Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les populations au Sud de l'Himalaya - article ; n°6 ; vol.30, pg 1059-1110

De
54 pages
Population - Année 1975 - Volume 30 - Numéro 6 - Pages 1059-1110
RESUMEN En el sub -continente indio la población alcanza, en 1975, a 770 millones de habitantes de los cuales 600 millones se encuentran en India. Como consecuencia de la disminución de la mortalidad, el creci- miento de la población se aceleró rapidamente a partir de 1950. Entre 1960-1970 el crecimiento anual medio fue de 2,1 p. 100 en Nepal, 2,2 p. 100 en India y Sri Lanka, 2,6 p. 100 en Blangadesh y de approxi- madamente 3 p. 100 en Paquistàn. La situación en Sri Lanka (14 millones de habitantes) se diferencia fuertemente de la de los otros países : vida media superior a 65 aňos, en los demás países ella varia entre 40 y 50 aňos, disminución rápida de la natalidad. Si en India la natalidad ha bajado desde 1970, ello es resultado del aumento de la edad de las mujeres al contraer matrimonio y de una modificación de la fecundidad de las parejas. Esta baja compensa de inmediato la disminución de la mortalidad; sin embargo la tasa bruta de natalidad sigue siendo muy elevada en Paquistàn, Bangladesh y Nepal : 45 a 50 p. \ 000. En toda esta zona la densidad, bastante elevada (aproximadamente 1 90 hab. por km2) debe aún aumentar rapidamente; es en esta región del mundo donde el problema alimenticio se présenta con más urgencia e intensidad. Los programas oficiales de reduction de natalidad de los diferentes países han sido reforzados, pero a pesar de la importancia de los medios usados, las posibilidades de éxito a corto plazo parecen muy limitadas a causa de la acumulación de factores desfavorables (роса urbanization, retardo de la enseňanza femenina, rigidez de las estructuras económicas y sociales).
Parmi les problèmes de population, dans le monde, le plus important, sans doute, par sa dimension et la gravité de la situation, est celui du sous-continent indien ou, plus exactement, de l'ensemble des territoires au Sud de l'Himalaya. Les 7 nations en question ont toutes été marquées par la colonisation britannique, achevée en 1947. Les grandes famines ont été nombreuses dans le passé et menacent encore. Quoique moins rapide que dans d'autres pays, la croissance de la population, jointe à la forte densité déjà atteinte, pose des problèmes qui, loin de se limiter à ces pays, doivent toucher l'ensemble du monde et particulièrement les pays peu développés. Diverses études ont paru dans Population sur le sujet. MM. J.C. Chesnais et Jacques Vallin, chargés de recherches à l'Institut National d'Etudes Démographiques, présentent ici une analyse de la situation démographique de ces 7 pays.
SUMMARY In 1975, the population of the Indian sub-continent amounts to 770 million inhabitants, with almost 600 million in India alone. Lower mortality has led to faster population increase since the beginning of the 1950\y. From 1960 to 1970, the mean annual rate of increase has been around 2,1 % in Nepal, 2,2 % in India and Sri Lanka, 2,6 % in Bangladesh and almost 3 % in Pakistan. The situation in Sri Lanka (14 million inhabitants) is very different from that of the other countries : mean length of life is above 65 years, compared with 40 to 50 years elsewhere, and the birth rate has dropped rapidly. If the birth rate in India has fallen slightly around 1970, this is a much due to higher mean age at first marriage as to change in marriage fertility. The slight drop registered has been just enough to make up for the drop in mortality. The crude birth rate remains very high in Pakistan, Bangladesh and Nepal (45 to 50 Yn). Population density, already high for the whole of this poor zone (almost 190 inhabitants /Sq. kilometer) will continue to increase rapidly. It is in this part of the world that the problem of nutrition is felt most acutely. Official birth control programmes have been reinforced in the different countries, but in spite of all the means employed their short-term chance of success seems seriously limited by the number of factors working against them : low level of urbanization, spreading only slowly, lagging female education, inflexible economic and social structures, etc.
