias médicas y de salud
pública. Se trata de examinar el lugar y el papel de los objetos intermediarios en la constitución y en la
dinámica de esas redes.
Zusammenfassung
Dominique Vinck : Die Zwischenobjekte in den wissenschaftlichen Kooperationsnetzen. Beitrag zur
Berücksichtigung der Objekte in der sozialen Dynamik.
Dieser Aufsatz beschäftigt sich mit der Rolle der Zwischenobjekte innerhalb der koordinierten
menschlichen Aktivitäten. Die Frage stellte sich, was die wissenschaftlichen Kooperationsnetze sind
und was sie tun. Der Aufsatz möchte die Gegenwart dieser Zwischenobjekte aufzeigen und ihre
Bedeutung bewerten. Er fragt sich danach, ob sie auf soziologische Konzepte reduziert werden können
(Regel, Vereinbarung, Bedeutung, Organisation, Macht, usw.). Er zeigt, dass die Koordination innerhalb
der Netze nicht auf diese Konzepte reduziert werden kann. Er schlägt vor, sie als Vermittler zu
behandeln, die die Koordinationsmodalitäten beeinflussen. Der Artikel stützt sich auf die Ergebnisse
einer Untersuchung zu den wissenschaftlichen Kooperationsnetzen, die im Rahmen des Europäischen
Forschungs- und Entwicklungsprogramms für medizinische Wissenschaften und öffentliche Gesundheit
angeregt wurden. Es geht hier darum, den Platz und die Rolle der Zwischenobjekte in der Entstehung
und der Dynamik dieser Netze zu untersuchen.
Abstract
Dominique Vinck : Intermediate objects in the scientific cooperation network. Contribution to include
these objects in social dynamics.
This article deals with the role of intermediate objects within coordinated human activity. The main
question is to define what scientific cooperation networks are and what their active role is. The article
indicates the presence of these objects and evaluates their importance. It wonders whether these
objects can be reduced to sociological concepts (regulation, convention, meaning, organisation, power,
etc.). It shows that the coordination within the networks cannot be reduced to such concepts and
suggests treating them as mediators providing coordination modalities. The article uses results from a
research study on scientific cooperation networks as part of the European research and development
programme in medical sciences and public health. In this case, it is a question of examining the position
and role of intermediate objects in the development and dynamics of these networks.
Résumé
Cet article traite du rôle des objets intermédiaires au sein des activités humaines coordonnées. La
question se posait de déterminer ce que sont et ce que font les réseaux de coopération scientifique.
L'article propose de montrer la présence de ces objets et d'en évaluer l'importance. Il s'interroge sur le
fait de savoir s'ils peuvent être réduits à des concepts sociologiques (règle, convention, signification,
organisation, pouvoir, etc.). Il démontre que la coordination au sein des réseaux ne peut être réduite à
ces concepts. Il suggère de les traiter comme des médiateurs affectant les modalités de coordination.
L'article utilise des résultats issus d'une recherche portant sur les réseaux de coopération scientifiqueinitiés dans le cadre du programme européen de recherche et développement en matière de sciences
médicales et de santé publique. Il s'agit ici d'examiner la place et le rôle des objets intermédiaires dans
la constitution et la dynamique de ces réseaux.R. franc, sociol. XL-2, 1999, 385-414
Dominique VINCK
Les objets intermédiaires dans les réseaux
de coopération scientifique
Contribution à la prise en compte des objets
dans les dynamiques sociales *
RÉSUMÉ
Cet article traite du rôle des objets intermédiaires au sein des activités humaines coordonn
ées. La question se posait de déterminer ce que sont et ce que font les réseaux de coopération
scientifique. L'article propose de montrer la présence de ces objets et d'en évaluer l'importance.
Il s'interroge sur le fait de savoir s'ils peuvent être réduits à des concepts sociologiques (règle,
convention, signification, organisation, pouvoir, etc.). Il démontre que la coordination au sein
des réseaux ne peut être réduite à ces concepts. Il suggère de les traiter comme des médiateurs
affectant les modalités de coordination. L'article utilise des résultats issus d'une recherche
portant sur les réseaux de coopération scientifique initiés dans le cadre du programme européen
de recherche et développement en matière de sciences médicales et de santé publique. Il s'agit
ici d'examiner la place et le rôle des objets intermédiaires dans la constitution et la dynamique
de ces réseaux.