52 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Jean-Claude Chesnais
Jacques Vallin
Les populations au Sud de l'Himalaya
In: Population, 30e année, n°6, 1975 pp. 1059-1110.
Citer ce document / Cite this document :
Chesnais Jean-Claude, Vallin Jacques. Les populations au Sud de l'Himalaya. In: Population, 30e année, n°6, 1975 pp. 1059-
1110.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1975_num_30_6_15876Resumen
RESUMEN En el sub -continente indio la población alcanza, en 1975, a 770 millones de habitantes de
los cuales 600 millones se encuentran en India. Como consecuencia de la disminución de la
mortalidad, el creci- miento de la población se aceleró rapidamente a partir de 1950. Entre 1960-1970
el crecimiento anual medio fue de 2,1 p. 100 en Nepal, 2,2 p. 100 en India y Sri Lanka, 2,6 p. 100 en
Blangadesh y de approxi- madamente 3 p. 100 en Paquistàn. La situación en Sri Lanka (14 millones de
habitantes) se diferencia fuertemente de la de los otros países : vida media superior a 65 aňos, en los
demás países ella varia entre 40 y 50 aňos, disminución rápida de la natalidad. Si en India la natalidad
ha bajado desde 1970, ello es resultado del aumento de la edad de las mujeres al contraer matrimonio
y de una modificación de la fecundidad de las parejas. Esta baja compensa de inmediato la disminución
de la mortalidad; sin embargo la tasa bruta de natalidad sigue siendo muy elevada en Paquistàn,
Bangladesh y Nepal : 45 a 50 p. \ 000. En toda esta zona la densidad, bastante elevada
(aproximadamente 1 90 hab. por km2) debe aún aumentar rapidamente; es en esta región del mundo
donde el problema alimenticio se présenta con más urgencia e intensidad. Los programas oficiales de
reduction de natalidad de los diferentes países han sido reforzados, pero a pesar de la importancia de
los medios usados, las posibilidades de éxito a corto plazo parecen muy limitadas a causa de la
acumulación de factores desfavorables (роса urbanization, retardo de la enseňanza femenina, rigidez
de las estructuras económicas y sociales).
Résumé
Parmi les problèmes de population, dans le monde, le plus important, sans doute, par sa dimension et
la gravité de la situation, est celui du sous-continent indien ou, plus exactement, de l'ensemble des
territoires au Sud de l'Himalaya. Les 7 nations en question ont toutes été marquées par la colonisation
britannique, achevée en 1947. Les grandes famines ont été nombreuses dans le passé et menacent
encore. Quoique moins rapide que dans d'autres pays, la croissance de la population, jointe à la forte
densité déjà atteinte, pose des problèmes qui, loin de se limiter à ces pays, doivent toucher l'ensemble
du monde et particulièrement les pays peu développés. Diverses études ont paru dans Population sur
le sujet. MM. J.C. Chesnais et Jacques Vallin, chargés de recherches à l'Institut National d'Etudes
Démographiques, présentent ici une analyse de la situation démographique de ces 7 pays.
Abstract
SUMMARY In 1975, the population of the Indian sub-continent amounts to 770 million inhabitants, with
almost 600 million in India alone. Lower mortality has led to faster population increase since the
beginning of the 1950\y. From 1960 to 1970, the mean annual rate of increase has been around 2,1 %
in Nepal, 2,2 % in India and Sri Lanka, 2,6 % in Bangladesh and almost 3 % in Pakistan. The situation
in Sri Lanka (14 million inhabitants) is very different from that of the other countries : mean length of life
is above 65 years, compared with 40 to 50 years elsewhere, and the birth rate has dropped rapidly. If
the birth rate in India has fallen slightly around 1970, this is a much due to higher mean age at first
marriage as to change in marriage fertility. The slight drop registered has been just enough to make up
for the drop in mortality. The crude birth rate remains very high in Pakistan, Bangladesh and Nepal (45
to 50 Yn). Population density, already high for the whole of this poor zone (almost 190 inhabitants /Sq.
kilometer) will continue to increase rapidly. It is in this part of the world that the problem of nutrition is felt
most acutely. Official birth control programmes have been reinforced in the different countries, but in
spite of all the means employed their short-term chance of success seems seriously limited by the
number of factors working against them : low level of urbanization, spreading only slowly, lagging
female education, inflexible economic and social structures, etc.POPULATIONS LES
AU SUD DE L'HIMALAYA
Inde - Bangladesh - Pakistan - Sri Lanka
Népal - Bhoutan - Maldives
Parmi les problèmes de population, dans le monde, le
plus important, sans doute, par sa dimension et la gravité de
la situation, est celui du sous-continent indien ou, plus exac
tement, de l'ensemble des territoires au Sud de l'Himalaya.
Les 7 nations en question ont toutes été marquées par la
colonisation britannique, achevée en 1947. Les grandes famines
ont été nombreuses dans le passé et menacent encore. Quoi
que moins rapide que dans d'autres pays, la croissance de la
population, jointe à la forte densité déjà atteinte, pose des
problèmes qui, loin de se limiter à ces pays, doivent toucher
l'ensemble du monde et particulièrement les pays peu
développés.
Diverses études ont paru dans Population sur le sujet П).
MM. J.C. Chesnais et Jacques Vallin, chargés de recherches
à l'Institut National d'Etudes Démographiques, présentent ici
une analyse de la situation démographique de ces 7 pays.
Conservant des structures sociales peu compatibles avec le dévelop
pement économique, ces pays doivent néanmoins nourrir une population
très dense et en rapide accroissement. En dépit de quelques progrès
agricoles et industriels, les ressources sont limitées.
Malgré l'abondance de la littérature, la situation démographique
de cette région, centrée sur l'Inde, est assez mal connue. Excluant
l'Afghanistan (qui a davantage d'affinité avec l'Iran) et la Birmanie (qui
s'apparente plutôt à la péninsule indochinoise), nous allons examiner :
I. — L'évolution depuis un siècle et la répartition de la
population.
II. — Les facteurs de la croissance démographique.
III. — Les politiques et perspectives de population.
'] • Voir notamment :
n" 2 : La limitation des naissances en Inde. Population, 1969,
n" 2 : La population de l'Inde, par Alfred Nizard. 1972,
n" 4-5 : Stérilisations massives en Inde. 1973, LES POPULATIONS 1060
I. — EVOLUTION ET RÉPARTITION DE LA POPULATION
La population de la région est estimée à 770 millions en 1975
(tableau 1) soit 20 % de la population mondiale n> pour 3 % des terres
habitées (2).
Tableau 1. — Population aux derniers recensements et estimations
pour 1975
Dernier Estimation au 30 juin 1975 recensement
Pays Superficie Population Population Densité Date (milliers de (hab./km2 ) (en millions) (en milliers) km2)
548 155* Inde 1.04.71 598 (1) 3 287 182
Bangladesh 1.03.74 71 317 74 (2) 143 517
Pakistan 16.09.72 64 892 70 (3) 804 87
Sri Lanka 9.10.71 12711 • 14,0 (4) 66 212
Népal 22.06.71 11 556 12,6 (5) 141 89
Nov. dec. Bhoutan 1 035 1,17 (6) 47 25 1969
Maldives 18.06.67 104 0,12 (7) 0,3 4
Total 770 4 488 172
* Y compris les 205 000 habitants recensés en 1971 au Sikkim, petit Etat rattaché à l'Inde
en 1975.
(1 ) Estimation pour 1974 : 586 millions [24], majorée de 2 % pour tenir compte de l'accroi
ssement naturel [24].
(2) En appliquant au recensement de 1974, les taux de natalité (45 %o) et de mortalité
(15 %o) de la période 1966-1970 [47] ; le résultat concorde avec les projections des Nations
Unies [110].