En sociologie, la question se pose, depuis longtemps déjà, de savoir s'il
convient de prendre en compte les dispositifs physiques dans l'analyse et
comment le faire. Quel traitement convient-il d'accorder aux chicanes rivées au
sol lorsqu'on analyse les dynamiques sociales de la constitution des files
d'attentes ? Que faire du mobilier scolaire en sociologie de l'éducation ? Quelle
place accorder au corps humain en sociologie de la santé ?
La question est particulièrement travaillée en sociologie des sciences et des
techniques. Les observateurs y croisent constamment des instruments physiques
et des entités de la nature (par exemple, des virus, des électrons et des astres).
* Ce texte s'appuie sur des travaux menés en programme européen «Medical and Public
collaboration avec Philippe Ladéro, Bernard Health Research Programme» 1987-1991). Ce
Kahane et Jean-Baptiste Meyer du Centre de texte renvoie également aux travaux en cours au
Sociologie de l'Innovation (École des Mines, sein du laboratoire Cristo portant sur les objets
Paris) ainsi que de Ron Akehurst et Nora intermédiaires dans les processus de conception
Bradshaw du York Health Economies Research en collaboration interdisciplinaire avec le labora-
Center (York). Les enquêtes menées en 1990 et toire de mécanique 3S-INPG (Vinck, Jeantet,
199 1 faisaient partie de l'évaluation du quatrième 1995 ; Jeantet, 1998).
385 Revue française de sociologie
Pendant longtemps, les sociologues les ont simplement laissés de côté pour se
centrer sur l'analyse des dimensions proprement humaines et sociales de l'ins
titution scientifique et des communautés savantes (1). Depuis les années 70, les
sociologues relativistes et constructivistes ont entrepris de les prendre en compte
dans l'analyse mais seulement en les rapportant aux déterminismes sociaux qui
les expliquent. Ces choses ne sont, pour eux, que des constructions sociales ;
elles n'ont pas d'existence autonome (2). Au tournant des années 80, une
nouvelle tendance se fait alors jour en sociologie des sciences : l'analyse des
pratiques scientifiques concrètes. De nouveau, surgit la question des dispositifs
physiques et des entités de la nature. Les chercheurs sont alors décrits comme
des êtres en interaction avec d'autres humains mais aussi avec une multitude
d'objets et d'entités non humaines. Latour et Woolgar (1988), par exemple,
rendent compte des instruments et des dispositifs de toutes sortes qui permettent
de stabiliser les représentations de la nature (traces et inscriptions). Latour
(1989) introduit également la notion de «mobiles immuables et combinables»
dont la circulation et l'accumulation expliquent l'écart entre sciences occident
ales et ethnosciences. Récemment, la sociologie cognitive a fait apparaître
l'importance du caractère distribué des processus cognitifs non seulement au
niveau social mais également au niveau des objets et des artefacts mobilisés
dans l'action ou qui environnent celle-ci (Conein, Jacopin, 1993). Elle rejoint,
en ce sens, la sociologie des sciences qui tend à remettre la connaissance et sa
production en situation dans des lieux, des pratiques et des mondes d'objets
(Latour, Noblet, 1985).
Qu'il ne faille pas oublier la présence des choses semble aujourd'hui accepté
par beaucoup de sociologues. En revanche, qu'il faille leur accorder un rôle
d'acteur social semble plus difficile à admettre. La question est pourtant posée
en ces termes : jusqu'où la propriété d'acteur accordée aux humains peut-elle
être étendue aux non-humains ? (3). Quelle épaisseur faut-il accorder aux cho
ses ? Quel rôle les objets ont-ils dans les interactions sociales ? (4). Dans quelle
mesure participent-ils à la construction du lien social, de l'interaction et du
( 1 ) Pour une présentation de la sociologie des tités de la nature » interagissent, se transforment
sciences, voir Vinck (1995). et se redéfinissent mutuellement, comment les
(2) Cette question de l'autonomie renvoie, no- pratiques scientifiques redistribuent les proprié-
tamment, aux thèses de J. Ellul (1977) argumen- tés humaines et autres entre les êtres et comment
tant en faveur d'une autonomie du développement ainsi les contours de nouvelles entités collectives
technique échappant à toute régulation sociale. sont produits. De plus en plus souvent, les auteurs
(3) La sociologie des sciences en est venue à traitent les entités non humaines comme sociale-
se poser ce genre de question iconoclaste à la suite ment actives, par exemple, résistantes ou traîtres
de deux évolutions académiques. La première vis-à-vis des intentions et des actions humaines
consiste à dénoncer l'impasse du constructivisme (Pickering, 1993).