(3) En appliquant au recensement de 1972 les taux de natalité (44 %,) et de mortalit
é (15 %c) estimés pour la période 1970-1975 [41].
(4) Projections faites par le Department of Census and Statistics [71]
(5) En appliquant au recensement de 1971 le taux d'accroissement annuel estimé à 2,2 %
pour la période 1965-1970 [108]. Ce résultat pour 1975 est le même que celui des projections
desN.U. [110].
(6) Projections des N.U. [110] ; l'annuaire démographique des N.U. [100] donne pour 1973
une estimation (894 000) incompatible avec ces projections et le recensement de 1969.
(7) Projections des N.U. [110].
En dépit d'immenses zones très arides, le nombre d'habitants au km2
dépasse 170 contre 96 en Europe, 16 en Amérique latine, 13 en Afrique
L'ONU estime celle-ci à 3 970 millions en 1975 [110].
<2> Antarctique exclu, les surfaces émergées occupent 136 millions de km2
[110]. AU SUD DE L'HIMALAYA 1061
et 1 1 en URSS ou en Amérique du Nord. L'Inde est la plus grande masse
(près de 600 millions) ; viennent ensuite le Bangladesh (74 millions)
et le Pakistan (70). Avec 14 et 13 millions le Sri Lanka et le Népal
paraissent de petits Etats. Quant au Bhoutan (1,2 million) et aux Maldives
(120 000), ils sont à peine à la dimension des villes indiennes de Poona
et Muzaffarpur.
L'accroissement Après les évaluations du début du xixe siècle,
d'après les recensements, les recensements ont commencé en 1871-
1872 ; l'Inde, le Pakistan et le Bangladesh
constituaient alors l'Empire des Indes. A partir de 1891, on dispose de
données séparées, mais de délicates reconstitutions sont nécessaires pour
raisonner à frontières constantes. Nous nous fondons surtout sur les
estimations de Chandrasekhar (tableau 2).
Jusqu'aux années vingt, l'accroissement est très faible en Inde, au
Bangladesh et au Pakistan, et même négatif pour certaines périodes.
Il passe à environ 1 % dans la période 1921-1931. Par la suite, il
augmente fortement au Pakistan (de 1,9 % en 1931-1941 à 3,6 % en
1961-1972), connaît d'importantes fluctuations au Bangladesh, avant de
dépasser 2,5 % en 1961-1974, tandis qu'il stagne (à 1 %) en Inde
jusqu'en 1951, avant d'atteindre 2 % en 1951-1961 puis 2,2 % en
1961-1971. Au Sri Lanka, le rythme de croissance, plus rapide au début
du siècle, approchait 3 % en 1946-1953, mais s'est ralenti depuis. Au
Népal, l'excédent annuel semble voisin de 2 % depuis la guerre.
Ces chiffres peuvent aussi bien refléter des variations de l'exhaustivité
des recensements que des augmentations de population. Le cas du
Pakistan est particulièrement suspect à cet égard. Le recensement de
1961, qui pourtant marquait sans doute un progrès sur les précédents,
paraît avoir été affecté par d'importantes omissions (1), alors que celui de
1972 a peut-être, au contraire, surestimé la population (2). Le taux
d'accroissement annuel moyen, de 1961 à 1972, est donc certainement
inférieur à 3,6 %. La réduction de l'écart entre le Pakistan et le Banglad
esh, qui s'explique en partie par les catastrophes subies par ce dernier
pays (famine de 1943 (3), inondations, massacres, exode vers l'Inde et
guerre de 1971 (4)), est vraisemblablement exagérée par l'observation.
t1' D'après Afzal [41], le recensement de 1961 aurait sous-estimé de 6 à
8 % la population du Pakistan; K. Krotki [51] porte même cette sous-estimation
à 9,2%.
C2» Voir à ce sujet L. Bean [42].
(3> La famine de 1943 aurait fait 2 millions de victimes d'après R. Breton
[61], p. 26.
<4> D'après le Sheik Mujibur Rahman, la guerre et les massacres de 1971
auraient fait 3 millions de victimes [61]; d'après R. Breton [61], il y aurait eu
10 millions de réfugiés dont 8 millions auraient été de retour en février 1972. 1
I
1
1
'
i
1
i
1
i
1
1
]
1
1
l
1
1
í
1
1
!
1
j
1
!
1
i
1
1
I
1
j
i
1
i
i
i
1
i
1
i
!
1
1
i
1
i
1
i
1
i
1
|
'
1
1
]
1
1
!
1
1
!
I
1
j
|
1
1
!
1
]
1
i
1
1
1
|
1
1
1
1
1
I
1
!
i
!
i
!
i
i
1
1
!
1
I

t
1
i
1
1
l
1
1
!
I
1
'
1
1
1
1
1
'
1
1
1
i
1
i
!
1
!
1
1
I
\
i
]
1
1
1
'
1
'
í
'
1
!
1
ntières'
t
1
1
1
1
1
LES POPULATIONS 1062
•S •a я 1 iglade chiff 0,7 trang ГО ft о" ~- ition fN* r} 5 C-l O'O о Ban un 1974 3 287 351 292 313 315 400 454 ГМ O par (P) du ess iuuops ■ X poui et nationau termine la
ijouté l'Inde (a) 'S с 1 iffre
ldiv les •S T3 t те с o ion g с S ■£ Ъ ОЛЕ ft "^ lat ro g 0 <и 3 0 (Л С S pop liions Nom •о я loutan les с о тз 41. ON f, В ■g д^ с 0 ON ^ — <*■" 03 3 с 1— О 'Я ft Inde —~ 191 тз T3 •1 _ _ ГМ ro 1 g lésii f= :) тз •u T3 f + чо ГО Q S l'empii щ •g ensemei territoi rr .g- s [5]. dans ~" 9,41 le 5,64 5.57 5,53 6,28 8,26 1,56 z ant 1 jr î X T3 S T3 с Ë m1 и a о T3 г— г — тз 00 Г) и, 0, o' ON ' О — ' ТЗ — ' О — —Г ri M ~ч 3 о ft v -2- с о 3 opul; :tuel pour и г— - О чО — ro o o — ЧО г— "с i-. ЧО ■Ч-' oo" grOSSil éduis; Sri dus Г^ Г) го ГО ""> ЧО O ft я il ition
t 1881, ] erpol; erritc f ТЗ son très - -t 2,4 0,6 0,8 3,6 née с ť 'я \ — о 1 > с с 3 \ 3 о з •î! ç 3 с тз с ■5 — ti тз 0 Z с obt ~ ion о 'S2 ft -3- s _ On On о О оо' Г-1 к erritoi Ž °°. : (P) Г1 ro oo' jpulat [63 [6 r ) 1972 ON о" ^ été enue ro r, ri ent о is Cti' 1 1 ft isem ft о ГО ГО ^ _ тз ГО 3 Q ~я .я - 3 s o On 00 о' o' чО 00_ "Ч ON О o' ' rTN .— ' S* тз w — 00 ci o "«S Гч1 u opulati о e tabl actuel rec 1961 gladesh с Unies pays С тз О r- с du 2) — du 0 Ci. О à res ft ire 3 Tf Q _, S D. я On ro чО oo ГО Isaj 'S Г-' чд* оо' ro" o_ o' ' •л п — ЧО_ ' 02 0 ГО о ■2 r) — 'о я Q\ П ■t terril ] Г— provis des 975,est ГМ ГО ГО ro чО et Л'а ritoire ■Г-1 ion). cřeí 000 ? Q 1 3 u x> mill я ~ чО ГО чС r- o S O O ГО П п О я о' о ' [10]. raphi о з -a ésult чо __ г; les ( [2 g- " ~ П ndan 3 О o ri с 0 1,6 et 0. "à. 71, о ТЗ ^ о 3 ft tsc On тз S 0 corre: [ I t 1 Let< dénie [2 p 19 тз 361,1 252.1 316,7 439,2 547,3 ilation 236,7 236,3 251.4 279.0 :tuel) et с I | Ltion eurs à 0 1. 54 1 > e lie; On я fro ON 3 ft -S В 00 3 тз ~ & 3 ■£ m ft с .S3 Q ft .8 Q ft ГМ з r L'e :ense о egion 195 ft 's s; ffére inée lent 901 — 921 941 — 961 ГО Г- чО 953 о Q Q de Г- ОО On 3 00 00 00 On On ON ON On On On On ) 5 5 fc m с ТЗ < T3 S -С S •3 AU SUD DE L'HIMALAYA 1063
La partition de 1947 a provoqué des transferts massifs de popul