social (à savoir, le recours à deux registres d'ex- (4) Voir l'examen de la place des objets dans
plication incompatibles : le relativisme vis-à-vis les épreuves portant sur les qualités de l'action
des faits de la nature et le réalisme vis-à-vis des (Bolstanski, Thévenot, 1991 ; Thévenot, 1993) et
causes sociales) et à montrer que ces « faits » sont dans les modalités d'ajustement des acteurs
autant saisis que construits (Latour, 1996). La (Akrich, 1993 ; Bessy, Chateauraynaud, 1993 ;
seconde montre comment les humains et les « en- Dodier, 1993a, 1993b).
386 Dominique Vinck
collectif? L'humain et la société peuvent-il se penser sans objets ? Ces ques
tions seraient de nature à réinterroger les fondements de l'ensemble de la
sociologie (5).
La question des dispositifs physiques est aujourd'hui à la mode et elle est
controversée. Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un coup d'œil sur les
quelques publications comme les numéros spéciaux de revues (6), les collo
ques (7) et appels à communication (8) récents consacrés à ce sujet. Elle suscite
de nouvelles recherches empiriques et d'importantes polémiques (9). À n'en pas
douter, cette entrée en force des objets dans le monde social heurte plus d'un
humaniste (10). Si certains restent indifférents ou réaffirment leur intérêt exclus
if pour le sujet, l'humain et la culture (11), d'autres engagent la controverse.
Certains accusent cette nouvelle sociologie de n'être qu'un simple retour au
naturalisme (12) (reconnaître la causalité de la nature sur les phénomènes
sociaux) et au fétichisme (13). C'est là, à notre avis, méconnaître la richesse des
débats sur la base desquels la question des objets retrouve aujourd'hui sa place
en sociologie.
(5) La sociologie des sciences a surtout utili (9) Celles-ci tiennent en partie au radica
sé des concepts et des postures bien établis lisme et au militantisme des tenants d'une socio
ailleurs en pour lutter contre certaines logie qui réintroduit les objets dans le champ de
conceptions philosophiques de la science. Auj l'explication. Pour ceux-ci, la prise en compte des
ourd'hui, en revanche, elle tend à introduire de objets serait une découverte sociologique ré
nouvelles problématiques et à réviser les fonde cente, voire une remise en cause de ses fonde
ments de la sociologie. Il en est ainsi avec la ments.
théorie de la traduction pour laquelle il ne s'agit (10) Par humaniste, nous entendons ici toute
plus seulement d'étudier le lien social en soi mais personne plaçant l'être humain au sommet de
les acteurs-réseaux et les hybrides sociotechni- l'échelle des valeurs sur laquelle sont distribués
ques qui donnent simultanément naissance à ces les êtres.
structures temporellement et conjoncturellement (11) Divers ethnologues, de la même man
émergentes que sont la société et la technique. ière, consacrent de longs et détaillés chapitres à
L'humain, la société comme la technique sont les la description minutieuse d'objets en tout genre
produits d'une mise en forme progressive : des (habitat, ustensiles culinaires, armes, etc.) mais, effets de réseaux [sur ce sujet, voir : Law (1993) en dernière instance, centrent leurs analyses et
etCallon, Law (1993)]. explications sur les dimensions symboliques et
(6) «Les objets dans l'action», Raisons imaginaires : la culture de l'ethnie. Le dispositif
pratiques, 1993, 4 ; « Travail et cognition », Socio physique ne semble donc pas intéressant pour
logie du travail, 1994, 4 ; « Human and others », lui-même; il n'est, au mieux, qu'un indicateur
American behavioral scientist, 1 994, may. parmi d'autres d'une réalité sociale ultime, seule
objet d'intérêt pour notre communauté scientifi(7) Non-human agency : a contradiction in
que. terms ? Surrey Conference in Theory and
Method, Guildford, Surrey, 1993, sept 23-24"1; (12) Voir le débat entre Collins, Yearley,
01 Design, Les objets de la conception, Théoule- Callon, Latour et Woolgar dans Pickering ( 1992).
sur-Mer, 24-26 sept. 1997. Voir également : Amsterdamska (1990), Gingras
(1995). (8) « Les organisations saisies par leurs ob
jets de communication », Groupes d'Études et de (13) Le sociologue ne peut pas s'attacher aux
Recherches sur les Communications Organisa- objets et croire aux forces qui en émanent puis
tionnelles de la Société Française des Sciences de qu'elles ne sont que des projections ou des cons
l'Information et de la Communication. Les au tructions sociales cristallisées dans ces objets. Le
teurs de l'appel à communication proposent ainsi rôle de l'analyse sociologique serait alors de dé
de « partir des objets de communication profes noncer la société qui se cache derrière ces fétiches
sionnelle et de tenter de les construire comme modernes que sont les technologies (Hennion,
objets scientifiques ». Latour, 1993).
387 Revue française de sociologie
Dans cette contribution, nous proposons de traiter la question en précisant le
problème tel que nous le voyons aujourd'hui (celui de la coordination de
l'action) et l'entrée que nous suggérons pour l'aborder, c'est-à-dire la notion
d'objet intermédiaire. À partir de là, nous formulons une première hypothèse :
les dispositifs physiques méritent d'être pris en compte dans l'analyse parce
qu'ils prennent part aux actions finalisées et aux mécanismes de coordination.
Avec la présentation du terrain sur lequel nous avons fait travailler cette
hypothèse, nous indiquerons les questions auxquelles nous étions confrontés et
les entrées que nous avons retenues pour les traiter. Dans une deuxième partie,
à partir d'un cas extrait de cette enquête, nous montrerons la présence des objets
et tenterons d'en évaluer l'importance. Nous nous interrogerons sur le fait de
savoir s'ils peuvent être réduits à des concepts sociologiques (règle, convention,
signification, organisation, pouvoir, etc.). Nous démontrerons que la coordinat
ion au sein des réseaux ne peut être réduite à ces concepts. Nous suggérerons
alors de les traiter comme des médiateurs affectant les modalités de
ion.
Le terrain, ses questions et ses entrées
La recherche à laquelle se réfère cet article est une vaste enquête sur plus
d'une centaine de réseaux de coopération scientifique. Dans cette première
partie, nous situons le cadre de la commande qui lui correspond. Nous indique
rons les questions auxquelles nous étions confrontés et les entrées que nous
avons retenues pour les traiter.
Ly évaluation d'un programme européen sur la santé
Les recherches mobilisées ici pour traiter la question des objets intermédiair
es sont liées à l'évaluation d'un programme public de recherche. La Commiss
ion de l'Union Européenne gère un important budget destiné à stimuler les
activités de Recherche et Développement technologique (R&D) afin d'améliorer
la compétitivité technico-économique de l'Europe et de contribuer à la cons
truction d'un espace social européen (Vinck, 1996). Ce budget est établi pour
plusieurs années. Il est décliné sous la forme de programmes spécifiques : sur
les nouvelles technologies de l'information et de la communication, les matér
iaux, l'environnement, l'énergie, l'agriculture, etc. Le programme qui nous
occupe concerne la santé (14).
(14) II s'agit du quatrième programme de 1987-1991) de la Direction Générale de la Re
recherche médicale et en santé publique (Medical cherche Scientifique (Dg xii). En termes finan-
and Public Health Research programme, Mhr4, ciers, ce programme est mineur dans la politique
388 Dominique Vinck
Notre intervention dans ce cadre se situe vers la fin du quatrième programme.
Il s'agit alors d'assister le panel d'experts chargés de l'évaluer; le panel avait
besoin d'informations sur les activités effectives supportées par le programme
européen et sur les effets induits dans le tissu scientifico-technique communauta
ire. Or, la forme d'intervention publique adoptée par les gestionnaires du
programme conduit à faire se coordonner plusieurs équipes autour d'un objectif
commun. Au total, les 3 500 équipes concernées sont réparties en 120 actions
concertées (15).
Notre mission consiste, entre autres, à caractériser les dynamiques socio-
scientifiques de ces 120 actions (16). Il s'agit de décrire et de comprendre en
quoi consistent ces réseaux de coopération scientifique, d'en saisir la nature et
les effets. Cette interrogation vient à la fois des gestionnaires du programme,
des évaluateurs et de nous-mêmes, chercheurs, intéressés par l'analyse des
processus de production scientifique. Ainsi, au départ de cette recherche, la
question se posait de déterminer ce que sont et ce que font les réseaux de
coopération scientifique.