ations : en 1951, le Pakistan a recensé 6,5 millions de réfugiés dans sa
province occidentale (actuel Pakistan) et 700 000, dans sa province
orientale (actuel Bangladesh) (1), tandis que l'Inde en aurait accueilli
5 millions, tous en provenance du Pakistan occidental l2). Cependant, les
échanges migratoires sont presque négligeables en temps normal et ne
concourent que très faiblement à l'accroissement de la population de ces
pays, exception faite pour le Sri Lanka.
Voici, par exemple, l'estimation, faite par Azfal [40], des échanges
entre l'Inde et le Pakistan (occidental), tous positifs pour le Pakistan :
1931-41 661000 1901-11 382 000
768 000 1911-21 244 000 1941-51
1921-31 729 000 1951-61 120 000
Hormis la période incluant la partition de 1947, ces nombres sont
faibles par rapport à la population totale (0,1 % en 1931-41 ; 0,02 %
en 1951-61).
A la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle le Sri Lanka a
bénéficié d'un important courant migratoire. Mais le solde, qui atteignait
encore 0,3 % par an en 1921-1931, est aujourd'hui négligeable et même
légèrement négatif (3).
Répartition géographique. En ramenant les résultats des recensements
à une même date (mi- 1971), on peut
obtenir la densité de la population par districts (4) (figure 1).
On ne rencontre moins de 40 habitants par km2 que dans les régions
désertiques (Bélouchistan, Thar) ou très montagneuses (Cachemire,
Himalaya, Naga Hills). Dans la majorité des districts, elle dépasse 100.
Sont particulièrement denses, le Sud-Ouest du Sri Lanka, le Sud et plus
encore le Sud-Ouest de la péninsule indienne (l'Etat du Kerala), l'ensemble
Bangladesh-Bengale occidental (delta du Gange et du Brahmapoutre), la
vallée du Gange, prolongée de part et d'autre de la frontière indo-pakist
anaise, par la plaine du Pendjab et la région de Peshawar.
La distribution géographique des accroissements annuels de la
dernière période intercensitaire est très différente (fig. 2). Au Sri Lanka,
les districts les moins peuplés se sont le plus accrus et réciproquement.
Dans la partie Nord-Est de la région étudiée (Bangladesh, Bengale
u> Voir P. Vincent [56].
(2) Dont 4 millions de la seule province du Pendjab d'après Chandrasekhar [6].
<3' Voir la monographie du CICRED [71], p. 5.
(4( Sauf pour le Népal, où nous avons retenu la «zone» comme unité de
base, le Bhoutan et les Maldives. LES POPULATIONS 1064
Figure 1. — Densité de la population, par district en 1971.
Occidental, Assam, etc.) les plus forts accroissements s'observent dans
les districts limitrophes de la zone à très forte densité et les districts
fortement peuplés ont eu eux-mêmes un accroissement important. La
région Nord jouxtant la Chine, à très faible densité, s'est fortement accrue.