A priori, une telle question pouvait être traitée en décrivant les finalités (la
série des traductions allant de l'enjeu socio-économique à l'objectif scientifique
et technique correspondant au temps du projet financé) et en interrogeant les
acteurs sur leurs réalisations (les résultats escomptés ou atteints à l'issue de
l'action). Cette représentation de l'action du réseau pouvait être complétée par
l'analyse de la population des acteurs mobilisés, par la description de la structure
organisationnelle et de la gestion du réseau (y compris ses règles et conventions
explicites et implicites) ainsi que par un examen de la distribution des relations
entre les acteurs. Ces critères correspondent à la fois à des entrées classiques en
sociologie et aux prises, offertes par les matériaux empiriques, découvertes lors
des premiers contacts avec les gestionnaires du programme et avec les docu
ments dont ils disposaient. Ces prises correspondent aux lignes de fractures
partiellement induites par les matériaux auxquels nous avions eu accès en début
d'enquête. Ces entrées ont été retenues pour la structuration de l'enquête.
Nous y avons toutefois ajouté une entrée moins habituelle (qui fait l'objet de
cet article), à savoir : l'identification des objets intermédiaires et des activités
qui s'y agrègent (nous y reviendrons plus loin). Ainsi, aux quatre critères
identifiés initialement (finalités, résultats, organisation et acteurs), nous avons
ajouté celui des objets intermédiaires et celui des résultats intermédiaires. La
(suite de la note 14)
scientifique européenne; il est doté d'un budget (15) Ces actions sont elles-mêmes regrou-
de seulement 60 millions d'Ecu à répartir sur pées en six sous-programmes : génie biomédical,
quatre ans. Toutefois, supportant exclusivement biologie médicale, cancer, Sida, epidemiologie,
les coûts de la coordination entre équipes de santé publique.
recherche (la forme «action concertée») et non le (16) Les résultats complets de cette étude
coût de la recherche elle-même, ce petit programme sont pubiiés dans Larédo et al. ( 199 1 ) et pour la
réussit à mobiliser plus de 3 500 équipes à travers partie concernant la caractérisation des réseaux et
l'Europe. Il est, de ce point de vue, l'un des plus des intermédiaires dans Vinck (1992).
grands programmes européens.
389 Revue française de sociologie
notion d'intermédiaire est ainsi déclinée dans le découpage temporel (résultat
entre deux états d'avancement du projet) et dans l'espace social (objet liant au
moins deux équipes de recherche). Nous nous sommes ainsi intéressés aux
«objets intermédiaires» reliant les acteurs humains entre eux et scandant le
passage d'un état du réseau à l'autre.
L'enquête s'est appuyée sur de nombreux entretiens avec les gestionnaires
du programme, sur l'étude des documents officiels de chaque action concertée
(la proposition d'action et les rapports d'activité), sur une enquête postale auprès
de toutes les équipes participantes ainsi que sur des entretiens individuels
semi-directifs avec 106 des 120 chefs de projets et quelques participants (17).
U analyse des réseaux de coopération scientifique
Depuis ses débuts, la sociologie des sciences a analysé la dimension commun
autaire de l'activité scientifique. Elle l'a saisie au travers des notions d'insti
tution, de structure normative régissant les comportements individuels, de
systèmes d'échange, de lutte compétitive au sein du champ scientifique, etc. Ces
approches sont trop générales par rapport aux besoins de notre enquête. Elles
ne permettent pas de rendre compte des activités scientifiques concrètes et
encore moins d'avoir prise sur leur contenu. Elles présentent le travail scienti
fique comme une activité individuelle régulée au sein d'une communauté
transcendant les individus. De leur côté, les méticuleuses ethnographies de
laboratoire, si elles permettent de s'approcher de l'activité scientifique et des
négociations permanentes qui s'y jouent, sont souvent limitées à un site restreint
et, de ce fait, aveugles quant à ce qui dépasse les frontières du laboratoire. Le
problème est alors de trouver un niveau d'analyse correspondant à l'objet étudié.
La notion de réseau correspond à ce type de niveau médian. Empruntée à la
sociologie des réseaux sociaux (Degenne, Forsé, 1994), elle désigne ainsi
l'ensemble des acteurs scientifiques reliés les uns aux autres par les flux
d'informations qu'ils s'échangent et par les contacts qu'ils ont entre eux. Loin
d'être isolés dans leur travail, les chercheurs nouent et entretiennent des rela
tions les uns avec les autres, largement en rapport avec les contenus de leurs
travaux. Les réseaux qu'ils forment sont des créations plus ou moins spontanées,
résultant d'interactions locales établies de proche en proche. Ils ne correspon
dent pas à des entités clairement délimitées; ils ont rarement des frontières
clairement identifiées. Dans les réseaux des actions concertées de cette enquête,
nous avons aussi constaté que la population de ces réseaux est hétérogène
(17) Les entretiens étaient structurés autour organisation et leur logistique; l'existence, le
des thèmes suivants: la genèse du projet; les développement et l'utilisation d'équipements,
équipes mobilisées ; l'organisation du projet et le bases/banques de données et des règles afférentes
rôle du groupe de gestion du projet ; le chemine- à leur fonctionnement ; la visibilité du réseau et
ment du projet ; le type d'activité mis en œuvre ; ses liens externes ; le rôle du financement com-
les résultats présents et escomptés ; les échanges, munautaire et les relations avec la Cce ; le devenir
visites et réunions et autres types d'échanges, leur à l'issue de la phase actuellement financée.
390 Dominique Vinck
(Knorr, 1982) en termes de discipline scientifique (18) et d'appartenance orga-
nisationnelle publique et privée, scientifique, clinique et industrielle, etc. Elle
est aussi variable (19) : la liste précise des participants n'est pas établie a priori.
Ceux-ci rejoignent ou quittent le projet en cours de route tandis que le degré
d'inclusion au réseau varie d'un membre à l'autre (20). Les réseaux de coopér
ation scientifique sont ainsi des ensembles partiellement mouvants d'inter
actions, différents en ce sens des organisations et des institutions.
Une autre acception de la notion de réseau renvoie à l'idée d'une forme de
coordination transversale vis-à-vis des organisations et des institutions. On la
trouve mise en œuvre dans le cadre des politiques scientifiques nationales et
européennes des dernières décennies. La création de réseaux de coopération est
ainsi devenue une entreprise volontaire et collective. Elle résulte d'une volonté
politique d'organiser le travail scientifique autour de projets. Les interventions
de la Commission de l'Union Européenne sont typiques de la montée de ces
nouvelles formes de coordination du travail scientifique. Elles favorisent ainsi
le montage de coopérations entre organismes. Les réseaux dont nous discutons
ici relèvent typiquement de cette tendance. Doté d'un faible budget, le pr
ogramme européen que nous étudions s'est donné les moyens d'une action
significative en centrant ses interventions sur la création de liens et de synergies
entre les acteurs. Nous ne savions toutefois encore rien de la façon dont étaient
construits ces réseaux, la manière dont ils évoluent, les mécanismes de régula
tion mis en place, les difficultés rencontrées, leur influence sur les orientations
des travaux, etc.
Enfin, la notion de réseau est redéfinie dans le cadre de la théorie de
Г acteur-réseau ; elle signifie un ensemble d'entités (actants ou acteurs), humai
nes ou non humaines, articulées les unes aux autres. Il est dit sociotechnique. Il
correspond à un assemblage d'objets, de textes et d'êtres vivants dont la
conception, la réalisation, la gestion et le maintien absorbent l'énergie des
acteurs. La description de ces réseaux est supposée fournir la base explicative
de phénomènes aussi divers que Г «universalité» d'un énoncé scientifique, la
stabilité d'une institution ou le bon fonctionnement d'une installation technique.
Les produits scientifiques n'existeraient ainsi pas indépendamment des réseaux
qui les détiennent (Latour, 1989). Cette approche fournit quelques-uns des
motifs qui nous ont conduits à prendre en compte les objets et les résultats
intermédiaires.
(18) L'un d'eux, par exemple, rassemble des dans ces réseaux sont ceux dont les activités et les
virologues et des physiciens des membranes au- ressources (parfois tout un laboratoire) sont au
tour de l'analyse des mécanismes de pénétration cœur de la problématique du réseau. Leur
du virus Hrv dans les cellules. investissement est largement plus que propor-
(19) Chacun de ces réseaux rassemble de 5 à tionnel par rapport au financement européen, le-
120 équipes. En moyenne, dans chaque équipe, 3 quel est toujours marginal. Pour d'autres
à 4 chercheurs sont impliqués, pour une part de membres, au contraire, l'investissement dans le
leur temps, dans le réseau. réseau reste très faible par rapport à leurs activités
(20) Les acteurs les plus fortement investis hors réseau.
391