La plaine du Gange et le Pendjab présentent des accroissements moindres
mais la population des districts voisins a parfois crû très rapidement. Au
Sud de l'Inde, situation inverse de celle du Sri Lanka : le Kérala, déjà le
plus peuplé en 1961, a eu une plus forte croissance que le Tamilnad.
Les résultats observés au Pakistan sont assez fragiles. L'accroisse
ment global a été surestimé du fait de l'amélioration des recensements.
Selon Afzal, le taux de 3,6 % doit être ramené à 2,9 % [41]. Nous avons
donc réduit de 0,7 % l'accroissement observé pour chaque district.
Comme au Sri Lanka, la population des régions les moins peuplées
(notamment le Bélouchistan) semble augmenter plus vite. SUD DE L'HIMALAYA 1065 AU
Accroieserr
moyen de la population
par distnctf(%)
3,05 et plus
2,66 à 3,05
2,26 à 2,65
1,84 à 2,25
0 à 1 .83
Pertes
EU
N.D. : Non dispombl
Figure 2. — Accroissement annuel moyen de la population par district (%).
Urbanisation. La région compte 11 agglomérations de plus d'un
million d'habitants et 178 de plus de 100 000 (tableaux
3 et 4 et figure 3). Le Pakistan paraît plus urbanisé, probablement en
raison de contrastes plus marqués entre de larges zones arides et d'étroites
régions hospitalières, tandis que le Bangladesh et le Népal, le
sont très peu. Le Bangladesh n'a que 4 agglomérations de plus de
400 000 habitants et aucune autre de plus de 100 000 m. 10 % de la
П| Deux agglomérations augmentent vite, depuis 1920: Dacca et Chittagong.
Depuis 1951, Narayanganj et Khulna ont progressé encore plus rapidement,
passant de 68 000 et 41000 en 1951, à plus de 400 000 en 1974. Par contre,
les cinq autres qui faisaient environ 50 000 habitants en 1951
ont peu progressé, voire reculé, laissant apparaître un hiatus exceptionnel entre les
quatre très grands centres et les gros bourgs à peine urbanisés [61]. LES POPULATIONS 1066
Tableau 3. — Répartition des agglomérations de plus de 100 000
habitants, selon la taille et pourcentage de population urbaine *
(en 1971)
Taille des
agglomérations Inde Bangladesh Pakistan Sri Lanka Népal Total (en milliers **
d'habitants)
> 1000 9 0 2 0 о 11
500 à 1 000 1 4 10 1 о 16
400 à 500 3 15 0 0 о 18
300 à 400 0 1 о 13 0 14
200 à 300 0 о 31 29 2 0
100 à 200 75 0 10 2 — 88
Total 151 4 19 3 1 178
des aggloméra
tions
de plus 56,3 2,2 10,0 0,8 0,15 69,5 Population
de (en
100 000 millions) hab.
Urbaine 109,1 4,8(1) 16,3 2,8 0,46 133,5
Totale 548,2 66,0 63,1 12,7 11,6 701,6
agglomérades
Proportion tions de la de plus 10,3 3,3 15,8 6,5 1,3 9,9 population de (%) 100 000
hab.
Urbaine 19,3 7,3 25,8 22,4 4,0 19,0
* Les définitions de la population urbaine sont les suivantes :
- Inde : villes ayant un statut municipal, et localités de plus de 5 000 habitants ayant
une densité de plus de 1 000 habitants par mille carré (386 hab/km2) et
moins du 1/4 de la population active masculine dans l'agriculture.
— Pakistan • villes ayant un statut municipal ou assimilé, localités de plus de 5 000 habi
tants et quelques zones à caractère urbain.
- Sri Lanka : "municipalités", "conseils urbains", et "villes".
— Népal : définition inconnue
** Y compris les 200 000 habitants du Sikkim et les populations du Jammu et Cachemire
sous administration indienne.
(1) La population urbaine n'étant connue que pour 1961, nous lui avons appliqué le taux
de croissance des quatre grandes agglomérations.